Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Lhôte Éric, Les lamelles oraculaires de Dodone

Vinciane Pirenne-Delforge
Référence(s) :

Lhôte Éric, Les lamelles oraculaires de Dodone, Genève, Droz, 2006. 1 vol. 15 22 cm, xv+454 p. (École pratique des Hautes Études. Sciences historiques et philologiques III. Hautes Études du monde gréco-romain, 36). ISBN : 2-600-01077-7.

Texte intégral

1En 1967, H.W. Parke écrivait, dans son ouvrage The oracles of Zeus (p. 259), « The material found at Dodona in the form of enquiries incised on thin strips of lead is not of a kind which would greatly reward the effort of collecting it into a corpus ». Heureusement pour nous, É. Lhôte (E.L.) n’a pas pris l’auteur au mot et il nous livre un très utile corpus de 167 lamelles oraculaires mises au jour autour du chêne sacré de Zeus. Certes, nous sommes encore loin d’un corpus complet, dans la mesure où E.L. s’est concentré sur les lamelles qui avaient déjà fait l’objet d’une publication antérieure et que les réserves du musée de Jannina recèlent encore des centaines de pièces, dont A.-Ph. Christidis devait assurer la publication. Son décès intervenu au moment où E.L. corrigeait les épreuves du présent ouvrage (p. viii, n. 1) laisse augurer de difficultés pour la suite du projet, mais on espère que cette belle édition encouragera la poursuite des collaborations engagées pour mettre à la disposition de la communauté scientifique le reste de ces remarquables pièces, tant que leur état de conser­vation permet encore de les lire.

2L’avant-propos de l’ouvrage propose un aperçu de l’histoire de Dodone, dont la brièveté même mène à quelques raccourcis hérités d’une historiographie qui eût mérité une évalua­tion critique. Les « invasions doriennes » qui commencèrent au xiie s. et le culte « éminem­ment chtonien » qui est en contradiction avec la nature céleste de Zeus sont de ceux-là (p. xi et xii). L’introduction qui suit livre une très intéressante histoire du déchiffrement des lamelles oraculaires dont le caractère tourmenté rend d’autant plus méritoire l’entreprise de l’A. C’est là qu’il pose également le problème de la conservation des lamelles et l’appel lancé à des chimistes ou des physiciens devrait être entendu sous peine de ne plus pouvoir accéder à la lettre des textes encore inédits. Quant à la datation des pièces, elle est rarement précise. Le terminus post quem du corpus semble être le milieu du vie s. et le terminus ante quem l’année 167, au moment où les Romains de Paul-Émile ravagèrent l’Épire. L’oracle ne cessa pas en tant que tel, mais la tradition de la consultation sur lamelles semble bien s’être éteinte avec le clergé qui en avait la charge. Après une note qui montre l’étroitesse des liens entre Corcyre et Dodone, l’introduction se referme sur la présentation du corpus et la justification du classement thématique qui a présidé à son élaboration.

3Comme l’A. le souligne lui-même, l’étude qu’il propose est philologique et dialectologique. C’est à ces questions que s’attache la plus grande partie des « Études synthétiques » qui forment la dernière partie du livre. Sur un plan d’histoire religieuse, on y épinglera l’intéres­sante analyse de l’épiclèse de Zeus à Dodone, Naios ou Naos, dont E.L. montre avec force qu’elle renvoie au verbe ναίω et fait du Zeus le dieu du lieu, le « Zeus Résidant », associé à Dionè, « Madame Zeus », sur un nombre impressionnant de lamelles. On y trouve aussi l’identification des formules stéréotypées qui servaient à interroger l’oracle et les variations qu’elles subissaient, souvent sous forme d’abréviation. Le corpus lui-même, qui couvre les trois quarts de l’ouvrage, livre pour chaque lamelle un chapeau avec la taille de la lamelle, son statut, une datation, les différentes éditions, suivi d’un fac-similé – s’il était disponible dans les éditions précédentes ou si l’A. a pu en réaliser un par autopsie, – d’une transcription, de notes critiques et d’une traduction. Dix-sept lamelles sur 167 traduisent une démar­che publique. Tout le reste relève de la sphère « privée ». Quant aux questions posées à Zeus et à Dionè, elles donnent raison à Plutarque qui, parlant de Delphes, écrivait : « Pour l’oracle, plus rien de compliqué, de secret, ni de redoutable : les questions qu’on lui adresse, comme les sujets proposés à l’école, portent sur les petites préoccupations de chacun; on lui demande si l’on doit se marier, faire telle traversée, prêter de l’argent, et les consultations les plus importantes des cités ont trait à la récolte, à l’élevage, à la santé » (Mor., 408c). C’est à peu de choses près l’horizon des préoccupations qui se dégage des textes de Dodone.

