Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Greco Emanuele (éd.), Teseo e Romolo. Le origini di Atene e Roma a confronto. Atti del convegno intern. di studi

Gabriella Pironti
Référence(s) :

Greco Emanuele (éd.), Teseo e Romolo. Le origini di Atene e Roma a confronto. Atti del convegno intern. di studi. Scuola archeologica italiana di Atene, Atene, 30 giugno 1 luglio 2003, Atene, Scuola archeologica italiana di Atene, 2005. 1 vol. 17, 5 24, 5 cm, 244 p. (Tripodes, 1). ISBN : 960-87405-3-3.

Texte intégral

  • 1  La table des matières du volume se trouve reprise dans Kernos 19 (2006), p. 506.

1Cet ouvrage collectif, issu d’un colloque tenu à Athènes en 2003, réunit des études qui s’interrogent sur les origines d’Athènes et de Rome dans une perspective pluridisciplinaire et comparatiste1. Comme le signale E. Greco dans les pages introductives, l’archéologie, l’his­toire et l’anthropologie ont chacune leur part dans ce volume, dont les différentes contribu­tions tentent de repenser la naissance des deux cités à partir d’un questionnement renouvelé des textes anciens et/ou à la lumière de nouvelles données provenant des fouilles. La forma­tion et le développement des espaces publics, l’agora ou les agoras d’Athènes en particulier; les rapports entre urbanisme, architecture et société; l’émergence et la localisation des sanc­tuaires; les parcours rituels; l’imbrication profonde entre religion et politique dans l’espace de la cité, ainsi que dans ses traditions mythiques : c’est en suivant ces axes que les auteurs construisent des comparaisons possibles entre la cité de Thésée et celle de Romulus.

2Concentrant son attention sur la topographie de Rome, A. Carandini essaie d’identifier les traces d’un premier projet urbain, correspondant à la cité de Romulus et de Numa. Selon A.C., l’épicentre de Rome correspondait à la domus regia et au sanctuaire de Vesta, véritable cœur social, politique et religieux de la cité. Le dédoublement de ce cœur dans le forum offrirait un point de comparaison avec Athènes où l’ancien centre de la cité se serait dédoublé au moment de l’aménagement d’une nouvelle agora dans le secteur du Céramique.

3F. Coarelli, après avoir rappelé le rapport étroit entre lustratio et circumambulation, ana­lyse l’itinéraire des Lupercalia. Sa contribution montre comment les parcours rituels dessinent l’espace de la cité et inscrivent sur son territoire le lien entre le religieux et le politique. Ce lien est également au centre de l’étude consacrée par C. Ampolo à Vesta et Hestia, deux divinités directement rattachées au foyer et à l’espace publics, l’une dans le monde romain, l’autre dans le monde grec : si dans le panthéon d’Athènes à l’époque romaine, ces deux déesses restent bien distinctes dans le culte – observe-t-il – c’est que, en vertu de leur identi­fication avec une communauté civique bien précise, elles ne pouvaient en aucun cas être confondues en une seule divinité. La subtile analyse de C.A. invite l’historien des religions anciennes à considérer sur de nouvelles bases, attentives au fonctionnement des systèmes polythéistes, les panthéons issus de la rencontre entre la religion romaine et la religion des cités grecques.

4N. Parise compare, de façon synthétique, les discours sur l’introduction de la monnaie, que les traditions grecque et romaine attribuent respectivement à Thésée et à Numa, ce qui en fait émerger le rapport avec la royauté et les origines mythiques des deux cités. T. Hölscher met en évidence les points communs entre le développement urbain de Rome et celui d’Athènes, analogies qu’il explique par l’existence d’un modèle de cité-État, sans doute d’origine phénicienne, commun à l’ensemble du bassin méditerranéen. L’A. signale cependant l’originalité de cet espace spécifiquement et éminemment politique qu’est l’agora, dont la formation constitue à ses yeux le moment-clé pour saisir la naissance de la polis grecque. Il reprend ensuite la vexata quaestio de l’emplacement primitif de l’agora d’Athènes et, à l’encontre de ceux qui cherchent cette ancienne agora à l’est ou au sud de l’Acropole, propose de la reconnaître à l’ouest de l’Acropole ou dans le secteur du Céramique, donc à proximité ou en correspondance même de l’agora classique. Contrairement à T.H., J. Camp continue de croire que l’agora ancienne était située ailleurs, et plus précisément au sud de l’Acropole, et essaie en conséquence de déterminer l’époque et les circonstances qui auraient accompagné l’aménagement d’une nouvelle agora dans le secteur du Céramique. Sur la base des données archéologiques, confortées par les sources anciennes qui signalent le gouverne­ment éclairé de Pisistrate et son intense activité dans l’aménagement urbain, J.C. assigne à l’époque des tyrans l’origine de l’espace public qui serait devenu par la suite l’emblème de l’Athènes démocratique.

