Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des livres
1. Comptes rendus et notices bibliographiques

Denis Knoepfler, La Patrie de Narcisse. Un héros mythique enraciné dans le sol et dans l’histoire d’une cité grecque

Vinciane Pirenne-Delforge
p. 343-345
Référence(s) :

Denis Knoepfler, La Patrie de Narcisse. Un héros mythique enraciné dans le sol et dans l’histoire d’une cité grecque, Paris, Odile Jacob, 2010. 1 vol. 14,5 × 22 cm, 238 p. (Collège de France). ISBN : 978-2-7381-2500-2.

Texte intégral

1La relative discrétion de la figure de Narcisse dans les sources anciennes n’a d’égal que l’efflorescence de sa postérité, élégamment convoquée dans l’introduction de cet ouvrage qui se lit d’une traite, (presque) comme un roman. Il faut dire que la remarquable érudition de l’A., qui n’est jamais pesante, s’est mise au service d’une enquête dont la progression est aussi passionnante que le résultat est fragile. De quoi s’agit-il ? À l’origine de cette investigation savante se trouvent une inscription mise au jour à Érétrie, en Eubée, à l’automne 1973, une autre inscription mise au jour sur l’acropole de cette même cité en 1975, et un passage de Strabon. L’inscription de 1973 est une base chorégique malheureusement amputée de sa partie droite, dont la première ligne évoque l’identité du chorège, la troisième ligne, un joueur d’aulos, tandis que la ligne médiane porte les lettres ναρκιττ…, que l’inscription de 1975, un autre monument chorégique, permet d’interpréter comme le nom Narkittis. Ce sont les premières attestations du nom de l’une des six tribus d’Érétrie, tribus qui étaient étroitement associées, comme à Athènes, à l’instauration du système démocratique vers 500. La tribu Mèkistis, seule connue avant la Narkittis, devait renvoyer à un héros local Mèkistos, et l’A. avait naguère fait l’hypo­thèse qu’une autre des tribus érétriennes était patronnée par le héros Orion. Trois jeunes héros auraient ainsi été choisis comme éponymes à Érétrie – on ignore qui étaient les trois autres, en dépit des efforts de l’A. pour les exhumer des sources –, alors qu’Athènes avait plutôt choisi des hommes mûrs, voire des rois. Le passage de Strabon (IX, 2, 10) est une description des curiosités de la région d’Oropos évoquant une localité appelée Graia, le sanctuaire d’Amphia­raos et « le tombeau de l’Érétrien Narcisse, appelé Tombeau du Silencieux, parce qu’on fait silence en passant devant lui » (p. 75). En excellent connaisseur de l’Eubée et de sa façade continentale, du côté béotien, l’A. fait l’hypothèse que ce tombeau de Narcisse était une fondation érétrienne archaïque, au bord de l’Asopos, en cette sorte de pérée de la métropole eubéenne qu’aurait été l’Oropie en ce temps-là. Le monument de Narcisse aurait été visible au moins jusqu’à la haute époque hellénistique. En revanche, du temps de Pausanias, qui n’en souffle mot, il avait probablement disparu. Ce faisceau d’élément laisse entendre que Narcisse était un héros érétrien, dont le souvenir des origines aurait progressivement disparu pour laisser la place au Narcisse de Béotie, dont Ovide a raconté les malheurs dans ses Métamorphoses et dont Pausanias a vu la fontaine à Thespies. La figure mythique aurait ainsi voyagé en Béotie au départ de l’Oropie. L’enquête fait dès lors remonter de près d’un demi-millénaire la date d’apparition de la figure du héros dont aucune source ne fait état avant l’œuvre d’Ovide.  C’est sur ce constat que s’achève le quatrième chapitre du livre et, jusqu’à ce point, on adhère au résultat de l’enquête, tout en s’interrogeant ponctuellement sur des expres­sions problématiques qui surgissent sous cette plume alerte : à la page 113, Narcisse devient « divinité natio­nale » des Érétriens et à la page 124, il est compté au nombre « des divinités … qui ‘possèdent le territoire de la cité’ ». Et c’est exactement ce dont il s’agit dans les trois derniers chapitres (chap. 5 à 7), où l’historien de la religion grecque est saisi d’un vertige toujours plus vif.

