Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Mortier-Waldschmidt Odile (éd.), Musique & Antiquité. Actes du colloque d’Amiens, 25-26 octobre 2004

André Motte
Référence(s) :

Mortier-Waldschmidt Odile (éd.), Musique & Antiquité. Actes du colloque d’Amiens, 25-26 octobre 2004, Paris, Les Belles Lettres, 2006. 1 vol. 13,5 21 cm, 314 p. ISBN : 2-251-44303-7.

Texte intégral

1Il apparaît qu’après un temps d’éclipse les études portant sur la musique de la Grèce ancienne retrouvent quelque faveur. Témoins le colloque Chanter les dieux. Musique et religion dans l’Antiquité grecque et romaine qui s’est tenu à Rennes en 1999, les Actes ayant paru deux ans plus tard, et le présent ouvrage qui, issu lui aussi d’une rencontre scientifique, répartit les 14 communications présentées, sans compter une introduction de J. Lacarrière sur « La musique grecque d’hier à aujourd’hui », en quatre thématiques : « De la musique en littéra­ture », « De la musique en philosophie », « Des musiciens » et « Échos modernes ». Cette fois, la religion n’est donc plus à l’honneur, ce qui se comprend bien. Néanmoins, une contribution due à DanièleAubriot, qui la dédie à la mémoire de Jean Rudhardt, concerne directement le domaine : « De la lyre à l’arc. Fonctions religieuses de la musique chez Homère. » Cette fine étude d’une homérologue avertie, et très versée aussi, comme on sait, dans les recherches religieuses, ne manquera pas d’intéresser et peut-être aussi de surpren­dre. Que la musique, en effet, soit pour ce poète un moyen essentiel de susciter la présence du divin et de communiquer avec lui, d’être à ce titre un gage de concorde parmi les hommes, l’harmonie musicale s’avérant de surcroît liée à l’harmonie du monde, ne saute pas aux yeux. Ces denses conclusions découlent d’une analyse minutieuse des passages succes­sifs de l’Iliade et l’Odyssée qui évoquent des scènes de musique, au total une bonne dizaine. Qu’on se rappelle, par exemple, dès le livre I du premier poème, la scène montrant les guerriers Achéens venus chanter et danser en l’honneur d’Apollon dans un but de propitia­tion et de réconciliation (v. 472-474) ou, au même chant, le concert qui, dans l’Olympe, au terme d’un banquet, consacre la bonne entente retrouvée parmi les dieux eux-mêmes (v. 603-604), ou encore les trois vignettes musicales du bouclier d’Achille (XVIII, 495, 569-572, 604-605) dont la dernière fait voir un chœur opérant des révolutions qui font écho à celle des corps célestes. Quant à l’Odyssée, elle illustre bien, à la faveur des chants de Démodocos (VIII, 62 sq.), le souci qu’a le roi Alkinoos de réunir, grâce à la musique, les inviteurs et l’invité dans la joie et la concorde. Mais, ne manquera-t-on pas d’objecter, où est ici la fonction religieuse de la musique ? Et si l’on se réfère à d’autres passages du poème (I, 150 sq., 325-355), n’y voit-on pas que la musique y est présentée comme un pur et simple divertissement dont se délectent les prétendants ? Assurément, reconnaît l’A. dans un habile et efficace plaidoyer, mais c’est cela précisément qu’Homère dénonce tout au long. Les scènes en question montrent a contrario que pareil usage de la musique dénature celle-ci et que cette grave faute est celle de gens qui mènent une vie scandaleuse, à l’écart des dieux. Aussi bien l’arc d’Ulysse, dont le poète note explicitement qu’il « fait entendre un beau chant » (XXI, 404-411), symbolise-t-il l’ordre que restitue la vengeance du héros, celui des liens sociaux authentiques et aussi des obligations cultuelles qui sont dues au dieu Apollon le jour de sa fête, superbement ignorée par les prétendants. La démonstration est remarquable et très convaincante. Elle l’est un peu moins peut-être lorsque, dans l’Iliade déjà, un argu­ment similaire est utilisé à propos du jeu musical dans lequel Achille est dit se complaire lorsqu’il reçoit la visite des ambassadeurs achéens. Il y aurait, ici aussi, dénonciation d’une carence de la musique pratiquée, mais c’est moins évident. Il reste que les poèmes homériques, comme le montre bien cette étude, affirment nettement la fonction sociale et religieuse de la musique.

2On trouvera assurément plaisir aussi dans la lecture des autres pages de ce volume dont un article encore traite d’un thème qui n’est pas sans rapport, quoique indirectement cette fois, avec la religion : C. Calame, « Jeux de genre et performance musicale dans le chœur de la tragédie classique : espace dramatique, espace cultuel, espace civique ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Motte, « Mortier-Waldschmidt Odile (éd.), Musique & Antiquité. Actes du colloque d’Amiens, 25-26 octobre 2004 », Kernos [En ligne], 20 | 2007, mis en ligne le 09 septembre 2011, consulté le 24 novembre 2014. URL : http://kernos.revues.org/400

Haut de page

Auteur

André Motte

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page