Navigation – Plan du site
Études

Des langes pour Artémis ?*

Véronique Dasen
p. 51-73

Résumés

L’emmaillotement du nouveau-né et du nourrisson est souvent présenté par les auteurs modernes comme une coutume inscrite dans la longue durée, sans modification notable dans l’espace et le temps. D’une société et d’une époque à l’autre, elle se décline cependant avec des variantes qui peuvent être associées à des pratiques votives en Grèce ancienne. Les offrandes de vêtements dans les sanctuaires grecs sont bien documentées par les sources littéraires et épigraphiques. Dans les inventaires conservés, le nourrisson ne semble être présent qu’au travers des offrandes de vêtements maternels en remerciement pour un heureux accouchement. Différents indices permettent de suggérer que des langes furent aussi offerts à Artémis en sa qualité de kourotrophe lors d’un moment de transition associé à un changement de vêtement, peut-être en relation avec la pousse des dents.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • *  Une première version de cet article a été présentée au colloque de Poitiers « Corps imagés, corps (...)
  • 1  Soranos d’Éphèse, Traité des maladies des femmes de Soranos d’Éphèse, Texte établi, traduit et com (...)
  • 2  Soranos, Maladies des femmes II, 6a. Sur le terme, P. Chantraine, s.v. σπαργῶ, Dictionnaire étymol (...)
  • 3  Chantraine, o.c. (n. 2), s.v. ῥάκος, p. 966.
  • 4  Les représentations d’enfants en langes dans les sanctuaires d’Italie centrale (ιιιe siècle av. J. (...)

1Le traité des Maladies des femmes de Soranos d’Éphèse (fin ier – début iie siècle ap. J.-C.) est régulièrement cité au sujet de la technique d’emmaillotement des tout-petits dans l’Antiquité car il en fournit au livre II1 une description détaillée. L’auteur préconise que la nourrice enveloppe (σπαργανόω ou σπαργανάω)2 quotidiennement l’enfant de manière très étroite. Elle doit d’abord déposer sur ses genoux un linge, ῥάκος3, ou une étoffe en laine, ἔριον, avant de prendre des bandelettes de laine, larges de trois ou quatre doigts. Elle enroule chaque membre séparément, notamment les jambes, « car en les rapprochant nues et en les entourant d’une bande unique, on s’expose à les ulcérer », en distinguant l’emmaillotement des garçons de celui des filles, qui sera lâche sur les hanches et serré sur les seins, afin d’obtenir une conformation « particulièrement convenable chez les femmes ». Elle termine en enroulant un tissu plus large autour du corps bandeletté, immobilisant complètement l’enfant, les membres allongés, car « en attachant les petits bras le long du corps, on leur évite de se déformer lors des mouvements désordonnés »4.

2La qualité de l’étoffe est importante. L’auteur insiste sur le choix d’un matériau doux, léger, propre, qui n’irrite pas la peau délicate du bébé. Des bandelettes de laine, sans ourlet, représentent l’idéal, contrairement au lin, trop rêche, surtout quand il est neuf, qu’il convient d’éviter.

  • 5  Soranos, Maladies des femmes II, 6a ; Chantraine, o.c. (n. 2), s.v. τελαμών, p. 1100.
  • 6  Hérodote, VII, 181 (une bande pour les plaies) ; II, 86 (des bandelettes de momie). En latin, le t (...)
  • 7  Anthologie Palatine XI, 125.
  • 8  Trad. R. Aubreton, CUF.

3Chez Soranos, les bandelettes, désignées par le pluriel σπάργανα, sont aussi appelées τελαμῶνες5. Tελαμών s’applique également au pansement d’une blessure et aux bandelettes qui enserrent une momie6. Une épigramme satirique anonyme de l’Anthologie Palatine7 joue sur ce double sens. Elle met en scène le médecin Cratéas et le fossoyeur Damon, unis par un pacte : le fossoyeur retire les bandelettes des morts qu’on lui confie et les envoie à son ami Cratéas qui les utilise pour bander ses malades : « Et lui, du tac au tac, lui envoyait, pour les ensevelir, tous ses clients, au grand complet »8.

  • 9  Soranos, Maladies des femmes II, 15 (42).

4Soranos9 conseille de libérer l’enfant de ses bandelettes au bout de 40, voire 60 jours :

  • 10  Trad. Burguière – Gourevitch – Malinas, CUF.

Quant à nous, comme nous pensons que l’emmaillotage sert à raffermir le corps et à empêcher ses malformations, nous conseillons d’enlever les bandelettes (σπάργανα) au moment où le corps est d’ores et déjà moyennement ferme et où il n’y a plus à craindre qu’une de ses parties se déforme10.

  • 11  Voir aussi le souci de ne pas engourdir le bras droit en mettant l’enfant au sein ; Soranos, Malad (...)

5Il recommande de procéder progressivement, sans ôter toutes les bandes à la fois, en commençant par le bras droit afin d’éviter de faire de l’enfant un gaucher11, avant de passer aux jambes.

6Cette description très précise date cependant de l’époque romaine impériale et concerne les soins procurés aux petits Romains de Rome. Dans quelle mesure cette pratique s’applique-t-elle aux Grecs de l’époque classique, six à sept siècles plus tôt ? Si les sources écrites sont rares, l’iconographie et l’épigraphie permettent de réaliser une première mise au point, d’une part, sur les différentes sortes de tissus utilisés pour les nouveau-nés et nourrissons, ainsi que sur leur mode de production, d’autre part, sur la présence de ces vêtements dans les sanctuaires, à la recherche des traces d’une possible ritualisation d’une étape dans la croissance des tout-petits.

Le discours normatif et médical

  • 12  Hippocrate, Du régime I, 33, 1 (VI, 510–513 Littré). Elle est reprise à l’époque romaine : Galien, (...)
  • 13  Platon, Lois VII, 789e. Sur la postérité de cette croyance à l’époque romaine, voir D. Gourevitch, (...)
  • 14  Platon, Lois VII, 789e-790a.
  • 15  Le lait de la mère ou de la nourrice poursuit la formation de l’enfant après la naissance. V. Dase (...)
  • 16  Sur le souci des parents grecs de ne pas laisser marcher l’enfant trop tôt, A.E. Hanson, « ‘Your M (...)

7Le souci d’emmailloter l’enfant repose sur l’idée que l’extrême plasticité de son corps nécessite un traitement particulier, car non seulement sa chair, mais ses os sont mous et doivent encore se solidifier. Cette opinion commune est déjà formulée dans les traités hippocratiques qui définissent le corps du nouveau-né comme chaud et humide, à l’instar du milieu dont il est issu12, tandis que Platon le compare à de la cire13. Plusieurs textes grecs de l’époque classique mentionnent le fait que l’enfant est emmailloté afin de prévenir toute déformation. Dans les Lois14, Platon donne des conseils très stricts : l’auteur recommande les massages et préconise non seulement d’emmailloter l’enfant sur une longue période, deux ans, mais de le porter jusqu’à l’âge de trois ans, quand l’enfant, définitivement sevré, quitte le sein de sa nourrice15. L’apprentissage de la marche est retardé ou du moins étroitement surveillé afin d’éviter toute malformation16 :

  • 17  Trad. E. des Places, CUF.

La femme enceinte se promènera : elle modèlera (πλάττειν) son nouveau-né comme une cire tant qu’il est tendre et jusqu’à l’âge de deux ans l’emmaillotera (σπαργανᾶν). Quant aux nourrices, nous les contraindrons par une loi et sous peine d’amende […] à toujours les porter tant qu’ils ne seront pas assez forts pour se tenir debout, et même, quand plus tard ils le seront, à prendre bien garde que, jeunes comme ils sont, ils ne se tournent pas les jambes en s’appuyant avec trop d’effort ; aussi se donneront-elles la peine de les porter jusqu’à ce qu’ils aient atteint leurs trois ans17.

  • 18  Plutarque, De l’amour de la progéniture, 494c (trad. J. Defradas et J. Dumortier, CUF). Voir aussi (...)
  • 19  Platon, Alcibiade I, 12d. Une pratique déjà évoquée dans le traité hippocratique Du régime I, 19 : (...)

8Une telle conception de la plasticité de l’enfant est aussi appliquée aux animaux ; ainsi l’ourse, de sa langue, « comme avec un outil, [...] donne forme à leurs membranes, de sorte que, croit-on, elle ne se contente pas de donner naissance à son ourson, mais qu’elle le façonne »18. Dans Alcibiade19, Platon insiste sur le massage qui poursuit la formation de l’enfant :

  • 20  Trad. M. Croiset, CUF.

Ensuite, l’enfant est soigné, non par une nourrice quelconque, mais par des eunuques, choisis comme les meilleurs parmi ceux qui entourent le roi. Ils sont chargés de veiller à tous les besoins du nouveau-né, de s’ingénier pour qu’il devienne aussi beau que possible, en façonnant ses membres enfantins et en les redressant (ἀναπλάττοντας τὰ μέλη τοῦ παιδὸς καὶ κατορθοῦντας)20.

  • 21  M. Seifert, Dazugehören. Kinder in griechischen Kulten und Festen von Oikos und Phratrie. Bildanal (...)
  • 22  Paris, Musée du Louvre CA 2961, non attribué ; BA 16011 ; G. Van Hoorn, Choes and Anthesteria, Lei (...)

9Ces recommandations semblent trouver une expression dans l’iconographie, bien avant qu’elles ne soient formulées par écrit. Très tôt, les coroplathes et les peintres de vase caractérisent le très jeune enfant par le fait d’être porté, sur les genoux, dans les bras ou sur les épaules, une convention qui pourrait désigner la classe d’âge des 0–3 ans qui est le principal objet de ces préoccupations21. Cette posture met aussi en scène l’intimité physique qui caractérise les rapports avec les jeunes enfants, portés et cajolés, comme dans la série des courotrophes en terre cuite. Le souci d’éviter les déformations des jambes explique l’invention d’une sorte de déambulateur ou youpala à roulettes qui doit assurer un apprentissage contrôlé de la marche, comme en témoigne un chous du Louvre (vers 400 – 380 av. J.-C.)22 où un petit garçon marche en se tenant au trotteur.

  • 23  Hippocrate, Des airs, des eaux et des lieux XX (trad. Littré II, 75).
  • 24  Hippocrate, Des fractures, 22, 3 : « Je suis porté à penser qu’une gouttière qui embrasserait en d (...)

