Navigation – Plan du site
Études

Bijou à la mer !

Pierre Somville

Résumés

Si le bijou de Minos (bague ou bracelet) provoque le plongeon probatoire du jeune Thésée (Bacchylide, Ode 17), la bague-cachet à pierre verte de Polycrate (Hdt., III, 40,2 – 43, 1) est l’objet, pour sa part, d’une bien paradoxale ordalie. Apparaissent en filigrane, bien que sans référence thalassale, le manteau de Syloson et la bague de Gygès.

Haut de page

Texte intégral

à la mémoire de Jules Labarbe,
qui souvent « méditait quelques grands textes »…

1Jeter un bijou à la mer pour s’en débarrasser est aussi une manière de pro­voquer le sort. Dans l’un et l’autre sens. On se rappelle le mythique roi de Thulé qui regarde s’engloutir la coupe dont il vient de se défaire en prononçant un pathétique déni, mais aussi les symboliques épousailles du doge de Venise avec la mer, qui se voudront promesse de fécondité, économique et politique, pour la cité tout entière. Ainsi l’objet, hautement transitionnel, se voit chargé de vœux ou d’incurable désespérance.

2On connaît, dans la Grèce archaïque, deux exemples de ce geste, qui dépas­sent la banale morphologie du conte et nous entraînent vers les abîmes, appa­remment insondables, du hasard ou de la foi. Si ses eaux sont « les plus souillées et les plus pures », comme le dit Héraclite, la mer infinie est aussi la plus stérile et la plus prolifique. Stérile, car comme le chante Homère, « on n’y peut rien vendanger », elle est ἀτρύγετος, mais prolifique, en ce qu’elle contient de quoi nourrir l’homme, de quoi le faire rêver, de quoi lui permettre de se déplacer et de décorer, enfin, le flanc de ses vases. De fait, à l’infini.

3Examinons ces deux passages et tâchons d’en faire voir toute la richesse allusive. D’abord, l’ode XVII de Bacchylide. C’est un dithyrambe, le troisième du recueil alexandrin supposé. Son titre proposé est double : ἠΐθεοι ἢ Θησεύς « les jeunes gens » ou « Thésé ». C’est le futur héros athénien qui en est, en effet, le principal protagoniste. En route vers la Crète, escortant en compagnie du roi Minos la théorie des sept jeunes hommes et des sept jeunes filles, c’est lui qui est au centre du scénario que l’on connaît. Séduit par la beauté d’Eriboia, celle « dont le cri porte au loin », le roi de Crète jette la main sur elle; il lui touche, sans doute par un bel euphémisme, les « joues blanches ». À son cri, Thésée s’interpose, tance vertement le suzerain pour son insupportable audace et cherche à tirer un argument – bien grec – de la filiation patrilinéaire et divine dont ils se réclament l’un et l’autre. Si tu es fils de Zeus, moi je le suis de Poséidon. Piqué au vif, Minos réclame de son père un signe d’indiscutable approbation et incite Thésée, non sans quelque ironie, à faire de même : il jette à la mer le bijou d’or qui lui orne la main (ou le bras ?) enjoignant au héros de le lui ramener. Un éclair zèbre le ciel et Thésée, debout sur le tillac, plonge sans retard, tandis que le bateau continue de filer sous le vent. Porté par les dauphins, le héros est reçu sous l’eau par les Néréides et Amphitrite, l’épouse du dieu, qui le pare d’un manteau et d’une couronne. Peu après, Thésée surgit des eaux à hauteur de la poupe, accueilli par le désarroi de Minos, le « youyou » des filles et le péan « délien » qu’entonnent les garçons…

4Or, du bijou, il n’est plus question. La Moïra, sans doute, en a décidé autre­ment. Il ne fut que l’occasion de cette épreuve d’ordalie par plongeon, imposée à Thésée en posture d’impétrant. Pourtant, c’est bien lui qui, en bonne part, constitue l’objet de notre recherche. Que signifie ce geste, assorti de toutes les connotations d’un ἀδύνατον et quel pouvait bien être ce bijou ?

