Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Lafond Yves, La mémoire des cités dans le Péloponnèse d’époque romaine (iie siècle avant J.-C. – iiie siècle après J.-C.)

Olivier Gengler
Référence(s) :

Lafond Yves, La mémoire des cités dans le Péloponnèse d’époque romaine (iie siècle avant J.-C. – iiie siècle après J.-C.), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006. 1 vol. 15,5 24 cm, 385 p. (Histoire). ISBN : 2-7535-0304-4.

Texte intégral

1Cet ouvrage repose sur une thèse d’habilitation soutenue en novembre 2002 à l’Univer­sité de Tours. La problématique traitée « ne concerne pas tant la question de savoir en général de quelle manière la Grèce romaine vit son passé et son présent, mais plutôt le rapport des cités à leur mémoire, envisagé à travers une recherche des mentalités et des réalités qu’expriment tant les discours que les pratiques collectives des cités » (p. 15). Dans ce but, l’A. s’appuie essentiellement sur deux types de documents, les inscriptions honori­fiques surtout, « discours officiels, traces documentaires de la conscience de soi des cités, où s’insère en même temps l’expression de la personne sociale de l’évergète » (p. 20), mais aussi le texte de Pausanias dans la mesure où il nous informe sur les pratiques religieuses de son époque et, en dernière analyse, comme un témoin des préoccupations des hommes de son temps. À cela viennent s’ajouter quelques références aux informations apportées par la numismatique et l’archéologie.

2L’enquête, essentiellement axée sur les représentations, entend mettre en évidence la place de l’éloge des évergètes dans la construction sociale de la mémoire des cités que, à la suite des travaux sur la sociologie de la mémoire, l’A. distingue en mémoire culturelle, celle des mythes et des origines, et mémoire communicative, celle du temps court, à la fois mémoire civique qui enregistre les charges tenues par les notables et mémoire sociale qui les inscrit dans la communauté, dans un lignage. Pour développer son analyse, l’A. s’est donné un cadre chronologique large, de la seconde guerre de Macédoine (qui voit l’implication de Rome dans les affaires de la Grèce) jusqu’à la crise de l’empire au milieu du iiie s., et un cadre géographique cohérent, le Péloponnèse. C’est en effet la mémoire grecque des cités sous domination romaine qui est au cœur de l’analyse. Et le Péloponnèse réunit des cités dont le rapport à Rome est différent (entre colonies et cités libres), tout en ayant une unité affirmée par les Grecs et reprise par Rome (cf. Strabon, VIII, 1, 3 [C 344] et le discours de Néron en 67 ap. J.-C.). Ni décadent économiquement, ni à l’abri de la romanisation, le Péloponnèse a eu à relever le défi identitaire de la conquête romaine.

3L’A. s’attache dans une première partie à définir « l’éthique de la cité » en passant en revue le vocabulaire employé dans les inscriptions honorifiques pour qualifier les citoyens honorés. Cette approche lexicographique ne révèle pas de grand décalage entre les usages péloponnésiens et le reste du monde grec, mais révèle que, même s’il y a des points de rencontre, l’éthique des cités du Péloponnèse n’est pas celle des rhéteurs, plus imprégnés de l’héritage de l’époque classique. Une approche plus sociologique permet de voir l’émergence progressive, à partir de l’époque d’Auguste, de quelques grandes familles (voir les nuances p. 32 n. 6 sur l’emploi de ce terme), de citoyenneté romaine, qui concentrent manifestement le pouvoir et les honneurs. Quelques cités, au premier rang desquelles Sparte, se distinguent par l’ampleur du discours de célébration de leurs élites.