10En dehors des conseils de Platon, qui ne donne pas de précisions sur ce qu’il entend par « langer », aucun texte grec de l’époque classique ne décrit comment vêtir le nourrisson. Dans les traités hippocratiques, les soins à donner aux enfants sont rarement mentionnés. Deux occurrences de spargana peuvent cependant être relevées. Dans le traité Des airs, des eaux et des lieux23, l’auteur s’intéresse au corps flasque des Scythes qu’il explique par l’absence d’emmaillotement, ce qui sous-entend l’utilité d’enserrer fermement le nouveau-né. Le deuxième passage se trouve dans le traité Des fractures ; l’auteur compare un membre cassé maintenu souplement par une écharpe, ταινία, avec les enfants emmaillotés, σπαργανοῦται, dans leur lit, ce qui suggère que les enfants ne sont pas emballés de façon serrée24.

  • 25  Histoire des animaux, 584b 3–5.

11Des informations plus précises concernent l’enfant né avant terme. Aristote25 spécifie qu’il faut l’envelopper dans une étoffe de laine :

  • 26  Trad. P. Louis, CUF.

Ceux qui naissent à sept mois sont viables en venant au monde, mais la plupart sont faibles (aussi les emmaillote-t-on de laine, διὸ καὶ σπαργανοῦσιν ἐρίοις αὐτά) et beaucoup ont quelques conduits qui ne sont pas ouverts, comme ceux des oreilles et des narines, mais ils se forment en grandissant, et beaucoup d’enfants nés dans ces conditions vivent26.

  • 27  Sur l’association de la laine avec la texture du corps féminin, Hippocrate, Des maladies des femme (...)
  • 28  Aristote, Politique VII, 17, 2 (1336a).
  • 29  Plutarque, Lycurgue, 16, 4.
  • 30  Aristote, Politique VII, 17, 2 (1336a).

12Dans les traités hippocratiques, le corps féminin est explicitement comparé à de la laine moelleuse (eirion)27. La recommandation d’Aristote semble participer à cet imaginaire collectif. Symboliquement, le tissu de laine préconisé sert de substitut au corps maternel, à la manière d’une couveuse, pour les petits non achevés. L’auteur ajoute que l’enfant né à terme, à l’inverse, doit disposer d’une grande liberté de mouvement pour se fortifier28. Aristote suit peut-être les principes de la puériculture laconienne où les nourrices, « soigneuses et expertes », « laissaient entièrement libres leurs membres et tout leur corps », selon Plutarque29. Aristote précise qu’un instrument (mekanikos organon) est utilisé par « quelques peuples barbares » afin de maintenir droit, astrabes, le nouveau-né, malheureusement sans donner davantage de précision sur ce qui pourrait être une planchette30.

Le discours littéraire

13À côté des textes normatifs et médicaux, quelques descriptions littéraires de naissances de dieux ou héros, notamment d’Apollon, Hermès et Héraclès, et de personnages du théâtre, principalement l’Ion d’Euripide et l’Oreste des Choéphores d’Eschyle, font allusion au vêtement porté par le nouveau-né. La taille, la matière ou la couleur de l’étoffe est parfois évoquée.

  • 31  Chantraine, o.c. (n. 2), s.v. φᾶρος, p. 1179.
  • 32  Hymne homérique à Apollon I, 120–122.
  • 33  Hymne homérique à Apollon I, 126–128 : « Mais après que tu eus, Phoibos, consommé l’aliment immort (...)

14Dans l’Hymne homérique à Apollon, le petit Apollon est ainsi baigné, puis enveloppé dans une étoffe décrite par le terme φᾶρος qui désigne d’ordinaire une large pièce de tissu31, ici de couleur blanche et qualifié de « fin et tout neuf ». L’étoffe est maintenue par une bandelette d’or, κρύσεον στρόφον32, que l’enfant très vite détache en remuant, signe de sa précocité divine33.

  • 34  Pindare, Pythique IV, 114 : « … en secret m’éloignèrent dans mes langes de pourpre (σπαργάνοις ἐν (...)
  • 35  Pindare, Néméennes I, 38 : « Je veux dire comment il ne se coucha pas dans ses langes couleur de s (...)
  • 36  Pindare, Péans fr. 52u : « [Héraclès]…de sa main de ses membres arracha son lange brodé (ποικίλον (...)
  • 37  Euripide, Ion, 955 : « pour lange il reçut mon manteau, peplos », et v. 1351 : « les langes, sparg (...)
  • 38  Euripide, Ion, 1421–1423.
  • 39  Ménandre, La tondue, 135 (spargana) et 755–773 (ta poikila). Plus loin (822), Glykera montre aussi (...)

15D’autres étoffes sont teintes. Pindare mentionne la couleur pourpre du lange du petit Jason34, et celle safran du lange d’Héraclès35. Elles peuvent aussi être tissées ou brodées de motifs, poikila36. Euripide décrit avec précision l’image qui orne le vêtement du petit Ion, abandonné dans le sanctuaire de Delphes. L’enfant était emballé par sa mère Créuse dans une pièce de tissu, désignée par le terme générique peplos, que la Pythie appelle langes, au pluriel, spargana37. Créuse dit avoir tissé elle-même cette étoffe dans sa jeunesse. Le motif choisi pour envelopper l’enfant n’est pas anodin : la tête de la Gorgone se trouve au centre de l’étoffe, « frangée de serpents, comme une égide »38. Dans La tondue de Ménandre, les tissus (spargana) qui enveloppaient les jumeaux exposés, Glykera et Moschion, sont qualifiés d’ornés, poikila. Les motifs animaliers, un cerf et un cheval ailé, permettent à Pataikos, leur père, d’identifier les enfants. Il reconnaît aussitôt l’ouvrage réalisé par son épouse, morte en accouchant39.

16À l’inverse, d’autres textes font allusion à de simples linges. Dans les Choéphores d’Eschyle, la nourrice d’Oreste évoque son humble travail quotidien :

  • 40  Eschyle, Choéphores, 754–760.

Dans les langes (ἐν σπαργάνοις), l’enfant ne parle pas, qu’il ait faim, soif, ou besoin pressant, et son petit ventre se soulage seul. Il fallait être un peu devin, et, comme, ma foi ! souvent j’étais trompée, je devenais laveuse de langes (σπάργανα) ; blanchisseuse et nourrice confondaient leur besogne40.

  • 41  Aristophane, Acharniens, 430–433.

17Ces tissus usagés, qui ont la qualité d’être souples et doux pour la peau de l’enfant, sont parfois désignés par le terme rhakos. Dans les Acharniens41,Aristophane utilise spargana comme synonyme de rhakos et rhakomata, les haillons :

  • 42  Trad. H. Van Daele, CUF.

Dicéopolis — C’est cela ! Télèphe. Donne-moi, je t’en supplie, la guenille (σπάργανα) de Télèphe.
Euripide — Esclave, donne-lui les loques (ῥακώματα) de Télèphe. Elles sont au-dessus des haillons (ῥάκους) de Thyeste, au-dessous de ceux d’Ino. Tiens, les voilà, prends42.

  • 43  Eschyle, Choéphores,543–546.

18L’image littéraire du nouveau-né enveloppé de langes, ἐν σπαργάνοις, est étroitement associée à celle de l’enfant au sein. Ce lien est si fort que l’association se décline sur le mode fantastique. Dans les Choéphores43, le serpent qu’enfante en rêve Clytemnestre s’enveloppe ainsi de langes pour être allaité :

  • 44  Trad. P. Mazon, CUF. Voir aussi ibid. 529 : « Le Coryphée — Elle, comme un enfant, l’abritait dans (...)

Oreste — (…) si, sorti du même sein que moi, ce serpent, ainsi qu’un enfant (παὶς ὤς σπαργάνοις ὡπλιζετο), s’est enveloppé de langes, a jeté ses lèvres autour de la mamelle qui jadis me nourrit au doux lait d’une mère mêlé un caillot de sang (…)44.

  • 45  Hésiode, Théogonie, 485–488.

19Il suffit même d’un lange pour faire un enfant d’un caillou, comme dans le récit de la tromperie de Cronos par Rhéa. Selon Hésiode45, le Titan prend une pierre bien emballée pour le petit Zeus :

  • 46  Trad. P. Mazon, CUF.

Puis, entourant de langes une grosse pierre, (τῷ δὲ σπαργανίσασα μέγαν λίθον ἐγγυάλιξεν) elle la remit au puissant seigneur, fils de Ciel, premier roi des dieux, qui la saisit de ses mains et l’engloutit dans son ventre, le malheureux !46

  • 47  Lycophron, Alexandra, 1200–1202 (trad. C. Chauvin et Chr. Cusset, L’Harmattan).

20Dans la version de Lycophron (ive siècle av. J.-C.), l’emballage est serré : la pierre est « enroulée dans des langes qui collent les membres (ἐν γυιοκόλλοις σπαργάνοις) »47. En creux, le récit fait référence à l’insensibilité supposée du nouveau-né, semblable à un caillou.

  • 48  Hymne homérique à Hermès,150–151.

21Le lange n’emprisonne pas forcément l’enfant, surtout quand il s’agit d’un jeune dieu. Comme Apollon et Héraclès, Hermès s’en défait bien vite. Dans l’Hymne homérique à Hermès48, il part, à peine mis au berceau (liknon), accomplir son premier exploit. Il traverse la Grèce pour aller voler les vaches du troupeau d’Apollon en Thessalie. Il les cache dans une caverne à Pylos et rentre s’allonger dans son panier :

  • 49  Trad. J. Humbert, CUF.

Bien vite l’illustre Hermès rentra dans son berceau : un lange sur les épaules comme un petit enfant (σπάργανον ἀμφ’ ὤμοις εἰλυμένος ἠΰτε τέκνον νήπιον), il reposait, en jouant de la main avec l’étoffe qui serrait ses jarrets, et tenait du côté gauche son aimable tortue49.

  • 50  Hymne homérique à Hermès,236.
  • 51  Hymne homérique à Hermès,305.

