Navigation – Plan du site
Actes du Xe colloque du CIERGA

L’Âge de fer se termine : la forme catalogique chez Eunape de Sardes

Martin Steinrück

Résumés

Le catalogue est une forme de base (opposée à celle du récit) de la littérature grecque. Elle se trouve, pour nous, la première fois chez Hésiode (en opposition à la tradition homérique), se recristallise, en prose, dans l’opposition à la forme sérielle qu’Aristote oppose aux formes bouclées des périodes en prose. Or, on peut suivre sa tradition jusque dans l’antiquité dite tardive. Les Vies de philosophes et de sophistes de l’historien Eunape de Sardes (ive siècle de notre ère) peuvent l’illustrer que cette continuité est toujours comprise comme un recours aux catalogues hésiodiques ou autres de l’époque archaïque. Nous procédons selon trois critères : premièrement, la tendance hésiodique de cacher un récit dans une énumération prétendument sobre se retrouve dans la suite de vies, qui se transforment peu à peu en histoire cohérente; deuxièmement le style sériel de la prose hérodotéenne ou d’Hypéride, lui-même héritier de la forme catalogique, se retrouve chez Eunape; troisièmement Eunape évoque comme modèle le Catalogue des femmes et présente son histoire comme une suite du catalogue des âges tel qu’il le lit dans Les Travaux et les Jours d’Hésiode.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Hermogène, Id,. 306 (éd. Raabe).
  • 2  L’un des deux textes qui mettent le mieux en évidence l’opposition des deux formes à l’époque arch (...)
  • 3  Pour le catalogue comme forme on se réfère ici à T. Krischer, Formale Konventionen der homerischen (...)
  • 4  Sur ce concept anti-heideggerien d’une vérité archaïque : W. Luther, «Wahrheit» und «Lüge» im (...)
  • 5 Cf. Callimaque, Aitia I, 11; Epigr., 27, 3.
  • 6  Aristote, Rhet,. 1409a-1409b.
  • 7  Démétrius, De eloc., 13 sq.
  • 8  Cicéron, Brut., 284, et T. Hidber, Das klassizistische Manifest des Dionys von Halikarnass, Die Pr (...)
  • 9 Cf. Eunape, VS X, 4, 3.
  • 10  Arist. Rhet., 1409a-1409b; Photius, Bibl., 209, 165b9-38 (éd. Bekker) = 106, 25-107 (éd. Henry).
  • 11  Par ex. Cic., Or., 220.
  • 12  Ps.-Longin, De subl., 22, 1; cf. 17, 2.

1Il y a des traits formels du catalogue qui peuvent servir comme des points de repère cardinaux dans le champ des formes littéraires et de performance, de poésie et de prose, depuis Hésiode jusqu’à l’Antiquité dite tardive. Cette thèse sera illustrée au moins partiellement au travers de l’analyse des Vies de philosophes et de sophistes, composées vers la fin du ive siècle de notre ère par Eunape de Sardes, historien, néoplatonicien et rhéteur de profession. On y relèvera un trait particulier qu’Hermogène a dénoncé chez Lysias comme discours sournois qui, en prose, se veut simple1, sérieux, sobre ou, en poésie, véridique c’est-à-dire attaché aux données pures2. En effet, la simple liste qu’un catalogue3 semble dresser en alignant des bateaux, des villes, des héroïnes, des gâteaux, des philosophes ou des hommes tombés dans une bataille tend souvent, mais de façon cachée, à glisser de cette forme paralléliste du pur répertoire vers un récit bouclé. Par le seul arrangement, le catalogue peut suggérer non pas des trames, des mûthoi tragiques ou épiques, mais des changements, des tendances, des avant-et-après et représenter ensemble avec son parfum de vérité quelque chose comme un discours historiographique4. Dans la forme catalogique, qu’elle s’exprime dans des listes d’Hésiode, ou dans le concept de la forme fine, du leptón d’un Callimaque5 ou dans le style prosaïque qu’on appelle sériel (selon Aristote6) ou non lié (selon Démétrios7) ou atticiste (selon Brutus et Calvus, les partisans de César8) ou encore spontané (selon Prohairésios, le professeur de rhétorique d’Eunape9), Hermogène peut trouver du sournois parce que cette tradition atteint la forme du simple non pas par une légèreté et simplicité naturelle comme semble le suggérer son message, mais en masquant l’utilisa­tion extensive de sa rhétorique. C’est ce que dit Aristote sur Hérodote ou Photios sur Dion de Pruse10 : la prose sérielle brouille toute forme bouclée possible soit en évitant l’orchestration, la concinnitas comme dit Cicéron11, soit en créant une boucle si longue que le retour, venant après une ou deux pages, ne soit senti qu’à un niveau subliminal. Ou pour le dire avec le Pseudo-Longin : l’atticisme cache sa techné12. C’est ce glissement d’une forme de liste prétendument sobre à une forme narrative, bouclée, mais cachée, qui nous semble être l’un des traits typiques de la forme catalogique et que nous tenterons de retrouver chez Eunape au niveau de la narration, du style et de l’intertexte.

