Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Huber Sandrine, L’aire sacrificielle au nord du sanctuaire d’Apollon Daphnéphoros. Un rituel des époques géométrique et archaïque

Vinciane Pirenne-Delforge
Référence(s) :

Huber Sandrine, L’aire sacrificielle au nord du sanctuaire d’Apollon Daphnéphoros. Un rituel des époques géométrique et archaïque. Vol. I – Texte, avec une contribution de Isabelle Chenal-Velarde et Jacqueline Studer. Vol. II – Catalogues, tableaux et planches, École suisse d’archéologie en Grèce, 2003. 2 vol. 22 30 cm, 189 p.+82 p. & 142 planches (Eretria. Fouilles et recherches, 14). ISBN : 2-88474-402-9.

Texte intégral

1Cet ouvrage soigné est la publication définitive de la fouille menée par l’École archéologique suisse dans l’espace de quelque 40 m² situé au nord du sanctuaire d’Apollon Daphné­phoros à Érétrie. Cet espace – qui n’a pu être complètement fouillé dans sa partie nord – est conventionnellement appelé « Aire sacrificielle Nord ». Le volume I propose, après une introduction qui précise les principes directeurs de la publication, un 1er chapitre qui analyse les structures fouillées et la stratigraphie du site, un 2e chapitre sur le mobilier céramique, un 3e chapitre sur le mobilier non céramique, un 4e chapitre qui exploite les données archéo­logiques en recourant à de nombreux parallèles, tandis que le 5e chapitre se penche sur le rituel que permettent de reconstituer ces données, en proposant une identification de la divinité honorée. La conclusion situe cette aire sacrificielle dans le cadre des rituels attestés aux périodes géométrique et archaïque dans le reste du monde grec. Elle cherche aussi à en comprendre le rôle au sein même de la cité d’Érétrie. Une très intéressante annexe archéo­zoologique referme le livre, annexe dont les conclusions sont interprétées par S. Huber (S.H.) aux chapitres 4 et 5. Le volume II comprend quant à lui les catalogues, les plans et coupes, ainsi que les reproductions des structures et des objets mis au jour. Le tout est d’une très grande qualité et d’une très grande lisibilité.

2Une telle publication montre tout l’intérêt d’une archéologie religieuse rigoureusement menée, selon les impératifs les plus récents de la discipline, sans verser dans deux excès contraires que les historiens de la religion grecque ont à déplorer lorsqu’ils affrontent les rapports de fouilles : le repli frileux sur la simple description ou la surinterprétation à coup de concepts inadéquats. Ces deux excès sont ici soigneusement évités, ce qui nous vaut une remarquable analyse compréhensive de cette « aire sacrificielle » et des rituels qui ont dû s’y dérouler pendant les périodes géométrique et archaïque.

