Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques

Revue des Revues

Vinciane Pirenne-Delforge et Angel Ruiz Pérez

Texte intégral

1Cette chronique a été réalisée à Liège par Vinciane Pirenne-Delforge et à Santiago de Compostella par Angel Ruiz Pérez, pour les revues espagnoles. Toutes les références glanées au cours du dépouillement sont également mentionnées, sans que tous les articles en question aient pu être consultés, afin de fournir un panorama le plus complet possible. Ce dépouillement concerne essentiellement les publications des années 2004 à 2006/7, auxquelles on a ajouté les tomes des revues portant un millésime anté­rieur mais seulement disponibles depuis peu. Nous remercions tous ceux qui pensent à nous envoyer leurs contributions sur la religion grecque.

2Aguirre de Castro Mercedes, « Fantasmas trágicos: algunas observaciones sobre su papel, aparición en escena e iconografía », CFC(G) 16 (2006) p. 107-120 [examen des apparitions de revenants dans la tragédie et de leur relation avec l’iconographie attique et apulienne afin d’en reconstituer la représentation sur scène, notamment la Clytemnestre des Euménides (http://www.ucm.es/​BUCM/​ revistas/fll/11319070/articulos/CFCG0606110107A.PDF)].

3Alganza Roldán Minerva, « La mitografía como género de la prosa helenística: cuestiones previas », Florentia Iliberritana 17 (2006), p. 9-37 [analyse critique de l’historiographie du thème; l’accent est mis sur les concepts qui influencent l’établissement du corpus et ses limites chronologiques; réflexion sur la limite entre vérité et fiction].

4Aliquot Julien, « Cultes locaux et traditions hellénisantes du Proche-Orient : à propos de Leucothéa et Mélicerte », Topoi 14 (2006), p. 245-264 [la réception de ces mythes grecs dans les cités de Tyr et de Sidon, et l’interpretatio de leurs dieux qui en découle, s’accompagne de la pratique d’un culte rendu aux limites montagneuses de ces cités].

5Allan William, « Divine justice and cosmic order in early Greek epic », JHS 126 (2006), p. 1-35 [mise en évidence d’une tradition très cohérente, qui combine la possibilité du conflit divin avec un ordre cosmique sous-jacent comme « paradigme de justice »; des parallèles proche-orientaux appuient l’analyse tout en soulignant l’originalité grecque].

6Alvar NuñoAntón, « Anerrífzo kúbos. Áyax y Aquiles tiran los dados », MHNH 6 (2006), p. 15-32

7Andrianou Dimitra, « Late Classical and Hellenistic furniture and furnishings in the epigraphical record », Hesperia 75 (2006), p. 561-584 [e.a. discussion sur la portée et la signification du mobilier trouvé dans les sanctuaires grecs, qu’il soit exposé, conservé ou utilisé comme mobilier cultuel].

8Anguissola Anna, « Note on Aphidruma 1: statues and their function », CQ 56 (2006), p. 641-643 [mise en évidence de la dimension cultuelle que révèle l’emploi de ce terme pour désigner une statue].

9Anguissola Anna, « Note on Aphidruma 2: Strabo on the transfer of cults », CQ 56 (2006), p. 643-646 [lorsque Strabon emploie ce terme pour désigner une « filiale », il envisage la dimension cultuelle de l’ensemble].

10Artés HernándezJosé Antonio, « El uso de la saliva en el Nuevo Testamento (Mc 7,32-37, 8,22b-26 y Jn 9,1-12): antecedentes grecolatinos », Myrtia 21 (2006), p. 155-182.

11Aston Emma, « The absence of Chiron », CQ 56 (2006), p. 349-362 [Chiron a-t-il sa place dans la liste des « héros souterrains », comme Asclépios, Aristée et Caeneus ? analyse des points communs et des divergences, sur un plan mythique et cultuel].

12Avramidou Amalia, « Attic Vases in Etruria: another view on the Divine Banquet cup by the Codrus painter », AJA 110 (2006), p. 565-579 [la tradition étrusque de la tenue de banquets et son importance en contexte funéraire constituent des éléments centraux dans l’interprétation du « marché étrusque » de ces vases].

13Baldoni Daniela, « Luoghi di culto nel territorio di Iasos », PP 341/5 (2005), p. 257-270.

14Ballesteros Pastor Luis, « Los cultos de Mitrídates Eupátor en Delos: una propuesta de interpretación », Habis 37 (2006), p. 209-230 [les honneurs rendus par Mithridate à Zeus Ourios, aux Dioscures-Cabires et à Sarapis à Délos s’expliquent par les liens étroits avec la royauté et peut-être la famille royale elle-même].

15Barker Elton, « Paging the oracle: interpretation, identity and performance in Herodotus’ History », G & R 53 (2006), p. 1-18 [mise en exergue de la nécessité du débat devant la polysémie des oracles, qui met le lecteur et la cité, instances de discours, au-dessus des tenants d’un pouvoir individuel – comme Crésus – qui s’y sont perdus].

