Navigation – Plan du site
Études

Religion and the Polis

The Cult of the Tyrannicides at Athens
Julia L. Shear
p. 27-55

Résumés

Telle que l’a définie Christiane Sourvinou-Inwood, la polis religion est intimement liée à la formation des identités religieuse, civique et culturelle, et elle est davantage concernée par le groupe dominant que par l’individu. Cet article pose la question de savoir si le système religieux laisse de la place à des conceptions qui ne relèvent pas du groupe dominant et dans quelle mesure un tel système peut s’accomoder de la variété. En partant du culte des Tyrannoctones à Athènes, il s’agit de montrer que ce culte offre une version spécifique de la mise à terre du tyran et de l’établissement de la démocratie qui rencontre les besoins de la cité. Cette version n’a pas empêché d’autres de circuler, mais ces traditions alternatives ne pouvaient pas entrer indéfiniment en compétition avec la cité et elles se sont dès lors éteintes. Au total, la polis religion peut inclure des voix multiples, mais les groupes qui les portent doivent sans cesse lutter contre les influences de la version dominante, qui est celle de la cité.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2015.

Plan

1. The Cult
2. The City and the Cult
3. Alternative Traditions about Tyrants and Democracy
4. Multiple Traditions and the Polis

Aperçu du texte

For ancient Greeks, the polis was one of the fundamental units of their world and, as such, it provided an important context for religious activity, particularly for what has become known to modern scholars as polis religion. As Christiane Sourvinou-Inwood stated in her seminal study, ‘the Greek polis articulated religion and was itself articulated by it … Ritual reinforces group solidarity and this process is of fundamental importance in establishing and perpetuating civic and cultural, as well as religious, identities’. These dynamics were not limited to the city itself: ‘each significant grouping within the polis was articulated and given identity through cult’. As formulated here, the focus is on the group, rather than the individual, and this emphasis suggests the dominance of the single voice of the group. Indeed, the possibility of other positions is not discussed. If we wish to understand the dynamics of polis religion, we must ask, therefore, whether this system left room f...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julia L. Shear, « Religion and the Polis », Kernos [En ligne], 25 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://kernos.revues.org/2102 ; DOI : 10.4000/kernos.2102

Haut de page

Auteur

Julia L. Shear

American School of Classical Studies at Athens
54 Souidias Street
GR – 106 76 Athens
julialshear@googlemail.com

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page