2Au chapitre 5, l’A. exhume une très intéressante notice d’un commentaire aux Bucoliques de Virgile. Le narcisse, la fleur, tirerait son nom « de Narcissus fils d’Amarynthus, qui fut un Érétrien originaire de l’île d’Eubée ». Ce point vient confirmer les résultats de l’enquête épigra­phique et géographique des chapitres 3 et 4. Or, selon Stéphane de Byzance, Amarynthos (éponyme de la ville) aurait été chasseur d’Artémis, ce qui n’est pas sans rappeler l’image de Narcisse lui-même transmise par Ovide : c’est dans son activité de chasseur que les Nymphes des montagnes, dont Écho, s’éprennent du bel adolescent. Qu’un lien particulier ait pu associer Narcisse à Artémis est plausible et répond au motif mythique de ces adolescents que la mort fige à jamais dans l’éternité de leur jeunesse comme Hippolyte ou Actéon. Un saut qualitatif dans l’argumentation est toutefois effectué quand, après avoir souligné les liens rituels entre la déesse d’Amarynthos et l’éphébie, l’A. écrit : « On est ainsi fondé à penser que Narkittos l’Érétrien, en tant que héros honoré par l’ensemble de la communauté civique, était, lors des Artemisia, associé de près à ce rituel [offrande de chevelure] » (p. 142). Juste après, la progres­sion de l’argument est plus fulgurante encore : Narcisse devient un double de Hyakinthos (et le chapitre 6 s’attachera à le démontrer en détail) qu’il faut honorer comme il convient, « c’est-à-dire comme une divinité de la nature, aussi puissante que redoutable ». Il ne reste plus qu’à tenter de saisir ce héros « dans ce qui faisait sa nature profonde et son essence divine » et ouvrir à cette fin « encore quelques serrures » (p. 143). L’une des clés est archéologique et concerne l’identification, controversée, du site du sanctuaire de l’Artémis Amarynthia. Si l’on suit volontiers l’A. dans sa démonstration minutieuse en faveur d’une localisation dans la région de Paléoekklisies, on se désolidarise en lisant que, sur la base d’une des notules thébai­nes en Linéaire B qui mentionne Amarynthos (mais pas Narcisse !), ce dernier « doit ainsi avoir été une figure emblématique de l’aire thébano-érétrienne à l’âge du Bronze finissant » (p. 155). Ce n’est plus un demi-millénaire qui nous sépare d’Ovide, mais un millénaire entier. Les deux derniers chapitres proposent une autre clé : la comparaison avec le Hyakinthos spartiate. Ces développements, bien informés, n’en restent pas moins spéculatifs et, en dépit de la séduction dont se pare une reconstitution brillante, l’historienne de la religion grecque que je suis ne peut que rester sceptique devant une quête des origines qui use d’une méthode associative évoquant d’éminents travaux du xixe s. dont les auteurs ont déployé une érudition admirable, mais dont les conclusions sont aujourd’hui très controversées. Comme l’A. l’écrit lui-même au terme du parcours (p. 214) : « Les conclusions auxquelles nous avons abouti comportent, bien entendu, une part d’incertitude, qui va même s’accroissant, comme il est naturel, au fur et à mesure que l’on remonte plus haut dans le temps. » On ne peut qu’appeler de ses vœux la découverte d’une inscription attestant l’exis­tence de Narkittia (p. 178), à l’instar des Hyakinthia de Sparte, qui donnerait une indication positive en faveur de la recons­truction ainsi opérée. Pourtant, une telle trouvaille – n’en déplaise au dieu des épigraphistes de la page 108… – laisserait toujours dans l’ombre la complexité de fêtes et de rituels dont aucune trace d’étiologie ou de contenu n’a été conservée. Le paradigme de la fertilité/fécondité est ici assumé dans toutes ses implications (mort prématurée, renaissance miraculeuse au printemps suivant, comme les bulbes du narcisse et de l’hyacinthe [p. 217]), mâtiné du paradigme sociologique des « rites de passage », le tout décliné sous la forme évolutive d’une fête de la belle saison qui, avec la formation de la cité, assume l’intégration des jeunes gens dans le corps civique. Posons le problème par l’absurde : que n’aurait-on pu écrire sur l’Érechthée athénien si l’on n’avait conservé que le nom de la tribu qu’il patronnait et les fragments de la tragédie éponyme d’Euripide, sans aucun autre témoignage sur la richesse des traditions mythiques et des rituels de la cité ?

3L’exposé est dépourvu de notes, mais des indications bibliographiques très fournies et argumentées sont rassemblées à la fin de chaque chapitre. Le livre se referme sur un appendice qui publie et étudie les monuments chorégiques au cœur de l’enquête.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vinciane Pirenne-Delforge, « Denis Knoepfler, La Patrie de Narcisse. Un héros mythique enraciné dans le sol et dans l’histoire d’une cité grecque », Kernos, 24 | 2011, 343-345.

Référence électronique

Vinciane Pirenne-Delforge, « Denis Knoepfler, La Patrie de Narcisse. Un héros mythique enraciné dans le sol et dans l’histoire d’une cité grecque », Kernos [En ligne], 24 | 2011, mis en ligne le 17 octobre 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://kernos.revues.org/1976

Haut de page

Auteur

Vinciane Pirenne-Delforge

F.R.S.-FNRS – Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Kernos

Haut de page
  • Logo Suppléments de Kernos – Revue internationale et pluridisciplinaire de religion grecque antique
  • Logo Université de Liège
  • Revues.org