Navigation – Plan du site
Actes du Xe colloque du CIERGA

Images, mythes, catalogues, généalogies et mythographies

Présentation du colloque
Lambros Couloubaritsis

Texte intégral

  • 1  La précédente rencontre, qui était le quatrième colloque du CIERGA, a eu lieu en 1993 sur le thème (...)
  • 2  Faisaient partie de la table ronde du SIRE, consacrée àla Polyvalence catalogique et généalogie : (...)

1C’est la deuxième fois que l’Université Libre de Bruxelles prend en charge l’organisation d’un colloque du CIERGA sous ma direction1. Le thème de ce Xe colloque, qui associe la question des catalogues et celle des généalogies, préoccupe depuis longtemps de nombreux membres du CIERGA et concerne un volet important des travaux du Centre de Philosophie ancienne de l’ULB depuis vingt-cinq ans, et plus récemment de son Séminaire inter­disci­pli­naire de recherche et d’encadrement (SIRE), animé par Ioanna Papadopoulou-Belmehdi. Il a été proposé par Claude Calame à l’occa­sion d’une discussion sur mon analyse des catalogues et des généalogies, lors du dernier colloque du réseau européen « Polymnia » sur la mythographie, dirigé par Jacqueline Fabre-Serris et Françoise Graz­iani. C’est la raison pour la­quelle nous avons tenu à associer Claude Calame et le groupe « Polymnia » à cette mani­festation, et orga­niser deux tables rondes paral­lèles de chercheurs appartenant aux deux groupes. Mais comme l’Univer­sité de Bru­xelles est associée au réseau européen « Polymnia », il ne nous a pas semblé utile de séparer les deux séries d'inter­ventions de l’en­semble des contri­butions2.

2Je tiens néanmoins à remercier séparément mes collègues de l’ULB, et plus spécialement Michèle Broze, Baudouin Decharneux, Ioanna Papado­poulou, Françoise Labrique, Mihail Nasta et ceux, parmi les cher­cheurs du Centre, qui ont pris une part active à la réussite de cette manifes­tation. Depuis long­temps, chacun ap­porte sa pierre à l’élaboration de nos analyses des mythes et des rites à travers un projet commun et un esprit plu­raliste et ouvert, débordant la littérature et la religion grecques.

3Je souhaite, ensuite, associer à mes remerciements Claude Calame, Jac­queline Fabre-Serris, Françoise Graziani et Evangélos Moutsopoulos. Non seu­lement Claude Calame a inspiré une thématique qui nous est chère et accepté d’associer son nom aux organi­sateurs du colloque, mais il n’a pas ménagé son temps pour réunir, avec un esprit critique et bienveillant, les thèmes qui ont été retenus. D’autre part, par leur collaboration, Jac­queline Fabre-Serris et Françoise Graziani témoignent de leur fidélité à nos échanges depuis plu­sieurs années. C’est aussi l’occasion de réitérer notre reconnaissance à Evan­gélos Moutso­poulos au moment où il quitte la présidence du CIERGA. Depuis la création de l’association, il a assumé cette tâche avec une tolérance exem­plaire. Sa pré­sence per­manente et discrète a joué un rôle fécond dans son histoire et sa destinée.

4Enfin, mes remer­ciements s’adressent plus spécia­lement à Vin­ciane Pirenne pour sa contri­bution à l’orga­­nisation du Collo­que à un moment où j’étais très occupé par la publi­cation de mon dernier ouvrage. Dans ces circons­tances insolites, sa présence infa­tigable m’a récon­forté, surtout pour la pré­paration de la première phase de l’orga­nisation du colloque, sans doute la plus diffi­cile. Je la remer­cie aussi de son efficacité incomparable dans cette nouvelle phase de publi­cation des Actes dans Kernos.

5Pour terminer, notre reconnaissance collective s’adresse aux institu­tions qui, en plus du CIERGA lui-même (toujours présent pour soutenir l’organi­sa­tion des colloques en dépit de ses faibles moyens), ont apporté leur concours pour la réalisation de cette rencontre dans les meilleures condi­tions possibles : le Fonds National de la Recherche Scientifique de Belgique, la Faculté de Philosophie et Lettres de l’ULB et l’Institut des Hautes Études de Belgique.


6Les communications, dont le nom­bre a été limité par des impératifs logistiques et éco­nomiques, forment un échantillon représentatif témoi­gnant à la fois de l’am­pleur de la question et des multiples ouvertures à de nou­vel­les recherches. Leur variété révèle la complexité du problème, et c’est pour­quoi elles contribuent à une première mise au point sur une thématique, travail­lée surtout en anthro­pologie, mais qui, en parallèle, préoccupe depuis longtemps les spécialistes de la culture anti­que.