16Beames H., « Ariadne, Omphale, or Hercules: a new interpretation of an ancient lamp », Mediterranean Archaeology 17 (2004), p. 15-23.

17Becerra Romero Daniel, « Creencias y utilidades sobre las setas y los hongos en el mundo antiguo: entre lo real y lo imaginario »,Gallaecia 25 (2006), p. 333-346.

18Becerra Romero Daniel, « La adormidera en el Mediterráneo oriental: planta sagrada, planta profana », Habis 37 (2006), p. 7-16 [le pavot a accompagné les humains depuis les temps anciens pour la médecine et la gastronomie; étude de son rôle dans la société grecque, notamment son rapport à Déméter].

19Belfiore Elizabeth, « Dancing with the gods: the myth of the chariot in Plato’s Phaedrus », AJPh 127 (2006), p. 185-217 [la comparaison de l’âme comme un groupe de deux chevaux, l’un soumis, l’autre rebelle, menés par un aurige humain est analysée en fonction de l’imagerie de la danse et du profil des satyres, entres dieux et hommes].

20Bennardo Annalisa, « Giurare e spergiurare: osservazioni sul giuramento in Erodoto », Μυθος12 (2004 /2005), p. 69-92.

21Bernabé Pajares Alberto, « Orfeo. De personaje del mito a autor literario », Itaca 18 (2002), p. 61-78.

22Berti Fede, « Digressioni su alcune anfore panatenaiche, offerte votive e culti nell’agorà di Iasos », PP 341/5 (2005), p. 116-129 [la date des amphores donne des indications sur la chronologie de ‘l’édifice des doubles haches’ de l’agora de Iasos].

23Bonanno Daniela, « Anmerkungen zum Religionsverständnis des Lukian », Μυθος12 (2004 /2005), p. 137-143 [Lucien n’est pas un athée comme tel; il déploie une vigoureuse critique contre l’irrationnalité mais pas contre la religion en général].

24Bonnechere Pierre, « Notes trophoniaques, I : Triptolème, Rhadamanthe, Musée, Eumolpos et Trophonios (P. Corn. 55) », ZPE 158 (2006), p. 83-87 [la présence de Trophonios dans cette liste conforte l’hypothèse présentée par l’A. dans son ouvrage, Trophonios (2003), sur l’environnement mystérique de l’oracle béotien].

25Bonnet Corinne, « Identité et altérité religieuses. À propos de l’hellénisation de Carthage », Pallas 70 (2006), p. 365-379 [déconstruction d’un dossier qui évoque davantage les représentations grecques de la culture punique que des influences grecques effectives, même s’il convient de ne pas les nier].

26Bremmer Jan N., « The rise of the hero cult and the new Simonides », ZPE 158 (2006), p. 15-26 [au départ de la question de l’héroïsation des morts de Platée, remise en cause de cette héroïsation et contestation de la datation haute pour l’émergence des « cultes héroïques » au profit d’une datation à la fin du vie s.].

27Bruit Louise, « Identité politique et religion dans la cité classique », REA 108 (2006), p. 101-114 [examen des contextes où l’individuel et le collectif contribuent à construire une identité politique à partir du religieux].

28Burton Diana, « Review article: Greek myth », JHS 126 (2006), p. 144-148.

29Busine Aude, « The officials of oracular sanctuaries in Roman Asia Minor », ARG 8 (2006), p. 275-316.

30Caballero Sánchez Raúl, Bautista Ruiz H., « Una paráfrasis inédita de los Tesoros de Atíoco de Atenas: El epítome IIa. Edición crítica, traducción y notas », MHNH 6 (2006), p. 177-242

31Calame Claude, « Récit héroïque et pratique religieuse. Le passé poétique des cités grecques classiques », Annales (HSS) 61 (2006), p. 527-551 [analyse anthropologique et énonciative des performances cultuelles qui font des « mythes » des offrandes aux dieux].

32Calderón Dorda Esteban, « Adivinos y arte adivinatoria en Eurípides », Prometheus 32 (2006), p. 121-147.

33Calvo Martínez José Luis, « Dioses y seres sobrenaturales en la magia greco-egipcia », Florentia Iliberritana 17 (2006), p. 39-55.

34Calvo Martínez José Luis, « El Himno a Helios Aerofoitéton anémon », MHNH 6 (2006), p. 157-176

35Cardete del Olmo,Mª Cruz, « El sacrificio humano: víctimas en el monte Liceo », Ilu 11 (2006), p. 93-115.

36Castellani Victor, « Little Ajax, Odysseus, and divine ‘wraths’ », CB 81 (2005), p. 107-130.

37Chappell Mike, « Delphi and the Homeric hymn to Apollo », CQ 56 (2006), p. 331-348 [réflexion sur les origines de l’oracle et discussion critique sur l’origine de la divination inspirée et de la Pythie].

