Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques

Chronique archéologique de la religion grecque (ChronARG)

Texte intégral

1En principe, la présente chronique couvre les publications de 2005, tout en tenant compte des années antérieures pour les régions qui n’ont pas systématiquement fait l’objet d’une chronique annuelle. Toutefois, plusieurs collaborateurs ont mené leur enquête jusqu’aux publications de 2006 et nous avons pris la décision de publier aussi ces infor­mations. À l’avenir, nous inciterons nos collaborateurs, autant que faire se peut, à faire bénéficier la chronique des informations les plus à jour, quitte à introduire de légères incohérences d’une région à l’autre pour les dates de publication des travaux pris en considération.

2Didier Viviers & Vinciane Pirenne-Delforge

[01. Athènes, Attique, Mégaride]

02. Péloponnèse (Alain Duplouy)

Corinthie

302.01 – CorintheÉcole américaine – En 2004, les travaux ont notamment porté sur les couches pré-romaines et la fouille de plusieurs tombes géométriques dans le champ Panayia au S-E du forum, confirmant ainsi la dispersion générale des tombes corinthiennes de cette époque, avant qu’elles ne se concentrent au N de la ville. À l’E des trois tombes fouillées cette année, plusieurs dépressions et un puits rectangulaire contenaient de la vaisselle miniature, ainsi que des pyxides, des œnochoés, des kotyles et des figurines. Ce matériel laisse penser que la localisation des tombes était encore connue et qu’une certaine commé­moration des morts se poursuivit jusque dans le vie s.

J. Whitley, AR 2004-2005 (2005), p. 16-17 (rapport de G. Sanders).

4– M.G. Tofi reprend l’analyse des petits sanctuaires hypèthres révélés par les fouilles américaines dans le quartier des potiers entre 1929 et 1931. Ces sept structures, délimitées par des périboles rectangulaires et caractérisés par la présence atypique de stèles aniconiques et anépigraphes, n’ont guère suscité l’attention des archéologues après leur catégorisation comme unicum. Compte tenu de la typologie des stèles, l’A. songe à un culte à caractère funé­raire, là où l’on admettait précédemment un lien avec Aphrodite sur la base d’une dédicace. Il est possible que les défunts honorés soient un couple d’ancêtres héroïsés, comme la dualité des offrandes féminines et masculines ainsi que la double stèle du sanctuaire A pourraient le suggérer. Un parallèle avec les reliefs héroïques laconiens n’est pas à exclure.

M.G. Tofi, « I santuari del Potters’ Quarter di Corinto », ASAtene 4 (2004), p. 209-224.

502.02 – IsthmiaÉcole américaine – L’étude du matériel provenant du sanctuaire de Poséidon et du Palaimonion s’est poursuivie en 2004. M. Risser signale la présence d’une iconographie dionysiaque parmi les offrandes à Poséidon, tant en céramique que dans les bronzes. L’étude des armes par A. Jackson a par ailleurs confirmé que l’offrande d’armes prises sur d’autres Grecs déclina rapidement après les guerres médiques pour cesser avant le milieu du ve s.; les offrandes militaires à Isthmia ont connu leur apogée dans la seconde moitié du vie s.

J. Whitley, AR 2004-2005 (2005), p. 14-16 (rapport de E. Gebhard).

602.03 – Némée– Les sources littéraires et Pausanias en particulier (II, 15, 2) ont longtemps laissé croire à un abandon précoce du sanctuaire de Zeus à Némée. Un nouvel examen de celles-ci et des vestiges archéologiques montre au contraire que les concours se sont tenus à Némée dans l’Antiquité tardive, au moins jusqu’au milieu du ve s., certes dépourvus de leurs aspects cultuels après l’édit de Théodose. Tirant profit des dernières recherches archéologiques, A. Gutsfeld et St. Lehmann dressent une brève synthèse de la question.

A. Gutsfeld, St. Lehmann, « Vom Wettkampfplatz zum Kloster. Das Zeusheiligtum von Nemea (Peloponnes) und seine Geschichte in der Spätantike », AW 36/2 (2005), p. 33-41.

702.04 – PhlionteUniversité de Heidelberg– Entre 1998 et 2002, les archéologues allemands ont conduit un vaste programme de prospection archéologique et géophysique dans la cuvette de Phlionte, longtemps restée une tache blanche sur la carte archéologique de la région. Ils présentent un rapport préliminaire détaillant la démarche et les principaux résultats de l’enquête de terrain. Parmi les découvertes, les archéologues signalent dans le S de l’aire prospectée un grand nombre de statuettes en terre cuite de la fin de l’archaïsme, révélant l’existence d’un sanctuaire consacré à une divinité féminine (Déméter ou Héra). Le sanctuaire lui-même a disparu en raison des travaux d’aménagement d’un champ d’oliviers; il n’est donc pas possible d’assurer une identification avec le sanctuaire de Keleai mentionné par Pausanias (II, 14).

C. Casselmann, M. Fuchs, D. Ittameier, J. Maran, G.A. Wagner, « Interdisziplinäre landschaftsarchäologische Forschungen im Becken vom Phlious, 1998-2002 », AA (2004/1), p. 1-57.

802.05 – CléonéesInstitut archéologique allemand – Les fouilles menées en 2004 ont clarifié les phases de construction du sanctuaire situé à l’extrémité S-E de l’acropole basse, désigné depuis le xixe s. comme le « temple d’Athéna » (cf. ChronARG [2006] 02.04). Le sanctuaire a révélé une large surface dallée de la fin du vie s. (14,514 m) située en face d’un autel; au N-O de cet espace ouvert s’étendait une longue base (123 m) destinée à recevoir des offrandes. Toutefois, l’existence d’un grand temple faisant face à l’autel doit être écartée. Faute de « temple », il s’agit donc de s’en tenir au témoignage de Pausanias (II, 15, 1) qui mentionne tout au plus un « sanctuaire d’Athéna », bien que l’identité de la divinité vénérée n’ait pas encore été confirmée par le matériel découvert.

J. Whitley, AR 2004-2005 (2005), p. 19 (rapport de T. Mattern).

Argolide

902.06 – ArgosIVe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques – En 1998, des fouilles de l’éphorie ont mis au jour, rue Papanikolaou (terrain Rembelou), une petite structure hypèthre (33 m), probablement rituelle, associée à un dépôt archaïque contenant des cratères et des skyphoi du vie s. (cf. déjà ChronARG [2002] 02.07). Dans les strates de cette probable aire cultuelle, ont été découverts des matières organiques brûlées, des ossements d’animaux, ainsi que des figurines féminines en terre cuite portant des colliers.

K. Barakari-Gleni, AD 53 (1998) B’1 [2004], p. 125-128; J. Whitley, AR 2004-2005 (2005), p. 22.

Arcadie

1002.07 – Phigalie (Kourdoubouli) Société archéologique d’Athènes – En 1998, X. Arapogianni a achevé la fouille systématique du temple archaïque d’Athéna et de Zeus Sôter, bâti sur des vestiges de l’âge du Bronze. La découverte de tuiles inscrites ΦΙΓΑΛΕΩΝ ΔΑΜΟΣΙΟΣ con­firme le statut civique du sanctuaire (cf. ChronARG [2001] 02.17; [2002] 02.24; [2004] 02.16).

X. Arapogionni, AD 53 (1998) B’1 [2004], p. 227; J. Whitley, AR 2004-2005 (2005), p. 33.

Laconie

1102.08 – SparteÉcole britannique – Au cours de l’été 2005, R.V. Catling a mené une série de sondages dans le Ménélaion, afin de préciser la date de deux des principales phases de cons­truction du sanctuaire archaïque et classique. La découverte d’un mur mycé­nien recoupé par les fondations archaïques a apporté une première surprise. Mais surtout, il semble que la chronologie générale du développement architectural du sanctuaire requiert une révision radicale. Les deux phases de construction apparaissent d’ores et déjà substan­tiellement plus anciennes que ne l’avaient laissé croire les fouilles de 1909.

The British School at Athens. Annual Report of Council for the Session 2004-2005, p. 30.

1202.09 – AmycléesVe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques – En 1998, dans le champ Sakellarakou au N de l’église d’Agia Paraskevi, Ath. Themos a fouillé un autre dépôt appartenant au sanctuaire d’Alexandra-Cassandre et de Zeus-Agamemnon, déjà exploré par le passé (entre 1956 et 1961). La grande quantité de céramique découverte va du début de l’époque archaïque à la fin de la période classique. Les trouvailles archaïques comprenaient des aryballes globulaires, des coupes à figures noires, des plaques votives en terre cuite, des figurines en terre cuite ainsi qu’en plomb (notamment du type potnia therôn). L’un des tessons porte la dédicace ΑΓΑΜΕΜΝ[ΟΝΙ].

Ath. Themos, AD 53 (1998) B’1 [2004], p. 173; J. Whitley, AR 2004-2005 (2005), p. 30.

1302.10 – Katô Glykovrysi (Kastraki) – S’interrogeant sur la diffusion du culte de la Mère des dieux en Grèce, J. de La Genière est allée à sa recherche en Laconie, dont les liens avec l’Ionie (et notamment avec Samos) et la Lydie sont bien connus durant l’époque archaïque. Pausanias (III, 22, 4) décrit en particulier le sanctuaire de la petite cité d’Akriai, localisée à l’E de l’embouchure de l’Eurotas à 4 km au S de Katô Glykovrysi. Depuis le xixe s., on a tenté de le localiser sous la chapelle d’Agios Nikolaos de Kokkinia. À tort. Car ce n’est pas à proximité de la mer qu’il fallait chercher, mais bien, selon l’A., sur les premiers contreforts du mont Kourkoula, sur une petite plate-forme rocheuse aujourd’hui couverte d’épineux et désignée par le propriétaire du terrain sous le nom de Kastraki. Là ont été découverts des vestiges manifestement cultuels allant de la fin du viie s. à l’époque impériale, sans qu’il soit possible de suivre une stratigraphie claire en raison de l’érosion et de la faible épaisseur du sol archéologique. La phase archaïque a néanmoins livré diverses pièces d’architecture (base, colonnes et chapiteaux doriques, fragments d’acrotère, d’antéfixe et de tuile en terre cuite), révélant la monumentalisation précoce de ce petit sanctuaire durant la deuxième moitié du vie s. En revanche, aucun élément du matériel, pas même parmi les quelques statuettes féminines en terre cuite (une tête dédalique et divers types hellénistiques), n’évoque un quelconque lien avec la Mère des dieux. Peut-être faudra-t-il donc une nouvelle fois passer son chemin et poursuivre l’enquête au-delà de la colline de Kastraki ? Reste certes la découverte d’un petit lieu de culte rural de la cité d’Akriai, mais l’identité de la divinité vénérée demeure inconnue, bien plus qu’incertaine.

J. de La Genière, Kastraki. Un sanctuaire en Laconie, Athènes, 2005 (Études Péloponnésiennes, 12).

1402.11 – Cythère (Paliokastro)Université de Ioannina – En 2001 et 2002, Y. Petrocheilos a conduit une série de sondages sur le plateau rocheux situé au sommet de la montagne. Une petite partie de celui-ci est enclos d’un mur de pierres sèches formant un péribole. À l’extrémité N-E de celui-ci, le fouilleur a mis au jour les fondations d’un petit bâtiment de plan rectangulaire en Π, de 4 m de large environ. Le matériel récolté (notamment des petits objets de bronze et des fragments de statuettes anthropomorphes en terre cuite) révèle la présence d’un lieu de culte, qui fut manifestement en activité de la fin de l’époque géométrique jusqu’à l’époque hellénistique. Il semble d’après les offrandes que ce sanctuaire était consacré à une divinité féminine.

F. Burkhalter, « Chronique », BCH 127 (2003), p. 795-797 (rapport de Y.E. Petrocheilos).

Messénie

1502.12 – Messène Société archéologique d’Athènes – P. Themelis revient en détails, dans les Praktika, sur les activités archéologiques menées à Messène en 2002, dont nous avions déjà rendu compte (cf. ChronARG [2004] 02.12), en particulier sur les vestiges du temple de Zeus Sôter et sur les offrandes de l’« herôon d’Aristomenès ».

P.G. Themelis, « Ἀνασκαφὴ Μεσσήνης », Praktika 157 (2002), p. 21-55.

Élide

1602.13 – Élis – Signalons la publication de la nécropole classique et hellénistique d’Élis par A. Georgiadou. Contrairement au titre de l’ouvrage, aucun « culte funéraire » (Totenkult) n’est attesté dans cette nécropole; tout au plus est-il question du « rituel funéraire » (Totenritual). Reprenant le matériel issu d’une fouille de sauvetage effectuée par N. Yalouris en 1968, il s’agit en effet de la publication des tombes et de leur contenu, permettant l’établissement d’une typo-chronologie des productions céramiques locales. Mais aucun élément du matériel funéraire ne peut être lié à un quelconque rituel de vénération des défunts.

A. Georgiadou, Totenkult und elische Grabkeramik spätklassischer und hellenistischer Zeit, Thessalonique, 2005.

1702.14 – OlympieInstitut archéologique allemand– Les travaux menés en 2003 ont apporté leur lot de découvertes, parfois surprenantes, et de précisions. Dans le comblement d’un puits situé au S du temple de Zeus, Kl. Herrmann a mis au jour une base dans laquelle se trouvaient encore enchâssés la plinthe et le pied droit d’une statue en bronze (environ 2/3 de la taille humaine); une dédicace la désigne comme une offrande des citoyens de Byzance et une signature donne le nom du sculpteur Pelanidas d’Égine, jusqu’alors inconnu. L’écriture permet de dater l’offrande de la fin du vie ou du début du ve s. Les nouveaux sondages menés par H. Kyrieleis et J. Rambach sur l’édifice absidial (Bau VII), probablement le plus ancien temple de Zeus à Olympie, n’ont pas apporté les précisions chronologiques attendues, mais ont confirmé qu’il était postérieur à l’HA III (cf. ChronARG [2006] 02.24). L’analyse des restes osseux découverts lors de la fouille de l’autel d’Artémis ont permis d’identifier les animaux sacrifiés : brebis, chèvre, mais aussi bœuf, cochon et gibier.

« Jahresbericht 2003 », AA (2004/2), p. 268-271.

1802.15 – Skilloundia – Appartenant à la petite cité de Makistos en Triphylie (aujourd’hui sur le territoire de Skilloundia, anc. Mazi), le temple d’Athéna est connu depuis les fouilles de Kastorchis et Kavvadias en 1880. Sa décoration sculptée avait déjà fait l’objet d’une publication par les soins d’I. Trianti en 1985; c’est désormais Ath. Nakasis qui propose une étude détaillée de l’architecture de l’édifice. Le temple répond au plan péloponnésien le plus canonique (périptère dorique hexastyle, avec pronaos et opisthodome distyles in antis) et date du début du ve s., avec adjonction des parties sculptées au ive s.

Ath. Nakasis, Ο ναός της Αθηνάς Μακίστου, Athènes, 2004.

Achaïe

1902.16 – LousoiInstitut autrichien– Les fouilles se sont poursuivies en 2004 sur le périptère mis au jour lors des campagnes précédentes (cf. ChronARG [2006] 02.28). Un sondage à l’angle S-E a permis de préciser la longueur totale de l’édifice, avec une peristasis de 615 colonnes (15, 8042, 35 m). L’absence d’élément d’architecture en pierre suggère que les fondations supportaient une superstructure de bois et de briques crues; le toit était, lui, de type laconien. Construit au tournant des vie et ve s., l’édifice a été abandonné au plus tard au début de la période impériale, après une réfection du sol de la cella durant l’époque hellénistique. Un second édifice (8, 1012, 20 m), construit dans l’alignement du temple à environ 25 m à l’O, comporte deux pièces centrales flanquées à une date plus récente de deux ailes symétriques; cette construction semble remonter, pour la partie centrale, à la seconde moitié du iers. ap. J.-C. Sa fonction demeure pour l’instant obscure.

J. Whitley, AR 2004-2005 (2005), p. 37-38 (rapport de V. Mitsopoulou-Leon et G. Ladstätter).

2002.17 – KeryneiaVIe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques – La petite cité de Keryneia était essentiellement connue pour ses vestiges d’époque hellénistique, bien que l’existence d’un temple archaïco-classique ait été rapportée sur les hauteurs voisines du Prophitis Ilias. Le nettoyage et les sondages effectués entre 2001 et 2003 sur cette structure ont clarifié le plan de ce petit temple (13, 808, 70 m) distyle in antis avec pronaos et cella. Parmi le matériel récolté, de la céramique allant du ive s. à l’époque romaine, des fragments de figurines essentiellement féminines et divers objets métalliques. Au cours de l’été 2003, à 40 m environ à l’E de ce petit temple, les archéologues ont mis au jour les fondations d’un grand édifice (36, 4015, 40 m), qui semblent correspondre au péristyle d’un temple dorique. La céramique découverte à l’occasion va du ve s. au début de l’époque hellénistique. À cet endroit, un sondage a également livré de la céramique du Géométrique récent.

E. Kolia, « Αρχαία Κερύνεια. Νεώτερες έρευνες », AAA 35-38 (2002-2005), p. 129-148.

03. Béotie, Eubée (Joannis Mylonopoulos)

2103.01 – ThèbesIXe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques – De nouvelles trouvailles effectuées lors des fouilles de la « Maison d’Amphitryon » sur le terrain des frères Manisali (une représentation d’Héraclès combattant un lion) soutiennent l’identification du sanctuaire trouvé dans la rue Polyneikous avec un herôon d’Héraclès (cf. aussi ChronARG [2006] 03.01). Il semble qu’à la fin du viiie s., un temenos avec un autel a été établi à cet endroit et fut apparemment détruit peu après 480 av. J.-C. Des restes de terres cuites architecturales et une petite partie d’un stylobate avec des tambours de colonnes doriques indiquent qu’un temple fut érigé près de l’autel au cours du vie s.

Articles dans les journaux grecs Απογευματινή, Ελευθεροτυπία et Τα Νέα le 11/10/2005; J. Whitley, AR 2005-2006 (2006), p. 59.

22– L’Hermès du type Ludovisi pourrait avoir été la statue d’Hermès Pronaos due à Phidias et que Pausanias a vue lors de sa visite à Thèbes, près de l’entrée du sanctuaire d’Apollon Ismenios, près de la statue d’Athéna Pronaia due à Skopas (IX, 10, 2).

V.M. Strocka, « Kopien nach Pheidias: logische Stilentwicklung oder circulus vitiosus », in id. (éd.), Meisterwerke. Internationales Symposion anläßlich des 150. Geburtstages von Adolf Furtwängler, Munich, 2005, p. 131-132.

2303.02 – Thespies – Une statue acéphale de taille humaine et datée du iie s. av. J.-C., qui se trouve aujourd’hui au Musée archéologique de Thèbes, a été identifiée à une Muse (Érato ?), tenant probablement une petite cithare ou une lyre. La statue provient de Thespies et pour­rait s’être élevée dans le temenos extra-urbain des Muses Héliconiennes, puisque Pausa­nias, à Thespies même, n’a vu qu’un temple avec de « petites » statues des Muses (IX, 27, 5).

I. Leventi, « Ένα άγαλμα Μούσας από τις Θεσπιές στο Αρχαιολογικό Μουσείο της Θήβας », AEThSE 1 (2003) [2006], p. 769-778.

2403.03 – Lébadée– Sanctuaire de Trophonios – Dans une étude importante sur le culte de Trophonios à Lébadée, surtout fondée sur la documentation littéraire, l’organisation topographique du célèbre manteion est aussi brièvement discutée, tout en restant très problé­matique. Le sanctuaire doit avoir occupé une vaste zone de part et d’autre de la rivière Hercyna et il pourrait s’être situé dans la partie S de la cité moderne, près de l’endroit aujourd’hui appelé Kastro.

P. Bonnechere, Trophonios de Lébadée. Cultes et mythes d’une cité béotienne au miroir de la mentalité antique, Leiden, 2003 (RGRW, 150).

2503.04 – Pavlo (environs d’Orchomène)IXeÉphorie des antiquités préhistoriques et classiques – Découverte d’une stèle votive inscrite (date inconnue).

J. Whitley, AR 2005-2006 (2006), p. 56.

Eubée

2603.05 – Érétrie– Un nouveau guide de l’antique cité d’Érétrie offre également un aperçu bien structuré et à jour de l’archéologie de la vie religieuse dans la cité et ses environs, accompagné de nombreuses photographies et de plans : religion et mort (p. 107-123), Herôon de la porte O (p. 172-175), le temple de Dionysos (p. 190-191), le Sebasteion (p. 214-217), le sanctuaire d’Apollon Daphnephoros (p. 227-239), l’Iseion (p. 256-259), le sanctuaire d’Ilythie (p. 262-263), l’acropole (p. 265-281), l’Artémision d’Amarynthos (p. 296-297).

P. Ducrey et al. (éds), Eretria. A Guide to the Ancient City, Fribourg, 2004.

27– Un résumé utile des lieux de culte connus dans la cité d’Érétrie pendant les viie et vie s. av. J.-C., accompagné d’un catalogue topographique reprenant aussi la bibliographie du sujet.

X. Charalambidou, « Συμβολή στην τοπογραφία της Ερέτριας των αρχαϊκών χρόνων », AEThSE 1 (2003) [2006], p. 993-1018.

28– Sanctuaire d’Apollon Daphnephoros – L’aire sacrificielle fouillée par l’École archéo­logique suisse en 1978 a été identifiée comme un lieu de culte d’Artémis, en dépit du fait qu’aucune inscription ou graffito ne nomme la déesse. Quoi qu’il en soit, en regard des trou­vailles extrêmement nombreuses et riches (céramique, statuettes en terre cuite, petits objets de bronze et d’ivoire, scarabées, scaraboïdes), le lieu de culte semble avoir appartenu au plus important des sanctuaires urbains d’Érétrie pendant les périodes géométrique et archaïque.

S. Huber, L’aire sacrificielle au nord du sanctuaire d’Apollon Daphnéphoros. Un rituel des époques géométrique et archaïque I-II, Gollion, 2003.

2903.06 – Agios Nikolaos/Styra Institut archéologique suisse –Au cours du Styra Survey, une forte concentration de céramique classique et hellénistique a été trouvée sur un plateau artificiellement arrasé sur le mont Kliosi. Le site était une importante forteresse classique et vénitienne. Des murs de fondation en pierre et des incisions dans la roche sont toujours visibles, tandis que d’anciens blocs de pierre ont été remployés dans l’église de la Panagia et les murs vénitiens. Vu l’isolement du site, l’existence d’un sanctuaire de montagne devrait être prise en considération, honorant peut-être Zeus Hypsistos (cf. IG XII 9, 58-59). Des tuiles laconiennes peintes en noir et en rouge montrent qu’il s’agissait d’un bâtiment couvert et non d’un enclos à l’air libre, entourée d’un mur de péribole.

S. Fachard, AntK 48 (2005), 121-122; J. Whitley, AR 2005-2006 (2006), p. 60.

3003.07 – Zarakes – Au cours des fouilles sur le site de Zarakes, d’importants restes architecturaux ont été trouvés, datés entre le Géométrique récent et la période romaine. Un fragment de pithos archaïque décoré de centaures en relief et portant l’inscription ἱερός, ainsi que des fragments de skyphoi portant sur leurs bases l’abréviation ie (= ἱερός) indiquent l’existence d’un lieu de culte à cet endroit. Un poids en bronze du ive s. av. J.-C., avec une tête de bélier – c’est la première fois qu’une tête de bélier est utilisée sur un poids – et l’inscription Ἀπόλλωνος Δηλίου attestent que le sanctuaire était dédié à l’Apollon Délien.

A. Chatzidimitriou, « Χάλκινο ενεπίγραφο σταθμίο από τους Ζάρακες Καρυστίας », AEThSE 1 (2003) [2006], p. 1077-1092.

04. Phocide, [Locride], Étolie (Joannis Mylonopoulos)

Phocide

3104.01 – Delphes–Au cours de la réorganisation de l’exposition permanente du Musée de Delphes, un grand nombre de petites offrandes votives a été étudié et atteste la réputation internationale de Delphes pendant la période de la fin du Géométrique et la période archaïque. Des objets de bronze et d’ivoire évoquent des visiteurs venus de Chypre, de Phénicie, de Syrie, de l’Urartu, d’Assyrie et de Phrygie.

E.K. Partida, « Δελφοί και Ανατολή. Ιχνηλατώντας τις σχέσεις μέσα από τα αναθήματα », AEThSE 1 (2003) [2006], p. 799-815.

3204.02 – Keramidia Xe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques – Près de Delphes, une grotte a été brièvement explorée. Un mur polygonal et quelques tuiles peintes en noir et en rouge suggèrent que ce pourrait avoir été un lieu de culte de Pan et/ou des Nymphes.

S.Raptopoulos, AD 54 (1999) [2005], p. 381; J.Whitley, AR 2005-2006 (2006), p. 54.

3304.03 – ÉlatéeXIVe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques – En 2000 et en 2001, des fouilles ont été menées dans le sanctuaire d’Athéna Kranaia, qui avait été fouillé pour la première fois par Pierre Paris en 1883 et 1884. La recherche menée à l’opisthodome du temple classique a révélé une couche de destruction avec de la céramique antérieure à 480 av. J.-C. Il est probable que cette couche a quelque chose à voir avec la destruction de la cité et de son temple archaïque d’Athéna par les Perses. Le temple classique a été érigé dans la 2e moitié du ve s. Un vaste travail de rénovation a eu lieu dans le 3e quart du iie s. À cette époque, une nouvelle statue de culte colossale a été dédiée, dont des fragments furent mis au jour lors des fouilles françaises.

G.Α. Zachos, S.P. Dimaki, « Ελάτεια (Φωκίς). Ιερό Αθηνάς Κραναίας. Το αρχείο του κοινού των Φωκέων », AEThSE 1 (2003) [2006], p. 869-887.

3404.04 – Kalapodi Institut archéologique allemand – Les fouilles au sanctuaire d’Artémis à Hyampolis (ou Apollon à Abai) ont été menées dans la zone du temple archaïque au S. La peristasis au N et l’escalier en face du stylobate ont été explorés. Dans le déblai au-dessus de l’escalier, l’extrémité cylindrique d’un bâton ou d’un sceptre, couronnée par la tête d’un bélier, a été mise au jour. À l’O du mur N en briques de la cella, écroulé, des garnitures en bronze ont été trouvées. Elles pourraient avoir appartenu à un chariot. Les fouilles ont mon­tré que la cella du temple archaïque avait été réaménagée au ve s. en cour ouverte contenant un petit sanctuaire ouvert construit sur les blocs d’orthostate archaïques réutilisés. Une partie des deux longs murs du temple daté entre la fin du Géométrique et le début de la période archaïque a également été fouillée. Ils ont été construits en briques sur une fonda­tion en pierre. Une stratigraphie profonde et bien clarifiée, ainsi que la céramique, révèlent un terminus post quem de 740-720 pour l’érection du temple. Un kotyle du Corinthien moyen trouvé au niveau le plus élevé du sol brûlé donne un terminus post quem d’environ 595/90 – 570 pour la destruction du temple. La superstructure en briques écroulée de ce temple a été nivelée et utilisée comme sol pour un sanctuaire manifestement provisoire, avant l’érection du temple archaïque. Il comprenait un espace ouvert, avec un mur de temenos au moins sur ses côtés N et E. En son centre, un chapiteau dorique a été mis en terre, tandis que son aba­que était utilisé comme autel, puisque l’espace à l’entour a révélé de nombreuses offrandes et des couteaux en fer, une fourchette à viande et des broches provenant de repas rituels. Une construction circulaire faite de grandes pierres grossièrement équarries avec un puits central dans la partie E du temple S est antérieure au temple de la fin du Géométrique au début de la période archaïque. Le fouilleur suggère que cette construction pourrait avoir été un autel en plein air, tandis que le puits central servait pour des libations. Trois sols en terre succes­sifs sont associés à la construction circulaire. Sous le plus bas des sols gisent des remplissages des périodes allant du Géométrique ancien à récent, une strate totalement proto-géométrique, et une couche mycénienne avec de la céramique de l’HR IIIC. Le fouilleur s’attend à trouver la zone centrale du sanctuaire mycénien sous la cella du temple archaïque.

J. Whitley, AR 2005-2006 (2006), p. 68-69.

3504.05 – Agia Varvara Société archéologique d’Athènes – Poursuite de la fouille d’un vaste temenos archaïque (1415 m) en maçonnerie polygonale. Le mur de temenos enclôt une structure plus petite (6,54, 2 m) qui pourrait dater de la période romaine (cf. aussi ChronARG [2006] 04.06).

J. Whitley, AR 2005-2006 (2006), p. 54.

Étolie

3604.06 – ThermonSociété archéologique d’Athènes – Au cours de la campagne de 2003, la céramique trouvée a fourni un terminus post quem pour l’érection du « Megaron B ». L’édifice a été érigé à la fin du xiie ou plus probablement au début du xie s.

I.A. Papapostolou, Praktika 2003 [2006], p. 51-60; Ergon 2003 [2004], p. 50-51.

3704.07 – Gavalou (Trichoneion) XXXVIe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques – Poursuite de l’exploration archéologique du sanctuaire d’Asclépios.

J. Whitley, AR 2005-2006 (2006), p. 52.

3804.08 – KalydonXXXVIe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques et Institut danois d’archéologie – La porte O menant au sanctuaire d’Artémis Lauria n’est pas l’entrée principale de la ville.

J. Whitley, AR 2005-2006 (2006), p. 53.

3904.09 – Klima (Arakynthos)XXXVIe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques – Près du village moderne de Klima, dans et sous la chapelle de la Panagia, on a identifié les fondation d’un temple. On a collecté des tuiles d’un ancient toit, datant de la période classique et ressemblant à celles des temples de Kalydon.