7Dans son introduction à la thématique du colloque, publiée ci-après, Claude Calame a esquissé d’une façon succincte et claire les axes de recher­che que nous souhai­tions abor­der ou éprouver, sans exclure bien entendu d’autres perspec­tives. Dans les gran­des lignes, il s’agissait d’abor­der au moins trois situations différentes ou com­­plé­men­taires : étude de données qui ren­voient à l’horizon des procédés énu­mé­ratifs; analyse de la différence entre pratiques des catalogues et généalo­gies; élucidation des rapports de ces pratiques avec la mythologie et la mytho­gra­phie.

8En présentant l’apport des différentes commu­nica­tions, je souhaite mettre en valeur les pro­blèmes abordés, que résument les mots du titre, riches d’in­for­ma­tion : images, mythes, catalogues, généalogies et mytho­gra­­phies. L’ordre de succession de l’étude des textes, tout comme la mise en forme d’une table des matières ne sont jamais innocents. Ils reflètent une concep­tion à la fois unitaire et plurielle à partir de laquelle s’organise une suite catalo­gique en vue d’établir des parentés et des filiations. Aussi ai-je choisi une présentation selon une typo­lo­gie orga­nisée à partir de deux positions extrê­mes des pratiques énumé­ra­tives : d’une part, les listes selon des séquen­ces liées à des gra­phis­mes ou des images et, d’autre part, diffé­ren­tes formes narra­tives qui intègrent des pro­cédés cata­logi­­ques. Entre ces deux extrêmes, j’ai réparti les discours cata­logiques, en partant des listes (inven­taires) et de leur transformation en cata­lo­gues jusqu’au rap­port entre mytho­graphie et mytho­logie, et en passant par deux pra­tiques émi­nentes des procé­dés catalogi­ques : les généa­logies et les chemi­nements, qui utilisent des schè­mes régu­lateurs, le premier étant celui de la « parenté », le second, celui du « chemin ».

9Pour rendre plus explicite la cohérence des différents sujets, j’ai proposé un texte qui s’appuie sur mes propres re­cher­ches. Parmi les termes que j’ai analysés figure mythos, et sa diffé­rence avec legô et katalegô. Mais j’ai aussi abordé deux aspects du discours cata­logique : celui qui utilise le schème de la parenté, mieux perçu généralement, et celui, plus implicite, régi par le schème du chemin, que j’ai illustré par l’épisode de Circé dans la dernière partie de l’Odyssée. Mon étude s’achève avec une actualisation de la question des catalo­gues et une esquisse de sa portée philosophique aujourd’hui. Cette ouverture vers l’avenir justifie sa place en conclusion de ces Actes.

10Les communications expri­mant deux situations extrê­mes sont, d’une part, celles de Anne-Françoise Jaccottet, sur les généalogies et catalogues « sans paroles » à Olympie, et de Natacha Massar sur la « Chronique de Lindos », et, d’autre part, celle de Michel Briand, qui aborde le problème des catalogues et des résumés dans les romans grecs.

  • 3  Dans son exposé introductif au colloque, Cl. Calame illustre bien ce point, en s’appuyant sur les (...)
  • 4  C’est un point que Annie Verbanck a relevé lors de la discussion, en indiquant que l’accu­mulation (...)

11Parmi les procédés énumératifs, l’usage des listes est le plus clair. Il s’agit non seulement des listes d’éléments graphiques sur lesquelles s’est appuyé J. Goody pour analyser la différence entre oralité et écriture, mais également les images en série et autres objets servant, entre autres, aux rituels, avec les formu­la­tions qui s’y rapportent (dédicaces, dons, épiphanies, etc.)3, que l’on trouve dans l’espace collectif de la cité (agoras, sanctuaires, gymnases, nécro­poles…)4. Les commu­ni­cations de Anne-Françoise Jaccottet et de Nata­cha Massar mon­trent comment il est possible de faire voir, à partir de ces genres de listes, asso­ciées à des objets et des lieux religieux (en l’occurrence les sanc­tuai­res d’Olym­pie et de Lindos), les liens avec les données de la culture de l’époque, voire avec l’espace civil. Il apparaît que la topologie religieuse ne peut être tributaire de la mythologie et d’autres variables culturelles, que révèlent les pratiques séquen­tielles, comme les séries graphiques, les cata­logues et les généalogies. Dès lors qu’il y a des images porteuses d’infor­ma­tions mytho­logi­ques et généalo­giques, une forme de mytho­graphie sans parole devient possible autour d’une koinè mythologique et cul­turelle. Il arrive même que s’accom­plisse, par ce biais, une conso­lidation de l’image de marque d’un lieu ou d’un édifice religieux ou public. Bref, les signes graphi­ques et les ima­ges recèlent à la fois une masse d’in­for­mations qu’on peut déployer par l’imagina­tion ou la pensée, et une force sym­bolique qui touche au statut des convictions et de l’affectivité.

