Navigation – Plan du site
Actes du Xe colloque du CIERGA

Hésiode, Homère, Hérodote : forme catalogique et classifications génériques

Ioanna Papadopoulou-Belmehdi

Résumés

L’usage de la forme catalogique et de la généalogie (envisagée ici comme sous-catégorie de la forme catalogique) inscrit les auteurs dans une filiation intellectuelle. Partant de cette hypothèse, l’article réexamine la question de l’influence homérique sur l’œuvre d’Hérodote (surtout à partir des livres II et VII) face à l’influence hésiodique sur la naissance de l’historio­graphie. L’objectif est de montrer que la manipulation de la forme catalogique est un critère d’innovation autant de l’école homérique face à l’école hésiodique que d’Hérodote face au style historiographique dominant. Les options poétiques « originelles » divergentes semblent ainsi avoir exercé une influence durable sur le processus de la formation des genres en Grèce ancienne.

Haut de page

Texte intégral

στορας... μεζονος δυνατς πεσεν ες σνοψιν νθρωπνου λογισμο
Denys d’Halicarnasse, VII, 5, 5

  • 1  À titre purement indicatif, quelques étapes bibliographiques : M.L. West, The Hesiodic Catalogue o (...)
  • 2  F. Jacoby, Atthis. The Local Chronicles of Ancient Athens, Oxford, 1949, p. 176 sq. (avec les réfé (...)
  • 3  L. Bertelli, « Hecateaus, From Genealogy to Historiography », in N. Luraghi (éd.), The Historian’s (...)
  • 4  West, o.c. (n. 1), p. 11 sq. Sur les interférences entre Grèce et Orient, voir J. Goody, La raison (...)

1Le statut de la forme catalogique dans l’histoire des genres discursifs grecs constitue un problème ouvert, relativement négligé, mais qui ne relève pas moins des questions fondamentales de nos disciplines. À commencer par les philologues, on retrouve les catalogues dans le débat sur le rapport entre Homère et Hésiode, sur la datation des deux poètes « originels », sur la locali­sation géographique de la poésie catalogique, sur la classification problématique de la matière catalogique au sein de l’œuvre homérique, sur l’évaluation de l’historicité d’Homère et de son rapport à l’époque mycénienne et la forme inventoriale1. Sous cette même rubrique de l’influence et de la transmission, on peut classer le débat qui associe la naissance de l’histoire à l’hypothèse de l’existence de chroniques prélittéraires, développées à partir de l’annotation des listes officielles2, ainsi que le statut problématique de « la popularité de la poésie généalogique d’Hésiode parmi les premiers historiens »3. Le comparatisme interculturel s’interroge de son côté sur l’influence de la pratique des listes orientales sur l’utilisation de la forme catalogique en Grèce4; or, comme en témoigne le débat autour des thèses de Goody, divers facteurs rendent ce rapprochement problématique.

  • 5  Voir J. Goody, La raison graphique, Paris, 1979, et pour le débat helléniste, M. Detienne, L’inven (...)
  • 6  Qu’Hartog traite, en l’occurence, comme un exemple de liste (voir infra). De même R. Thomas, Oral (...)
  • 7  Hartog, o.c. (n. 5), p. 49. Sur la généalogie comme « espace intellectuel de comparaison et de cri (...)

2La liste incomplète des questions ouvertes relevées ci-dessus renvoie in fine au « Grand partage ». Goody associe la pratique mésopotamienne des listes à la naissance de l’histoire et y décèle un processus notoire d’abstrac­tion, rendu possible par l’écriture. Dans la même logique, le cas grec du passage du muthos à l’histoire résiderait dans la juxtaposition hécatéenne des logoi par l’écriture, qui rendrait les contradictions évidentes5. Fr. Hartog a mis en évidence un certain nombre de spécificités grecques qui affaiblissent le rapport entre liste, écriture et naissance de l’histoire. Le cas des généalogies6 démontre le flottement durable entre historia et genealogia, malgré la prati­que de l’écriture7. En attendant de réelles avancées dans le domaine compara­tiste, le schéma de Goody reste une hypothèse dont l’intérêt n’est pas épuisé.

  • 8  Goody, o.c. (n. 5), p. 182. La fonction inventoriale – économique – n’est pas discutée dans le pré (...)
  • 9  Voir ici-même. Voir aussi L. Couloubaritsis, Conférence sur le mythe (24 avril 2001), Académie d’A (...)

3Un autre point fort des travaux de Goody, plutôt méconnu des hellénistes, est la mise en évidence de l’interêt philosophique (épistémologique) des listes en tant que mode de classement. Pour employer son vocabulaire, ce processus « artificiel » qu’est la constitution des listes exprime le début de l’évolution qui conduira à la logique formelle d’Aristote : « La liste implique discontinuité et non continuité »… Les listes diffèrent beaucoup des formes de langage parlé, parce qu’elles en disjoignent les éléments et les traitent abstraitement. Le fait même de construire des tableaux simples… peut amener à se poser des questions concernant les oppositions ou les contrastes, les ana­logies et les contradictions... et contribuent à la constitution d’une « logique formelle »8. En Grèce ancienne, l’importance de ce mode logique particulier se manifeste dans son réemploi intergénérique ininterrompu à travers les siècles. Comme le dit Lambros Couloubaritsis, du catalogue au syllogisme, l’histoire de la pensée grecque peut se dire par les composés de λέγω, de καταλέγω à διαλέγομαι jusqu’à la définition des syllogismes chez Aristote9.

  • 10  » Transfigurations du paradigme de la parenté », in J. Jayon et J.J. Wunenburger (éds), Le paradig (...)
  • 11  Généalogie d’Iris, fille de Thaumas. Thomas, o.c. (n. 5), p. 175-177; voir aussi Théetète, 152d. L (...)

4En effet, L. Couloubaritsis montre que le point de vue philosophique est d’une importance majeure pour comprendre la forme catalogique en tant que discours qui doit être « décodé et redressé pour manifester le réel dans sa structure globale »10. Pour exprimer son objet selon des ordres de succession divers, la forme catalogique se sert de schèmes (dans le sens kantien) fondés sur l’expérience réelle proche, d’où la nécessité de redressement. En témoigne fortement la généalogie, que j’envisage comme un sous-genre de la forme catalogique. La généalogie utilise le schème le plus familier à l’homme, le schème de la parenté, qui articule le sensible à l’invisible aussi bien dans les « catalogues des ancêtres » que dans les théogonies. Cette articulation entre deux ordres différents, effectuée par le lien de la parenté, donne aux relations généalogiques leurs potentialités conceptuelles, comme le dira Socrate dans Théetète (155d)11.

  • 12  T. Krischer, Formale Konventionen des Homerischen Epik, Munich, 1971 (Zetemata, 56); S. Perceau, L (...)
  • 13  Couloubaritsis, l.c. (n. 10), p. 175 sq.; l.c. (n. 11), p. 33-64 et La Proximité et la question de (...)

5D’autres schèmes produisent divers types de catalogues, le schème du chemin, de la quête, se traduira par un catalogue géographique, voire de topologie mythique ou de multiples voyages. Dans ce langage, le katalegein renvoie à une pratique du logos, celle de former des ensembles discrets, ce qui permet d’envisager le passage du muthos au logos comme « passage d’une pratique du logos à une autre pratique du logos, donc aussi passage d’un type de rationalité à un autre type de rationalité ». La conception philosophique de la pratique du katalegein est décisive pour faire la part entre les analyses qui accordent un statut épistemologique à la forme catalogique (T. Krischer) et celles qui y voient surtout une « poétique inventoriale » (S. Perceau)12, une structure descriptive ouverte et extensible à l’infini. Il en va, en fait, de l’interprétation globale de la pensée archaïque soit dans le sens évolutionniste du primitivisme ou d’une manipulation consciente et refléchie de la distorsion mythique13.

L’Histoire en train de se faire

  • 14  J.-M. Schaeffer, Qu’est-ce un genre littéraire ?, Paris, 1989, p. 153.
  • 15  Voir, récemment, R. Martin: « The genius of the homeric composers is to vacuum up the subgenres th (...)

6« L’auteur est aussi un lecteur... il n’existe pas d’inventions génériques ex nihilo, mais seulement des réaménagements, amalgames ou extensions à partir d’horizons génériques déjà disponibles »14. L’idée qui motive le présent article est que l’usage de la forme catalogique et de la généalogie dans l’historiographie inscrit les auteurs dans une filiation intellectuelle. Hérodote sera l’exemple privilégié, examiné à partir de la configuration des « origines » de la poétique grecque – Hésiode et Homère – qui présente deux options, une école « catalogique » hésiodique face à une école homérique qui instaure un mode mixte à dominance « mimétique », « dia-logique ». Comme le montrent de façon différente Platon et Aristote, la forme dialogique et la prédominance du discours direct sont consubstantiels à Homère et la Poétique d’Aristote témoi­gne de l’importance de cet apport pour l’histoire de la formation des genres, donc de la pensée grecque15.