M. Stavropoulou-Gatsi, AD 54 (1999) [2005], p. 281; J. Whitley, AR 2005-2006 (2006), p. 53.

05. Acarnanie, Épire, Illyrie méridionale, îles ioniennes (François Quantin)

Acarnanie

4005.01 – Lépénou (lieu-dit Spathari, dans la région de Stratos)XXXVIe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques – La fouille de ce sanctuaire archaïque a fourni de nouveaux fragments architectoniques en terre cuite qui permettent de compléter la restitution du temple (cf. ChronARG [2006] 05.03). La « couche noire » a livré de nouveaux fragments d’armes et deux fibules de type géométrique.

J. Whitley, AR 2005-2006 (2006), p. 52.

4105.02 – Archontochôri (lieu-dit Drymonas, près de Mytikas)XXXVIe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques – L’exploration du sanctuaire rural d’Artémis dite Épikrateia découvert en 1993 continue, et livre de nouvelles offrandes (cf. ChronARG [2006] 05.04), dont une statuette féminine en bronze. Le matériel est particulièrement dense aux iiie et iie s. av. J.-C.

J. Whitley, AR 2005-2006 (2006), p. 52.

4205.03 – PalairosXXXVIe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques, Institut archéologique allemand et Humboldt-Universität de Berlin – Dans le cadre des prospections dans la péninsule de Plagia, L. Kolonas et F. Lang signalent la découverte d’un fragment d’une petite statue en pierre dans la région de Palairos. Elle pourrait provenir de la terrasse du temple qui surplombe la ville antique (cf. ChronARG [2006] 05.05).

J. Whitley, AR 2005-2006 (2006), p. 51, fig. 77 (rapport de L. Kolonas et F. Lang)

Épire

4305.04 – AmbracieXIIe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques – Les archéologues signalent en 1999 la découverte de nouvelles figurines en terre cuite en contexte domestique, dans des maisons hellénistiques situées rue Rogon (site 124) et dans un chemin privé reliant les rues Herakleitou et Ignatiou (site 249). On signale aussi sur le terrain Bouranda (site 218), près du rempart antique, la découverte de nombreuses figurines en terre cuite, de petites plaques à décor en relief et de tuiles marquées ΔΑΜΟΣ et ornées d’une représentation de l’aguieus d’Apollon. Mais la découverte la plus remarquable est une aire cultuelle mise au jour rue Maximou Graikou sur le terrain Triandaphyllou-Lambri (site 227), dans les environs des places Kilkis et Skoupha. Deux massifs parallélépipèdiques en pierre sont interprétés par V. Karatseni comme des autels, mais l’archéologue, bien qu’elle privilégie cette hypothèse, n’exclut pas d’autres conjectures, et admet que ces vestiges pourraient aussi correspondre à des bases de statues ou plus généralement d’offrandes. En plan, ces deux « bomoi » mesurent respectivement 1,51,4 m, et 2,52,5 m. Le plus grand des deux, au N, est aussi le plus ancien. Située entre les deux « autels », une fosse, dite βόθρος θυσιῶν, livre un riche matériel votif associé à des restes fauniques et des indices de feu : de la céramique, de très nombreu­ses figurines en terre cuite, des pointes de lances, des lames courtes, datées entre l’archaïsme récent et l’époque hellénistique tardive. Une autre « fosse » est comblée par des restes fauniques. Ces deux « autels » pourraient être liés à un massif de fondation appareillé mis au jour dans l’angle S-O du terrain exploré, mais surtout au temple archaïque découvert naguère, dans les environs, rue Pyrrhou (cf. ChronARG [2001] 05.05); à l’O du sondage, apparaissent vraisemblablement des fondations qui lui appartiennent. Ces deux « autels » sont situés à l’arrière du temple de l’archaïsme récent. [On considère que ce temple, dont il faut noter qu’il est contemporain des offrandes les plus anciennes découvertes dans une des fosses, doit être attribué à Apollon, et qu’il est lié à l’agora, dont les limites exactes sont mal connues. L’édifice a été découvert en 1964, et donna lieu à des rapports de fouille rédigés par I. Vokotopoulou : AD 20 (1965), Chron., p. 346, pl. 413-414; 21 (1966), Chron., p. 287; 22 (1967), Chron., p. 339-342; 24 (1969), Chron., p. 246-247; 31 (1976), Chron., p. 194; 32 (1977), B’1, p. 145; cf. Ch. Tzouvara-Souli, Αμβρακία, Arta, 1992, p. 42-43.]

A. Angεli, AD 54 (1999) [2005], B’1, p. 459-460 (site 124); V. Karatseni, ibid., p. 462-464, fig. 24 et 25 (site 227); Th. Kondogianni, ibid., p. 467-470 (sites 249 et 218). Cf. J. Whitley, AR 2005-2006 (2006), p. 79.

4405.05 – Région de Paramythia (Thesprôtie) – « Thesprotia Expedition » – VIIIe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques, Institut finlandais d’Athènes – On signale la découverte à Saint-Donat de Zervochori de remarquables fragments d’architecture : éléments d’une frise dorique, tambours de colonnes et blocs d’orthostate.

J. Whitley, AR 2005-2006 (2006), p. 83 (rapport de B. Forsén).

4505.06 – Pyrgos Ragiou [Basse vallée du Kalamas (Thyamis) au N de la Thesprôtie]VIIIe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques – L’exploration archéologique de cette acropole a livré un nouveau fragment de figurine en terre cuite d’une divinité féminine à polos datant vraisemblablement de l’archaïsme tardif.

G. Riginos, AD 54 (1999), B’1 [2005], p. 502-503, fig. 15.

4605.07 – Korytiani, lieu-dit RizianiVIIIe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques – Dans les environs de l’acropole antique de Phanôté, G. Riginos signale entre autres des tombes à cistes et des vestiges architecturaux qui correspondraient aux restes d’un temple hellénistique. [L’interprétation de ces vestiges est due à S.I. Dakaris, Θεσπρωτία, Athènes, 1972 (Ancient Greek Cities, 15), p. 183, n° 540, fig. 49; la fonction cultuelle n’avait pas été retenue par N.G.L. Hammond, Epirus, Oxford, 1967, p. 88, fig. 29-b].

G. Riginos, AD 54 (1999), B’1 [2005], p. 512. Cf. J. Whitley, AR 2005-2006 (2006), p. 84.

4705.08 – Dodone – Les travaux liés au tronçon épirote de l’autoroute « Egnatia Odos » ont permis de mieux connaître l’environnement antique du sanctuaire de Dodone : un site a été repéré près de Dramesi, et une acropole antique à Agia Anastasia. Ces découvertes montrent que le sanctuaire n’est pas isolé.

E. Adam, AD 54 (1999), B’1 [2005], p. 453, fig. 6. Cf. J. Whitley, AR 2005-2006 (2006), p. 81, et fig. 136.

4805.09 – Dourouti (cité universitaire de Ioannina) – Université de Ioannina – I. Andreou fait le point sur les découvertes dans la nécropole et le sanctuaire de Dourouti, sans doute consacré à Déméter. Analyses et synthèses plus récentes sont à consulter dans P. Cabanes, J.-L. Lamboley (éds), L’Illyrie méridionale et l’Épire dans l’Antiquité IV, Actes du IVe colloque intern. de Grenoble (10-12 oct. 2002), Paris/Grenoble, 2004 (cf. ChronARG [2006] 05.13).

I. Andreou, AD 54 (1999), B’1 [2005], p. 482-484, fig. 62 et 63.

4905.10 – Grotte de Konispol (Chaonie) – Des fouilles de la grotte de Konispol, située près de la frontière entre la Grèce et l’Albanie, provient un important lot de figurines en terre cuite, découvert en 1989 et 1990 dans un contexte stratigraphique « incertain » associé à de la céramique à vernis noir. La grotte est fréquentée du Paléolithique à l’époque médiévale. M.-G. Amore publie ici l’étude de 23 offrandes en terre cuite. Deux séries doivent être distinguées : les statuettes modelées à la main, parmi lesquelles certaines sont coiffées d’un polos (18), et les statuettes moulées, dont deux protomés (5). Des figurines du Potter’s Quarter de Corinthe fournissent de bons parallèles pour le premier groupe, et permettent de situer cette production au ve s. av. J.-C. Il est néanmoins difficile d’établir leur genre et leur prove­nance. Les statuettes moulées appartiennent au type Tanagra; l’une des deux protomés est coiffée d’un polos, et pourrait donc figurer une divinité féminine comme Héra, Déméter, Perséphone ou Cybèle. L’ensemble de ce matériel peut donc être daté entre la période classique et la haute époque hellénistique. D’après les exemples fournis par l’Attique, ce lieu de culte pourrait être consacré à Pan et aux Nymphes, mais des figurines masculines en particulier manquent pour étayer cette hypothèse. On évoque aussi un culte de Perséphone ou d’une Artémis, sans certitude. [Une comparaison avec les nombreuses grottes cultuelles d’Épire et des Îles ioniennes serait sans doute intéressante.]

M.-G. Amore, « Use and reuse of Konispol cave: The terracotta figurines », in L. Bejko, R. Hodges (éds), New Directions in Albanian Archaeology, Studies presented to Muzafer Korkuti, Tirana, 2006 (International Centre for Albanian Archaeology Monograph Series, 1), p. 107-117 (avec cat. et fig.).

5005.11 – Çuka e Ajtoit Butrint Foundation – En 1981, des soldats albanais découvrent sur les pentes occidentales du mont Mile, à 6 km de l’acropole antique de Çuka e Ajtoit en Chaonie, une magnifique statuette en bronze de Pan, associée à des murs et de la céramique hellénistique. Il s’agit probablement des vestiges d’un sanctuaire rural de ce dieu pastoral bien connu à Bouthrôtos en particulier (cf. ChronARG [2006] 05.14). Le dieu tient un lagobolon et un alabastre. La statuette est un original hellénistique ou une copie d’époque romaine.

L. Schofield, « The Mount Mile Pan » (Appendix, Chap. 11), in I.L. Hansen, O.J. Gilkes, A. Crowson (éds), Kalivo and Çuka e Ajtoit, Albania. Interim Report on Survey and Excavations 1928-2004, Butrint Foundation, 2005 (http://www.butrintfound.dial.pipex.com).

5105.12 – Bouthrôtos (Chaonie) – En 2003, plusieurs objets dérobés dans le musée de Butrint sont revenus au bercail, dont un fragment d’une statue d’Aphrodite en pierre du type cnidien (Rapport 2003, p. 15, avec fig.). Signalons aussi la découverte d’un petit temple tétra­style d’époque romaine dans la plaine de la Vrina (Rapport 2004, p. 5-6, restitution à la fig. 9).

The Butrint Foundation, « Interim Excavation Report 2003 » et « Interim Excavation Report 2004 » (www.butrintfound.dial.pipex.com).

5205.13 – PhoinikèUniversità degli studi di Bologna (Dipartimento di Archeologia), Institut archéologique albanais (Département de l’Antiquité) – L. Mercuri présente le premier catalogue raisonné et commenté des sculptures découvertes à Phoinikè et dans ses environs, et montre que les œuvres d’époque hellénistique, rares à Butrint, sont nombreuses dans la capitale chaone. Les statues et fragments de statue qui intéressent la vie religieuse sont les suivants : une tête féminine du iiie s. av. J.-C., sans doute Aphrodite; Artémis vêtue d’un chiton long (iiie s.); Artémis, vêtue d’un chiton à manches courtes et de la nebris (iiie-iie s.); une Artémis chasseresse (iiie-iie s.); un torse d’Artémis à chiton et himation, découvert à Dobër di Vagalat au S de la plaine méridionale de Phoinikè (fin du iie s.); un torse d’une Déméter assise provenant aussi de Dobër (fin du iie s.); une tête féminine, peut-être Déméter, conservée au Musée de Ioannina (iiie s.); une tête féminine, qui peut aussi être interprétée comme un Dionysos jeune (ier s.); une statue d’Artémis (ier iie s. ap. J.-C.); un fragment de stèle votive figurée où Pan apparaît (1re moitié du iiie s. ap. J.-C.). Certains fragments appartiennent peut-être aux statues de culte d’un sanctuaire extra-urbain à Dobër di Vagalat, dédié à des divinités féminines, sans doute Déméter et Korè associées à Artémis.

L. Mercuri, « Sculture e scultori a Phoinikè tra età ellenistica ed epoca romana », Ocnus 13 (2005), p. 229-250; id., « Nuove sculture di Phoinikè », in S. De Maria, Sh. Gjongecaj (éds), Phoinike III. Rapporto preliminare sulla campagna di scavi e ricerche 2002-2003, Bologna, 2005, p. 187-194.

53– Nécropole méridionale– Signalons la découverte d’une sépulture d’un petit équidé jeune, très vraisemblablement un âne, accompagné dans la mort par une monnaie en bronze de Corcyre datée à la fin du ive ou au début du iiie s. av. J.-C.; la déposition succède aux restes d’un homme d’environ 50 ans, dont la tombe a été violée et saccagée avant de recevoir le corps de l’animal (Tomba 27). S. De Maria propose de retenir deux faits essentiels pour comprendre cette étrange succession : la tombe humaine a été violée, ce qui exigeait une réparation, et l’âne est lié dans l’imaginaire grec à plusieurs divinités, entre autres Dionysos, dont les compétences eschatologiques sont bien connues. Plus généralement, les rites funéraires à Phoinikè font l’objet d’une synthèse rédigée par G. Lepore pour les Mélanges offerts à M. Korkuti.

54– Signalons aussi un oikos découvert dans la ville basse, aux abords de la nécropole, dont la fonction n’est pas encore claire (funéraire, cultuelle ou les deux ?). Cet édifice est inédit, mais il est mentionné dans Ocnus 13 (2005), p. 237-238 (supra), et ses vestiges sont décrits avec précision par son inventeur G. Lepore. [Une comparaison avec l’oikos de la plaine de la Vrina à Butrint et avec le « temple » de Kryegjata à Apollonia, deux édifices d’époque romaine, sera sûrement riche d’enseignements.] Enfin, sur le territoire de Phoinikè, l’hypothèse d’un sanctuaire antique sur la colline Saint-Nicolas est toujours d’actualité (cf. ChronARG [2005] 05.07).

Contributions de F. Negretto, A. Curci et S. De Maria sur la « Necropoli meridionale », in De Maria Gjongecaj, Phoinike III (supra), p. 107-114 (cf. S. de Maria, A. Curci, G. Lepore, « A Hellenistic tomb with a small equid burial in the Phoinike necropolis (Northern Epirus) », in A. Gardeisen (éd.), Les équidés dans le monde méditerranéen antique, Actes du colloque organisé par l’ÉfA, le Centre C. Jullian et l’UMR 5140 du CNRS (26-28 novembre 2003), Lattes, 2005 [Monographies d’archéologie méditerranéenne]); G. Lepore, « Proble­mi di interpretazione delle necropoli antiche : Il caso di Phoinikè », in BejkoHodges, New Directions in Albanian Archaeology (supra 05.10), p. 186-206; id., in Phoinike III, p. 147-148, et fig. 8.2, p. 102; E. Giorgi, « Ricerche e ricognizioni nel territorio », ibid., p. 205-206.

Illyrie méridionale

5505.14 – Apollonia Temple de Bonjakët Institut archéologique albanais, Université de Cincinnati, Centre international pour l’archéologie albanaise, Packard Humanities Institute – Depuis 2004, l’exploration archéologique du site de Bonjakët (MRAP site n° S043) met au jour les vestiges d’un temple grec monumental et livre d’importants témoignages sur l’activité cultuelle dans ce nouveau sanctuaire péri-urbain d’Apollonia dont l’histoire remonte sans aucun doute à l’archaïsme (cf. ChronARG [2006] 05.19, 5e §). Dix-sept petits sondages ont été implantés pour déterminer l’ampleur du site et l’épaisseur des terres archéologiques et obtenir des éléments de datation et de définition de l’activité cultuelle (cf. les relevés de É. Hobdari et R. Robertson dans J.L. Davis et al., New Directions in Albanian Archaeology, fig. 2 et 3). Au N-O du site le sondage 1 a permis de fouiller sur une épaisseur de plus de 2 m une fosse de décharge du sanctuaire contenant en grande quantité des fragments de figurines en terre cuite et des tessons de céramique, dont les plus anciens peuvent être datés vers 550 av. J.-C. Au N, le sondage 3 a aussi rencontré du matériel votif relégué; sa chronologie, du milieu du ve s. à 200 av. J.-C. environ, est comparable. Une étude attentive de la stratigraphie a permis d’individualiser plusieurs épisodes d’inondation. Ces sondages ont aussi permis d’alimenter la réflexion sur les limites du sanctuaire au N et au N-O, et donc sur son organisation topographique générale.

56Au centre de l’aire explorée, les sondages 5, 10, 11, 12, et 14 ont mis au jour quatre assises de blocs de grès bien appareillés qui appartiennent très vraisemblablement à la krepis d’un temple monumental. L’assise conservée la plus haute recevait probablement le stylobate. Certains fragments de calcaire provenant des monts Acrocérauniens ont été découverts dans d’autres sondages : ils appartenaient sans doute à l’élévation, qui était fondée sur des blocs de grès, conformément à ce que l’on observe à Apollonia intra-muros. Le temple était manifestement dorique, orienté vers l’E et ses dimensions étaient d’environ 4014 m. La phase de construction du temple peut être située, grâce au matériel céramique – en particulier des fragments attiques et béotiens –, et en l’état des recherches, autour de 500 av. J.-C. Il n’est donc pas impossible d’associer la construction de cet édifice monumental à la prise de Thronion par les Apolloniates avant le milieu du ve s. (Pausanias, V, 22, 4).

57À 150 m au S-O de l’aire, les vestiges d’un édifice d’époque romaine pourraient ne pas avoir été associés au sanctuaire; un des murs remployait une stèle votive de la basse époque hellénistique présentant Artémis tenant une torche dans un naïskos, commentée dans la ChronARG [2006]. La dédicace désigne la déesse, mais l’épiclèse reste difficile à lire; peut-être s’agit-il de la Sôteira.

58Le sondage 3 présentait une bonne séquence stratigraphique. Un dinos daté vers 525 av. J.-C. provient de la couche la plus ancienne (cf. AR 2004-2005, p. 128, fig. 22). Dans les niveaux de l’archaïsme récent, la forme la plus courante est le skyphos attique. À l’époque classique, les coupes à boire, principalement d’origine attique, sont les plus nombreuses. Certaines d’entre elles sont incisées d’un lambda. La céramique est surtout composée de skyphoi de type corinthien; bon nombre d’entre eux sont importés d’Athènes. Ces formes de la céramique montrent que l’activité cultuelle prenait la forme de la consommation du vin, suivie par l’offrande de la coupe afin de commémorer le geste rituel. La discrétion des cratères et des oinochoés confirme cette interprétation.

59Le sondage 1 a livré un matériel qui se singularise par une forte présence de figurines en terre cuite de l’époque archaïque à la période hellénistique, associées à des os brûlés (ces derniers vestiges sont analysés par P. Halstead et V. Isaakidou de l’Université de Sheffield). Dans les niveaux hellénistiques les assiettes et les formes céramiques correspondant à la présentation de la nourriture sont abondantes, alors que les coupes à boire très présentes dans le sondage 3 sont rares. Dans les niveaux de l’archaïsme récent et de l’époque classique, la céramique, dont des formes miniatures, est principalement de nature votive. On signale la découverte d’une kylix à fig. n. datée vers 550-525 av. J.-C.

60Plus de 2000 fragments de figurines ont été découverts en 2004 et 2005, principalement dans le sondage 1. Les types les plus fréquents sont les suivants : un homme et une femme couchés et tenant souvent dans la main une phiale, et des bustes féminins. En résumé, les sondages 1 et 3 documentent différents types d’activités rituelles : le sacrifice d’animaux, la consommation de boisson et de nourriture, et la consécration de la vaisselle de ce repas et de figurines en terre cuite.

61La campagne 2006 a livré un matériel très riche, datant en particulier du vie s., comme des objets en métal trouvant des parallèles à Perachora ou à l’Isthme, en particulier une poignée de chaudron, un lotus en terre cuite et un fragment de verre égyptianisant. Le niveau le plus ancien peut être daté vers 650-630 av. J.-C. et contient un tesson de céramique protocorinthienne (« Preliminary Report 2006 », p. 15, avec fig.) découvert dans un dépôt situé sous la cella du temple (sondage 16). Le début de l’activité cultuelle précède donc la date traditionnelle de la fondation de la colonie en 588 av. J.-C., et il est aussi antérieur d’un siècle à la construction du temple monumental en pierre, aux environs de 500 av. J.-C. Des tessons de céramique non-grecque en cours d’étude pourraient témoigner d’une fréquentation illyrienne. La divinité n’est pas encore identifiée avec certitude, mais elle est probablement féminine et liée à la fertilité. [Nos vifs remerciements à l’équipe de la fouille qui nous a généreusement permis de consulter les rapports préliminaires inédits 2005 et 2006, « composed in the field »].

J.L. Davis, V. Dimo, I. Pojani, Sh. R. Stocker, « Bonjakët Excavations, September 2005: A Brief Preliminary Report », 21/09/2005, 27 p.; eid., « Bonjakët Excavations, September 2006 : A Brief Preliminary Report », 23/09/2006, 25 p.; J.L. Davis, V. Dimo, I. Pojani, Sh. R. Stocker, K.M. Lynch, T. Gerke, E. Gorogianni, « Bonjakët Excavations, Apollonia: 2004-2005 », in BejkoHodges, New Directions in Albanian Archaeology (supra 05.10), p. 118-127.

6205.15 – Apollonia (intra-muros)Mission épigraphique et archéologique française en Albanie (Apollonia), Institut archéologique albanais – Lors de la campagne 2002, l’équipe menée par J.-L. Lamboley et B. Vrekaj a continué l’exploration de l’édifice à mosaïque; l’hypothèse d’un pompeion est toujours d’actualité. À main droite de la grande rue qui mène du « centre monumental » vers le plateau qui sépare l’acropole et la colline 104, un édifice rectangulaire est interprété comme un temple réduit à ses fondations (1611,50 m).

J.-L. Lamboley, B. Vrekaj, « Les travaux de la Mission épigraphique et archéologique française. Les fouilles franco-albanaises d’Apollonia : 1994-2004 », in Kushtuar Leon Rey – À la mémoire de Léon Rey, Iliria XXXI, 2003-2004, 1-2, p. 163-206; P. Cabanes, J.-L. Lamboley, B. Vrekaj et al., « Apollonia d’Illyrie (Albanie) », in BCH 127 (2003) [2006], p. 615 et 620.

63– Une inscription latine remployée dans les murs du monastère Sainte-Marie témoigne d’un votum fait par une citoyenne romaine, Antonia Romana, à Fortuna. De part et d’autre du nom de la dédicante, deux oreilles sont sculptées en bas-relief. Ce motif n’est pas habituel dans le cadre du culte de la Bonne Fortune. À Apollonia, Tychè-Fortuna, sans doute proche d’Isis, devient epekoos, dans un contexte où se mêlent manifestement des influences grecque et égyptienne.

É. Deniaux, « Le vœu d’Antonia. Recherches sur une inscription d’Apollonia (Albanie) », in F. Gugelot, B. Maes (éds), Passion de la découverte, culture de l’échange, Mélanges offerts à N. Moine et Cl. Prévotat, Reims, 2006, p. 376-383.

6405.16 – Apollonia (nécropoles) – À l’occasion de l’étude des vestiges osseux issus du Tumulus VIII (cf. ChronARG [2001] 05.14) menée par O. Munoz, on signale la découverte, dans un pithos contenant les restes d’un individu périnatal, d’une fibule ornée d’une plaque ciselée en os représentant une sirène. Cette découverte est commentée par A. Fenet et O. Munoz dans l’Atlas archéologique et historique d’Apollonia d’Illyrie, ÉfR, sous presse, p. 214 et 319, fig. 230 et 232.

Cabanes – Lamboley – Vrekaj et al., « Apollonia d’Illyrie (Albanie) » (supra), p. 613.

65Albanian Rescue Archaeology Unit, Institut archéologique albanais – À deux km au N-E d’Apol­lonia, près du village moderne de Radostina, trois tumulus, dits IX, X et XI, ont été fouillés car ils étaient victimes de pillages et de dégradations (M.-G. Amore, L. Bejko et V. Dimo). Nous retiendrons de l’exploration du tumulus IX les observations suivantes : les tombes anciennes datent de l’époque archaïque, autour du milieu du vie s. av. J.-C. (formes corin­thiennes et un lydion ionien), mais deux assiettes corinthiennes sont datées vers 590-570 av. J.-C.; une structure composée de deux rangées parallèles de briques contenant des restes fauniques brûlés de moutons et de chèvres et 5 vases reste énigmatique, mais paraît bien renvoyer à un rituel funéraire archaïque (n° 62); des dépôts de céramique sont repérés en dehors des tombes, et trois d’entre eux livrent aussi des figurines en terre cuite. Notons aussi un cratère à fig. r., très vraisemblablement de fabrication locale, décoré d’une scène où intervient Éros, dont la présence est bien attestée parmi les figurines en terre cuite de Bonjakët et la collection des sculptures apolloniates (cf. I. Pojani-Dhamo, « Un Éros découvert à Apollonia d’Illyrie », in P. Cabanes (éd.), L’Illyrie méridionale et l’Épire dans l’Anti­quité III. Actes du 3e colloque intern. de Chantilly (16-19 oct. 1996), Paris, 1999, p. 225-228). La fouille du Tumulus X a surtout apporté de nouvelles données chronologiques et typolo­giques, puisque les premières dépositions datent de l’âge du Bronze et de l’âge du Fer et sont donc antérieures à la colonisation grecque; après un hiatus à l’époque archaïque, le tumulus est réutilisé à l’époque classique.

M.-G. Amore, « Apollonia Necropolis Project », 3 p.; « Tumulus 9 », 18 p.; « Tumulus 10 », 12 p.; Tumulus 11, 8 p. (http://www.gshash.org); ead., « Necropolis of Apollonia : News Results from Tumulus 9 », in Kushtuar Leon Rey – À la mémoire de Léon Rey (supra), p. 267-280.

66– Sh. Stocker et J. L. Davis proposent une remise en cause radicale et fondée de la date traditionnelle de la fondation d’Apollonia (588 av. J.-C.), et livrent une interprétation stimu­lante de l’inhumation sous tumulus dans la grande nécropole méridionale de la cité. Il s’agit manifestement d’une pratique indigène bien plus ancienne que la colonisation, quelle que soit la période qu’on assigne à celle-ci. Cette pratique est adoptée par les colons grecs, et perçue par eux comme une manière héroïque de traiter les morts. Les travaux de P. Cabanes sur l’horizon mythique des Apolloniates, grec mais aussi troyen, sont mis à profit afin de montrer que l’étrangeté et l’exotisme des tumuli des Illyriens méridionaux ont probablement été « lus » en termes homériques par les colons grecs, parvenus dans une région du monde où se sont réfugiés Grecs et Troyens lors des nostoi.

Sh. Stocker, J.L. Davis, « The Earliest History of Apollonia: Heroic Reflections from Beyond the Acropolis », in BejkoHodges, New Directions in Albanian Archaeology (supra 05.10), p. 85-93.

6705.17 – Épidamne-Dyrrhachion Institut archéologique albanais, École française d’Athènes, Musée archéologique de Durrës, et Centre de recherche HALMA – UMR 8142 (Lille 3) – État des lieux et synthèse des acquis au sujet de cet extraordinaire lot d’environ 1, 7 tonne de figuri­nes et de protomés féminines en terre cuite provenant des fouilles du sanctuaire extra-urbain de Dautë en 1970 et 1971 (cf. ChronARG [2006] 05.20). L’un des objectifs est de rendre à ce matériel votif son contexte archéologique, grâce à la documentation de fouille restée inédite. Le sanctuaire de Dautë fait partie de la « couronne » cultuelle de la colonie grecque. L’important, devant cette masse de fragments dont il faut pourtant rendre compte dans sa totalité, est de reconstituer des types complets en individualisant les moules utilisés. Cette méthode, élaborée et expérimentée à Thasos par A. Muller, permet de distinguer les aspects technique et stylistique, et d’établir des faits d’ordres économique et religieux. La majorité des offrandes – 95 % de protomés féminines – appartient à la période hellénistique, du ive au iie s., mais on trouve aussi des objets du vie et du ve s. av. J.-C. Protomés et statuettes en terre cuite sont manifestement consacrées par des femmes à une divinité féminine. Le fouilleur du sanctuaire pensait que la divinité honorée à Dautë était Aphrodite, mais cette hypothèse doit être écartée, comme celle, probablement, de Déméter et Korè. Le sanctuaire de Dautë est vraisemblablement un Artémision.

A. Muller, F. Tartari, I. Toçi, M. Dufeu-Muller, S. Huysecom, B. Muka, « Les terres cuites votives du sanctuaire de la colline de Dautë à Dyrrhachion. Projet d’étude et de publi­cation », in M. Buora, S. Santoro (éds), Progetto Dürres, Atti del secondo e del terzo incontro scientifico, Trieste, 2004 (Antichità altoadriatiche, 58), p. 463-485.

68– Analyse du contexte de découverte de la statue de Tellus que nous signalions dans la ChronARG [2006] 05.20. L’œuvre sera bientôt publiée par A. Hoti et S. Santoro.

A. Hoti, E. Metalla, Ed. Shehi et al., « Recentissimi scavi archeologici a Durrës 2001-2003 », in Buora Santoro, supra, p. 512-514, fig. 14.