12À l’autre bout, là où le katalegein et les catalogues sont utilisés, là où domine le champ de l’oralité qui dit les choses suc­cessivement, qui décrit et raconte conformément à un ordre, le discours met en œuvre plus explicitement une façon de dire les choses qui est le sens premier du mot mythos, avant que ce terme ne fusionne avec le logos pour exprimer aussi le récit et le fait de raconter. C’est cette dernière (con)fusion, déjà présente chez Platon, qui a été abordée par la communication de Michel Briand, qui témoigne des multiples trans­mutations de la culture antique à une période plus tardive.

  • 5  M. Detienne, L’invention de la mythologie, Paris, Gallimard, 1981, qui s’inspire des travaux de (...)

13M. Briand étudie cinq romans (mythoi), écrits par Xénophon d’Éphèse, Chariton, Achille Tatius, Longus et Héliodore, et montre que l’on y trouve diffé­rentes pratiques de la mythologie sous forme catalogique. Cela suppose qu’en plus des romans habituels dominés par la diègèsis (Daphnis et Chloè, Leucippè et Clitophon) il existe des romans utilisant des discours catalo­giques ou encore qui intègrent des mythoi (contes, fables, récits…) en catalogues (Chaireas et Callirohè, Éthiopiques et les Éphésiaques). Cela suppose certes une modi­­fica­tion du langage, où le terme « mythe » élargit ses usages, intégrant indifférem­ment le récit et la fiction, voire le logos plurivoque jusqu’à son usage extrême sur le mode catalo­gique. C’est ce genre de (con)fusion qui poussa Marcel Detienne à nier qu’il existait un genre que l’on puisse qualifier de « mythe », ne serait-ce que parce que, parmi toutes les formes narratives, aucune ne peut prétendre à ce privilège5.

14Ioanna Papadopoulou approfondit le lien que j’ai esquissé entre les éléments homériques et le caractère générique du kata­legô, tout en intégrant d’autres pratiques catalogiques que celle de la parenté. Ce lien est d’autant plus inté­ressant qu’il concerne Hérodote, lequel est l’un des premiers à écarter la sémantique du mythos de sa pensée, pour faire prévaloir à la fois l’élé­ment émotionnel dans le logos relatant les choses mer­veil­leuses (thaumasia) et ses prétentions argumentatives. Hérodote substitue aux Muses et à l’inspiration surnaturelle « la parole contem­poraine des logoi », sans néanmoins prétendre dénombrer, par exemple, une armée comme celle de Xerxès. Les généa­logies qu’il mentionne sont soumises à son projet argumentatif. En allant d’Homère à Hérodote, I. Papadopoulou évoque le débat sur l’existence ou non des chro­ni­ques prélitté­raires, et attire l’attention sur le fait qu’un procédé catalogique proche d’Hésiode a dominé avant et autour d’Hérodote, mais que celui-ci l’a modifié en faveur d’un style mixte inspiré d’Homère, d’un style où la démar­che mimétique intègre davantage l’émotion et la construction argumentative. Elle relève aussi une atti­tude commune, critique et sélective, à l’égard des généa­logies chez Homère et chez Hérodote. Dès lors, non seulement l’usage de kata­legein est abondant chez Hérodote, en y intégrant également les prati­ques généa­­logiques et les espa­ces géogra­phi­ques, mais le logos trouve de nou­velles desti­nées. Le long inven­taire des contingents de l’armée de Xerxès illustre la trans­formation inter­gé­nérique qui s’opère grâce aux références symboliques à l’Iliade, aux mises en scène en spectacle et aux promotions d’éléments drama­tiques. Le chemin est ainsi ouvert à une multiplicité de prati­ques catalogiques.

  • 6  Le texte de G. Zographou sera publié dans le prochain volume de Kernos (20, 2007).
  • 7  Comme je l’ai montré dans deux communications qui intègrent le rite dans la question des catalogue (...)

15La communication de Gerasimoula Zographou (La généalogie des rois de Sparte : le cas de Démarate (Hérodote VI, 51-70)6, qui nous rapproche déjà de la problématique généalogique, illustre bien ce qui vient d’être dit. C’est à l’occa­­sion des séquences relatant l’expédition perse qui menace la Grèce (dis­cours catalogique utilisant le schème du chemin) que fait irruption la généa­logie des rois afin de départager la légitimité du pouvoir. Il apparaît que Démarate, étant davantage tributaire d’un passé religieux et généalogiquement proche d’Hélène et d’Hercule, avait un droit héréditaire sur le trône supérieur à celui de Cléomène. Cependant les ambiguïtés de sa généalogie ont été exploitées par ce dernier qui s’adressa, mais sans succès, à l’oracle de Del­phes. Nous découvrons que, non seulement une généalogie peut faire irrup­tion via un récit (perspec­tive cata­logique), mais que ce récit peut associer politique et religion illus­trant l’axe mythologique, voire rituélique7