  • 16  E. Bakker, I. de Jong, H. van Wees (éds), Brill’s Companion to Herodotus, Leiden, 2002, p. xvii et (...)
  • 17  Sur cette notion appliquée à l’œuvre d’Hérodote en rapport avec le mot logos, P. Payen, Les îles n (...)
  • 18  J. Marincola, « Herodotean Narrative and the Narrators’ presence », Arethusa 20 (1987), p. 131, in (...)
  • 19  Marincola, l.c. (n. 18), p. 132. La question de savoir si l’influence provient d’Homère ou du dram (...)

7Occupant une position de princeps, « à jamais énigmatique »16, Hérodote use amplement des ressorts de la mimésis et de l’émotion. En témoigne la structure des épisodes qui encadrent le grand catalogue des forces de Xerxès, marqué, sur le plan de « l’intrigue »17, par l’émotion de Xerxès et l’éton­nement des spectateurs internes (infra). L’adoption plus systématique de l’option narrative homérique dans les livres VII à IX (particulièrement représentatifs du style « unique » d’Hérodote18), s’explique par un changement de perspective : dans les livres de la guerre, la représentation des faits l’emporte sur l’autopsie, le « je » du narrateur se fait donc plus rare pour laisser la place à la « visualisation » des événements et de leurs acteurs19.

  • 20  Bref aperçu et bibliographie chez Bertelli, l.c. (n. 3), p. 70-72; et aussi, ibid., A. Moller, « T (...)
  • 21  Concernant la question intéressante posée par A. Moller (ibid.), il me semble difficile de nier l’ (...)
  • 22  Voir D. Toye, « Dionysius of Halicarnassus on the first Greek Historians », AJPh 116 (1995), 279-3 (...)

8Les deux options poétiques originelles semblent avoir pesé considérablement sur le lent processus de la formation des genres, l’historiographie n’étant pas une exception. On peut, en effet, considérer que la question de la forme catalogique, même si elle n’est pas formulée comme telle, fait partie du débat sur la naissance de l’histoire, en dehors de la théorie de Goody, puisque la critique de Jacoby contre Wilamowitz à propos des sources et de la forme des premières œuvres « historiographiques », notamment à propos de l’existence des chroniques « annalistiques » locales avant Hérodote, a dominé l’interpré­tation des historiens20. Au-delà de ce débat, toujours ouvert, il est important de mettre en relief cette autre source d’influence sur l’écriture historiographique en catalogue qu’est la poésie21, puisque des auteurs anciens témoignent en ce sens22.

  • 23  Jacoby, o.c. (n. 2), p. 178 sq.; A. Momigliano, Studies in Historiography, Londres, 1966, p. 127 s (...)
  • 24  Voir Fornara, o.c. (n. 23), p. 19; F. Lasserre, « L’historiographie grecque à l’époque archaïque » (...)
  • 25  Clément d’Alexandrie, Stromates VI, 26, 7. Je rappelle que dans le présent article les généalogies (...)
  • 26  Comme le remarque Fornara, o.c. (n. 23), p. 4.
  • 27  Scholie à Il. XVIII, 39-49. Martin, l.c. (n. 15), p. 171. Voir aussi Gr. Nagy, « Aristarchean ques (...)

9Le témoignage crucial à ce propos, très controversé parce qu’il contredit la position radicale de Jacoby23, est celui de Denys d’Halicarnasse, qui donne, dans son De Thucydide (VII, 5) un catalogue des auteurs qui ont précédé Thucydide et dont le style est décrit de façon unitaire : « langage clair, courant, pur, concis, adapté au sujet, qui ne laissait soupçonner aucun procédé de mise en œuvre ». « Ils n’ajoutent ni ne retranchent rien », (μήτε προστιθέντες αὐταῖς τι μήτε ἀφαιροῦντες), le projet commun à tous étant de « transmettre tels qu’ils l’ont reçu (οἵας παρέλαβον) la mémoire conservée par les locaux, dans les cités et les pays, et s’il y avait dans des lieux profanes ou sacrés des écrits (ἀποκείμεναι γραφαί), Hérodote étant celui qui a rendu aux style historiographique les qualités négligées par les autres (τς παραλειφ­θείσας ὑπ τῶν πρ αὐτοῦ συγγραφέων ἀρετάς). Un passage de Cicéron com­plète d’habi­tude24 la lecture de Denys : contrairement à Hérodote, Phérécyde, Hellanikos, Akousi­laos « et beaucoup d’autres parmi les Grecs » ont adopté un style d’écriture proche des annales maximi (De oratore, 2, 53 et 55), style par excellence catalogique. Clément d’Alexandrie reprochait à Eumelos et à Akousilaos d’Argos, auteurs tous les deux d’œuvres généalogiques, de ne rien avoir fait d’autre que de mettre Hésiode en prose25. Flavius Josèphe exprime la même idée avec plus de précision26 : Hellanikos de Lesbos a corrigé Akousilaos qui a corrigé Hésiode (FGrHist 2 T 6). Pour les Alexandrins, le style catalogique « pur » porte le sceau d’Hésiode, et c’est sur cet argument stylistique qu’un catalogue énumératif sec chez Homère peut être athétisé par Zénodote et Aristarque27.

  • 28  Fowler, l.c. (n. 20), p. 66 : « style is no very bad criterion –indeed, it is a better one than Ja (...)
  • 29  Comme le note Fornara, o.c. (n. 23), p. 19.

10Ce texte de Denys n’a pas intéressé Jacoby, puisqu’il se fonde sur le critère du style28. Raisonnant en évolutionniste, Denys considère que le style simple a dû précéder Hérodote29. Il n’est pourtant pas nécessaire – ni possible, actuellement – de poser les deux styles d’écriture en rapport chronologique, surtout si on admet l’hypothèse d’une influence décisive de la « dichotomie » originelle de la poétique grecque sur la naissance de l’histoire, notamment à cause des liens entre histoire et généalogie et de l’innovation hérodotéenne comme contre-proposition « historique » sur le plan aussi bien de la forme que du contenu.

  • 30  Cicéron, De oratore, 12, 39 avec les précisions de Lasserre, l.c. (n. 24), p. 113-114.
  • 31  Polybe (XII, 26, 9) et Plutarque critiquent Phylarchos qui accompagne d’ornements dramatiques le r (...)

11Toute une ligne de lecteurs, qui remonte au moins à Théophraste30, semble tracer une ligne de démarcation fondamentale dans le courant historiographique entre des exposés secs et factuels, plus proches de la structure cata­logique, et la valeur littéraire de l’œuvre d’Hérodote – l’admirateur d’Homère, comme l’appelle Denys, ou « le très homérique », comme l’appelle Longin – qui lui confère un statut particulier dans le métier historiographique : princeps genus hoc ornavit (Cicéron, De oratore, 2, 55). Entre ces deux façons de faire l’histoire, qui entretiennent un rapport différent à la poésie, la tension durera : Polybe, au iie siècle av. J.-C., stigmatise les historiens qui mêlent le pathos à leur composition31. Le critère de la vérité n’est pas l’unique fondement de l’histoire tout au long d’une tradition de réception et la tension entre histo­riens et littéraires dans les études hérodotéennes traduit en partie ce débat.

Comment gérer (de façon originale) un grand catalogue

  • 32  Comme le remarque Payen, o.c. (n. 17), p. 100. E. Powell, Lexicon to Herodotus, Cambridge, 1938, s (...)
  • 33  I. de Jong, « Narrative Unity and Units », in Bakker et al., o.c. (n. 16), p. 253.

12Avant Hérodote et autour de lui, il y a déjà une tradition importante de catalogues. Lui-même s’y emploie couramment. Le verbe katalegein n’a pas un sens métaphorique dans son discours : 36 occurrences dont 28 sont suivies d’un vrai catalogue. « Chez Hérodote le verbe katalegein prend toujours le sens d’énumérer et décrire »32. Au tout début de son œuvre apparaît déjà le premier catalogue (I, 6) : dans l’effort d’élucider la question du premier respon­sable de la guerre de Troie, il « parcourra » et « se souviendra » de « peti­tes et des grandes cités des hommes ». Ce premier « parcours » catalogi­que est une généalogie qui met en marche le temps intra-textuel33 et qui situe les conquérants dans leur espace géographique et les réunit dans le même inventaire selon un critère précis, leur rapport aux Grecs d’Asie Mineure.

  • 34  H. Erbse, Studiens zum Vertändnis Herodots, Berlin / New York, 1992, p. 125-127 (sur Homère et le (...)
  • 35  J. Myres, Herodotus Father of History, Oxford, 1953, p. 43.
  • 36  Comme le rappelle encore récemment R. Thomas, Herodotus in context, Cambridge, 2000, p. 9; son dés (...)

13Qu’Hérodote ait appliqué en prose le modèle homérique34 est une constatation ancienne. Or, actuellement, ses affinités génériques soulèvent encore un âpre débat. Entre l’« historiopoïète » et le « premier présocratique entière­ment conservé »35, ouvert aux progrès scientifiques et philosophiques de son temps, l’articulation est loin d’être réglée36. Pourtant, examiner l’homérisation consciente et flagrante de l’Enquête ne revient pas à nier le faisceau des diffé­rents courants de pensée qui la nourissent, mais à s’interroger sur un trait intergénérique dans la pensée grecque, c’est-à-dire le rôle décisif des poètes originels dans la formation des genres discursifs majeurs.