a) Les récits cachés

  • 13  Eun., VS II, 1, 2 : « Lorsque la ‘lignée’ des philosophes et des sophistes qui ont vécu par la s (...)
  • 14 Cf. D.F. Buck, « Eunapius, Lives of the sophists, a Literary Study », Byzantion 62 (1992), p. 1 (...)
  • 15  Cette suppression du type philostratéen va de pair avec une conception philosophique de la louange (...)
  • 16  Eun., VS II, 1, 7 : « Ainsi le divin Plutarque donne directement, ça et là dans ses livres, un t (...)
  • 17  Il s’agit des chapitres 6 sur Aidésios (pour Sosipatra) et 7 sur Maxime (pour Julien).
  • 18  Il s’agit d’une opposition aussi bien distinguée par des historiens de la philosophie.
  • 19 Cf. Eun., VS VII, 2, 8 et 73, 10.
  • 20 Epitaphia, 5, PG 38, 1858, col. 13.
  • 21  Eun., VS VI, 10, 1 : « Comme elles se dégagent des astres, des particules élémentaires se dégage (...)

2Comme le dit Eunape au début de ses Vies, son modèle est Philostrate13. Dans son catalogue de sophistes, Philostrate avait toujours utilisé la même série de registres pour chaque sophiste : l’enfance, les annés de formation, la carrière, la mort et le style se répètent dans un ordre paralléliste comme c’est le cas pour les descendances d’une héroïne dans les Éhées d’Hésiode. Eunape suit les mêmes registres pour établir la génération de philosophes du ive siècle, du moins au début du texte, mais il ne tient pas longtemps. Peu à peu les différents chapitres se lient narrativement par la diadokhé14, la généalogie philosophique et les éléments du registre subissent des suppressions15. Ces éléments, notamment l’enfance, ne sont utilisés que pour créer des correspondances entre deux biographies ou ce à quoi Eunape semble penser dans l’introduction en louant particulièrement les bioi paralleloi de Plutarque16 : par exemple seuls Julien l’Apostat et la philosophe Sosipatra sont caractérisés par un long récit sur l’enfance. Les deux n’ont pas vraiment leur chapitre à eux mais se trouvent enchassés dans la vie d’un autre philosophe17. En plus leurs enfances sont comparables : étant les deux des surdoués, ils sont accompagnés chaque fois par deux éducateurs qui échouent finalement dans leur tâche. Julien et Sosipatra forment ensemble les deux étapes décisives d’une filiation philosophique considérée comme mauvaise par Eunape. Elle commence par Jamblique et arrive, en passant par Aidésios, à Sosipatra, dont l’élève est Maxime; et l’élève de Maxime est Julien. L’erreur de cette filiation néoplatonicienne18 serait, aux yeux d’Eunape, que ses représentants utilisent la magie, la théurgie pour s’opposer à la volonté des dieux olympiens, et surtout qu’ils s’en vantent publiquement19. De cette première filiation se détache une seconde, la bonne. Si elle avait eu le dessus, telle est la thèse suggérée par le texte, la chute de l’hellénisme après la mort de Julien aurait été moins grave. Ainsi, par des anticipations et des reprises de thèmes, Eunape commence à suggérer un récit rudimentaire, une histoire sans aban­donner entièrement la forme catalogique. La même chose se passe dans la seconde partie consacrée aux sophistes, où l’arrangement fait tout simple­ment croire qu’après la mort du grand maître Prohairésios, plus aucun grand rhéteur n’ait eu une chaire à Athènes. Grégoire de Nazianze qui a étudié avec Eunape dit la même chose de façon plus brève, en un seul distique élégiaque, mais il est vrai qu’il sonne moins sérieux20. Qu’Eunape ait quand même considéré son texte comme un catalogue, les autoréférences le prouvent. Quand il intègre la philosophe et magicienne Sosipatra à ce catalogue d’hom­mes illustres, mais sutout d’hommes, il dit bien que cela ne signifie pas qu’il fera des Ehées, donc qu’il ne fera pas le catalogue de femmes pseudo-hésiodique21.