5Voyons le texte. C’est dans l’épode aux vers 60 à 63 :

  • 1  D’après J. Irigoin, J. Duchemin, L. Bardolet (éds), Bacchylide, Dithyrambes, épinicies, fragments, (...)

… τόνδε χρύσεον
χειρὸς ἀγλαὸν ἔνεγ-
κε κόσμον ἐκ βαθείας ἁλός1.

… ce brillant bijou d’or
qui m’orne la main (ou le bras ?)
rapporte-le des fonds marins.

6Le problème tourne autour de l’acception des termes χειρός… κόσμον. Il s’agit d’une parure : elle est en or (χρύσεον) et elle est splendide (ἀγλαόν).

7Si le déterminant χειρός exclut toute forme de collier, scapulaire, pectoral ou pendentif, on peut néanmoins penser à deux choses : une bague ou un bracelet. C’est que le mot χείρ désigne fréquemment aussi (notamment chez Homère) le bras ou l’avant-bras. Dès lors, la vulgate interprétative qui veut nous faire voir en ce bijou une bague à intaille servant de sceau (σφραγίς) ne s’impose nulle­ment. Pausanias s’y réfère pourtant dans sa description du tableau de Micon qui décorait l’une des parois du Théseion à Athènes. Il s’agit plutôt à vrai dire d’une paraphrase de ce morceau de légende, dans le but d’éclairer l’œuvre du peintre, sans doute partiellement endommagée et forcément sélective par l’épisode (lequel ?) qu’elle avait choisi de traiter. Le Périégète y rebaptise la vierge effa­rouchée Périboia, force le trait de colère chez Minos, assorti d’insultes, et ne manque pas, en clausule, de mentionner, avec le manteau donné par Amphitrite, la bague dûment ramenée par Thésée. À trois reprises, il désigne l’objet sous le terme non équivoque de σφραγίς. Il n’est cependant pas sûr que ce détail soit resté lisible sur la fresque de Micon, ni d’ailleurs que ce soit ce moment précis – du jet ou du retour du joyau – que le peintre ait choisi de représenter. Pausanias risque ainsi, à le suivre à la lettre, de nous tromper deux fois : ce n’était peut-être pas une bague-cachet et ce n’est pas cela, non plus, que nous racontait le peintre. Néanmoins, la paraphrase est belle et mérite d’être lue (ou relue) :

  • 2  Pausanias, I, 17, 3 (M. Casevitz, J. Pouilloux, F. Chamoux [éds], Pausanias, Description de la Grè (...)

Quand Minos conduisait Thésée en Crète avec le groupe de jeunes gens, il tomba amoureux de Périboia et, comme Thésée s’opposait fortement à cette pas­sion, sous le coup de la colère, entre autres injures qu’il lui lança, il lui dit qu’il n’était pas le fils de Poséidon, car il ne pourrait pas lui rapporter la bague qu’il portait alors, s’il la jetait à la mer. À ces mots, dit-on, Minos jeta sa bague; mais à ce qu’on dit, Thésée remonta de la mer avec cette bague et aussi une couronne d’or, présent d’Amphitrite2.

8Quoi qu’il en soit du bijou, qui nous fera rêver longtemps encore à l’orfè­vrerie ou à la glyptique minoennes, voyons ce que signifie le geste de Minos. Sans souscrire à l’évhémérisme implicite de Pausanias, nous évoquant un homme frustré, vindicatif et fou de rage – humain trop humain – souvenons-nous que l’événement nous rapproche plus du mythe que d’une quelconque scène de la comédie nouvelle ! On devrait plutôt y lire, par effet de transparence, la transposition d’un antique rite d’ordalie c’est-à-dire de juge­ment du dieu, sollicité par une situation de crise. L’anthropologie, en l’occur­rence, vaut mieux que la psychologie. Bacchylide lui-même adaptait, en son temps, un thème immémorial, mythique et rituel, aux réalités déliennes, insulaires et athéniennes qui lui étaient contemporaines.