22Quand il est découvert par Apollon, effrayé, le jeune dieu s’enfonce « dans ses langes (σπάργανα) odorants »50, mimant la tortue qu’il a trouvée, en rentrant « tête, bras et jambes ». Entraîné par Apollon, il « [se prend] la tête dans les mains, malgré le lange qui enserrait ses épaules (σπάργανον ἀμφ’ ὤμοισιν ἐελμένος) »51. Rien ne suggère ici des bandelettes enveloppant chaque membre séparément, comme le décrit Soranos à l’époque romaine. Le texte évoque plutôt un tissu qui ressemble à une sorte de couverture qui protège l’enfant sans le contraindre.

  • 52  Hymne homérique à Hermès,267–268 (trad. J. Humbert, CUF).

23En somme, la technique d’emmaillotement est décrite de manière vague dans les sources grecques, mais quelques caractéristiques peuvent être dégagées. Le vocabulaire suggère l’emploi d’étoffes variées, du lin, fin ou assoupli par l’usure, à la laine épaisse, parfois teintes et ornées de motifs, enroulées autour du corps du petit, et parfois maintenues par des cordelettes. Aucun texte ne fait allusion à des bandelettes, le lange protecteur semble être d’une seule pièce. Sa fonction est intimement associée aux besoins du nouveau-né que le petit Hermès résume : « Le sommeil, le lait de celle qui est ma mère, avoir de bons langes (σπάργανα) et aussi des bains chauds : voilà ce qui m’intéresse ! »52.

Nourrissons en langes

  • 53  Voir le corpus votif et funéraire réuni par Seifert, o.c. (n. 21). Sur la représentation du corps (...)

24L’iconographie permet de mieux discerner les spécificités du vêtement du nourrisson grec. Les représentations de nouveau-nés sont relativement rares dans l’art grec, mais elles livrent de précieuses informations. Leur nombre augmente dès le milieu du ve siècle av. J.-C. dans l’imagerie vasculaire attique avec le développement de l’intérêt des imagiers pour les scènes de la vie privée et familiale. Les reliefs se composent en majorité de stèles réalisées pour des femmes mortes en couches, ainsi que de quelques monuments votifs53.

  • 54  München, Staatliche Antikensammlungen und Glyptothek 2413 ; ARV2 495.1, 1656, Hermonax ; BA 205571 (...)
  • 55  Palerme, Museo Arch. Regionale 2365 ; ARV2 1339.3 ; BA 217525 ; Reeder, o.c. (n. 54), p. 262–264, (...)
  • 56  London, British Museum E 182 ; ARV2 580.2 ; BA 206695 ; Reeder, o.c. (n. 54), p. 253–255, fig. 67.
  • 57  P. ex. Hydrie, Gêne 1155 ; ARV2 1472.4, P. de Bologne 417 ; BA 211143 ; C. Bérard, Anodoi. Essai s (...)

25Une série de scènes représentent des naissances divines. Plusieurs images montrent l’enfant divin Érichthonios reçu par Athéna dans une grande pièce d’étoffe déployée qui évoque celle dont une déesse enveloppe Apollon dans l’Hymne homérique. Comme le sparganon poikilon du petit Héraclès chez Pindare, l’étoffe est souvent ornée et de grande dimension. Sur un stamnos de Munich (vers 470–455 av. J.-C.)54, Athéna a posé un pan de l’étoffe constellée de petites croix sur son épaule gauche et tend le tissu de la main droite pour recueillir l’enfant qui lui tend les bras. Le décor varie sur les autres images. Sur le cratère en calice du Peintre de Talos (fin ve siècle av. J.-C.)55, le tissu est parsemé de cercles ou de sequins assortis au vêtement de Gaia qui présente l’enfant à Athéna, tandis que l’étoffe que tient la déesse est ornée de rayures sur l’hydrie attribuée au Peintre d’Oinanthe (Fig. 1)56. Ce pan de tissu ouvert apparaît régulièrement dans l’iconographie des scènes de naissance d’Aphrodite, et semble faire référence à son usage dans la vie réelle pour accueillir un nouveau-né57.

Figure 1

Hydrie, London, British Museum E 182. © The Trustees of the British Museum

  • 58  Malibu, J.P. Getty Museum 86.AE.286 ; Para 367.1bis ; BA 275946 ; K. Schefold, F. Jung, Die Sagen (...)

26L’étoffe déployée met aussi en œuvre le rôle de passeuse des femmes ; il rappelle visuellement d’autres manipulations de tissus, cette fois au sortir de la vie. Sur une coupe du peintre de Brygos (vers 490 av. J.-C.)58, Tekmessa recouvre d’un ample tissu orné le corps d’Ajax, allongé sur la plage caillouteuse de Troie.

  • 59  P. ex. Houston, Museum of Fine Arts 37.25, d’Athènes ; CAT 2.795 (fig.) ; Reeder, o.c. (n. 54), p. (...)
  • 60  London, British Museum 1894.6–16.1 ; CAT 2.786 (fig.). Voir aussi le nouveau-né enveloppé dans un (...)
  • 61  Calymnos, Musée archéologique 3900 ; D. Bosnakis, « Επιτύμβια ανάγλυφη στήλη με παράσταση θηλάζουσ (...)
  • 62  Le bonnet pointu est représenté sur de nombreuses stèles, p. ex. CAT 2.893 ; 3.866 ; 3.882 ; 3.932 (...)
  • 63  Volos, Musée archéologique Athanasakeion Λ1 ; J.J. Pollitt, Art in the Hellenistic Age, Cambridge, (...)

27Sur les reliefs funéraires de la fin du ve siècle/début du ive siècle, le nouveau-né est entièrement enroulé, de la tête aux pieds, dans une étoffe qui semble avoir l’épaisseur de la laine59. Sur une stèle attique conservée à Londres (vers 400 av. J.-C.), la servante soutient avec précaution la tête du bébé (Fig. 2 a et b, détail)60. Sur la stèle de Kalymnos (milieu du ive siècle av. J.-C.), l’enfant tète, complètement immobilisé (Fig. 3)61. Souvent la tête du bébé est protégée par un petit bonnet pointu dont le bord épais est parfois retourné62. La couleur du lange est visible sur la fameuse stèle peinte de Démétrias (Volos) (iiie siècle av. J.-C.)63. Le nouveau-né est empaqueté dans un tissu rouge qui rappelle la description des langes de Jason chez Pindare. L’inscription de la stèle nous apprend cependant que ce bébé soigneusement emballé, la tête coiffée d’un petit bonnet, est mort, comme sa mère Hêdistè.

Figure 2a

London, British Museum 1894.6–16.1. © The Trustees of the British Museum

Figure 2b

London, British Museum 1894.6–16.1. © The Trustees of the British Museum

Figure 3

Stèle en marbre, Calymnos, Musée archéologique 3900. Photo D. Bosnakis.

  • 64  New York, Metropolitan Museum 06.1021.144 ; ARV2 1107.10, P. de Nausicaa ; BA 214648 ; Neils – Oak (...)

28Le vêtement est parfois enroulé avec coquetterie, un pan de tissu dépassant des pieds et retombant de manière souple. Sur la péliké du Peintre de Nausicaa (Fig. 4)64, l’élégance maniérée du drapé semble vouloir rendre encore plus crédible la méprise de Cronos.

Figure 4

Péliké, New York, Metropolitan Museum 06.1021.144. Dessin V. Dasen

  • 65  Paris, Musée du Louvre E 702 ; M. Stark, Ikonographische Untersuchung zu den Darstellungskonzeptio (...)
  • 66  Vatican, Museo Gregoriano Etrusco Vaticano 16582 ; ARV2 369.6 ; BA 203905 ; Stark, o.c. (n. 65), p (...)

29Le lange n’enveloppe pas toujours l’enfant de manière rigide. L’Hymne homérique à Hermès raconte comment le jeune dieu parvient à s’extraire sans peine de son berceau. Plusieurs imagiers montrent ce mélange piquant de précocité divine et de malice enfantine. Sur l’une des faces d’une hydrie de Caeré (vers 520 av. J.‑C.)65 cinq vaches pointent leurs museaux hors d’une grotte ; sur l’autre, Apollon s’indigne face à Maia et Zeus (?), debout à côté de l’enfant qui repose sur son lit, en apparence insensible au bruit de la dispute. Le comique de situation naît de l’opposition entre la précocité de l’exploit et l’inertie présumée du nouveau-né. L’immobilité trompeuse de l’enfant contraste avec l’agitation des adultes qui gesticulent au-dessus du berceau. Le caractère merveilleux de la scène est accentué par les roulettes qui terminent les pieds du lit, à la manière des objets magiques réalisés par Héphaïstos. Sur une coupe du peintre de Brygos (vers 490 av. J.-C.)66, d’autres éléments créent un décalage humoristique avec l’image attendue d’un nouveau-né. Le petit Hermès porte l’attribut de son futur statut divin : logé dans son berceau en forme de liknon, il est coiffé du pétase, le chapeau à large bord du voyageur, et non du bonnet des bébés (Fig. 5).

Figure 5

Coupe, Vatican, Museo Gregoriano Etrusco 16582. Dessin V. Dasen

  • 67  München, Staatliche Antikensammlungen und Glyptothek 2426 ; ARV2 189.76 ; BA 201722 ; Stark, o.c. (...)
  • 68  New York, Metropolitan Museum L1982.27.8, P. d’Eucharidès ; BA 9025040. Voir aussi le lange simila (...)
  • 69  Ferrare, Museo Nazionale di Spina 2738 (T311) ; ARV2 593.41 ; BA 206865 ; Stark, o.c. (n. 65), pl. (...)

30Le lange est parfois très lâche ; l’hydrie du peintre de Kléophradès (vers 470 av. J.-C.)67 montre ainsi le petit Hermès (ou Héraclès ?) dont les bras bougent librement sous l’étoffe, les pieds nus, dans les bras d’Iris (Fig. 6). Sur une amphore de New York (vers 490 – 480 av. J.-C.)68, Zeus transporte Dionysos qui est enveloppé d’une fine étoffe constellée de points comme le chiton de son père (Fig. 7) ; ses bras sont cachés, mais ses pieds sont libres. Sur le cratère en cloche du peintre d’Altamura (vers 460 av. J.-C.)69, une nymphe tient encore le souple tissu brodé qui enveloppait l’enfant Dionysos avant que celui-ci soit posé sur les genoux de son père Zeus (Fig. 8).