b) Le style

  • 22  P. Chiron, « La période chez Aristote », in Théories de la phrase et la proposition de Platon (...)
  • 23  Exemple Hérodote, I, 1 (cf. M. steinrück, « Der reihende Prosastil (εἰρομένη) und sei (...)
  • 24  Demetr., De el. 204 : sur Platon et Eschine.
  • 25  Thémistios, or. 13.2 sur le style de Platon :
  • 26  Anon., In Ar. art. rhet., 193.
  • 27  I. Beck, Die Ringkomposition bei Herodot und ihre Bedeutung für die Beweistechnik, Hildesheim, Ol (...)
  • 28  Dans la Théogonie, il est facile de dégager une grande structure annulaire entre la fin du règne (...)
  • 29  Dans l’Odyssée et dans l’Iliade, les mêmes figures se trouvent, mais en commençant au niveau micr (...)

3Le style d’Hérodote, de Xénophon, de Platon, de Lysias, mais surtout d’Hypéride hérite de la forme catalogique. Aristote l’appelle eiroméné, donc « cousu » selon Chiron (ou peut-être la traduction par « sériel» serait-elle plus appropriée22). On y observe en effet souvent des séries de phrases comportant chacune le même nombre de côla23. Démétrios en donne un bel exemple et l’appelle les côla trimétra24. Le contemporain d’Eunape, Thémistios, oppose le style de Platon à son propre style périodique en le traitant à plusieures reprises de katálogos ou de katalégein25. Eunape imite l’exemple traditionnel du style sériel, donc Hérodote qui, lui, préfère les séries à cinq côla. Nous trouvons donc aussi souvent des séries de cinq incises dans les Vies de philosophes et sophistes. Mais il y a encore un autre trait caractéristique de la forme catalogique, que ce soit en prose ou en vers : déjà Aristote dit, qu’à la différence de la période, du circuit syntaxique, où le coureur imaginaire tourne rapidement autour du centre avant de faire demi-tour, dans le style sériel, la courbe que fait le coureur s’éloigne tellement du centre, que le public ne perçoit plus la boucle. Un commentateur tardif d´Aristote dit que ce style sériel finit bien, lui aussi, sur un bouclement, mais beaucoup plus tard26. Ainsi Beck a-t-elle trouvé le moule de la structure annulaire chez Hérodote, mais qui s’étend sur plusieures pages27. De même Hésiode n’utilise des structures bouclées qu’au niveau macrostructurel sur 200 vers et s’en abstient presque entièrement au niveau de la mémoire à court terme où il préfère évidemment le parallélisme28. Il s’oppose ainsi aux boucles du récit homérique situées clairement dans la microstructure, alors qu’au niveau de la macro­structure, l’Odyssée utilise le parallélisme29. Un schéma de cette inversion peut s’esquisser comme suit :

Catalogique

Récit

Auteurs

Hésiode, Sappho, Hypéride

Homère, Pindare, Isocrate

Noms

atticisme, eiroméné, léluméné

asianisme, katestramméné, période

Micro

série

boucle

Macro

boucle

série

c) L’intertexte

  • 30  À lire Eun. VP VII, 3, 16 (Achille), X, 4, 2 (Ulysse), IV, 1, 8 (Bellérophon) et VI, 9, 4 sq. (Phè (...)
  • 31  Selon Nic, Ther., 10, l’image des serpents nés du sang des Titans (les Olympiens ?) remonterait à (...)
  • 32  Verg., Ecl., 4, 34 sq.
  • 33  Pour la sculpture et la tradition pergamène, voir E. Abetel, La Gigantomachie de Lousonna-Vidy sui (...)
  • 34  Eunap., VS VI, 11, 2 : « C’est également ce qui arriva au sanctuaire de Canopos sous le règne de (...)
  • 35  Od. VII, 59; et Hipponax, fr. 128 (éd. West).