16Michèle Broze, Aude Busine et Sabrina Inowlocki mettent davantage encore en évidence la complexité de la structure catalogique, en montrant que les catalogues des sages ont été intégrés dans les démarches philosophiques et apolo­gétiques des Hellè­nes, des juifs et des chrétiens, et constitués à partir de différents cri­tères (renom­mée, religion, science, magie, divi­nation, philosophie, politi­que). Leur fonc­tion­nalité est d’inclure ou d’exclure des peu­ples, ce qui leur confère tantôt un rôle unificateur, voire d’appropriation de l’auteur, tantôt un rôle de dis­crimi­na­tion, voire de rejet. Cette conjonction entre démarche profu­sionnelle et variable­ment référentielle permet d’orga­niser la transmission des savoirs et les débats intercul­turels et religieux. À cette structure synchronique, il convient de lier éga­le­ment une lecture dia­chronique qui légitime les références, en remontant au passé, grâce aux pratiques généalogiques et à l’extension dans l’espace à travers les voyages, avec comme référence la culture chal­daïque. Pareille analyse révèle la pluri­dimensionnalité de la pratique des catalogues.

17Dans un sens plus concret, Martin Steinrück s’appuie sur les Vies de philosophes et de sophistes d’Eu­nape pour montrer que les listes qui alignent des objets ou des personnes ne se limitent pas à un répertoire; elles glissent vers une forme narrative bouclée, mais cachée, qui marque la spécificité de la forme catalogi­que. Le processus de successions atteste une sorte de « généa­logie » philosophi­que qui départage les filia­tions philosophiques de telle sorte que, sur le modèle des Éhées du Catalogue de femmes pseudo-hésiodique, il produit une histoire héroïque du néopla­to­nisme, qui doit conduire, par une répétition de l’âge de fer, à un nouveau combat contre les destructeurs de l’hellénisme.

18La question de la transmission du savoir a été également abordée par Charles Delattre, mais sous l’éclairage de la doxographie. Tandis que la mythographie utilise un enchaîne­ment d’énon­cés servant à relater les hauts faits de person­na­ges remon­tant à l’âge héroïque, la doxographie fait succéder les opinions des philosophes et des intellectuels, au point de les opposer, d’une façon erronée, selon le mythe et l’histoire. Or, ces procédés catalogiques ne seraient que deux dispositifs pro­ches échangeant leurs modèles narratifs, selon une structure où se succèdent métaphores, cata­logues et diagrammes (Dumézil). Cela met en jeu les in­fluen­ces au moyen de métaphores généalogiques (filiation), géo­mé­triques (ligne, inter­sec­­tion…), botaniques (se greffer…), par le tissage (fils, trame…). Modèle domi­nant chez Diogène Laërce, la filiation métaphorique orga­­­nise et hiérarchise le monde philosophique (par les suc­cessions). Selon l’auteur, elle est encore utili­sée, alors qu’elle serait la moins apte à traiter la transmission du savoir.

  • 8  L’usage du schème du tissage peut être illustré par le Politique de Platon. Voir mon étude « Le p (...)

19Ces approches fondées sur les catalogues révèlent que, selon les pers­pectives retenues, la généalogie se tient à proximité des pratiques catalo­gi­ques, tantôt d’une façon directe et tantôt d’une façon métaphorique. Elle se soumet à la pratique catalo­gique soit comme une de ses parties, soit comme l’une de ses orientations une fois qu’elle l’inves­tit par le schème de la parenté, soit encore sur le mode métaphorique; elle apparaît ainsi comme une des espèces du dis­cours cata­logique, lequel ouvre à d’autres applications par d’autres schèmes, comme celui du chemin, qui explicite les séquences des voyages, ou par ce que Charles Delattre qualifie de métaphores botaniques, géométriques ou du tissage8. L’usage des schèmes nous permet d’aborder maintenant plus directement les pratiques généalogiques, fondées sur la schème de la parenté.

20Evangélos Moutsopoulos relève la nécessité de recourir aux structures de parenté pour analyser les généalogies dans la mythologie grecque, qui con­cou­rent à la rationalisation de l’univers en utilisant les principes d’identité et de causalité. Or, c’est bien par le biais d’une structure de parenté que Mihaïl Nasta aborde les Éhées du catalogue de femmes pseudo-hésiodique. L’analyse de l’expression homérique è hoïè révèle, en plus d’un effet d’emphase, l’évo­cation du passé à l’intérieur des récits enchâssés. L’auteur y repère ensuite, à travers une filiation matrilinéaire, des lieux de la tradition orale selon un encadrement métrico-narratif et des motivations propre à l’éloge, qui aident à agencer des filiations, des intrigues et leur signi­fiance parmi les péripéties d’une histoire fabuleuse. Ces éléments qui régis­sent tant les affinités de cou­plage des divinités que l’émergence des his­toires héroïques laissent aussi apparaître les aspects eschatologiques du crépuscule des demi-dieux.

