Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Rudhardt Jean, Les dieux, le féminin, le pouvoir. Enquêtes d’un historien des religions

André Motte
Référence(s) :

Rudhardt Jean, Les dieux, le féminin, le pouvoir. Enquêtes d’un historien des religions, édité par Philippe Borgeaud et Vinciane Pirenne-Delforge, Genève, Labor et Fides, 2006. 180 p. ISBN : 2-8309-1219-5.

Texte intégral

1Tous ceux qui connaissent l’œuvre du regretté Jean Rudhardt et qui apprécient en parti­culier sa très précieuse contribution à l’étude de la religion grecque se réjouiront de la paru­tion de cet ouvrage posthume qui publie le texte de sept conférences inédites, échelon­nées de 1956 à 1998 et comprenant chacune une vingtaine de pages. Dans la préface, Ph. B. esquisse quelques aspects du cheminement intellectuel et de la démarche méthodologique de celui qui fut son maître tandis que V.P., prenant le relais, s’emploie à situer la conception originale du mythe dont J.R. s’est fait le défenseur.

2Si les textes ici rassemblées n’étaient pas destinés à former un livre et abordent des sujets très variés dont le titre choisi ne donne qu’une idée approximative, ils n’en reflètent pas moins une unité de pensée et de méthode. C’est ainsi que les trois premières conférences mettent les thématiques abordées en rapport avec les données sociales et politiques qui sous-tendent les mythes concernés. – La première, intitulée « Puissance et souveraineté selon l’enseignement de quelques mythes grecs », entend montrer comment ces récits peu­vent nous renseigner sur la manière dont les Grecs concevaient le pouvoir politique. Elle propose tout d’abord une paraphrase explicative de la Théogonie d’Hésiode, dont l’histoire, à ses débuts, illustre les conditions nécessaires à l’établissement du pouvoir et à son exercice, puis, à l’avènement de Zeus, ce que requierent l’équilibre et la permanence de son règne. Il est montré ensuite comment les mythes héroïques impliquent des formes nouvelles de légiti­mité. Pleine de fines observations souvent inattendues, cette étude insiste à la fin sur l’idée que « la vérité d’un mythe ne réside pas dans la réalité des événements qu’il raconte mais dans ce qu’au-delà d’eux ces événements signifient ». – C’est à faire voir certains « Reflets de la féminité dans le miroir de la mythologie grecque » que s’attache la 2e contribu­tion, la plus longue de toutes (33 p.). Elle commence par un judicieux rappel. Les mythes anciens que conservent les cultures européennes ayant été vidés de leur sens religieux, nous en avons oublié le sens profond et nous avons quelque peine à réaliser qu’ils visent à « éclairer la situation de l’homme face au monde, dans son rapport à la réalité divine ». Le présent exposé tend à montrer comment les principales déesses du panthéon s’insèrent dans le système ainsi conçu, à commencer par la déesse Gaia, pièce maîtresse de la cosmogonie qui est au centre de ce système. L’A. rectifie au passage certaines idées reçues : il montre, par exemple, que la mutilation que subit Ouranos n’est pas à proprement parler une castration, il dénonce certaines interprétations du mythe hésiodique de Pandore, il ne croit pas non plus, si l’on ose dire, à la jalousie d’Héra, etc. Cette revue des déesses et la comparaison instituée ensuite avec les dieux mettent ainsi en évidence les différentes facettes, complémentaires, de la féminité, avec des traits qui sont parfois très significatifs, comme sa capacité de souffrance et de révolte, ou encore le progrès qu’elle assure dans l’évolution du monde face au conservatisme invétéré du pouvoir masculin. – À la différence des deux précédentes, la conférence consacrée à « L’enfance des dieux » est plus expositive qu’interprétative, mais elle narre pas mal d’histoires moins connues et sait poser à nouveau de bonnes questions. Comment comprendre, par exemple, que certains dieux aient droit à des enfances, alors que les autres, quand on les fait naître, sont montrés d’emblée dans leur état définitif, comme il sied d’ailleurs à des êtres sur lesquels le temps ne peut avoir prise ? – À « Dodone et son oracle » J.R. consacre un remarquable exposé, son esprit critique tou­jours vigilant trouvant ici à s’exercer abondamment dans l’examen des témoignages anciens et des interprétations modernes. Il est question successivement du sanctuaire, des divinités concernées, du clergé, des modalités de la consultation et du contenu des oracles. La conclusion s’attache à expliquer en quoi les oracles anciens ne sont pas à confondre avec les consultations de nos voyants extra-lucides ! Le texte de cette conférence, – c’est aussi le cas, dans une moindre mesure, des deux dernières – est accompagné de notes qui pro­duisent l’appareil justificatif (références aux auteurs anciens et modernes). – C’est une belle page d’histoire et une ferme leçon de méthode qu’offre le chapitre relatif à « La mutilation des Hermès ». Vivant, précis et rigoureux, le récit s’accompagne de l’exposé de vues originales concernant, par exemple, la distinction à faire entre la mutilation des Hermès et la parodie des mystères ou la manière d’expliquer l’émotion qui s’est emparée des Athéniens en cette circonstance. Il nous faut, insiste l’A., essayer d’entrer dans la psychologie des Grecs et concevoir en l’occurrence que, dans la conscience athénienne, le politique et le religieux non seulement interfèrent, mais se confondent (p. 136). – On change tout à fait de registre et on s’ouvre à un autre monde avec la conférence suivante qui examine la situation différente que connaissent les veufs et les veuves selon l’Ancien et le Nouveau Testament. À vrai dire, ce n’est pas seulement les régi­mes juif et chrétien qui sont pris ici en compte, mais on commence par la Grèce païenne, avec une intéressante enquête sur l’emploi de l’adjectif chêros, de laquelle il ressort que pour un Grec, qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme, « la privation par excellence est celle de son conjoint ». Cependant, l’examen comparé des trois situations fait apparaître une constante asymétrie entre la condition des veufs et celles des veuves, lesquelles, en per­dant leur mari, voient toujours leur condition sociale compro­mise. Partout, des lois protègent celles-ci dans une certaine mesure, mais on voit poindre en Israël une morale que la Grèce ne connaît pas ou guère et que le christianisme amplifiera, celle qui invite à soutenir les faibles et les indigents, et donc la veuve et l’orphelin. – L’ouverture s’amplifie considérablement dans le dernier exposé puisque place est faite cette fois, pour étudier « Les religions, juges de la richesse », à la Mésopotamie et à l’Inde ancienne avant qu’il ne soit question à nouveau de la Grèce et du christianisme antique. L’étude montre une convergence sur plusieurs points entre ces quatre religions, la dernière nommée dénonçant cependant avec beaucoup plus de force les dangers que comportent les richesses.