  • 37  Payen, o.c. (n. 17), p. 102.
  • 38  La structure narrative du catalogue s’éclaire par les travaux de Gr. Nagy sur Hérodote et l’ainos  (...)

14Deux passages de l’œuvre, très discutés, me serviront de terrain d’observa­tion : l’épisode d’Hécatée récitant sa généalogie en Égypte et le long inven­taire des contingents de l’armée de Xerxès (livre VII, 61-99), rassemblée à Doriscos en vue de l’expédition contre la Grèce, que je vais commenter en premier, parce qu’il illustre mieux que tout autre « le travail de déplacement et de transformation »37 qu’Hérodote opère sur cette forme très ancienne qu’est le catalogue. Un même mouvement d’« homérisation » définit ce pas­sage ainsi que l’ensemble de la séquence dans laquelle il s’inscrit et dont la structure me semble relever de l’ainos tel que Gr. Nagy l’a analysé38.

  • 39  Tout comme la fin des Histoires, qui terminent avec un signe du monde épique vers le monde contemp (...)

15Dans la symbolique de l’Enquête, qui, depuis le préambule, se place sous le signe épique39, la mise en scène de la progression des forces de Xerxès vers l’Europe renvoie très concrètement à l’affrontement iliadique entre Grecs et Asiates. Dans la première énumération (VII, 41), avant la traversée de l’Hellespont, qui décrit uniquement l’armée d’élite perse autour de Xerxès, le premier arrêt mentionné a lieu à la plaine de Troie. Sont nommés les lieux symboliques de l’Iliade, le Scamandre, la citadelle de Priam, Athéna Ilias à laquelle Xerxès offre un sacrifice de mille bœufs et « les héros » que les mages honorent par des libations (VII, 43). Ces gestes intertextuels sont fortement dramatisés puisqu’ils dépendent de l’émotion de Xerxès : c’est le himeros qui le pousse à ce pèlerinage. La mention d’Athéna Ilias renvoie subtilement au sort tragique d’Hector auquel la déesse n’a pas accordé la victoire malgré la riche offrande du peplos.

  • 40  Payen, o.c. (n. 17), p. 101. La longeur d’un discours chez Homère correspond exactement au statut (...)
  • 41  Voir aussi III, 60 et C. Dewald, « Epic Heritage and Mythical Patterns in Herodotus »,in Bakker et (...)
  • 42  Xerxès fait la même chose que Darius au Bosphore (IV, 85).
  • 43  Sur la nature tragique de l’épisode, Waters, o.c. (n. 19), p. 68 sq. Plus généralement S. Saïd, «  (...)

16Un long développement catalogique chez Hérodote est toujours motivé, car la fonction inventoriale ne constitue pas la dominante de l’œuvre40. De toute façon, la longueur excessive appelle des explications : « je prolonge le logos sur les Égyptiens, car ils ont pleista thaumasia (II, 35) »41. La mise en scène du Catalogue des forces relève de la même logique, renforcée par sa facture homérique : arrivé à Abydos, juste avant la traversée de l’Hellespont, Xerxès souhaite contempler l’ensemble de son armée (VII, 44, 1-2), à partir d’un lieu haut42. Le spectacle l’émeut : d’abord il le remplit de joie (ἰμέρθη θηεύμενος..., ἥσθη..., ἑαυτν ἐμακάρισε), puis il le fait larmoyer, ce qui provoque le commentaire bien connu de son oncle Artabanos sur les dangers stratégiques du grand nombre et sur la fragilité du sort humain43. Puis, une fois la traversée interminable achevée, qui a duré sept jours et sept nuits, Xerxes choisit la plaine de Doriscos pour rassembler l’armée, au bord de la mer. Hérodote tient à décrire ce que voit Xerxès dans toute son étendue, parce que c’est un événement d’envergure exceptionnelle.

  • 44  θεῶμαι : VII, 56; 100, 3 & 15. Voir D. Konstan, « Persians, Greeks and Emprire » et la réponse de (...)
  • 45  Voir déjà Cicéron, Disputationes Tusculanae IV 114. Sur la mise en scène du taxinomique (« l’œil c (...)
  • 46  Rutherford, l.c. (n. 15), p. 93.

17La mise en œuvre visuelle du catalogue des forces, qui se déroule sous le signe du spectacle (θεῶμαι marquant le début et la fin de ce long récit44), constitue une autre trace importante de transposition de la technique homé­rique, qui consiste à manipuler la forme catalogique pour produire un effet visuel (articuler donc le catalogique au visuel)45. Homère décrit les meilleurs de l’armée achéenne à travers le regard d’Hélène, du haut des murailles troyennes dans la Teichoskopia. Un autre exemple de cette adaptation : le catalogue des femmes du chant XI de l’Odyssée est « performé » par Ulysse et le οἵη du catalogue des femmes hésiodique est remplacé par le τήν δέ ἴδον46 Tout comme le cas d’Hélène dans l’Iliade, dont l’œil organise le catalogue des chefs, cet expédient narratif sert à accentuer le rôle de Xerxès dans ce grand mouvement humain. C’est ainsi que le catalogue devient un élément « argumentatif » de type particulier, soumis à la forme codée de l’ainos, puisque sa justification narrative se fait retrospectivement, à partir de la discussion entre Xerxès et Démarate, qui préfigure l’issue ultérieure de cette expédition monumentale.

  • 47  H.R. Immerwahr, Form and Thought in Herodotus, Ohio, 1966, sur l’importance symbolique de ces fron (...)
  • 48  Τν σν γῆν (IX, 116,3), dit Artuaktès en s’adressant à Xerxès : Nagy, Pindar’s Homer, cit. (n. 34 (...)

18Ces techniques de dramatisation semblent reposer sur la surdétermination iliadique de Xerxès – Xerxès-Hector, Xerxès-Agamemnon. L’homérisation du récit signifie que la narration atteint un point particulièrement crucial, le moment où l’étroit passage qui sépare les deux continents sera franchi47. Que l’Hellesponte fonctionne comme signe fort d’homérisation, la fin de l’Enquête le démontre amplément, toujours sur le mode particulier de l’ainos : dans les paroles d’Artuaktès, qui veut posséder « l’oikos » (le tombeau) de Protesilaos et ses richesses, le héros homérique mériterait une telle « dépossession » parce que, répète-t-il deux fois, il a « attaqué la terre de Xerxès... »48

  • 49  Voir récemment Boedeker, l.c. (n. 34), p. 103. Sur la maîtrise des techniques épiques par Hérodote (...)
  • 50  Cf. Iliade, II, 7-34, le rêve trompeur que Zeus envoie à Agamemnon; le rêve de Xerxès : VII, 12-18 (...)
  • 51  Sur la atrekeia, Darbo-Peschanski, o.c. (n. 19), p. 179 sq.; P. Cartledge, E. Greenwood, « Herodot (...)

19Comme pour le Catalogue des Vaisseaux iliadique49 un récit de rêves prémonitoires précède l’énumération des forces de Xerxès50. Aussi, Hérodote ouvre la partie proprement énumérative de son catalogue par une phrase qui fait écho au vers II, 488 de l’Iliade (πληθν δ’ οὐκ ν ἐγ μυθήσομαι οὐδ’ ὀνομήνω...) : πλῆθος ἐς ἀριθμόν, οὐκ ἔχω εἰπεῖν τ ἀτρεκές51. De même, « qui pourrait nommer tous ceux qui viennent animer le combat » autour du cadavre de Patrocle (XVII, 260-261) ? Difficile de « tout nommer », l’exhausti­vité relève uniquement du divin (XII, 176 : ἀργαλέον δέ με ταῦτα θεν ς πάντ’ ἀγορεῦσαι) et c’est un point autour duquel est construite la « philosophie » homérique des catalogues (voir infra).

  • 52  Hartog, o.c. (n. 5), p. 46, citant Wilamowitz.
  • 53  C. Calame, Le récit en Grèce ancienne, Paris, 2000, p. 128-130; Thomas, Literacy and Orality, cit.(...)
  • 54  Sur les dimensions polémique et agonistique du « je » hérodotéen, voir Marincola, l.c. (n. 18); Bo (...)

20« Les Grecs sont moins les inventeurs de l’histoire que de l’historien comme sujet écrivant »52. Tout en empruntant à Homère le trope de l’invoca­tion conventionnelle qui précède un catalogue, Hérodote substitue aux Muses la parole contemporaine des logoi : il ne pourra pas donner les chiffres par contingent (voir aussi 54, 3), puisque aucun peuple ne conserve des logoi à ce propos (οὐ γὰρ λέγεται πρὸς οὐδαμῶν ἀνθρώπων), signifiant ainsi le statut propre à son œuvre, qui ne prétend pas à l’inspiration surnaturelle53. Mais, si on tient compte de la dimension polémique et agonistique du « je » hérodo­téen, l’intertextualité tissée dans le logos d’Hérodote pourrait être aussi un signe d’émulation54.

  • 55  Avec les nuances de N. Luraghi, « Introduction », in Luraghi, o.c. (n. 3), p. 10 sq.
  • 56  Murray, l.c. (n. 50), p. 28.
  • 57  L’usage argumentatif des catalogues est clairement énoncé par Hérodote lui-même, à propos des pres (...)