21Jacques Boulogne rappelle l’existence, dans le prélude de la Théogonie, de onze séquences en hexamètres se présentant sous la forme d’un catalogue de figures divines, qui ne dévoile pas les liens entre elles. En utilisant une lecture rétrograde de ce passage qui part du telos (premier catalogue) et arrive à l’archè (troisième catalogue), il fait prévaloir à la fois l’action de grâce du poète (en fonction de trois topologies des Muses : Piérie, Olympe, Hélicon) et la possibilité de redresser le catalogue généalogique – sans prétendre relever quelque pratique myth­ographique. Par ce redressement du discours catalogique, il établit une structure hiérarchique à six niveaux, attachés à des réfé­rences mytho­logiques. En combinant le déploiement généalogique avec la hiérarchie, l’auteur pratique un redressement du discours catalogique qui assure une plus grande intelligibilité aux textes. Cette démarche a le mérite de supposer deux logiques fort différentes : celle de la narrativité et celle de la structure que celle-ci recouvre, avec la difficulté de savoir s’il n’y a pas des cas où la seconde logique se laisse éclipser par la rencontre entre, d’une part, la généalogie et, d’autre part, le devenir ou encore l’histoire.

22Sur le plan de la logique narrative, Gio­vanni Tosetti propose une méthode historico-religieuse et sémio-narra­tive. Il montre comment des logographes (Acousilaos d’Argos, Hé­ca­tée de Milet, Hellanicos de Lesbos, Phérécyde d’Athènes et le Pseudo-Apollo­dore de la Bibliothèque) envisagent la génération des héros de la guerre de Troie et de leurs épigones comme finissant les successions généalogiques hésio­di­ques, concluant les récits généalogiques, en marquant la fin du temps des héros, auquel succéde­rait un régime temporel différent, correspondant au présent. Le temps généalo­gique raconté rejoint des généalogies royales, comme dans le cas de Codros. Tout se passe ainsi comme si, à une protohistoire (où règne une plus grande proximité entre les dieux et les hommes), succédait l’histoire.

23La proximité entre généalogie et histoire est défendue par Emilio Suárez de la Torre. Plus en effet on s’éloi­gne des généalogies divines, plus la réalité anthropogonique s’impose par la trans­mis­sion du sperma. Dans le cas de Pindare, qui lie les victoires sportives avec le passé mythique, la généalogie joue le rôle d’un intermédiaire qui ren­force la gloire conférée par les victoires, qui ne sont pas étrangères aux origines du héros. D’où l’importance aussi du culte du dieu du lignage ou du héros colo­nisateur, ce qui ajoute au lien généalogique un lien religieux.

24Avec cette série de communications qui affrontent les pratiques généalo­giques, nous touchons à un point décisif de la thématique du colloque. On dé­cou­vre deux situations opposées et extrêmes : l’une qui, proche des généa­logies humaines, rapproche la généalogie et l’histoire, l’autre qui, relatant les généalogies divines, se tient sur le plan pure­ment mythique. Entre les deux, comme tente de le faire Giovanni Tosetti, se tient une position qui marque ces deux situations selon une rupture : celle du temps raconté et du temps réel. Toutes ces approches soulèvent d’innom­bra­bles questions, qu’il faudra poser à l’avenir.

25Dès lors que l’on prend au sérieux la nécessité d’un redressement du dis­cours catalogique, et notamment de certaines formes généalogiques, nous péné­trons dans le domaine complexe et mouvant des modes d’interprétation, par des décodifications, des allégories, etc. de divers textes transmis par la tradition, parfois sous des formes réduites et esquissées du discours catalogique. C’est dans ce domaine que la mytho­graphie révèle toute sa fécondité. Celle-ci trouve­rait sa source dans le texte pseudo-hésiodique des Catalogues de femmes, mais s’affirmerait surtout à partir de l’époque hellénistique.

26La communication de Jacqueline Fabre-Serris constitue une bonne transition entre ce qui précède et la pratique mythographique, dans la mesure où la pensée romaine au ier siècle avant notre ère en est arrivée à disqua­lifi­er la généalogie, non plus seulement à cause des incohérences que produit sa lecture littérale, mais aussi parce qu’elle a été mani­pulée pour la pro­motion de personnages politiques. L’auteur analyse cette sorte de distorsion perverse à travers la crise de rupture avec le passé, en prenant con­science des dangers pour la reli­gion traditionnelle. Les dangers sont dus à plu­sieurs causes : les théologies évhé­méristes des poètes et abs­traites des philo­sophes (Mucius Scae­vola); la manipulation des généalogies qui, au nom de considéra­tions politi­ques, lient les hommes à des dieux ou aux événements cosmiques (Varron); les rapports entre généalogies et cultes, soumis à une argumentation pertinente (Cicéron), voire une analyse des figures de Dionysos dans une cons­tellation divine, liée à formation des cultes au cours du temps et de la cons­titution d’une nouvelle « famille divine » (Diodore); une réhabilitation des catalogues généalogiques comme fondement de la divini­sation (Ovide), etc. Bien que la mythographie soit un danger pour la religion nationale, elle a néan­moins contribué à la mise en forme de la culture passée et comme réfé­rence argumentative pour justifier de nouvelles visions culturelles et cultu­elles. Nous découvrons ainsi l’usage du discours catalogique épuré, marqué par une struc­ture limitée qui préserve quelque chose du passé, sans pour autant abandonner ses prétentions fonctionnelles.

