Navigation – Plan du site
Éditorial

Éditorial

André Motte et Vinciane Pirenne-Delforge
p. 7-8

Texte intégral

1François Jouan nous a quittés le 14 avril dernier. Il était dans sa quatre-vingt-neuvième année. C’est sur la pointe des pieds qu’il est parti et, pour ceux qui ont eu le plaisir de le revoir et de l’entendre, en pleine forme, voici quelques semaines seulement, lorsqu’un magnifique volume d’hommage lui fut offert à l’Université de Nanterre, cette pénible nouvelle a été une surprise totale. Nombreux sont ceux qui porteront, dans leur cœur, le deuil de ce maître estimé qui joignait à une compétence scientifique de haut vol un ensemble peu banal de qualités humaines.

2Notre peine est à la mesure de la reconnaissance très vive que nous lui vouons. Car nous avons bien souvent bénéficié de son accueil, de ses encouragements et de sa collaboration. Nous avons été à plusieurs reprises ses invités aux colloques du Centre d’études mythologiques qu’il présidait et, en 1989, nous avons organisé ensemble un colloque à Liège, sur le thème Mythe et politique. De son côté, il a participé à plusieurs colloques du CIERGA, il a été un collaborateur assidu du programme bibliographique Mentor et a toujours soutenu notre revue. Nous savons gré à notre collègue Jocelyne Peigney, qui lui fut très proche, d’avoir accepté de rendre à cet ami un hommage circonstancié dans le prochain numéro.

3La peine d’avoir perdu François Jouan est adoucie par le constat que sa vie fut longue et pleine. En revanche, cette année aussi, deux collègues et amies de longue date sont parties et la tristesse de les avoir perdues se double d’un sentiment de révolte en regard de leur jeunesse, de leur vitalité et des promesses qu’elles portaient encore en elles.

4Isabelle Ratinaud-Lachkar était une jeune femme dynamique et une chercheuse de premier plan. Elle enseignait l’histoire grecque à l’Université de Grenoble et faisait partie des fidèles du CIERGA depuis de nombreuses années. Nous avions fait sa connaissance au colloque de Valladolid en 1999, où elle avait présenté une belle recherche sur les héros homériques et les sanctuaires d’époque géométrique. Sa participation au colloque de 2003 avait donné lieu à un article étudiant les tombes argiennes de cette même période et les informations qu’elles permettent d’obtenir quant aux relations entre « public » et « privé », thème de la rencontre en question. D’autres publications sont venues illustrer son grand intérêt pour la période de formation de la cité grecque. Elle travaillait à une recherche d’envergure sur les bronzes du haut archaïsme, leurs usages et leurs valeurs, et venait d’être admise à l’Institut Universitaire de France en qualité de membre junior pour mener à bien ce projet, lorsque la maladie qu’elle combattait courageusement depuis plusieurs années l’a emportée.

5Carmen Barrigón Fuentes était de la même génération qu’Isabelle et elle nous a quittés en quelques jours, foudroyée par la maladie. Elle était professeur à l’Université de Valladolid et, elle aussi, une fidèle des activités du CIERGA, sous la houlette d’Emilio Suárez de la Torre. Trois de ses publications ont trouvé place dans les volumes de Kernos et témoignent de sa fine connaissance de la poésie lyrique grecque. Nous avons perdu une collègue sympathique et une chercheuse de talent.

6Quand paraîtra ce volume, le XIIe colloque du C.I.E.R.G.A. qui doit se dérouler à Dion, du 24 au 26 septembre, aura déjà eu lieu ou sera, en tout cas, très proche. Le thème choisi par les organisateurs, Archéologie et religion grecque répond certes à une volonté de redire l’importance de l’archéologie pour le progrès des études de religion grecque, mais c’est aussi une manière de rendre hommage à ceux qui, depuis une quinzaine d’années, collaborent ou ont collaboré à la Chronique archéologique que fait paraître Kernos et qu’apprécient de nombreux lecteurs. Près d’une quarantaine de communicants se feront entendre à Dion, ce qui donne à penser que l’organisation de la rencontre n’aura rien d’une sinécure. Il n’est donc pas trop tôt pour remercier notre collègue Emmanuel Voutiras d’avoir accepté cette responsabilité.

7Le présent numéro réunit des études variées, dont la diversité des thèmes et le caractère international du panel de leurs auteurs nous enchantent. Ce constat nous permet de penser qu’après une vingtaine d’années d’existence, Kernos est devenu ce que nous avions appelé de nos vœux lors de sa création : une référence reconnue par ceux qui travaillent sur la religion grecque antique.

8La reconnaissance de notre projet, Isabelle et Carmen nous l’avaient témoignée de longue date. Qu’il nous soit permis de leur dédier ce volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Motte et Vinciane Pirenne-Delforge, « Éditorial », Kernos [En ligne], 22 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 28 novembre 2014. URL : http://kernos.revues.org/1763

Haut de page

Auteurs

André Motte

Président du Comité de rédaction
Vice-président du CIERGA

Articles du même auteur

Vinciane Pirenne-Delforge

Secrétaire de rédaction
Secrétaire générale du CIERGA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page