Îles ioniennes

6905.18 – CorcyreVIIIe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques – On signale la décou­verte en 1999 de fragments de figurines en terre cuite des époques classique et hellénistique rue Nausikas (terrain Asôniti). Dans le secteur de Phigareto (terrain Montsenigou), la fouille d’un édifice a livré un abondant matériel cultuel daté entre le ive s. av. J.-C. et le iie s. ap., et composé en particulier de fragments de figurines en terre cuite et d’un petit autel votif. L’interprétation cultuelle de ce complexe repose sur la forme du plan de l’édifice, mais est aussi suggérée par la découverte dans les environs, naguère, d’un fragment de fronton en calcaire conservé au Musée archéologique de Corfou sous le n° d’inv. 2297 et daté autour de 500 av. J.-C. (banquet dionysiaque); cf. AD 29 (1973-1974), Chron., p. 634-635, et 642-644.

G. K. Augerinou, Y. Phaklari, AD 54 (1999), B’1 [2005], p. 490 (rue Nausikas); E. Marandou, ibid., p. 491-493, fig. 2 (Phigareto).

7005.19 – Ithaque– Nous signalons, sans avoir pu le consulter, l’ouvrage de N.E. Wamser Symeonoglou, The Early Iron Age Pottery and Development of the Sanctuary at Aetos, Ithaka (Greece), 2002.

06. Phthiotide, Thessalie (Joannis Mylonopoulos)

7106.00 – Généralités

72– Une exposition au Musée archéologique de Volos en 2004 était consacrée aux différents aspects des concours lors des fêtes religieuses et à l’activité sportive en général. Le catalogue de l’exposition discute, entre autres, des différentes épreuves dans leur contexte mythologique et religieux, tandis qu’un long chapitre est consacré aux concours des sanctuaires thessaliens et de la présence de Thessaliens aux concours panhelléniques (surtout Olympie et Delphes). De nombreux objets exposés ne sont pas publiés et sont donc présentés pour la première fois dans ce catalogue.

Games and Sports in Ancient Thessaly, Athens, 2004.

73– Réexamen de deux lieux de culte thessaliens du centaure Chiron, déjà connus, dans la grotte de Pharsale et sur le mont Pélion (avec Zeus Akraios). Le caractère guérisseur de Chiron et d’Asclépios autorise une étroite relation dans le mythe et le culte [il n’y a toutefois aucun élément pour appuyer l’affirmation de Gorrini que Chiron précédait Asclépios en Thessalie].

M.E. Gorrini, « Healing heroes in Thessaly: Chiron the centaur », AEThSE 1 (2003) [2006], p. 239-248; J. Riethmüller, Asklepios. Heiligtümer und Kulte, Heidelberg, 2005 (Studien zu antiken Heiligtümern, 2), vol. 1, p. 103-105. vol. 2, p. 308-309.

74– Des stèles funéraires dédiées en même temps à Hermès Chthonios – une particularité thessalienne, apparemment – surtout trouvées en Pérrhaibie et en Pélasgiotide, présentent souvent le défunt en compagnie d’un hermès. Il est possible que le mort ait été identifié à Hermès Chthonios. Malgré l’importance de ce dieu, il n’y a aucun sanctuaire dédié à Hermès portant cette épiclèse particulière [cf. aussi les aspects épigraphiques dans EBGR 2003 (2006), n° 7].

A. Avagianou, « ῾Ερμῆι Χθονίωι. Θρησκεία και άνθρωπος στη Θεσσαλία », in ead. (éd.), Λατρεες στην ‘περιφέρεια’ τουαρχαίου ελληνικο κόσμου, Athènes, 2002, p. 65-111.

75– Deux ouvrages très utiles présentent dans un ordre strictement alphabétique (suivant le nom des divinités) le matériel archéologique et épigraphique relatif aux cultes dans les différentes cités de la Pélasgiotide (Larissa, Sykyrio, Élatée, Mopsio, Kondaia, Gyrtone, Atrax, Krannon) et laPérrhaibie (Gonnoi, Phalanna, Oloosson, Pythio, Azoros, Doliche, Chyretai, Mondaia, Mylai, Orthe, Elone/Leimone).

K. Rakatsanis, A. Tziafalias, Λατρείες και ιερά στην αρχαία Θεσσαλία. Α. Η Πελασγιότις, Ioannina, 1997 (Dodone, Suppl. 63); eid., Λατρείες και ιερά στην αρχαία Θεσσαλία. Β. Η Περραιβία, Ioannina, 2004 (Dodone, Suppl. 71).

7606.01 – Trikka (Trikala) – La majorité des sources littéraires antiques identifient la Thessalie comme patrie d’Asclépios, tandis que Trikka (Trikala) est souvent désignée comme sa cité d’origine. Les restes d’au moins trois bâtiments différents (des bains, une stoa en L, un péristyle) ont été identifiés dans les années 1970 comme l’Asclépieion de la cité. Il semble néanmoins plus probable de les attribuer à l’agora, à un gymnase ou à un espace public, tandis que l’Asclépieion serait à situer près de l’église moderne des Saints Anargyres, sur le flan E de l’acropole.

J. Riethmüller, Asklepios. Heiligtümer und Kulte, vol. 1, Heidelberg, 2005 (Studien zu antiken Heiligtümern, 2), p. 91-98.

7706.02 – Phères (Velestino)XIIIe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques – À Latomeio, un sanctuaire archaïque inconnu jusque-là a été fouillé. L’exploration de plusieurs fosses autour d’un hypothétique autel révèle des objets archaïques en bronze, en plomb et en fer, de la vaisselle en bronze, des armes en fer, des outils, des figurines de terre cuite et de la céramique. Une couche de combustion contenait des ossements d’animaux qui provenaient probablement de sacrifices et de repas sacrificiels. De la céramique hellénistique et une lampe ont également été mis au jour.

A. Doulgeri-Intzesiloglou, AD 54 (1999) [2005], p. 405; J. Whitley, AR 2005-2006 (2006), p. 73.

7806.03 – Halos (Almyros)XIIIe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques – Une base inscrite de statue votive (?) dédiée par Nikoboulè, fille de Polykleitos, à Déméter a été trouvée à 8 m environ d’une structure calcaire de deux pièces au pied du mur O des fortifications hellénistiques de la cité antique. Dans la mesure où les sanctuaires de Déméter sont souvent situés près des murailles urbaines, cette base pourrait provenir d’un lieu de culte de la déesse situé dans les environs.

E. Nikolaou, AD 54 (1999) [2005], p. 395; ead., « Η έρευνα της τελευταίας πενταετίας στο χώρο της ελληνιστικής Άλου με αφορμή τη διαπλάτυνση του οδικού άξονα ΠΑΘΕ », AEThSE 1 (2003) [2006], p. 125; J. Whitley, AR 2005-2006 (2006), p. 72.

7906.04 – AchilleioXIIIe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques et Éphorie de paléoanthropologie et de spéléologie – Un rapport final synthétise les résultats des fouilles de la grotte sanctuaire près du site de Krounia (cf. aussi ChronARG [2006] 06.02). La grotte a une entrée en forme d’abside et un escalier de trois marches qui mènent à l’intérieur. Elle compte des niches dans la roche, peut-être pour placer des offrandes ou des lampes. Près de l’entrée, il y avait une citerne pour la pluie amenée par une conduite en terre cuite provenant de l’espace au-dessus de la grotte.

Chr. Agouridis et al., « Το σπήλαιο στη θέση ‘Κρουνιά’ », AEThSE 1 (2003) [2006], p. 249-262.

8006.05 – Peuma (Kallithea)XVe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques et Institut archéologique canadien – Au cours de fouilles sur l’agora, un petit bâtiment orthogonal (5, 815, 60 m) a été trouvé près du « Bâtiment 5 ». Il était probablement divisé en deux pièces par un mur intérieur. L’entrée en est située à l’E, là où un petit autel fait de plaques a également été trouvé. L’édifice pourrait être un petit temple.

J. Whitley, AR 2005-2006 (2006), p. 77.

8106.06 – NarthakionXIVe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques – Les bâtiments publics se trouvaient apparemment dans la partie S-O de la cité. La statue votive d’un jeune garçon portant un himation sur l’épaule gauche et un oiseau dans sa main gauche montre que certains sanctuaires urbains importants se trouvaient également dans cette zone. Il n’est pas exclu qu’un monument situé sur la plus haute terrasse de la cité, décoré d’une plaque de marbre portant un bouclier en relief, soit un herôon cénotaphe honorant Cassandre, le héros fondateur de la ville.

P. Bougia, « Αρχαιολογικές μαρτυρίες από τον οικισμό και την νεκρόπολη του Ναρθακίου παρά το Λιμογάρδι Φθιώτιδος », AEThSE 1 (2003) [2006], p. 932.

8206.07 – LamiaXIVe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques – Au cours des fouilles dans la rue Ainianion (terrain K. et N. Pasionikos), on a trouvé les restes d’un grand bâti­ment, avec un escalier monumental, un autel fait en pierre calcaire (datant probablement des iiie-iie s. av. J.-C.) et un bothros à proximité.

P. Bougia, AD 54 (1999) [2005], p. 352-353.

8306.08 – Orthi (Kedros)XIIIe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques – Un cheval en bronze d’époque classique, datant du ive s., probablement une offrande provenant d’un sanctuaire indéterminé, a été trouvé sur les rives de la rivière Onochonos et déposé à l’Éphorie.

Ch. G. Inzesiloglou, AD 54 (1999) [2005], p. 421; J. Whitley, AR 2005-2006 (2006), p. 75.

8406.09 – Philia – Sanctuaire d’Athéna Itonia – L’étude minutieuse des objets en métal trouvés au cours des fouilles grecques dans le sanctuaire fédéral des Thessaliens pendant les années 1960 fournit d’importants éléments sur les pratiques rituelles et sur l’attractivité du lieu de culte, à la fois sur le plan local et international. Les offrandes métalliques privilégiées semblent avoir été les armes et les accessoires vestimentaires. Presque tout le continent grec est représenté par les lieux où les offrandes ont été fabriquées, mais les productions laco­niennes sont particulièrement nombreuses. En revanche, les contacts avec l’Asie Mineure, le Levant ou l’Italie ne peuvent être assurés sur la base du matériel mis au jour pendant les fouilles grecques (cf. infra).

I. Kilian-Dirlmeier., Kleinfunde aus dem Itonia-Heiligtum bei Philia (Thessalien), Mainz, 2002.

85– Deux objets en bronze déposés au Musée de Volos en 1964 proviennent très probablement du sanctuaire d’Athéna Itonia. Ils sont particulièrement intéressants dans la mesure où ils attestent des échanges internationaux qui n’étaient pas encore documentés pour ce sanctuaire. Le premier objet est ce qu’on appelle un étendard du Luristan datant des xie-xe s. C’est le premier objet d’une telle provenance jamais trouvé en Grèce centrale. Le second objet est un sceau-cylindre, provenant peut-être de Mésopotamie, datant du xviiie s. av. J.-C. Schmid suggère qu’il pourrait s’agir d’une indication en faveur d’une phase très ancienne du sanctuaire [je pense néanmoins qu’il s’agit plutôt d’un bien hérité, dédié à une phase bien postérieure dans le sanctuaire].

S.G. Schmid, « Εισηγμένα χάλκινα ευρήματα στο ιερό της Αθηνάς Ιτωνίας στη Φίλια », AEThSE 1 (2003) [2006], p. 239-248.

86– À l’important matériel votif trouvé dans le sanctuaire d’Athéna Itonia – et qui n’est pas en bronze – appartient aussi la tête d’un kouros du tout début du ve s. et un fragment de kylix à fig. rouges. Des restes architecturaux indiquent que le sanctuaire était florissant aux périodes classique et hellénistique, dans la mesure où, à ce moment-là, un nouveau temple (ou une stoa) a apparemment été érigé dans le sanctuaire.

Ch. G. Inzesiloglou, « Η Ιτωνία Αθηνά και το θεσσαλικό ομοσπονδιακό ιερό της στη Φίλια της Καρδίτσας », AEThSE 1 (2003) [2006], p. 221-237.

8706.10 – KeramariaXIIIe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques – Une double hache en bronze, probablement une offrande, semblable à celles du sanctuaire d’Athéna Itonia a été trouvée près de Keramaria (district de Philia) et déposée à l’Éphorie en 1999.

Ch. G. Inzesiloglou, AD 54 (1999) [2005], p. 421-422.

8806.11 – Xeroneri/GeorgikoXIIIe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques – Une tuile laconienne inscrite, datée du viie ou du vie s., trouvée au S de la tombe à tholos mycénienne de Koufia Rachi pourrait documenter un culte héroïque au héros éponyme de la région, Aiatos, le père de Thessalos.

Ch. G. Inzesiloglou, AD 54 (1999) [2005], p. 408; id., « Aiatos et Polycléia. Du mythe à l’histoire », Kernos 15 (2002), p. 289-295; J. Whitley, AR 2005-2006 (2006), p. 76.

8906.12 – Metropolis (Moschato)XIIIe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques – Des recherches au temple d’Apollon à Lianokokkala se sont poursuivies, sans fouille véritable. Parmi les nombreuses tuiles du toit écroulé, on a mis au jour les restes du buste d’une sculpture coroplastique de cheval, archaïque ou classique. Ce buste était très probablement l’acrotère central du fronton E du temple. Près du temple, on a trouvé un décret honorifique du iiie s. et une base de colonne en grès.

Ch. G. Inzesiloglou, AD 54 (1999) [2005], p. 410; J. Whitley, AR 2005-2006 (2006), p. 76.

07. Macédoine (Emmanuel Voutiras et Kalliopi Chatzinikolaou)

9007.01 – Polyneri, site de « Kastri » (préfecture de Grévéna)Université Aristote de Thessalonique – La fouille sur l’acropole d’une ville encore non identifiée de Tymphée a mis au jour les restes d’un sanctuaire, dont les principaux édifices sont un temple et une stoa dorique, construits à la fin du ive s. av. J.-C. et détruits vers le milieu du iie s. ap. J.-C. La suite de la recherche promet des résultats intéressants. Les auteurs laissent ouverte la question de la divinité vénérée dans le sanctuaire.

S. Drougou, Chr. Kallini, « Η ανασκαφή στο Καστρί Πολυνερίου του Ν. Γρεβενών », AErgoMak 16 (2002) [2004], p. 663-668; eaed., « Καστρί Πολυνερίου – Αλατόπετρας Ν. Γρεβενών 2003 », AErgoMak 17 (2003) [2005], p. 591-596.

9107.02 – MiezaΧVΙΙeÉphorie des antiquités préhistoriques et classiques – Les auteurs reviennent sur une fouille dans l’antique Miéza, près du village moderne de Kopanos, qui avait mis au jour, naguère, un grand complexe à péristyle d’époque hellénistique (V. Allamani, A. Koukouvou, AErgoMak 12 [1998], p. 371-381). Les conclusions de leur recherche peuvent être résumées ainsi : (a) Un des édifices dégagés paraît avoir eu une fonction cultuelle, comme le suggèrent son plan archite­ctural, son orientation, ainsi que la découverte d’objets sans doute votifs dans une fosse à sa proximité (entre autres des tessons d’ampho­res panathénaïques du ve et du ive s. av. J.-C). (b) Le complexe comportait en outre des pièces conçues pour accommoder des klinai, sans doute des salles de banquets : des frag­ments de vases destinés au service du vin y ont été trouvés. (c) Le complexe était peut-être dédié à Asclépios, dont le culte est attesté à Miéza.

V. Allamani, A. Koukouvou, E. Psarra, « Το κτηριακό συγκρότημα της Μίεζας: Ερμηνευ-τικές προσεγγίσεις και προοπτικές της έρευνας », AErgoMak 16 (2002) [2004], p. 571-583.

9207.03 – Lefkopetra et site de Kallipetra (préfecture d’Imathia)XVIIeÉphorie des antiquités préhistoriques et classiques – Mention de figurines en terre cuite représentant Aphrodite et Cybèle, et d’objets relatifs à un culte domestique (petits autels, thymiateria et vases cultuels) découverts dans une section de l’agglomération antique de Kallipétra, datant de l’époque hellénistique.

93– Le déblaiement du sanctuaire de Lefkopetra, entrepris en 2002, a montré que le temple avait un opisthodome. En effet, le mur signalé comme paroi O du temple dans le plan de la fouille de 1966 publié par Ph. Petsas n’est pas en réalité un mur extérieur, mais sépare la cella de l’opisthodome. L’appareil différent des murs de ce dernier amène à la conclusion qu’il fut construit avant le temple. Dans le sanctuaire ont été recueillis 16 inscriptions, un tronçon de pilier hermaïque et un fragment de main de statue tenant un tambourin.

L. Stefani, « Η οργάνωση του χώρου σε μια ημιορεινή περιοχή του Βερμίου : Το παράδειγμα της Λευκόπετρας Ημαθίας », AErgoMak 16 (2002) [2004], p. 537-539, fig. 18.

9407.04 – Naousa, lieu-dit « Tsifliki »XVIIe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques – De ce site de Naoussa, qui faisait partie de la chôra de Miéza, provient une plaque avec inscription votive à Poseidon, décorée d’organes génitaux masculins en relief. La plaque, qui date du iie s. ap. J.-C., peut être interprétée comme commémoration de l’exaucement d’un vœu. La dédicace ayant été faite par une femme, on peut supposer qu’il s’agissait d’un vœu de fécondité. L’A. considère comme très probable la présence dans la région d’un sanctuaire de Poseidon, vénéré comme dieu des sources et des rivières.

E. Psarra, « Σωστική ανασκαφή στο Τσιφλίκι Νάουσας κατά το 2003 », AErgoMak 17 (2003) [2005], p. 545-546, fig. 4.

9507.05 – Pella (Agora)Université Aristote de Thessalonique – Mention de figurines en terre cuite d’époque hellénistique représentant Aphrodite, Éros, Priape et d’une protomé de Dionysos barbu. À noter aussi la présence d’un moule en terre cuite d’Éros ailé et de thymiateria provenant de la couche de destruction des boutiques du côté S de l’agora de Pella, où a été identifié un atelier de coroplathe.

I. Akamatis, « Πέλλα 2003. Νέα δεδομένα για την Αγορά της », AErgoMak 17 (2003) [2005], p. 490, fig. 12-14.

9607.06 – Pella, site de PhakosXVIIe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques – Dans un champ situé sur le Phakos, connu par les auteurs antiques, ont été mis au jour des édifices publics avec des phases de construction successives à partir de l’époque classique. Au niveau de la phase du iie s. av. J.-C. d’un de ces bâtiments a été trouvée une base circulaire inscrite portant la dédicace d’un Romain à Hermès Agoraios, qui peut être datée au début du ier s. av. J.-C. La base a été probablement transportée au Phakos depuis l’agora de la ville. Une dédicace tardive (iie ou iiie s. ap. J.-C.) à Hermès et à Déméter, accompagnée d’un relief représentant les deux divinités, pro­vient de la région de Pella. L’A. donne un aperçu des témoignages sur le culte d’Hermès Agoraios en Macédoine, qui est attesté par des inscriptions à Béroia, à Velvendo et dans la région d’Élimeia.

M. Lilibaki-Akamati, « Ανασκαφική έρευνα στην περιοχή του Φάκου της Πέλλας », AErgoMak 17 (2003) [2005], p. 472-479, 476 n. 49.

9707.07 – Archontiko (préfecture de Pella)XVIIe Éphorie des antiquités préhisto­riques et classiques – Mention de figurines en terre cuite représentant des divinités, provenant de tom­bes d’époque archaïque : (a) trois figurines d’une déesse sans doute orientale obèse, accrou­pie, les mains croisées sur le ventre; (b) groupe de figurines d’une divinité féminine assise et figurine de divinité masculine à cheval.

A. Chrysostomou, P. Chrysostomou, « Ανασκαφή στη δυτική νεκρόπολη του Αρχοντικού Πέλλας κατά το 2002 », AErgoMak 16 (2002) [2004], p. 473; eid., « Δυτική νεκρόπολη του Αρχοντικού Πέλλας », AErgoMak 17 (2003) [2005], p. 508, 511.

9807.08 – Vergina (Aigai)Université Aristote de Thessalonique – Mention d’une figurine en terre cuite représentant Artémis chasseresse, trouvée dans un cellier d’époque hellénistique proche du sanctuaire d’Eukleia, qui pourrait avoir une relation avec le culte.

Chr. Saatsoglou-Paliadeli, « Βεργίνα 2000-2002. Ανασκαφή στο ιερό της Εύκλειας », AErgoMak 16 (2002) [2004], p. 485, fig. 6.

9907.09 – DionUniversité Aristote de Thessalonique – Un édifice à une seule salle avec façade à colonnes doriques, pavement à mosaïque et fresques imitant des incrustations de marbres polychromes a été repéré au milieu de l’aile O du forum romain de Dion. Au fond de l’édifice les restes d’une grande base semi-circulaire et des fragments de statues ont été mis au jour. À partir de ces éléments le directeur de la fouille considère qu’il s’agit d’un temple.

D. Pantermalis, « Δίον 2002. Η Αγορά και άλλα », AErgoMak 16 (2002) [2004], p. 417.

10007.10 – Dion (Sanctuaire de Zeus Hypsistos)Université Aristote de Thessalonique– Au cours de travaux de canali­sation et d’élargissement du lit du fleuve Baphyras, une structure apparue sur la rive droite, à la hauteur du sanctuaire d’Isis, a pu être identifiée comme un autel. La poursuite des travaux a révélé la présence de sculptures votives en marbre repré­sentant pour la plupart des aigles et portant des dédicaces à Zeus Hypsistos. Le temple du dieu, orienté vers le S, était adossé au mur N du sanctuaire et avait des colonnades sur les trois côtés. Le sol était décoré d’une mosaïque. Devant la colonnade O, il y avait un bassin d’eau. Deux reliefs votifs représentant des aigles avec leurs bases ainsi qu’un bucrane ont été trouvés in situ dans l’axe du temple. La base de la statue de culte était érigée près du mur N de la cella, ou se trouvaient aussi deux inscriptions dont une porte les noms des membres d’une association cultuelle de Zeus Hypsistos. Près de la base fut découverte la statue du dieu, représenté assis, vêtu d’un himation laissant le torse nu et tenant le sceptre et le foudre. La statue date de l’époque impériale. Dans la cella, il y avait aussi des inscriptions commémorant des donations ainsi qu’une plaque votive à Jupiter Optimus Maximus.

D. Pantermalis, « Ζευς ύψιστος και άλλα », AErgoMak 17 (2003) [2005], p. 417-424.

10107.11 – Dion (Sanctuaire de Déméter)Université Aristote de Thessalonique – Les fouilles des années 2002-2003 dans le sanctuaire de Déméter ont révélé le stylobate d’une stoa d’épo­que impériale à l’E des grands autels. Cette stoa devait former la limite E du sanctuaire. Dans la partie S du sanctuaire a été découvert un édifice à trois pièces datant de l’époque impériale et ayant trois phases. La pièce la plus au S est une latrine qui était peut-être reliée au sanc­tuaire voisin d’Asclépios, très fréquenté. Les deux autres pièces servaient sans doute d’entre­pôts de céréales, ce qui convient au culte de Déméter. L’A. examine les relations entre les sanctuaires limitrophes de Déméter et d’Asclépios. Les deux cultes sont souvent associés, ce qui fait penser que le voisinage des sanctuaires à Dion n’est pas fortuit. L’examen des restes d’un édifice situé entre les deux pourrait contribuer à clarifier leur relation.

S. Pingiatoglou, « Το ιερό της Δήμητρος στο Δίον », AErgoMak 17 (2003) [2005], p. 425-434.

10207.12 – Nea AnchialosUniversité Aristote de Thessalonique – Référence au culte des Nymphes Échédôrides, connues par la tradition écrite, et aux mythes relatifs à l’activité d’Héraclès en Grèce du Nord. Les A. considerent que les Eubéens ont beaucoup contribué à la diffusion de ces mythes aussi bien dans la Chalcidique que sur le pourtour du golfe Thermaïque.

M. Tiverios, St. Gimatzidis, « Ανασκαφικές έρευνες στη διπλή τράπεζα της Αγχιάλου κατά το 2002 », AErgoMak 16 (2002) [2004], p. 229.

10307.13 – LétéXVIeÉphorie des antiquités préhistoriques et classiques – Énumération des trouvailles relatives aux cultes de la cité antique de Lété et de sa région connues jusqu’à présent : (a) statères en argent de la fin de l’époque archaïque au type du Silène ithyphallique tenant une Nymphe, attribués au monnayage de Lété; (b) sanctuaire de Déméter et de Korè, auxquelles était associée Artémis, situé sur la colline Assar; (c) inscriptions, sculptures et protomés provenant de Lété et de sa région et attestant le culte de la Mère des dieux, d’Enodia, des divinités égyptiennes et de Dionysos; (d) fragments de figurines d’aigles, sans doute relatifs au culte de Zeus Hypsistos, provenant d’un complexe à caractère agricole d’époque impériale sur la pente E de la colline Néboïs Koula, près de la ville antique; (e) inscription mentionnant l’association cultuelle des Asianoi, liés au culte de Dionysos et attestés à Lété après la conquête romaine.

K. Tzanavari, K. Filis, « Έρευνες στον οικισμό και τα νεκροταφεία της αρχαίας Λητής », AErgoMak 17 (2003) [2005], p. 155, 159, 162, 164, 166, fig. 9, 15.

10407.14 – Oréokastro, site de « Paliokastro »IXeÉphorie des antiquités byzantines – Mention d’une représentation du fleuve Échédoros (Gallikos) et probablement aussi d’Axios en compagnie de Poseidon sur un char avec une Nymphe dans les tableaux d’une mosaïque de villa rurale d’époque paléochrétienne. Ces mosaïques reproduisent sans doute des modèles plus anciens et conservent peut-être le souvenir de cultes de divinités fluviales locales et de Poseidon.

E. Marki, S. Akrivopoulou, « Ανασκαφή αγρέπαυλης στο Παλιόκαστρο Ωραιοκάστρου », AErgoMak 17 (2003) [2005], p. 285-286, fig. 5.

10507.15 – ThessaloniqueUniversité d’Erfurt – L’A. a eu l’occasion d’étudier un carnet personnel de l’archéologue allemand Hans von Schoenebeck connu pour ses recherches sur le plan urbain de Thessalonique à l’époque romaine et sur l’arc de Galère. Le carnet, conservé au Deutsches Archäologisches Institut à Berlin, a été rédigé en 1939, lors de la fouille de Einar Dyggve dans le complexe galérien. Hans von Schoenebeck décrit entre autres la fouille contemporaine de S. Pelekidis et de Ch. Makaronas dans une partie du sanctuaire des divinités égyptiennes. Les notes font référence au temple à abside avec crypte, connu par une chronique de Makaronas et surtout par une maquette en plâtre au Musée archéologique de Thessalonique. L’A. de l’étude présente quelques conclusions : (a) La construction des murs du temple à abside rappelle celle des édifices du complexe galérien, ce qui invite à le dater dans la même période. Isis et Sarapis sont d’ailleurs représentés sur l’arc de Galère comme protecteurs de la Tétrarchie. À vrai dire la nouvelle datation proposée est sujette à caution, car elle repose sur des indications peu précises. (b) L’autel circulaire du Musée archéologique de Thessalonique (n° d’inv. 986), remployé comme base d’une statue d’Isis Orgia, pourrait être identifié, selon von Schoenebeck, avec un autel trouvé à l’intérieur du temple. L’emplacement de cette base près du mur S-E de la cella fait penser que la statue qu’elle supportait n’était pas seule, mais qu’elle avait été ajoutée à une autre qui existait déjà dans le temple. Le problème de la divinité principale reste ouvert; toutefois certains indices favorisent Isis Orgia.

Chr. Steimle, « Neue Erkenntnisse zum Heiligtum der Ägyptischen Götter in Thessaloniki. Ein unveröffentlichtes Tagebuch des Archäologen Hans von Schoene­beck », AErgoMak 16 (2002) [2004], p. 291-306.

10607.16 – KalindoiaXVIeÉphorie des antiquités préhistoriques et classiques – La destruction provoquée, en 1998, par le labour mécanique a mis au jour des membres architecturaux et des sculptures provenant d’un édifice public d’époque romaine. À ces découvertes, il faut joindre une statue cuirassée du Musée archéologique de Thessalonique (n° d’inv. 2663) et un décret honorifique du ier s. ap. J.-C. (n° d’inv. 6921), trouvés jadis au même endroit et attes­tant la présence du culte impérial. La fouille menée en 2003 a mis au jour des restes de constructions appartenant à trois phases, dont la plus importante est la dernière qui date de l’époque impériale. Deux salles s’ouvrant sur un portique ont été dégagées. La première, au N, de forme carrée, était pouvue d’un banc en angle supportant des bases de statues, sans doute d’empereurs divinisés. Dans cette salle furent trouvés des fragments de statues en marbre, d’un petit autel et d’inscriptions ainsi qu’une base de statue en bronze avec inscription votive à Trajan qui, avec une autre, fragmentaire, permet de fixer les limites chronologiques de l’édifice entre 79 et 115 ap. J.-C. Les trouvailles monétaires montrent que celui-ci était en fonction de la fin du ier au milieu du iiie s. ap. J.-C. La découverte la plus importante faite dans la deuxième salle, au S, était celle d’une tête d’Athéna au casque corinthien. Les trouvailles des deux salles ainsi que celles anté­rieures à la fouille confirment la présence des cultes de Zeus, de Dea Roma et de l’empereur, déjà attestés par le décret honorifique mentionné ci-dessus. Trois fonda­tions de bases dégagées devant l’édifice supportaient proba­blement des monuments votifs.