21Ou legetai fait penser inévitablement au débat crucial autour des sources orales ou écrites d’Hérodote dans ses étapes de F. Jacoby à O. Murray, dont le « documentary model »55 assure le relais entre les documents achéménides et l’information donnée par Hérodote. Murray parvient à déplacer le débat parce qu’il tient compte de la perspective aussi bien littéraire qu’historienne : Héro­dote n’entretient pas un rapport statique avec les sources, mais réorganise les testimonia, selon la perspective originale, propre à son projet esthétique et moralisant56. Ce qui explique l’usage plus « argumentatif » que purement énumératif et informatif des catalogues qu’Hérodote choisit de déployer57.

Les forces de Xerxès et les richesses de Crésus

  • 58  W.W. How, J. Wells, Commentary on Herodotus, Oxford, 1961, II, p. 151-152.
  • 59  ᾿Ενδιατάξαι τε κα ἐξαριθμῆσαι(VII, 60,2.), ἐπεί ἠριθμήθη τε καί διετάχθη ὁ στρατός (VII, 100). Pa (...)
  • 60  En nuançant le rapprochement, P. Payen (ibid., p. 100) fait remarquer qu’Hérodote met au centre le (...)

22P. Payen a commenté brièvement mais de façon substantielle les limites de l’influence épique en matière de catalogues et le caractère conscient de la manipulation hérodotéenne. Indéniablement, le catalogue des forces de Xerxès a également une visée ethnographique : associé à celui des satrapies (III, 90 sq.) et à la description de la voie royale (V, 52 sq.), il participe à la description de l’Empire58. L’activité détaillée d’énumération et d’agencement des contingents (VII, 60 sq.) que Xerxès commande après la traversée, est présentée en structure annulaire qui souligne la composante visuelle59. Jusqu’en VII, 83, Hérodote décrit les contingents, leur uniforme et armement, nomme leur chef, précise la façon de diviser ces contingents et d’attribuer des officiers à chaque entité (VII, 81)60. Suit la mention des chevaux, autre écho iliadique (VII, 84-88, Iliade II, 761 sq.). Et du paragraphe 89 au paragraphe 100, Hérodote construit un Catalogue des Vaisseaux.

  • 61  D. Lewis, Selected papers in Greek and Near Eastern History, Cambridge, 1997, p. 345-361. Sur la n (...)

23Quand Armayor relevait qu’il y a 67 nations dans l’empire de Darius, 67 contingents dans l’armée de Xerxès, comme il y a 67 chefs, achéens et troyens réunis, dans le Catalogue des Vaisseaux iliadique, il concluait qu’il fallait inscrire le catalogue que nous examinons dans la longue tradition littéraire du même type. Les chiffres qu’Hérodote avance en VII, 186-187 sont invraisemblables, selon les spécialistes. En revanche, même s’il ne s’agit pas d’une « liste », dans le sens d’une transcription d’un document officiel, ce catalogue est peut-être le seul cas, selon D. Lewis, où il vaut la peine d’essayer de départager noyau « documentaire » et ce qui relève de la transformation littéraire61.

  • 62  Calame, o.c. (n. 53) et « Mémoire collective et temporalités en contact : Somare et Hérodote », RH (...)
  • 63  En VIII, 184, Artabanos se trouve déjà justifié : pas de port pour autant de bateaux.

24La fonction polyvalente, « historiopoïétique »62, du catalogue se laisse lire à partir de l’échange entre Xerxes et Démarate, Artabanos et Xerxès dans le contexte immédiat, mais aussi à partir des dialogues entre Solon et Crésus. Hérodote met en scène les options stratégiques de Xerxès en en indiquant l’extravagance inquiétante par la simple longeur de l’énumération déployée dans l’espace du récit. L’ambiguité stratégique du critère arithmétique, prédo­minant dans les décisions de Xerxès, est déjà esquissée dès après la premier « spectacle » catalogique, dans sa discussion avec Artabanos (VII, 47-48), où Xerxès, croyant qu’Artabanos doute de l’expédition à cause du nombre insuffisant des forces perses, propose de les augmenter et Artabanos le prévient que le nombre exorbitant peut se retourner contre le Grand Roi63.

  • 64  Par contre, en VII, 224, 1, Hérodote ne donne pas la liste des noms des 300 Spartiates morts avec (...)
  • 65  Rapprochement de l’échange entre Xerxès et Artabanos avec celui entre Solon et Crésus, Waters, o.c (...)

25Si le grand nombre n’est pas résumé ici en quelques phrases64, c’est aussi pour renforcer la position éthique hérodotéenne face à la richesse que l’on peut trouver exposée dans le dialogue entre Solon et Crésus65, où Solon, en dénombrant les jours d’une vie en un calcul arithmétique comme autant de moments de la vie humaine ouverts au changement de fortune (en décomposant par la multiplication les heures en minutes), avertit Crésus que le Temps décomposé en une infinité d’instants est plus fort que la prospérité humaine fondée sur la richesse. Tout comme Crésus qui, après avoir montré à Solon toutes ses richesses, reçoit une réponse conforme à la mesure grecque (ὡς τ παρ’ ἡμῖν, I, 30), Xerxès mesure la victoire par le nombre élevé de ses soldats, face à Démarate, qui y oppose à la fierté « arithmétique » du Grand Roi, l’idéal auquel les guerriers grecs se conforment et se battent jusqu’au bout (VII, 102; 104).

  • 66  La structure de cette unité narrative le démontre de façon paratactique, indirectement. Cette voie (...)
  • 67  L. Slatkin, The Power of Thetis, California, 1991, p. 118 sq.; P. Rousseau, « L’intrigue de Zeus » (...)
  • 68  Payen, o.c. (n. 17), p. 103.
  • 69  Nagy, Pindar’s Homer, cit. (n. 34), p. 248.

26Fidèle à son projet, Hérodote commémore ici un thaumasion66, qui dépasse les limites humaines telles que les Grecs les conçoivent. Un tel « mouvement de populations » (pantas anthropous) ne peux qu’évoquer la Dios Boulê67, dans un style tout à fait iliadique, au moment même où se déploient dans le récit les innombrables soldats de Xerxès : « Ô Zeus, pour­quoi, ayant tu pris l’aspect de l’homme perse et le nom Xerxès au lieu de Zeus, veux-tu détruire la Grèce ? Tu pouvais y parvenir sans tout cela ». Tournons-nous encore une fois vers Homère : « La situation de communication en catalogue se caractérise constamment dans l’Iliade par une certaine solennité liée à une conjoncture d’urgence ou de crise ». Le catalogue hérodotéen obéit à cette logique en exprimant la solennité du moment : son « expansion » narrative augure la mauvaise suite, en bâtissant la longue liste des « futurs » vaincus68. Dans l’ainos, en effet, le sens d’un passage est rendu clair par la suite des événements69.

Rire d’Hécatée : Hérodote n’est pas un généalogiste

  • 70  À titre d’exemple, je citerai deux cas pour montrer combien il peut être artificiel de construire (...)
  • 71  Voir Fowler, l.c. (n. 20) : le traitement narratif des sources constitue la plus grande origina­li (...)

27Au début de cet article, j’ai précisé que j’envisage la généalogie comme une sous-catégorie de la forme catalogique, comme un catalogue qui déploie le schème de la parenté, un « catalogue des ancêtres » (καταλόγῳ προγόνων, Théétète, 175a), comme le dit Platon70. Les transformations intergénériques de la généalogie sont donc au cœur de notre sujet. Hérodote ne s’adonne pas à l’exercice généalogique per se, les listes généalogiques brèves qu’il expose illustrent, comme chez Homère, le rôle des personnages. Comme il tient à inscrire régulièrement dans son œuvre ce qui le différencie par rapport aux autres formes du savoir71, il exprime ses réserves à l’égard du genre généalogique dans le long exposé sur le savoir généalogique égyptien, dont fait partie le passage sur Hécatée récitant sa généalogie. Or, pour les modernes, c’est grâce au regard critique qu’Hécatée affiche au début de sa Genealogia qu’il est associé à la vague rationaliste. Cependant, le sceptiscisme à l’égard de l’infor­mation généalogique, tout comme la critique des autres traditions sont déjà perceptibles chez Homère. Une brève relecture de deux passages d’Hérodote et d’Homère, bien connus, étayera cette suggestion.

  • 72  de Jong, l.c. (n. 33), p. 252 sq. Voir aussi F. Mitchel, « Herodotus’ Use of Genealogical Chronolo (...)
  • 73  Ce qui finalement reflète les divergences narratives de l’historiographie naissante : orientation (...)

28La lecture des généalogies hérodotéennes relève de la question classique si le temps est un principe structurant dans l’œuvre. Récemment Irène de Jong72 a reformulé utilement le débat sur le plan méthodologique, en qualifiant d’« anachronique » la structure chronologique de l’œuvre, preuve supplémentaire de l’influence décisive du modèle homérique. La distinction proposée par Mitchel, dans son article bien connu, entre généalogies poétiques, généa­logies érudites des historiographes et chronologies arithmétiques73 aide à comprendre que, tout comme les nombreux logoi qu’il synthétise, Hérodote doit faire face à une grande variété de logiques généalogiques et chronologiques. C’est ce qu’il exprime clairement dans l’épisode d’Hécatée en Égypte. Ici il ne s’agit pas seulement de situer les événements dans le temps mais de se situer aussi par rapport aux autres logoi et œuvres.