9À l’âge du mythe, donc, et dans un cadre de pensée essentiellement généalo­gique, le problème toujours délicat de la filiation paternelle – a fortiori dans ses prétentions olympiennes – se devait d’être tranché par l’envoi d’un signe. Or, cette sémiologie du divin, dans un monde encore « enchanté », pouvait prendre diverses formes… Que Zeus se révèle par la foudre, l’éclair et le tonnerre n’a rien qui surprenne, ni que Poséidon se réserve quelque épiphanie marine… Mais ce qui est plus étonnant, c’est que la mer et le bijou abandonné aux flots s’imposent immédiatement à l’imaginaire. Cet objet précieux, limité, clairement circonscrit dans sa matière et dans sa pesanteur, qui se trouve livré au gouffre, perdu dans l’infini, suscite en nous les plus terribles fantasmes de la perte irrémédiable. Or, par le miracle de l’ordalie surmontée, cette perte est réparée, compensée, survalorisée même lors de l’heureux dénouement. C’est tout le syndrome de l’aiguille dans la botte de foin… qui finit bien.

10Encore qu’un écran puisse en dissimuler un autre. C’est ce que nous allons voir, avec l’« anneau de Polycrate ».

11L’un des principaux charmes d’Hérodote, dont la lecture est parfois ronron­nante, c’est son art du conte inséré : Arion, Cléobis et Biton, Adraste, Candaule ou Gygès, pour n’en citer que quelques uns, font partie de cette galerie de personnages, animés par une série de mésaventures, souvent tragiques, qui nous les découpent en images d’Épinal. Ceci n’est nullement péjoratif, car en plus d’une morula dramatique à forte potentialité, on y trouve toujours la même vivacité de mouvements et de couleurs que dans les célèbres gravures. L’his­toire de Polycrate est de celles-là, et elle est aussi fameuse que l’entrée de Napoléon dans Ulm !

  • 3  Hérodote, III, 40, 2 – 43, 1. Analysant ce passage dans « Polycrate, Amasis et l’anneau », AC 53 ( (...)

12Exposé à la « jalousie des dieux » par son trop grand bonheur, le souverain de Samos, qui en est averti par son allié le pharaon Amasis, se voit ainsi conseiller, pour conjurer le φθόνος maléfique, de se défaire de l’objet auquel il tient le plus. Tels sont les termes de l’Égyptien dans une lettre qu’il lui fait parvenir. Le choix de Polycrate s’arrête sur une bague : il s’agit d’un « cachet » (σφρηγίς) « fait d’une pierre verte » (σμαράγδου… λίθου ἐοῦσα) « serti dans l’or » (χρυσόδετος). S’ensuit une mise en scène où le tyran, monté sur une galère à cinq rangs de rames, se fait conduire en haute mer pour y jeter, devant de nombreux témoins, la bague tant aimée et soudain devenue indésirable. On connaît la suite de l’histoire : quelques jours plus tard, un pêcheur lui apporte en offrande un gigantesque poisson, dans le ventre duquel les cuisiniers retrouvent la bague, au grand désespoir de Polycrate3.

13En fait, dans ce conte, tout est paradoxal : l’objet chéri que l’on jette en espérant le perdre, son retour miraculeux qui ne fait qu’ajouter au malheur et cette terrible supposition d’une jalousie des dieux qui nous enverrait à notre perte, comme si les Immortels pouvaient prendre ombrage de nos petits bonheurs. Mais qu’est-ce qu’une bague, après tout ? Sans doute est-ce là l’erreur de Polycrate : un sceau-cachet, face au destin, ne pèse pas lourd… Les dieux, finalement, ne s’y sont pas trompés, soumis qu’ils sont, eux aussi, à la Moïra. Bref, la toile de fond est sombre et le climat de fête funèbre où le dynaste, en grand arroi, se dépouille du joyau, « en le faisant tourner » (περιελόμενος) pour l’ôter de son doigt, n’est que le prélude à la stupeur privée, et d’autant plus poignante, qui se saisit de lui devant cet ultime bonheur de retrouvailles, qui n’en sont pas…