K. Sismanidis, « Ναός αυτοκρατορικής λατρείας στα αρχαία Καλίνδοια », AErgoMak 17 (2003) [2005], p. 143-154.

10707.17 – AphytisXVIeÉphorie des antiquités préhistoriques et classiques – Mention d’une monnaie d’Aphytis portant sur le droit la figure d’Apollon Karneios, avec un aigle sur le revers, attestant le culte de cette divinité. La monnaie provient d’un édifice circulaire de la ville datant de la fin de l’époque classique.

B. Missailidou-Despotidou, « Άφυτις 2003. Ανασκαφική έρευνα στην αρχαία πόλη και το νεκροταφείο της », AErgoMak 17 (2003) [2005], p. 329.

10807.18 – Kallithéa (préfecture de Chalcidique)XVIe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques – Les A. présentent les résultats de leurs fouilles dans trois terrains situés au N du sanctuaire de Zeus Ammon, dans le village moderne de Kallithéa, au S d’Aphytis. Cette recherche a montré que la première occupation du site remonte au début de l’âge du Fer. Les principaux édifices du sanctuaire, le temple de Zeus Ammon et une stoa repérée dans la couche la plus profonde, furent construits dans la 2e moitié du ive s. av. J.-C. La stoa formait la limite N du sanctuaire. Le temple fut partiellement détruit, de même que la stoa, au début du iiie s. av. J.-C.; il fut ensuite réparé et resta en fonction jusqu’à la fin de l’époque romaine. La stoa, quant à elle, fut abandonnée et pillée. Au N du sanctuaire il y a des constructions utilitaires du ier et du iie s. ap. J.-C. (four, thermes, etc.). Le sanctuaire fut définitivement détruit au ive s. ap. J.-C. et sa partie N a servi comme cimetière à l’époque byzantine.

E.B. Tsigarida, S. Vasileiou, « Καλλιθέα Χαλκιδικής 2003. Ανασκαφική έρευνα στα οικόπεδα 145, 146, 147 », AErgoMak 17 (2003) [2005], p. 335-342.

10907.19 – Mont AthosXe Éphorie des antiquités byzantines – Les A. ont entrepris d’inventorier les antiquités dans les collections des monastères du Mont Athos, dont la plus grande partie provient de possessions extérieures (métochia) de ces monastères, surtout en Chalcidique. Un certain nombre de ces antiquités se rapportent à des cultes. Nous en mentionnons les principales : (1) Inscriptions et autres trou­vailles du sanctuaire de Dionysos et de Zeus Ammon près d’Aphytis conservées au monastère de Agios Panteleimon. (2) Reliefs et inscriptions provenant de la région de Potidaia-Cassandreia conservées dans le monastère Docheiariou. (3) Relief votif dans la collection du monastère de Chilandar. (4) Relief votif à Artémis Agrotera encastré au dessus de l’entrée du réfectoire du monastère de Megisti Lavra. (5) Pilier hermaïque encastré dans un mur du monastère de Kastamonitou.

I. Papangelos, S. Paliobeis, « Προχριστιανικές αρχαιότητες στον Άθω », AErgoMak 16 (2002) [2004], p. 399-401, fig. 8, 10.

11007.20 – AmphipolisXVIIIe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques – Une maison du ive s. av. J.-C. dans la ville d’Amphipolis paraît avoir abrité, pendant ses phases tardives (aux époques hellénistique et romaine), des cultes domestiques. Des restes de foyers dans la cour et dans le portique S ainsi qu’un petit autel témoignent de l’accomplissement d’actes rituels. Les fouilleurs interprètent une niche dans la partie S de la cour centrale (salle 4) comme espace dédié à un culte dome­stique, probablement celui de Cybèle. Ici et dans des pièces avoisinantes ont été trouvées des figurines de Cybèle, un petit autel, une statuette d’Artémis d’époque hellénistique, une lamelle d’or provenant d’un pendentif avec représen­tation d’Artémis Tauropolos et un torse de statuette d’Asclépios, également d’époque hellénistique. À l’occasion de cette découverte, les A. rappellent l’existence de niches au lieu-dit Koukles, près de la Porte E du rempart oriental d’Amphi­polis, dont une contenait des figurines de Cybèle. Ce lieu a été interprété comme un sanctuaire en plein air de Cybèle et d’Attis. Le culte d’Artémis est, lui aussi, bien attesté. La déesse est connue à Amphipolis avec les épiclè­ses Eileithyia, Tauropolos, Phosphoros, Bendis. Une statuette masculine en marbre représente probablement Asclépios, dont le culte est connu à Amphipolis, où le prêtre du dieu était éponyme.

 P. Malama, A. Salonikios, « Οικιστικά κατάλοιπα από την αρχαία Αμφίπολη. Σωστική ανασκαφή στο οικόπεδο Δ. Κυπριανίδη », AErgoMak 16 (2002) [2004], p. 150-155, fig. 6-11.

11107.21 – PhilippesUniversité d’Erfurt – Dans le cadre d’un programme de recherche sur la religion en Macédoine et en Thrace à l’époque romaine financé par la Deutsche Forschungsgemeinschaft, l’A. a étudié le culte des divinités égyptiennes à Philippes, dont le sanctuaire se trouve sur la pente O de la colline de l’acropole, près de la Basilique C, un peu à l’écart par rapport aux autres édifices de l’enceinte fortifiée. Il s’agit d’un édifice oblong dédié au culte d’Isis, de Sarapis et d’Harpocrate et peut-être aussi de Télesphoros. Osiris et Anubis ne sont pas attestés. Nous ignorons quand le culte des divinités égyptiennes a été introduit à Philippes. En tout cas, il comptait parmi les plus importants de la cité à l’époque romaine. L’épigra­phie de la ville a livré de nombreuses dédicaces à Isis, Sarapis et Horus-Harpocrate (parfois associés à l’empereur ou à la colonie romaine de Philippes) à partir du iie s. av. J.-C., dont certaines ont été faites par des personnages de haut rang. Il y avait aussi des associations cultuelles des divinités égyptiennes. Dans deux cas, Isis porte l’épithète Regina.

Ch. Tsochos, « Το ιερό των Αιγυπτίων θεών και η λατρεία τους στους Φιλίππους μέσα από το επιγραφικό υλικό. Πρώτες παρατηρήσεις », AErgoMak 16 (2002) [2004], p. 83-94.

112– Dans le cadre du même programme de recherche, l’A. rassemble des témoignages litté­raires et surtout archéologiques sur les cultes de Philippes. La ville, située sur la via Egnatia, a connu un grand essor aux iie et iiie s. ap. J.-C. Les habitants étaient pour la plupart des vétérans de l’armée romaine, mais aussi des Grecs et des Thraces. En raison de cette diver­sité, au moins 35 noms de divinités avec de nombreuses épithètes sont connus dans la cité et son territoire. Le culte impérial est attesté par des inscriptions. La présence du capitole de la colonie et du culte de Jupiter près de la Basilique A est confirmée par le matériel épigra­phique. La « maison des fauves », à l’O de la Basilique B, est souvent considérée comme un lieu de culte du Dionysos romain, Liber Pater, de sa compagne Libera et d’Héraclès. Des associations dionysiaques et la fête des Rosalia sont connues par des inscriptions. Le culte des divinités égyptiennes a fait l’objet d’une communication à part (voir ci-dessus). Un autre aspect de la vie religieuse de Philippes nous est révélé par les reliefs rupestres de l’acropole. Ces reliefs portent des représentations d’Artémis-Diane, de la Bendis thrace, d’Athéna-Minerve, de Cybèle, d’Isis, de Jupiter, de Dionysos, de Silvanus, du « Cavalier Thrace »; ils sont souvent accompagnés d’inscriptions. Ces reliefs sont des témoignages d’une religiosité populaire.

Ch. Tsochos, « Η θρησκευτική τοπογραφία των Φιλίππων κατά το 2ο και 3ο αι. μ.Χ. »,
AErgoMak 17 (2003) [2005], p. 71-85.

08. Thrace (partim) (Emmanuel Voutiras et Kalliopi Chatzinikolaou)

11308.01 – MaronéeXIXeÉphorie des antiquités préhistoriques et classiques – Référence au matériel épigraphique de Maronée, gisant parmi les ruines de la ville antique ou remployé dans les maisons de l’agglomération moderne. On y trouve entre autre des témoignages sur le culte de Zeus, de Dionysos, de Maron, fondateur mythique de la ville, et de Dea Roma.

N. Kokkotaki, « Ρωμαϊκή Μαρώνεια. Έρευνα και ανάδειξη », AErgoMak 17 (2003) [2005], p. 14, 19 fig. 11-15.

11408.02 – Mikri Doxipara-ZonéXIXeÉphorie des antiquités préhistoriques et classiques – Parmi les trouvailles provenant d’une sépulture de femme à incinération datant du iie s. ap. J.-C. il y a lieu de mentionner : (a) une feuille d’or ornant un anneau et portant une représentation d’Aphrodite armée (peut-être Venus Victrix); (b) un Attis aux vêtements orientaux, tenant des raisins et ayant les organes génitaux découverts, qui ornait les charnières en bronze d’un coffret en bois.

D. Triantaphyllos, D. Terzopoulou, « Άμαξες και καύσεις νεκρών στον τύμβο της Μικρής Δοξιπάρας-Ζώνης του Δήμου Κυπρίνου », AErgoMak 17 (2003) [2005], p. 5.

09. Îles de l’Égée (partim) (Alexis D’Hautcourt et Natacha Massar)

11509.01 – Astypalaia (Kylindra)XXeéphorie des antiquités préhistoriques et classiques (Maria Michalaki-Kollia) – Plus de 2100 inhumations de bébés ont été trouvées dans un cimetière; elles s’échelonnent de la fin de l’époque géométrique à la période romaine. L’analyse des squelettes a été confiée à l’équipe de S. Hillson (University College London). Les fouilleurs se demandent s’il pourrait s’agir d’un sanctuaire d’Artémis Locheia ou d’Ilithyie.

J. Whitley, AR 2004-2005 (2005) p. 97, qui cite Eleftherotypia 12/7/2004; id., AR 2005-2006 (2006), p. 101. Voir aussi S. Hillson, « Investigating Ancient Cemeteries on the Island of Astypalaia, Greece », Archaeology International 5 (2001/2), p. 29-31 et la page Internet de S. Hillson : http://www.ucl.ac.uk/​archaeology/​staff/​profiles/​hillson.htm (consultée le 18 mai 2007).

11609.02 – Kos– Mosaïques trouvées lors de fouilles anciennes (1900-1945) – D.M. publie 82 mosaïques d’époque romaine (Haut et Bas Empire), la plupart inédites, qui avaient été trouvées par R. Herzog et lors des fouilles italiennes entre 1912 et 1945. Certaines sont conservées in situ (parfois enterrées pour des raisons de conservation), d’autres dans les musées de Kos, Rhodes et Istanbul, et 13 d’entre elles n’ont pu être localisées. D.M. a mené des recherches en archives et examiné personnellement toutes les mosaïques, ce qui lui a permis de défaire certains assemblages abusivement formés lors de restaurations et présentés dans les musées et, inversement, de recomposer les contextes archéologiques de mosaïques actuellement séparées. Le catalogue est complet, très clair et pratique; des tableaux, p. 235-252, en résument utilement les résultats. Les illustrations (102 planches) sont abondantes et de qualité. Il n’est pas possible de détailler ici toutes les richesses de ce livre (notamment les analyses techniques et stylistiques), et nous nous contentons de signaler quelques points particulièrement intéressants pour la Chronique. D.M. reconnaît toujours lors de ses descriptions et analyses que plusieurs niveaux de lecture de ces images sont possibles en même temps. Par exemple, la « Mosaïque du jugement de Pâris », par son programme iconographique, peut être interprétée comme une invitation à la recherche du beau par l’éducation, tout en mettant en valeur Dionysos ainsi que le culte de l’empereur. Elle est semblable à d’autres mosaïques de l’Orient romain (à Apamée, Palmyre ou Chypre) au programme philosophique et esthétique complexe. Les mosaïques de la « Casa del Sileno » sont peut-être à associer à un autel ou un pilier hermaïque dans le même édifice. L’étude de la mosaïque de la « Chapelle d’Héraclès » donne l’occasion d’une analyse approfondie des différents cultes d’Héraclès à Kos, dont D.M. montre le dynamisme et l’évolution depuis l’époque hellénistique, en ses différentes formes et avec ses rites particuliers (par exemple, le travestissement des hommes lors de cérémonies de mariage). La mosaïque de la « Casa del Mosaico di Esculapio » montre Asclépios accueilli à Kos par Hippocrate, et D.M. reprend l’hypothèse séduisante selon laquelle l’édifice aurait servi de siège à la corporation des médecins de Kos et au génos des Asclépiades. Un culte à Hippocrate pourrait y être envisagé. Mentionnons aussi l’interprétation de la mosaïque 63 : ce serait une scène de Gigantomachie, qui voit Poséidon jeter vers le géant Polybotes un rocher arraché à Kos, rocher qui se transforme en l’île de Nisyros. Dans ses conclusions, D.M. montre bien comment les élites de Kos sous l’Empire ont essayé de faire revivre les mythes de l’île et s’intègrent ainsi au courant de la seconde sophistique de mise en valeur du passé local des cités grecques (à ce propos, voir aussi ChronARG [2006] 09.04). Voici les principales scènes mythologiques figurées, regroupées par contexte archéologique :
1: Jugement de Pâris, triomphe de Dionysos, Apollon et les Muses, thiase dionysiaque. 26 : enlèvement d’Europe. 34, 35, 36 : Orphée entouré d’animaux, banquet d’Héraclès, person­nages ityphalliques. 55, 68, 82 : arrivée d’Asclépios à Kos, Amours, Néréides. 70, 71 : Orphée entouré d’animaux. 64, 65 : Éros à la pêche.

L.M. De Matteis, Mosaici di Cos, dagli scavi delle missioni italiane e tedesche (1900-1945), Athènes, 2004 (Monografie della Scuola archeologica di Atene e delle missioni italiane in Oriente, 17).

11709.03 – Kos – HalasarnaUniversité d’Athènes (2001-2002) – Il se peut que l’espace devant le bâtiment Γ, sans doute un temple de la haute époque hellénistique, soit resté inoccupé tant que le bâtiment était exploité. Après l’abandon du temple, on semble y avoir érigé une banquette et une base d’offrande avec un bothros.

BCH 127 (2003), p. 1054.

118– Publication des inscriptions trouvées au sanctuaire d’Apollon.

G. Kokkorou-Alevra, Halasarna I. Les inscriptions (en grec, avec un résumé en anglais), Athènes, 2004.

11909.04 – Kos – Herakles, PsalidiXXeéphorie des antiquités préhistoriques et classiques – Fouilles qui ont mis au jour les restes d’un sanctuaire en plein air, en usage du xiiie au ve s. av. J.-C. Parmi les offrandes, on a retrouvé de nombreuses figurines animales (taureaux et chevaux) et des figurines de divinités féminines.

J. Whitley, AR 2005-2006 (2006), p. 102, qui cite To Vima 08/09/2005 et Kathimerini 08/09/2005; voir ChronARG (2003) 09.10.

12009.05 – Rhodes (ville de Rhodes)XXeéphorie des antiquités préhistoriques et classiques – Secteur O, Odos Enoplon Dynameon : découverte, lors d’une fouille de sauvetage, d’une tête en marbre de Dionysos (avec couronne de lierre). Secteur S, au croisement de Romanou tou Melodou et de Agion Anargyron, endroit identifié comme étant l’Asclepieion de Rhodes : découverte de bases de statues en marbre, dont une dédicace à Asclépios. Au croisement des rues Dimokratias et Komninon, découverte d’une statue du type de l’Aphrodite d’Arles.

X. Phantaoutsaki, AD 53 (1998), B’3 [2004], p. 933-935; A. Dreliosi-Erakleidou, ibid. p. 941-942; J. Whitley, AR 2004-2005 (2005), p. 98.

12109.06 – Rhodes (près du rempart de la ville) – Étude de foyers cultuels en l’honneur de Zeus Milichios (inscription sur un bloc de poros travaillé en bâtière; iiie s. av. J.-C.)

M. Filimonos-Tsopotou, Η ελλενιστική σχυρωσή της Ρόδου,Athènes, 2004, p. 156-163 (non vidi), cité par M. Sève, Bull. ép. 2005, 106.

12209.07 – Rhodes (nécropole orientale)XXeéphorie des antiquités préhistoriques et classiques –Nous ne détaillons pas les nombreuses fouilles de nécropoles à Rhodes. Signalons cependant la découverte dans trois ostéothèques hellénistiques d’une matière rouge sur les os calcinés. Ces traces ont été interprétées par X.P. comme des traces de tissus. Ces ostéo­thèques, placées dans des cavités fermées alignées, étaient couvertes d’un monument unique, peut-être aménagé en deux temps. Contre sa paroi orientale, quatre hydries à usage cinéraire ont été découvertes, fermées par de petits vases (petites phiales, etc.) et posées sur des restes calcinés. X.P. interprète ces derniers comme des restes de bûcher, ce qui paraît peu plausible vu leur position.

X. Phantaoutsaki, AD 53 (1998), B’3 [2004], p. 948-950; J. Whitley, AR 2004-2005 (2005), p. 99.

12309.08 – Rhodes (Pylona)XXeéphorie des antiquités préhistoriques et classiques – Publication soignée et richement illustrée de la fouille de sauvetage d’une petite nécropole (6 caveaux de famille), endommagée par des travaux agricoles, menée par l’Éphorie en 1993. Toutes les tombes sont orientées vers le N et sont constituées d’un long dromos, d’un stomion couvert et de chambres souterraines creusées dans le rocher. Il se peut que ce soient toutes des tombes familiales. La nécropole semble avoir été en usage du début de l’HR IIIA2 à l’HR IIIIC. Tous les squelettes ont les pieds vers la porte. Le matériel funéraire est présenté de façon détaillée et finement analysé. On a notamment retrouvé de la céramique (jarres et alabastres) qui devait contenir l’huile et les parfums nécessaires au traitement des cadavres avant leur inhumation, des perles de faïence qui ont peut-être décoré des linceuls, et des contenants en céramique (vases-paniers) (d’après K., pour les offrandes alimentaires avant un voyage funé­raire). Un rhyton pourrait être un exemple de « poterie sacrifiée » puisqu’on semble en avoir volontairement coupé le fond et mutilé une partie de la décoration. Des fragments de vases à boire trouvés dans le dromos ainsi que d’autres objets comme des louches, une mouvette en bois ou des rhytons sont interprétés comme des restes de libations et de cérémonies accom­plies avant la fermeture des tombes. On a également retrouvé des poignées de torches (ou des bobèches) et des encensoirs, qui ne portent pas de trace de combustion, ce qui laisse penser qu’ils n’ont jamais été utilisés ou qu’ils n’ont été employés qu’une seule fois, à l’occasion des funérailles. Sur un crâne, on a retrouvé les restes d’un bandeau noué autour du menton, signe d’une pratique funéraire encore vivante aujourd’hui. Parmi les objets plus rares, relevons un groupe miniature de chariot et deux rhytons. Un rhyton figuré, trouvé dans la tombe 1, est exceptionnel pour cette époque en ce qu’il montre, dessiné, un « Maître des animaux », ceint d’un diadème, entouré de bucranes en relief. Par chance, on a aussi retrouvé un diadème similaire dans la tombe 3, identifiée comme la tombe d’un guerrier. On a repéré aussi des objets personnels, comme une épée avec les ossements d’un grand homme (tombe 3) ou un « cooking-pot », ce qui est rare en contexte funéraire, avec les restes d’une vieille femme. P. 114-116 sont analysés les restes de textiles calcifiés attachés à trois vases, textiles (en lin ?) qui, d’après D. De Wild, ont servi à fermer une cruche et deux jarres. Il nous semble que ces textiles ont plutôt servi à emballer un bouchon en matière périssable ou à emballer tout le vase, puisque on les retrouve aussi sur les poignées.

E. Karantzali et al., The Mycenaean Cemetery at Pylona on Rhodes, Oxford, 2001 (BAR International Series, 988).

12409.09 – Rhodes (Kamiros) – C.B. présente un catalogue de 82 objets en bronze, 5 en argent, 2 de fer et 1 de plomb, trouvés lors des fouilles de G. Jacopi en 1930 et 1933 sur la terrasse de l’Acropole et au temple A que celle-ci domine. Ces trouvailles avaient déjà été publiées, en compagnie des objets de céramique, dans la revue Clara Rhodos 6 et 7 (1932-1933), p. 343-356, n° 1-67, fig. 76-83. Cette nouvelle étude se justifiait sans doute dans le cadre d’une thèse de spécialisation de la Scuola Archeologica di Atene, profitant du progrès des connaissances archéologiques, en particulier des autres sites rhodiens de Lindos et Ialysos. Cependant, la publication sous forme de monographie est décevante. En effet, en premier lieu, les conclusions concernant les objets apportent peu : il existait à Kamiros, à la fin de l’époque géométrique, une production d’objets de bronze locale; les influences syro-anatoliennes étaient fortes, à cause de la position géographique et de l’histoire culturelle et politique de l’île de Rhodes. Deuxièmement, l’analyse du lieu de découverte soulève nombre de questions. Le titre même du livre ne correspond pas au contenu puisque les objets pré­sentés ne proviennent pas d’un unique dépôt votif : ils sont le résultat de découvertes dispersées. L’identification du temple A basée sur l’étude de ces objets nous paraît problé­matique. C.B. propose que le sanctuaire ait été dédié à Athana Kameiras parce que le matériel qu’elle publie est riche en parures féminines et en offrandes apparemment liées à des occupations professionnelles. Toutefois, elle ne tient pas compte de la seule inscription gravée sur un des objets étudiés, à savoir une dédicace à Apollon (cat. n° 12 : SEG 12, 364). Elle ne propose pas non plus de réflexion sur le fait que ce temple A représenterait un doublon avec celui situé au sommet de l’Acropole, assurément dédié à Athana Kameiras. Enfin, en l’absence de stratigraphie, comme on l’a dit, il est risqué de postuler la cohérence du lot pris en considération. Les 90 objets du catalogue sont reproduits en photo noir et blanc et presque tous bénéficient d’un dessin par C.B. Signalons quelques objets exceptionnels : N° 1 : cils de statue humaine grandeur nature (époque classique; datation par compa­raison avec des fragments de l’« atelier » de Phidias à Olympie); 87 : contour d’œil, en argent, provenant d’un masque (?); 2-5 : jambes de coq (parallèles uniquement à Samos; première moitié du viiie s.).

C. Bernardini, I bronzi della stipe di Kamiros, Athènes, 2006 (Monografie della Scuola archeologica di Atene et delle missioni italiane in Oriente, 18).

12509.10 – Rhodes (fouilles anciennes) – Parution d’un volume du CVA consacré à Rhodes.

A.A. Lemos, Rhodes. Archaeological Museum, Attic Black Figure, CVA Greece Fascicule 10, Athènes, 2007 (Rhodes Archaeological Museum, Fascicule 1) (non vidi).

10. Crète (Didier Viviers)*

  • * Cette chronique fait suite à celle parue dans Kernos 17 (2004), p. 268-277 [citée ChronARG (2004)]; (...)

12610.00 – Généralités

127– L. Sjögren publie la thèse qu’elle a soumise en 2001 à l’Université de Stockholm sur l’organisation et le développement des cités crétoises aux viiie, viie et vie s. av. J.-C. Je me permets de renvoyer, pour une recension plus détaillée et critique, au compte rendu que j’en ai proposé dans Gnomon (à paraître). Je rappellerai ici simplement que le chapitre 4 de cet ouvrage est consacré aux lieux de culte qui sont également repris, sous une entrée souvent spécifique, dans l’inventaire général des sites fourni dans la 2e partie du volume (p. 113-181). L’A. recourt à quatre critères pour définir le caractère cultuel des vestiges qu’elle analyse : la présence d’objets votifs, celle de statues de culte, de bâtiments cultuels et d’activités sacrifi­cielles. Elle passe donc en revue chacune de ces catégories pour en quantifier la présence dans les sites crétois des viiie-vie s. Elle tente ensuite d’établir une typologie fondée sur la localisation de ces cultes, sur leur environnement (ville, site isolé…) et, enfin, sur le type d’activités que l’on peut y détecter. Elle en déduit que la plupart des sites cultuels ont un caractère urbain ou sub-urbain (mais voir Prent 2005, infra); elle confirme leur développement tout particulier au viie s. Quant aux cultes extra-urbains, ils sont pratiqués prioritairement dans des endroits à ciel ouvert ou dans des grottes, même si certains bénéficient de réels aménagements architecturaux. L’image générale qui s’en dégage est celle d’une extrême stabilité des pratiques cultuelles crétoises du viiie au vie s. On notera également l’absence de preuves d’un déclin au vie s. av. J.-C., contrairement à ce que l’on a souvent prétendu. L’A. tente aussi de définir la nature privée ou publique des cultes pratiqués dans l’île. Elle souligne la rareté relative des offrandes personnelles dans les bâtiments cultuels implantés en zone urbaine, tandis que la plupart des cultes en dehors des « agglomérations » auraient été accessibles à une large partie de la population, même s’il s’agit éventuellement de groupes particuliers (hommes, femmes,…). La question difficile des structures à fonction « commu­nau­taire » est également abordée, selon un principe qui prône la multifonctionnalité des espaces archaïques. Dès lors, on comprend que l’A. ne décèle guère de véritable changement entre le viiie et le vie s. et associe systématiquement les bâtiments qui ont pu accueillir des repas communs à des activités cultuelles. Elle leur dénie l’appellation de « temple » et pro­pose de les désigner de l’appellation « buildings with cultic connotations and communal use » (p. 64). Ce n’est pas ici le lieu de critiquer en détail certaines interprétations ou lectures archéologiques proposées dans cet ouvrage. Le catalogue des sites (p. 113-181) suivi de deux appendices permettra aisément au lecteur de retrouver les lieux de cultes en activité entre 800 et 500 av. J.-C. Comme aucune nouvelle trouvaille n’est mentionnée, on se dispensera de renvoyer systématiquement à cet ouvrage dans les notices qui suivent.

L. Sjögren, Cretan Locations. Discerning site variations in Iron Age and Archaic Crete (800-500 B.C), Oxford, 2003 (BAR International Series, 1185).

128– C’est aussi sa thèse de doctorat, soutenue à l’Université d’Amsterdam en 2003, que publie M. Prent dans la série Religions in the Graeco-Roman World chez l’éditeur Brill. Avec l’ouvrage de K. Sporn (cf. ChronARG [2004], 10.00), nous disposons ainsi d’une étude complète des sanctuaires et cultes de la fin de l’âge du Bronze à la fin de l’époque hellénistique. À nouveau, on ne peut ici faire le compte rendu précis de cette riche publication qui prend également soin d’intégrer l’archéologie cultuelle dans l’histoire générale du processus de formation des poleis crétoises. Le livre s’ouvre sur un chapitre introductif qui pose, notam­ment, les critères de reconnaissance archéologique des lieux de cultes. Le chapitre II est consacré à l’historiographie de la Crète de la première moitié du Ier millénaire av. J.-C. avant que, dans le chapitre III, le catalogue des sanctuaires et cultes pour le MR IIIC et le Sub­minoen (ca 1200-970 av. J.-C.) soit dressé (32 sites). L’A. analyse également dans ce même chapitre les équipements cultuels et les offrandes avant de s’intéresser plus précisément à la typologie des sanctuaires (urbains et extra-urbains). Ensuite, le chapitre IV aborde les sanc­tuaires et cultes des époques proto-géométrique, géométrique et orientalisante (ca 970-600 av. J.-C.) dont 2 catalogues sont fournis : celui des sanctuaires urbains et suburbains (49 sites) et celui des sanctuaires extra-urbains (21 sites). Ici aussi, l’A. examine les équipements cultuels et les offrandes, avant d’évoquer l’image de la « déesse-aux-bras-levés », les temples à foyer, l’émergence des sanctuaires suburbains en relation avec l’articulation sociale des cités, l’implantation des sanctuaires sur des vestiges de l’âge du Bronze et enfin le rôle des grottes et des cultes en plein air dans l’émergence des sanctuaires interrégionaux. L’ouvrage s’achève sur un chapitre de conclusion qui reprend notamment les problèmes de continuité et rupture. C’est là désormais un outil indispensable pour l’archéologie cultuelle en Crète entre 1200 et 600 av. J.-C. tant par la précision des données que par leur exhaustivité. Comme pour l’ouvrage de Sjögren, on se dispensera de renvoyer aux commentaires de Prent dans les notices qui suivent.

M. Prent, Cretan Sanctuaries and Cults. Continuity and Change from Late Minoan IIIC to the Archaic period, Leiden, 2005 (RGRW, 154).

129– D. Lefèvre-Novaro réexamine les traces archéologiques de « réoccupation » de quelques tombes de l’âge du Bronze en Crète aux viiie et viie s. av. J.-C. (Achladia, Mochlos, Kamilari…). Il y aurait là les indices d’un rite religieux qui, en transformant ces anciennes tombes en marqueurs historiques du territoire, est associé par l’A. à l’émergence de la polis.

D. Lefèvre-Novaro,«Les offrandes d’époque géométrique/orientalisante dans les tombes crétoises de l’âge du bronze : problèmes et hypothèses », Creta antica 5 (2004), p. 181-197.

130– E. Pappadarlo réexamine une série d’ivoires orientaux, essentiellement issus de la grotte de l’Ida, mais également de Cnossos et de la grotte d’Ilithye à Tsoutsouros/Inatos (cf. Chron­ARG [2004] 10.14) dont elle dresse le catalogue et dont elle livre une étude approfondie.

