Navigation – Plan du site
Chroniques des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

María Cruz Cardete del Olmo, Paisajes mentales y religiosos. La frontera suroeste arcadia en épocas arcaica y clásica

Madeleine Jost
Référence(s) :

María Cruz Cardete del Olmo, Paisajes mentales y religiosos. La frontera suroeste arcadia en épocas arcaica y clásica, Oxford, 2005. 1 vol. 2129,5 cm, 242 p. (BAR International Series, 1365). ISBN : 1-84171-701-0.

Texte intégral

1L’ouvrage de C. s’inscrit dans la lignée de recherches actuelles qui caractérisent le paysage non seulement par ses traits de géographie physique, mais comme « un système de significations qui intègre des facteurs économiques, sociaux, politiques et symboliques »; le paysage, selon l’A., c’est la manière dont une société et un peuple « vivent et comprennent le monde », d’où le titre de l’ouvrage : « Paysages mentaux et religieux ». À part ce thème de réflexion, une autre idée sous-tend le travail : retrouver le passé sans le reconstruire différemment de ce qu’il était dans l’antiquité est une gageure; l’A. veut essayer de relever le défi à partir de l’étude d’une région limitée, la « frontière » sud-ouest de l’Arcadie à l’époque archaïque et classique. Par frontière, elle entend une zone qui, outre ses caractères géographiques, est chargée d’éléments idéologiques (sacralité et vocation à être un lieu d’affrontements).

2Il s’agit donc (chap. 1) du territoire de Phigalie et de la Parrhasie, deux régions qui ne constituent pas une unité politique, mais qui auraient été « perçues de manière très semblable par leurs habitants », avec deux pôles : sanctuaire de Zeus Lykaios d’une part, temple de Bassai et sanctuaire de Déméter Mélaina de l’autre. Si cette « percep­tion similaire » reste un concept vague, l’A. y trouve du moins l’occasion d’accumuler une somme bibliographique considérable. Le chapitre II, sur l’Arcadie au cours des temps, étudie ce que la contrée a signifié pour notre culture : selon elle, « l’Arcadie heureuse » n’a pas été créée par Virgile; elle est surtout une création de la Renaissance, qui perdure ensuite jusqu’aux premiers travaux scientifiques. Dans le chapitre III (« un paysage politique »), l’A fait le point de la littérature savante sur la définition de la polis, sur les modes d’exploitation de la terre, puis sur le concept de groupe ethnique; elle essaie d’en appliquer les principes à l’Arcadie en général et à la « fron­tière sud-ouest », pour définir leur identité; la réelle pauvreté des sources explique qu’elle ne parvient pas à dépasser sur ces sujets le stade des vraisemblances générales. Suivent deux chapitres sur Phigalie (chap. IV) et sur la Parrhasie (chap. V) qui collec­tent la documentation en se concentrant sur les sanctuaires (sanctuaires de Bassai et du Cotilion, d’Eurynomé et de Déméter Mélaina, de Lykosoura et du mont Lycée). Les développements sont surtout descriptifs et reprennent les travaux antérieurs en se rangeant généralement à l’avis des auteurs cités. On est pourtant étonné de voir mise en doute l’identification de Mme X. Arapoyanni pour le temple qu’elle a récemment fouillé à Phigalie. L’A. pose la question d’une possible attribution à Artémis Sôteira qui était très importante dans la cité; l’attribution du temple à Athéna et à Zeus Sôter ne lui paraît pas suffisamment prouvée par la base de statue trouvée dans la cella qui porte une dédicace à ces divinités; il n’est pourtant guère douteux qu’il s’agissait là des divinités titulaires du temple; le temple d’Artémis Sôteira, point de départ des processions vers la chôra, était sans doute plus près de la porte orientale de la ville.

3S’il faut mettre au compte des erreurs matérielles la date de 1991 attribuée à l’ouvrage de Hiller von Gaertringen et Lattermann (p. 69), il est plus gênant de trouver Farnell daté, dans les notes (p. 180, n. 336) comme dans la bibliographie, de 1977, ce qui fausse la perspective historiographique ailleurs préconisée par l’A. – L’illustration comporte des cartes, des plans d’édifices et des photographies prises par l’A.

4Cet ouvrage, bien au fait de la bibliographie récente, rassemble les données disponibles concernant une petite partie du territoire arcadien qui, à la vérité, ne se prêtait guère à l’enquête très ambitieuse de M.C. Cardete del Olmo.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Madeleine Jost, « María Cruz Cardete del Olmo, Paisajes mentales y religiosos. La frontera suroeste arcadia en épocas arcaica y clásica », Kernos [En ligne], 19 | 2006, mis en ligne le 18 juin 2011, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://kernos.revues.org/485

Haut de page

Droits d’auteur

Kernos

Haut de page
  • Logo Suppléments de Kernos – Revue internationale et pluridisciplinaire de religion grecque antique
  • Logo Université de Liège
  • Revues.org