Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Louis Gernet, Polyvalence des images. Testi e frammenti sulla leggenda greca

Vinciane Pirenne-Delforge
p. 562-564
Référence(s) :

Louis Gernet, Polyvalence des images. Testi e frammenti sulla leggenda greca, editi da Antonella Soldani, contributi di Michela Benedetti, Vanessa Ghionzoli, Lucia Marrucci, andrea Taddei, prefazione di Riccardo Di Donato, Pisa, Edizioni ETS, 2004. 1 vol. 15,5 × 22 cm, 287 p. (Antropoi. Studi e materiali di Antropologia storica del mondo antico, 1). ISBN : 88-467-0945-4.

Texte intégral

1L’historiographie en tant que regard d’une discipline sur elle-même a récemment ouvert quelques beaux chantiers. L’édition de correspondances entre savants européens en est une manifestation particulièrement féconde et significative. L’entrée dans le laboratoire des chercheurs par une étude rigoureuse de leurs archives en est une autre. Avec ce livre, Riccardo di Donato et de jeunes chercheurs de Pise ajoutent, depuis l’Italie, une pierre à l’édifice de cette historiographie. Dépositaire des « archives Louis Gernet », l’équipe en livre ici une sélection cohérente, articulée autour de « la légende grecque ». Cette incursion dans le laboratoire d’un intellectuel aussi indépendant que Gernet, qui a eu une influence importante sur Vernant et Detienne, pour ne citer qu’eux, est un voyage passionnant dans la genèse « d’un essai général d’analyse du mythe pour l’intelligence de la préhistoire sociale » (lettre à I. Meyerson du 8 juillet 1942), un essai qui sera fragmenté dans des contributions singulières (dont une des plus marquantes est sans conteste La notion mythique de la valeur en Grèce [Journal de psychologie 1948, repris dans Anthropologie de la Grèce antique, 1968, p. 93-137]).

2Cet ouvrage soigneux satisfait aux exigences scientifiques d’un travail archivistique et se voit accompagné d’un apparat critique précis. Il est divisé en trois parties, chacune introduite par un long commentaire de forme et de fond, qui met également en perspective certaines archives non publiées. Le premier groupe, affecté par Gernet lui-même de la lettre ψ, relevait de la « psychologie », du « travail mental ». C’est là que se rencontre l’expression « polyvalence des images » – qui a donné son titre au livre. Elle est définie par Gernet comme « un phénomène de mémoire sociale » dans la mesure où des représentations (des schèmes) « ont correspondu à des objets divers de préoccupation ou d’intérêt dans des milieux successifs » (p. 48) : c’est véritablement le « fil rouge » de la réflexion portée par les brouillons qui sont ici présentés. Une analyse assez longue de la « légende de Bellérophon » montre à la fois l’originalité de Gernet (la mise en perspective ‘structurale’ des épreuves du héros) et l’obligation de se poser des questions de l’époque, même s’il ne les considérait pas comme essentielles (origine de la légende). Forcément, bon nombre de thèmes ne sont qu’ébauchés et d’autres sont repris et retravaillés dans les trois parties (Thésée, Érysichthon). La deuxième partie (Γρ ‘Grèce’) regroupe tout une série de réflexions autour de noyaux thématiques : la mort consacrante de jeunes héros, aspects de la légende de Thésée, Ino, Jason en Colchide et le labourage sacré, l’agneau d’or des Atrides – et autres talismans dorés –, l’eranos et Polydecte/Persée, Érysichthon. La troisième partie semble avoir été conçue par son auteur comme une « conclusion » (Schluss) qui renvoie notamment à un « titre » et à un « chapitre d’introduction » (p. 202). Cette conclusion montre de façon lumineuse la méthode de travail de Gernet et ses principes d’analyse. Le questionnement sur la légende pose une problématique d’histoire – en l’occurrence l’information qu’elle recèle sur le passé de la société où elle s’est constituée. Mais Gernet précise d’emblée qu’il ne s’agit pas à proprement parler de « rechercher dans la légende des éléments prétendus historiques » (par ex. le fait que tel héros ait ou non existé) : « nous nous attacherons de préférence à ce qu’il y a de mythique au sens courant… dans la légende » lorsque la distance n’est pas trop grande « entre le thème mythique et l’histoire humaine qui en est sortie » (p. 192). C’est ainsi qu’il donne à la figure d’Hélène le statut de « curiosité » qui marque l’inclinaison de la légende vers le roman et cesse dès lors d’être instructive. Dans une réflexion d’aujourd’hui, cette figure ne recèlerait pas moins que d’autres, comme Thésée ou Bellérophon, une dimension proprement mythique, si l’on ne réduit pas le « mythique » à l’évocation d’une pratique sociale. Gernet en semble conscient par ailleurs et s’oppose à la « théorie du reflet ». La légende n’est pas qu’une illustration et la mythologie « correspond à une fonction mentale autonome, qui n’est autre que la fonction esthétique, c’est-à-dire celle de la pensée par images. Il faut donc considérer le jeu des images pour lui-même… on en sera plus sûrement récompensé qu’à faire la chasse aux ‘usages primitifs’, maigre butin épars’ » (p. 202). C’est donc le travail de la légende sur les représentations et les pratiques d’une société qu’il analyse, dans un cheminement d’une étonnante modernité. L’ouvrage se referme sur un inventaire des archives, une bibliographie et un index des noms antiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vinciane Pirenne-Delforge, « Louis Gernet, Polyvalence des images. Testi e frammenti sulla leggenda greca », Kernos [En ligne], 18 | 2005, mis en ligne le 06 septembre 2011, consulté le 01 octobre 2014. URL : http://kernos.revues.org/1748

Haut de page

Auteur

Vinciane Pirenne-Delforge

FNRS – Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page