5La contribution de G. Kabbadias est consacrée à la partie d’Athènes située à l’est de l’Acropole, là où de nombreux savants situent l’emplacement de l’ancienne agora et du Prytanée. G.K. présente les trouvailles effectuées sur les pentes orientales de l’Acropole, le long de la rue des Trépieds, dans un secteur caractérisé par la proximité du théâtre et du temple de Dionysos.

6Tout aussi convaincu que l’archaia agora était située à l’est de l’Acropole, N. Robertson revient, dans une riche étude de près de 70 pages, sur la localisation de nombreux sanctu­aires athéniens, et, plus particulièrement, sur l’emplacement de cinq lieux de cultes en l’hon­neur d’Aphrodite. L’A. met en évidence les liens étroits de la déesse avec le roi Égée, censé avoir institué le culte d’Aphrodite Ourania dans le voisinage de l’agora classique, et avec Thésée, qui aurait fondé, à l’occasion du synécisme des dèmes attiques, le sanctuaire d’Aphrodite Pandêmos sur les pentes méridionales de l’Acropole. Pour N.R., ce dernier temple d’Aphrodite occupait, sur le flanc du rocher, une position stratégique, car il dominait le chemin parcouru par les processions qui se rendaient de l’ancienne agora sur l’Acropole. Une fonction similaire est attribuée au sanctuaire de la déesse situé dans le quartier des « Jardins », près de l’Ilissos, lieu de culte que l’auteur localise en deçà de la porte d’Égée, là où se situait l’entrée de l’ancienne Athènes par rapport au Phalère. Il propose, en réinter­prétant les quelques témoignages disponibles, de rattacher ce sanctuaire aux rites censés célébrer le départ de Thésée pour la Crète. Là où les sources parlent d’une procession de jeunes filles au temple d’Apollon Delphinios en Mounichion, N.R. décèle une incohérence de « genre » et fait d’Aphrodite la véritable destinataire de ce rite qui aurait été attiré par la suite vers l’Artémis honorée avec son frère dans le Delphinion. Les indices présentés par l’A. à l’appui de ces hypothèses ne semblent pas probants, même s’il est possible que la fête de l’Aphrodite « dans les Jardins » près de l’Ilissos ait été célébrée en Mounichion, tout comme celle de l’Aphrodite honorée sous le même titre, en Kêpois, dans le petit sanctuaire situé sur le flanc nord de l’Acropole.

7N.R. consacre une bonne partie de son étude à l’Aphrodite Ourania de l’agora, dont il localise le sanctuaire dans la partie nord-orientale du Kolonos Agoraios. C’est avec ce même lieu de culte qu’il identifie le sanctuaire de l’Aphrodite « sur l’Hippolyte » mentionné par des sources littéraires et épigraphiques. Cette identification est construite sur un ensemble d’hypothèses assez fragiles : en déduisant de quelques indices un caractère « équestre » de cette partie d’Athènes, l’A. suggère que le sanctuaire du Kolonos Agoraios aurait été le point d’arrivée pour les courses équestres provenant du Kolonos Hippios, ce qui aurait valu à la déesse une seconde épiclèse toponymique évoquant le lieu où l’on détachait les chevaux. Cet arrière-plan équestre aurait aussi engendré le mythe du jeune Hippolyte, tué par ses cavales et par la colère d’Aphrodite. On peut toutefois se demander s’il est de bonne méthode de réduire les récits mythiques à de souvenirs déformés des données cultuelles et d’y rechercher la confirmation d’une reconstruction hypothétique de faits prétendument historiques. N.R. avance encore une dernière hypothèse concernant le culte d’Aphrodite à Athènes, en se fondant là aussi sur des indices plutôt minces : en tant qu’Ourania, la déesse aurait été célébrée par deux fêtes, l’une au début du printemps, en rapport avec le départ de Thésée, pour ouvrir la saison de la navigation, et l’autre au début de l’hiver pour la clore, avec un pendant mythique dans le retour de Thésée et la mort d’Égée; ces fêtes, correspondant aux deux sanctuaires de l’Ourania athénienne localisés respectivement au sud-est et au nord-ouest de la cité, auraient inscrit dans le calendrier athénien les phases de la constellation Capella (anciennement la « Chèvre », les « Chevreaux » ou le « Cocher »), dont le lien avec Aphrodite expliquerait l’épiclèse céleste de la déesse.