E. Pappadarlo,« Avori orientali da Creta. Il ruolo di Creta nella distribuzione degli avori nel Mediterraneo orientale », Creta antica 5 (2004), p. 205-247.

131– P. Perlman reprend l’analyse des premiers textes juridiques crétois, gravés sur les parois des temples. Elle note la diversité de leur formulaire, mais aussi de leur implantation topographique, élément qui lui fait penser que c’est le rapport à Apollon qui justifie le choix du lieu d’exposition de ces textes.

P.J. Perlman,«Writing on the Walls. The architectural context of Archaic Cretan Laws », in L.P. Day, M.S. Mook, J.D. Muhly (éds), Crete Beyond the Palaces: Proceedings of the Crete 2000 Conference, Philadelphia, 2004 (Prehistory Monographs, 10), p. 181-197.

132– S. Ducaté-Paarmann, dans un article consacré à l’image de la femme enceinte dans l’art grec, évoque plusieurs documents crétois du viie s. av. J.-C., retrouvés dans la grotte de Tsoutsouros/Inatos, dans le temple rural de Pachlitzani Agriada ou Makellos à Kavousi (cf. infra 10.27) ainsi qu’à Lato.

S. Ducaté-Paarmann, « Images de la grossesse en Grèce ancienne. Réflexions sur les modes de pensées et de comportements à l’égard du corps enceint », OAth 30 (2005), p. 35-53 (spéc. p. 39-40).

133– On mentionnera enfin la sortie de presse, en 2006, des actes du IXe Congrès crétologique international qui s’était tenu à Élounda du 1er au 6 octobre 2001. Nous épinglerons ci-dessous les communications qui touchent aux pratiques cultuelles d’un site particulier, mais on notera ici la présentation de synthèse, très utile, sur la bibliographie consacrée à la Crète, par Ch. Kritzas (t. introductif, p. 169-192) ainsi que la contribution de L. Sjögren (t. A5, p. 147-156) sur la réoccupation – y compris à des fins cultuelles – d’anciens site de l’âge du Bronze à partir de la fin de l’époque géométrique.

Πεπραγμενα Θ´ διεθνούς κρητολογικού συνεδρίου, Ελούντα, 1-6 Οκτωβρίου 2001, 10 vol., Héraklion, 2006.

13410.01 – Tsiskiana (Sélinou) XXVe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques – Sur les travaux menés en 1997 et 1998 et mentionnés dans ChronARG (2004), 10.01, on verra désormais V. Niniou-Kindeli, AD 53 (1998) B’3 [2004], p. 868-869.

13510.02 – ChaniaXXVe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques – Sur la fouille d’urgence menée en 1998, entre les rues Skalidis, du Pirée et du Métropolite Cyrille (ChronARG [2004] 10.02), voir désormais St. Markoulaki, AD 53 (1998) B’3 [2004], p. 862.

13610.03 – AptèreXXVe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques – La presse grecque rapporte la découverte de deux grandes tombes hypogées, exceptionnellement préservées, des ier-iie s. ap. J.-C., pillées au vie-viie s., qui constituent une extension de l’herôon que l’on signalait dans ChronARG (2004), 10.04.

J. Whitley, AR 2005-2006 (2006), p. 111.

13710.04 – Onithé Goulediana – K. Psaroudakis livre une étude de synthèse du site dans laquelle il mentionne une krepis de temple en calcaire.

K. Psaroudakis, « Ονιθέ Γουλεδιανών· Νέα ματιά στα ίχνη μιας αρχαίας Κρητηκής πόλης », Κρητική Εστία 10 (2004), p. 9-50 (mention aux p. 26-27).

13810.05 – Axos – G. Aversa et M.Ch. Monaco reprennent, à travers les anciennes publications et les archives, l’examen des fouilles archéologiques italiennes de 1899 (F. Halbherr) et plus particulièrement des deux lieux de culte connus, sur l’acropole et dans la ville-basse. Sur l’acropole, les fragments d’inscriptions archaïques sont rapportés aux vestiges du temple que, pour cette raison, les A., contre l’ancienne hypothèse de M. Guarducci qui voulait y reconnaître un temple à Athéna, proposent d’attribuer à un Apollon Pythien. Le temple de la ville basse serait, quant à lui, le domaine d’Aphrodite. Les deux A. établissent l’ensemble des données archéologiques dont nous disposons aujourd’hui à propos de ces deux sanctuaires.

G. Aversa, M. Ch. Monaco, « Όαξος· Νέα στοιχεία και παρατηρήσεις για τις Ιταλικές ανασκαφές του 1899 », Πεπραγμενα Θ´ διεθνούς κρητολογικού συνεδρίου(supra, 10.00),t. A 5, p. 43-54.

13910.06 – Ida [Grotte de l’] – M. Lagoyianni-Georgakarakou publie les monnaies découvertes dans la grotte de l’Ida (45 individus de l’époque antique). L’A. voit dans la diversité des provenances de ces monnaies un éventuel indice supplémentaire du caractère pancrétois du culte (cf. H. Verbruggen, Le Zeus Crétois, p. 98), tout en soulignant, à raison, que la provenance des monnaies est difficile à mettre en rapport avec l’origine des visiteurs. On notera en tout cas que le spectre chronologique de ces monnaies s’étend du dernier quart du ve s. av. J.-C. jusqu’à la 2e moitié du ive s. ap. J.-C., avec un pic assez clair dans la 2e moitié du ier s. ap. J.-C. On restera cependant, ici aussi, très prudent dans l’interprétation historique de cette constatation.

M. Lagoyianni-Georgakarakou, « Τά νομίσματα του ΙδαίουΆντρου », ArchEph 142 (2003) [2005], p. 1-64.

14010.07 – Kamarès [Grotte de] – En 2003, A. Van de Moortel et L. Tyre ont repris l’étude du matériel (céramique et non-céramique) des fouilles italiennes et anglaises de cette grotte à la fin du xixe s. et au début du xxe (cf. AJA 1 [1897], p. 287-312 et ABSA 19 [1912-13], p. 1-34). Il s’agit à la fois du matériel conservé au Musée d’Héraklion (plus de 4000 vases et fragments) et de quelque 13.000 autres fragments constituant les déblais de fouille accumu­lés au campement de Dawkins et Laistner en 1913, au S-E de la grotte. La majorité de ce matériel date de l’époque du Premier Palais de Phaistos (MM IB – MM IIB), mais on notera également une occupation, quoique réduite, à l’époque post-minoenne, occupation dont les auteurs du rapport ne précisent toutefois ni la chronologie, ni la nature. La présence de six pointes de lances en fer « post-minoennes » pourraient éventuellement faire penser à des offrandes.

J. Whitley,AR 2003-2004 (2004), p. 81 (rapport d’A. Van de Moortel et L. Tyree).

14110.08 – Agia TriadaÉcole archéologique italienne d’Athènes – À l’occasion du centenaire du début de l’exploration archéologique du site (1902-2002), le quatrième volume de la revue Creta antica (2003) est consacré à l’histoire et l’archéologie d’Agia Triada. On y relèvera surtout, pour notre propos, la contribution de D. Palermo qui dresse une synthèse de l’histoire du site depuis son abandon au MR IIIB jusqu’au viie s. av. J.-C. Les premiers siècles de l’âge du Fer sont caractérisés par un abandon partiel du site, à l’exception notoire du sanctuaire de la « Piazzale dei Sacelli » (cf. ChronARG [2001] 10.10), une aire ouverte qui se caractérise par la présence d’une grande quantité d’offrandes en bronze et en terre cuite. Un autre culte semble s’implanter à Agia Triada à la fin du viiie s. ou au viie s. près de la grande tholos A. Sur cette « réutilisation » de la tholos A, on consultera aussi la contribution de M. Cultraro, dans le même volume, ainsi que l’article de D. Lefèvre-Novaro, cité plus haut (10.00). Voir aussi sur les cultes de l’âge du Fer à Agia Triada, la contribution de N. Cucuzza (infra, 10.10).

Voir D. Palermo, « Haghia Triada fra il XII ed il VII secolo a.C. », Creta antica 4 (2003), p. 273-285; M. Cultraro, « La grande tholos di Haghia Triada: nuovi dati per un vecchio complesso », ibid., p. 324-326.

14210.09 – KommosÉcole américaine d’Athènes et Université de Toronto – On mentionnera ici la parution d’un petit ouvrage de synthèse sur le site de Kommos, dû à son fouilleur, Joseph Shaw. Il s’agit d’une forme de bilan, agréable à lire, du programme de fouille et d’étude qui s’est poursuivi sur le site depuis 1976. Cet ouvrage fait une place importante aux « souve­nirs » et à une sorte d’itinéraire de la recherche. On signalera plus particulièrement un résumé des résultats concernant le « sanctuaire grec » (p. 40-50), un état de la question sur l’attribution à Zeus et à Athéna du « Temple C » (p. 132-133) ainsi qu’une évocation du temple d’Artémis près de Kalamaki (p. 134-135) ou quelques considérations sur la typologie des temples crétois (p. 136-138). On signalera aussi que le dépôt institutionnel de l’Univer­sité de Toronto (https://tspace.llibrary.utoronto.ca) propose désormais un ensemble de publications et de notes manuscrites (et illustrées) des fouilleurs, qui peuvent être aisément téléchargées. Il en va ainsi, notamment, du tome IV de la publication des fouilles, qui con­cerne directement le sanctuaire grec (cf. ChronARG [2004] 10.10). Les pratiques rituelles associées au sanctuaire grec de Kommos ont également fait l’objet d’une présentation par le fouilleur au Xe Congrès crétologique international.

J.W. Shaw, Kommos. A Minoan Harbor Town and Greek Sanctuary in Southern Crete, Princeton, 2006; id., « Ritual in the Greek sanctuary at Kommos », Abstracts of the 10th International Cretological Congress, Khania, 1-8 October 2006, p. 137.

143– E. Pappalardo revient, pour sa part, sur l’interprétation qu’il convient de donner au « tripillar shrine » du temple B de Kommos, dans lequel les fouilleurs voient une attestation d’un culte phénicien. L’A. note l’existence de ce type de dispositif dans d’autres endroits du Proche-Orient que la Phénicie et voudrait voir dans le « wooden bowl », à l’arrière de l’autel, la trace archéologique d’un arbre sacré. Le fouilleur, J.W. Shaw, a répondu à E. Pappalardo en maintenant son interprétation; l’A. a ensuite apporté quelques compléments qui ne réus­sissent toutefois pas à emporter l’adhésion sur le détail de sa thèse. I. Ferrari, dans un long compte rendu critique du tome IV de la publication de Kommos, élargit également la perspective d’interprétation du « tripillar shrine » à un contexte socio-économique beaucoup plus « multiculturel » que ne le laisse penser la lecture de J. Shaw. L’autel aurait ainsi pu être considéré comme crétois, hittite, égyptien, anatolien, en plus de sa référence au monde phénicien.

E. Pappadarlo, « Il ‘tripillar shrine’ di Kommos : alcune considerazioni », Creta antica 3 (2002), p. 263-274; ead., « Additional remarks », Creta antica 5 (2004), p. 202-203; J.W. Shaw, « Temple B at Kommos, Crete : a response », ibid., p. 199-202; I. Ferrari, « Il tempio B di Kommòs tra continuità e rifunzionalizzazione », ASAtene 81 (2003) [2005], p. 641-647.

14410.10 – Phaistos École archéologique italienne d’Athènes – Deux études, de nature différente, paraissent de manière concomitante sur le territoire et la plaine de Phaistos. Un projet interdisciplinaire a en effet, entre 1984 et 1987, pris pour objet la plaine de Phaistos dont il a examiné l’histoire et l’environnement sur le long terme. On notera surtout les études se rapportant à la période historique (p. 307-358). On y revient sur quelques lieux cultuels mais sans que la prospection en propose de nouveaux. D’autre part et indépendamment, dans une étude détaillée et rigoureuse, N. Cucuzza dresse un portrait complet et convaincant de la cité de Phaistos et de son territoire au Ier millénaire av. J.-C. Cette synthèse historique et archéologique soutient l’hypothèse d’une construction de la cité kata komas et définit trois phases de profonds changements : la transition entre le MR IIIC et le Subminoen, la fin du viie s. et la première moitié du ve s. av. J.-C. Phaistos et Gortyne auraient peut-être appar­tenu à une confédération avant le ve s. et connurent ensuite une véritable sympolitie au milieu du iiie s. av. J.-C. L’A. note aussi que la réoccupation des structures palatiales n’est domes­tique qu’à partir du ive s. av. J.-C., tandis que les traces d’occupation postérieure à la destruc­tion du MR IB sont, selon l’A., d’ordre religieux. C’est, semble-t-il, la même constatation que l’on peut tirer de l’analyse du cas cnossien (cf. infra 10.16). Une grande attention est consacrée aux sanctuaires de la cité (p. 298-303 : Agios Georgios, acropole médiane, temple de Rhéa, sanctuaire d’Apollon et cultes dans le secteur du Palais minoen), mais aussi à ceux de la chôra (p. 314-317 : Agia Triada, Kommos, Kalamaki…).

L.V. Watrous, D. Hadzi-Vallianou, H. Blitzer, The Plain of Phaistos. Cycles of Social Complexity in the Mesara Region of Crete, Los Angeles, 2004 (Monumenta Archaeologica, 23); N. Cucuzza, « Festòs ‘Post-Minoica’: note di topografia e di storia », Creta antica 6 (2005), p. 285-335.

14510.11 – Lebena– Pour une étude topographique du site et notamment du sanctuaire d’Asclépios, voir la présentation de M. Melfi au IXe Congrès crétologique international.

M. Melfi, « The topography of Lebena according to the description of A. Taramelli », Πεπραγμενα Θ´ διεθνούς κρητολογικού συνεδρίου(supra, 10.00),t. A 5, p. 435-448.

14610.12 – GortyneÉcole archéologique italienne d’Athènes – En 2002, une équipe de l’Université de Milan a repris l’examen des structures archéologiques de l’acropole de Gortyne (cf. ChronARG [2004] 10.12). Il s’est simplement agi de nettoyages et de relevés précis des vesti­ges. G. Bejor et G. Sena Chiesa en donnent un compte rendu qui est l’occasion d’une rapide synthèse sur les phases d’occupation de l’acropole. D. Palermo, pour sa part, revient sur quelques objets du dépôt votif de l’acropole de Gortyne que l’on a, à tort selon lui, désignés du terme de kernoi et datés des époques géométrique et orientalisante. Selon l’A., il faudrait y reconnaître des modèles de maisons à plan circulaire et éléments décoratifs; leur datation devrait être « remontée » au MR IIIC. Il faudrait dès lors associer ces objets au culte de la « déesse-aux-bras-levés » qui aurait été oblitéré par l’occupation postérieure, mais qu’il conviendrait de situer sur l’acropole de Gortyne dès la fin du MR. On restera cependant prudent quant à l’identification et à la datation de ces kernoi et, partant, au sujet de cet antécédent au culte d’Athéna sur l’acropole de Gortyne.

G. Bejor, G. Sena Chiesa,« Gortyne (Creta). Campagna 2002. I lavori sull’aropoli », ASAtene 81 (2003) [2005], p. 827-835; D. Palermo, « La cronologia dei cosiddetti ‘kernoi’ e il problema delle origini del culto sull’acropoli di Gortyna », Creta antica 3 (2002), p. 255-262; id., « Ancora sui kernoi dell’acropoli di Gortyna », Creta antica 5 (2004), p. 279-282.

147– Sur les travaux menés en 2003 au S de l’autel de Zeus Hypsistos, déjà évoqués dans ChronARG (2004), 10.12, on verra désormais aussi J. Withley, AR 2003-2004 (2004), p. 83. Sur l’autel de Zeus Hypsistos et la « place » qui précède le stade, voir aussi A. Di Vita, « Gortina: nuove scoperte (1996-2001) », Πεπραγμενα Θ´ διεθνούς κρητολογικού συνεδρίου(supra, 10.00),t. A 5, p. 326-330.

148– En 2003 également, fut repris l’examen du secteur déjà dégagé par A.M. Colini en 1970 au N du « Prétoire », où se trouve le Caput Aquae, à l’intersection de deux routes importantes pour l’urbanisme gortynien. Ce secteur est situé en bordure de l’aire habitée aux époques archaïque et classique, immédiatement à l’E du sanctuaire urbain d’Apollon Pythien, construit au viie s. av. J.-C. Les plus anciens vestiges datent de l’époque hellénistique lorsqu’un temple ionique, ouvert au S, fut construit, peut-être en l’honneur des Nymphes. E. Lippolis, M. Livadiotti et G. Rocco en ont repris l’étude; ils en situent la construction à la fin du iie s. ou dans le courant du ier s. av. J.-C., sans doute avant le gymnase du « Prétoire », lorsque le quartier fait l’objet d’une première structuration monumentale en relation avec le stade. Le temple demeura une construction isolée jusqu’à la construction, à l’époque sévère, du Caput Aquae qui le jouxte directement à l’O et permit l’adduction d’eau à deux fontaines monumentales le long de la rue N, face au temple hellénistique. C’est vraisem­blablement plus tard, après le tremblement de terre de 365 ap. J.-C., que fut édifié, sur le flanc oriental du temple, un grand Nymphée rectangulaire qui atteste ainsi le caractère public de cette partie de la ville au-delà du milieu du ive s. ap. J.-C. Les fouilles se sont poursuivies en 2005, sous la direction d’E. Lippolis (Université « La Sapienza » – Rome). Un autre temple, de plus petites dimensions, fut construit dans ce secteur à l’époque antonine, avant que le Caput Aquae ne soit implanté. Notons enfin la mention dans la presse de la décou­verte à Gortyne de deux statues, plus grandes que nature, du iie s. ap. J.-C. représentant Athéna et Héra; la tête d’Athéna présente encore des traces de rehauts dorés.

E. Lippolis, M. Livadiotti, G. Rocco,« Gortyna di Creta : scavi nella zona del pretorio. II. Il tempio del Caput Aquae (saggio XII) », ASAtene 81 (2003) [2005], p. 855-879; G. Rocco, « Attività della Missione archeologica dell’Università di Catania a Priniàs negli anni 2002-2006 », Abstracts of the 10th International Cretological Congress, Khania, 1-8 October 2006, p. 137;J. Whitley,AR 2005-2006 (2006), p. 109 (rapport d’E. Lippolis).

149– En 2003 et 2004, la fouille, commencée en 2001, a été poursuivie dans le secteur du théâtre du Pythion; ce théâtre a pu accueillir les fêtes en l’honneur d’Apollon, dont le sanc­tuaire est immédiatement contigu. Il fut construit au milieu du iie s. ap. J.-C. pour être abandonné dans la 2e moitié du ive s. ap. J.-C., soit à la suite du tremblement de terre dévas­tateur du 21 juillet 365, soit en raison des prescriptions de l’empereur Théodose à l’encontre des cultes païens.

J. Bonetto, Fr. Ghedini, Fr. Veronese,« Gortyna (Creta). Lo scavo 2003 presso il teatro del Pythion », ASAtene 81 (2003) [2005], p. 885-912; J. Bonetto, « Gortyna (Creta). Lo scavo 2004 presso il teatro del Pythion », ASAtene 82 (2004) [2006], p. 713-750.

15010.13 – PriniasÉcole archéologique italienne d’Athènes et Université de Catane – Sur les travaux de 2003, déjà résumés dans ChronARG (2004), 10.13, on verra désormais un rapport succinct du directeur de la mission dans les Archaeological reports et deux rapports préliminaires beaucoup plus détaillés. En 2005, les fouilles ont concerné l’espace S-O de la cella et une partie du pronaos du temple A. On a ainsi pu établir une séquence stratigraphique allant du MR IIIC à l’époque géométrique. Immédiatement au sud de l’eschara, une petite fosse contenait un cratère géométrique qui y a été soigneusement déposé après que son pied et une partie de sa panse eurent été sciés. Des travaux ont également touché l’espace situé au S du temple B, notamment l’édifice monumental à eschara qui semble avoir été réutilisé à l’époque archaïque comme atelier.

G. Biondi, R. Gigli, D. Palermo,A. Pautasso, « Lo scavo del 2003 sulla Patela di Prinias. Relazione preliminare », Creta antica 5 (2004), p. 249-277; G. Rizzaet al., « Priniàs. Scavi degli anni 2002 e 2003 », ASAtene 81 (2003) [2005], p. 803-825 (plan fig. 2 p. 805); J. Whitley, AR 2003-2004 (2004), p. 80-81 (rapport de G. Rizza pour la campagne 2003); id., AR 2005-2006 (2006), p. 109 (rapport de G. Rizza pour la campagne 2005).

151– Sur les travaux menés sur le site de 1997 à 2000, on consultera notamment le rapport de G. Rizza au IXe Congrès crétologique international. Sur les temples A et B (p. 56-57 et fig. 2), on notera que le fouilleur date les structures du temple A – postérieur, rappelons-le, au temple B ainsi qu’à l’îlot qui lui fait face – des environs de 630-620 av. J.-C. Sur l’articulation générale de l’espace sacré au S du Temple B, voir aussi la communication de R. Giglio au Xe Congrès crétologique international, tandis qu’au même congrès, D. Palermo donnait, à son tour, un aperçu des fouilles italiennes sur la patela entre 2002 et 2006, et qu’A. Pautasso précisait l’apport d’un sondage effectué à l’intérieur du Temple A, dans la zone de l’eschara.

G. Rizza, « Scavi e ricerche a Priniàs dal 1997 al 2000 », Πεπραγμενα Θ´ διεθνούς κρητολογικού συνεδρίου(supra, 10.00),t. A 5, p. 55-62; R. Gigli, « L’articolazione dello spazio sacro nell’area a sud del tempio B della patela du Priniàs », Abstracts of the 10th International Cretological Congress, Khania, 1-8 October 2006, p. 129; D. Palermo, « Attività della Missione Archeologica dell’Università di Catania a Priniàs negli anni 2002-2006 », ibid., p. 135; A. Pautasso, « Il Tempio A di Priniàs: nuovi dati dai recenti scavi », ibid., p. 136 .

15210.14 – Krousonas (Kinigotafkos) – XXIIIe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques – En 2003, une fouille de sauvetage a mis au jour un sanctuaire rural, de l’époque classique et du début de l’époque hellénistique, à une altitude de 1 100 m, sur le versant N du mont Voskero, sur les contreforts N-E du Psiloritis. On y note un immense puits naturel renforcé de murs (env. 2070 m) qui a apparemment joué un rôle dans le choix de ce site cultuel. Beaucoup d’objets votifs ont également été découverts (figurines d’animaux en terre cuite et céramique : surtout coupes et canthares, mais aussi quelques bassins, bols et amphores). Les figurines de taureaux et de bœufs soulignent la poursuite de la tradition minoenne des cultes en plein air. La céramique trahit des offrandes alimentaires et des cérémonies de repas cultuels. Les lieux de découverte du matériel se concentrent tout autour d’un large rocher, mais le point central du rituel devait probablement se trouver dans l’ensellement qui le précède où aucune structure n’est pour l’instant visible. On notera également la découverte d’une réplique en terre cuite d’un bouclier en bronze du type de l’Ida (diam. 31 cm) avec une décoration en relief, finement exécutée, de trois cercles concentriques à partir d’une rosette centrale. Ceci tendrait à montrer la permanence d’offrandes de boucliers (ou de répliques) jusqu’en pleine période hellénistique, à tout le moins dans ce petit sanctuaire rural sans doute en relation symbolique avec la grotte de l’Ida. Le site se trouve en effet sur la route qui relie le Nord de la Crète centrale au plateau de l’Ida.

J. Whitley, AR 2004-2005 (2005), p. 112 (rapport de G. Rethemiotakis).

15310.15 – Tylissos (Pyrgos) – Au cours de l’étude du sanctuaire de sommet de Pyrgos, une présence post-minoenne a été détectée qui semble dater de l’époque classique et post-classique et devoir être associée à un culte.

E. Kyriakidis, « Η ιστορική πείοδος του Ιερού Κορυφής Πύργου Τυλίσσου », Abstracts of the 10th International Cretological Congress, Khania, 1-8 October 2006, p. 112.

15410.16 – Knossos – Dans les actes du colloque qui s’est tenu à Héraklion en 2000 à l’occasion du centenaire de la fouille de Knossos, M. Prent reprend la liste des attestations de pratiques cultuelles sur le site du Palais minoen pour tenter de préciser la délicate question des ruptures (sur cette question, cf. J.N. Coldstream, « Evans’s Greek finds: the early Greek town of Knossos, and its encroachment on the borders of the Minoan palace », ABSA 95 [2000], p. 284-288; 296 qui pense, notamment, que la majorité du site de l’ancien palais minoen devait constituer un bois sacré aux époques historiques et que c’est essentiel­lement à partir du ve s. av. J.-C. qu’une nouvelle pratique cultuelle s’impose sur le site).

M. Prent, « Cult activities at the Palace of Knossos from the end of the Bronze Age: continuity and change », in G. Cadogan, E. Hatzaki, Ad. Vasilakis (éds), Knossos: Palace, City, State. Proceedings of the Conference in Herakleion organised by the British School at Athens and the 23rd Ephoreia of Prehistoric and Classical Antiquities of Herakleion, in November 2000, for the Centenary of Sir Arthur Evans’s Excavations at Knossos, Londres, 2004 (ABSA Studies, 12), p. 411-419.

155– Sur les ivoires orientaux, voir 10.00.

15610.17 – Smari Herakliou Institut archéologique de Crète – En 1996, les fouilles ont notam­ment précisé les états antérieurs à l’époque géométrique dans les megara Δ et Β. Dans le premier, on a atteint les niveaux du MM, mais on a aussi précisé la stratigraphie de l’occupa­tion géométrique qui remonte, dans la partie N-O de l’« opisthodome » au Géomé­trique ancien (dallage). Une sorte de trapéza du Géométrique récent (deux assises de dalles) a été découverte dans la partie S-O de cette même pièce. Dans l’ « opisthodome » du megaron Β, sous le dallage du Géométrique récent, on a également mis au jour des lambeaux du dallage du premier état de ce complexe. Dans la partie septentrionale de l’acropole, entre le megaron Α et le mur de péribole, la destruction du temple K1 et du megaron Α a été fouillée, ce qui a permis de confirmer la présence d’une grande cour dallée, qui devait probablement servir aux besoins du culte d’Athéna (sur l’identification du culte, voir ChronARG [2004] 10.15). En 1997, des sondages sur l’acropole ont permis de dater la construction du mur d’enceinte du MR IIIC, au moment de l’édification d’un complexe domestique et d’ateliers sur le versant oriental.

D. Chatzi-Vallianou, AD 51 (1996), B’2 [2001], p. 665-670; BCH 127 (2003), p. 1076-1077; J. Whitley, AR2003-2004 (2004), p. 80.

157– On notera par ailleurs les résultats d’une large prospection archéologique de la région de Kastelli, et notamment de la colline du Prophète Élie qui surplombe Smari et qui aurait laissé des traces d’une activité cultuelle.

D. Chatzi-Vallianou, Κρητική Εστία 9 (2002), p. 315-317; BCH 127 (2003), p. 1077.

15810.18 – Kounavi, XXIIIe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques – Sur le dispositif lié au culte funéraire (tombe 7) qui a été mis au jour lors de fouilles de sauvetage menées en 1998 dans le terrain Eleutherakis (cf. ChronARG [2001] et [2004] 10.16), on a désormais un rapport du fouilleur en grec et une première illustration.

G. Rethemiotakis, AD 53 (1998), B’3 [2004], p. 846 et pl. 369 α-β.

15910.19 – Gouves (Grotte Skoteino) École américaine, Institut archéologique de Crète et XXIVe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques – En 1962, C. Davaras avait effectué une fouille dans la grotte Skoteino (cf. AD 18 [1963], B’2, p. 312; BCH 89 [1963], p. 887-888) dont L. Tyre, A. Kanta et le fouilleur ont étudié le matériel, en 2003 et 2004. L’occupation de la grotte est probablement cultuelle durant l’âge du Bronze, mais elle semble s’interrompre à la fin du MR IIB. Il faut ensuite attendre l’époque romaine, entre le milieu du iie et le milieu du iiie s. ap. J.-C. pour y retrouver des traces d’occupation, qui ne permettent toutefois pas d’appuyer la thèse d’une réoccupation cultuelle.

J. Whitley, AR 2003-2004 (2004), p. 78 (rapport de L. Tyre, A. Kanta et C. Davaras).

16010.20 – Dréros – Dans un article précis, clair et intelligent, M. D’Acunto reprend l’ensemble du dossier archéologique des cultes drériens. Il dresse tout d’abord un inventaire complet et critique du mobilier archéologique et de la structure architecturale du temple situé en bordure de l’agora, dont il confirme l’identification de la divinité tutélaire avec l’Apollon Delphinios. À cette occasion, il discute la position décentrée des statues de culte et l’icono­graphie de la triade apollinienne de manière générale. La présence d’une divinité féminine armée est également soulignée, rapprochée soit d’Athéna, soit, peut-être, d’Artémis. Nous nous trouverions ici face à l’un des premiers exemples d’un temple perçu comme naos des « images de culte », tout en étant sans doute encore le lieu de sacrifices rituels probablement exécutés par une frange très restreinte de la population civique. Une table sacrificielle en aurait constitué le principal ameublement, de même qu’une sorte de caisse aménagée dans le même angle du bâtiment et qui aurait conservé les traces (cornes de chèvres) de l’un ou l’autre sacrifice opéré lors d’un rituel plus particulier (?). Plusieurs indices laissent en effet également penser que des banquets ont pu avoir été célébrés dans ce temple, aux côtés des images de culte qui rendaient plus présentes encore les divinités vénérées en ce lieu, lesquelles légitimaient en quelque sorte par cette présence renforcée l’ordre politique de la cité. Ce temple a pu en effet s’ouvrir aux célébrants d’un rite sacrificiel qui aurait accompagné les fêtes civiques en l’honneur du dieu tutélaire, garant de l’ordre constitutionnel, puisque associé étroitement aux décrets de la cité, gravés sur les parois du temple. La proxi­mité immédiate de l’agora est réexaminée et insérée dans ce schéma de légitimation politico-cultuelle de l’ordre qui structure la communauté civique, à travers, notamment, le culte de Zeus Agoraios. Enfin, ce tour d’horizon de la topographie des cultes de la cité drérienne s’achève sur l’acropole occidentale où l’A. situe le siège du culte d’Athéna Poliou­chos, qui préside ici aux cérémonies d’accession à la citoyenneté.

