Navigation – Plan du site
Chroniques des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Claude Calame (éd.), Poétique d’Aristophane et langue d’Euripide en dialogue

Ioanna Papadopoulou-Belmehdi
Référence(s) :

Claude Calame (éd.), Poétique d’Aristophane et langue d’Euripide en dialogue, Lausanne, 2004 (distribué par les Belles Lettres). 1 vol. 15,522,5 cm, 138 p. (Études de Lettres. Revue de la Faculté des lettres de Lausanne). ISBN : 2-940331-06-5. ISSN : 0014-2026.

Texte intégral

1Issu de la quatorzième rencontre CorHaLi, sur « La tragédie d’Aristophane », organisée par l’Université Lille 3 en juin 2003, ce volume réunit les contributions des chercheurs lausannois ayant participé à ce colloque, dont l’introduction de Cl. Calame retrace les lignes de force, en soulignant combien l’arrivée d’ouvrages francophones sur la poétique d’Aristophane est bienvenue dans ce créneau dominé par la bibliographie anglo-saxonne. Trois des contributions sont principalement consacrées aux Grenouilles, les deux autres traitant respectivement des Acharniens dans une perspective comparatiste gréco-latine (Amphitryon de Plaute) et d’Euripide entre Acharniens et Thesmophories.

2David Bouvier (« ’Rendre l’homme meilleur !’ ou quand la comédie interroge la tragédie sur sa finalité ») reprend la question de la mission éducative de la poésie en proposant une lecture fort intéressante de la configuration du poète dans les Grenouilles. Attirant l’attention sur la spécificité des mécanismes comiques, l’A. montre que la fonction du poète dans les Grenouilles se construit à partir du double sens de poiein (création, procréation), qui permet la mise en cause d’un théâtre capable de produire « des hommes meilleurs », à la fin du ve s., dans une Athènes en pleine crise des valeurs traditionnelles, la faillite de l’idéal de l’eugeneia étant un thème majeur dans les Grenouilles.

3Toujours à propos des Grenouilles, Frank Müller (« Vers armés ou ‘perte de fiole’ : transactions tragi-comiques de mots et d’objets dans les Grenouilles d’Aristophane ») entre dans l’atelier d’Aristophane, dans le concret de la fabrication de l’interférence tragi-comique, pour montrer comment la citation des vers tragiques et la manipulation poétique des objets de la vie quotidienne (la fameuse scène du lécythe) construisent le message et l’effet comiques. Le thème militaire emprunté à la tragédie (surtout à Eschyle) et transposé dans le registre comique de l’agôn entre les poètes enclenche une série complexe de procédés (métaphore, métonymies, littéralisation de la méta­phore...) qui montre la perméabilité indispensable entre genres tragique et comique.

4Martin Steinrück (« Sur le parfum tragique des côla métriques chez Aristophane ») examine le rapport tragi-comique à partir des questions métriques. La métrique dément Aristote qui donne la poésie iambique agressive d’Archiloque comme modèle de l’ancienne comédie; c’est plutôt Eschyle qui reprend Archiloque. L’A. explore la contradiction en étudiant l’évolution rythmique des côla aux metra, qui rapproche Euripide d’Aristophane et qui éclaire la scène du lécythe dans les Grenouilles; il ne s’agit pas d’y voir des contraintes génériques mais plutôt l’influence de la nouvelle musique, l’opposition entre ancienne et nouvelle Muse.

5L’article d’Olivier Thévenaz (« Comment déjouer la tragédie : Marques tragiques et travestissements comiques dans les Acharniens d’Aristophane et l’Amphitryon de Plaute ») explore la dimension métadramatique du théâtre d’Aristophane et de Plaute sans prétendre établir une filiation directe, la comédie latine étant plutôt tributaire de la comédie nouvelle. L’Amphitryon de Plaute, où le rapport à la tragédie est thématisé, sert de révélateur pour la lecture des Acharniens, pièce où le débat entre comédie et tragédie est dominant. L’A. fixe d’abord le cadre métadramatique des deux pièces, puis regarde comment le dialogue entre comédie et tragédie s’articule, au niveau de l’expression et dans le jeu des costumes : ce sont les jeux avec l’illusion qui déconstruisent la tragédie et qui constituent le point commun entre les deux auteurs comi­ques, l’illusion absente ou déconstruite étant le signe distinctif de ces deux comédies.

6Maria Vamvouri-Ruffy propose des « interprétations comiques des métaphores d’Euripide dans les Grenouilles ». Euripide sait rendre visible ce qui échappe au sens, la fertilité donc du tragédien c’est d’engendrer des êtres nouveaux. Or, la différence fondamentale entre discours comique et tragique, entre lesquels il y a certes filiation, c’est l’usage différent du trope et de la métaphore. Dans le jeu tragi-comique l’intellec­tuel et l’invisible sont ramenés au visible et au banal, l’art poétique devient visible et palpable. La poétique d’Euripide s’avère ainsi indispensable au projet comique d’Aris­tophane, mais les valeurs défendues par Eschyle répondent aux besoins d’une cité en pleine crise. Les deux tragédiens révèlent une tension interne à l’œuvre d’Aristophane : la création d’un monde imaginaire à partir des objets concrets mais en même temps la nécessité de prodiguer des conseils aux citoyens.

7 Définir la nature de l’échange entre tragédie et comédie n’est pas chose aisée. André Voelke (« Euripide, héros et poète comique : à propos des Acharniens et des Thesmophories d’Aristophane » ) s’y attaque avec brio en rejettant l’idée que la comé­die cherche à donner à son discours l’autorité du genre tragique. En cherchant à annexer non pas tout l’art tragique mais celui d’Euripide, Aristophane en fait un personnage comique et ceci vaut à Euripide la perte de son art, qui se trouve récupéré et annexé par le héros et le poète comiques, qui s’en servent comme modèle d’habi­leté leur permettant d’arriver à leurs fins. En établissant une parenté entre comédie et tragédie euripidéenne, Aristophane contraint son Euripide mutant à visiter les tréfonds du genre comique, qui renvoient en même temps à ses origines. La comédie vulgaire est à la comédie aristophanesque ce que le drame satyrique est à la tragédie.

8Le livre constitue une réelle avancée dans la compréhension des mécanismes du comique et de la catégorie du genre. Il permet aussi de saisir par des démonstrations détaillées avec combien de finesse les formes littéraires interviennent dans les débats de la cité y compris à partir de la réflexion sur la poétique, celle-ci étant toujours au cœur des journées corhaliennes. Quant aux dieux, ils ne sont jamais très loin : ils sont traités ici uniquement dans la perspective métadramatique, mais les questions soule­vées nous rappellent combien le rôle du divin dans le théâtre grec reste, pour nous modernes, difficile à saisir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ioanna Papadopoulou-Belmehdi, « Claude Calame (éd.), Poétique d’Aristophane et langue d’Euripide en dialogue », Kernos [En ligne], 19 | 2006, mis en ligne le 07 septembre 2011, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://kernos.revues.org/493

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page