  • 74  Voir le commentaire pertinent de Calame, l.c. (n. 62), p. 355 sq. Voir aussi Mitchell, l.c. (n. 72 (...)
  • 75  Drews, o.c. (n. 18), p. 56 sq.; A. Lloyd, Herodotus, Book II : Commentary 99-182, Leiden, 1988.

29Il faut rappeler qu’Hérodote collecte dans les temples d’Héliopolis et de Thèbes un savoir étroitement lié à la forme catalogique74. En II, 100, les prêtres d’Héliopolis κατάλεγον... ἐκ βύβλουles noms des 330 rois qui correspondent à des générations humaines. Conforme à son attitude générale à l’égard de la forme catalogique, Hérodote ne s’arrêtera par la suite que sur les rois qui sont associés à des faits remarquables. À ce premier calcul du temps historique égyptien s’ajoute la contre-preuve obtenue par les archiereis du temple de Zeus Ammon à Thèbes, qui introduisent Hérodote – comme il l’avaient fait avec Hécatée – dans le megaron où sont dressés les colosses représentant les grands prêtres qui les ont précédés et qui y ont érigé leur statue de leur vivant, traçant dans l’espace un « catalogue » des générations égyptiennes en « images », en trois dimensions. Tout en énumérant les statues, les grands prêtres ont récité leur généalogie qui remontait à 345 générations. Par le fait d’énumérer (ἐπί τῆ ἀριθμήσει, II, 143, 11), dit Hérodote, ils ont produit une généalogie qui contredisait (antigeneêlogein) celle d’Héca­tée. Aussi longtemps que l’énumération des prêtres pouvait remonter, jusqu’à la 345e génération75, il ne paraissait pas possible de rattacher une généalogie humaine à un dieu ou un héros.

  • 76  Platon distingue : μυθολογεῖν, γενεαλογεῖν, τος χρόνους ἀριθμεῖν (Timée, 22b).

30Cette nouvelle prestation catalogique, qui répond à la généalogie grecque récitée par Hécatée, est une confrontation de deux pratiques savantes, dont une possède une écrasante supériorité fondée sur l’ancienneté et sur la méthode suivie, visant à prouver, par l’ancienneté imposante de la documentation égyptienne, le vice caché de la généalogie présentée par Hécatée, aboutissant à une mise en cause globale du système généalogique grec. Les Égyptiens sont, comme le dit un peu plus loin Hérodote : αἰεί τε λογιζόμενοι καὶ αἰεὶ ἀπογραφόμενοι τὰ ἔτεα (II, 145, 10). C’est à eux qu’il compare le système généalogique grec pour relativiser sa validité, choisissant des porte-paroles identifiables et prestigieux. Cette critique implicite illustre bien les distinctions pertinentes de Mitchel, puisque nous avons ici une confrontation entre généalogie mythique et généalogie chronologique (etea / geneai tradui­sent cette opposition dans le texte même76). Le système égyptien représente fidèlement le sens énumératif du katalegein, tandis que la généalogie mythique se fonde sur la hiérarchisation temporelle de proteron, husteron.

  • 77  Je ne peux pas être d’accord avec D. Boedeker, « Herodotus’ Genre(s) », in Depew – Obbink, o.c. (n (...)
  • 78  Cf. IV, 36, 2. Sur ce passage et sur l’esprit agonistique de l’usage de la première personne par H (...)
  • 79  R. Osborne, « Archaic Greek History », in Bakker et al., o.c. (n. 16), p. 500.

31Dans ce contexte, Hécatée devient une cible paradigmatique, à cause de sa notoriété assurément mais aussi en tant qu’exemple personnifié d’une pratique généalogique grecque peu sérieuse77 : la critique vise donc toute une forme de savoir78. En effet, si l’on tient compte du style paratactique de ses procédés demonstratifs, Hérodote rattache l’épisode à une critique plus fondamentale touchant à l’ensemble du système généalogique grec relatif aux dieux, concluant sur l’hypothèse bien connue : que les Grecs auraient appris tardivement les noms de certaines divinités (Dionysos, Héraclès, Pan), et ce n’est qu’à partir de ce moment-là qu’ils auraient commencé la généalogie relative à eux (II, 146, 2)79. L’épisode autour d’Hécatée contribue à mettre en lumière la faiblesse de cette mémoire courte et du genre discursif qui en perpétue les erreurs.

Homère non plus n’est pas généalogiste

  • 80  J.-C. Carrière, « Du mythe à l’histoire. Généalogies héroïques, chronologies légendaires et histor (...)

32Le peu d’interêt qu’Homère montre pour les filiations a déjà été remarqué. Subordonnée au principe de la mimésis, dépourvue donc de l’écran d’objecti­vité qu’offre le discours indirect, la généalogie est prononcée par les person­nages et obéit à l’esprit polémique caractéristique de l’épopée. En effet, les mises en scène des généalogies laissent apparaître une attitude cohérente, tout à fait réfléchie, de la part du poète. Dans l’Iliade, elles sont, tout d’abord, toujours integrées dans les discours; ensuite, elles sont presque toujours courtes et remontent au plus à l’arrière grand-père; enfin, les ancêtres hors du temps épique ne sont pas mentionnés; en matière de généalogie, les êtres merveilleux, des temps antérieurs à l’âge héroïque, n’intéressent pas l’épo­pée80.

  • 81  I, 215-216. Voir les remarques importantes de A. Ford, Homer. The Poetry of the Past, Ithaca / Lon (...)
  • 82  Iliade V, 635 : le fils d’Héraklès Tlépolème met en question l’ascendance de Sarpédon, fils de Zeu (...)

33Cependant, il n’a pas fallu attendre Platon qui se moque des longs « kata­logoi » d’ancêtres de toutes origines, pour avoir une critique à l’égard de l’usage rhétorique de la généalogie : « ... aïeux et bisaieux, chacun les a par myria­des, myriades qu’on ne saurait nombrer, où riches et gueux, rois et esclaves, Barbares et Hellènes, ont eu dix mille et dix mille fois leur tour en la lignée de n’importe qui » (Théétète, 175a). Quand Athéna-Mentès fait semblant de s’enquérir de l’identité de Télémaque, c’est ainsi que le jeune homme déboussolé lui répond : « qui peut connaître sa lignée ? Ma mère dit que je suis le fils d’Ulysse »...81, Chez Homère, le concerné qui énonce lui-même sa généalogie l’accompagne souvent d’expressions de réserve ou en fait un objet de polémique82.

  • 83 Gr. Nagy, The Best of the Achaeans, Baltimore / London, 1979, p. 265-275, montre que le vocabulaire (...)
  • 84 P. Wathelet, « La généalogie de Priam », in Auger – Saïd, o.c. (n. 80), p. 177 sq., et P. Brillet-D (...)

34Le discours généalogique d’Énée (XX, 203-205; 244 sq.) illustrera bien cette attitude critique, puisque sa longueur « exceptionnelle » appelle un commentaire sur la poétique même83. La généalogie des princes troyens aurait pu être livrée sur le ton objectif de la diégèse. Il n’en est rien. Son énonciation résulte d’une intervention apollinienne qui met Énée face au meilleur des Achéens, Achille, sorti sur le champ de bataille chercher Hector pour venger Patrocle. D’emblée, du point de vue iliadique, l’usage – rusé – des arguments généalo­giques par Apollon sonne ironiquement : « Tu es né d’Aphrodite, fille de Zeus... lui est né d’une déesse inférieure (105-106) ». Malgré ses objections premières devant l’invincibilité d’Achille, Énée se laisse entraîner. Face à face avec le meilleur des Achéens, il récite la plus longue généalogie de l’Iliade84. Le poète signale l’« irrégularité » de cette longeur au sein du projet épique par un nombre important de vers qui commentent le langage généalogique : « ... on ne nous verra pas revenir du combat ayant réglé notre querelle tout bonnement avec des mots enfantins. Si pourtant tu veux apprendre davantage et savoir ma naissance – nombreux sont déjà ceux qui la connaissent – écoute... » 

35Suit la récitation généalogique propre, qu’Énée conclut ainsi : « Allons, ne restons pas là à parler comme des enfants, alors que nous sommes en pleine mêlée et carnage... Sommes-nous forcés de nous disputer, de nous prendre à partie ainsi face à face, comme des femmes en colère que l’esprit de querelle qui dévore les cœurs fait aller en pleine rue se prendre à partie et se lancer mutuellement autant de mensonges que de vérités, le dépit leur dictant les uns comme les autres ? Ce n’est pas avec des mots que tu détourneras de toi mon courage impatient... » Dans le vaste champ des traditions orales (ἐπέων δὲ πολὺς νομὸς ἔνθα καὶ ἔνθα, 249), dans les paroles de tout genre (πολέες δ’ ἔνι μῦθοι / παντοῖοι, 248) sans statut particulier, c’est là que la rhétorique homérique inscrit le discours généalogique d’Énée, tout comme l’exhortation généalogique que lui avait adressé Apollon et qui sera tristement démentie par l’issue du duel.

