Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des livres
1. Comptes rendus et notices bibliographiques

Iphigéneia Leventi, Christina Mitsopoulou (éds), Ιερά και λατρείες της Δήμητρας στον αρχαίο ελληνικό κόσμο

Stéphanie Paul
p. 329-330
Référence(s) :

Iphigéneia Leventi, Christina Mitsopoulou (éds), Ιερά και λατρείες της Δήμητρας στον αρχαίο ελληνικό κόσμο. Πρακτικά Επιστημονικού Συμποσίου, Πανεπιστήμιο Θεσσαλίας, Τμήμα Ιστορίας, Αρχαιολογίας και Κοινωνικής Ανθρωπολογίας, Βόλος, 4-5 Ιουνίου 2005, Volos, 2010. 1 vol. 17 × 24 cm, 304 p. ISBN : 978-960-89078-6-7.

Texte intégral

1Ce volume reprend les actes d’un colloque tenu en 2005 à l’Université de Thessalie et consacré aux sanctuaires et cultes de Déméter dans le monde grec antique. Ce thème en appa­rence très large est orienté, comme l’annoncent les deux éditrices, vers trois axes principaux (p. ix) : (1) les nouvelles découvertes concernant les sanctuaires de Déméter, (2) les nouveaux témoignages sur Éleusis et (3) la diffusion des cultes à mystères éleusiniens dans le reste du monde grec. L’ouvrage, qui vise à établir un dialogue entre le matériel nouvellement découvert et les témoignages plus anciens et mieux connus (p. x), adopte par conséquent une orientation très archéologique.

2Les deux premières contributions examinent ou réexaminent certains témoignages liés à Éleusis. K. Clinton (The Eleusinian Aparche in Practice: 329/8 B.C.) reconstitue en détail l’organisation et le déroulement de l’offrande des prémices aux deux déesses d’Éleusis dans l’année 329/8. Il se fonde pour ce faire sur un examen attentif de deux documents : l’inscription des comptes de l’année (IG II² 1672) et le décret bien connu sur les prémices (IG I³ 78), daté d’environ un siècle auparavant, qui réglemente l’organisation de la collecte des céréales, ainsi que l’offrande de sacrifices à diverses divinités et de dédicaces sur l’argent de la vente. M. Tiverios (Ἀρτεμις, Διόνυσος και ελευσινιακές θεότητες) étudie une série de vases attiques, pour la plupart ustensiles de culte provenant d’Éleusis, parmi lesquels se trouve un encensoir à figures noires daté du vie s. av. J.-C., découvert dans le Télesterion, et figurant une procession menée par Dionysos, suivi de trois déesses portant une torche, Déméter, Artémis et Korè. Il reconnaît dans ces images l’illustration d’une tradition d’origine égyptienne, relayée notamment par Eschyle, selon laquelle Artémis serait la fille de Déméter et de Dionysos.

3Quelques articles ont pour thème la diffusion ou l’influence des mystères éleusiniens dans le monde grec. Ainsi, Chr. Mitsopoulou (Το ιερό της Δήμητρας στην Κύθνο και η μίσθωση του ελευσινιακού τεμένους) présente le sanctuaire attribué à Déméter sur l’acropole de Kythnos, île des Cyclades, et en détaille le matériel votif, parmi lequel la présence de vases éleusiniens, dits kernoi ou plemochoai, est particulièrement intéressante. La possession d’un temenos à Kythnos par le sanctuaire éleusinien, attestée par l’épigraphie, témoigne des relations entre l’île et Éleusis. I. Leventi (Η ελευσινιακή λατρεία στην περιφέρεια του ελληνικού κόσμου: το αναθηματικό ανάγλυφο από το Παντικάπαιο) propose une étude iconographique d’un relief votif, découvert en 1854 à Panticapée (Kerch, Ukraine), daté de la fin du premier quart du ive s. av. J.-C., et figurant une scène rituelle à caractère initiatique. Le relief, qui serait d’origine attique, représente les deux déesses Déméter et Korè à gauche de la scène, vers lesquelles se dirigent, avec des torches dans les mains, trois mortels, comme l’indique l’échelle réduite selon laquelle ils sont figurés. Le pre­mier, un homme barbu, interprété par I.L. comme un officiel appartenant au culte éleusinien, est suivi de deux enfants, un garçon et une fille, que l’A. assimile aux παίδες ἐφ᾿ ἑστίας. Une figure identifiée à Héraclès, appuyé sur sa massue, ferme la procession à droite du relief. L. Gawlinski (Andania: The Messenian Eleusis)reprend le dossier déjà beaucoup traité des mystères d’Andanie, en vue d’établir des points de comparaison avec les mystères d’Éleusis dans l’organisation et le déroulement des rites, même si l’A. reconnaît que les caractéristiques mises en évidence sont communes à bon nombre de cultes à mystères. L.G. met encore en parallèle l’instrumentalisation des deux célébrations par les deux cités sous la responsabilité desquelles elles étaient placées, respectivement Messène et Athènes, afin d’augmenter leur prestige.