4Dans une seconde partie, « La mémoire “politique” », l’A. tente d’observer la représentation de la manière d’être citoyen dans la mémoire des cités grecques sous domination romaine. Il examine dès lors successivement les manifestations du corps des citoyens ou des instances dirigeantes dans les décrets honorifiques, les types de magistratures et de liturgies commémorées, les catégories de dédicants, la présence de Rome dans les inscriptions honorifiques. Il s’agit donc de mettre en évidence l’image du fonctionnement des institu­tions que donnent les inscriptions honorifiques, moins qu’un tableau de ces institutions. L’image globale qui se dégage de l’analyse semble être celle d’une société oligarchique, qui intègre la présence de Rome dans un cadre politique grec, du moins en apparence. Certaines élites, à Sparte essentiellement, auraient ainsi promu une identité dorienne propre à asseoir leur autorité et à entretenir une idéologie aristocratique conforme à celle qu’a développée l’empire de Rome. Toutefois, la cité reste le cadre d’action des élites, comme en témoigne un vocabulaire du patriotisme, très employé dans les inscriptions, mais aussi l’attachement à une image valorisée notamment dans le cadre du Panhellenion pour Sparte et Argos.

5Considérée comme le support de l’identité grecque au sein d’un empire dominé politiquement par Rome, la religion est au cœur du dernier volet de l’enquête. Par l’onomastique et les généalogies, les notables affichent dans les inscriptions leur rattachement au passé mythique de la cité, ce qui trouve un écho particulier dans l’œuvre de Pausanias. Il n’est dès lors pas étonnant que les grandes familles exercent également leur activité évergétique dans le domaine religieux, notamment en assumant des prêtrises qui, à Sparte encore, finissent par se concentrer entre les mains de quelques personnages. Les cultes constituent effective­ment le véhicule d’une identité communautaire, mais l’influence de Rome se fait également sentir dans la promotion ou la réorganisation de certains d’entre eux, comme le culte d’Artémis Laphria à Patras, même si, en l’occurrence, le témoignage de Pausanias n’en laisse rien paraître. Le culte impérial constitue à ce titre le meilleur exemple de l’irruption de l’idéologie romaine au coeur de la cité, à la rencontre du politique et du religieux et par l’entremise des mêmes élites.

6L’A. souligne en conclusion la prééminence des cités de Messène, de Sparte et d’Argos dans le tableau ainsi brossé. Là plus qu’ailleurs les notables auraient entretenu la mémoire de leurs actions, en développant une idéologie dorienne, oligarchique et aristocratique en phase avec le pouvoir de Rome.