8Le lien entre les espaces publics d’Athènes et les traditions mythiques qui leur sont rattachées est également au centre de l’étude de J.-M. Luce, qui analyse en particulier les cultes et les mythes impliquant l’Acropole et les premiers rois d’Athènes. L’A. lit la topo­graphie de la cité à l’aide de son histoire religieuse et politique : l’Acropole est le passé, où la ville fonde son ancienneté en se rattachant à une royauté mythique placée sous le signe de Poséidon et d’Athéna; l’ancienne agora, à l’est de l’acropole, est la ville basse de Thésée, le « héros-roi » du synécisme, et y résident en effet les institutions politiques de l’Atti­que tout entière; enfin, dans la nouvelle agora du Céramique, la présence emblématique des Tyran­noctones célèbre l’espace du régime démocratique. P. Carlier consacre son étude à une analyse attentive de la liste des rois d’Athènes : il montre bien qu’il s’agit d’une construction historique assez ancienne, qui continue néanmoins de se modifier encore à l’époque des Atthidographes. Traditions orales et traditions écrites coopèrent dans cette reconstruction du passé qui fonde l’identité de la communauté : ainsi, à travers la succession de rois primor­diaux, puis d’une dynastie héroïque, enfin d’une nouvelle dynastie entraînant la chute de la royauté, cette liste raconte bien l’histoire des origines d’Athènes et de ses institutions politi­ques. C’est au demeurant par une réflexion sur le rapport entre mythe et histoire que J. Scheid conclut le volume : en dressant le bilan de cette enquête comparatiste autour d’Athènes et de Rome, il signale à juste titre que l’historien engagé dans une recherche sur les origines, dans la mesure où il se trouve souvent confronté à des récits mythiques, ne peut éluder le problème méthodologique posé par ce type de sources, car il s’agit d’une documen­tation qui nécessite d’être lue et étudiée dans sa spécificité.

9Même s’il ne relève qu’en partie le défi d’une démarche comparatiste, cet ouvrage se signale par des apports originaux qui contribuent à renouveler le débat sur les origines des deux cités. Les réflexions sur la formation des espaces publics, question fondamentale pour comprendre les premières phases d’Athènes et de Rome, constituent l’intérêt de ce volume, d’autant plus que les diverses contributions offrent à ce sujet un éventail de perspectives différentes. Il n’en reste pas moins que, dans certaines des ces études, des problèmes de méthode se laissent cerner : la faible problématique religieuse, alors que la religion est souvent appelée à la barre, la négligence de la spécificité de ces récits traditionnels qu’on appelait autrefois « mythes » et, surtout, l’utilisation de sources prétendument historiques qui pourraient bien se révéler, au terme d’une analyse rigoureuse, tout aussi « mythiques » que les « mythes »…

Haut de page

Notes

1  La table des matières du volume se trouve reprise dans Kernos 19 (2006), p. 506.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriella Pironti, « Greco Emanuele (éd.), Teseo e Romolo. Le origini di Atene e Roma a confronto. Atti del convegno intern. di studi  », Kernos [En ligne], 20 | 2007, mis en ligne le 09 septembre 2011, consulté le 26 octobre 2014. URL : http://kernos.revues.org/353

Haut de page

Auteur

Gabriella Pironti

Centre Louis Gernet, EHESS – Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page