27Ces deux perspectives sont bien appréhendées dans leurs origines par Robert Fowler. Il envisage la mythographie comme un genre littéraire qui n’est pas lié natu­rellement à la mythologie, dans la mesure où celle-ci lui serait plutôt une sorte d’enfant adoptif. L’axe catalogique est ainsi détaché de l’axe mythologique. Le point de comparaison de l’ancienne mythographie doit être ainsi, d’une part, le Catalo­gue des femmes et, d’autre part, l’historio­graphie. C’est pourquoi l’auteur analyse le style narratif, en se fondant sur trois procédés : la narratologie (O. de Jong et S. Richardson), la di­men­sion énonciative de la poésie archaïque, notam­ment l’usage de la forme impersonnelle (Cl. Calame), et surtout les registres linguistiques (A. Willi et D. Biber) qu’il illustre par cinq auteurs : Hésiode, Pindare, Phérécyde, Apollonios de Rhodes et Apol­lo­dore. Pauvre de parole et de discours, appauvrie aussi par l’usage des signes et de la fable, la mythographie intègre un type de rythme qui est celui du sommaire différent de celui de la poésie. Elle s’organise aussi en dehors d’une mimèsis, des motivations, des caractères et des affects, utilisés par la poésie (épopée, tragédie, comédie…). Enfin une mise en ordre y est impli­quée, où se manifeste à la fois la pratique généalogique et ce que Ricœur appelle la mise en intrigue, que R. Fowler repère dans l’Odyssée IX-XII. Dès lors que la distinction entre mythe et histoire est placée après Thucydide, la mytho­graphie contribue à l’émergence d’un nouveau monde à l’époque hellé­nis­tique, où l’on trouve plusieurs types d’usage.

  • 9  Cf. La proximité et la question de la souffrance humaine, o.c. (n. 8), p. 62 sq.
  • 10  Voir mon texte ci-dessous.

28Les explications de J. Fabre-Serris et de R. Fowler ouvrent à deux thèmes majeurs : le genre de l’epitomè selon Épicure et la masse d’infor­mations rece­lées dans un passage ou un texte concis. En optant pour des incisions dans un texte com­plexe, Épicure aide le lecteur à mieux suivre son articulation et à préserver la mé­­moire des lignes directrices. Face à la complexité du réel, l’homme circons­crit les choses par des configurations. Et comme l’a montré Ricœur, la mise en intrigue narra­tive forme égale­ment une configuration entre une préfi­guration (la réalité) et une refi­guration (la réception par l’auditeur du message)9. En réalité, les affects sont tributaires de la façon d’arran­ger les matériaux du langage qui forment le mythos10. Manifestement, la mythographie retient du « mythe » les infor­mations mini­males requises pour sauvegarder une tradition, en pratiquant un type de discours catalogique pouvant inté­grer des généalogies, via le schème de la parenté. À l’opposé, la narration peut inclure une infor­ma­tion riche. Cependant, ce ne sont pas seulement des textes longs et variables qui renferment beaucoup d’infor­mation. R. Fowler le montre en utilisant un vers d’Hésiode (fr. 41) et J. Fabre-Serris s’appuie sur des références mytho­graphiques ponctuelles, qui l’aident à dessiner une bonne partie de la structure de la théo­logie politique de la cité romaine. En réalité, même un proverbe peut inclure des informations riches, et comme on l’a vu, de même des images ou des inscrip­tions. Seulement ces informations ne sont pas audibles ou visibles immé­diatement, mais requiè­rent un travail de l’imagi­nation et de la pensée pour les découvrir, tout comme il faut la médiation de la pensée pour redresser un catalogue.