14Le « miracle » est donc inversif et ne fait, contre toute apparence, que redoubler la crainte d’un malheur de plus en plus imminent. Que la mer en ses hauts fonds serve, une fois de plus, de réceptacle et de révélateur au double avertissement a de quoi surprendre. Certes, l’englobant rend rarement ce qu’on lui confie au hasard, mais il arrive en l’occurrence qu’il restitue au centuple la peur sacrée dont le secret lui avait été confié. Et c’est au ventre d’un poisson (ἐν νηδύϊ), comme l’huître fait la perle, que reviendra l’honneur, paradoxal lui aussi, de manifester l’oracle. Encore que le poisson soit, en grec, toujours féminin (ἡ ἰχθύς) et que son ventre (ἡ νηδύς) soit ici désigné par le terme réservé souvent à la cavité prolifique des mères. Le signe envoyé est donc « physique » (lié à la φύσις) au sens le plus fort, comme toute émergence du divin en un monde perçu comme vivant, sous chacun de ses modes d’apparaître.

  • 4  Voir mes Études grecques, Liège, Mardaga, 1990, « Jeux de mots et sens du sacré », p. 106-108.

15De plus, un jeu de mots, peut-être involontaire, a pu induire le rapproche­ment de la bague et de la mer. Outre la proximité « sympathique » due à la couleur verte, apanage de l’une et l’autre réalités invoquées, on se souviendra que la σμαραγή désigne le bruit tonnant et retentissant des flots, non moins que de l’orage. La pierre « verte » de Polycrate ne serait-elle, dès lors, sorte d’étrange pierre-à-tonnerre, que le résultat d’une inconsciente contamination étymologi­que ? L’affirmer serait aller un peu vite en besogne. Pourtant, ce genre de rencontres entre deux auras sémantiques, greffées sur une forme d’homonymie, n’est pas rare en cet imaginaire archaïque où Délos évoque la naissance du dieu de clarté, Pythô, le pourrissement, Delphes, la matrice et le dauphin, et le même vocable γλαυκός, la chouette et l’olive, emblèmes d’Athéna4.

16Quoi qu’il en soit, une question, plus précise, ne peut être éludée : à quoi ressemblait cette bague ? C’est un cachet serti dans l’or, fait d’une pierre verte. Imaginer un anneau dont le chaton serait orné d’une émeraude frise le contre­sens : d’abord, cette pierre précieuse, très dure, est rétive à l’intaille et, de plus, le terme σμάραγδος désigne aussi toute autre pierre verte, fine, semi-précieuse, simplement translucide (et non transparente) ou même opaque et brillante. Il pourrait donc s’agir d’une malachite, d’une calcédoine verte (notre chrysoprase), d’une callaïne ou encore d’un jaspe. Toutes ces variantes se prêtent, en revanche, fort bien au travail de la glyptique, en relief ou en creux, et sont énumérées par Pline l’Ancien dans le dernier livre de son Histoire naturelle. Il commence toutefois par nous faire un éloge circonstancié de ce qui ressemble fort à notre précieuse et transparente émeraude. Elle vient, pour lui, immédia­tement en troisième lieu après le diamant et la perle. Le paragraphe mérite d’être cité en son entier (ΧΧΧVII, 16) :

  • 5  Histoire naturelle XXXVII, 16 (V), trad. E. de Saint-Denis, Paris, Les Belles Lettres, 1972, p. 60 (...)