7Cette synthèse ambitieuse fait apparaître bien des traits révélateurs de cette société péloponnésienne finalement encore fort mal connue, même si, et c’est bien naturel, certaines conclusions demanderaient sans doute à être nuancées par des enquêtes plus serrées ou à être replacées dans un cadre plus large. Ainsi, l’approche éclatée de la documen­tation épigraphique, traitée à travers des séries d’occurrences dans les deux premières parties, conduit à un traitement essentiellement quantitatif qui devrait être complété par une approche des textes permettant de souligner leur spécificité. On regrettera à ce titre également que si peu de place ait été laissée à la matérialité des inscriptions honorifiques, dont aucune n’est d’ailleurs citée en entier. Quelques imprécisions fragilisent aussi l’exposé : par ex. p. 91 à propos de l’approbation par la boulè d’Olympie de décrets honorifiques de la cité de Messène ou du koinon achéen il faut redistribuer les références données en note (n. 50, pour les attestations du verbe συνεπιψηφίσεσθαι corriger IvO 452 en 472 et ajouter IvO 486 et 487; n. 51, à IvO 469 émanant de la cité de Messène, il faut ajouter IvO 449 et 486; n. 52 il faut retirer au koinon IvO 439, 449 et 486, ce qui modifie la perspective discutée par l’A.); p. 194, à propos des Eurykleia, si l’on y voit une création (posthume) de C. Iulius Euryclès Herculanus en 136/137 apr. J.-C., on ne peut considérer qu’IG V1 663 parle de ce concours en la datant du règne de Trajan; p. 248, il n’est plus question que de trois tribus à Argos alors qu’il y en a quatre p. 126 dans le contexte, d’un côté et de l’autre, de l’organisa­tion de l’éphébie d’époque impériale; p. 291, il s’agit de la tholos du sanctuaire de l’Isthme et pas de celle de l’agora de Corinthe. Les index et les illustrations posent également quelques problèmes. L’ouvrage est pourvu d’un index topographique, d’index des personnages, des « mots grecs » (qui reprend en fait les noms des institutions et magistratures, en français, et certains des concepts étudiés, en translittération, sauf ceux étudiés dans le chapitre 2 de la 2e partie) et des inscriptions. Dans l’index des personnages, Alkastos et Alcastos, qui font l’objet de deux entrées dans l’index sont le même personnage (conséquence de flottements dans la transcription des noms, domaine où la constance est bien difficile; cf. encore dans l’exposé Cotyrta et Kotyrta, Asopos et Asôpos, etc.). Les personnages ont été enregistrés sous leur cognomen, ainsi T. Statilus Lamprias sous Lamprias, T. Flavius Polybios sous Polybios, etc. (quelques femmes font exception : Pompeia Pôlla, Claudia Damosthéneia, etc., mais pas Claudia Tyrannis par ex., enregistrée sous Tyrannis). Cela empêche de repérer facilement les membres de ces familles dont l’A. fait si bien ressortir l’importance dans son exposé. Cela conduit également à des imprécisions. Ainsi, sous Atticus, on ne peut distinguer Hérode Atticus (en fait, p. 40, 91, 141, 201) de son père (dont il est question p. 141-142 et 297; en outre la réf. p. 67 concerne en fait Regilla); il en est de même pour les deux Euryclès (C.I. Euryclès : p. 49, 60, 107, 142, 146, 150, 163, 184, 193, 194, 196, 209, 216, 245, 307, 308; C.I. Euryclès Herculanus : p. 49, 60, 102, 130, 134, 163, 194, 210, 297; y ajouter la référence à la p. 201 enregistrée sous Herculanos). Les inscriptions ne font l’objet d’une entrée d’index que si elles sont citées d’après les grands recueils, mais l’usage n’est pas constant : ainsi, p. 190 SEG 48, 457 est citée d’après l’editio princeps (ABSA, 93, 1998, p. 431 n° 3) et n’est donc pas dans l’index. On pourra regretter également que l’éditeur n’ait pu assurer une qualité suffisante pour les cartes proposées en annexe. Celle du Péloponnèse, reprise à l’édition du livre VIII de Strabon dans la « Collection des Universités de France » est simplement illisible. Par ailleurs, le plan de Sparte « à l’époque de Pausanias » de K. Welwei reproduit en fin de volume ne permet pas de situer les monuments cités dans le texte et donne une reconstruction différente de la topographie que celle à laquelle semble adhérer l’A. (cf. p. 186 et p. 241; p. 186 n. 24 et p. 187 n. 29, l’A. donne sans les mettre en relation deux identifications concurrentes d’un même bâtiment qui reçoit une troisième affectation sur le plan p. 324); la confrontation de l’analyse de l’agora d’Argos, p. 244-249 avec le plan p. 325 révèle également quelques ambiguïtés.

8Mais ce ne sont là que des points de détail dans une synthèse qui dessine, avec une perspective féconde, un cadre qu’il sera évidemment toujours possible de préciser pour tel point particulier ou en élargissant le corpus, mais qui ouvre une voie dans un champ d’investigation que l’A. a eu le mérite et l’intelligence de défricher.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Gengler, « Lafond Yves, La mémoire des cités dans le Péloponnèse d’époque romaine (iie siècle avant J.-C. – iiie siècle après J.-C.) », Kernos [En ligne], 20 | 2007, mis en ligne le 09 septembre 2011, consulté le 18 décembre 2014. URL : http://kernos.revues.org/386

Haut de page

Auteur

Olivier Gengler

Universität Freiburg [Humboldt-Stiftung]

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page