M. D’Acunto, « Il tempio di Apollo a Dreros: il culto e la ‘cucina del sacrificio’ », Annali di Archeologia e Storia Antica n.s. 9-10 (2002-2003), p. 9-62.

16110.21 – Olonte XXIVe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques– Au lieu-dit Pinès, au sommet de la colline où H. Van Effenterre avait repéré un fortin, le Service archéologique grec a effectué des travaux de nettoyage et découvert, sur un rocher, une inscription qui précise la distance de 28 stades séparant l’endroit de la ville. Une figure féminine est repré­sentée en train de chasser une chèvre sauvage et le tout est surmonté d’un mot Ἀρτέμιδ---.

V. Zografaki, AD 51 (1996), B’2 [2001], p. 657; BCH 127 (2003), p. 1073-1074 (avec illustration).

162– Les A. publient une partie de la céramique du dépôt votif d’Olonte dans les actes du IXe Congrès crétologique international. Elles reviennent sur le matériel de ce dépôt et plus particulièrement sur les figurines et protomés au Xe Congrès de 2006.

V. Apostolakou, V. Zographaki, « Εικονιστική κεραμική από τον αποθέτη της Ολούντος », Πεπραγμενα Θ´ διεθνούς κρητολογικού συνεδρίου(supra, 10.00),t. A 5, p. 95-114; eaed., « Ειδώλια από το υπαίθριο ιερό Ολούντος », Abstracts of the 10th International Cretological Congress, Khania, 1-8 October 2006, p. 104.

16310.22 – Lato École française d’Athènes et XXIVe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques– On dispose désormais, en grec, d’un guide archéologique commode et largement illustré pour le site de Lato qui, depuis 2006, fait à nouveau l’objet d’un programme d’étude, sous l’égide de l’École française d’Athènes, qui reprend plusieurs questions liées à la topographie urbaine ainsi qu’à l’environnement géomorphologique. On relèvera notamment dans ce guide une courte synthèse sur les cultes (p. 16), une description du temple de l’agora (p. 25-26) – dont la datation est considérée comme incertaine, mais où l’on a trouvé une bonne quantité de figurines votives du vie s. av. J.-C. –, ainsi qu’un commentaire sur le grand temple de la terrasse S (p. 31-32) de la fin du ive ou du début du iiie s. av. J.-C. qui présente un sèkos précédé d’un pronaos fermé par une porte à double battant. Devant le temple, un autel à trois degrés et, à l’arrière, une « maison » que l’A. place en relation avec le temple, qui semble avoir été converti à un usage domestique au ive s. ap. J.-C.

V. Apostolakou, Λατώ, Athènes, 2003.

16410.23 – Kato Symi Société archéologique d’Athènes et Institute for Aegean Prehistory (New York) – En 2002 et 2003, les campagnes de fouille, sous la direction d’A. Lembesi, se sont centrées sur le secteur N-O du péribole afin d’achever l’exploration du culte hypèthre, en plus de divers travaux de consolidation des vestiges. Les résultats concernent essentiellement la période minoenne, à l’exception de quelques précisions architecturales et chronologiques sur les phases du début du Ier millénaire.

A. Lembesi, Ergon 2002, p. 52-54; Ergon 2003, p. 61-64; ead., « Το ιερό του Ερμή και της Αφροδίτης στη Σύμη Βιάννου », Praktika 2002 [2005], p. 107-121; Praktika 2003 [2006], p. 79-97; BCH 127 (2003), p. 1089.

16510.24 – Karphi École britannique– En 2002, des relevés topographiques ont été réalisés sur le site afin de contrôler les plans publiés. Ces relevés ont notamment concerné la prétendue « maison du prêtre » ainsi que le complexe des « megara ».

J.Whitley, AR2002-2003 (2003), p. 84-85 (rapport de S.Wallace); BCH 127 (2003), p. 1075.

166– Par ailleurs, K. Perna défend l’hypothèse intéressante selon laquelle ce site d’altitude (env. 1200 m) ne fut pas seulement un site-refuge en ces débuts de l’âge du Fer, mais un point de référence et une place de rencontre de tous les centres du Lassithi, en raison de sa position favorable au contrôle des ressources issues du territoire environnant. La partie occidentale du site est ainsi interprétée par l’A. comme une large aire sacrée où les élites légitimaient leur position dominante sur les terroirs de la région.

K. Perna, « Karphi: soltanto un sito di rifugio? », Creta antica 5 (2004), p. 155-179.

16710.25 – Vrokastro École américaine – Le survey de la région de Vrokastro dirigé par B.J. Hayden a fait l’objet d’une publication particulièrement riche, en trois volumes. En ce qui concerne l’archéologie religieuse, on notera essentiellement l’identification de deux sanc­tuaires (PR1 et OL2/3). L’un devrait être identifié au sanctuaire d’Athéna Oleria bien connu des sources et que l’on situerait sur le versant oriental de la Vallée de Meseleroi, au N du village moderne, près d’une source. L’autre est localisé au N du village moderne de Pyrgos grâce à la présence d’un podium romain (iie/iiie s. ap. J.-C.). Ces deux sanctuaires semblent avoir connu une phase de rénovation à l’époque hellénistique. Il se pourrait qu’il faille ajouter à cette liste un petit temple à Priniatikos Pyrgos (traces de plate-forme construite ?) et éventuellement un autre sur le versant E du site IM15.

B.J. Haydenet al., Reports on the Vrokastro Area, Eastern Crete, 3 vol., Philadelphia, 2003-2005 (University Museum Monograph, 113, 119 et 123), notamment t. 2 (2004), p. 183 et 213.

16810.26 – Kavousi École américaine – La publication du survey archéologique de la région de Kavousi, mené de 1988 à 1990, sous la direction de D.C. Haggis, est désormais disponible. Cette prospection ne semble pas avoir mis au jour de nouveaux vestiges de structures cultuelles dans cette région de la Crète explorée depuis le début du xxe s. On rappellera donc ici les structures déjà connues et à nouveau répertoriées dans cette publication récente : le temple rural de Pachlitzani Agriada ou Makellos (site 105), à env. 500 m à l’E et aux pieds de la colline d’Azoria (cf. infra 10.27), qui avait été découvert et fouillé par St. Alexiou au début des années 1950 (Kret. Chron. 10 [1956], p. 7-9), semble en usage depuis l’époque géométrique jusqu’à l’époque archaïque ou classique et a peut-être servi de mar­queur de limites territoriales ou simplement agraires entre différents bassins de culture, voire de lieu de rassemblement le long de la route qui mène à la baie du Mirabello; à Agios Antonios (site 15), est mentionné un dépôt votif, repéré par H. Boyd en 1900 et éventuellement associé à un sanctuaire héroïque, ce que l’on prendra avec beaucoup de précaution. Enfin, H. Boyd fouilla un petit sanctuaire, à « Plaï tou Kastrou » (site 104), sur le versant S de Kastro, dont l’occupation semble s’étendre du Subminoen à l’époque orientalisante.

D. Haggis et al., Kavousi I. The Archaeological Survey of the Kavousi Region, Philadelphia, 2005 (Prehistory Monographs, 16).

16910.27 – Kavousi (Azoria) École américaine – En 2002, sous la direction de D. Haggis et M. Mook, débuta un nouveau programme de fouilles sur ce site, situé à env. 1 km au S-E du village de Kavousi et repéré en 1900 par Harriet Boyd. L’objectif principal est l’étude d’un petit établissement urbain (env. 15 ha) qui s’est développé en altitude (env. 320-370 m) entre les environs de 1200 et le début du ve s. av. J.-C. Plus précisément, les concepteurs du projet souhaitent appréhender les dynamiques urbaines en parallèle avec l’évolution socio-politique de cette communauté. Ils entendent ainsi mieux définir l’importance des facteurs socio-politiques dans le processus de formation des cités grecques, notamment à travers un examen attentif des modes de stockage et de distribution de la nourriture. À cette fin, la conduite d’une nouvelle fouille s’avérait indispensable, puisqu’elle seule peut apporter des données qui souvent ont été négligées par les programmes anciens. Tant la méthodologie du projet que les nombreuses découvertes font d’ores et déjà de cette fouille l’un des program­mes archéologiques actuellement en cours les plus importants de l’île. Nous ne relèverons évidemment ici que les éléments qui renvoient ou pourraient renvoyer aux pratiques cultuelles. Il en va probablement ainsi d’un édifice monumental – fouillé en 2004 – construit sur le versant S de l’acropole S, le long de l’agora. Le bâtiment comprend deux pièces, l’une (125 m) disposant d’une plate-forme ménagée dans le rocher en son centre et de banquettes en pierre le long des côtés E et O. Au S de la plate-forme centrale, on observe un dispositif constitué d’une fosse délimitée par des pierres qui accueille une amphore au fond brisé à la manière d’un rhyton qui dépassait largement le niveau d’occupation. Des os, découpés, d’une seule chèvre de jeune âge furent trouvés à l’intérieur de cette amphore importée (probablement des Cyclades) ainsi que de la vaisselle. Aucune trace de cuisson n’a été repérée sur ces os qui ne constituent pas non plus un assemblage sacrificiel (bas des pattes, éléments du crâne…). Parmi le matériel, on notera aussi une plaque votive en terre cuite représentant un homme armé d’une épée (?) faisant face à un animal. La fonction de ce monument n’en est pas pour autant élucidée, mais les fouilleurs y reconnaîtraient volontiers un herôon. On notera également la découverte, en 2004 et 2005, dans le complexe de l’andreion, sur le versant occidental de l’acropole S, de plate-formes en pierre qui ont pu servir de tables d’offrandes. Cet équipement a ainsi pu servir aux rites religieux que nos sources placent en relation avec les pratiques sociales de l’andreion. De même, dans le « prytanée », situé en contrebas de l’andreion, trois kernoi ont été découverts tantôt sur les banquettes, tantôt au centre de l’espace. L’un d’eux est assurément minoen et la présence de ces objets « rituels » que l’on rencontre fréquemment à l’âge du Bronze conduit les fouilleurs à imagi­ner un rite qui remonterait à cette époque à travers les débuts de l’âge du Fer. Rappelons toutefois que les kernoi ne sont pas uniquement propres à la civilisation minoenne, que la fonction de ces kernoi minoens est loin d’être établie et que l’on pourrait aussi penser à un lien avec le stockage (cf. Ch. Ferrari, N. Cucuzza, « I cosiddetti kernoi di Festòs », Creta antica 5 [2004], p. 53-96). Quoi qu’il en soit de cette fonction minoenne, la réutilisation d’équipe­ments anciens ne signifie pas nécessairement que les rites ont été maintenus tels quels.

J. Whitley, AR 2004-2005 (2005), p. 104-105 (rapport de D. Haggis et M. Mook sur l’herôon); id., AR 2005-06 (2006), p. 105-106 (rapport des mêmes sur l’andreion). Les rapports préliminaires peuvent être consultés sur le net à l’adresse suivante : www.azoria.org. Rapport complet de la première campagne de fouille (2002) : D.C. Haggis, M.S. Mook, C.M. Scarry, L.M. Snyder, W.C. West, « Excava­tionsat Azoria, 2002 », Hesperia 73 (2004), p. 339-400.

17010.28 – Hiérapétra– La presse grecque rapporte la découverte récente de 32 tombes romaines dans la partie occidentale de la ville (Loutrà), des ier et iie s. ap. J.-C. Cette nécro­pole a ceci de particulier qu’elle comporterait aussi des fours et des cuisines qui auraient servi à la préparation des banquets funèbres.

Notiziario. Scuola Archeologica italiana di Atene V 2 (oct. 2006 – mars 2007), p. 15.

17110.29 – Praisos École britannique – En 2003, l’étude du matériel prélevé durant les campagnes de prospection de 1993 et 1994 (sites 1-63) fut poursuivie. On notera ici plus particulièrement les dernières conclusions qui touchent au site 14 (Prophète Elie). En 1999, B. Erickson avait identifié une bonne part du matériel (essentiellement les pieds) comme archaïque; il avait conclu à l’uniformité de l’assemblage et la présence de deux « rebuts » l’avait amené à considérer que ce matériel ne provenait pas d’un sanctuaire mais bien d’un four. Les productions céramiques ont été réexaminées en 2003 par J. Moody qui considère qu’elles ne sont en rien homogènes et que certaines sont manifestement importées. J. Whitley en déduit que l’identification du lieu avec un sanctuaire (à Zeus ?) reste donc valide. En 2004, le réexamen du matériel a également permis de renouveler la connaissance des terres cuites votives. On trouve notamment le type du jeune homme nu en position de contraposto à la fois à la source de Vavelloi et sur l’acropole 1. D’autre part, des types décrits par Forster et Halbherr ont été identifiés (ex. griffon archaïque provenant de Vavelloi). On notera surtout qu’une bonne partie de ce matériel s’avère postérieure au style dédalique et semble devoir être datée du vie s. av. J.-C., ce qui vient renforcer les conclusions tirées du matériel céramique et tend à prouver qu’il n’y eut pas d’« Archaic gap » à Praisos. Une conclusion identique peut être tirée de l’examen du matériel des fouilles d’Itanos et ce pourrait devenir une règle bien plus générale, à partir du moment où l’on identifiera mieux les productions de cette époque en Crète.

J. Whitley, AR 2003-2004 (2004), p. 88; AR 2004-2005 (2005), p. 101-102

[11. Chypre]

12. Asie Mineure (partim) (Isabelle Tassignon)

Commagène

17212.01 – Dolichè (Dülük Baba Tepesi) – Université de Münster et Musée de Gaziantep – Des prospections géophysiques ont été menées sur le plateau central de Dolichè pour localiser le premier sanctuaire de Jupiter Dolichenus. Plusieurs structures, repérées par la prospection, ont été fouillées (mais il s’agissait toujours de constructions tardives, réalisées à partir de spolia, parmi lesquelles une inscription grecque en l’honneur de Caracalla témoignant de la fréquentation du sanctuaire sous les Sévères). Un sondage a permis de dégager une pièce d’un bâtiment, dont la dernière utilisation est à situer au début du ive s. En fouillant cette pièce une plaque votive en bronze, dédiée au dieu de Dolichè, et datée de la fin du iie s. ap. J.-C. a été découverte. Les fouilleurs proposent d’interpréter un des longs murs contre lesquels cette pièce est bâtie comme le mur de temenos du sanctuaire, ce qui permettrait de situer le temple proprement dit au milieu du plateau dit « des antennes », au point le plus élevé de Dülük Baba.

M. Blömer, E. Winter, « Doliche und das Heiligtum des Iupiter Dolichenus auf dem Dülük Baba Tepesi 1. Vorbericht (2001-2003) », MDAI(I) 55 (2005), p. 191-214 ; A. Schütte-Maischatz, E. Winter, Doliche. Eine kommagenische Stadt und ihre Götter. Mithras und Iuppiter Dolichenus, Bonn, 2004 (Asia Minor Studien, 52).

Cilicie

17312.02 – Lamos – Purdue University, Lafayette – Des relevés architecturaux et épigraphiques ont été réalisés dans un petit temple prostyle précédemment repéré par G.E. Bean et T.B. Mitford. Une inscription dédicatoire remployée dans un mur de terrasse situé en contrebas identifie ce temple comme un édifice consacré au culte de Vespasien et de ses fils.

N.K. Rauh, L. Wandsnider, « Dağlık Kilikya yüzey araştırma projesi : 2002 ve 2003 sezonlarının raporu », 22. araştırma sonuçları toplantısı, 1. cilt, 24-28 Mayıs 2004, Ankara, 2005, p. 125-138 et part. p. 129.

17412.03 – Efrenk Institut archéologique allemand d’Istanbul – À Efrenk, village situé à 15 km d’Olba, où existent des traces d’un établissement d’époque hellénistique et romaine, des vestiges d’un temple situé sur une terrasse ont été mis au jour. Il s’agit d’un chapiteau corin­thien, de fragments de colonnes et de bases attiques. Efernk et son voisinage ont déjà livré des reliefs votifs, entre autres, d’Athéna Krisoa Oreia. D’un point de vue stylistique, ce chapiteau peut être rapproché de ceux du temple de Zeus Olbios d’Olba (Uzuncaburç), dont il s’inspire probablement. Il est également comparable à des chapiteaux du gymnase de Stratonikeia ainsi qu’à ceux du propylon du bouleuterion de Milet. Sur la base de ces comparaisons, l’A. date le chapiteau de la 1re moitié du iie s. av. J.-C. (probablement du règne d’Antiochos Epiphanes IV) et propose de le rattacher à un temple in antis d’ordre corinthien.

B. Sögüt, « Ein hellenistisches Kapitell aus dem Rauhen Kilikien: Das korinthische Kapitell von Efrenk », MDAI(I) 55 (2005), p. 161-177.

Lycie

17512.04 – Neapolis – Université d’Antalya – Une campagne de prospection dans les ruines de Neapolis a permis d’identifier et de mesurer les sanctuaires d’Artémis Aspalos (11, 25 m6, 55 m) et de Dionysos (6, 30 m5, 10 m).

E. Çevik et al., « Bey Dağları yüzey araştırmaları 2003: Neapolis-Kelbessos ve çevreleri », 22. araştırma sonuçları toplantısı (supra, 12.02), p. 101-114.

Pisidie

17612.05 – Sagalassos – Université de Leuven – Étude de trois sculptures provenant de Sagalas­sos, trouvées en situation secondaire dans un nymphée de l’agora supérieure qui témoignent d’une pratique cultuelle curieuse. Il s’agit d’une statue d’Asclépios, d’une de sa mère Coronis et d’une troisième qui n’a pas été identifiée puisque seule la plinthe et les pieds ont été conservés. Dans les trois cas, les plinthes ont conservé la trace de scellements de plomb, qui permettaient de fixer des pieds votifs miniatures en bronze. Certaines de ces statues furent elles-mêmes des offrandes (Coronis, qui présente une inscription votive à Asclépios Epekoos), sans qu’il soit toujours possible de déterminer où ces statues étaient précisément placées, puisqu’à l’heure actuelle le sanctuaire d’Asclépios n’a pas encore été mis au jour, seules les monnaies impériales témoignant de son culte à Sagalassos. L’A. propose comme lieu d’exposition des statues votives, le temenos du sanctuaire d’Apollon, situé à l’époque augustéenne sur l’agora inférieure. Néanmoins, c’est pendant leur exposition dans le nymphée, érigé dans la deuxième moitié du iie s. ap. J.-C. et qui resta en fonction jusqu’au viie s., qu’elles devinrent l’objet de nouvelles pratiques cultuelles. L’offrande de pieds miniatures témoigne probablement de visites répétées auprès de ces divinités, pratiques votives ritualisées dont on trouve déjà mention chez Théophraste.

S. Mägele, « Ein besonderer Ort für Votive: Anmerkungen zu einem ungewönlichen Befund an drei Statuen aus einem Nymphäum in Sagalassos », MDAI(I) 55 (2005), p. 289-307.

Carie

17712.06 – Cnide – Étude d’un matériel, inédit pour l’essentiel, principalement trouvé lors des anciennes fouilles menées par I. Love sur la terrasse du temple rond de Cnide. Il s’agit de 32 statues en terre cuite représentant des enfants âgés d’environ 4-5 ans, figurés dans des attitudes de la vie quotidienne, généralement en compagnie de leurs animaux favoris. La première phase d’utilisation de cette terrasse, à laquelle les statuettes sont associées, dura jusqu’en 380 ; les plus anciennes d’entre elles sont datées par l’A. des environs du 3e quart du ve s. et les plus récentes de la fin du ve s. Les parents demanderaient ainsi la protection de la divinité sur leurs enfants, à un âge où la mortalité infantile était élevée. Pour l’A., la thèse de R.A. Stucky (Die Skulpturen aus dem Eschmun-Heiligtum bei Sidon, Bâle, 1993), selon qui les images de petits garçons seraient plus fréquentes dans les sanctuaires de dieux, tandis que les figurines de fillettes le seraient davantage dans les sanctuaires de divinités féminines, ne se vérifie pas ; on observe en effet à Cnide, dans un lieu probablement dédié à une déesse, une majorité de représentations de petits garçons. L’importance « sociale » des garçons dans l’Antiquité serait la cause de cette sur-représentation masculine.

M. Şahin, « Kinderstatuetten aus Ton auf der Rundtempelterrasse in Knidos », MDAI(I) 55 (2005), p. 95-118.

17812.07 – Hyllarima – Université d’Antalya et Université de Bordeaux III – À proximité de la nécropole méridionale, mais hors contexte, a été découverte une tête de statue de la triple Hécate. Les archéologues expliquent sa présence par la relation de cette déesse avec le monde infernal, mais également par une influence possible de la proche Stratonicée, où se trouvait le principal sanctuaire de cette déesse.

E. Varinlioglu, P. Debord, « Hyllarima 2003 », 22. araştırma sonuçları toplantısı (supra, 12.02), p. 63-68.

Ionie

17912.08 – Éphèse – Institut archéologique autrichien, Vienne – Une recherche a été entreprise dans les réserves des Musées de Selçuk et d’Istanbul qui vise à y retrouver des objets provenant de la fouille de l’Artémision archaïque et mis au jour lors de premières fouilles du site entreprises par D. G. Hogarth et E. Henderson. Il s’agit d’objets en divers matériaux, ivoire, or, argent, bronze, cristal, faïence, terre cuite et aussi de monnaies. Ces objets viennent en majorité de la « base centrale », une base cultuelle datée de la seconde moitié du viiie siècle (et donc plus ancienne que le temple archaïque et que le périptère). Ainsi trouve-t-on parmi les terres cuites votives des statuettes de femmes dont la position des bras et des mains témoigne d’une influence de la Crète.

U. Muss, « Funde aus dem Artemision von Ephesos in den archäologischen Museen von Istanbul und Selçuk / Ephesos », 22. araştırma sonuçları toplantısı (supra, 12.02), p. 341-352.

180W. Held attire l’attention sur une série de temples pourvus d’escaliers permettant d’accéder au fronton ou disposant d’ouvertures pratiquées dans les frontons, dispositifs attestés tantôt sur le terrain, tantôt par l’iconographie monétaire. Le temple d’Apollon à Didymes, l’Artémision d’Éphèse, celui d’Artémis Leukophryene de Magnésie, le temple d’Apollon Smintheus à Chryse, ainsi que plusieurs autres temples de Mylasa, d’Antioche de Pisidie, Nicée, Nysa, Aizanoi et de Laodicée de Phrygie sont les exemples micrasiatiques répertoriés par l’A. Comme le rappelle l’A., la question de la fonction de ces portes de frontons est très controversée. Ces caractéristiques sont également bien attestées en Syrie. Apparaissant vers le iiie s. av. J.-C. et sur un territoire sous domination séleucide, ces éléments architecturaux sont probablement les héritiers de traditions nord-syriennes / phéniciennes associées au culte de Baal, de Melqart; le toit du temple serait le lieu d’épiphanie de divinités dont la mort est vécue comme un drame.

W. Held, « Kult auf dem Dach. Eine Deutung der Tempel mit Treppenhäusern und Giebeltüren als Zeugnis seleukidischer Sakralarchitecktur », MDAI(I) 55 (2005), p. 119-160.

18112.09 – Myous– L’article présente une comparaison entre le torse trouvé en 1905 dans le théâtre de Milet, une base décorée des scènes apolliniennes datée du iie s. ap. J.-C. L’A. propose de voir une représentation de la statue de culte de l’Apollon Thermitheus de Myous (connu par sa représentation, en buste, sur des monnaies locales du ive s. av. J.-C.). Il semble que la statue de culte de son grand dieu ait été transférée à Milet ; les éléments architecturaux décoratifs de son temple furent intégrés au théâtre dédié à Apollon Didymeus.

R. Bol, « Der Torso von Milet und die Statue des Apollon Termintheus in Myous”, MDAI(I) 55 (2005), p. 37-64.

Phrygie

18212.10 – Afyon et sa région – Un témoignage épigraphique et iconographique du culte du Zeus local Bennios a été recueilli au cours d’une mission réalisée par Th. Drew-Bear au Musée d’Afyon.

Th. Drew-Bear, « Phrygia ve Pisidia’da yeni epigrafik yüzey arastırmaları », 22. araştırma sonuçları toplantısı (supra, 12.02), p. 213-218.

13. Grande-Grèce (Massimo Osanna et Ilaria Battiloro)

18313.01 – CauloniaSoprintendenza per i Beni Archeologici per la Calabria, Scuola Normale Superiore di Pisa – La contribution de M.C. Parra (reproposée ensuite dans une note : « Primizie cauloniati. Nuove indagini al tempio di Punta Stilo », in Archaeologica Pisana. Scritti per Orlanda Pancrazzi, Pisa, 2004, p. 300-309) constitue un compte rendu des résultats de la première campagne de fouille conduite dans l’espace sacré de Punta Stilo, connu grâce aux fouilles de P. Orsi (« Campagne archeologiche del 1912, 1913 e 1915 », MonAnt 23 [1916], p. 685-947) qui ont mis au jour le fameux temple dorique. L’exploration, concentrée dans la partie à l’E du temple, ont mis au jour deux structures d’orientation et de technique de construction différentes et dont la nature et les fonctions doivent encore être déterminées. Parmi les artefacts retrouvés, on signale la présence, à l’intérieur d’une strate massive, vraisemblablement liée à un écroulement, de nombreux éléments architecturaux en pierre (surtout de l’épistyle, que l’on peut situer dans la 2e moitié du ve s. av. J.-C.) et de décoration architecturale tant en terre cuite (entre autres un fragment de kalypter hegemon de tradition siciliote) qu’en marbre, attribuables au temple. Enfin, une mention particulière doit être faite à l’exploration d’une structure maçonnée mise partiellement au jour dans les années 1960, dans la ligne des dunes côtières face au temple, dont s’est vérifiée la double nature de substructure et de péribole de l’espace sacré.

M.C. Parra, « Nuove indagini al tempio di punta Stilo (1999) », in Kroton e il suo territorio tra VI e V secolo a.C. Aggiornamenti e nuove ricerche. Atti del Convegno di Studi (Crotone, 3-5 marzo 2000), Crotone, 2006, p. 245-252.

184– Dans le même volume, M. Simonetti présente quelques données de l’étude des petits autels, une catégorie de matériel propre à la production en terre cuite de l’antique Caulonia, dont le floruit se situe dans le dernier tiers du vie s. av. J.-C. Elle prend notamment en considération les thèmes les plus fréquents du répertoire iconographique de ce matériel : zoomachie, sphinges, scènes liées à la sphère sacrée.

M. Simonetti, « Gli altarini fittili da Caulonia. Una presentazione preliminare », in Kroton (supra), p. 253-260.

185– M.C. Parra reprend les étapes de la recherche de P. Orsi à Caulonia entre 1912 et 1916, qui permettent au chercheur de dessiner la physionomie de la polis et celle qui est propre à ses différentes parties. Il est donc proposé une lecture de quelques passages des Memorie cauloniati (publiés par Orsi dans Monumenti Antichi pubblicati per cura della R. Accademia dei Lincei entre 1914 et 1923), dédiés au temple de la Punta Stilo, avec toutes les données inhérentes au plan de l’édifice.

M.C. Parra, « Paolo Orsi a Kaulonia: lungi da Castelvetere, intorno a Capo Stilo », in Magna Graecia. Archeologia di un sapere, Milano, 2005, p. 273-279.

186Soprintendenza per i Beni Archeologici per la Calabria, Scuola Normale Superiore di Pisa, Università Statale di Pisa – Dans le cadre du colloque annuel sur la Grande-Grèce, le surintendant présente une mise à jour des explorations menées en collaboration avec la Scuola Normale Superiore et l’Université d’État de Pise à la Punta Stilo. Les recherches se sont concentrées au S du temple dorique où s’est achevée l’exploration du grand autel. En outre, à l’O du niveau d’écroulement de l’épistyle du temple, on a mis au jour de nouveaux espaces de culte.

E. Lattanzi, « L’attività archeologica in Calabria nel 2004 (Monasterace – Kaulonia) », Tramonto della Magna Grecia. Atti del xliv Convegno di Studi sulla Magna Grecia (Taranto, 24-28 settembre 2004), Napoli, 2005, p. 722.

18713.02 – Crotone– La contribution se propose de définir de manière plus précise quelques aspects du culte pratiqué dans le sanctuaire d’Héra Lacinia, identifié par les sources comme sanctuaire poliade de Crotone. L’A. s’arrête surtout à la découverte de quelques artefacts au motif de la sirène, figure mythique de tradition orientale, assimilée dans le panthéon grec depuis le viie s. av. J.-C. Une mise en perspective des sources littéraires et épigraphiques, de même que des offrandes votives à la sirène trouvées dans d’autres Héraia, permettent de saisir l’association qui existait entre la figure de la sirène et les rituels initiatiques. L’examen de ces témoignages, auxquels s’ajoute l’attestation de l’importance donnée par Pythagore, non seulement à l’éducation féminine, dont le modèle devait être la même Héra, mais aussi aux figures des sirènes à l’intérieur de son système cosmologique, permet d’éclairer la fonction de l’Héraion du Lacinion en tant que lieu préposé aux rites initiatiques, tant masculins que féminins.

