Navigation – Plan du site
Chroniques des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Simone Follet (éd.), L’Hellénisme d’époque romaine. Nouveaux documents, nou­velles approches (ier s. a.C. – iiie s. p.C.)

Yves Lafond
Référence(s) :

Simone Follet (éd.), L’Hellénisme d’époque romaine. Nouveaux documents, nou­velles approches (ier s. a.C. – iiie s. p.C.). Actes du Colloque international à la mémoire de Louis Robert.Paris, 7-8 juillet 2000, Paris, De Boccard, 2004. 1vol. 1624 cm, 452 p., 34 fig. (De l’Archéologie à l’Histoire). ISBN : 2-7018-0174-5.

Texte intégral

1Le présent volume rassemble, sous forme d’un hommage au maître incontesté des études épigraphiques que fut en France Louis Robert, les communications présentées lors d’un colloque organisé par l’Année épigraphique et l’Université de Paris IV-Sorbonne, autour d’un thème volontairement général, « L’hellénisme d’époque romaine », mais propice à la mise en valeur de documents nouveaux ou peu étudiés permettant de renouveler notre approche de l’histoire du monde grec à l’époque romaine, c’est-à-dire dans un champ chronologique allant du iie s. av. J.-C au iiie s. de notre ère.

2La matière des 23 contributions présentées ici a été organisée selon un ordre géographique. Un premier groupe concerne la Macédoine et la Grèce propre (en dehors d’Athènes), très nettement en retrait dans ce colloque, puisque, si l’on excepte quel­ques références à des cités de la province d’Achaïe dans la communication d’Athanase Rizakis sur l’intervention des empereurs dans la vie économique des cités, une seule communication, celle d’Élodie Cairon sur quatre épigrammes funéraires d’Argos à l’époque hellénistique, porte sur une cité de Grèce propre. Les autres proposent, pour la Macédoine, un examen de dédicaces publiques du ier s. av. ou ap. J.-C. restées en place au fil des siècles sur le forum de Philippes (Michel Sève) et une étude de ce que les inscriptions du sanctuaire de Leukopétra révèlent de l’influence romaine dans les domaines de la langue, de l’onomastique, de la religion et des institutions (Miltiade Hatzopoulos).

3Un chapitre entier est consacré à Athènes : Éric Perrin réexamine la place de l’éphébie dans la vie et l’histoire de la cité, ce qui l’amène à souligner judicieusement le décalage entre la réalité et l’image que la cité entend donner d’elle-même à travers le fonctionnement de cette institution publique; Marie-Françoise Baslez montre l’apport des inscriptions émanant d’associations religieuses (une dizaine) à l’étude de la société et de la religion; deux communications fournissent des analyses détaillées et éclairantes de documents spécifiques : la dédicace d’une mesure à grains par deux astynomes, d’époque augustéenne (Dina Peppas Delmousou); un règlement d’époque julio-claudienne qui éclaire la personnalité de Iulius Nicanor et le statut de l’île de Salamine.

4L’Italie, la Cyrénaïque et les îles font l’objet, avec l’Asie Mineure, du plus grand nombre de contributions, diverses cependant dans les approches qu’elles proposent des documents utilisés. Comme pour les autres régions déjà traitées dans ce volume, la plupart des communications se fondent sur l’interprétation de documents individuels. Parmi eux, certains sont à mettre en relation avec la politique impériale : un milliaire de Cyrène rattaché à Néron (Joyce Reynolds); une lettre d’Antonin aux habitants de Bérénikè, en Cyrénaïque, éclairante sur les rivalités des cités de cette région à l’époque impériale (André Laronde), deux lettres d’Hadrien à Hiérapolis de Phrygie dont Tullia Ritti présente une étude fouillée (en italien) et un rescrit de Valérien dont Denis Feissel donne une édition critique. D’autres éclairent l’action et la personnalité d’individus dont le rôle a été marquant dans l’histoire des cités : c’est le cas de C. Ofellius Ferus à Délos, identifié comme un magistrat romain (Roland Étienne), mais aussi d’un notable rhodien de la fin du ier s. ap. J.-C., dédicataire d’une inscription honorifique dont l’étude permet de compléter le dossier prosopographique et familial relatif à ce personnage (Alain Bresson), ou encore d’une inscription fragmentaire de Paphos interprétée comme dédicace d’une grande-prêtresse à la mère de Tibère (Jean-Baptiste Cayla) et d’inscriptions lydiennes qui illustrent, à l’époque impériale, la coexistence de qualités militaires et de talents civils chez un même personnage (Georg Petzl). Un regroupement de quelques autres documents lydiens éclaire la situation d’un sanctuaire rural d’Apollon aux iie-ier s. av. J.-C. (P. Herrmann).

5Les thèmes fondamentaux auxquels s’adossent ces diverses contributions – la puissance locale des élites civiques, la société provinciale, la religion civique et le culte impérial, les notions de grécité et de romanité – font l’objet plus spécifiquement de quelques communications qui relient l’exploitation de la documentation épigraphique à l’étude de thématiques socio-culturelles : Maria-Letizia Lazzarini aborde (en italien) le problème des influences grecques dans quelques régions de Grande-Grèce; Anne Bielman analyse la place des femmes dans le corpus épigraphique des Cyclades occidentales et orientales; René Hodot met en relation les survivances de l’usage dialectal éolien en Asie Mineure avec le souci d’affirmation identitaire des élites, tandis que Barbara Levick étudie (en anglais), à travers l’exemple des cités de Pamphylie, l’influence exercée par les Romains sur les indigènes gréco-anatoliens; Bernadette Puech, quant à elle, consacre une étude détaillée à l’examen, dans les provinces hellénophones de l’Orient romain aux ier-iiie s. de notre ère, de l’utilisation qui est faite par certaines cités du titre de « métropole ».

6Confronté à la richesse et à la diversité des études proposées dans le présent recueil, on se prend à regretter l’absence non seulement de tout index, mais aussi d’un plan thématique qui aurait sans doute permis, en dépit de la brève synthèse que présente Mireille Corbier en forme de conclusion au volume, de mieux cerner les différents aspects de cet « hellénisme » d’époque romaine, une problématique dont on peut mesurer l’ampleur et la complexité par exemple à la lecture de la synthèse publiée tout récemment par Paul Veyne (L’Empire gréco-romain, Paris, Seuil, 2005). Le mérite de cet ouvrage n’en reste pas moins de montrer à quel point l’utilisation de la documentation épigraphique s’avère souvent primordiale pour préciser et renouveler notre connaissance des provinces et des sociétés provinciales du monde romain hellénophone, entre le iie s. av. J.-C et le iiie s. de notre ère. L’ensemble témoigne de la variété des perspectives selon lesquelles il est possible d’aborder les formes que revêt la culture grecque dans la vie civique de cette époque, en rapport notamment avec les axes grec, oriental et romain de l’identité et avec les motivations sociales et individuelles qui expliquent le rôle joué dans les cités et les provinces par ces multiples personnages dont la documentation épigraphique nous aide à reconstruire l’action et la personnalité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Lafond, « Simone Follet (éd.), L’Hellénisme d’époque romaine. Nouveaux documents, nou­velles approches (ier s. a.C. – iiie s. p.C.) », Kernos [En ligne], 19 | 2006, mis en ligne le 07 septembre 2011, consulté le 01 octobre 2014. URL : http://kernos.revues.org/503

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page