38Collins Derek, « Corinna and mythological innovation », CQ 56 (2006), p. 19-32 [le travail manifeste de la poétesse sur la tradition panhellénique la situe dans un contexte de compétition qui permet de nuancer les intérêts purement locaux qu’on lui attribuait].

39Cromey R.D., « Apollo Patroos and the Phratries », AC 75 (2006), p. 41-69 [contestation de l’affirmation selon laquelle, pour être citoyen, il fallait être membre d’une phratrie; reprise systématique du dossier documentaire, notamment autour d’Apollon Patrôos].

40Cusumano Nicola, « Animali, culti e interazioni ethniche. I ladri di mantello ad Atene e Adrano tra droit e prédroit », Μυθος12 (2004 /2005), p. 107-136 [réflexion générale sur la place du chien dans la culture et le religion grecques qui débouche sur l’analyse de cas particuliers dans le contexte siciliote].

41Davies Malcolm, « Unhelpful helpers: folk-tale vestiges in the Homeric Hymns », Prometheus 32 (2006), p. 194-207 [motif du vieil homme d’Onchestos dans l’Hymne à Hermès].

42de Polignac François, « Espaces de communication et dynamiques d’appartenance en Grèce archaïque », REA 108 (2006), p. 9-24 [les choix rituels et les pratiques d’offrandes dans la société archaïque illustrent la diversité des espaces de communication et des dyamiques de représentation, tout en formant système dans ce contexte précis].

43Deligiannakis Georgios, « Two late-antique statues from ancient Messene », ABSA 100 (2005), p. 387-405 [une statue d’empereur, une d’Hermès et une d’Artémis Laphria font référence aux valeurs de l’aristocrate habitant la maison où elles s’élevaient : loyauté envers l’empereur, paideia, évergétisme et peut-être aussi religion traditionnelle].

44Dignas Beate, « Benefitting benefactors: Greek priests and euergetism », AC 75 (2006), p. 71-84 [étude de la manière dont les prêtres s’inscrivaient dans le processus de réciprocité induit par la pratique de l’évergétisme; il faut souligner que l’évergétisme pouvait mener à une prêtrise et que le processus n’était pas nécessairement inverse].

45Dillery John, « Greek Sacred History », AJPh 126 (2005), p. 505-526 [une partie de l’historiographie grecque se concentre sur le passé par l’intermédiaire des cultes régionaux, une sorte d’« histoire sacrée » : les Atthidographes, la « chronique de Lindos »; analyse de ce type de production par le biais de la notion d’histoire intentionnelle].

46Drozdek Adam, « Prodicus: Deifying Usefulness », Myrtia 21 (2006), p. 57-64.

47Duhoux Yves, « Dieux ou humains ? Qui sont ma-ka, o-po-rei et ko-wa dans les tablettes linéaire B de Thèbes ? », Minos 37-38 (2002-2003), p. 173-254.

48Du Sablon Vincent, « Religiosité hellénistique et accès au cosmos divin », LEC 74 (2006), p. 3-23 [réflexion de synthèse sur les évolutions religieuses de la période].

49Duhoux Yves, « Adieu au ma-ka cnossien. Une nouvelle lecture en KN F 51 et ses conséquences pour les tablettes linéaires B de Thèbes », Kadmos 45 (2006), p. 1-19 [un argument supplémentaire contre l’interprétation de la « triade » thébaine, Déméter, Korè, Zeus, et les implications qui en ont été déduites pour le culte éleusinien].

50Dunand Françoise, « La guérison dans les temples (Égypte, époque tardive) », ARG 8 (2006), p. 4-24.

51Durvye Cécile, « Aphrodite à Délos : culte privé et public à l’époque hellénistique », REG 119 (2006), p. 83-113 [bilan de nos connaissances sur le culte d’Aphrodite à Délos].

52Edmonds Radcliffe G. III, « To sit in solemn silence? Thronosis in ritual, myth, and iconography », AJPh 127 (2007), p. 347-366 [la scène d’initiation de Strepsiade dans les Nuées d’Aristophane renvoie davantage à un rite corybantique qu’éleusinien].

53Esteban SantosAlicia, « Esposas en guerra (esposas del ciclo troyano): heroínas de la mitología griega II »,CFC (G) 16 (2006), p. 85-106 [http://www.ucm.es/​BUCM/​revistas/​fll/​11319070/​ articulos/CFCG0606110085A.PDF].

54Fernández Delgado José Antonio, « Diosas y/o brujas. Hechiceras míticas (y menos míticas) de Grecia », MHNH 6 (2006), p. 93-108.

55Fernández Fernández Alvaro, « Bibliographia Demonologica Antiquitatis Graecae et Romanae », MHNH 6 (2006), p. 243-298.

56Franco Carlo, « Zeus Meilichios a Iasos: una nota », PP 341/5 (2005), p. 130-134 [une dédicace à Zeus Meilichios conduit à faire l’hypothèse d’une relation à un herôon].