  • 1  Sur ces questions, on lira avec profit le texte jusqu’ici inédit de Jean Rudhardt, « Dodone et son (...)

4La procédure d’interrogation de l’oracle n’est pas totalement clarifiée par la mise en perspective de tous ces documents, mais une telle élucidation n’était pas l’objectif de l’A.1. Quelques lamelles conservent la réponse sur leur revers, mais on peut supposer que la plu­part d’entre elles, si elles étaient bien toutes transcrites, étaient emportées par les consultants, comme le laisse entendre Sophocle dans ses Trachiniennes (v. 47, 77, 1159-1178). Les lamelles portant les questions et parfois les réponses étaient manifestement enterrées autour du chêne oraculaire. Mais quand l’étaient-elles ? Les prêtres ou prêtresses devaient en prendre connaissance d’une manière ou d’une autre pour répondre, et le formulaire assez stable atteste que la procédure était formalisée. Elle n’était peut-être pas unique et, en tout cas, les auteurs postérieurs à 167 qui évoquent l’oracle, notamment Strabon (VII, 7, 12 et fr. 1-3), attestent diverses modalités de transmission des réponses du dieu. Quoi qu’il en soit, le fait d’enterrer les lamelles autour du chêne montre bien que l’arbre est au cœur de la pratique mantique et de la manifestation divine, même si l’on renonce à suivre É.L. dans son interpr­étation de la manipulation des lamelles en référence à une « puissance infernale ». Selon lui, en effet, cela justifierait les quelques remplois de lamelles. Si vraiment cette qualité était déterminante, pourquoi les lamelles ne seraient-elles pas davantage réutilisées ? Il me semble que la relation évidente des lamelles avec le support le plus commun des defixiones est ici surdéterminée et lue selon une grille de lecture « chthonienne » peu opérante.

5L’ouvrage est muni d’une bibliographie thématique (dont le volet religieux, repris sous le vague intitulé d’« Histoire », est fort maigre) et d’un index des termes grecs. Une intéressante carte offre également l’image du rayonnement de Dodone en fonction de l’origine géogra­phique des consultants. On dispose donc désormais d’un outil de travail indispensable, qui devrait encourager la reprise du dossier dodonéen dans le cadre du renouveau des études sur la divination qu’évoque P. Bonnechere dans la recension précédente.

Haut de page

Notes

1  Sur ces questions, on lira avec profit le texte jusqu’ici inédit de Jean Rudhardt, « Dodone et son oracle », in Les dieux, le féminin, le pouvoir. Enquêtes d’un historien des religions, édité par Ph. Borgeaud et V. Pirenne-Delforge, Genève, Labor et Fides, 2006, p. 95-121.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vinciane Pirenne-Delforge, « Lhôte Éric, Les lamelles oraculaires de Dodone », Kernos [En ligne], 20 | 2007, mis en ligne le 09 septembre 2011, consulté le 27 novembre 2014. URL : http://kernos.revues.org/378

Haut de page

Auteur

Vinciane Pirenne-Delforge

FNRS – Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page