L. Breglia, « Hera e le Sirene del Capo Lacinio », in Kroton (supra, 13.01), p. 267-278.

188– L’A. reprend l’anecdote connue qui raconte comment cinq très belles vierges posèrent comme modèle du peintre Zeuxis lorsqu’il réalisa une peinture d’Hélène. Parmi les différentes versions du récit, De Angelis accepte celle de Cicéron, selon laquelle ce furent les Crotoniates qui ont commandé l’œuvre à Zeuxis (et non Agrigente comme le veut Pline). L’A. s’interroge dès lors sur la place de la figure d’Hélène dans le contexte crotoniate. Le lien d’Hélène avec la cité plonge ses racines dans la tradition locale, comme le confirme l’histoire de Léonymos, le Crotoniate qui avait eu une vision de l’héroïne épouse d’Achille, figure notoirement importante dans le système cultuel de l’Héraion du Lacinion. Pour comprendre comment la figure d’Hélène a pu s’inscrire dans un programme décoratif en l’honneur d’Héra, l’A. examine les caractères formels de la peinture de Zeuxis – nudité, âge virginal et beauté –, autant d’éléments qui renvoient à la sphère du passage des filles du statut de vierge à l’âge adulte. Il fait l’hypothèse que la tradition d’une représentation d’Hélène sous l’apparence d’une jeune parthenos au Lacinion pourrait renvoyer à une pratique cultuelle où les parthenoi jouaient un rôle en tant que futures épouses et mères.

F. De Angelis, « L’Elena di Zeusi a Capo Lacinio. Aneddoti e storia », RendLinc 16 (2005), p. 151-200.

189– Retour sur les recherches de P. Orsi au sanctuaire d’Héra Lacinia au Cap Colonna, qui intéressaient le mur de péribole en appareil quadrangulaire et réticulaire, les grands propylées d’accès et l’édifice du temple lui-même, dont on restitue l’élévation.

R. Spadea, « Paolo Orsi a Capo Colonna », in Magna Graecia (supra, 13.01), p. 264-268.

190– Une relecture de la monographie de P. Orsi sur le temple d’Apollon Aleos à Crimisa, permet de reconstituer les explorations du chercheur dans la zone, commencées en 1914 avec des reconnaissances territoriales et poursuivies en 1923 dans la région de Punta Alice. Là ont été entreprises les fouilles avec la Soprintendenza del Genio Civile di Catanzaro, qui ont permis de mettre au jour l’édifice sacré et de comprendre la planimétrie, bien que la phase archaïque du temple reste encore inconnue.

R. Spadea, « Cirò Marina: le paludi di Punta Alice», in Magna Graecia (supra, 13.01), p. 252-255.

19113.03 – Herakleia Soprintendenza per i Beni Archeologici per la Basilicata, Institut archéologique de l’Université d’Innsbruck – Dans le cadre du congrès annuel de Tarente, M.L. Nava présente la synthèse des résultats des explorations conduites par Br. Otto (Université d’Innsbruck) au sanctuaire de Déméter. La fouille des creux de fondation du mur de temenos, qui a livré des offrandes votives en terre cuite au type de la déesse armée, bien connu dans d’autres contextes sacrés des colonies achéennes, fixe la chronologie des structures à la période de la conquête de Siris par les colonies achéennes. Les explorations, sous la direction de M. Tschurtschenthaler, se sont ensuite penchées sur la documentation relative à la phase siriate du sanctuaire.

M.L. Nava, « L’attività archeologica in Basilicata nel 2004 (Siris – Eracleia), Tramonto della Magna Graecia (supra, 13.01), p. 336-337.

19213.04 – Métaponte – La contribution de M.G. Liseno constitue une synthèse de l’étude complexe du dépôt votif de Favale di Metaponto, reprise dans une monographie de l’A. (Metaponto. Il deposito votivo Favale, Roma, 2004 [Corpus delle stipi votive in Italia, 17. Regio III, 5]). Le matériel, que l’on peut situer entre le vie et le ive s. av. J.-C., renvoie à un espace sacré situé près de la poterne qui s’ouvre à l’angle S-O de l’enceinte de la cité, vers la chôra de Métaponte, en direction des sanctuaires extra-urbains de Pantanello et de San Biagio. Les offrandes votives renvoient au culte d’une divinité féminine non identifiable sur la base des attributs des statuettes en terre cuite (en majorité l’œnochoé, le kanoun et la brebis).

M.G. Liseno, « Il deposito votivo Favale di Metaponto », in Depositi votivi e culti dell’Italia antica dell’età arcaica a quella tardo-repubblicana. Atti del Convegno di Studi (Perugia, 1-4 giugno 2000), Bari, 2005, p. 633-641.

193– Partant de la thèse selon laquelle les moments fondamentaux dans l’histoire de chaque polis coloniale sont scandés par des actes religieux, D. Giacometti trace l’histoire de la colonie achéenne de Métaponte en se fondant sur la reconstruction de la vie religieuse de la cité. Après le rassem­blement exhaustif des témoignages épigraphiques et littéraires, de même que les données numismatiques et archéologiques relatives aux divinités et aux héros vénérés à Métaponte, l’A. parcourt les phases principales de l’histoire de la colonie, reprenant et discutant quelques problèmes relatifs aux événements politiques et religieux (en bref, la question de Pythagore et des Pythagoriciens de Métaponte dans leur relation à Apollon Délios et à Déméter, et le débat relatif au Dionysos caprin et à ses liens avec l’orphisme). Une postface de G. Casadio referme le volume et trace un bilan des études sur la religion grecque et de la Grande-Grèce.

D. Giacometti, Metaponto. Gli dei et gli eroi nella storia di una polis di Magna Grecia, Cosenza, 2005.

19413.05 – Locres – Analyse de l’iconographie attestée dans les dépôts votifs de Camarina et de Locres, dont l’A. déduit un rapport de type iconographique et cultuel entre les deux cités. Ce lien semble se fonder essentiellement sur l’ambivalence Aphrodite-Perséphone et sur les relations étroites entre Sélénè et Hécate-Perséphone. Un autre élément commun aux deux contextes est la « perméabilité » des dépôts votifs et des artefacts trouvés dans les nécro­poles, attestée par la découverte d’objets qui semblent prouver un lien fort entre les offrandes dédiées à la divinité dans le sanctuaire et le don offert dans l’ultime demeure des humains.

F. Giudice, « Dalla stipe di Persefone di Camarina e quella della Mannella di Locri Epizefiri. Spunti e riflessioni », in Depositi votivi… (supra, 13.04), p. 703-711.

195– L’essai de M. Mertens Horn a pour objet les pinakes de Locres, reconsidérés à la lumière des textes sacrés « orphiques » des lamelles d’or découvertes à Hipponion, Thourioi et Petelia. Sont particulièrement pertinentes pour une telle lecture les nombreux pinakes où apparaissent la figure de Dionysos associé à Perséphone ou le couple divin Perséphone-Hadès. Dionysos n’apporte pas de don à la divinité, mais la scène est conçue comme une rencontre entre Dionysos et la déesse infernale. La relation privilégiée entre Perséphone et Dionysos apparaît aussi dans le groupe des pinakes où la déesse reçoit, dans la ciste mystique, le dieu enfant confié par Zeus, qui fait allusion au « patto sui misteri da lui presieduti, che portano alla salvezza nel regno di Persephone » (p. 54). Parmi les activités du sanctuaire reflétées par les pinakes, on trouve une péplophorie. Comme l’attestent les plus anciens pinakes, un tel acte faisait partie du culte de Perséphone depuis la fin de la période archaïque, lorsque la sphère d’influence de la déesse concernait essentiellement la fertilité agraire. Ce pourraient être les nouvelles théories eschatologiques élaborées au ve s. qui ont changé la perception que les fidèles avaient de Perséphone, telle que la reflètent les pinakes pris en considération.

M. Mertens Horn, « I pinakes di Locri. Immagini di feste e culti misterici dionisiaci nel santuario di Persefone », in Il rito segreto. Misteri in Grecia e a Roma, Milano, 2005, p. 49-57.

196– Histoire des recherches de P. Orsi à Locres, non seulement sur la base des communications préliminaires publiées dans les Notizie degli Scavi (aucune monographie finale n’a jamais été menée à bien sur les travaux de Locres), mais surtout sur les analyses des carnets du chercheur. Commencées en 1899 par une reconnaissance, les explorations se sont pour­suivies jusqu’en 1915, dans la commune de Parapezza, à la Mannella et dans la commune de Marafioti.

C. Sabbione, « Paolo Orsi a Locri », in Magna Graecia (supra, 13.01), p. 199-207.

197Soprintendenza per i Beni Archeologici per la Calabria– E. Lattanzi s’appuie sur les enquêtes menées par C. Sabbione au Thesmophorion de Parapezza à Locres. L’exploration d’un autel de cendres dans l’espace du petit sanctuaire et la découverte d’un nouveau dépôt votif permettent de mieux définir la nature des rituels accomplis dans le sanctuaire. En particulier, la découverte d’un dépôt de feuilles votives en fer est mise en relation avec le rite de la phylobolia mentionné par Philikos de Corcyre dans une œuvre en l’honneur de Déméter Chthonia.

E. Lattanzi, « L’attività archeologica in Calabria nel 2004 (Locri – Parapezza) », Tramonto della Magna Grecia (supra, 13.00), p. 722-724.

19813.06 – Medma Soprintendenza per i Beni Archeologici per la Calabria – Bilan des explorations effectuées dans l’espace sacré dudit Mattatoio à Medma. Aucune structure ne renvoie à une phase archaïque de fréquentation de l’espace, mais du milieu du ve s. av. J.-C. date la construction d’un édifice de culte, dont la planimétrie est impossible à reconstruire. Parmi le matériel découvert, on signale une quantité importante de terres cuites figurées, appartenant surtout à des figures couchées. La présence de cette iconographie, mise en relation avec la présence de types céramiques destinés au banquet et au symposium découverts en asso­ciation avec des ossements animaux, semble renvoyer au culte dionysiaque. La relation de Dionysos, soit à Perséphone, soit à Aphrodite, deux divinités liées au mariage comme moment de passage, laisse penser que les figurines couchées de la zone de Mattatoio devaient s’inscrire dans le cadre de rites prénuptiaux, tant par le rappel du banquet que par leur association à la figure de Dionysos dans le contexte de Medma.

M.T. Iannelli, M. Cerzoso, « Stipi votive nella subcolonia locrese di Medma. L’area sacra al Mattatoio », in Depositi votivi (supra, 13.04), p. 677-688.

19913.07 – HipponionSoprintendenza per i Beni Archeologici per la Calabria – Compte rendu des explorations menées dans l’espace sacré de la Cava Cordopatri, identifiée et partiellement fouillée par P. Orsi, qui avait identifié un naiskos et probablement un autre édifice sacré. Les enquêtes ont révélé la présence de canalisations originellement destinées à l’écoulement de l’eau de pluie provenant de la petite colline qui abritait l’édifice de culte et ensuite condamnées et bouchées par des remblais chronologiquement homogènes (fin ive s. av. J.-C.). La typologie du matériel trouvé dans les remblais, sans doute lié à des rituels sacrés (amphores, vaisselle achrome, skyphoi à vernis noir, coroplastique), et les modalités mêmes de la découverte (à l’intérieur d’un remblai destiné à colmater les canalisations) permettent de faire l’hypothèse qu’il s’agissait d’un espace religieux, périphérique par rapport à l’espace sacré principal découvert par Orsi.

M.T. Iannelli, M. Cerzoso, « Stipi votive nella subcolonia locrese di Hipponion. L’area sacra alla Cava Cordopatri », in Depositi votivi (supra, 13.04), p. 689-700.

20013.08 – Thourioi– L’étude numismatique examine l’iconographie attestée dans la série monétaire émise vers le milieu du ve s. av. J.-C. dans la cité refondée de Sybaris et à Thourioi, avec la tête d’Athéna au droit et la figure d’un taureau au revers. Puisque les deux motifs apparaissent déjà sur des émissions sybarites antérieures tant à la refondation de Sybaris qu’à la naissance officielle de Thourioi en 444 av. J.-C., l’A. attribue tant l’Athéna que le taureau à des cultes sybarites autochtones (et non, dès lors, à une Athéna importée de Grèce et au rôle joué par Athènes dans la refondation de la cité). Ces cultes autochtones sont identifiés avec celui d’Athéna Krathia sur la rive du fleuve homonyme et celui de la divinité fluviale du Sybaris, dont le symbole de fécondité avait toujours été le taureau.

F. Barritta, « Athena e il toro. Note di iconografia monetale da Sibari a Thurii », NumAntCl 34 (2005), p. 59-71.

20113.09 – Poseidonia – Les A. présente sous forme de synthèse un examen minutieux des offrandes votives trouvées dans l’espace sacré de l’Athénaion de Paestum à l’occasion des fouilles menées dans les années 1930 et 1950. L’analyse de ces artefacts (datables entre le vie av. et le ier s. ap. J.-C.) forme la base d’une série de réflexions sur l’évolution du culte rendu dans le sanctuaire. L’époque archaïque est documentée par les terres cuites trouvées au S de l’Athénaion, déjà associées au culte d’Athéna Promachos dans sa dimension de divinité protectrice de la cité. Est également attribuable au culte de la déesse la coroplastique datable jusqu’au milieu du ve s., mais les terres cuites attestées à partir de la 2e moitié du siècle évo­quent un culte d’Athéna davantage centré sur son rôle de protectrice des erga masculins et féminins et sur les changements de statut. Le culte d’Athéna a été maintenu lors de la déduction de la colonie latine de Paestum, lorsque, à Minerve, est venu s’attacher le culte de Jupiter.

M. Cipriani, G. Avagliano, « Materiali votivi dall’Athenaion di Paestum », in Depositi votivi (supra, 13.04), p. 555-563.

202Università degli Studi di Salerno – Dans le cadre ce même colloque sont présentés les résultats des explorations menées dans l’espace du sanctuaire de Capodifiume par l’Université de Salerne. La structure sacrée est constituée d’une chapelle réalisée à la fin du ive s. av. J.-C., abandonnée – pour cause d’événements naturels – au milieu du iiie s. av. J.-C. Parmi le matériel découvert, signalons – entre autres – des terres cuites figurées, de la céramique à vernis noir, de la céramique de cuisine, des vases à onguent et des pyxides. Le pourcentage élevé de céramique de cuisine semble renvoyer à un rituel lié à la préparation et à la con­sommation de repas, mais c’est à une sphère globalement féminine que renvoient les vases à onguent et les terres cuites figurées. Les nombreux bustes et une scène d’anodos représentée sur un trépied à figures rouges trouvé parmi les offrandes votives se réfèrent sans doute à Korè et à des notions de purification et de renaissance à une vie nouvelle. La donnée la plus intéressante est la présence conjointe, sur le trépied cité, de représentations d’Athéna au casque phrygien et d’Héraclès, une association à mettre en relation – dans le cadre des sanctuaires campaniens – avec la création, par les Samnites, d’un mythe d’origine troyenne (celui, précisément, de l’Athéna phrygienne) garantissant l’origine de leur lignée (S. De Caro, « Appunti sull’Atena della Punta Campanella », AION(arch) 14 [1992], p. 173-178). Dans cette optique, l’association de cette iconographie à Capofiume à la fin du ive s. av. J.-C. (lorsque le sanctuaire connaît une phase de monumentalisation) peut être lue comme une « volontà di esprimere in forme più aderenti alla mentalità italica gli stessi concetti di rinascita legati alla pratica del culto di una divinità femminile di tradizione greca » (p. 572).

A. Serritella, M. Viscione, « Il santuario di Capodifiume-Paestum », in Depositi votivi (supra, 13.04), p. 565-574.

203– G. Tocco reconstitue l’histoire de la découverte du sanctuaire d’Héra aux sources du Sele et des enquêtes qu’y ont menées P. Zancani Montuoro et U. Zanotti Bianco, de 1934 à 1962 – en dépit des interruptions forcées. Elle s’attarde sur la personnalité des deux chercheurs et sur les détails inhérents aux difficultés rencontrées en raison du caractère inhospitalier du lieu et des événements de la 2e guerre mondiale.

G. Tocco Sciarelli, « Umberto Zanotti Bianco e Paola Zancani Montuoro all’Heraion di foce Sele », in Magna Graecia (supra, 13.01), p. 329-334.

20413.10 – TarenteSoprintendenza per i Beni Archeologici per la Puglia − Présentation des résultats de l’étude du matériel du dépôt votif de la Via Duca degli Abruzzi à Tarente, découvert en 1927 et conservé dans les réserves du Musée de la ville. En l’absence de documentation sur la fouille, la notice indiquant que le matériel provient d’un puits est particulièrement intéressante. La confrontation avec d’autres dépôts votifs découverts dans la même zone (en particulier celui de la Via Regina Elena 44, situé à la limite entre l’habitat et les nécropoles) et la grande variété des sujets qui caractérisent les terres cuites figurées du dépôt (figures féminines debout ou assises, cavaliers, guerriers, pinakes des Dioscures, Hyakinthos et Polyboia) amènent à interpréter ce dépôt comme l’un des nombreux dépôts funéraires tarentins qui témoignent de pratiques rituelles liées au passage au statut de défunts (E. Lippolis, « La documentazione archeologica », in Culti greci in Occidente, I. Taranto, Taranto, 1995, p. 29-129).

B.M. Buccoliero, « Il deposito votivo di Via Duca degli Abruzzi a Taranto », in Depositi votivi (supra, 13.04), p. 615-621.

20513.11 – Temesa – L’objet de la contribution de G.F. La Torre est le très riche dépôt votif provenant de l’édifice sacré de la région de Temesa, qui constitue l’unique témoignage matériel de la phase archaïque de la cité. Les objets votifs, parmi lesquels un bon nombre est de production indigène, renvoient à une divinité dont la sphère d’action recouvre tous les moments importants d’une communauté autochtone fortement influencée par l’élément grec jusqu’à la période pré-coloniale : rites de passage (objets votifs liés au banquet et à la sphère du mariage et de la maternité), protection des activités domestiques (ustensiles), protection de la communauté (dépouilles de guerre).

G.F. La Torre, « Ex-voto arcaici da Temesa », in Depositi votivi (supra, 13.04), p. 643-650.

14. Sicile (Nicola Cucuzza)

20614.01 – ValverdeSoprintendenza ai Beni Culturali e Ambientali di Catania – Selon F. Privitera, une série de petits vases du iiie s. av. J.-C. (petites cruches, petites coupes et lampes) déposés de manière ordonnée et découverts près de la source de Casalrosato doit être interprétée comme un dépôt cultuel, peut-être en relation avec une divinité des eaux.

F. Privitera, U. Spigo (éds), Dall’Alcantara agli Iblei. La ricerca archeologica in provincia di Catania, Palermo, 2005, p. 88.

20714.02 – Catane Soprintendenza ai Beni Culturali e Ambientali di Catania – Les fouilles menées en 2002 dans l’ex-monastère de la Pureté ont mis au jour une intéressante superposition de structures depuis le viie s. av. J.-C. En ce lieu, on se limite à signaler la découverte d’une petite fosse pleine de cendres et de céramique, interprétée comme thysiai hellénistiques, en regard de celle qui est déjà connue à Syracuse, près de l’autel d’Hieron.

M.G. Branciforti, « Gli scavi archeologici nell’ex Reclusorio della Purità di Catania » (con un’appendice di S. Amari), in R. Gigli (éd.), Megalai nesoi. Studi dedicati a Giovanni Rizza per il suo ottantesimo compleanno II, Palermo, 2005, p. 55, 66.

208– La découverte, rue Crociferi, près de la place S. Francesco, de terres cuites architecturales peintes, de statuettes en terre cuite et d’une tête en marbre du ive s. av. J.-C., représentant peut-être Déméter, est mise en relation avec le sanctuaire de cette divinité dont on soup­çonne l’existence sur la base du dépôt votif bien connu retrouvé dans cette zone (Rizza, BdA 1960, p. 247-262).

Privitera Spigo, Dall’Alcantara agli Iblei (supra 14.01), p. 180-181.

20914.03 – Adrano Soprintendenza ai Beni Culturali e Ambientali di Catania – G. Lamagna rappelle qu’une fouille de sauvetage place Eurelios en 1998 a conduit à découvrir un « dépôt votif » du iie s. av. J.-C. comprenant un groupe en terre cuite d’Aphrodite et Éros.

Privitera Spigo, Dall’Alcantara agli Iblei (supra 14.01), p. 164-165.

21014.04 – Ramacca Soprintendenza ai Beni Culturali e Ambientali di Catania – A. Patanè rappelle la découverte, sur le site de la Montagna, de deux édifices (N et Na) de plan rectangulaire allongé (le mieux conservé mesure 13, 303, 90 m). Les deux structures, parallèles et séparées par un passage étroit, étaient ouvertes sur le côté S et auraient été en usage entre la fin du viie et la fin du vie s. av. J.-C. La présence d’au moins un pithos et d’un four à l’intérieur de l’édifice N permet de faire l’hypothèse d’une activité de conservation d’aliments et de cuisson de repas. La planimétrie, l’absence de divisions intérieures et la présence de bancs le long des grands côtés sont interprétées en relation avec la fonction des deux édifices comme structures destinées à la consommation de repas, peut-être à valeur cultuelle.

Privitera Spigo, Dall’Alcantara agli Iblei (supra 14.01), p. 113-115.

21114.05 – Grammichele (Terravecchia) Università di Torino – La publication définitive des fouilles conduites en 2000-2001 à Poggio del Rullo permet d’obtenir des informations majeures sur le sanctuaire déjà connu en partie (ChronARG [2005] 14.02). L’espace sacré a été identifié grâce à la présence de restes architecturaux (murs de blocs quadrangulaires et tuiles) et de quelques trouvailles, dont des fragments de petites statues en terre cuite, de la céramique miniature, des lampes et 11 louteria; un élément cylindrique en pierre est interprété comme un autel ou comme la base d’une statue, tandis qu’un petit autel en pierre utilisé dans la construction d’un mur moderne provient probablement du même sanctuaire. Des niveaux de cendres mêlées à des ossements animaux attestent la préparation et la consom­mation de repas, également documentés par une paire de petites fosses avec des fragments de céramique et des traces de combustion. Le complexe semble avoir connu deux phases architecturales principales : sur une simple enceinte carrée de 4 m de côté, construite dans la 2e moitié du vie s. av. J.-C., aurait été construit, au début du ve s. av. J.-C., un petit sanctuaire sans péristase avec l’entrée au N (seuil large d’1, 10 m), détruit au milieu du même siècle. Une fréquentation ultérieure du même espace, de nature religieuse, est attestée par un fragment coroplastique du type de l’« Artémis sicule » (2e moitié ive s. – début iiie s. av. J.-C.). Les nombreux louteria conduisent Barra Bagnasco à associer les pratiques cultuelles à des purifications et à y voir un lien avec « la fertilité de la nature », proposant dès lors de reconnaître en Déméter et Perséphone les divinités vénérées dans le sanctuaire.

M. Barra Bagnasco (éd), Da Terravecchia di Grammichele a Occhiolà. Archeologia di un insediamento della Sicilia centro-oriantale: campagne di scavo 2000-2001, Alessandria, 2006, p. 7-23.

21214.06 – LeontinoiUniversità di Catania – Synthèse des résultats des fouilles des années 1999-2001, qui ont mis au jour un sanctuaire d’époque archaïque et proto-classique à Scala Portazza, déjà connu en partie (ChronARG [2005] 14.01). Particulièrement intéressante est la publication de quelques graffiti sur vases et d’une dédicace inscrite au fond d’un cratère, qui permettent d’identifier la divinité vénérée comme Héra, dont cela souligne l’importance dans les fondations coloniales eubéennes.

M. Frasca, « Hera a Leontini », in Gigli, Megalai nesoi (supra 14.02), p. 137-145.

21314.07 – Syracuse– Note préliminaire des fouilles menées en 1991-1992 et 1995 dans ce qu’on appelle le Gymnase romain. On propose de dater le portique déjà à la période hellénistique, tandis que le théâtre et le temple en face sont situés aux iie et iiie s. ap. J.-C. Aucune interprétation n’est fournie quant à la fonction du complexe, déjà mis en rapport avec un culte aux divinités orientales ou syriaques.

M. Trojani, « Il c.d. Ginnasio Romano di Siracusa », in Gigli, Megalai nesoi (supra 14.02), p. 177-186.

21414.08 – Butera Ruhr-Universität Bochum – Une vaste prospection territoriale (ca 200 km²) conduite entre 2002 et 2004 sur le territoire de Géla a permis d’identifier plus d’une centaine de sites d’intérêt archéologique ignorés jusqu’ici. Deux d’entre eux sont identifiés comme des sanctuaires, surtout grâce à la présence de fragments de statuettes de terre cuite et de céramique miniature d’époque archaïque et classique (mont Perciata, fleuve Mallo). En particulier, dans la commune de Sorgente di Castagnelle, sont bien visibles des restes archi­tecturaux en appareil polygonal et un morceau de colonne non cannelée, mis en relation avec une construction de caractère cultuel.

J. Bergemann, « Der Bochumer Gela-Survey. Vorbericht über die Kampagnen von 2002 bis 2004 », MDAI(R) 111 (2004), p. 447-451.

21514.09 – Polizzello Università di Catania – Des données supplémentaires sont fournies sur les trouvailles intéressantes des dernières fouilles de Polizzello, qui ont conduit à la découverte d’une chapelle en plus de celles qui étaient déjà connues (ChronARG [2005] 14.05). On signale la présence de nombreux objets d’ambre et l’usage de l’os et de l’ivoire. D. Palermo signale la découverte de 18 « dépôts rituels » retrouvés sur le pavement de la chapelle B : la présence d’armes (pointes de lance et de flèche, mais aussi un casque de type crétois) est fréquente, à côté de céramique et de restes d’ossements animaux (porcins, ovo-caprinés, cervidés, oiseaux), ce qui rend probable la préparation et la consommation de repas. L’usage de la libation est attesté par les nombreuses patères (souvent trouvées en position retournée) et aussi la découverte de trois cratères près de l’ouverture de l’édifice. D. Palermo avance l’hypothèse que la chapelle accueillait le culte des Meteres, peut-être représentées par deux têtes en ivoire. L’A. note en outre que Plutarque rapporte, dans le temple des Meteres d’Engyon, la présence des lances d’Ulysse et du casque du Crétois Mérion (Plutarque, Marcellus, 20, 4).

C. Guzzone (éd.), Sikania. Tesori archeologici dalla Sicilia centro-meridionale (secoli XIII-VI a.C.), Catania, 2006, p. 89-92; 233-309; D. Palermo, D. Tanasi, « Diodoro a Polizzello », in C. Miccichè, S. Modeo, L. Santagati (éds), Diodoro Siculo e la Sicilia indigena (Caltanissetta, 21-11 maggio 2005), Caltanissetta, 2006, p. 89-102.

21614.10 – Agrigente Soprintendenza ai Beni Culturali e Ambientali di Agrigento – G. Fiorentini dévoile les résultats des fouilles menées entre 1996 et 2000 près de la porte I, où une structure archaïque en appareil isodomique est interprétée comme édifice de culte. Le bâtiment, de 126 m, presque parfaitement orienté sur un axe N-S, était constitué d’une pièce unique, dont l’entrée n’a pas été identifiée (mais pour des raisons topographiques elle devait se trouver sur le côté S ou O). La structure a été construite à la fin du vie s. av. J.-C., tandis qu’une série d’objets votifs semble attester l’existence de l’espace sacré antérieurement (mi-vie s. av. J.-C.). L’espace à l’abri du bâtiment fut réorganisé au début du ve s. av. J.-C. grâce à la construction de murs permettant de créer une large terrasse à l’E de la chapelle. Le complexe entier semble détruit à la fin du ve s. av. J.-C. La fréquentation cultuelle de la zone semble, pour le moment, limitée à la première phase architecturale : le changement dans l’utilisation de l’espace est mis en relation, à titre d’hypothèse, avec la construction du sanctuaire voisin de Déméter (490-480 av. J.-C.). Parmi les objets votifs se trouvent des terres cuites (en particulier des statuettes féminines, mais aussi une protomé peut-être de production crétoise et un groupe d’Europe au taureau) et des vases miniatures. En se fondant sur la présence d’exemplaires du type de celle qu’on appelle « Athéna Lindia », on propose d’identifier à Athéna la divinité vénérée dans le petit sanctuaire. Les statuettes en question, également connues sous le nom de « statuettes aux parures », sont néanmoins difficilement identifiables comme des représentations d’Athéna et se retrouvent dans des sanctuaires dédiés à diverses divinités, dont Déméter (ChronARG [2005] 14.00).

G. Fiorentini, « Agrigento. La nuova area sacra sulle pendici dell’acropoli », in Gigli, Megalai nesoi (supra 14.02), p. 147-165.

217– En rappelant les données sur les trois sanctuaires connus jusqu’ici sur la Rupe Atenea, E. De Miro propose d’identifier ce qu’on appelle le « Santuario rupestre » de San Biagio comme un Perséphoneion, en raison de la présence de nombreux bustes féminins en terre cuite et par la relation avec le sanctuaire de Déméter, qui le surplombe.