Figure 6

Hydrie, München, Staatliche Antikensammlungen und Glyptothek, 2426. Photo Renate Kühling

Figure 7

Amphore, New York, Metropolitan Museum L1982.27.8. Dessin V. Dasen

Figure 8

Cratère en cloche, Ferrare, Museo Nazionale di Spina, 2738 (T311). Dessin F. Lissarrague

  • 70  Cf. la terre cuite, de Thèbes ; Athènes, Musée national 12649 ; V. Dasen, Jumeaux, jumelles dans l (...)
  • 71  Olympie, Musée archéologique 74 ; Dasen, o.c. (n. 70), p. 211, fig. 144.
  • 72  Athènes, Musée archéologique du Pirée B 5383 ; L. Palaiokrassa, To hiero tes Artemidos Mounichias, (...)
  • 73  Cf. Galien dénonce les mauvais soins d’une nourrice qui ne change pas l’enfant : « Quant à moi, un (...)

31Le témoignage des terres cuites grecques révèle d’autres détails. Quand l’enfant n’est pas nu, le lange qui l’enveloppe est d’ordinaire lâche70. Il est parfois retenu par des cordelettes, comme le montre une figurine de Thèbes (Fig. 9)71. Une terre cuite du sanctuaire d’Artémis à Mounychie(finive siècle av. J.-C.)72 révèle l’existence d’une méthode astucieuse pour gérer les besoins naturels du tout-petit. Bien ficelé par devant, le lange ménage au dos un espace libre qui laisse les fesses à l’air. Cette figurine unique ne permet cependant pas de conclure à un usage systématique de ce dispositif efficace qui n’a pas laissé de trace dans les sources écrites et ne semble pas avoir existé à l’époque romaine73.

Figure 9

Terre cuite (H. 5,5 cm), Olympie, Musée archéologique 74. D’après F. Marx, « Dioskurenartige Gottheiten », Archäologischer Anzeiger 10, 1885, p. 83 (fig.)

  • 74  Aristote, Génération des animaux V,1 (778b 28).

32En résumé, si les textes se taisent sur la technique d’emmaillotement, les images montrent des nouveau-nés enveloppés d’un tissu généralement épais qui entoure complètement leur corps, tandis que la tête est souvent protégée par un bonnet pointu. Cette immobilité est recherchée, car la croissance du tout-petit dépend de la qualité de son sommeil qui le fait lentement émerger dans le monde des vivants74. Elle imprègne tant l’imaginaire qu’un caillou peut être substitué à un nouveau-né (Fig. 4).

  • 75  Berlin, Staatliche Sammlungen F 2444 ; ARV2 746.14, P. d’Athènes 1826 ; BA 209215 ; J.H. Oakley, P (...)
  • 76  Voir aussi Hermès avec le petit Dionysos sur le cratère du Museo Gregoriano Etrusco Vaticano 16586 (...)

33Le nourrisson plus grand est emmailloté de manière plus souple dans un tissu qui laisse les pieds libres et permet de bouger les bras. Un lécythe à fond blanc de Berlin (vers 460 av. J.-C.)75, montre une scène de départ de guerrier (Fig. 10). Un couple debout se fait face : l’homme tend son casque, tandis que la femme tient un petit enfant dont les bras remuent, visiblement libres sous le tissu court qui laisse dépasser les pieds76.

Figure 10

Lécythe, Berlin, Staatliche Sammlungen F 2444. Dessin V. Dasen

  • 77  Leiden, Rijksmuseum I 1903/2.1 ; CAT 2.652 ; H. Foley, « Mothers and Daughters », in Neils – Oakle (...)
  • 78  Bryn Mawr College P104, non attribué ; BA 1600 ; Van Hoorn, o.c. (n. 22), no 429, fig. 274. Sur le (...)

34La grande majorité des enfants plus grands, en phase d’apprentissage de la marche, vers l’âge d’un an, sont représentés nus, avec un corps potelé, accroupis ou en train de ramper. Quand des vêtements sont montrés, le type varie selon le sexe. Les petites filles sont revêtues d’un fin chiton, comme sur la stèle funéraire de Leiden (vers 420–410 av. J.-C.)77 où la servante tend à la mère une fillette qui gigote. Les petits garçons ont le bas du corps drapé d’un tissu qui entrave leur mobilité, comme sur un chous de la fin du ve siècle (Fig. 11)78. Cet accessoire vestimentaire peu commode rappelle que les Anciens ne cherchaient pas à faire marcher l’enfant trop vite.

Figure 11

Chous, Bryn Mawr College P104. Photo © Bryn Mawr College Special Collections

  • 79  Athènes, Musée du Céramique P 695 ; CAT 1.660 (fig.). Voir aussi p. ex. le lécythe en marbre, Athè (...)
  • 80  Athènes, Musée national, 4472 ; Reeder, o.c. (n. 54), p. 105, fig. 4 ; Beaumont, o.c. (n. 72), p.  (...)
  • 81  Padula, Museo Archeologico T.xliii ; ARV2 1642.5bis, P. de Tyskiewicz ; BA 275157 ; Neils – Oakley (...)

35Nous relèverons que plusieurs représentations mettent en scène un langage corporel propre à l’art grec. La mère ou la nourrice porte parfois l’enfant enroulé dans un pan de son vêtement, signe à la fois de leur intimité physique et du souci de protéger le tout-petit. Sur la célèbre stèle d’Ampharété (vers 430–420 av. J.-C.)79, l’enfant est enveloppé dans le peplos de sa grand-mère (Fig. 12), comme il l’est aussi sur le relief funéraire d’Anavyssos80, où l’on distingue le voile rejoignant la tête de l’enfant enserrée dans la main maternelle. Le petit est parfois profondément niché dans l’himation de sa mère, ne faisant qu’un avec elle, comme le fils d’Héraclès sur un cratère à colonnettes de Padula (vers 480 av. J.-C.)(Fig. 13)81.

Figure 12

Stèle en marbre, Athènes, Musée du Céramique P 695. Photo DAI-ATH-Kerameikos 2478.

Figure 13

Cratère à colonettes, Padula, Museo Archeologico T.xliii. Dessin V. Dasen

Vêtement et anthropoieisis

  • 82  Cf. supra n. 39.
  • 83  Choéphores, 231–232 ; Vickers, o.c. (n. 36), p. 13.

36De nombreuses questions concernent la layette du nouveau-né grec : qui fabriquait les vêtements du futur bébé, et quand les confectionnait-on ? Dans la pièce de Ménandre, Pataikos explique que son épouse a tissé elle-même l’étoffe qui enveloppait les nouveau-nés jumeaux, sans préciser si elle l’avait réalisé avant son mariage ou pendant sa grossesse82. Chez Euripide, le peplos qui emballait le petit Ion était l’œuvre d’une parthenos, séduite, mais non mariée. L’image de la tête de la Gorgone renvoie aux stratégies protectrices des mères, multipliant les moyens d’assurer la survie du nouveau-né ; l’auteur souligne ainsi l’attachement de Créuse, tissant un motif puissant destiné à écarter les dangers que l’enfant abandonné allait affronter. Quelques textes évoquent des travaux de jeunes filles. Électre reconnaît ainsi Oreste à la vue d’une étoffe que son frère porte et qu’elle a réalisée dans sa jeunesse83. Aucun texte cependant ne spécifie qu’elles constituent un trousseau en prévision de leur mariage et d’une maternité.

37La question relative au mode de fabrication en entraîne une seconde à propos de la durée de ce premier vêtement : que devenait le lange quand l’enfant le quittait pour son premier habit, ou s’il mourait avant ? Ces étoffes étaient-elles réemployées pour le bébé suivant ou étaient-elles offertes dans un sanctuaire ?

  • 84  Sur les offrandes textiles, P. Brulé, La fille d’Athènes. La religion des filles à Athènes à l’épo (...)
  • 85  Voir L. Cleland, The Brauron Clothing Catalogues : Text, Analysis, Glossary and Translation, Oxfor (...)
  • 86  On offre des himatia pour une naissance selon le scholiaste à Callimaque, Hymne à Zeus, 77, et Hym (...)
  • 87  Euripide, Iphigénie en Tauride, 1464–1467.
  • 88  Trad. L. Parmentier, H. Grégoire, CUF. Ce vêtement dédié pour la défunte pourrait être le curieux (...)
  • 89  Brulé, o.c. 1987 (n. 84), p. 232.

38On sait l’importance des offrandes de vêtements dans les sanctuaires d’Artémis, révérée sous l’épiclèse de Chitône ou Chitônia84. Les inventaires d’Artémis Brauronia livrent de longues listes de tissus votifs désignés par différents termes difficiles à interpréter en raison de leur polysémie85. L’occasion du don peut être une naissance heureuse86, ou dramatique, si la mère meurt. Le célèbre passage de l’Iphigénie en Tauride d’Euripide87 évoque les offrandes de vêtements des femmes mortes en couches, consacrés à Iphigénie dans le sanctuaire d’Artémis à Brauron : « Et toi, Iphigénie, près des saintes collines de Brauron, tu seras porte-clefs de son temple : on t’y inhumera après ta mort ; à toi, l’on y consacrera les somptueux tissus (peplos) que laisseront chez elles les femmes mortes en couches »88. Ces pièces de tissus sont généralement interprétées comme les vêtements portés pendant la grossesse et souillés par l’accouchement dont le don participe aux rites de purification89. La layette du bébé était-elle aussi consacrée ? L’examen du vocabulaire permet de le suggérer.

  • 90  W. Günther, « Vieux et inutilisable dans un inventaire inédit de Milet », in D. Knoepfler (éd.), C (...)
  • 91  Cleland, o.c. (n. 85), l. 28 (chitoniskos d’enfant, sans inscription) ; l. 40–41 (chlaniskion d’en (...)
  • 92  Cleland, o.c. (n. 85), p. 92 « We can suggest that the link between the attribution as ‘child’s’ a (...)

39Les listes comportent toutes sortes de pièces de tissus qui sont des vêtements d’enfants, sans préciser les circonstances de leur consécration. À Milet, l’inventaire provenant probablement d’un sanctuaire d’Artémis (iie siècle av. J.-C.) mentionne un petit manteau pourpré, chlandion, ainsi qu’une petite robe à bordure pourpre, euparuphon, d’enfants, paidika90. Des habits que l’incription qualifie « d’enfant », chitoniskos et chlaniskion paidiou, se trouvent aussi dans les inventaires de Brauron, Tanagra, Thèbes et Délos91. L. Cleland relève que l’usage de formes diminutives, comme chitonion et krokotinon, pourrait indiquer la présence d’autres vêtements d’enfant92.