57Gaertner Jan Felix, « Die Kultepiklesen und Kultaitia in Pausanias’ Periegesis », Hermes 134 (2006), p. 471-487 [dans la plus pure tradition allemande de la Quellenforschung, l’article rend une dimension majoritairement livresque à l’information de Pausanias sur les épiclèses et les étiologies, en voyant dans l’apparente piété de l’auteur une posture littéraire bien de son temps].

58Gagné Renaud, « What is the pride of Halicarnassus? », Classical Antiquity 25 (2006), p. 1-33 [cette analyse de l’épigramme de Salmacis trouvée à Bodrum y voit une cartographie symbolique complexe de la cité, à la fois dans l’espace rituel présent et dans une perspective de parenté ethnique qui élargit les horizons].

59Gallé Cejudo Rafael J., « Innovación mítica y etiológica en la elegía helenística: Agamenón y Argino en Phanocl. 5, Prop. 3.7 y Plu. Brut. anim. 7 », in Habis 37 (2006), p. 183-90 [mise en évidence de la valeur du passage de Plutarque, Moralia, 990d-e afin de clarifier l’épisode pédérastique entre Agamemnon et Argynnos, et interpréter un curieux hapax chez Properce].

60García Teijeiro Manuel, « Un procedimiento para encantar a la propia sombra (PGM III 612-632) », Fortunatae 16 (2005), p. 63-72 [discussion du texte et interprétation d’une invocation (ives. ap. J.-C.) inhabituelle pour maîtriser une ombre dans les PGM (III, 612-632)].

61Gerding Henrik, « The Erechtheion and the Panathenaic procession », AJA 110 (2006), p. 389-401 [le déplacement du sanctuaire d’Athéna Polias détruit par les Perses dans la partie ouest l’Erechtheion aurait eu comme objectif de créer un espace adéquat pour la procession des Panathénées, avec présentation du péplos et tenue des sacrifices].

62Gianotti G.F., « I viaggi di Teseo. Turismo eroico e invenzione della tradizion. I Parte », Università degli studi di Torino. Quaderni del Dipartimento di filologia, linguistica e tradizione classica ‘Augusto Rostagni’ n.s. 4 (2005), p. 21-48.

63Grau Sergi, « Tàmiris el traci », Itaca 18 (2002),p. 129-190.

64Habicht Christian, « Versäumter Götterdienst », Historia 55 (2006), p. 153-166 [réflexion sur la place de la fête dans la cité grecque (et non le sentiment religieux des participants), fondée sur le dossier des multiples interruptions de célébrations pour faits de guerre].

65Hadjicosti Ioanna, « Apollo at the wedding of Thetis and Peleus: Four problematic cases », AC 75 (2006), p. 15-22 [analyse des sources qui évoquent la présence d’Apollon aux noces et l’anticipation problématique de la mort d’Achille de la main du dieu].

66Hadjicosti Ioanna, « Semele and the death of Actaeon: Aeschylus, fr. 221 (Radt) », Aclass 49 (2006), p. 121-127 [hypothèses sur la présence du corps d’Actéon en scène et sur les raisons qui ont conduit Eschyle à associer le héros à sa tragédie Sémélé].

67Heilen Stephan, « Aelius Aristides Über seine Geburtssterne. Eine überfällige Richtigstellung », MHNH 6 (2006), p. 109-126.

68Herrero de Jáuregui Miguel, « Dionysos mi-cuit : l’étymologie de Mésatis et le festin inachevé des Titans », RHR 223 (2006), p. 389-416 [Pausanias évoque à demi-mots une tradition orphique qui explique, à Patras, l’épiclèse Mésatis de Dionysos; l’article fait l’hypothèse qu’il pourrait s’agir du caractère « mi-cuit » du dieu dépecé par les Titans et déploie une ample analyse du tabou de la théophagie et des silences qu’il a induits].

69Herrero de Jáuregui Miguel, « Las fuentes de Clem. Alex., Protr. II 12-22: un tratado sobre los misterios y una teogonía órfica », Emerita 75 (2007), p. 19-50.

70Himmelhoch Leath, « Athena’s entrance at Eumenides 405 and hippotrophic imagery in Aeschylus’ Oresteia », Arethusa 38 (2005), p. 263-302 [le chariot d’Athéna permet de « mythologiser » la fondation de la démocratie athénienne et montre que la tragédie peut avoir ainsi réagi à l’encontre de la tradition mythique et épique antérieure].

71Holloway R. Ross, « The Tomb of the Diver », AJA 110 (2006), p. 365-388 [le programme iconographique de la tombe du plongeur de Paestum semble inspiré des vases attiques disponibles en Italie et relève davantage de l’initiative des peintres que des complexités de la philosophie].

72Huet Valérie, Lissarrague François, « Style archaïsant et archaïsation des rites sur les reliefs néo-attiques », Ktema 31 (2006), p. 179-187 [dans l’art hellénistique et romain, l’archaïsme des objets crée une atmosphère sacrée qui renvoie au temps des dieux et à des rites pensés comme anciens].