Le troisième rang est assigné aux émeraudes pour plusieurs raisons : le fait est qu’il n’y a pas de couleur plus agréable à l’œil; car nous regardons aussi avidement les herbes vertes et les feuillages, mais la vue des émeraudes est tellement plus plai­sante, parce qu’il n’y a pas du tout de vert qui, comparé à elles, soit plus vert. En outre, elles sont seules parmi les pierreries, quand on les fixe, à combler les yeux sans les rassasier. Bien plus, quand la vue s’est fixée sur d’autres objets, on la restaure en la portant sur une émeraude, et les graveurs de gemmes n’ont rien qui leur repose les yeux plus agréablement, si apaisante pour leur fatigue est la douceur de ce vert. En outre, vue de loin, les émeraudes paraissent plus grosses parce qu’elles teintent l’air ambiant en le réfléchissant; ni le soleil, ni l’ombre, ni la lumière des lampes ne les altère; elles irradient un éclat toujours modéré et laissent le regard pénétrer en leur épaisseur grâce à leur accueillante transparence, qualité qui nous agrée aussi dans les eaux. Elles sont généralement concaves, si bien qu’elles concentrent les rayons visuels; c’est pourquoi, suivant une décision des techniciens, elles sont épargnées : il est interdit de les graver. Au reste celles de Scythie et d’Égypte sont si dures qu’il serait impossible de les entamer. Celles qui ont une forme aplatie renvoient les images de bas en haut comme le font les miroirs. L’empereur Néron regardait dans une émeraude les combats de gladiateurs5.

17Quelques données sont à souligner dans ce texte : l’insurpassable verdeur de la pierre, plaisante et reposante; sa capacité de réflection lumineuse, sa trans­parence et son ontologique proximité avec l’eau. L’eau verte, forcément. Notons que l’aigue-marine à reflets verts est un béryl, elle aussi. Émile Babelon semble donc être allé un peu vite en nous disant, en ouverture à son bel article Gemmae du « Dictionnaire des Antiquités » que notre émeraude était inconnue des Anciens. Les gisements d’Égypte, notamment, mentionnés par Pline sont connus et reconnus. Toutefois, l’auteur de cet article a le mérite de nous rappe­ler que toutes les anciennes pierres vertes sont désignées par le même vocable : σμάραγδος. Il nous évoque aussi les différents types de montages possibles, et notamment le jeu d’agrafes saisissant la pierre au deux extrémités d’un anneau en demi-cercle. C’est la recette même que nous donnait déjà Pline, parlant des jaspes verts :

… enchaînés dans un chaton de manière à ce qu’ils soient à nu sur leurs deux faces et que l’or n’enserre que leurs bords (XXXVII, 16).

18Χρυσόδετος, en effet, comme le disait superbement Hérodote.

  • 6  Voir à ce propos A. Furtwängler, Antiken Gemmen, Leipzig, Gieske, 1900, I, Tables, X, 7 et XI, 21; (...)

19Nous n’en conclurons évidemment pas que la pierre de Polycrate était un jaspe, mais puisqu’elle portait un glyphe, il y a peu de chances qu’il s’agît d’une émeraude au sens strict. Pierre verte, donc6.

  • 7  Socrate et Dionysios, 26, 1-2, apud R. Halleux, J. Schamp (éds),Les Lapidaires grecs, Paris, Les B (...)

20Or, si nous consultons les lapidaires grecs, nous y trouverons, malgré le décalage chronologique, de précieuses informations. On peut supposer, en effet, que certaines traditions symboliques traversent allégrement les siècles. Sans invoquer la « table d’émeraude », ouvrons simplement le traité dû à Socrate et Dionysios7. Nous y lisons ceci :

Λίθος σμάραγδος, ὁ κάλλιστος καὶ πολύτιμος, δύναμιν ἔχει πρὸς πᾶσαν χάριν καὶ ἐπιτυχίαν ἐν πᾶσῃ πράξει.

21Une pierre verte de grande qualité peut donc être un porte-bonheur à toute épreuve.