4C’est la tradition du catalogue hésiodique et du style sériel que reprend Eunape. Même dans le contexte chrétien, un peu plus asianiste ou comme on dit au ive siècle, « ionique », être héritier du style sériel ou atticiste ne signifie rien de particulier, c’est plutôt traditionnellement grec. Mais arranger le cata­logue en récit tout en l’associant plus particulièment au catalogue hésiodique, c’est curieux : ceci d’autant plus que les protagonistes, les philosophes néoplatoniciens, sont associés à des personnages de l’âge héroïque : Chrys­anthe est un Achille, Prohairésios un Ulysse, Porphyre un Bellérophon, Sosi­patra est Phaedra30, et il y a d’autres allusions moins voyantes. Si l’on lit de cette façon tout à fait néoplatonicienne une biographie comme assemblage d’indices d’une métempsychose, on peut avoir l’impres­sion que les héros sont revenus comme la fin du Catalogue des femmes, Nicandre dans les Thériaques31 ou encore Virgile32, tous textes qu’Eunape a lus, le suggèrent : en hiver les serpents se cachent sous terre et reviennent à la surface au printemps. Et dans cette Götterdämmerung, Zeus doit affronter encore une fois les Titans ou les Géants. Si les Gigantomachies en sculpture et écriture foisonnent dans l’antiquité tardive, chez Claudien ou chez Nonnos on n’est jamais sûr si les géants s’identifient aux païens ou aux chrétiens, alors que chez Eunape l’attribution est nette33. Lors de la destruction des temples de dieux olympiens dans tout l’empire romain et du Sérapiéion d’Alexandrie par Théodose, Eunape décrit l’évêque alexandrin responsable comme un Eurymédon sous forme humaine34. Or Eurymédon n’est pas seulement, depuis Hipponax, l’homme inculte par excellence, il est aussi, depuis l’Odyssée, le roi des géants35. Et la destruction du temple de Sérapis est bien décrit comme une bataille des soldats d’Eurymédon contre les statues des dieux. L’imaginaire grec semble donc voir derrière ces biographies un nouveau combat contre les Géants ou chrétiens, mais que les Olympiens ont prévu et que les Grecs sont censés perdre, parce que la fin du cinquième Âge est prévue par Hésiode.

  • 36  Eun., VS VI, 8, 4 (Sosipatra parle :) « Tu vas mourir avant moi et trouver une bonne et convenab (...)

5Sosipatra, la philosophe au don prohétique, prédit à son mari qu’après sa mort, il n’aura plus besoin de revenir to pémpton, « pour le cinquème »36. Les interprétations proposées pour ce terme sont si multiples et syntaxiquement hasardeuses qu’on pourrait peut-être avancer l’hypothèse que le pauvre mari ne reviendra plus pendant ce cinquème Âge sur terre, mais au sixième, dans l’Âge de la vieillesse et de la décadence. En tout cas tous les oracles chez Eunape annoncent l’Âge du skótos, de l’obscurité sans formes et Beauté, un terme néoplatonicien qui désigne évidemment le règne des chrétiens.

6Concluons : la forme catalogique se trouve chez Eunape aussi bien au niveau stylistique qu’il se manifeste dans la tendance à cacher un récit dans l’ordre énumératif, mais aussi dans le sens allégorique qu’Eunape semble proposer pour ce récit : la fin de l’Âge de fer, du monde hellénique, tel que le Catalogue des femmes et les Travaux et les Jours d’Hésiode l’annoncent dans un autre catalogue, le catalogues des Âges. En outre, la démonstration visait à montrer que ces traits réunis chez Eunape font aussi état de la longue tradition de la forme catalogique, aussi bien en vers qu’en prose.