73Huss Werner, « Ptolemaios V. als Harpokrates? », Ancient Society 36 (2006), p. 45-49 [une statuette récemment publiée représente Ptolémée V en Harpocrate, la propagande royale faisant ainsi de lui le garant de la prospérité].

74Jost Madeleine, « Unité et diversité : la Grèce de Pausanias », REG 119 (2006), p. 568-587 [contre l’idée d’une Périégèse dont le dessein serait politique ou religieux en terme de revendication identitaire, l’A. met en évidence les divergences entre Grecs et les particularismes qui caractérisent la Grèce que Pausanias décrit].

75Jourdan Fabienne, « Dionysos dans le Protreptique de Clément d’Alexandrie. Initiations dionysiaques et mystères chrétiens », RHR 223 (2006), p. 265-282 [Clément rattache le dieu à tous les mystères païens dont Orphée serait l’initiateur : même si le pas n’a pas été franchi par le polémiste, la comparaison entre Dionysos et le Christ était implicite].

76Kaplan Philip, « Dedications to Greek sanctuaries by foreign kings in the eighth through sixth centuries BCE », Historia 55 (2006), p. 129-152 [la documentation suggère un réseau de transactions interculturelles dans le domaine de la religion, dont le sens doit être interprété au cas par cas].

77Kimmel Flore, « Cultes d’Homère. Aspects idéologiques », Gaia 10 (2006), p. 171-186 [« honorer Homère, ce serait s’honorer soi-même en rappelant son histoire glorieuse et la suprématie de la culture à laquelle on appartient »].

78Kindt Julia, « Delphic oracle stories and the beginnings of historiography: Herodotus’ Croesus logos », CPh 101 (2006), p. 34-51 [les oracles sont bons à penser pour l’historien dans la mesure où ils lui confèrent une autorité rendue nécessaire par ses choix narratifs originaux; il assoie ainsi sa propre autorité de chercheur et de narrateur des Histoires].

79Krajczynski Jakub, Rösler Wolfgang, « Die Substanz der Hoffnung: Zum Pandora-Mythos in Hesiods Erga », Philologus 150 (2006), p. 14-27 [que fait Pandora une fois accueillie par Épiméthée ? elle s’occupe des réserves et met de côté les graines pour les semailles de l’année suivante, ce que représente l’elpis resté au fond du pithos].

80Kryzhitskii S.D., Nazarov V.V., « The temple of Aphrodite on the island of Berezan », Mouseion 49 (2005), p. 261-285.

81Kühr Angela, « Invading Boeotia. Polis and Ethnos in the mirror of Theban foundation myths », Hermes 134 (2006), p. 367-372 [ce que les mythes de fondation apprennent sur les identités respectives de la polis et de l’ethnos, notamment autour des personnages de Kadmos et d’Héraclès].

82Lanzi Silvia, « La questione dei Giuliani e gli Oracoli caldaici: alcuni problemi storico-religiosi », Μυθος12 (2004 /2005), p. 145-169

83Lavecchia Salvatore, « Storia delle religione e filologia. La nuova edizione della Religione greca di Walter Burkert », QUCC 80 (2005), p. 109-123 [présentation de la nouvelle édition augmentée, avec une ample préface de G. Arrigoni].

84Leclerc Marie-Christine, « Un traitement contre la mort. Notes sur l’Hymne homérique à Déméter, 227-230 », Pallas 72 (2006), p. 299-313 [ces vers par lesquels Déméter promeut sa compétence de nourrice ne s’inspirent pas d’incantations contre les maladies infantiles, mais annoncent la tentative d’immortalisation de Démophon sour forme oraculaire].

85Lee Mireille M., « Acheloös peplophoros. A lost statuette of a river god in feminine dress », Hesperia 75 (2006), p. 317-325 [cette statuette, trouvée dans un sanctuaire d’Achéloos, doit représenter le dieu-fleuve, dont le vêtement féminin contrebalance la masculinité excessive, une interprétation qui doit beaucoup aux analyses de N. Loraux sur Héraclès].

86Librán Moreno Miryam, « ¿Un funeral vikingo para Áyax de Lócride? », Myrtia 21 (2006), p. 37-56.

87Lippman Mike, Scahill David, Schultz Peter, « Knights 843-59, the Nike temple bastion, and Cleon’s schields from Pylos », AJA 110 (2006), p. 551-563 [certains boucliers spartiates ont été suspendus dans la Stoa Poikilè sur l’agora, mais aussi aux murs du sanctuaire d’Athéna Niké sur l’acropole].

88Lolos Yannis A., « The sanctuary of Titane and the city of Sikyon », ABSA 100 (2005), p. 275-298 [examen des relations entre Sicyone et Titanè, qui fait de cette dernière non une cité mais bien un sanctuaire – celui d’Asclépios connu par Pausanias – dépendant de Sicyone, comme frontière « sacrée »].

89Luppe Wolfgang, « Nochmals zum Aphrodite-Tempel in Korinth bein Plutarch Moralia 871 B », MH 63 (2006), p. 73-74.