22Dans le recueil de Damigeron Evax, nous lisons encore ceci :

  • 8  Damigeron Evax, VI, 1, Ibid., p. 241.

Smaragdus lapis est pulcherrimus et validissimus et ad omnem aquariam divinationem8.

23La pierre verte se prêterait donc, de plus, à toute forme de divination par l’eau.

24Il semble qu’au vu de ces témoignages et par-delà les siècles le « commen­taire occasionnel » que constituent ces deux remarques confèrent au récit d’Hérodote un singulier relief. Bonheur excessif, translation marine et perte divinatoire nous sont ainsi présentés avec, pour commun dénominateur, le λίθος σμάραγδος. Celui de Polycrate, qui n’était sans doute pas une émeraude, était bel et bien un cachet, monté sur anneau d’or. Nous en ignorerons toujours le motif, – sphinx ou gorgone ? – pour l’hégémonique raison que l’historien ne nous a pas dit ce qu’il advint de la bague sauvée des fonds marins, comme fut Jonas, dans le ventre d’un poisson.

25Ceci dit, je ne résiste pas au plaisir d’évoquer un autre conte, celui de Syloson et de son fameux manteau qui est, en quelque sorte, l’inverse du précédent. Il illustrerait plutôt l’adage « un bienfait n’est jamais perdu ». De plus, il nous posera un problème de realia un peu semblable à celui de l’« émeraude ».

  • 9  Hérodote, III, 139, 2 – 141.

26Neveu du tyran de Samos, Syloson, qui passait son exil en Égypte, pavanait à Memphis en exhibant un superbe manteau. Darius, qui n’était encore qu’un officier de la garde, en fut ébloui et désira l’acquérir. Syloson, grand prince, lui en fit don… ce qui lui permit, plus tard, de rappeler à celui qui désormais était devenu le grand roi son bienfait passé. Sur quoi il demanda – et obtint – que Samos lui fût rendue9.

27Or, quelle était la couleur de ce manteau ? Hérodote nous parle d’une χλανὶς πυρρή. Il s’agit donc d’une sorte de cape de couleur vive et claire. On la dit souvent rouge, mais la chose est moins simple qu’il n’y paraît. On sait que le rendu des couleurs dans les langues anciennes pose souvent problème. Il y est plus souvent question de nuances que de tons premiers : c’est le cas ici. Bien sûr, si le manteau avait été rouge, rouge pur, il y avait un mot pour le dire : ἐρυθρός. S’il avait été teint de pourpre, et donc rouge sombre, un autre mot eût pu désigner sa couleur : πορφύρεος.

28En fait, l’adjectif πυρρός désigne très précisément la couleur de la flamme qui n’est, comme chacun sait, nullement monochrome : bleue à sa base, rouge en son milieu, jaune au sommet. Je n’en induis pas que la χλανίς de Syloson fût tricolore, mais bien « flammée » c’est-à-dire vive, claire, non sans nuances d’écarlate, mais tendant vers le jaune.

29Enfin, pour en revenir au bijou et finir, quand même, en boucle avec Hérodote, disons encore un mot de l’« anneau de Gygès ». Sans en rappeler les tenants et aboutissants, qui ne sont que trop connus, seulement ceci, à propos de sa découverte. On se rappelle le récit, au livre II de la République, où Platon nous parle de tornade, de séisme, de cheval d’airain, apparu dans une faille, et de ce cadavre, du doigt duquel le berger lydien arrache l’anneau magique. Le contexte y est clairement oraculaire : un signe des dieux ou du dieu (le Poséidon des séismes ?) nous parvient par-delà la mort : dite une première fois par la forme du cheval-sarcophage brusquement exhumé et une deuxième par le cadavre qui s’y trouve enfermé. Même si la mer n’est pas dite en ce conte, et qu’on ne sait rien de plus du bijou, sinon qu’il s’agissait sans doute d’un ornement précieux monté sur chaton (σφενδονή) serti dans un anneau, il reste que la bague, ici encore, issue du monde souterrain, sert d’objet transitionnel, porteur des plus grands bonheurs comme du plus grand malheur.

