Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des livres
2. Comptes rendus et notices bibliographiques

Tra gli asfodeli dell’Elisio. Carteggio 1935–1959

Vinciane Pirenne-Delforge
p. 298
Référence(s) :

Kerényi Károly, Brelich Angelo, Tra gli asfodeli dell’Elisio. Carteggio 1935–1959, éd. par Andrea Alessandri, traduit par Andrea Nagy, Roma, Editori Riuniti university press, 2011. 1 vol. 15 × 21 cm, 373 p. ISBN : 978-8-864-73064-6.

Texte intégral

  • 1 A. Brelich, « Appunit su una metodologia », SMSR 17 (1956), p. 1–30.

1Il convient de mentionner la publication, en traduction italienne, d’une correspondance encore inédite dans son intégralité, celle qui a relié pendant plus de vingt ans Angelo Brelich et Károly Kerényi. Tous deux Hongrois, le second ayant été le maître du premier en Hongrie, ces deux savants ont durablement marqué l’étude des religions et plus particulièrement celle de la religion grecque antique. Il est donc particulièrement éclairant de voir surgir de cette interaction épistolaire — que sous-tend une interaction sur le vif dont le détail nous échappe — l’attachement de Brelich à son maître, en dépit des admonestations de Raffaelle Pettazzoni (p. 262, n. 203), puis la prise de distance progressive qui se soldera par une rupture. Cette dernière est consommée lorsque Brelich écrit une longue analyse critique du petit livre théorique de Kerényi intitulé Umgang mit Göttlichen (Göttingen, 1955)1. Reprise en annexe de la présente édition avec d’autres comptes rendus antérieurs par Brelich, cette critique aura sur Kerényi l’effet d’un « vrai coup » (p. 280, lettre du 10.09.1956). Après avoir loué la puissance des réflexions du maître quand elles affrontent le terrain concret du matériel textuel, Brelich écrit : « En général, face à des arguments théoriques, l’écriture de Kerényi, semble perdre la sève vitale et la vibration qu’elle atteint au contact du matériau concret, elle semble perdre, pourrait-on dire, la luminosité qui infuse la clarté des formes grecques ; l’essentialité et l’adéquation semblent s’évanouir dans une brume insaisissable où se mêlent des vapeurs philosophiques, théologiques et littéraires, et le lecteur — et peut-être plus particulièrement le lecteur formé à l’esprit latin […] — se sent soudain transporté de l’atmosphère aride de l’Hellade antique à celle, dense mais pesante, de l’Allemagne romantique et postromantique » (p. 320). Il nuancera ces considérations dans le reste de l’article — il parlera notamment des « énonciations seulement apparemment mystiques de Kerényi » (p. 334). Mais le mal est fait. Kerényi ne pourra pardonner « l’étiquette stigmatisante » de « germanisant, romantique » (p. 280). Les échanges se feront rares, même si Brelich ne résistera pas au plaisir d’informer son ancien maître de sa désignation à la chaire d’histoire des religions de Rome, en lui redisant sa gratitude pour tout ce qu’il a reçu de lui.

2Au-delà des connotations personnelles de la relation entre ces deux hommes, la correspondance, ainsi que les articles introductifs et les annexes de son édition, donnent à voir certains des enjeux méthodologiques de l’étude des religions antiques qui ont traversé le milieu du xxe siècle. La tension entre une perspective historique, défendue toujours plus clairement par Brelich, et l’appréhension synchronique et totalisante d’un « style » religieux propre au peuple étudié, chez Kerényi. Quelles qu’en soient les métamorphoses théoriques ultérieures, nous avons hérité de ces tensions et la lecture du livre édité par Andrea Alessandri permet d’en prendre pleinement conscience. Quant à son beau titre, il est directement extrait d’une lettre que Brelich a adressée en 1977 à Magda, la seconde épouse de Kerényi. Il rappelait la relation étroite, sereine et belle qui l’unissait autrefois à l’ami décédé depuis quatre années, et souhaitait le revoir sous peu parmi les asphodèles des Champs Élysées…

Haut de page

Notes

1 A. Brelich, « Appunit su una metodologia », SMSR 17 (1956), p. 1–30.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vinciane Pirenne-Delforge, « Tra gli asfodeli dell’Elisio. Carteggio 1935–1959 », Kernos, 28 | 2015, 298.

Référence électronique

Vinciane Pirenne-Delforge, « Tra gli asfodeli dell’Elisio. Carteggio 1935–1959 », Kernos [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://kernos.revues.org/2367

Haut de page

Auteur

Vinciane Pirenne-Delforge

F.R.S.-FNRS – Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Kernos

Haut de page
  • Logo Suppléments de Kernos – Revue internationale et pluridisciplinaire de religion grecque antique
  • Logo Université de Liège
  • Revues.org