Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Claude Calame, Sentiers transversaux. Entre poétiques grecques et politiques contemporaines

Vinciane Pirenne-Delforge
p. 343-344
Référence(s) :

Claude Calame, Sentiers transversaux. Entre poétiques grecques et politiques contemporaines, études réunies par David Bouvier, Martin Steinrück et Pierre Voelke, Grenoble, Jérôme Millon, 2008. 1 vol. 15,5 23,5 cm, 332 p. (coll. Horos). ISBN : 978-2-84137-239-3.

Texte intégral

1Lorsque Claude Calame a quitté sa chaire de langue et littérature grecques à Lausanne pour devenir directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris, quelques élèves et collègues ont décidé de mettre au point une sorte de vision synthétique du chemin parcouru en republiant, sous le titre bien choisi de Sentiers transversaux, une palette de 15 articles significatifs de ce parcours et qui n’avaient encore fait l’objet d’aucune réédi­tion. Dans un avant-propos, les trois éditeurs du volume en expliquent l’intention et la mise en œuvre, tandis qu’une note de Cl. Calame lui fait suite, en donnant un ton davantage personnel à la mise en contexte du livre.

2Les différentes parties de l’ouvrage sont de belles illustrations des intérêts diversifiés de l’A. La première s’intitule « Catégories anthropologiques et poétiques ». Elle reprend un long entretien, paru dans les Cahiers de la Torpille en 1999, qui concerne la parution alors récente de deux des maîtres-ouvrages que sont Thésée et l’imaginaire athénien et Mythe et histoire dans l’Antiquité grecque. Les deux articles suivants ont tous deux été publiés dans Kernos, le premier en 1991, sur les notions de « mythe » et de « rite », et le second dans le volume anniversaire des dix ans de la revue, en 1997, sur L’Hymne homérique à Déméter. Qu’il me soit permis de souligner ici combien la confiance et la générosité alors témoignées à une revue scientifique naissante par un chercheur comme Claude Calame n’a pas peu contribué à sa réussite progressive. Le troisième article de cette partie se concentre sur la question des genres littéraires, et surtout de la mal nommée « lyrique », dont l’A. est un des meilleurs spécialistes et farouche adversaire de la dénomination en question !

3Le lecteur qu’intéressent les questions religieuses et l’interrogation sur les récits mythiques trouvera également dans la deuxième partie un éventail de contributions importantes, sous le titre générique de « Légendes, cultes et formes poétiques ». On y trouve une étude des « Figures grecques du gigantesque », une analyse de l’arrière-plan complexe du pro­cessus qui a conduit à l’héroïsation d’Hésiode, au départ d’un minutieux décodage de la visite de l’Hélicon par Pausanias, et la version française d’un article paru initialement en italien dans la monumentale entreprise de S. Settis intitulée I Greci. Storia, cultura, arte, società. Il s’agit d’une étude importante qui place la fête grecque dans le cadre choral dont elle est indissociable et souligne ses modes d’expression récurrents, au-delà des particularités locales qui peuvent se manifester dans son organisation. La poésie énoncée dans un tel cadre est un acte rituel, comme le montre en particulier la mise en contexte de poèmes de Pindare, des proèmes des hymnes homériques et de chants du symposium.

4La 3e partie de l’ouvrage illustre les intérêts pour la sémiotique, qui remontent au passage de l’A. par Urbino, au centre de recherche en ce domaine, alors animé par Bruno Gentili. Sous l’intitulé « Énonciation et discours », elle regroupe une étude intitulée « Pour une sémiotique de l’énonciation : discours et sujet », un important article où l’A. mettait très tôt en doute l’attribution des tablettes d’or trouvées dans des tombes à un courant « orphique », un essai intitulé « Quand dire c’est faire voir : l’évidence dans la rhétorique ancienne », et un autre sur « Rythme, voix et mémoire de l’écriture en Grèce classique ».

5La dernière partie, justement nommée « Regards politiques », sort de la Grèce comme terrain anthropologique pour se concentrer sur les dangers courus par les sciences de l’Anti­quité face à une idéologie néo-libérale et une « culture de supermarché » galopantes. On y voit aussi dénoncés les problèmes posés par un regard occidental – et plus particulièrement « touristique » – porté sur une danse traditionnelle de la culture balinaise, tout autant que les distorsions introduites par les effets énonciatifs du genre de l’auteur d’une monographie ethnographique. Le dernier article est celui du militant qui dénonce les effets textuels per­vers du cadre policier, administratif et juridique qui accueille les demandes d’asile en Suisse. Cette dimension de la démarche critique de Cl. Calame, sans doute moins connue de ses lecteurs philologues ou historiens, montre un chercheur présent sur le terrain politique et qui met les instruments de sa réflexion scientifique au service de son engagement citoyen.

6Le volume se referme sur la bibliographie complète de Claude Calame présentée par ordre chronologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vinciane Pirenne-Delforge, « Claude Calame, Sentiers transversaux. Entre poétiques grecques et politiques contemporaines », Kernos [En ligne], 22 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 22 octobre 2014. URL : http://kernos.revues.org/1830

Haut de page

Auteur

Vinciane Pirenne-Delforge

F.R.S.-FNRS – Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page