Navigation – Plan du site
Chroniques des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Laurent Gourmelen, Kékrops, le Roi-Serpent. Imaginaire athénien, représentations de l’humain et de l’animalité en Grèce ancienne

Sonia Darthou
Référence(s) :

Laurent Gourmelen, Kékrops, le Roi-Serpent. Imaginaire athénien, représentations de l’humain et de l’animalité en Grèce ancienne, Paris, Les Belles Lettres, 2004. 1 vol. 1624 cm, 472 p. (Coll. d’Études anciennes, 129). ISBN : 2-251-32657-X.

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu d’une thèse de doctorat soutenue en 1998. Il comprend un apparat de notes conséquent, une bibliographie fournie et des index (textes anciens, noms propres, mots et notions) qui permettent de faire facilement des recherches ciblées. À cela s’ajoute un catalogue iconographique avec des dessins parfois réalisés par l’A. Le livre se construit en trois parties. La première présente le personnage : elle est assez générale, mais aborde déjà les problèmes de l’autochtonie, de l’ophiomorphi­sme et de la fondation. La deuxième propose de regarder l’histoire du personnage Kékrops et de voir son rôle dans la fondation athénienne, ainsi que son rôle « civilisa­teur » en confrontant à la fin textes et images. La troisième partie, enfin, revient sur l’ophiomorphisme et aborde la question de l’altérité et de la place accordée à Kékrops dans la mythologie politique athénienne. Ce plan, s’il permet d’avancer peu à peu dans la connaissance et la complexité du personnage dont la figure semble dessinée nettement tout d’abord, puis complexifiée ensuite, donne cependant parfois une impression de répétition, notamment sur le thème de l’ophiomorphisme (double nature, mélange, animalité, ou altérité) présent à plusieurs reprises, même s’il n’est pas toujours abordé sous le même angle.

2La première partie « Un personnage déroutant » cerne donc l’identité et la mythologie de Kékrops. Elle se construit à partir d’un texte central, la Bibliothèque du ps.-Apollodore, que l’A. va étudier et disséquer avec attention. Il aborde ici la question centrale de la place de Kékrops dans la généalogie athénienne, et donc le problème de sa naissance. Kékrops est, en effet, né de la terre, il est donc gègénès, mais il est aussi « autochtone », chez Apollodore, c’est-à-dire « né du sol même de la cité », selon la traduction célèbre de Nicole Loraux reprise par l’A. (p. 24). Il discute alors des deux acceptions du terme autochtone qui renvoie plus selon lui à un sens « politique » pour conclure que, si Kékrops est autochtone, c’est « au sens premier du terme » (p. 28), en prenant chthôn comme un sol non encore politisé. Cela insère néanmoins le roi primordial dans la généalogie autochtone et lui donne un premier positionnement « frontière ». Ce ne sera pas le dernier. Kékrops est, en effet, de double nature, un ancêtre hybride qui précède selon l’A. « l’apparition des hommes » (p. 31). Il est pourtant loin des autres figures de double nature et L.G. étudie donc la question de l’hybridité et de la mixité, en posant rapidement comme miroir les satyres ou les centaures. Il s’appesantit ensuite sur le serpent qui lui fait toucher la catégorie de l’animalité et particulièrement de l’ophiomorphisme – « symbole ordinaire et établi des autochtones » (p. 47), selon lui. L’A. avance donc toujours dans sa clé de lecture : Kékrops personnage frontière. La question royale clôture cette partie – son ancrage, son territoire, sa légitimité. Le second chapitre reprend certains des thèmes pour en faire apparaître la complexité. L’A. reprend donc la « vie » de Kékrops, son nom, la question de son antériorité comme roi, et liste les contradictions, les zones d’ombre, les ambiguïtés du personnage. Pour cela, il décide de reprendre le fil de sa « vie », en deuxième partie.

3Cette partie va s’attacher à approfondir les pistes avancées précédemment. La ques­tion de sa naissance (filiation paternelle, confrontation avec Érichthonios), la question centrale du mariage, de la paternité avec la figure d’Érysichthon, mort sans descendance et qui fait d’Érichthonios le fondateur, élevé cependant par les filles de Kékrops, les Kékropides kourotrophes, dont il discute le statut – collectivité ou individualité – en confrontant textes et images. La représentation de Kékrops de manière anthropomorphe lui permet de lancer une piste de recherche sur l’importance de l’ophio­morphisme dans l’identité de Kékrops, ce qu’il développera en troisième partie.

4Il entre alors dans une partie centrale pour la compréhension de la mythologie athénienne, Kékrops comme « passeur de légitimité » (p. 175) : roi « civilisateur », « médiateur », acteur dans la différenciation homme-animal des origines, acteur lors de l’eris divine entre Athéna et Poséidon, « législateur », il assiste et intervient à tous les moments clés de la fondation de la cité et aide à dessiner son identité mythique. Clisthène lui accorde un ultime statut, celui de héros éponyme, sans qu’il perde pourtant son ophiomorphisme, ce qui pousse l’A. à revenir sur cette dimension de la nature de Kékrops en troisième partie intitulée « derniers replis cachés du serpent ».

5L’ophiomorphisme en fait-il donc un personnage ambigu, voire inquiétant ? L. Gourmelen revient abondamment sur les liens entre serpent et autochtonie – la ciste, le serpent de l’Acropole – en citant les travaux de Nicole Loraux. Kékrops ne serait-il pas plutôt du « bon côté » du serpent, une image qui, selon l’A, permet d’occulter « sa part sombre » (p. 405), et d’engager Athènes dans une fondation simul­tanée – origine primordiale, origine de l’homme, origine politique. C’est toute l’impor­tance de la double nature de Kékrops dans la mythologie de la fondation. Inéluctablement serpent, indéniablement humain, il est de toutes les origines. L’A. conclut donc sur cette double nature de Kékrops qui fait de lui un personnage médiateur : il unit et réunit les contraires, et cristallise les questions touchant aux origines chthoniennes et à l’identité. Car Kékrops n’est pas qu’un personnage qui marque les origines, il participe au processus de fondation.

6 Ce travail qui permet de mettre à jour la complexité de ce personnage, souvent cité, mais peu étudié, a voulu montrer la « politisation athénienne de la double nature ». Car c’est justement pour l’ambiguïté de sa nature que Kékrops s’avère central dans l’imaginaire mythique et politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sonia Darthou, « Laurent Gourmelen, Kékrops, le Roi-Serpent. Imaginaire athénien, représentations de l’humain et de l’animalité en Grèce ancienne », Kernos [En ligne], 19 | 2006, mis en ligne le 18 juin 2011, consulté le 24 avril 2017. URL : http://kernos.revues.org/488

Haut de page

Auteur

Sonia Darthou

EPHE – Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Kernos

Haut de page
  • Logo Suppléments de Kernos – Revue internationale et pluridisciplinaire de religion grecque antique
  • Logo Université de Liège
  • Revues.org