Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Bittrich Ursula, Aphrodite und Eros in der antiken Tragödie. Mit Ausblicken auf motivgeschichtlich verwandte Dichtungen

Vinciane Pirenne-Delforge et Gabriella Pironti
Référence(s) :

Bittrich Ursula, Aphrodite und Eros in der antiken Tragödie. Mit Ausblicken auf motivgeschichtlich verwandte Dichtungen, Berlin / New York, Walter de Gruyter, 2005. 1 vol. 16 23 cm, viii+218 p. (Untersuchungen zur antiken Literatur und Geschichte, 75). ISBN : 3-11-0188555-5.

Texte intégral

1Cet ouvrage est le fruit d’une dissertation présentée à la Rheinischen Friedrich-Wilhelms-Universität de Bonn en 2004-2005 et propose une approche strictement littéraire du thème. Il est important de souligner d’emblée cette caractéristique de l’ouvrage, afin que le lecteur n’aille pas y chercher ce que l’A. n’a pas voulu livrer, en l’occurrence une perspective reli­gieuse ou plus largement anthropologique. De ce point de vue, un tel livre est aux antipodes de L’Éros dans la Grèce antique de Claude Calame (Paris, Belin, 1996; trad. angl. Princeton UP, 1999), ce qui ne suffit pourtant pas à expliquer l’absence d’un tel livre de l’horizon historio­graphique de cette thèse allemande. Quoi qu’il en soit, l’ouvrage adopte un plan chronologique, qui va d’une introduction sur les textes archaïques (« Vor der Tragödie », mais les auteurs lyriques sont presque totalement absents) jusqu’à Nonnos de Panopolis, en consacrant le cœur du propos aux auteurs tragiques, puis à d’autres auteurs grecs mêlés d’auteurs latins. Le moteur de l’exposé consiste à suivre l’image d’Aphrodite et d’Éros à travers les œuvres littéraires anciennes, à mettre l’accent sur certains topoi les concernant, et à montrer comment, de dieux qu’ils étaient, ils se transforment de plus en plus en figures à la fois rhétoriques et psychologiques. Cette évolution serait liée au fait que ces deux divinités sont traversées par la tension et l’oscillation entre action cosmique et action sur l’individu. De là proviendraient, par exemple, l’ambivalence d’Aphrodite et de son pouvoir, ou bien la figure double d’Éros. Ce dernier est aussi un dieu de la colère et de la vengeance (ultor), puis un rebelle dompté, enfin le dieu de l’amour réciproque.

2Le premier grand thème que traite le livre est la puissance de la déesse et l’invincibilité d’Éros. Aphrodite ne se laisse saisir que dans la tension entre une divinité puissante et une forme rhétorique par laquelle les hommes justifient leur faiblesse. Les fragments des tragi­ques porteraient les signes de cette déesse au pouvoir cosmique, qui semble se placer sur le même plan hiérarchique que Zeus. Éros est son fils et son serviteur. Ces mêmes tragiques développent le thème de l’amour-nosos provoqué par la déesse. Le thème du nosos montrerait bien, selon l’A., que le coéfficient humain commence à s’imposer dans la représentation de la déesse. Dans les tragédies d’Euripide, et surtout dans la trilogie troyenne, l’individu « dé-mythologise » la passion qui prend davantage place dans l’intériorité, ce qui n’implique pas nécessairement que l’auteur tragique partage point par point la posture de ses personnages. Dans l’Alexandros, Aphrodite joue un rôle important et une correspondance s’instaure entre le cadre mythologique et l’action des personnages. Dans la Phèdre de Sénèque, Vénus est bien plus marginale qu’Aphrodite chez Euripide. Le thème du furor correspond à celui du nosos, mais la malédiction de la déesse ne constitue plus que le cadre extérieur de l’action.