3Le statut de cet espace semble bien être celui d’un enclos à ciel ouvert, centré sur une structure construite ronde (n° 45) que S.H. interprète comme un autel. Quant à savoir s’il faisait partie de l’ensemble plus vaste du sanctuaire d’Apollon Daphnéphoros ou s’il en était indépendant, sans trancher de façon définitive, c’est la première solution qui est la plus vraisemblable, même si la présence originelle d’un cours d’eau entre l’aire sacrificielle et le cœur du sanctuaire d’Apollon peut orienter vers la deuxième option. Le site a été tellement perturbé qu’il est difficile de conclure avec certitude à l’absence de structure construite dans la zone. Quoi qu’il en soit, ce sont les objets mis au jour autour de la structure cylindrique 45 et dans son remplissage qui permettent d’appréhender les gestes posés dans ce cadre reli­gieux. Le remplissage était constitué de céramique grossière, d’hydries et de cendres, le tout daté entre viiie et viie s. Autour de la structure, ce sont des dépôts d’offrandes successifs, étalés ou jetés dans des fosses qui constituent le matériel disponible. Or ce mobilier présente des caractéristiques spécifiques qui se distinguent des trouvailles effectuées dans le sanc­tuaire voisin. La céramique est majoritaire et se divise en deux grands types de vases : les hydries miniatures, d’une part, les cruches à haut col parfois décorées, d’autre part. L’inter­action entre matériel votif et liturgique est bien mise en évidence : un vase utilisé lors d’un rituel et laissé sur place – entier ou intentionnellement brisé – était « dédié » par sa déposi­tion même. Le reste des objets mis au jour (pièces de parures, quelques chaudrons minia­tures et pointes de flèches, amulettes, sceaux et scarabées en grand nombre, statuettes en nombre très réduit) serait le fait de dédicaces personnelles. Parmi ces objets, on trouve des instruments liés au travail du textile, qui semblent bien faire le lien avec l’iconographie des cruches à haut col dont l’interprétation constitue le cœur du propos. Les quelques vases décorés mis au jour ne présentent que des figures féminines. Quelques images semblent se référer à une procession de femmes portant des couronnes. D’autres montrent deux femmes de part et d’autre d’un objet. Il peut s’agir d’un arbre. Dans un autre cas, il pourrait s’agir d’un autel surmonté d’une grille (mais elle est représentée verticalement). Enfin, le cas le plus inté­ressant (V 41) est interprété par S.H. comme une étoffe encore tendue sur un métier à tisser, qui pourrait renvoyer à un rituel du type « péplophorie ». Quoi qu’il en soit, la tonalité qui se dégage à la fois des objets dédiés et de l’iconographie est essentiellement féminine. La quantité impressionnante d’hydries pointe évidemment vers un rituel lié à l’eau, que la présence sans doute obsédante et problématique du cours d’eau voisin ne fait que confir­mer. Enfin, l’analyse ostéologique met en évidence une écrasante majorité de fémurs de caprinés calcinés. L’archéozoologie appliquée à l’aire sacrificielle d’Érétrie illustre la procé­dure « prométhéenne » : ce sont les cuisses (os seuls ? encore garnis de viande ?) de chèvres et/ou de moutons qui sont bel et bien offertes à la divinité.

  • 1  S. Guettel Cole, « Demeter in City and Countryside », in S.E. Alcock, R. Osborne (éds), Placing th (...)

4Lorsqu’on les compare aux données du sanctuaire d’Apollon (parties animales consommées, cratères, dédicaces « civiques »), les trouvailles de l’aire sacrificielle s’inscrivent dans un jeu d’opposition presque trop parfait ! Il n’en reste pas moins que l’identification de la divinité honorée avec Artémis a pour elle de très bons arguments, parmi lesquels cette opposition « masculin/féminin » n’est pas tout. S.H. déploie de larges comparaisons et fait appel à tout ce que l’on sait de la vie religieuse érétrienne pour asseoir son interprétation très vraisemblable. Il n’en reste pas moins qu’il faut résister à la tentation de transformer une hypothèse vraisemblable en certitude (ce que la conclusion tend à faire). Après tout, avec de très bons arguments elle aussi, Susan Guettel Cole interprétait l’aire sacrificielle comme l’ancêtre du Thesmophorion de l’acropole : pour elle, on y honorait donc Déméter1. En l’absence d’inscription, il faut reconnaître que l’identification d’un destinataire divin est toujours une gageure ! Mais le pari devait être fait et il l’est de très belle manière.

Haut de page

Notes

1  S. Guettel Cole, « Demeter in City and Countryside », in S.E. Alcock, R. Osborne (éds), Placing the Gods. Sanctuaries and Sacred Space in Ancient Greece, Oxford, 1994, p. 207-208.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vinciane Pirenne-Delforge, « Huber Sandrine, L’aire sacrificielle au nord du sanctuaire d’Apollon Daphnéphoros. Un rituel des époques géométrique et archaïque », Kernos [En ligne], 20 | 2007, mis en ligne le 09 septembre 2011, consulté le 21 décembre 2014. URL : http://kernos.revues.org/393

Haut de page

Auteur

Vinciane Pirenne-Delforge

FNRS – Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page