90Ma John, « A Gilt Statue for Konon at Erythrai? », ZPE 157 (2006), p. 124-127 [la dorure est une restitution de l’inscription, mais le choix du lieu de l’érection de la statue pourrait avoir conduit Konon à la placer dans le sanctuaire d’Aphrodite Euploia].

91Macías Villalobos Cristobal, « Los cometas y su papel en la astrología antigua », MHNH 6 (2006), p. 127-154

92MacInnes Deborah, « Divine vulnerability: Callimachus’ Baths of Pallas », CB 81 (2005), p. 19-33 [exploration du thème de la vulnérabilité d’Athéna, déesse guerrière et vierge dénudée, entre mythe et rite].

93Marston John M., « Language of ritual cursing in the binding or Prometheus », GRBS 47 (2007), p. 121-133 [les termes utilisés dans le Prométhée enchaîné devaient résonner aux oreilles des spectateurs dans le contexte des défixions judiciaires contemporaines].

94Masturzo Nicolò, « Iasos: individuazione di un santuario esterno alle mura mediante la ricognizione topografica e analisi delle immagini satellitari », PP 341/5 (2005), p. 245-256.

95Melliti Khaled, « Religion et hellénisme à Carthage : la politique aristocratique à l’épreuve », Pallas 70 (2006), p. 381-394 [analyse des mutations du panthéon carthaginois, l’influence hellénistique servant de catalysateur].

96Mestre Francesca, « Anacarsis, tan lluny i tan a prop », Itaca 18 (2002), p. 223-228.

97Meulder M.A.J., « Une Aphrodite trivalente à Sparte et à Tarente ? », Μυθος12 (2004 /2005), p. 65-68 [l’Aphrodite en question serait à la fois royale et souveraine, guerrière, féconde, ce que l’A. interprète en relation avec la trifonctionnalité indo-européenne].

98Monson Andrew, « The ethics and economics of Ptolemaic religious associations », Ancient Society 36 (2006), p. 221-238 [ces associations institutionnalisaient les normes morales informelles en règles formelles, ce qui facilitait la coopération entre villages et la résolution des conflits, tout en évitant l’ingérence du pouvoir].

99Morrison A.D., « Sexual ambiguity and the identitiy of the narrator in Callimachus’ Hymn to Athena », BICS 48 (2005), p. 27-46 [cette ambiguïté est liée au thème de l’œuvre, l’aveuglement de Tirésias qui a vu Athéna nue, le héros et la déesse étant eux-mêmes ambigus; représentation d’un rituel et d’une statue, l’hymne pose en outre le problème de la difficulté de la représentation humaine du divin].

100Mouratidis Yannis, « The Mother Goddess of mainland Greece and her associations with dances and games », Nikephoros 18 (2005), p. 85-90 [contexte minoen, qui aurait influencé les « envahis­seurs » achéens].

101Neilson Harry R., III, « Herakles the navigator », CB 82 (2006), p. 5-26.

102Nogueras Montserrat, « Qüestions sobre Melamp », Itaca 18 (2002), p. 79-102.

103Papazarkadas Nicolas, « Four Attic deme documents revisited », ZPE 159 (2007), p. 155-177 [SEG 24, 151, permettrait notamment de situer le centre cultuel de la tribu athénienne Aegeis dans le dème de Teithras].

104Pavese C.O., « Apollon signore della cetra e della lira », Lexis 23 (2005), p. 231-235.

105Pavese C.O., « Hes. fr. 357 e fr. 305.4: un inno rapsodico ad Apollon e un inno citarodico a Linos », Prometheus 32 (2006), p 34-42.

106Pedrucci Giulia, « I santuari rupestri metroaci fra Sicilia e Anatolia », Rivista storica dell’antichità 35 (2005), p. 165-179 [plaidoyer pour l’origine phrygienne du culte rupestre d’Akrai, par l’intermé­diaire de sa métropole Syracuse elle-même influencée par Locres].

107Pérez JiménezAurelio, « La Luna como símbolo de los prestamistas », MHNH 6 (2006), p. 299-304.

108Petrovic Ivana, « Delusions of grandeur: Homer, Zeus, and the Telchines in Callimachus’ reply (Aitia Fr. 1) and Iambus 6 », A & A 52 (2006), p. 16-41.

109Pirenne-Delforge Vinciane, « ‘Beau comme l’antique ?’ Pausanias et les traces d’une piété ancestrale », Ktema 31 (2006), p. 221-226.

110Plácido Domingo, « Ocupación del espacio, santuarios y mitos de Etolia », DHA 32.2 (2006), p. 13-25 [réflexion sur le développement de traditions mythiques et de sanctuaires dans l’Étolie des « âges obscurs »].

111de Polignac François, « Perspectives et limites de l’analyse de l’incinération dans le monde grec », Ktema 30 (2005), p. 163-181 [mise au point méthodologique, qui plaide pour la contextualisation de l’incinération, qui n’est qu’une composante parmi d’autres des assemblages rituels, dont les mises en œuvre techniques sont encore mal connues].