30Si les bijoux sont donc parfois indiscrets, comme le dira Diderot, il leur arrive, dans l’antiquité, de n’être pas toujours innocents. Nous avons vu, notam­ment, qu’ils avaient, en deux cas bien précis, servi de motifs à une ordalie marine : réussie pour Thésée et finalement manquée pour le pauvre Polycrate. Que la mer leur ait servi d’écrin, anagogique pour l’un, qu’elle expulse en le transformant métaphoriquement en héros tutélaire, nouvel ἀγλαὸς κόσμος; analogique pour l’autre, qu’elle associe, par métonymie cristalline à sa propre verdeur liquide, ce n’est certes pas là le moindre des mirabilia.

Haut de page

Notes

1  D’après J. Irigoin, J. Duchemin, L. Bardolet (éds), Bacchylide, Dithyrambes, épinicies, fragments, Paris, Les Belles Lettres, 1993, p. 30-35. Pour la citation : Ep., I, vers 60-62, p. 32.

2  Pausanias, I, 17, 3 (M. Casevitz, J. Pouilloux, F. Chamoux [éds], Pausanias, Description de la Grèce, Paris, Les Belles Lettres, 1992).

3  Hérodote, III, 40, 2 – 43, 1. Analysant ce passage dans « Polycrate, Amasis et l’anneau », AC 53 (1984), p. 15-35, J. Labarbe propose, à la suite de Furtwängler (III, p. 81), de voir en ce bijou un cachet rectangulaire attaché à une chaînette d’or. La chose est en soi plausible, encore qu’une bague, pour un poisson, soit plus facile à avaler… La vraisemblance garde ici tout son prix, même si le conte inséré est pure invention, dans le but de dédouaner Polycrate de sa défection vis à vis d’Amasis, ce que propose aussi J. Labarbe, relayant l’avis de Legrand (dans sa notice introductive à l’édition de la CUF, 1939, p. 34) et de Van Ooteghem (LEC 9 [1940]).

4  Voir mes Études grecques, Liège, Mardaga, 1990, « Jeux de mots et sens du sacré », p. 106-108.

5  Histoire naturelle XXXVII, 16 (V), trad. E. de Saint-Denis, Paris, Les Belles Lettres, 1972, p. 60-61. Le terme smaragdus, rendu en français par « émeraude » garde son équivoque déjà signalée de « pierre verte » translucide ou opaque. Dès lors, Néron utilisait-il, à l’instar d’un miroir, une pierre réfléchissante (comme le croit le commentateur) ou regardait-il bel et bien le spectacle à travers une énorme pierre translucide ? Le doute subsiste. Voir aussi Théophraste, Lap. IV, 23, 74-75.

6  Voir à ce propos A. Furtwängler, Antiken Gemmen, Leipzig, Gieske, 1900, I, Tables, X, 7 et XI, 21; II, p. 49-50 et 56 pour deux exemples de sceaux taillés datant du ve siècle avant notre ère et qualifié chacun de « Smaragdplasma » c’est-à-dire pour faire simple, de « pierres vertes ». Ils représentent respectivement : 1) Diomède écartelé par ses chevaux, en présence d’Héraklès (?) et 2) un bouquetin courant.

7  Socrate et Dionysios, 26, 1-2, apud R. Halleux, J. Schamp (éds),Les Lapidaires grecs, Paris, Les Belles Lettres, 1985, p. 166.

8  Damigeron Evax, VI, 1, Ibid., p. 241.

9  Hérodote, III, 139, 2 – 141.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Somville, « Bijou à la mer ! », Kernos [En ligne], 20 | 2007, mis en ligne le 09 septembre 2011, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://kernos.revues.org/183 ; DOI : 10.4000/kernos.183

Haut de page

Auteur

Pierre Somville

Université de Liège – Département des Sciences de l’Antiquité

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page