Navigation – Plan du site
Chroniques des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Pierre Ellinger, La fin des maux. D’un Pausanias à l’autre. Essai de mythologie et d’histoire

Vinciane Pirenne-Delforge
Référence(s) :

Pierre Ellinger, La fin des maux. D’un Pausanias à l’autre. Essai de mythologie et d’histoire, Paris, Les Belles Lettres, 2005. 1 vol. 15 22 cm, 374 p. (Coll. Histoire). ISBN : 2-251-38073-6.

Texte intégral

1J’aimerais rompre avec l’ouverture généralement convenue des comptes rendus académiques et dire d’emblée que ce livre m’a enthousiasmée. Je l’ai lu d’un bout à l’autre, quasiment sans interruption, tant le rythme et l’intrigue en sont remarquablement menées. Il n’est sans doute pas inutile de préciser que, plongée à d’autres fins dans l’œuvre de Pausanias le Périégète, j’ai trouvé dans cette lecture une sorte de résonance avec mes propres interrogations. Cette communauté d’intérêt, même si elle ne s’assortit pas systématiquement d’une communauté de vue, n’a pas peu compté dans la jubilation de ma lecture. Et pourtant, cela n’explique pas tout. Ce livre est vrai­ment remarquable. En donner les raisons me ramène dès lors à la rhétorique académique du compte rendu, incomparablement difficile à adopter tant l’argument est subtil. Trop subtil diront à coup sûr certains lecteurs.

2Le nom de Pausanias, pour une oreille grecque, signifie « la fin des maux » (verbe pauô, ‘faire cesser’, ania, ‘ennui, chagrin, souffrance’). D’où le titre du livre. Quant aux deux Pausanias, il s’agit d’une part du régent de Sparte qui connut la gloire et l’infa­mie, celui qui eut l’outrecuidance de faire figurer son nom propre sur le monument commémorant, à Delphes, la victoire de Platées sur les Perses; de l’autre, c’est le Périégète qui confia à son lecteur, selon ses dires, la véritable clé du destin de son prestigieux homonyme. L’intrigue se noue donc autour de ces deux Pausanias, que l’ouverture de l’ouvrage montre, à six siècles d’intervalle, marchant sur la route qui mène à la cité de Phigalie en Arcadie : le premier vient pour s’y faire purifier d’un meurtre, le second pour honorer la Déméter noire du lieu, en sa statue mi-femme, mi-cheval à jamais disparue. Ces deux quêtes vont s’entremêler dans l’ensemble du livre, par la grâce d’une homonymie signifiante et de la lecture originale – du moins pour nous, qui sommes face à une tradition naufragée – que le Pausanias du iie s. de notre ère fit du destin du Pausanias du ve s. avant.