  • 93  München, Staatliche Antikensammlungen und Glyptothek Gl 199 ; CAT 0869a (fig.). Sur l’interprétati (...)
  • 94  Plusieurs épigrammes font références à l’offrande de jouets au moment de quitter l’enfance, qui co (...)

40Le relief funéraire de Munich, dédié à la petite Plangon (vers 340–320 av. J.‑C.)93, semble faire référence à ce genre d’offrandes (Fig. 14). La fillette est debout, vêtue de son chiton, face à une oie, tenant d’une main une poupée aux membres tronqués, de l’autre un oiseau. L’image concentre l’évocation de deux moments différents dans la vie de l’enfant, l’un accompli, l’autre projeté. Sur le fond du relief, une sorte de vêtement à manches longues pliées pourrait représenter le premier habit que l’enfant a quitté et qui a été dédié dans un sanctuaire en reconnaissance de l’accomplissement d’une première étape. Le grand sac suspendu et la poupée dans la main de la fillette renvoient à une deuxième transition importante, inaccomplie cette fois, celle du dépôt des jouets, symbolisés par le sac d’osselets, et de la poupée dans le sanctuaire au moment du mariage94.

Figure 14

Stèle en marbre, München, Staatliche Antikensammlungen und Glyptothek, Gl 199. Photo Renate Kühling

  • 95  T. Linders, Studies in the Treasure Records of Artemis Brauronia, Stockholm, 1972, p. 13.
  • 96  Brulé,o.c. 1987 (n. 84), p. 233–4. Sur les linges menstruels, A. Mommsen, « ῥάκος auf attische Ins (...)
  • 97  Brulé,o.c. 1990 (n. 84), p. 74–76 ; Günther o.c. (n. 90). Voir aussi Cleland, o.c. (n. 85), p. 126
  • 98  Homère, Odyssée VI, 178 ; M. Weber, « Lumpen für Artemis Brauronia ? Zum Wortgebrauch von hêmiuphe (...)

41Quant aux langes, qui précèdent ce premier vêtement, étaient-ils aussi dédiés dans le sanctuaire ? Les termes spargana et telamon qui les désignent ne se trouvent pas dans les inscriptions des inventaires. Mais peut-être sont-ils indiqués par un autre mot qui n’a jusqu’ici pas été identifié ? Rhakos, qui apparaît régulièrement dans les listes d’offrandes, est d’ordinaire traduit par l’adjectif « usagé » ou par le substantif « chiffon ». T. Linders95 avait proposé d’y voir des vêtements déjà portés, P. Brulé96, à la suite d’A. Mommsen, les linges des premières règles, tout en relevant que l’usage du terme avec ce sens n’est pas attesté, avant de se rallier à l’hypothèse de l’ancienneté de tissus mal conservés défendue par W. Günther97. Récemment, M. Weber propose d’y voir un terme technique désignant un « coupon » d’étoffe encore non travaillé, comme le rhakos dans lequel Ulysse se drape au sortir de l’eau98.

  • 99  Maladies des femmes II, 6.

42Sans contester la présence de tissus déchirés et inutilisables, ne pourrait-on pas interpréter comme des langes certaines des étoffes désignées par le terme rhakos ? Les langes constituent une catégorie particulière de vêtements, caractérisés par le fait d’être volontiers fabriqués dans de vieux tissus que l’usure a rendu souple. On retrouve le terme associé au soin du nouveau-né chez Soranos ; avant de masser l’enfant, il conseille de déposer sur les genoux un linge désigné par le terme rhakos qui dit à la fois sa simplicité et sa douceur pour la peau du petit99.

  • 100  Supra n. 41.
  • 101  Dans le monde romain, les offrandes votives d’emmaillotés pourraient aussi se rapporter à un momen (...)
  • 102  Un traité hippocratique entier est consacré à la dentition (Littré VIII, 542–549). De nombreuses a (...)

43Comme on l’a vu, spargana est attesté chez Aristophane comme synonyme de rhakos100, ce qui permet de suggérer l’équivalence et d’identifier des langes dans les offrandes vestimentaires. La layette pourrait être consacrée dans les sanctuaires à un moment de transition placé sous la protection de la divinité. La principale occasion pourrait être celle où l’on ôte à l’enfant son sparganon pour le revêtir de son premier habit (chitonion, chlaniskion)101. Parmi les signes de bonne croissance de l’enfant, le moment de l’apparition de la première dent, vers six mois, pourrait avoir constitué l’occasion de ce passage102. La dentition marque un premier achèvement de l’enfant, associé à un changement de régime alimentaire, l’introduction de nourriture solide. Cette période est redoutée, car l’enfant manifeste toutes sortes de troubles inquiétants, fièvres, inflammation des gencives, qui font craindre le pire.

  • 103  Musée de Lamia, 1041. F. Dakoronia, L. Gounaropoulou, « Artemiskult auf einem neuen Weihrelief aus (...)
  • 104  Cf. Pausanias, X, 37, 1, sur la statue d’Artémis de Praxitèle à Anticyre avec des deux attributs, (...)
  • 105  DakoroniaGounaropoulou, o.c. (n. 103), p. 218–219 proposent différentes hypothèses (flèche, tor (...)
  • 106  Selon DakoroniaGounaropoulou, o.c. (n. 103), p. 220, il s’agirait de la mère ; identification r (...)
  • 107  M. Dillon, Girls and Women in Classical Greek Religion, London/New York, 2002, p. 355 note 122, y (...)
  • 108  Sur la gestualité qui caractérise les plus jeunes, Th. J. Mc Niven, « Behaving like a Child : Imma (...)
  • 109  DakoroniaGounaropoulou, o.c. (n. 101), p. 221–222, l’identifient à une prêtresse à cause de sa (...)

44Un témoignage iconographique pourrait se rapporter à ce moment de transition. Le fameux relief en marbre trouvé en 1979 à Achinos (vers 300 av. J.-C.)103 montre la présentation d’un petit enfant à Artémis, probablement pour placer sa croissance sous la protection divine. La scène représente l’enfant accompagné par trois femmes, précédées d’un sacrificateur, dans le sanctuaire (Fig. 15). Debout à l’extrémité droite, la déesse, de taille surhumaine, accueille la procession ; elle s’appuye sur un pilier et tient de la main droite une torche, tandis qu’un carquois dépasse au-dessus de son épaule droite, deux attributs qui renvoient à l’ambivalence de ses compétences, tantôt salvatrices, tantôt menaçantes104 ; l’objet manquant tenu de la main gauche pourrait être un arc105. Devant Artémis, un autel marque la séparation du plan humain et divin. Un sacrificateur s’approche en tenant par une corne le taureau, une offrande de prestige, qu’il va égorger avec un couteau. Il est suivi par une femme que son rôle semble désigner comme la nourrice106 ; elle soulève l’enfant, vêtu d’un chiton, qui tend les bras avec vigueur en direction d’Artémis107. Sa vivacité traduit son jeune âge, tout comme le fait d’être encore porté108. Derrière elles, une servante aux cheveux courts tient dans la main droite un petit vase à libation et porte sur sa tête un plateau d’offrandes de fruits, de gâteaux et de végétaux. La dernière femme du cortège, de grande taille, est élégamment drapée dans son himation, la tête voilée ; son allure semble indiquer qu’il s’agit de la commanditaire fortunée du relief et probablement de la mère de l’enfant ; elle tient une main levée en geste d’adoration, et dans l’autre une boîte109.

Figure 15

Relief en marbre (1,21 × 0,68 m), d’Achinos, Musée de Lamia AE 1041. Photo © XIVe Éphorie des Antiquités Préhistoriques et Classiques, Lamia

  • 110  Cf. Euripide, Électre, 1124–1134. Contra : DakoroniaGounaropoulou, o.c. (n. 103), p. 223, pour (...)
  • 111  DakoroniaGounaropoulou, o.c. (n. 103), p. 223 (« Bettücher »).
  • 112  S.G. Cole, « Domesticating Artemis », in S. Blundell, M. Williamson (éd.), The Sacred and the Femi (...)

45À l’arrière-plan, une série de vêtements sont suspendus à une corde, de gauche à droite, une paire de chaussures, une tunique à manches, deux pièces d’étoffes frangées, une ceinture et un peplos. Ces tissus sont d’ordinaire interprétés comme les habits que les femmes dédiaient à Artémis en remerciement pour un accouchement réussi110. Certaines pièces d’étoffe, cependant, pourraient aussi se rapporter à l’enfant, le sujet principal de la cérémonie, qui occupe le centre de la scène. Les deux longues bandes de tissus, de largeur différente, aux extrémités frangées, qui se trouvent sur le fond du relief derrière l’enfant ont été jusqu’ici identifiées à deux sortes de châles ou des draps de lit111. Ne pourrait-il pas s’agir de spargana, dont les franges imitent l’égide enserpentée qui enveloppe le petit Ion ? S. Cole relève avec justesse que la cérémonie doit représenter le passage à un nouveau cycle pour la mère et l’enfant112. Il pourrait s’agir du moment du passage au premier vêtement, celui dont le petit est revêtu au premier plan. La cérémonie marquerait une deuxième étape de la croissance de l’enfant, vers une alimentation solide, sous la protection d’Artémis en sa qualité de kourotrophos.

Abréviations

46ABV : J.D. Beazley, Attic Black-Figure Vase-Painters, Oxford, 1956.

47ARV : J.D. Beazley, Attic Red-Figure Vase-Painters, 2e éd, Oxford, 1963.

48BA : Beazley Archive, base de données en ligne : <www.beazley.ox.ac.uk/databases/pottery.htm>.

49CAT : Ch.W. Clairmont, Classical Attic Tombstones, Kilchberg, 1993, 8 vols.

Haut de page

Notes

*  Une première version de cet article a été présentée au colloque de Poitiers « Corps imagés, corps en images dans l’Antiquité » (7 mars 2013) organisé avec Lydie Bodiou et Francis Prost que je remercie pour leurs remarques ainsi que Pierre Brulé.

1  Soranos d’Éphèse, Traité des maladies des femmes de Soranos d’Éphèse, Texte établi, traduit et commenté par P. Burguière, D. Gourevitch, Y. Malinas, t. II, Livre II, Paris, Les Belles Lettres, 1990 (CUF).