Haut de page

Notes

1  Hermogène, Id,. 306 (éd. Raabe).

2  L’un des deux textes qui mettent le mieux en évidence l’opposition des deux formes à l’époque archaïque, c’est le moment où Ulysse, après son récit menteur articulé en une belle structure annulaire, est qualifié par le narrateur de l’Odyssée XIX, 203 comme suit :ἴσκε ψεύδεα πολλὰ λέγων ἐτύμοισιν ὅμοια.. Ce n’est pas forcément une autoréférence à la poétique de ce quasi-aède qu’est Ulysse ou d’Homère, mais lorsque dans la Théogonie les Muses invitent Hésiode à apprendre un type de chant, elles utilisent ce vers pour désigner l’une des deux formes qu’elles imaginent pour l’épopée en tout cas. Elles ne citent probablement pas spécifiquement l’Odyssée, mais une tradition et elles y opposent une autre (Hésiode, Th., 27 sq.) : ἰσμὲν ψεύδεα πολλὰ λέγειν, ἐτύμοισιν ὅμοια / ἰσμὲν δ ηὖτἐθέλωμεν, ἀλήθεα γηρύσασθαιSi nous interprétons cette déclaration comme l’ambivalence ironique des Muses, le texte reste obscur. Par contre, en acceptant l’interprétation comme intertexte polémique, comme opposition à ce que font les collègues, les sens est clair, à savoir : les Muses peuvent travailler pour quelqu’un qui fabrique des mensonges, donc quelqu’un comme Homère, mais ici, dans la Théogonie, c’est autre chose. La Théogonie est un catalogue et Hésiode sera toujours associé à cette forme, dans les Travaux et les Jours, deux catalogues en fait, et dans le Catalogue des femmes.

3  Pour le catalogue comme forme on se réfère ici à T. Krischer, Formale Konventionen der homerischen Epik, München, Beck, 1971 (Zetemata, 83); W. Kühlmann, Katalog und Erzählung, Studien zu Konstanz und Wandel einer literarischen Form in der antiken Epik, Freiburg am Breisgau, 1973, et notamment S. Perceau, La parole vive, Communiquer en catalogue dans l’épopée homérique, Louvain Paris Dudley MA, Peeters, 2002. Pour son lien avec la prose, cf. M. Steinrück, Haltung und rhetorische Form, Tropen, Figuren und Rhythmus in der Prosa des Eunap von Sardes, Hildesheim, Olms, 2004.

4  Sur ce concept anti-heideggerien d’une vérité archaïque : W. Luther, «Wahrheit» und «Lüge» im ältesten Griechentum, Borna Leipzig, Noske, 1935.

5 Cf. Callimaque, Aitia I, 11; Epigr., 27, 3.

6  Aristote, Rhet,. 1409a-1409b.

7  Démétrius, De eloc., 13 sq.

8  Cicéron, Brut., 284, et T. Hidber, Das klassizistische Manifest des Dionys von Halikarnass, Die Praefatio zu De oratoribus veteribus. Einleitung, Übersetzung, Kommentar, Stuttgart / Leipzig, Teubner, 1996 (Beiträge zur Altertumskunde, 70), p. 30-39. Mais cf. J. Wisse, « Greeks, Romans, and the Rise of Atticism », in J.G.J. Abbenes, S.R. Slings, I. Sluiter (éds), Greek Literary Theory after Aristotle. A collection of papers in honour of DM Schenkveld, Amsterdam, 1995, p. 73-77; T. Gelzer, « Klassizismus, Attizismus und Asianismus », in Th. Gelzer, G.W. Bowersock (éds), Le classicisme à Rome aux 1ers siècles avant et après J.-C., Genève, Droz, 1979 (Entretiens sur l'Antiquité classique, 25), p. 1-55. Sur la tradition stylistique de César, J. Porter, « Hermeneutic Lines and Circles: Aristarchus and Crates on the Exegesis of Homer », in Homer’s Ancient Readers, The Hermeneutics of Greek Epic’s Earliest Exegets, Princeton, UP, 1992, p. 67-114.

9 Cf. Eunape, VS X, 4, 3.

10  Arist. Rhet., 1409a-1409b; Photius, Bibl., 209, 165b9-38 (éd. Bekker) = 106, 25-107 (éd. Henry).

11  Par ex. Cic., Or., 220.

12  Ps.-Longin, De subl., 22, 1; cf. 17, 2.

13  Eun., VS II, 1, 2 : « Lorsque la ‘lignée’ des philosophes et des sophistes qui ont vécu par la suite devenait difficile à traiter en raison de leur nombre et de la multiplicité de leurs qualités, Philostrate de Lemnos entreprit un panorama un peu rapide, mais non sans élégance, à travers les biographies de sophistes éminents. Par contre les vies des philosophes n’ont pas bénéficié d’un traitement détaillé. »

14 Cf. D.F. Buck, « Eunapius, Lives of the sophists, a Literary Study », Byzantion 62 (1992), p. 141-157.

15  Cette suppression du type philostratéen va de pair avec une conception philosophique de la louange depuis notamment la Seconde Sophistique : les rhéteurs privilégient l’ordre biographi­que, les philosophes l’ordre moral.