  • 85 Voir les remarques importantes de Martin, o.c. (n. 40), p. 126-130.
  • 86 En νεωτάτη ἀοιδή, si on emploie les termes odysséens (I, 351-352).
  • 87 Carrière, l.c. (n. 80), p. 68 :« Pour le poète de l’Iliade, ce qui est digne de mémoire, les klea a (...)

36Prêtées à Énée, les paroles du poète expriment plutôt un procédé épique récurrent : énoncer indirectement la délimitation thématique de l’Iliade et son originalité : relevant d’un « genre » au statut ambigu (ἐτεά τε καί οκί), il n’y a pas de discours généalogique important chez Homère qui ne soit pas accom­pagné d’expressions de réserve : « Pourquoi veux-tu connaître ma lignée ? », dit Glaukos à Diomède et suit la magnifique image des générations humaines qui sont semblables aux feuilles des arbres et qui apparaissent et périssent selon le cycle de la nature. Par contre, l’axe hiérarchique qui organise la matière et l’éthique épique est clairement indiqué par Énée : « Voici la race, le sang dont je me flatte d’être issu. Mais, s’il s’agit de courage, c’est Zeus seul qui, chez les hommes, le fait, à son gré, grand ou petit, parce qu’il est tout-puissant. » Transformée en discours agonistique85, consubstantiel au compor­tement héroïque, la généalogie dans l’Iliade se tisse au cœur de l’action. L’épopée trie fortement dans le savoir généalogique traditionnel et adapte les « citations » génériques. Le thème digne d’être commémoré et qui la constitue en genre86, ce sont bien les klea andrôn, le présent épique des générations héroïques87. Ne pas raconter le monde dans l’ordre catalogique d’une généa­logie, privilégier les erga glorieux de cette génération épique, telle est la structure anthropocentrique d’un récit non linéaire qu’Homère a légué à Hérodote.

  • 88 Hartog, o.c. (n. 5), p. 50 : « La généalogie est une écriture qui, une fois lancée, peut se dévelop (...)
  • 89  τῶν ἁμόθεν γε, θεά, θύγατερ Διός, εἰπὲ καὶ ἡμῖν (I, 10). Citations d’Aristote (Poétique, 1459a 30- (...)
  • 90  Je remercie vivement Claude Calame, Lambros Couloubaritsis et Pascal Payen de leurs précieux comme (...)

37Ces transformations profondes du mode catalogique annoncent une nouvelle conception de ce que peut être l’unité narrative et le rapport entre forme et thème. Entre les mains du « divin » Homère, la progression linéaire et le souci d’exhaustivité sont repensés et c’est là une des raisons majeures de l’admiration qu’exprime Aristote88 : au sein d’un projet strictement sélectif, Homère peut « user » d’épisodes comme le κατάλογος νεῶν, mais « la tota­lité » ne le tente pas. Le défi à la linéarité ou à la successivité est inscrit au prooimion même de l’Odyssée : « choisis ton point de départ, Muse, pour nous raconter l’homme errant...89 »  C’est cette conception nouvelle de l’unité narrative, de la successivité et du rapport entre forme et contenu, qui sera tout à fait décisive dans le processus de la formation de différents genres discursifs en Grèce ancienne90.

Haut de page

Notes

1  À titre purement indicatif, quelques étapes bibliographiques : M.L. West, The Hesiodic Catalogue of Women, Oxford, 1985; J. Butterworth, « Homer and Hesiod », in Studies in honor of T.B.L. Webster I, Bristol, 1986, p. 33-45; O. Dickinson, « The Catalogue of Ships and all that », in Meletemata I, in honour of M.H. Wiener, Liège, 1999, p. 209-210; M. Edwards, « The Structure of Homeric Catalogues », in TAPhA 110 (1980), p. 81-105.

2  F. Jacoby, Atthis. The Local Chronicles of Ancient Athens, Oxford, 1949, p. 176 sq. (avec les références bibliographiques antérieures) et infra.

3  L. Bertelli, « Hecateaus, From Genealogy to Historiography », in N. Luraghi (éd.), The Historian’s Craft in the Age of Herodotus, Oxford, 2001, p. 73.

4  West, o.c. (n. 1), p. 11 sq. Sur les interférences entre Grèce et Orient, voir J. Goody, La raison graphique, Paris, 1979, ch. VII; Entre oralité et écriture, Paris, 1994, 2e partie; L’homme, l’écriture et la mort, Paris, 1996, ch. VIII.

5  Voir J. Goody, La raison graphique, Paris, 1979, et pour le débat helléniste, M. Detienne, L’invention de la mythologie, Paris, 1981, p. 194 sq.; F. Hartog, Évidence de l’Histoire. Ce que voient les historiens, Paris, 2005, p. 45-55; R. Thomas, Literacy and Orality in Ancient Greece, Cambridge, 1993, p. 16 sq.; Bertelli, l.c. (n. 3), p. 67-72; Cl. Calame, ici même.

6  Qu’Hartog traite, en l’occurence, comme un exemple de liste (voir infra). De même R. Thomas, Oral Tradition and written Record in Classical Athens, Cambridge, 1989, p. 180.

7  Hartog, o.c. (n. 5), p. 49. Sur la généalogie comme « espace intellectuel de comparaison et de critique », Chr. Jacob, « L’ordre généalogique entre le mythe et l’histoire », in M. Detienne (éd), Transcrire les mythologies, Paris, 1994, p. 182.

8  Goody, o.c. (n. 5), p. 182. La fonction inventoriale – économique – n’est pas discutée dans le présent article.

9  Voir ici-même. Voir aussi L. Couloubaritsis, Conférence sur le mythe (24 avril 2001), Académie d’Athènes, Bulletin de l’Académie d’Athènes 76 (2) (2001), p. 322-340 (en grec moderne).

10  » Transfigurations du paradigme de la parenté », in J. Jayon et J.J. Wunenburger (éds), Le paradigme de la filiation, Paris, 1995, p. 175.

11  Généalogie d’Iris, fille de Thaumas. Thomas, o.c. (n. 5), p. 175-177; voir aussi Théetète, 152d. L’expression « catalogue des ancêtres » est de Platon (ibid., 175a).Sur l’extension de la généalogie comme mode d’articulation conceptuelle de l’expérience humaine, L. Couloubaritsis, Histoire de la philosophie ancienne et médiévale, Paris, 1998, Ire partie.

12  T. Krischer, Formale Konventionen des Homerischen Epik, Munich, 1971 (Zetemata, 56); S. Perceau, La parole vive. Communiquer en catalogue dans l’épopée homérique, Louvain, 2002, dont le livre riche est, par certains aspects, encore tributaire d’une lecture évolutionniste d’Homère; par ailleurs, il me paraît impossible de dissocier l’étude du katalegein de l’option narrative plus générale de l’école homérique face à celle hésiodique (l’espace ne permet pas d’inclure ici le volet de mon travail spécifiquement consacré à Homère, présenté au S.I.R.E en plusieurs séances sous le titre Katalegein, mutheuesthai, poiein, ULB, mai – juin 2004).

13  Couloubaritsis, l.c. (n. 10), p. 175 sq.; l.c. (n. 11), p. 33-64 et La Proximité et la question de la souffrance humaine, Bruxelles, 2005, p. 70. Sur les catalogues généalogiques voir infra.

14  J.-M. Schaeffer, Qu’est-ce un genre littéraire ?, Paris, 1989, p. 153.

15  Voir, récemment, R. Martin: « The genius of the homeric composers is to vacuum up the subgenres that naturally occur on their own in the oral poetic surroundings and put them to new and pointed use » (in R. Hunter, The Hesiodic Catalogue of Women, Cambridge, 2005, p. 172, livre intéressant pour réfléchir sur les transformations diachroniques de la forme catalogique). I. Rutherford, « Formulas, Voice, and Death in Ehoie-Poetry, the Hesiodic Gunaikon Katalogos, and the Odysseian Nekuia », in M. Depew et D. Obbink (éds), Matrices of Genre. Authors, Canons and Society, Cambridge MA., 2000, p. 87 : «Absence of direct speeches in general was regarded as typical of the genre... »

16  E. Bakker, I. de Jong, H. van Wees (éds), Brill’s Companion to Herodotus, Leiden, 2002, p. xvii et Hartog, o.c. (n. 5), p. 45-61.

17  Sur cette notion appliquée à l’œuvre d’Hérodote en rapport avec le mot logos, P. Payen, Les îles nomades, Paris, 1997, p. 63 sq. Voir aussi id., « Historia et intrigue. Les ressources mimétiques de l’Enquête d’Hérodote », à paraître dans les DHA.

18  J. Marincola, « Herodotean Narrative and the Narrators’ presence », Arethusa 20 (1987), p. 131, insiste là-dessus : « Even if we recognize that Persika were written before... it is impera­tive to realize that Herodotus’ presentation was different, and his narrative unique. » Sur les Persika avant Hérodote, R. Drews, The Greek Accounts of Eastern History, Cambridge Mass., 1973.