2  Soranos, Maladies des femmes II, 6a. Sur le terme, P. Chantraine, s.v. σπαργῶ, Dictionnaire étymologique de la langue grecque. Histoire des mots, IV, 1, Paris, 1977, p. 1033.

3  Chantraine, o.c. (n. 2), s.v. ῥάκος, p. 966.

4  Les représentations d’enfants en langes dans les sanctuaires d’Italie centrale (ιιιe siècle av. J.-C. – ιer siècle apr. J.-C.) sont souvent mises en relation avec cette description, mais sans parfaitement y correspondre, comme le relève O. de Cazanove, « Enfants en langes : pour quels vœux ? », in G. Greco, B. Ferrara (éd.), Doni agli dei. Il sistema dei doni votivi nei santuari, Napoli, 2008, p. 271–284 ; O. de Cazanove, « Enfants au maillot en contexte cultuel en Italie et en Gaule », Dossiers d’archéologie 356 (2013), p. 8–13. Sur Paestum, R.M. Ammerman, « Children at Risk. Votive Terracottas and the Welfare of Infants at Paestum », in A. Cohen, J. Rutter (éd.), Constructions of Childhood in Ancient Greece and Italy, Princeton, 2007 (Hesperia, suppl. 41), p. 131–151. Pour les Romains et Gallo-Romains, voir G. Coulon, L’enfant en Gaule romaine, Paris, 2004.

5  Soranos, Maladies des femmes II, 6a ; Chantraine, o.c. (n. 2), s.v. τελαμών, p. 1100.

6  Hérodote, VII, 181 (une bande pour les plaies) ; II, 86 (des bandelettes de momie). En latin, le terme fascia désigne toute bande enroulée en spirale ; G. Lafaye, s.v. « Fascia », in Ch. Daremberg et E. Saglio, Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, II, Paris, 1896, col. 979–983.

7  Anthologie Palatine XI, 125.

8  Trad. R. Aubreton, CUF.

9  Soranos, Maladies des femmes II, 15 (42).

10  Trad. Burguière – Gourevitch – Malinas, CUF.

11  Voir aussi le souci de ne pas engourdir le bras droit en mettant l’enfant au sein ; Soranos, Maladies des femmes, II, 13 (37) ; E. Humer, « Linkshändigkeit in der Antike — eine Behinderung ? », in R. Breitweiser (éd.), Behinderungen und Beeinträchtigungen — Disability and Impairement in Antiquity, Oxford, 2012 (BAR, 2359), p. 123–130.

12  Hippocrate, Du régime I, 33, 1 (VI, 510–513 Littré). Elle est reprise à l’époque romaine : Galien, De sanitate tuenda I, 7 (VI, 31–37 Kühn) ; Soranos, Maladies des femmes II, 6 ; II, 12. Cette malléabilité du corps est associée à celle de l’âme qui est comparée à une cire vierge où tout va s’imprimer ; Plutarque, De l’éducation des enfants, 5.

13  Platon, Lois VII, 789e. Sur la postérité de cette croyance à l’époque romaine, voir D. Gourevitch, « Comment rendre à sa véritable nature le petit monstre humain ? » in Ph. J. Van der Eijk et al. (éd.), Ancient Medicine in its Socio-Cultural Context. Papers Read at the Congress Held at Leiden University 13–15 April 1992, I, Amsterdam, 1995, p. 239–260 ; J. Bertier, « La médecine des enfants à l’époque impériale », in ANRW II, 37.3 (1996), spéc. p. 2172–2173 ; S.R. Holman, « Modeled as Wax : Formation and Feeding of the Ancient Newborn », Helios 24 (1997), p. 77–95 ; D. Bacalexi, « Responsabilités féminines : sages-femmes, nourrices et mères chez quelques médecins de l’Antiquité et de la Renaissance », Gesnerus 62 (2005), p. 5–32.

14  Platon, Lois VII, 789e-790a.

15  Le lait de la mère ou de la nourrice poursuit la formation de l’enfant après la naissance. V. Dasen, « Des nourrices grecques à Rome ? » in V. Pache Huber, V. Dasen (éd.), Politics of Child Care in Historical Perspective. From the World of Wet Nurses to the Networks of Family Child Care Providers, Special Issue, Paedagogica Historica, 46, 6 (2010), p. 699–713.

16  Sur le souci des parents grecs de ne pas laisser marcher l’enfant trop tôt, A.E. Hanson, « ‘Your Mother Nursed You with Bile’: Anger in Babies and Small Children », in S. Braund, G.W. Most (éd.), Ancient Anger. Perspectives from Homer to Galen, Cambridge, 2003, p. 185–207, spéc. p. 198–200.

17  Trad. E. des Places, CUF.

18  Plutarque, De l’amour de la progéniture, 494c (trad. J. Defradas et J. Dumortier, CUF). Voir aussi Élien, Personnalité des animaux II, 19 ; Aristote, Histoire des animaux, 579a.

19  Platon, Alcibiade I, 12d. Une pratique déjà évoquée dans le traité hippocratique Du régime I, 19 : « Les tanneurs étendent, pressent, peignent, lavent : le traitement des enfants est le même » (trad. R. Joly, CUF).

20  Trad. M. Croiset, CUF.

21  M. Seifert, Dazugehören. Kinder in griechischen Kulten und Festen von Oikos und Phratrie. Bildanalysen zu attischen Sozialisationsstufen des 6. bis 4. Jahrhunderts v. Chr., Stuttgart, 2011, p. 87–88 ; V. Dasen, « Corps d’enfants : de l’anatomie à l’anthropologie du corps », in H. Perdicoyanni-Paleologou (éd.), History of Anatomy and Surgery from Antiquity to the Renaissance, Amsterdam, 2014, sous presse. Sur le plan mythique, le récit des malheurs du petit Opheltès renvoie aussi à ce souci. L’enfant mourut dévoré par un serpent à cause de sa nourrice à qui un oracle avait recommandé d’éviter de poser l’enfant à terre avant qu’il ne puisse marcher. Sur le destin d’Opheltès-Archémoros, C.O. Pache, Baby and Child Heroes in Ancient Greece, Urbana / Chicago, 2004, spéc. p. 106.

22  Paris, Musée du Louvre CA 2961, non attribué ; BA 16011 ; G. Van Hoorn, Choes and Anthesteria, Leiden, 1951, no 855, fig. 42.

23  Hippocrate, Des airs, des eaux et des lieux XX (trad. Littré II, 75).

24  Hippocrate, Des fractures, 22, 3 : « Je suis porté à penser qu’une gouttière qui embrasserait en dessous le membre inférieur depuis l’ischion jusqu’au pied serait utile ; d’ailleurs une écharpe (tainia), entourerait d’une manière lâche le jarret avec la gouttière, comme les enfants sont emmaillotés (σπαργανοῦται) dans leur lit » (trad. Littré III, 491–493).

25  Histoire des animaux, 584b 3–5.

26  Trad. P. Louis, CUF.

27  Sur l’association de la laine avec la texture du corps féminin, Hippocrate, Des maladies des femmes I, 1 : « En voici la preuve : mettez par-dessus de l’eau ou même en un lieu humide, pendant deux jours et deux nuits, de la laine nettoyée et un drap nettoyé d’un tissu dense, pesant exactement autant que la laine. Quand vous les retirerez, vous trouverez à la balance que la laine est devenue beaucoup plus pesante que le drap » (trad. Littré, VIII, 12–13).

28  Aristote, Politique VII, 17, 2 (1336a).

29  Plutarque, Lycurgue, 16, 4.

30  Aristote, Politique VII, 17, 2 (1336a).

31  Chantraine, o.c. (n. 2), s.v. φᾶρος, p. 1179.

32  Hymne homérique à Apollon I, 120–122.

33  Hymne homérique à Apollon I, 126–128 : « Mais après que tu eus, Phoibos, consommé l’aliment immortel, les bandelettes d’or ne suffisaient plus à te contenir, tant tu te débattais ; ces entraves ne t’arrêtaient plus, et cédait tout ce qui limitait ta volonté » (trad. J. Humbert, CUF).

34  Pindare, Pythique IV, 114 : « … en secret m’éloignèrent dans mes langes de pourpre (σπαργάνοις ἐν πορφυρέοις), confiant à la nuit ma route » (trad. A. Puech, CUF).

35  Pindare, Néméennes I, 38 : « Je veux dire comment il ne se coucha pas dans ses langes couleur de safran (κροκωτὸν σπάργανον), sans qu’Héra, la déesse du trône d’or, l’aperçût » (trad. A. Puech, CUF).

36  Pindare, Péans fr. 52u : « [Héraclès]…de sa main de ses membres arracha son lange brodé (ποικίλον σπάργανον) et révéla sa nature » (trad. J.-P. Savignac, La Différence). Sur la question, voir p. ex. M. Vickers, Images on Textiles. The Weave of Fifth-Century Athenian Art and Society, Konstanz, 1999, spéc. p. 20 ; R. Reuthner, Wer webte Athenes Gewänder ? Die Arbeit von Frauen im antiken Griechenland, Frankfurt / New York, 2006, p. 204–211 ; A. Grand-Clément, « Du bon usage du vêtement bariolé en Grèce ancienne », in L. Bodiouet al.(éd.), Parures et artifices : le corps exposé dans l’Antiquité, Paris, 2011, p. 264–265.

37  Euripide, Ion, 955 : « pour lange il reçut mon manteau, peplos », et v. 1351 : « les langes, spargana, où nous t’avons trouvé ».

38  Euripide, Ion, 1421–1423.

39  Ménandre, La tondue, 135 (spargana) et 755–773 (ta poikila). Plus loin (822), Glykera montre aussi un petit manteau transparent, diaphanes chlanidion.