112Pomadère Maia, « L’attitude face à la mort des enfants dans les communautés égéennes pratiquant l’incinération (xiiieviiie siècles) », Ktema 30 (2005), p. 153-160 [réflexion sur l’âge à partir duquel on incinère un mort, sur la présence de groupes d’âges structurés et l’existence de rituels d’intégration officiels dès cette période].

113Pòrtulas Jaume, « Del serpent de Cadmos a la lira d’Amfió », Itaca 18 (2002), p. 103-114.

114Pòrtulas Jaume, « Purificació ritual i concòrdia: Soló i Epimènides a Atenes », Itaca 18 (2002), p. 211-222.

115Purves Alex, « Failling into time in Homer’s Iliad », Classical Antiquity 25 (2006), p. 179-202 [la simple action de « tomber » induit une série de concepts clés dans le poème, qui touchent à la question de la séparation entre sphère humaine et sphère divine; lors de leur chute respective, Héphaïstos et Arès touchent au temps humain].

116Rawles Richard, « Notes on the interpretation of the « New Sappho », ZPE 157 (2006), p. 1-7 [réflexions littéraires sur l’évocation du mythe de Tithônos dans ce fragment]. Cf. aussi ZPE 159 (2007), p. 1-10.

117Reed J.D., « New verses on Adonis », ZPE 158 (2006), p. 76-82 [un poème élégiaque fragmentaire sur papyrus reprend trois mythes de métamorphoses : Adonis, Délos et Narcisse].

118Richer Nicolas, « Les Gymnopédies de Sparte », Ktema 30 (2005), p. 237-262 [synthèse de nos connaissances sur cette fête mal documentée].

119Ricl Marijana, « A confession-inscription from Jerusalem? », SCI 25 (2006), p. 51-56 [il pourrait s’agir de l’une des plus anciennes « stèles de confession » puisque l’inscription – lacunaire – daterait du iiie ou du iie s. av. J.-C. 

120Rinon Yoav, « Tragic Hephaestus: the humanized god in the Iliad and the Odyssey », Phoenix 60 (2006), p. 1-20 [Héphaïstos oscille entre dieu et humain, faisant figure de symbole du tragique dans les deux œuvres et traduit le sort difficile des humains en réalisant le Bouclier d’Achille].

121Rocchi Maria, « Apollon il Maleatas del Monte Kynortion », Minos 37-38 (2002-2003), p. 419-436.

122Ruotolo G., « Dionysos nella monetazione antica », Invigilata Lucernis 27 (2005), p. 275-295.

123Rüpke Jörg, « Kult jenseits der Polisreligion. Polemiken und Perspektiven », Jahrbuch für Antike und Christentum 47 (2004), p. 5-15.

124Saint-Pierre Cathernine, « Offrandes orientales de prestige et notion d’archaïsme à la haute époque archaïque », Ktema 31 (2006), p. 111-122.

125Schirripa P., « Sofocle e i miti siciliani », Kokalos 46 (2000), p. 239-245.

126Senff Reinhardt, « Form and function of sanctuaries in Archaic Miletus », REA 108 (2006), p. 159-172 [mise au point sur les fouilles récentes et la réinterprétation de fouilles anciennes qui élargissent notre connaissance des sanctuaires de Milet et de sa chôra à la période archaïque].

127Sève Michel, « Qu’est-ce qu’un dieu grec ? », BAGB (2006), p. 133-146 [réflexion générale qui semble trouver sa source dans une conférence « grand public »].

128Sfameni Gasparro Giulia, « Magia e demonologia nella polemica tra cristiani e pagani (V-VI sec): La Vita di Severo di Zaccaria Scolastico », MHNH 6 (2006), p. 33-92.

129Silva Joan, « Linos a Homer? », Itaca 18 (2002), p. 115-128.

130Sineux Pierre, « Les récits de rêve dans les sanctuaires guérisseurs du monde grec : des textes sous contrôle », Sociétés et Représentations 23 (2007), p. 45-65 [la réélaboration des rêves sur les stèles de guérison permet de saisir la stratégie du personnel des sanctuaires : authentifiés par de nombreux détails sur l’identité des fidèles, ces textes magnifient la puissance et la bonté du dieu].

131Sineux Pierre, « Une nuit à l’Asklépieion dans le Ploutos d’Aristophane : un récit dans le théâtre pour l’étude du rite d’incubation », Mètis n.s. 4 (2006), p. 193-210.

132Sineux Pierre, « Le sanctuaire d’Asklépios à Lébèna : l’ombre de Gortyne », Revue historique 208 (2006), p. 589-608 [les aspirations religieuses nouvelles n’expliquent pas tout du succès d’Asclépios; le rôle politique joué par les sociétés qui accueillent son culte est déterminant, comme le montre le cas de Lébèna].

133Slater W.J., « Life as as party: a Pindaric look at Dionysus in the underworld », Mediterranean Archaeology 17 (2004), p. 223-229.