29Tous ces éléments montrent suffisamment la fécondité de ce genre cata­logique que sont les mythographies, et que la communication de Françoise Graziani met en évidence grâce à leur rôle décisif à l’époque de la Renais­sance. L’intérêt de ce travail tient à l’étude des pra­ti­ques mytho­graphiques chez divers auteurs de l’époque (Boccace, Gy­raldi, Heyne, Pictor, Cartari, etc.), et à l’organisation généalogique produite à par­tir de la collecte des « reliques » (éléments mythologiques, doxographiques, his­to­ri­­ques, cosmographiques) pour réaliser une vue d’ensemble (synopsis). Nous rencon­trons ainsi une démarche inverse de celle des généalogies archaï­ques, où la généa­logie était formée par un démembrement du réel, en vue d’être recons­titué après coup. Ici, la remontée du temps n’est pas une quête de la structure du présent (ordre divin ou présence massive des morts dans l’Hadès), mais une archéologie de ce à quoi on n’a plus accès. Si bien que, dans la recom­position des mythes par un système généalogique, « l’arbitraire est ouverte­ment reven­diqué ». Or, comme ce recours au passé vise également, selon Boccace, à « couvrir d’un merveilleux mystère les choses de la nature » (Genealogia deorum I, Proemium I, 40-46), à l’instar de ce que proposera aussi Pléthon au début de ses Lois, les distorsions généalogiques pourraient requérir quelque redressement. F. Graziani relève ici la difficulté du problème à travers les termes synopsis, syngraphè, synthesis, systasis, syntagma, qui subvertissent ce qui ne serait qu’un katalogon remé­morant des noms, en ajoutant une organi­sation signifiante à ce qui est juxtaposé dans une discon­tinuité.

30Par cette « composition », nous assistons à la constitution de l’association de Saturne (qui engendre les quatre éléments du monde) et de Janus, sources com­mu­nes de l’histoire des dieux et celle des hommes; au façonne­ment de la figure divine de Demogorgon, inventée par Boccace pour faire prévaloir un état pré-originaire dans l’antre de l’Éternité (Boccace); et à une série de divini­tés chto­niennes (Pictor). Sans oublier la promotion d’un centre topologique autour de l’Arcadie. Jusqu’à quel point le recours au passé sert-il une archaiologia stricte ou requiert-il une distinction entre généalogie des dieux et celle des hommes avec comme limite celle des héros ? La réponse reste ouverte. Le fait aussi que Boc­cace recourt, en parallèle avec Saturne, à « la métaphore de la navigation, fiction poétique qui rythme de livre en livre sa traversée des temps mythiques », soulève une question qui demeure encore en suspens dans nos études : le rôle du schème du chemin dans le discours catalogique, dont la Généalogie des dieux est une illustration parmi d’autres.

31En terminant, arrêtons-nous sur la contribution d’Ezio Pellizer qui a présenté le projet du « Groupe de Recherche sur le Mythe et la Mytho­gra­phie de l’Université de Trieste » pour la mise au point du Dictionnaire Étymologique de la Mytho­logie grecque. On Line (DEMG.OL), Il s’agit d’une mise à jour des dictionnaires de A. Carnoy (1957) et de A. Room (1983), afin de constituer une banque de données multilingue consultable en ligne. À mes yeux, ce travail ne forme pas seulement un instrument utile, mais constitue un témoi­gnage vivant de la transmutation de la pratique séquentielle de l’écriture aux pratiques sériel­les et séquentielles contemporaines, favorisées par une techno­logie sans précé­dent. Il demeure, dans l’esprit, analogue à la pratique archaï­que, à savoir la capacité d’un redressement d’un système sériel et séquentiel en un monde en relief selon des formes multiples d’unité.

Haut de page

Notes

1  La précédente rencontre, qui était le quatrième colloque du CIERGA, a eu lieu en 1993 sur le thème : « Influences, emprunts et syncrétismes religieux en Grèce ancienne ». Les Actes ont été publiés dans Kernos 8 et 9.

2  Faisaient partie de la table ronde du SIRE, consacrée àla Polyvalence catalogique et généalogie : approches interdiciplinaires, les communications de I. Papadopoulou, M. Broze, A. Busine, S. Inowlocki, N. Massar, M. Nasta et G. Zographou de l’Univ. de Ioannina, avec comme inter­venants : N. Brout, B. Decharneux, F. Labrique, V. Pirenne, A. Verbanck; faisaient partie du groupe Polymnia sur Formes génalogiques et catalogales dans la mythographie gréco-romaine, les communications de J. Fabre-Seiris, Fr. Graziani et E. Pellizer.