40  Eschyle, Choéphores, 754–760.

41  Aristophane, Acharniens, 430–433.

42  Trad. H. Van Daele, CUF.

43  Eschyle, Choéphores,543–546.

44  Trad. P. Mazon, CUF. Voir aussi ibid. 529 : « Le Coryphée — Elle, comme un enfant, l’abritait dans des langes (ἐν σπαργάνοισι παιδὸς ὁρμίσαι δίκην). »

45  Hésiode, Théogonie, 485–488.

46  Trad. P. Mazon, CUF.

47  Lycophron, Alexandra, 1200–1202 (trad. C. Chauvin et Chr. Cusset, L’Harmattan).

48  Hymne homérique à Hermès,150–151.

49  Trad. J. Humbert, CUF.

50  Hymne homérique à Hermès,236.

51  Hymne homérique à Hermès,305.

52  Hymne homérique à Hermès,267–268 (trad. J. Humbert, CUF).

53  Voir le corpus votif et funéraire réuni par Seifert, o.c. (n. 21). Sur la représentation du corps de l’enfant, Dasen, o.c. (n. 21).

54  München, Staatliche Antikensammlungen und Glyptothek 2413 ; ARV2 495.1, 1656, Hermonax ; BA 205571 ; E.D. Reeder, Pandora, Women in Classical Greece, Princeton, 1995, p. 255–256, fig. 68 ; J. Neils, J.H. Oakley (éd.), Coming of Age in Ancient Greece, Images of Childhood from the Classical Past, New Haven, 2003, p. 89, fig. 3.

55  Palerme, Museo Arch. Regionale 2365 ; ARV2 1339.3 ; BA 217525 ; Reeder, o.c. (n. 54), p. 262–264, fig. 72. On relèvera que le bas du corps de l’enfant est enveloppé d’un linge uni.

56  London, British Museum E 182 ; ARV2 580.2 ; BA 206695 ; Reeder, o.c. (n. 54), p. 253–255, fig. 67.

57  P. ex. Hydrie, Gêne 1155 ; ARV2 1472.4, P. de Bologne 417 ; BA 211143 ; C. Bérard, Anodoi. Essai sur l’imagerie des passages chthoniens, Berne, 1974, p. 153–160, pl. 14, fig. 47. Sur l’importance iconique des tissus dans les scènes de naissance d’Aphrodite, voir aussi G. Pironti, « Du voile à la voile : réflexions sur l’Aphrodite en voyage et ses parures », in F. Gherchanoc, V. Huet (éd.), Corps, gestes et vêtements des divinités dans l’Antiquité grecque, romaine et gallo-romaine : une lecture historique et anthropologique, Actes du colloque international de Brest, 21–22 juin 2012, Université de Bretagne Occidentale, CRBC, à paraître.

58  Malibu, J.P. Getty Museum 86.AE.286 ; Para 367.1bis ; BA 275946 ; K. Schefold, F. Jung, Die Sagen von den Argonauten, von Theben und Troia in der klassischen und hellenistischen Kunst, München, 1989, p. 261, fig. 238.

59  P. ex. Houston, Museum of Fine Arts 37.25, d’Athènes ; CAT 2.795 (fig.) ; Reeder, o.c. (n. 54), p. 337–338, fig. 105 ; Neils – Oakley, o.c. (n. 54), no 20, p. 223–224.

60  London, British Museum 1894.6–16.1 ; CAT 2.786 (fig.). Voir aussi le nouveau-né enveloppé dans un tissu épais, p. ex. Lyme Park, Cheshire ; CAT 1.819 (fig.) ; A. Scholl, Die attischen Bildfeldstelen des 4. Jhs. V. Chr., Untersuchungen zu den kleinformatigen Grabreliefs im spätklassischen Athen, Berlin, 1996, no 443, pl. 11, 1. Athènes, Musée épigraphique 10432 ; CAT 1.891 (fig.) ; Scholl, ibid., no 34, pl. 44, 1. Paris, Musée du Louvre Ma 3113 ; CAT 4.910 (fig.) ; Neils – Oakley, o.c. (n. 54), p. 185, fig. 27

61  Calymnos, Musée archéologique 3900 ; D. Bosnakis, « Επιτύμβια ανάγλυφη στήλη με παράσταση θηλάζουσας από την Κάλυμνο », AD 58–64 (2003–2009) [2012], Α’ Μελέτες, 377–390 (avec bibliographie sur le motif de l’allaitement) ; id., « L’allaitement maternel : une image exceptionnelle dans l’iconographie funéraire ? », Dossiers d’archéologie 356 (2013), p. 58–59.

62  Le bonnet pointu est représenté sur de nombreuses stèles, p. ex. CAT 2.893 ; 3.866 ; 3.882 ; 3.932 ; 4.930.

63  Volos, Musée archéologique Athanasakeion Λ1 ; J.J. Pollitt, Art in the Hellenistic Age, Cambridge, 1986, p. 5 et 194, fig. 3 ; Chr. A. Salowey, « Women on Hellenistic Grave Stelai : Reading Images and Texts », in Sh. L. James, Sh. Dillon (éd.), A Companion to Women in the Ancient World, Chichester, 2012, p. 252–253, fig. 18.1.

64  New York, Metropolitan Museum 06.1021.144 ; ARV2 1107.10, P. de Nausicaa ; BA 214648 ; Neils – Oakley, o.c. (n. 54), no 4, p. 205–206.

65  Paris, Musée du Louvre E 702 ; M. Stark, Ikonographische Untersuchung zu den Darstellungskonzeptionen von Gott und Kind bzw. Gott und Mensch in der griechischen Kunst, Stuttgart, 2012, pl. 2.

66  Vatican, Museo Gregoriano Etrusco Vaticano 16582 ; ARV2 369.6 ; BA 203905 ; Stark, o.c. (n. 65), pl. 3.

67  München, Staatliche Antikensammlungen und Glyptothek 2426 ; ARV2 189.76 ; BA 201722 ; Stark, o.c. (n. 65), pl. 4 et 5a.

68  New York, Metropolitan Museum L1982.27.8, P. d’Eucharidès ; BA 9025040. Voir aussi le lange similaire d’Héraclès porté par Hermès sur une amphore à figures noires de Vulci (vers 510–500 av. J.-C.) ; München, Staatliche Antikensammlungen und Glyptothek 1615A ; ABV 484, 6, P. Dot-Band Class ; Stark, o.c. (n. 65), pl. 24.

69  Ferrare, Museo Nazionale di Spina 2738 (T311) ; ARV2 593.41 ; BA 206865 ; Stark, o.c. (n. 65), pl. 9b.

70  Cf. la terre cuite, de Thèbes ; Athènes, Musée national 12649 ; V. Dasen, Jumeaux, jumelles dans l’Antiquité grecque et romaine, Kilchberg, 2005, p. 211, fig. 143. Voir aussi la nymphe Tyrô portant ses jumeaux emmaillotés ; terre cuite de Tanagra (?) ; Dasen, ibid., p. 209–210, fig. 140.

71  Olympie, Musée archéologique 74 ; Dasen, o.c. (n. 70), p. 211, fig. 144.

72  Athènes, Musée archéologique du Pirée B 5383 ; L. Palaiokrassa, To hiero tes Artemidos Mounichias, Athènes, 1991, p. 119, no E 86, pl. 1 ; L. Beaumont, Childhood in Ancient Athens, Iconography and Social History, London/New York, 2012, p. 38, fig. 2.6 (face) et p. 50–51, fig. 3.5 (dos).

73  Cf. Galien dénonce les mauvais soins d’une nourrice qui ne change pas l’enfant : « Quant à moi, une fois, alors qu’un petit enfant avait passé la journée entière à pleurer et à se mettre en colère, et à s’agiter violemment et dans tous les sens, je découvris ce qui n’allait pas, alors que la nourrice était complètement perdue. (…) j’examinai son lit, ses couvertures et ses langes, et les trouvai particulièrement sales. Quant au bébé lui-même, il était sale et n’était pas lavé. J’ordonnai de laver et de nettoyer l’enfant ; de changer le lit, et de lui remplacer tous ses habits par des propres. Ceci fait, l’enfant cessa immédiatement tout mouvement violent et sur-le-champ s’endormit d’un sommeil très doux et très profond » (trad. D. Gourevitch, in Soranos, Maladie des femmes II, 13, note 230, p. 107–108).

74  Aristote, Génération des animaux V,1 (778b 28).

75  Berlin, Staatliche Sammlungen F 2444 ; ARV2 746.14, P. d’Athènes 1826 ; BA 209215 ; J.H. Oakley, Picturing Death in Classical Athens. The Evidence of the White Lekythoi, Cambridge, 2004, fig. 39, p. 66 ; M.-C. Crelier, Kinder in Athen im gesellschaftlichen Wandel des 5. Jahrhunderts v. Chr., Eine archäologische Annaherung, Remshalden, 2008, p. 128, L8 (fig.).

76  Voir aussi Hermès avec le petit Dionysos sur le cratère du Museo Gregoriano Etrusco Vaticano 16586 (559) ; ARV2 1017.54, P. de la Phiale ; BA 214232 ; J.H. Oakley, The Phiale Painter, Kerameus 8, Mainz, 1990, pl. 38, no. 54 ; Stark, o.c. (n. 65), pl. 11 b.

77  Leiden, Rijksmuseum I 1903/2.1 ; CAT 2.652 ; H. Foley, « Mothers and Daughters », in Neils – Oakley,o.c. (n. 54), p. 133, fig. 25. Voir aussi ibid. p. 132, fig. 23, la fillette agenouillée en chiton aux pieds de sa mere assise sur la stèle de Mynnia, Malibu, J.P. Getty Museum 71.AA.121, et les petites filles en chiton sur les choés attiques, p. ex. Athènes, Musée national 1322 ; Van Hoorn, o.c. (n. 22), no 41, fig. 288 ; BA 4188.

78  Bryn Mawr College P104, non attribué ; BA 1600 ; Van Hoorn, o.c. (n. 22), no 429, fig. 274. Sur les stèles funéraires, voir p. ex. CAT 1.715 ; Scholl, o.c. (n. 60), no 268 ; pl. 3.2. Voir aussi le grand tissu orné qui drape le bas du corps de Dionysos sur le cratère à volutes de Ferrare, Museo Nazionale di Spina T381 (2737) ; ARV2 589.3, P. d’Altamura ; BA 207139 ; Stark, o.c. (n. 65), pl. 9 a. Voir aussi l’enfant porté par son père sur le relief votif en marbre de l’Asclépiéion du Pirée ; C.L. Lawton, « Children in Classical Attic Votive Reliefs », in CohenRutter, o.c. (n. 4), p. 45, fig. 2.2.