3Le deuxième thème autour duquel s’organise l’ouvrage est l’ambivalence. Même si cette ambivalence n’est pas leur apanage exclusif dans le panthéon, ce thème serait tout particu­lièrement développé, et de façon constante, dans les représentations d’Aphrodite et d’Éros : Éros double chez Euripide, double visage d’Aphrodite, à la fois bienveillante et destructrice. Les auteurs tragiques exaltent le pouvoir terrible de ces dieux. Dans l’Antigone sophocléenne, Éros dissout l’ordre et les lois traditionnels et, dans l’Iphigénie à Aulis, il est censé avoir à sa disposition deux types de flèches. Euripide fait dans cette tragédie un parallèle entre un Pâris érotisé et l’armée grecque, jouant ainsi sur la relation entre esprit martial et passion amou­reuse. Dans Médée, le même auteur revient sur le double éros, implicite dans l’invocation du chœur à une Cypris modérée, tandis que, dans le chœur suivant, il s’agit de l’aspect bien­veillant de ces divinités, les Érotes prenant place aux côtés de la sophia et de l’aretê. Dans la Sthénébée, il est encore question d’Éros double. Ce double Éros peut être pensé à l’aide de la double Éris d’Hésiode. Il pourrait aussi être mis en rapport avec le Banquet de Platon, parcouru par l’idée du bon Éros promoteur de l’aretê, tandis que les potentialités d’une double Aphrodite sont poussées jusqu’à leur terme par Platon, avec le développement sur la double Aphrodite, Pandemos et Ourania.

4Les textes d’époque archaïque constitueraient donc les prototypes de la représentation d’Aphrodite. Elle est dans l’Iliade la déesse des erga gamoio et s’attire l’hostilité des autres déesses, alors que chez les tragiques son existence même en tant que divinité devient l’objet d’une critique. Chez Hésiode, elle est une puissante divinité de la nature. L’hymne homé­rique est à l’intersection de ces deux figures : Aphrodite y est à la fois potnia thêrôn et déesse de l’amour qui suscite l’hostilité des autres divinités. Quant à Éros, chez Hésiode, il s’agit d’une divinité primordiale, indépendante d’Aphrodite. Pour Parménide, Empédocle et les théogonies orphiques, il s’agit d’un principe cosmogonique. Mais déjà chez Sappho et les lyriques, il devient le serviteur de la déesse et dompte les individus pour le compte d’Aphro­dite. Ce seraient donc deux figures différentes.

5À partir de l’hymne homérique, un thème affleure, celui de l’hostilité à la déesse de l’amour, thème qui va devenir une constante et traversera les époques tout en se modifiant. On peut en rapprocher le topos du « chasseur noir », comme le sont Hippolyte et le Daphnis de Théocrite. Chasseurs et chasseuses sont à la fois « aux marges » et hostiles à Éros. Ce thème, celui de l’opposition à l’amour qui devient cruauté, est aussi perceptible dans l’his­toire de pétrification liée à l’Aphrodite Parakyptousa de Chypre, notamment racontée par Ovide (pour laquelle l’A. livre des interprétations très contestables en termes d’interactions religieuses dans l’île de Chypre). Mais la déesse sait se venger, tout comme Éros (thème de la timôria), ainsi que l’atteste la figure du deus ultor chez Ovide et Tibulle. Des développements sont également consacrés à la figure de Narcisse – et de son pendant pastoral qu’est le Daphnis de Théocrite – et à la figure d’Antéros, qui tisse le motif de l’espoir de réciprocité, mais également le thème de l’oubli d’un amour sans retour. Le dieu est l’objectivation de cette timôria amoureuse subjective.

6Le grand intérêt de cet ouvrage vient de ce que l’on dispose ainsi, en un seul lieu, d’une belle anthologie des textes grecs et latins qui évoquent les pouvoirs d’Aphrodite et d’Éros, et que ces textes sont très soigneusement commentés. En revanche, la thèse centrale du livre, qui propose une perspective évolutive, allant des grandes divinités cosmiques aux personni­fications des effets de l’amour sur la psychologie indivi­duelle, est curieusement très datée. C’est la conséquence du choix de se priver, à la fois des avancées récentes en anthropologie culturelle ou en sociologie de la littérature, mais aussi de questionnements sur la représentation des dieux grecs qui sous-tend leur mise en scène dans le théâtre de Dionysos.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vinciane Pirenne-Delforge et Gabriella Pironti, « Bittrich Ursula, Aphrodite und Eros in der antiken Tragödie. Mit Ausblicken auf motivgeschichtlich verwandte Dichtungen », Kernos [En ligne], 20 | 2007, mis en ligne le 18 juin 2011, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://kernos.revues.org/344

Haut de page

Auteurs

Vinciane Pirenne-Delforge

FNRS – Université de Liège

Articles du même auteur

Gabriella Pironti

EHESS – Centre Louis Gernet [Paris]

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Kernos

Haut de page
  • Logo Suppléments de Kernos – Revue internationale et pluridisciplinaire de religion grecque antique
  • Logo Université de Liège
  • Revues.org