134Slater William J., Summa Daniela, « Crowns at Magnesia », GRBS 46 (2006), p. 275-299 [mise au point sur les prix remis lors des concours stéphanites].

135Steinrück Martin, « Célébrer et prier dans les Hymnes Homériques : un critère », Maia 58 (2006), p. 433-438 [distinction de deux types parmi ces hymnes : l’un qui commence par « Chante Muse » et finit par une célébration, l’autre qui commence par « Je chante » et se referme sur une requête; il s’agit d’une part d’une louange et de l’autre d’une prière].

136Strawcwzynski Nina, « Quel archaïsme ? Á propos des représentations de statues sur la céramique attique », Ktema 31 (2006), p. 167-178 [il s’agit davantage d’une figuration de statuaire, plus ou moins animée selon le contexte, que de représentations de statues].

137Suárez de la Torre Emilio, « ¿Religión griega o religiones de la Grecia Antigua? », Myrtia 21 (2006), p. 9-36.

138Swift L.A., « Mixed choruses and marriage songs: a new interpretation of the third stasimon of the Hippolytos », JHS 126 (2006), p. 125-140 [ce stasimon exceptionnel à deux chœurs mixtes s’éclaire à la lumière des rituels matrimoniaux et de la performance des hyménées, ce qui renvoie à l’attitude d’Hippolyte par rapport à la sexualité].

139Talloen Peter, Poblome Jeroen, « What were they thinking of? Relief decorated pottery from Sagalassos: a cognitive approach », MEFRA 117 (2005), p. 55-81 [réflexion sur l’information religieuse et symbolique qu’offre l’étude des scènes véhiculées par la poterie décorée en relief entre le début de l’Empire et la période byzantine].

140Thonemann P., « Magnesia and the Greeks of Asia », GRBS 47 (2007), p. 151-160 [à propos du concours stéphanite des Leukophryena et de la datation redondante de la consultation de l’oracle de Delphes à propos de ce statut, qui visait à affirmer la priorité de Magnésie sur Didymes en cette matière].

141Torjussen Stian, « Phanes and Dionysos in the Derveni Theogony », SO 80 (2005), p. 7-22 [sur la base d’une étude du texte en lui-même et non sur des comparaisons avec des textes orphiques ultérieurs, c’est Zeus et non Dionysos qui est la divinité principale du système et le dieu orphique par excellence, Phanès, n’apparaît pas].

142Trčková-Flamee Alena, « Motif of the snake in the Mycenaean iconography », Eirene 42 (2006), p. 235-258.

143Turfa Jan MacIntosh, « Is there room for healing in the healing sanctuaries? », ARG 8 (2006), p. 63-80.

144Turner Michael, « Aphrodite and her birds: the iconology of Pagenstecher lekythoi », BICS 48 (2005), p. 57-96 [l’interprétation du décor de ces vases funéraires fait émerger un lien entre la déesse, les oiseaux représentés, le contenu des vases et leur portée].

145Vega Vega María del Mar, « Conexiones de las Tragedias esquíleas, sofócleas y euripídeas con los Papiros Mágicos Griegos (PGM) », Florentia Iliberritana 17 (2006), p. 337-346.

146Vikela Evgenia, « Healer gods and healing sanctuaries in Attica: similarities and differences », ARG 8 (2006), p. 41-62 [concerne surtout l’Étrurie et l’Italie].

147Wallraff M., « Pantheon und Allerheiligen. Einheit und Vielfalt des Göttlichen in der Spätantike », Jahrbuch für Antike und Christentum 47 (2004), p. 128-143.

148Wickkiser Bronwen L., « Chronicles of chronic cases and tools of the trade in Asklepieia », ARG 8 (2006), p. 25-40 [mise en perspective de la collaboration entre les sanctuaires et les médecins, mais aussi de l’accueil par Asclépios des malades chroniques incurables].

149Wyler Stéphanie, « À la barbe de Dionysos : les valeurs d’une image « archaïsante » à Rome », Ktema 31 (2006), p. 189-200.

150Zarecki Jonathan P., « Pandora and the Good Eris in Hesiod », GRBS 47 (2007), p. 5-29 [la création de Pandora correspondrait à l’arrivée de la bonne Éris dans le monde, apportant avec l’émulation, le travail honnête et une vie décente].

151Zurbach Julien, « Pratique et signification de l’incinération dans les poèmes homériques. Quelques observations », Ktema 30 (2005), p. 160-171 [difficulté de déterminer le lien entre croyances et rite funéraire, dans la mesure où un rituel peut avoir des significations différentes, voire complémentaires selon le contexte social].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vinciane Pirenne-Delforge et Angel Ruiz Pérez, « Revue des Revues », Kernos [En ligne], 20 | 2007, mis en ligne le 09 septembre 2011, consulté le 23 novembre 2014. URL : http://kernos.revues.org/215

Haut de page

Auteurs

Vinciane Pirenne-Delforge

Articles du même auteur

Angel Ruiz Pérez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page