19  Marincola, l.c. (n. 18), p. 132. La question de savoir si l’influence provient d’Homère ou du drame attique est un faux dilemme, du moment où ce dernier est une application du modèle homérique. Sur Hérodote et Homère : K. Waters, Herodotus the Historian, Oklahoma, 1985, p. 61 sq. Voir aussi la nouvelle préface de Fr. Hartog, Miroir d’Hérodote, Paris, 2002.Sur la voix des autres chez Hérodote, C. Darbo-Peschanski, Le discours du particulier, Paris, 1987, p. 120-126. Sur la question du passage de la poésie à la prose, voir récemment, Bertelli, l.c. (n. 3) et Cl. Calame, ici-même.

20  Bref aperçu et bibliographie chez Bertelli, l.c. (n. 3), p. 70-72; et aussi, ibid., A. Moller, « The Beginning of Chronography: Hellanicus’ Hiereiai » et l’article important de R. Fowler, « Herodotus and his contemporaries », JHS 116 (1996), p. 62-87. Voir aussi P. Payen, « L’historio­graphie grecque : vieiiie siècle avant J.-C. (jusqu’à Phylarque) », Pallas 63 (2003), p. 129-166 (bibliographie critique).

21  Concernant la question intéressante posée par A. Moller (ibid.), il me semble difficile de nier l’influence des généalogies sur le pattern annalistique, chez Hellanikos par exemple : les généalogies ne mesurent certes pas le temps comme les annales, mais fournissent un modèle catalogique d’ordonnancement du récit qui se transforme aisément en annalistique.

22  Voir D. Toye, « Dionysius of Halicarnassus on the first Greek Historians », AJPh 116 (1995), 279-302.

23  Jacoby, o.c. (n. 2), p. 178 sq.; A. Momigliano, Studies in Historiography, Londres, 1966, p. 127 sq.; C. Fornara, The Nature of History in Ancient Greece and Rome, Berkeley, 1983, p. 17 sq.; Fowler, l.c. (n. 20), p. 62 sq.

24  Voir Fornara, o.c. (n. 23), p. 19; F. Lasserre, « L’historiographie grecque à l’époque archaïque », QS 4 (1976), p. 112-114.

25  Clément d’Alexandrie, Stromates VI, 26, 7. Je rappelle que dans le présent article les généalogies sont envisagées comme des sous-genres de la forme catalogique.

26  Comme le remarque Fornara, o.c. (n. 23), p. 4.

27  Scholie à Il. XVIII, 39-49. Martin, l.c. (n. 15), p. 171. Voir aussi Gr. Nagy, « Aristarchean questions », Bryn Mawr Classical Review 98.7.14.

28  Fowler, l.c. (n. 20), p. 66 : « style is no very bad criterion –indeed, it is a better one than Jacoby’s, if you have nothing else to go on. »

29  Comme le note Fornara, o.c. (n. 23), p. 19.

30  Cicéron, De oratore, 12, 39 avec les précisions de Lasserre, l.c. (n. 24), p. 113-114.

31  Polybe (XII, 26, 9) et Plutarque critiquent Phylarchos qui accompagne d’ornements dramatiques le récit des événements (fr. 81 [éd. F. Jacoby]); Fornara, o.c. (n. 23), p. 61 sq.

32  Comme le remarque Payen, o.c. (n. 17), p. 100. E. Powell, Lexicon to Herodotus, Cambridge, 1938, s.v. katalegein.

33  I. de Jong, « Narrative Unity and Units », in Bakker et al., o.c. (n. 16), p. 253.

34  H. Erbse, Studiens zum Vertändnis Herodots, Berlin / New York, 1992, p. 125-127 (sur Homère et le catalogue de Xerxès); Gr. Nagy, Pindar’s Homer, Baltimore, 1990, p. 231-233; récemment, D. Boedeker, « Epic Heritage and mythical patterns in Herodotus », in Bakker et al., o.c. (n. 16), p. 99-115, et de Jong, l.c. (n. 33), p.245-266.

35  J. Myres, Herodotus Father of History, Oxford, 1953, p. 43.

36  Comme le rappelle encore récemment R. Thomas, Herodotus in context, Cambridge, 2000, p. 9; son désaccord avec Gr. Nagy en est une démonstration (voir, à ce propos, E. Bakker, « The Making of History: Herodotus’ Historiês Apodexis », in Bakker et al., o.c. [n. 16], p. 3-32). Sur le rapport entre histoire et autres genres poétiques, voir E. Bowie, « Ancestors of Historiography in Early Greek Elegiac and Iambic Poetry? », in Luraghi, o.c. (n. 3), p. 45-66.

37  Payen, o.c. (n. 17), p. 102.

38  La structure narrative du catalogue s’éclaire par les travaux de Gr. Nagy sur Hérodote et l’ainos : « Mythe et prose en Grèce archaïque : l’ainos », in C. Calame (éd), Métamorphoses du mythe en Grèce ancienne, Genève, 1998, p. 229-242 et Pindar’s Homer, cit. (n. 34), p. 248-249.

39  Tout comme la fin des Histoires, qui terminent avec un signe du monde épique vers le monde contemporain : la vengeance de Protesilaos, voir Gr. Nagy, « The Sign of Protesilaos », Metis 2 (1987), p. 207-213.

40  Payen, o.c. (n. 17), p. 101. La longeur d’un discours chez Homère correspond exactement au statut du personnage : R. Martin, The language of Heroes, Ithaca, 1989, p. 46.

41  Voir aussi III, 60 et C. Dewald, « Epic Heritage and Mythical Patterns in Herodotus »,in Bakker et al., o.c. (n. 16), p. 282.

42  Xerxès fait la même chose que Darius au Bosphore (IV, 85).

43  Sur la nature tragique de l’épisode, Waters, o.c. (n. 19), p. 68 sq. Plus généralement S. Saïd, « Herodotus and Tragedy », in Bakker et al., o.c. (n. 16), p. 117-147.

44  θεῶμαι : VII, 56; 100, 3 & 15. Voir D. Konstan, « Persians, Greeks and Emprire » et la réponse de J.-P. Vernant dans Arethusa, l.c. (n. 18), p. 59-82.

45  Voir déjà Cicéron, Disputationes Tusculanae IV 114. Sur la mise en scène du taxinomique (« l’œil comme point focal ») : F. Hartog, Le miroir d’Hérodote, Paris, 1991, p. 262. Le rapport entre Hérodote et le théâtre (par ex., comment le mode mimétique peut « animer » un catalogue, comme dans le Promethée enchaîné, 705 sq.) mérite une discussion à part; voir, en général, Saïd, l.c. (n. 43); Drews, o.c. (n. 18), p. 32 sq.

46  Rutherford, l.c. (n. 15), p. 93.

47  H.R. Immerwahr, Form and Thought in Herodotus, Ohio, 1966, sur l’importance symbolique de ces frontières dans l’œuvre d’Hérodote.

48  Τν σν γῆν (IX, 116,3), dit Artuaktès en s’adressant à Xerxès : Nagy, Pindar’s Homer, cit. (n. 34), p. 268-273.

49  Voir récemment Boedeker, l.c. (n. 34), p. 103. Sur la maîtrise des techniques épiques par Hérodote, P. Pucci, « L’apologie d’Apollon dans Hérodote 1, 91 », Metis 8 (1993), p. 13-14.

50  Cf. Iliade, II, 7-34, le rêve trompeur que Zeus envoie à Agamemnon; le rêve de Xerxès : VII, 12-18. À propos de ce rapprochement voir les réserves de Saïd, l.c. (n. 43), p. 142 sq.; O. Murray, « Herodotus and Oral History », in Luraghi, o.c. (n. 3), p. 33 : rêve et message moralisant : « Herodotus’ own creation. »

51  Sur la atrekeia, Darbo-Peschanski, o.c. (n. 19), p. 179 sq.; P. Cartledge, E. Greenwood, « Herodotus as a Critic: Truth, Fiction, Polarity », in Bakker et al., o.c. (n. 16), p. 361-363.

52  Hartog, o.c. (n. 5), p. 46, citant Wilamowitz.

53  C. Calame, Le récit en Grèce ancienne, Paris, 2000, p. 128-130; Thomas, Literacy and Orality, cit. (n. 5), p. 114-116; Pucci, l.c. (n. 49), p. 13-15.

54  Sur les dimensions polémique et agonistique du « je » hérodotéen, voir Marincola, l.c. (n. 18); Boedeker, l.c. (n. 34); P. Pucci, Odysseus polytropos, Lille, 1995 (trad. fr).

55  Avec les nuances de N. Luraghi, « Introduction », in Luraghi, o.c. (n. 3), p. 10 sq.

56  Murray, l.c. (n. 50), p. 28.

57  L’usage argumentatif des catalogues est clairement énoncé par Hérodote lui-même, à propos des prestations catalogiques d’Artabanos aux côtés de Darius (IV, 83, 2) et d’Hécatée aux côtés d’Aristagoras (V, 36, 2).

