Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Giannisi Phoebé, Récits des voies. Chant et cheminement en Grèce archaïque

André Motte
Référence(s) :

Giannisi Phoebé, Récits des voies. Chant et cheminement en Grèce archaïque, Grenoble, Jérôme Millon, 2006. 1 vol. 13,5 21 cm, 190 p. (coll. Horos). ISBN : 2-84137-202-2.

Texte intégral

1Si vous aimez sortir des sentiers battus ou, plus exactement, revisiter avec un regard neuf des chemins bien connus comme le sont certaines voies sacrées menant à d’illustres sanctu­aires, mais aussi les chemins métaphoriques en lesquels se transforment parfois les chants de certains poètes, ne manquez pas de lire cet ouvrage. Il s’agit de la version remaniée d’une thèse de doctorat soutenue, en 1994, à Lyon II (Langues, Histoire et Civilisations des Mon­des Anciens) par une diplômée en architecture qui enseigne aujourd’hui à l’École d’Architec­ture de l’Université de Thessalie (Volos). Le livre devait être préfacé par P. Vidal-Naquet, décédé peu avant la publication; il l’est par J. Svenbro qui fut, lui aussi, membre du jury.

2L’idée originale de l’ouvrage, on l’aura deviné, est d’explorer les riches analogies qu’a tissées la Grèce archaïque entre le chemin et le chant, entre la voie et la voix, si l’on préfère. Qu’a-t-on bien pu pressentir de commun à l’époque entre les voies construites et les poè­mes ? Pour répondre à la question, l’A. examine tout d’abord, dans une première partie, les voies d’accès menant au temple de quelques grands sanctuaires extra-urbains, celui d’Héra à Samos et ceux d’Apollon à Didymes, à Délos et à Ptôon en Béotie. En ces lieux et en d’au­tres, les fouilles ont manifesté la présence de nombreuses constructions et sculptures érigées en offrandes, des kouroi notamment; à la différence de celles que l’on trouve aux abords des temples égyptiens, ces offrandes étaient souvent singularisées et propres dès lors à évoquer des souvenirs particuliers et à déclencher des récits dans l’esprit des passants. L’étude des termes utilisés pour désigner ces offrandes (anathèmata, agalmata, sèmata) ainsi que les inscrip­tions qui y sont gravées témoignent pareillement du but narratif qu’implique leur dépôt en ces endroits. La seconde partie s’attache à montrer les fils qui relient chants et chemins dans la littérature grecque des premiers siècles, à commencer par les emplois des mots oimos et oimè qui véhiculent cette double signification. L’A. consacre aussi un intéressant chapitre à la mnémotechnique antique qui fait du parcours l’essence de la remémoration et l’élément principal des procédés auxquels elle fait appel (cf. les « voies de la mémoire », nous dirions aussi aujourd’hui « les territoires »), elle explore les notions de trace, de pas, de mètre et de rythme, évoque les procédés de la généalogie et du catalogue (sont ici rencontrées des questions qu’abordent aussi les Actes du dernier congrès du CIERGA publiés dans Kernos 19), fait une analyse de deux itinéraires tracés dans l’Odyssée, des divers cheminements que dessine l’Hymne homérique à Apollon et de riches métaphores du chant et du chemin que déploie Pindare. La conclusion élargit plus encore l’éventail en évoquant notamment la thèse anthropologique de la marche humaine considérée comme la source de la production technique, de la langue, de la voix et de la formation d’une mémoire.

3Le dernier mot est pour affirmer modestement que ce livre n’est qu’« un prologue, l’ouverture d’un chemin à suivre, mais déjà tracé depuis des siècles ». On ne pouvait mieux dire. Si beaucoup de perspectives sont ouvertes ici, il arrive de fait qu’elles soient parfois rapidement refermées. La matière est d’ailleurs immense, comme l’A. l’a bien pressenti. Au passage, elle évoque, par exemple, le poète-philosophe Parménide qui est aussi de cette époque et l’usage symbolique qu’il fait de l’image du chemin; il eût fallu à tout le moins citer l’ouvrage de L. Couloubaritsis (Mythe et philosophie chez Parménide, Bruxelles, 1990²) dont l’interprétation fait une place décisive à ce symbole. Les éléments de réflexion que Ph.G. propose sont de nature à enrichir grandement le traitement du thème pèlerin en Grèce. À l’inverse d’ailleurs, elle aurait pu tirer elle-même profit d’études déjà parues sur le sujet; on pense notamment aux théories que les Athéniens envoyaient à Délos et à Delphes, sur les traces respectivement d’un héros ou d’un dieu (cf., par ex., G. Siebert, dans Les Pèlerinages dans l’Antiquité classique et biblique, Paris, Geuthner, 1973, p. 33-53, et ma contribution dans Histoire des pèlerinages non chrétiens, Paris, Hachette, 1987, p. 94-135). Pour d’autres matières, la bibliographie est en revanche étoffée (environ 230 titres au total). Un index eût été bien utile. Mais saluons avant tout l’originalité de l’entreprise et son audace pluridisciplinaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Motte, « Giannisi Phoebé, Récits des voies. Chant et cheminement en Grèce archaïque », Kernos [En ligne], 20 | 2007, mis en ligne le 09 septembre 2011, consulté le 19 septembre 2014. URL : http://kernos.revues.org/334

Haut de page

Auteur

André Motte

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page