3C’est donc à bon droit que le titre de l’ouvrage tient à rappeler que J. Rudhardt a bien été un historien des religions, intéressé par la méthode comparative. En refermant ce livre, c’est l’idée d’une certaine fraîcheur de pensée qui vient spontanément à l’esprit, en raison certes des horizons nouveaux que l’on y découvre et de choses inconnues que l’on y apprend, mais fraîcheur aussi dans la manière dont sont revisités et réinterrogés des textes qu’on a lus dix fois et qu’on pensait épuisés. Ajoutons-y l’élégance d’un style qui allie aussi la clarté à la simplicité. Que les éditeurs soient donc remerciés pour cette initiative et qu’ils sachent, si jamais demeurent encore sous le boisseau d’autres écrits non publiés, qu’on en redemande !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Motte, « Rudhardt Jean, Les dieux, le féminin, le pouvoir. Enquêtes d’un historien des religions », Kernos [En ligne], 20 | 2007, mis en ligne le 17 mars 2011, consulté le 29 mai 2017. URL : http://kernos.revues.org/403

Haut de page

Auteur

André Motte

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Kernos

Haut de page
  • Logo Suppléments de Kernos – Revue internationale et pluridisciplinaire de religion grecque antique
  • Logo Université de Liège
  • Revues.org