79  Athènes, Musée du Céramique P 695 ; CAT 1.660 (fig.). Voir aussi p. ex. le lécythe en marbre, Athènes, Musée du Céramique, MG 51 ; CAT 4.710 (fig.) ; J.H. Oakley, « Death and the Child », in Neils – Oakley, o.c. (n. 54), fig. 12, p. 170.

80  Athènes, Musée national, 4472 ; Reeder, o.c. (n. 54), p. 105, fig. 4 ; Beaumont, o.c. (n. 72), p. 92–93, fig. 3.29.

81  Padula, Museo Archeologico T.xliii ; ARV2 1642.5bis, P. de Tyskiewicz ; BA 275157 ; Neils – Oakley, o.c. (n. 54), p. 93, fig. 7b.

82  Cf. supra n. 39.

83  Choéphores, 231–232 ; Vickers, o.c. (n. 36), p. 13.

84  Sur les offrandes textiles, P. Brulé, La fille d’Athènes. La religion des filles à Athènes à l’époque classique : mythes, cultes et société, Paris, 1987, p. 226–238 ; id., « Retour à Brauron. Repentirs, avancées, mises au point », DHA 16.2 (1990), p. 74–77 ; Y. Morizot, « Offrandes à Artémis pour une naissance. Autour du relief d’Achinos », in V. Dasen (éd.), Naissance et petite enfance dans l’Antiquité, Fribourg et Göttingen, 2004, p. 159–170. Voir aussi les terres cuites de dédicantes apportant un vêtement à Athéna dans le temple de Francavilla Marittima ; M. Kleibrink Maaskant, Dalla lana all’acqua. Culto e identità nell’Athenaeion di Lagaria, Francavilla Marittima (zona di Sibari, Calabria), Rossano Calabro, 2003, p. 78, fig. 31.

85  Voir L. Cleland, The Brauron Clothing Catalogues : Text, Analysis, Glossary and Translation, Oxford, 2005.

86  On offre des himatia pour une naissance selon le scholiaste à Callimaque, Hymne à Zeus, 77, et Hymne à Artémis, 225 ; Brulé, o.c. 1987 (n. 84), p. 231–232.

87  Euripide, Iphigénie en Tauride, 1464–1467.

88  Trad. L. Parmentier, H. Grégoire, CUF. Ce vêtement dédié pour la défunte pourrait être le curieux ballot de tissu bien plié représenté sur quelques stèles funéraires attiques ; A.G. Kalogeropoulou, « A New Attic Grave Stele », AD 29 (1974), p. 194–225.

89  Brulé, o.c. 1987 (n. 84), p. 232.

90  W. Günther, « Vieux et inutilisable dans un inventaire inédit de Milet », in D. Knoepfler (éd.), Comptes et inventaires dans la cité grecque, Neuchâtel / Genève, 1988, p. 229, ll. 22–23.

91  Cleland, o.c. (n. 85), l. 28 (chitoniskos d’enfant, sans inscription) ; l. 40–41 (chlaniskion d’enfant, blanc, avec l’inscription « sacré à Artémis ») ; l. 58 (chitoniskos safran d’enfant, sans inscription) ; l. 108 (chitonion d’enfant à double épaisseur) ; l. 138 (chlaniskion d’enfant dans une boite). Voir aussi Reuthner, o.c. (n. 36), p. 273 et note 498.

92  Cleland, o.c. (n. 85), p. 92 « We can suggest that the link between the attribution as ‘child’s’ and the available diminutives of chlanis, makes it more likly that other avalailable diminutives […] also refer to children’s garments ». p. ex. l. 323b et 322b (krokotinon). C. Prêtre attire cependant l’attention sur la surinterprétation possible des marques suffixales dans les inventaires : C. Prêtre, « Imitation et miniature. Étude de quelques suffixes dans le vocabulaire délien de la parure », BCH 121 (1997), p. 673–680.

93  München, Staatliche Antikensammlungen und Glyptothek Gl 199 ; CAT 0869a (fig.). Sur l’interprétation de la poupée comme offrande, J. Reilly, « Naked and Limbless. Learning about the Feminine Body in Ancient Athens », in A.O. Koloski-Ostrow, C.L. Lyons (éd.), Naked Truths. Women, Sexuality and Gender in Classical Art and Archaeology, London / New York, p. 154–173.

94  Plusieurs épigrammes font références à l’offrande de jouets au moment de quitter l’enfance, qui correspond au mariage pour les filles, p. ex. Anthologie Palatine VI, 276 et 280 ; P. Brulé, « Des osselets et des tambourins pour Artémis », Clio. Histoire, femmes et sociétés 4 (1996) DOI : 10.4000/clio.429 (rééd. in La Grèce d’à côté. Réel et imaginaire en miroir en Grèce antique, Rennes, 2007, p. 69–83) ; V. Dasen, « De la Grèce à Rome : Des jouets pour grandir ? », in D. Charles, B. Girveau (dir.), Des jouets et des hommes, Paris, 2011, p. 53–59.

95  T. Linders, Studies in the Treasure Records of Artemis Brauronia, Stockholm, 1972, p. 13.

96  Brulé,o.c. 1987 (n. 84), p. 233–4. Sur les linges menstruels, A. Mommsen, « ῥάκος auf attische Inschriften », Philologus 58 (1899), p. 343–347. Contra : p. ex. S. Milanezi, « Beauty in Rags : On Rhakos in Aristophanic Theatre », in L. Clelandet al. (éd.), The Clothed Body in the Ancient World, Oxford, 2005, p. 78–79 ; Reuthner, o.c. (n. 36), p. 273–274

97  Brulé,o.c. 1990 (n. 84), p. 74–76 ; Günther o.c. (n. 90). Voir aussi Cleland, o.c. (n. 85), p. 126.

98  Homère, Odyssée VI, 178 ; M. Weber, « Lumpen für Artemis Brauronia ? Zum Wortgebrauch von hêmiuphes, ktenôtos, kainon, rakos in den Schriftentafeln des Brauronions auf der Akropolois un Athens », Thetis 16–17 (2010), p. 39–42, spéc. p. 41.

99  Maladies des femmes II, 6.

100  Supra n. 41.

101  Dans le monde romain, les offrandes votives d’emmaillotés pourraient aussi se rapporter à un moment de transition, ici de la suppression du maillot au bout d’un mois environ ; voir E.-J. Graham, « The Making of Infants in Hellenistic and Early Roman Italy : a Votive Perspective », World Archaeology 45, 2 (2013), p. 11–13, DOI : 10.1080/00438243.2013.799041.

102  Un traité hippocratique entier est consacré à la dentition (Littré VIII, 542–549). De nombreuses amulettes témoignent de l’importance de ce passage à l’époque romaine, entre six mois et le sevrage, vers deux ou trois ans ; V. Dasen, « Probaskania : Amulets and Magic in Antiquity », in D. Boschung, J. Bremmer (éd.), Materiality of Magic, München, sous presse, fig. 9–11. Dans la France de l’Ancien Régime, des cadeaux sont offerts au moment de la pousse des premières dents : la marraine offre à l’enfant sa première robe ; F. Loux, L’ogre et la dent, Paris, 1981, p. 20–22.

103  Musée de Lamia, 1041. F. Dakoronia, L. Gounaropoulou, « Artemiskult auf einem neuen Weihrelief aus Achinos bei Lamia », MDAI (A) 107 (1992), p. 217–227 ; Morizot, o.c. (n. 84) ; J. Neils, « Children and Greek Religion », in Neils – Oakleyo.c. (n. 54), p. 145, fig. 6.

104  Cf. Pausanias, X, 37, 1, sur la statue d’Artémis de Praxitèle à Anticyre avec des deux attributs, le flambeau et le carquois.

105  DakoroniaGounaropoulou, o.c. (n. 103), p. 218–219 proposent différentes hypothèses (flèche, torche, pavot).

106  Selon DakoroniaGounaropoulou, o.c. (n. 103), p. 220, il s’agirait de la mère ; identification reprise par F.T. van Straten, Hiera Kala. Images of Animal Sacrifice in Archaic and Classical Greece, Leiden et al., 1995, p. 82. Sur la position des nourrices dans l’iconographie du groupe familial, accompagnant les moments de transitions de l’enfant, P. Birchler Emery, « De la nourrice à la dame de compagnie : le cas de la trophos en Grèce antique », in V. Pache Huber, V. Dasen (éd.), Politics of Child Care in Historical Perspective. From the World of Wet Nurses to the Networks of Family Child Care Providers (Paedagogica Historica 46, 2010), p. 751–761. Sur cette fonction, voir aussi V. Pirenne-Delforge, « Nourricières d’immortalité : Déméter, Héra et autres déesses en pays grec », ibid., p. 685–697.

107  M. Dillon, Girls and Women in Classical Greek Religion, London/New York, 2002, p. 355 note 122, y voit un peplos qui l’identifierait sans ambiguïté avec une fillette.

108  Sur la gestualité qui caractérise les plus jeunes, Th. J. Mc Niven, « Behaving like a Child : Immature Gestures in Athenian Vase Painting », in CohenRutter, o.c. (n. 4), p. 85–99.

109  DakoroniaGounaropoulou, o.c. (n. 101), p. 221–222, l’identifient à une prêtresse à cause de sa grande taille et de la tête voilée ; elle pourrait être la mère ou belle-mère de la jeune mère.

110  Cf. Euripide, Électre, 1124–1134. Contra : DakoroniaGounaropoulou, o.c. (n. 103), p. 223, pour qui l’offrande de vêtements ne concerne que les femmes mortes en couches.

111  DakoroniaGounaropoulou, o.c. (n. 103), p. 223 (« Bettücher »).

112  S.G. Cole, « Domesticating Artemis », in S. Blundell, M. Williamson (éd.), The Sacred and the Feminine in Ancient Greece, London/New York, 1998, p. 35.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Dasen, « Des langes pour Artémis ? », Kernos, 27 | 2014, 51-73.

Référence électronique

Véronique Dasen, « Des langes pour Artémis ? », Kernos [En ligne], 27 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://kernos.revues.org/2271

Haut de page

Auteur

Véronique Dasen

Institut du monde antique et byzantin
Université de Fribourg
16, rue Pierre-Aeby
CH –1700 Fribourg

veronique.dasen@unifr.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Kernos

Haut de page
  • Logo Suppléments de Kernos – Revue internationale et pluridisciplinaire de religion grecque antique
  • Logo Université de Liège
  • Revues.org