58  W.W. How, J. Wells, Commentary on Herodotus, Oxford, 1961, II, p. 151-152.

59  ᾿Ενδιατάξαι τε κα ἐξαριθμῆσαι(VII, 60,2.), ἐπεί ἠριθμήθη τε καί διετάχθη ὁ στρατός (VII, 100). Payen, o.c. (n. 17), p. 103 : « Les mêmes mots ou des termes construits sur les mêmes radicaux présents à huit reprises dans les chapitres 59-60. »

60  En nuançant le rapprochement, P. Payen (ibid., p. 100) fait remarquer qu’Hérodote met au centre les peuples et leurs coutumes et pas les chefs.

61  D. Lewis, Selected papers in Greek and Near Eastern History, Cambridge, 1997, p. 345-361. Sur la notion de « document pur » et les pièges du « positivisme sémantique », voir N. Loraux, « Thucydide n’est pas un collègue », QS 12 (1980), p. 55-81.

62  Calame, o.c. (n. 53) et « Mémoire collective et temporalités en contact : Somare et Hérodote », RHR 215 (1998), p. 350.

63  En VIII, 184, Artabanos se trouve déjà justifié : pas de port pour autant de bateaux.

64  Par contre, en VII, 224, 1, Hérodote ne donne pas la liste des noms des 300 Spartiates morts avec Léonidas, cette liste ne correspondant pas à l’orientation narrative. Il tient néanmoins à préciser que ces hommes étaient ὀνομαστοί et qu’il a pu apprendre tous leurs noms.

65  Rapprochement de l’échange entre Xerxès et Artabanos avec celui entre Solon et Crésus, Waters, o.c. (n. 19), p. 71. Voir, plus généralement, F. Hartog, « Myth into Logos: the Case of Croesus, or the Historian at Work », in R. Buxton (éd), From Myth to Reason?, Oxford, 1999, p. 183-195.

66  La structure de cette unité narrative le démontre de façon paratactique, indirectement. Cette voie argumentative existe bien à côté de celles mises en évidence par C. Darbo-Peschanski et R. Thomas, et relève probablement de l’ainos (voir supra). C. Hunziger, « La notion de θῶμα chez Hérodote », Ktèma 20 (1995), p. 47-70.

67  L. Slatkin, The Power of Thetis, California, 1991, p. 118 sq.; P. Rousseau, « L’intrigue de Zeus », Europe 865 (mai 2001), p. 120-158.

68  Payen, o.c. (n. 17), p. 103.

69  Nagy, Pindar’s Homer, cit. (n. 34), p. 248.

70  À titre d’exemple, je citerai deux cas pour montrer combien il peut être artificiel de construire catalogue et généalogie en deux catégories séparées. La discussion de I. Rutherford, l.c. (n. 15) autour de la poésie catalogique (notamment les Ehoiai) comme genre montre la flexi­bilité de passage d’une liste des noms agencés selon un critère précis (les femmes qui ont couché avec un dieu) à un catalogue de nature généalogique. Le Catalogue des Vaisseaux homérique comporte également une composante généalogique.

71  Voir Fowler, l.c. (n. 20) : le traitement narratif des sources constitue la plus grande origina­lité d’Hérodote; aussi Marincola, l.c. (n. 18).

72  de Jong, l.c. (n. 33), p. 252 sq. Voir aussi F. Mitchel, « Herodotus’ Use of Genealogical Chronology », Phoenix 10 (1956), p. 48 et Darbo-Peschanski, o.c. (n. 19), p. 25 sq.

73  Ce qui finalement reflète les divergences narratives de l’historiographie naissante : orientation chronologique/ généalogique ou poétique/biographique.

74  Voir le commentaire pertinent de Calame, l.c. (n. 62), p. 355 sq. Voir aussi Mitchell, l.c. (n. 72); J. Cobet, « The Organization of Time in the Histories », in Bakker et al., o.c. (n. 16), p. 387 sq.

75  Drews, o.c. (n. 18), p. 56 sq.; A. Lloyd, Herodotus, Book II : Commentary 99-182, Leiden, 1988.

76  Platon distingue : μυθολογεῖν, γενεαλογεῖν, τος χρόνους ἀριθμεῖν (Timée, 22b).

77  Je ne peux pas être d’accord avec D. Boedeker, « Herodotus’ Genre(s) », in Depew – Obbink, o.c. (n. 15), p. 108 : « These three references to Hecateaus as a compiler of historical and geographical information are directed to specific rather than generic concerns. »

78  Cf. IV, 36, 2. Sur ce passage et sur l’esprit agonistique de l’usage de la première personne par Hérodote, voir Boekeker, l.c. (n. 77), p. 106-107 et supra. Hécatée « cataloguant », essaie de convaincre les alliés d’Aristagoras de ne pas se rebeller contre les Perses, en énumérant les nations et les forces commandées par le Grand Roi, Darius (V, 36) : καταλέγων τά τε ἔθνεα πάντα τῶν ἦρχεν Δαρεῖος κα τν δύναμιν αὐτοῦ.

79  R. Osborne, « Archaic Greek History », in Bakker et al., o.c. (n. 16), p. 500.

80  J.-C. Carrière, « Du mythe à l’histoire. Généalogies héroïques, chronologies légendaires et historicisation des mythes », in D. Auger, S. Saïd (éds), Généalogies mythiques, Paris, 1998, p. 55-65. A. Ballabriga, « Hérodote et l’histoire de l’épopée », in C. Darbo-Peschanski (éd.), Constructions du temps dans le monde grec ancien, Paris, 2000, p. 325-339.

81  I, 215-216. Voir les remarques importantes de A. Ford, Homer. The Poetry of the Past, Ithaca / London, 1992, et I. Papadopoulou-Belmehdi, « Maternités homériques : la ‘mauvaise mère’ de Télémaque », Itaca 16-17 (2001), p. 43-59.

82  Iliade V, 635 : le fils d’Héraklès Tlépolème met en question l’ascendance de Sarpédon, fils de Zeus.

83 Gr. Nagy, The Best of the Achaeans, Baltimore / London, 1979, p. 265-275, montre que le vocabulaire encadrant cette généalogie se réfère à des traditions poétiques.

84 P. Wathelet, « La généalogie de Priam », in Auger – Saïd, o.c. (n. 80), p. 177 sq., et P. Brillet-Dubois, « Généalogie et géographie troyennes dans le discours d’Énée au chant XX de l’Iliade », ibid., p. 189 sq.

85 Voir les remarques importantes de Martin, o.c. (n. 40), p. 126-130.

86 En νεωτάτη ἀοιδή, si on emploie les termes odysséens (I, 351-352).

87 Carrière, l.c. (n. 80), p. 68 :« Pour le poète de l’Iliade, ce qui est digne de mémoire, les klea andrôn, ce sont les exploits guerriers des dernières générations héroïques. »

88 Hartog, o.c. (n. 5), p. 50 : « La généalogie est une écriture qui, une fois lancée, peut se développer indéfiniment. Il manquera toujours des noms... » L’espace manque pour commenter ici l’attitude d’Aristote à l’égard d’Hérodote et plus généralemet du genre historiographique; voir, entre autres, M. Finley, « Mythe, mémoire et histoire », in Mythe, mémoire, histoire, Paris, 1981 (trad. fr.), p. 9 sq. Sur l’historien et le poète entre Aristote et Ricœur, voir S. Klimis, Le statut du mythe dans la Poétique d’Aristote, Bruxelles, 1997, p. 25 sq.; Cl. Calame, « Pour une anthropologie des pratiques historiographiques », L’Homme 173 (2005), p. 11-46; Payen, l.c. (n. 17).

89  τῶν ἁμόθεν γε, θεά, θύγατερ Διός, εἰπὲ καὶ ἡμῖν (I, 10). Citations d’Aristote (Poétique, 1459a 30-35) : καὶ ταύτῃ θεσπέσιος ἄν φανείη ῞Ομηρος παρὰ τοὺς ἄλλους, τῷ μηδὲ τὸν πόλεμον καίπερ ἔχοντα ἀρχὴν καὶ τέλος ἐπιχειρῆσαι ποιεῖν ὅλον·...νῦν δ’ ἓν μέρος ἀπολαβὼν ἐπεισοδίοις κέχρηται αὐτῶν πολλοῖς, οἷον νεῶν καταλόγῳ...(pour un avis opposé, voir L. Canfora, « L’aspiration à l’exhaustivité dans l’épopée et l’historiographie, Europe 865 [mai 2001], p. 102-119). Cf. aussi W. Minton, « Invocation and Catalogue in Hesiod and Homer », TAPhA 93 (1962), p. 204.

90  Je remercie vivement Claude Calame, Lambros Couloubaritsis et Pascal Payen de leurs précieux commentaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ioanna Papadopoulou-Belmehdi, « Hésiode, Homère, Hérodote : forme catalogique et classifications génériques », Kernos [En ligne], 19 | 2006, mis en ligne le 07 septembre 2011, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://kernos.revues.org/432 ; DOI : 10.4000/kernos.432

Haut de page

Auteur

Ioanna Papadopoulou-Belmehdi

Université libre de Bruxelles – Centre de Philosophie ancienne

Ioanna.Papadopoulou@ulb.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page