3LaTragique histoire du régent Pausanias de Sparte offre l’élucidation remarquable d’un noyau opaque de la tradition historiographique autour du régent. Thucydide, dans son fameux parallèle entre le destin de Thémistocle et celui de Pausanias, déroge au principe de rupture avec ses prédécesseurs et « fait de l’Hérodote », en livrant les fragments d’une histoire où le politique se mêle au religieux. Mais c’est le décodage par le Périégète qui permet d’aller au bout de ce que Thucydide livre en creux : l’assassinat d’une jeune fille à Byzance – que Plutarque appelle Kléonikè mais que Pausanias laisse anonyme – scelle le sort du régent, qui ne pourra trouver de salut, mais dont les deux statues érigées sur l’acropole de Sparte renvoient à d’antiques rituels de purification que l’A. reconstitue avec finesse. L’encerclement de l’hybris, de l’agos, de la supplication et la recherche de la purification referment cette 1re partie et ouvrent la 2e  (La Fin des maux. Chap. 5 : Deux pour un). La figure de Zeus y est cen­trale : c’est lui seul qui est capable de mettre un terme aux maux. On suit ainsi la piste de ces fantômes vengeurs et de ces pestilences dont la littérature abonde, mais qui ne sont pas que littérature : la « loi sacrée » de Sélinonte, analysée par M.H. Jameson, D.R. Jordan et R.D. Kotansky, en a bien montré l’impact dans la vie des communautés, au tout début du ve s. av. J.-C., au temps de Pausanias de Sparte. Elle est le cœur de cette réflexion sur la purification, qui permet de comprendre la présence de deux statues du régent sur l’acropole de sa cité. Reste un angle mort dans la démonstration : le statut des Euménides/Érinyes (p. 138-139). Les êtres surnaturels liés à un meurtre, intermédiaires entre Érinyes et fantômes des morts adoptent un profil tantôt négatif, tantôt positif, qui leur vient de l’extérieur : ces puissances ne sont pas capables de se transformer de leur propre chef, contrairement aux dieux dont l’action dans la vie des humains est spontanément ambivalente. L’A. est donc enclin à ne pas interpréter le double aspect Euménides/Érinyes selon la grille de lecture de l’ambivalence des dieux. Mais il refuse tout autant l’hypothèse qui consiste à en faire des divinités séparées. Elles restent donc des « puissances » dont l’action serait infinie sans l’intervention de Zeus. Certes. Mais la tradition grecque fait bel et bien de ces puissances des déesses à part entière. La différence qui est ici introduite entre des « puissances » et les divinités ne résoud donc pas cette question. Elle ne permet pas d’éliminer totalement l’hypo­thèse d’une application extrême du principe de l’ambivalence divine (un nom différent pour chaque aspect) dans le contexte particulier du meurtre et de la souillure.

4La métaphore centrale qui ouvre le 2e chapitre de cette 2e partie se trouve chez Plutarque. Le fantôme de Kléonikè, la jeune fille assassinée, délivre à Pausanias une parole quasi oraculaire : « Va à Sparte, tu y trouveras la fin de tes maux » (pausetai tôn kakôn). L’A. a donc pisté le thème du début et de la fin des maux dans la tradition grecque, dont l’épisode de Pausanias n’est qu’un exemple. Le jeu sur le nom Pausanias est tout particulièrement clair dans une épigramme de Cyrène, datée de l’aube de notre ère et magistralement étudiée par Louis Robert (SEG 26, 1840) : dans l’année du prêtre éponyme d’Apollon appelé Pausanias, la cité a vu la fin de ses tourments (pausamenôn tôn pantôn tès aneias) et le desservant n’a pris de repos (pausamenon)qu’au moment opportun. Ce jeu sur le nom est le fil central de la démonstration qui court dans la 3e partie de l’ouvrage, et la clé de lecture du projet même de la Périégèse (L’autre Pausanias) adoptée par P. Ellinger. Cette vision globale du texte et la valorisa­tion de l’intelligence de son auteur sont deux tendances récentes dans la lecture moderne de la Périégèse, qui s’est longtemps contentée de faire de l’œuvre un fichier de données et de Pausanias un tâcheron laborieux et sans génie (cf. p. 205). Par la grâce des intuitions et des analyses ici présentées, le Périégète se métamorphose en un auteur subtil, qui dissimule sous la lettre de son texte sa personne et ses objectifs.