4Les quatre contributions suivantes offrent un parcours de différents sanctuaires consacrés à Déméter dans le reste du monde grec, et qui ont été l’objet de fouilles récentes. N. Bookidis (The Sanctuary of Demeter and Kore at Corinth: A Review and an Update), résume la description de l’agencement du sanctuaire de Déméter et Korè à Corinthe, et évoque quelques découvertes ayant eu lieu après la publication des fouilles en 1997. L’équipe a procédé à l’analyse des restes de nourriture découverts dans les salles de banquet, qui nous informent sur la nature des repas rituels et sur la période de l’année où ils prenaient place. La découverte en grand nombre d’autres de ces salles pose la question de savoir si elles étaient attachées au seul sanctuaire ou si elles servaient également pour la célébration des cultes environnants. M. Petropoulos (Η λατρεία της Δήμητρας στην Αχαΐα) offre un parcours des cultes de Déméter en Achaïe, où la déesse était notamment qualifiée de Panachaia, ce qui montre son importance dans cette région. À Antheia, près de Patras, un sanctuaire mis au jour récemment est identifié, d’après les nombreux vases à boire (ποτήρια) qui y ont été retrouvés, comme ayant été consacré à Déméter Potériophoros, dont le culte est mentionné par Athénée. A. Batziou Eustathiou (Λατρείες Δήμητρας και Κόρης στη Δημητριάδα) présente les données archéologiques, nouvelles et anciennes, concernant le culte de Déméter et Korè à Démétrias en Thessalie. Après la description du Thesmophorion, du matériel votif qui y a été retrouvé et le commentaire de divinités qui pourraient avoir été associées au culte des deux déesses, l’A. consacre une étude au sanctuaire de Pasikrata dans la nécropole sud de la cité et examine les hypothèses de l’identification de cette épiclèse avec Perséphone ou Aphrodite. S. Pingliatoglou (Το ιερό της Δήμητρος στον Δίον) présente l’agencement du sanctuaire de Déméter à Dion en Macédoine et offre un commentaire du culte qui y était pratiqué. Sur ce culte, aucune source écrite ne nous est parvenue et notre connaissance repose donc exclusivement sur les données archéologiques. L’A. note notamment la présence de l’eau et le caractère double du sanctuaire, qui comportait deux temples, peut-être consacrés à Déméter et Korè. Enfin, P. Triantafyllidis (Κυλινδρικοί επιτύμβιοι βωμοί με διακόσμηση σταχυών και κωδιών μηκώνων από τα Δωδεκάνησα) étudie une série de quatre autels cylindriques funéraires, provenant du Dodécanèse, ornés de décorations d’épis de blé et de têtes de pavots, et les met en relation avec le culte de Démé­ter. L’ouvrage a encore l’avantage de proposer des indices très complets (locorum, topographique, des termes religieux, prosopographique et général).

5Malgré des axes de recherches et des objectifs clairement définis par les éditeurs, l’ouvrage n’échappe pas totalement à une certaine hétérogénéité, due à l’ampleur du cadre géographique et thématique, et à l’absence de conclusions générales. Toutefois, la présentation de nouvelles données archéologiques qu’il offre s’avérera bien utile aux lecteurs s’intéressant de près au culte de Déméter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Paul, « Iphigéneia Leventi, Christina Mitsopoulou (éds), Ιερά και λατρείες της Δήμητρας στον αρχαίο ελληνικό κόσμο », Kernos [En ligne], 24 | 2011, mis en ligne le 11 janvier 2014, consulté le 28 novembre 2014. URL : http://kernos.revues.org/1956

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page