E. De Miro, « L’Efebo da Agrigento. Immagine e significato », in Gigli, Megalai nesoi (supra 14.02), p. 227-240.

21814.11 – Casteltermini – Référence à des prospections et des fouilles menées entre 1992 et 1998 dans la commune de Sanfilippo, sur les pentes S-E de Rocca Ficarazze, qui ont mis au jour 3 pièces et 5 autres espaces de plus petites dimensions, probablement privés de toiture. Quelques trouvailles (en particulier des modèles réduits de cabanes et des boucliers minia­tures en terre cuite) et la présence de vases renversés encouragent l’A. à interpréter le complexe – où est bien attestée l’activité de préparation et de consommation de repas et de boissons – comme sacré, peut-être dédié à des divinités chthoniennes. Le caractère modeste serait en opposition à l’espace sacré davantage monumental du mont Raffe voisin, où ont été repérés les restes d’édifices couverts de tuiles (en cours de publication par la même A.).

D. Gullì, « Caratteri di un centro indigeno nella valle del Platani. Nuove ricerche », Sicilia antyqua 2 (2005), p. 9-62.

21914.12 – Salemi – Un nouvel article présente à nouveau les données relatives aux campagnes de fouilles 2000-2003 sur le Monte Polizzo (ChronARG [2005] 14.07). On observe en particulier un lien entre les édifices de culte archaïques de plan circulaire et la présence de cornes de cerf, peut-être utilisées dans les rituels qui s’y tenaient.

J. Morris, S. Tusa, « Scavi sull’acropoli di Monte Polizzo, 2000-2003 », Sicilia Archeologica 37 (2004), p. 73-78.

22014.13 – Lilybaeum (Marsala) Soprintendenza ai Beni Culturali e Ambientali di Trapani – Présentation détaillée de la découverte de la statue de Vénus (ChronARG [2005] 14.13), trouvée remployée dans un contexte médiéval. La découverte conduit à penser qu’un sanctuaire de Vénus doit probablement se situer dans les environs.

R. Giglio, « Scavi nel parco archeologico di Lilibeo: il ritrovamento della statua di Venere », Sicilia Archeologica 37 (2004), p. 91-96; E. Caruso, S. Tusa, « Il culto di Afrodite a Lilibeo. Scavi archeologici presso la chiesa di San Giovanni al Boeo e l’antro della Sibilla a Marsala. La scoperta della statua marmorea di Afrodite Callipige », ibid., p. 97-106.

Index géographique (Alexis D’Hautcourt)

221Acarnanie Archontochôri05.02 Lépénou 05.01 Palairos 05.03 Stratos 05.01

222Asie Mineure Bithynie Nicée12.08 CarieCnide12.06 Hyllarima 12.07 Mylasa 12.08 Stratonicée 12.03; 12.07 CilicieEfrenk12.03 Lamos 12.02 Olba 12.03 Commagène Dolichè 12.01 Ionie 02.10 Didymes 12.08 Éphèse 12.08 Magnésie 12.08 Milet 12.03 Myous 12.09 Lycie Neapolis 12.04 Lydie 02.10 Nysa 12.08 Mysie Aizanoi 12.08 Phrygie 04.01 Afyon 12.10 Chryse 12.08 Laodicée 12.08 Pisidie Antioche 12.08 Sagalassos 12.05

223Assyrie 04.01

224Attique Athènes05.14; 13.08

225Béotie Lébadée03.03 Pavlo 03.04 Thèbes 03.01 Thespies 03.02

226Chypre 04.01; 09.02

227Crète 10.00; 12.08 Aptère 10.03 Axos 10.05 Chania 10.02 Dréros 10.20 Gouves 10.19 Gortyne 10.10; 10.13 Haghia Triada 10.08 Hiérapétra 10.28 Ida (grotte) 10.00; 10.06; 10.14 Inatos 10.00 Itanos 10.29 Kamarès (grotte) 10.07 Karphi 10.24 Kato Symi 10.23 Kavousi 10.00; 10.26-27 Knossos 10.00; 10.10; 10.16 Komnos 10.09 Kounavi 10.18 Krousonas 10.14 Lato 10.22 Lebena 10.11 Olonte 10.21 Onithé Goulediana 10.04 Pachlitzani Agriada 10.00 Phaistos 10.10 Praisos 10.29 Prinias 10.13 Pyrgos 10.15 Smari Herakliou 10.17 Tsiskiana 10.01 Tsoutsouros 10.00 Tylissos 10.15 Vrokastro 10.25

228Épire Ambracie 05.04 Chaonie 05.10, 12 Bouthrotos 05.11-2 Çuka e Ajtoit 05.11 Dodone 05.08 Dourouti 05.09 Ioaninna 05.09 Konispol 05.10 Koryntiani 05.07 Monts Acrocérauniens 05.14 Paramythia 05.05 Phanote 05.07 Phoinikè 05.13 Pyrgos Ragiou 05.06 Thesprotie 05.05-06 Thyamis 05.06

229Étolie Arakynthos04.09 Gavalou04.07 Kalydon 04.08-9 Klima 04.09 Thermon 04.06 Trichoneion 04.07

230Eubée 07.12 Aghios Nikolaos03.06 Amarynthos 03.05 Érétrie03.05 Styra 03.06 Zarakes 03.07

231Grande Grèce Camarina13.05 Caulonia 13.01 Crotone 13.02 Herakleia 13.03 Hipponion 13.05; 13.07 Locres 13.05 Medma 13.06 Métaponte 13.04 Paestum 13.09 Petelia 13.05 Poseidonia 13.09 Siris 13.03 Sybaris 13.08 Tarente 13.10 Temesa 13.11 Thourioi 13.05; 13.08

232Îles de l’Égée Astypalaia 09.01 Kos 09.02 Halasarna 09.03 Herakles 09.04 Psalidi 09.04 Nisyros 09.02 Rhodes 09.10 Ialysos 09.09 Kamiros 09.09 Lindos 09.09 nécropoles 09.07 Pylona 09.08 ville 09.05-06 Samos 02.10; 09.09

233Îles ioniennes Corcyre 05.18 Ithaque 05.19

234Illyrie méridionale Apollonia 05.14-16 Dyrrhachion 05.17 Épidamne 05.17

235Locride Thronion 05.14

236Luristan 06.09

237Macédoine Amphipolis07.20 Aphytis07.17; 07.19 Archontiko07.07 Béroia 07.06 Dion 07.09-11 Élimeia 07.06 Kalindoia 07.16 Kallipetra07.03 Kallithéa 07.18 Lefkopetra 07.03Lété07.13 Mieza07.02; 07.04 Mont Athos 07.19 Naousa 07.04 Nea Anchialos 07.12 Oréokastro 07.14 Pella 07.05-06 Phakos 07.06 Philippes 07.21 Polyneri 07.01 Potidaia 07.19 Thessalonique 07.15 Tymphée 07.01 Velvendo 07.06 Vergina 07.08 Via Egnatia 07.21

238Mésopotamie 06.09

239Péloponnèse Achaïe Keryneia 02.17 Lousoi 02.16 Arcadie Phigalie 02.07 Argolide Argos 02.06 Corinthie Cléonées 02.05 Corinthe 02.01 Isthmia 02.02 Keleai 02.04 Némée 02.03 Perachora 05.14 Phlionte 02.04 Élide Élis 02.13 Makistos 02.15 Olympie 02.14; 06.00 Skilloundia 02.15 Laconie 06.09 Akriai 02.10 Amyclées 02.09 Cythère 02.11 Kastraki 02.10 Sparte 02.08 Messénie Messène 02.12

240Phénicie 04.01; 10.09

241Phocide Abai 04.04 Agia Varvara 04.05 Delphes 04.01; 06.00 Élatée 04.03; 06.00 Hyampolis 04.04 Kalapodi 04.04 Keramidia 04.02

242Phthiotide, Thessalie 06.00 Achilleio 06.04 Almyros 06.03 Atrax 06.00 Azoros 06.00 Chyretai 06.00 Doliche 06.00 Elone 06.00 Gonnoi 06.00 Gyrtone 06.00 Halos 06.03 Kallithea 06.05 Kedros 06.08 Keramaria 06.10 Kondaia 06.00 Krannon 06.00 Lamia 06.07 Larissa 06.00 Leimone 06.00 Metropolis 06.12 Mondaia 06.00 Mopsio 06.00 Moschato 06.12 Mylai 06.00 Narthakion 06.06 Oloosson 06.00 Orthi 06.00; 06.08 Pélion (Mont) 06.00 Peuma 06.05 Phalanna 06.00 Pharsale 06.00 Phères 06.02 Philia 06.09 Pythio 06.00 Sykyrio 06.00 Trikka 06.01 Velestino 06.02 Xeroneri 06.11

243Sicile Adrano14.03 Agrigente 14.10 Butera 14.08 Casteltermini 14.11 Catane14.02 Géla 14.08 Grammichele 14.05 Leontinoi 14.06 Lilybaeum 14.13 Polizzello 14.09 Ramacca 14.04 Salemi 14.12 Syracuse 14.02; 14.07 Valverde 14.01

244Syrie 04.01; 12.08 Apamée 09.02 Palmyre 09.02

245Thrace Byzance02.14 Maronée 08.01 Mikri Doxipara 08.02 Zoné 08.02

246Urartu 04.01

Index thématique (Alexis D’Hautcourt)

247acropole : 05.08 Érétrie : 03.05 Gortyne : 10.12 Pella : 07.05 Philippes : 07.21

248agora : 05.04; 06.05; 10.20; 10.22; 10.27; 12.05

249ambre : 14.09

250animaux : cornes cerf : 14.12 chèvre : 10.20 ossements 02.06; 02.14; 14.05 âne : 05.13 boeuf : 02.14 brebis : 02.14 cerf : 14.09 chèvre : 02.14; 05.16; 10.20; 10.27; 14.09 cochon : 02.14; 14.09 gibier : 02.14 mou­ton : 05.16; 14.09 oiseau : 14.09 représentations 10.14; 12.06; 13.01 aigle : 07.10; 07.13; 07.17 bélier : 03.07; 04.04 brebis : 13.04 boeuf : 10.14 cheval : 06.08; 06.12; 07.07; 09.04 chèvre : 10.21 coq : 09.09 scarabée : 03.05 taureau : 09.04; 10.14; 13.08

251armes : bouclier (miniature) : 14.11; 10.14 épée : 09.08 lance : 10.07; voir ex-voto

252association cultuelle : 07.10; 07.21 Asclépia­des : 09.02 Asianoi : 07.13 dionysiaque : 07.21

253atelier : 10.13; 10.17 coroplathe : 07.05

254autel : 02.05; 03.01; 04.04; 05.04; 05.18; 06.02; 06.05; 06.07; 07.03; 07.10; 07.16; 07.20; 09.02; 10.12; 10.22; 13.01; 14.05 cen­dres : 13.05 circulaire : 07.15 en plein air : 04.04

255auteurs anciens : Cicéron : 13.02; Pausanias 02.04; 02.05; 02.03; 02.10; 05.14; 03.01; 03.02; Philikos de Corcyre 13.05; Pline 13.02; Plutarque : 14.09; Théophraste 12.05

256bébé : 09.01

257bijoux : anneau : 08.02 collier : 02.06 diadème 09.08 fibule 05.01; 05.16

258bûcher : 09.07

259Capitole : 07.21

260céramique : alabastre 09.08 amphore : 10.14; 10.27; 13.07 amphore panathénaïque : 07.02 aryballe globulaire : 02.09 assiette : 05.16 bassin : 10.14 bol : 10.14 canthare : 10.14 ‘cooking pot’ : 09.08 coupe : 10.14; 14.01 coupe à boire : 05.14 coupe à fig. n : 02.09 cratère : 02.06; 10.13; 14.09 cratère à fig. r. : 05.16 cruche : 14.01 dinos : 05.14 à fig. n. : 09.10 graffito : 14.06 hydrie : 09.06 jarre : 09.08 kernos : 10.27 kotyle : 02.01; 04.04 kylix : 05.14 kylix à fig. r. : 06.09 lotus : 05.14 lydion : 05.16 miniature : 02.01; 05.14; 14.05; 14.08; 14.10 œnochoé : 02.01 patère : 14.09 phiale : 09.06 pithos : 03.07; 05.16; 14.04 pote­rie sacrifiée : 09.08 pyxides : 02.01; 13.09 rhy­ton : 09.08 skyphos : 02.06; 03.07; 05.14; 13.07 vase à onguent : 13.09 vase-panier : 09.08

261chariot : 04.04

262colonie : 05.17; 13.03-4; 14.06 latine : 13.09 romaine : 07.21

263concours : 02.03; 06.00

264culte : ancêtres : 02.01 autochtone : 13.08 chtho­nien : 14.11 domestique : 07.03; 07.20 fécon­dité : 07.04; 13.08 fertilité : 05.14; 14.05 funé­raire : 02.01; 10.18 guérisseur : 06.00 héros : 02.01; 06.11 impérial : 03.05; 07.16; 07.21; 12.02 parthenos : 13.02 phénicien : 10.09 pro­tection des enfants : 12.06 sources et rivières : 07.04; 07.14; 13.08; 14.01; voir association; rite

265divinités, héros, créatures mythologiques :

266Agamemnon : 02.09

267Aiatos : 06.11

268Alexandra : 02.09

269Amours : 09.02

270Aphrodite : 02.01; 02.07; 05.12; 05.13 (?); 07.03; 07.05; 08.02; 09.05; 10.05; 13.05-6; 14.03

271Apollon : 04.04; 05.04; 06.12; 09.02-3; 09.09; 10.00; 10.10; 10.12; 12.05; 12.08-9 Aleos : 13.02 Daphnephoros : 03.05 Délien : 03.07; 13.04 Delphinios : 10.20 Didymeus : 12.09 Ismenios : 03.01 Karneios : 07.17 Pythien : 10.05; 10.12 Smintheus : 12.08 Thermiteus : 12.09

272divinités, héros… (suite) :

273Aristoménès : 02.12

274Artémis : 02.14; 03.05; 04.04; 05.10 (?); 05.13-4; 05.17; 07.08; 07.13; 07.20-1; 10.09; 10.20-1; 12.08; 14.05 Agrotera : 07.19 Aspalos : 12.04 Bendis : 07.20-1 Ilythie : 07.20 Epikrateia : 05.02 Leukophryene : 12.08 Locheia : 09.01 Lauria : 04.08 Phosphoros : 07.20 Sôteira : 05.14 (?) Tauropolos : 07.20

275Asclépios : 04.07; 06.00-1; 07.02 (?); 07.11; 07.20; 09.02; 09.05; 10.11; 12.05 Epekoos : 12.05

276Athéna : 02.05; 02.15; 07.16; 07.21; 10.05; 10.09; 10.12; 10.17; 10.20; 13.08-9; 14.10 Itonia : 06.09-10 Kameiras : 09.09 Kranaia : 04.03 Krathia : 13.08 Krisoa Oreia : 12.03 Oleria : 10.25 phrygienne : 13.09 Poliouchos : 10.20 Promachos : 13.09 Pronaia : 03.01

277Attis : 07.20; 08.02

278Axios : 07.14

279Baal : 12.08

280Bendis : 07.20-1

281Cassandre (Alexandra) : 02.09

282Cassandre (héros) : 06.06

283Cavalier thrace : 07.21

284Centaure : 03.07; 06.00 Chiron : 06.00

285Coronis : 12.05

286Cybèle : 05.10 (?); 07.03; 07.20 (?); 07.21

287Dea Roma : 07.16; 08.01

288‘déesse-aux-bras-levés’ : 10.00; 10.12

289Déméter : 02.04; 05.09; 05.10 (?); 05.13; 06.03; 07.06; 07.11; 07.13; 13.03-4; 14.02 (?); 14.05; 14.10 Chthonia : 13.05

290Diane : 07.21

291Dionysos : 02.02; 03.05; 05.13; 05.18; 07.05; 07.13; 07.19; 07.21; 08.01; 09.02; 09.05; 12.04; 13.04-6

292Dioscures : 13.10

293Échédoros : 07.14

294Égypte : divinités égyptiennes : 07.13; 07.15; 07.21

295Empereur : 03.05; 07.16; 09.02; 12.02

296Enodia : 07.13

297Érato : 03.02 (?)

298Éros : 05.16; 07.05; 09.02; 14.03

299Eukleia : 07.08

300Europe : 09.02; 14.10

301Gigantomachie : 09.02

302Griffon 10.29

303Hadès : 13.05

304Harpocrate : 07.21

305Hécate : 12.07; 13.05

306Hélène : 13.02

307Héra : 02.04; 05.10 (?); 10.12; 13.02; 13.09; 14.06 Lacinia : 13.02

308Héraclès : 03.01; 07.12; 07.21; 09.02; 13.09

309Hermès : 07.06 Agoraios : 07.06 Chthonios : 06.00 Pronaos : 03.01

310Hyakinthos : 13.10

311Hippocrate : 09.02

312Horus : 07.21

313Ilythie : 03.05; 09.01; 10.00

314Isis : 03.05; 05.15; 07.10; 07.15; 07.21 Orgia : 07.15 Regina : 07.21

315ityphallique 09.02

316Jupiter : 07.21; 13.09 Dolichenus : 12.01 Optimus Maximus : 07.10

317Korè : 05.13; 07.13; 13.09

318Léonimos : 13.02

319Liber Pater : 07.21

320Libera : 07.21

321Maître des animaux : 09.08

322Maron : 08.01

323Melqart : 12.08

324Ménélas : 02.08

325Mère des dieux : 02.10; 07.13

326Mérion : 14.09

327Meteres : 14.09

328Minerve : 07.21; 13.09

329Muse : 03.02 Muses : 09.02

330Néréides : 09.02

331Nisyros : 09.02

332Nymphe : 07.13-4 Nymphes : 04.02; 05.10 (?); 10.12 Échédôrides : 07.12

333Orphée : 09.02

334Palaimon : 02.02

335Pan : 04.02; 05.10 (?); 05.11; 05.13

336Pâris : 09.02

337Perséphone : 05.10 (?); 13.05-6; 14.05; 14.10

338Polyboia : 13.10

339Polybotes : 09.02

340Poséidon : 02.02; 07.04; 07.14; 09.02

341Potnia therôn : 02.09

342Priape : 07.05

343Rhéa : 10.10

344Sarapis : 07.15; 07.21

345Sélénè : 13.05

346Silène : 07.13

347Silvanus : 07.21

348sirène 05.16; 13.02

349sphinge 13.01

350Télesphoros : 07.21

351Tellus : 05.17

352Tychè-Fortuna : 05.15 Epekoos : 05.15

353Ulysse : 14.09

354Vénus : 14.13 Victrix : 08.02 (?)

355Zeus : 02.03; 02.09; 02.14; 07.16; 08.01; 10.09; 10.29; 13.05 Agoraios : 10.20 Akraios : 06.00 Ammon : 07.18-9 Bennios : 12.10 Hypsistos : 03.06 (?); 07.10; 07.13; 10.12 Milichios : 09.06 Olbios : 12.03 Sôter : 02.07; 02.12

356droit : 10.00

357enfant : 12.06; voir bébé

358éponyme, prêtre : 07.20

359ex-voto et mobilier cultuel : 05.15; 10.00; 13.03 aguieus : 05.04 armes : 02.02; 05.01; 05.04; 06.02; 06.09; 14.09 bâton : 04.04 bien hérité : 06.09 broche : 04.04 chaudron : 05.14 couteau : 04.04 dépôt votif : 10.21; 10.26; 13.04-5; 13.10-1; 14.01; 14.03; 14.09 double hache : 06.10 encensoir : 09.08 éten­dard du Luristan : 06.09 feuille de fer : 13.05 fourchette : 04.04 kernos : 10.12; 10.27 lamelle d’or : 07.20 lampe : 06.02; 14.05 louterion : 14.05 masque : 09.09 (?) modèle de cabane : 14.11 modèle de maison : 10.12 pied votif miniature : 12.05 pinakes : 13.05 plaque : 02.09; 05.04; 07.04; 07.10; 10.27; 12.01 relief : 12.03 sceau-cylindre : 06.09 sceptre : 04.04 table d’offrande : 10.27 table sacrificielle : 10.20 thymiaterion : 07.03; 07.05 torche : 09.08 trépied : 13.09 vase cultuel : 07.03; voir armes, autel, bijoux, céramique, figurine, sanctuaire (architecture et structures), statue, statuette

360faïence : 09.08

361femme enceinte : 10.00

362fête : Rosalia 07.21; voir cérémonie, concours, procession, rite

363figurines : 02.06; 02.09; 02.17; 05.04; 05.14; 05.16-8; 06.02; 07.03; 07.05; 07.07-8; 09.04; 10.14; 10.21; 13.10 figurines couchées : 13.06 avec polos : 05.06; 05.10; voir animaux, statue

364forteresse : 03.06 fortin : 10.21

365forum : 07.09

366fresque : 07.09

367iconographie : alabastre : 05.11 bouclier : 06.06 bucrane : 07.10; 09.08 chiton : 05.13 déesse orientale : 07.07 foudre : 07.10 hermès : 06.00 himation : 06.06; 07.10 lagobolon : 05.11 naïskos : 05.14 nébride : 05.13 obèse : 07.07 œnochoé : 13.04 kanoun : 13.04 oiseau : 06.06 organes génitaux masculins : 07.04; 08.02 oreilles : 05.15 sceptre : 07.10 raisins : 08.02 sirène 05.16 tambourin : 07.03 torche : 05.14; voir animaux

368instrument de musique : cithare : 03.02 (?) lyre (?) 03.02; voir iconographie

369ivoire : 03.05; 04.01; 10.00; 14.09

370monnaie : 05.13; 07.17; 10.06; 13.08 monnayage : 07.13

371mosaïque : 05.15; 07.09-10; 07.14; 09.02

372nécropole : 02.13; 05.13; 09.07-8; 12.07; 13.05; voir tombe

373noms de personnes : Caracalla : 12.01 Galère : 07.15 Pélanidas d’Égine : 02.14 Phidias : 03.01; 09.09 Pythagore : 13.02; 13.04 Skopas : 03.01 Tétrarchie : 07.15 Théodose : 02.03; 10.12 Trajan : 07.16 Vespasien : 12.02 Zeuxis : 13.02; voir auteurs anciens; culte impérial

374offrande : 04.01; 04.04; 05.02 alimentaire : 09.08 ; 10.14 bouclier : 10.14 voir ex-voto

375orphisme : 13.04-5

376palais : 10.10

377parfum : 09.08

378Perses : 04.03

379poids : 03.07

380prêtre : 07.20

381procession : 05.15

382relief rupestre : 07.21

383rite : banquet : 07.02; 10.20; 10.28; 13.06; 13.11 commémoration des morts : 02.01 consommation du vin : 05.14 funéraire : 02.13; 05.13; 05.16; 09.08; 13.10 initiation : 13.02 libation : 04.04; 09.08; 14.09 mariage : 09.02; 13.11 maternité 13.11 offrande de coupe à vin : 05.14 de passage : 13.11 péplophorie : 13.05 phylobolia : 13.05 prénuptial : 13.06 purifica­tion : 14.05 repas rituel : 04.04; 10.14; 13.09; 14.04 (?); 14.05; 14.09; 14.11 repas sacrificiel : 06.02 symposium : 13.06 trans­formation d’anciennes tombes : 10.00 travestissement : 09.02 vase renversé : 14.11; voir sacrifice

384sacrifice : 02.06 (?); 02.14; 03.05; 05.04 (?); 05.14; 06.02; 10.00; 10.20; 14.02 poterie sacrifiée 09.08; 10.13; voir animaux

385sanctuaire, événements : abandon : 02.03; 13.09 destruction : 04.03-4; 07.01; 07.18; 10.17; 14.10 monumentalisation : 02.10 rénovation : 04.03 réoccupation : 10.00; 10.11 réutilisation : 10.08; 10.27 rupture : 10.00; 10.16 stabilité : 10.00

386sanctuaire, architecture et structures : acro­tère : 02.10; 06.12 antéfixe : 02.10 banc : 07.16 banquette : 09.03 base : 02.10 base à offrandes : 02.05; 09.03 bassin d’eau : 07.10 en bois : 02.16 bois sacré : 10.16 bothros : 05.04; 06.07; 09.03 brique crue : 02.16 canalisation : 13.07 cella : 02.16-17; 04.04; 05.14; 07.03; 07.10; 10.13 cellier : 07.08 chapelle : 13.09; 14.09 chapiteau : 02.10; 04.04; 12.03 colonnade : 07.10 colonne : 02.10; 03.01; 05.05; 07.09; 12.03; 14.08 corinthien : 12.03 cour : 04.04 cuisine : 10.28 dalles : 02.05; 10.17 dépôt : 02.06 distyle : 02.15; 02.17 dorique : 02.10; 02.15; 02.17; 03.01; 04.04; 05.05; 05.14; 07.01; 07.09; 13.01 entrepôt de céréales : 07.11 épistyle : 13.01 eschara : 10.13 escalier : 04.04; 06.07; 12.08 fosse : 10.27 fosse de décharge : 05.14 four : 07.18; 10.28; 14.04 foyer : 07.20; 09.06; 10.00 frise : 05.05 fon­taine : 10.12 fronton : 05.18; 06.12; 12.08 grotte : 04.02; 05.10; 06.00; 06.04; 10.00; 10.06-7; 10.19 hexastyle : 02.15 hypèthre : 02.01; 02.06; 10.23 in antis : 02.15; 02.17; 12.03 ionique : 10.12 isodomique : 14.10 klinai : 07.02 krepis : 05.14; 10.04 latrine : 07.11 naïskos : 13.07 opisthodome : 02.15; 04.03; 07.03; 10.17 orthostate : 05.05 péri­bole : 02.01; 02.11; 10.23; 13.01-2 péri­ptère : 02.15-16 peristasis : 02.16; 04.04 péri­style : 02.17; 07.02 pilier hermaïque : 07.03; 07.19; 09.02 podium : 10.25 appareil poly­gonal : 14.08 pronaos : 02.15; 02.17; 10.13; 10.22 propylées : 13.02 prostyle : 12.02 puits : 04.04; 10.14; 13.10 sèkos : 10.22 stoa : 07.01; 07.11; 07.18 stylo­bate : 03.01; 04.04; 05.14; 07.11 table d’of­frande : 10.27 temenos : 03.01-2; 04.04-5; 12.01; 13.03 terre cuite architecturale : 03.01; 05.01; 14.02 tétrastyle : 05.12 théâtre : 10.12; 12.09 thermes : 07.18 tholos : 10.08 trapeza : 10.17 tuile : 02.07; 02.10; 03.06; 04.02; 04.09; 05.04; 06.11-2; 14.11; voir ex-voto et mobilier cultuel

387sanctuaire, types : andreion : 10.27 Asclépieion : 06.01; 09.05 Athénaion : 13.09 cénotaphe : 06.06 chôra : 10.10 à ciel ouvert : 10.00 civi­que : 02.07 extra-urbain : 05.13; 05.17; 10.00 fédéral : 06.09 Héraion : 13.02 herôon : 02.12; 03.01; 03.05; 06.06; 10.03; 10.26 (?); 10.27 interrégional : 10.00 manteion : 03.03 Ménélaion : 02.08 de montagne : 03.06 nymphée : 10.12; 12.05 Palaimonion : 02.02 pancrétois : 10.06 Perséphoneion : 14.10 en plein air : 07.20; 10.14 poliade : 13.02 Pompeion : 05.15 provisoire : 04.04 Pythion : 10.12 rural : 10.00; 10.14; 10.26 Sébasteion : 03.05 sub-urbain : 10.00 Thesmophorion : 13.05 urbain : 10.00

388spolia : 12.01

389statue : 02.14; 03.02; 05.03; 05.17; 06.08; 06.12; 07.03; 07.09; 07.16; 12.05-6; 14.02; 14.05 cils : 09.09 cuirassée : 07.16 de culte : 04.03; 07.10; 10.00; 10.20; 12.09 kouros : 06.09 votive : 06.03 (?); 06.06

390statuette : 02.04; 02.10-11; 03.05; 05.02; 05.11; 07.20; 12.08; 13.04; 14.02; 14.08 moule : 07.05 protomé : 05.10; 05.17; 07.05; 07.13; 10.21; 14.10 tanagra : 05.10

391stèle : 02.01; 03.04; 05.14; 06.00

392textile : 09.07 bandeau : 09.08 linceul : 09.08; voir iconographie

393thiase dionysiaque : 09.02

394tombe : 02.01; 08.02 à ciste : 05.07 hypogée : 10.03 ostéothèque : 09.07 réoccupation : 10.00 tumulus : 05.16; voir nécropole

395verre : 05.14

396village : 10.10

397vœu : 07.04; voir ex-voto

Haut de page

Notes

* Cette chronique fait suite à celle parue dans Kernos 17 (2004), p. 268-277 [citée ChronARG (2004)]; elle dépouille donc, en général, les publications parues entre 2004 et 2006 inclus. Ce regroupement est en grande partie dû à l’interruption de la publication des rapports de fouille du Service archéologique grec, disponible dans l’AD et dont le dernier volume publié concerne les travaux de 1998 (paru en 2004). La revue Kritiki Estia qui en 2002 avait fourni des rapports intéressants n’a pas poursuivi cet effort dans les deux volumes qui ont suivi. La « Chronique archéologique » du BCH s’est elle-même momentanément arrêtée aux travaux de 2002-2003 (BCH 127 [2003]) dont nous avions déjà largement rendu compte dans ChronARG (2004).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Chronique archéologique de la religion grecque (ChronARG) », Kernos [En ligne], 20 | 2007, mis en ligne le 24 mai 2011, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://kernos.revues.org/203

Haut de page

Droits d’auteur

Kernos

Haut de page
  • Logo Suppléments de Kernos – Revue internationale et pluridisciplinaire de religion grecque antique
  • Logo Université de Liège
  • Revues.org