3  Dans son exposé introductif au colloque, Cl. Calame illustre bien ce point, en s’appuyant sur les travaux de J. Goody (1977) et de Ch. Seydou (1989), en relevant l’évolution interprétative qui va du lien défendu par Goody entre écriture, archivisation et histoire, au lien préalable entre poésie orale selon deux fonctions de listes, analysées par Seydou comme des catalogues conformes à un trait sémantique commun et des inventaires d’objets hétéro­gènes dans un ensemble homo­gène. Je me permets d’ajouter que cette thé­matique peut intégrer les pratiques de la pictographie, considérées comme un obstacle à la multi­plication des mots et à la mise en ordre des signes (I.J. Gelb, Théorie de l’écriture, Paris, Flammarion, 1958 [or. angl. 1952], et J. Defran­cis, Visible Speech. The Diverse Oneness of Writing, Hawai University Press, 1990). C’est la raison pour laquelle J. Goody et J. Watt ont accordé une autonomie à la parole par rapport aux sup­ports matériels (donc aussi aux images), comprenant les sociétés sans écriture où règnerait une circulation libre et instable de l’infor­mation, en dehors d’une hiérarchisa­tion du savoir et d’une mémoire culturelle efficace (J. Goody, The Intertface Between the Oral and the Written, Cambridge Univ. Press, 1987, et avec J. Watt, Literacy in Traditional Societies, Cambridge Univ. Press, 1968). Or, à l’instar de Ch. Seydoux qui dégage des procédés catalo­giques chez les Peuls du Niger, C. Severi établit l’existence chez les Cuna d’Amérique de savoirs pictographiques en forme de listes et de catalo­gues (C. Severi, « La mémoire rituelle – Expérience, tradition, histo­ri­cité », in A. Monod et A. Molinié (dir.), Mémoires de la tradition, Paris, Société d’Ethno­logie-Nan­terre, 1993; « Penser par séquences, pen­ser par territoires – Cosmologie et art de la mémoire dans la pictographie des Indiens Cuna », Communications, 41 [1985], p. 169-190; « Paroles durables, écritures perdues. Réflexions sur la pictographie cuna », inM. Detienne (dir.), Transcrire les mythologies, Paris, Albin Michel, p. 45-72, n. 226-232). Tout cela montre que la parole peut être soutenue par autre chose que par le signe. Comme le montrent les communications de A.-F. Jaccottet et de N. Massar, cette autre chose peut être de l’ordre de l’image (l’iconographie devenant ainsi de la mythographie), d’œuvres d’art ou de cultes véhiculant une sorte de mytho­graphie sans image, riche d’information.

4  C’est un point que Annie Verbanck a relevé lors de la discussion, en indiquant que l’accu­mulation de ces données (images, objets…) organise l’identité du groupe et de la cité, modèle de réflexion sur le passé, tout en assurant au présent un contexte commun, structuré et signifiant. L’étude de l’iconographie se déployant sur le mode de la série (panthéons, épisodes héroïques, processions, épreuves sportives, représentations des mois et des saisons, etc.) éclaire l’organisa­tion sociale et politique. Loin d’illustrer simplement des récits, « le travail figuré serait une construction autonome de l’imaginaire, qui génère puis diffuse un substrat visuel indispensable, où le mythe puise fonction et fascination ».

5  M. Detienne, L’invention de la mythologie, Paris, Gallimard, 1981, qui s’inspire des travaux de l’africaniste P. Smith, Le récit populaire au Rwanda, Paris, 1975.

6  Le texte de G. Zographou sera publié dans le prochain volume de Kernos (20, 2007).

7  Comme je l’ai montré dans deux communications qui intègrent le rite dans la question des catalogues, l’axe mythologique de la structure du « mythe » correspond à un axe opérationnel, lequel inclut des cérémonies, des hymnes, des prières, des sacrifices, des sacrements, des transes et envoûtements, etc. Cf. « Le discours catalogique et la constitution du monde des esprits », in Le monde des esprits (Actes du colloque de l’ULB, novembre 2003), et « Mythe et rites », in Oralité-écriture : les rites (Actes du colloque de Mons, novembre 2006), à paraître en 2007.

8  L’usage du schème du tissage peut être illustré par le Politique de Platon. Voir mon étude « Le paradigme platonicien du tissage comme modèle politique d'une société complexe », Revue de philosophie ancienne, 13 (1995), p. 108-162, où cependant je n’avais pas encore discerné le lien entre la suite des procédés de provenance d’un vêtement à partir de la laine du mouton jusqu’à la fabrication du fil et au tissage, et le procédé cata­logique, comme je viens de le faire dans mon livre La proximité et la question de la souffrance humaine, Bruxelles, Ousia, 2005, p. 675 sq. Cf. G. Nagy, Plato’s Rhapsody and Homer’s Music, Washigton / Athènes, 2002, p. 70 sq.

9  Cf. La proximité et la question de la souffrance humaine, o.c. (n. 8), p. 62 sq.

10  Voir mon texte ci-dessous.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lambros Couloubaritsis, « Images, mythes, catalogues, généalogies et mythographies », Kernos [En ligne], 19 | 2006, mis en ligne le 07 septembre 2011, consulté le 23 décembre 2014. URL : http://kernos.revues.org/423 ; DOI : 10.4000/kernos.423

Haut de page

Auteur

Lambros Couloubaritsis

Université libre de Bruxelles – Centre de philosophie ancienne

Lambros.Couloubaritsis@ulb.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page