5Le 7e chapitre qui se confond avec la 3e partie du livre s’intitule Le Périégète à Phigalie et à Naupacte. La visite de Phigalie, au livre VIII, serait le sommet de toute la description arcadienne et la grotte de la Déméter noire, le couronnement même du voyage de Pausanias en Grèce. On y trouve le thème de la purification et du loimos, le fléau, celui qui s’était abattu sur les habitants du lieu qui avaient négligé Déméter. On y trouve aussi un des deux sacrifices que le visiteur dit explicitement avoir offerts, l’autre étant destiné à Damia et à Auxésia à Égine, des déesses elles aussi liées à des histoires de stérilité et de loimos, en cette île où Éaque, le plus pieux des Grecs, avait offert un sacrifice à Zeus Hellanios (qui devient Panhellenios du temps d’Hadrien) pour faire cesser la sécheresse. Selon P. Ellinger, ce sacrifice de Pausanias à Égine renvoie à toute la parabole de l’histoire grecque tracée par le Périégète, entre début et fin des maux, un objectif que pourrait avoir rempli aussi le sacrifice de Phigalie. Et le nom de Pausanias dans tout cela ? C’est sur cette question que se referme ce chapitre. En effet, on ne trouve pas dans ce texte une sphragis du type des préfaces d’un Hérodote ou d’un Thucydide. Seule la tradition manuscrite fait apparaître le nom de l’auteur. Une manière de résoudre le problème a été d’affirmer l’incomplétude du texte qui nous est parvenu, en son début ou à son terme, ou même des deux côtés. P. Ellinger fait le pari – car il y a une certaine dose de pari dans cette vision (p. 200) – que la conscience de son nom (la fin des maux) a accompagné Pausanias, refusant toutefois sciemment des jeux de mots trop clairs (les mots pauomai et ania sont très rares dans son œuvre et n’apparaissent jamais en combinaison). Il fait aussi l’hypo­thèse de l’existence d’une sphragis finale. À l’extême fin du livre X, Pausanias est à Naupacte et, autour des ruines d’un Asclépieion, il en raconte l’histoire. Il s’agit d’une action de grâces d’un homme presque aveugle à qui la poétesse arcadienne Anyté avait apporté un message scellé d’Asclépios qui lui était apparu en rêve. L’homme put lire le message et recouvrit ainsi la vue, en donnant à Anyté ce qui était inscrit sur le message, à savoir 2000 statères d’or. De nombreuses interprétations ont fleuri sur ce final abrupt : le paiement pour un mystérieux commanditaire de l’œuvre, une exalta­tion d’Asclépios, un appel à la restauration des sanctuaires ruinés, etc. Tout en accumulant les indices des thèmes chers à Pausanias qui convergent dans ce récit, P. Ellinger s’est aussi penché sur la poétesse Anyté et les quelques œuvres qui nous en sont parvenues. Tout d’abord, elle est arcadienne et son nom renvoie à Anytos, le Titan nourricier de Despoina, la grande déesse de Lykosoura. Ensuite, ce nom, tiré d’anuô, renvoie à la notion d’achèvement, de fin de parcours. Beau nom pour un père nourricier, certes, mais nom très pertinent aussi pour dire l’achèvement d’une œuvre qui est aussi la fin d’un voyage. Enfin, Anyté, l’Homère des femmes, a notamment laissé quatre courts poèmes qui mêlent inextricablement le thème du locus amoenus et le verbe pauomai… La fin du voyage est dite dans cette sphragis doublement présente au bout du voyage, après un clin d’œil à une Aphrodite dont le sanctuaire accueillait des veuves en mal de mariage, mais « d’autres choses encore ». Ces autres choses pourraient être les vœux des marins prêts à s’embarquer en face de Patras, comme Pausanias sur le point de repartir chez lui, de l’autre côté de l’Égée.

6Je me suis arrêtée plus longuement sur cette démonstration finale car elle offre un très bel exemple de manière à la fois intuitive et rigoureuse dont l’ensemble du propos de ce livre est mené. Même sans adhérer nécessairement à l’hypothèse d’un enchevêtrement de la conscience que Pausanias aurait eue de son propre nom et du thème du renversement de fortune qui court effectivement dans l’ensemble du texte, nous avons là une remarquable réflexion sur les questions de souillure et de purification, une analyse historique qui assume pleinement la dimension religieuse de son sujet, de même qu’une réhabilitation bienvenue d’un auteur trop longtemps malmené.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vinciane Pirenne-Delforge, « Pierre Ellinger, La fin des maux. D’un Pausanias à l’autre. Essai de mythologie et d’histoire », Kernos [En ligne], 19 | 2006, mis en ligne le 07 septembre 2011, consulté le 21 novembre 2014. URL : http://kernos.revues.org/477

Haut de page

Auteur

Vinciane Pirenne-Delforge

FNRS – Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page