16  Eun., VS II, 1, 7 : « Ainsi le divin Plutarque donne directement, ça et là dans ses livres, un témoignage de sa propre vie et de celle de son maître Ammonios, ainsi que de sa mort à Athènes sans appeler cela une biographie. Son plus beau texte consiste en les Vies parallèles des meil­leurs hommesd’après leurs exploits et leurs activités. »

17  Il s’agit des chapitres 6 sur Aidésios (pour Sosipatra) et 7 sur Maxime (pour Julien).

18  Il s’agit d’une opposition aussi bien distinguée par des historiens de la philosophie.

19 Cf. Eun., VS VII, 2, 8 et 73, 10.

20 Epitaphia, 5, PG 38, 1858, col. 13.

21  Eun., VS VI, 10, 1 : « Comme elles se dégagent des astres, des particules élémentaires se dégageant de cette famille – je ne voulais toutefois pas écrire le catalogue d’Hésiode qu’on appelle les Ehées en ont subsisté, se sont dispersées et ont été attribuées à d’autres familles de philosophes aux yeux desquels la parenté avait quelque signification pour la philosophie. »

22  P. Chiron, « La période chez Aristote », in Théories de la phrase et la proposition de Platon à Averroès, Paris, Rue d’Ulm, 1999 (Études de littérature ancienne), p. 103-130 (surtout p. 112; p. 123).

23  Exemple Hérodote, I, 1 (cf. M. steinrück, « Der reihende Prosastil (εἰρομένη) und sein Verhältnis zur Periode », RhM 147 [2004], p. 109-135) :

ὡς μήτε τὰ γενόμενα ἐξ ἀνθρώπων τῷ χρόνῳ ἐξίτηλα γένηται,
μήτε ἔργα μεγάλα τε καὶ θωμαστά,
τὰ μὲν Ἕλλησι, τὰ δὲ βαρβάροισι ἀποδεχθέντα, ἀκλέα γένηται,
τά τε ἄλλα καὶ δι’ ἣν αἰτίην ἐπολέμησαν ἀλλήλοισι.
Περσέων μέν νυν οἱ λόγιοι Φοίνικας αἰτίους φασὶ γενέσθαι τῆς διαφορῆς·
τούτους γάρ ἀπὸ τῆς΅Ερυθρῆς καλεομένης θαλάσσης ἀπικομένους ἐπὶ τήνδε τὴν θάλασσαν
καὶ οἰκήσαντας τοῦτον τὸν χῶρον
τὸν καὶ νῦν οἰκέουσι,
αὐτίκα ναυτιλίῃσι μακρῇσι ἐπιθέσθαι,
ἀπαγινέοντας δὲ φορτία Αἰγύπτιά τε καὶ΅Ασσύρια
τῇ τε ἄλλῃ [χώρῃ] ἐσαπικνέεσθαι
καὶ δὴ καὶ ἐς Ἄργος·
τὸ δὲ Ἄργος τοῦτον τὸν χρόνον προεῖχε ἅπασι
τῶν ἐν τῇ νῦν Ἑλλάδι καλεομένῃ χώρῃ.
πικομένους δὲ τοὺς Φοίνικας ἐς δὴ τὸ Ἄργος τοῦτο
διατίθεσθαι τὸν φόρτον.
Πέμπτῃ δὲ ἢ ἕκτῃ ἡμέρῃ ἀπ’ ἧς ἀπίκοντο,
ἐξεμπολημένων σφι σχεδὸν πάντων,
ἐλθεῖν ἐπὶ τὴν θάλασσαν γυναῖκας ἄλλας τε πολλὰς
καὶ δὴ καὶ τοῦ βασιλέος θυγατέρα·

24  Demetr., De el. 204 : sur Platon et Eschine.

25  Thémistios, or. 13.2 sur le style de Platon :

Νῦν δέ, ὦ μεγάλε,
ἀθρόον μοι ἀπήντηκεν ἅπαντα
ἃ σὺ
καταλέγεις,
καὶ πλείονα ὧν
καταλέγεις,
δρόμος ἰσόδρομος σχεδὸν τῷ ἡλίῳ
ἀπὸ Τίγρητος εἰς
᾿Ωκεανόν,
πόρος σύντονος,
πτῆσις χαμαιπετής,

26  Anon., In Ar. art. rhet., 193.

27  I. Beck, Die Ringkomposition bei Herodot und ihre Bedeutung für die Beweistechnik, Hildesheim, Olms, 1971.

28  Dans la Théogonie, il est facile de dégager une grande structure annulaire entre la fin du règne d’Ouranos et la fin du règne de Cronos si l’on ne suit pas seulement la répétition du thème de la succession violente, mais aussi la répétiton d’un catalogue de noms (Néréïdes et Océanides) ainsi que le régime temporel (le critère qu’utilisent les scholies pour établir des «retours» au début de l’Iliade). Cette petite structure se trouve réutilisée comme première moitié d’ une autre structure annulaire qui utilise comme seconde moitié le règne de Zeus. Une telle lecture qui n’est que possible et donc hypothétique, peut être confirmée par l’utilisation du même schéma dans le catalogue des Âges dans les Travaux et les Jours, si l’on suit la théorie de J.-P. Vernant, « Le mythe hésiodique des races, essai d’analyse structurale», RHR (1960), p. 21-54 [repris dans Mythe et pensée chez les Grecs, Paris, 1990 [1965], p. 19-47].

29  Dans l’Odyssée et dans l’Iliade, les mêmes figures se trouvent, mais en commençant au niveau microstructurel (cf. K. Stanley, The Shield of Homer, Narrative Structure in the Iliad, Princeton, UP, 1993, et M. Steinrück, Kranz und Wirbel, Ringkompositionen in denBüchern 6-8 der Odyssee, Hildesheim, Olms, 1997), alors qu’au niveau macrostructurel l’Odyssée du moins réutilise la même séquence de trois schémas narratifs exactement deux fois et crée donc un énorme parallélisme (cf. déjà T. Krischer, « Die Bogenprobe », Hermes 120 [1992], 19-25, et B. Louden, The Odyssey: Structure, Narration and Meaning, Baltimore, Johns Hopkins UP, 1999).

30  À lire Eun. VP VII, 3, 16 (Achille), X, 4, 2 (Ulysse), IV, 1, 8 (Bellérophon) et VI, 9, 4 sq. (Phèdre).

31  Selon Nic, Ther., 10, l’image des serpents nés du sang des Titans (les Olympiens ?) remonterait à Hésiode.

32  Verg., Ecl., 4, 34 sq.

33  Pour la sculpture et la tradition pergamène, voir E. Abetel, La Gigantomachie de Lousonna-Vidy suivie de Considérations sur la transmission du motif de l’anguipède, thèse Lausanne 2002 (Zeus comme empereur); cf., de Claudien, le poème du même titre et de Nonnos (qui avait écrit toute une Gigantomachie) le premier chant des Dionysiaques.

34  Eunap., VS VI, 11, 2 : « C’est également ce qui arriva au sanctuaire de Canopos sous le règne de Théodose, lorsque Théophile était le préfet des sacrilèges, une sorte d’Eurymédon humain, qui jadis fut le roi des Géants arrogants à outrance. À l’époque Évagreavait la charge politique et les soldats d’Égypte avaient été confiés à Romanos »; VI, 11, 3 : « Ces soldats qui endossèrent l’armure et se mirent eux-mêmes en position en s’attendant à recevoir des pierres et des polisseurs de pierre, mais sans devoir s’exposer même au bruit de la guerre, commirent des actes de vandalisme dans le sanctuaire de Sarapis, luttèrent contre les dons votifs et vainquirent sans bataille ni adversaire ! »

35  Od. VII, 59; et Hipponax, fr. 128 (éd. West).

36  Eun., VS VI, 8, 4 (Sosipatra parle :) « Tu vas mourir avant moi et trouver une bonne et convenable place dans l’au-delà, mais moi peut-être bien une meilleure. Ta place est autour de la lune et tu ne devras plus servir en philosophant pendant « le cinquième ». C’est ce que me dit ton fantôme, mais tu dépasseras la région sublunaire avec une bonne volée d’âmes qui sait bien conduire son char. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Steinrück, « L’Âge de fer se termine : la forme catalogique chez Eunape de Sardes », Kernos [En ligne], 19 | 2006, mis en ligne le 07 septembre 2011, consulté le 21 décembre 2014. URL : http://kernos.revues.org/448 ; DOI : 10.4000/kernos.448

Haut de page

Auteur

Martin Steinrück

Université de Fribourg – Sciences de l’Antiquité

martin.steinrueck@unifr.ch

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page