Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Giovanni Pugliese Carratelli, Les lamelles d’or orphiques. Instructions pour le voyage d’outre-tombe des initiés grecs

Claude Calame
p. 560-562
Référence(s) :

Giovanni Pugliese Carratelli, Les lamelles d’or orphiques. Instructions pour le voyage d’outre-tombe des initiés grecs, ouvrage traduit de l’italien par A.-Ph. Segonds et C. Luna, Paris, Les Belles Lettres, 2003. 1 vol. 15 × 21,5 cm, 151 p. (Vérité des mythes. Sources). ISBN : 2-251-32435-6.

Texte intégral

1De même que le Papyrus de Derveni, le corpus désormais important des textes inscrits sur les lamelles funéraires d’or est dans l’attente de son édition érudite et de son commentaire exhaustif. Maintenant traduit en français, le recueil proposé par G.P.C. une première fois dans une édition hors commerce en 1993, puis en 2001 chez Adelphi à Milan (sous le titre Le lamine d’oro orfiche. Istruzioni per il viaggio oltremondano degli iniziati greci) ne répond ni aux exigences d’un texte établi selon les règles de la philologie, ni à celles d’un commentaire courant systématique, mêlant informations, explications et interprétations; essentiellement centré sur la lamelle d’Hipponion au texte de laquelle l’A. a déjà consacré de nombreuses études, il n’en a d’ailleurs pas la prétention.

2Le recueil offre une nouvelle préface dans laquelle G.P.C. justifie la suppression des guillemets qui dans la première édition encadraient le terme « orfiche ». Suit un texte introductif où G.P.C. fait l’hypothèse d’une forte influence de l’école de Pythagore sur le mouvement orphique de Grande-Grèce; il explique ainsi le caractère « mnémosynien » de la théologie sous-jacente à des textes qui proposeraient aux mortels défunts une régénération à la suite d’un rituel (initiatique) « orphico-pythagoricien »; de ce point de vue l’existence de plusieurs catégories de textes rendrait vaine toute tentative de postuler et de reconstruire un archétype (dernier essai en date : Ch. Riedweg, « Poésie orphique et rituel initiatique. Éléments d’un “Discours sacré” dans les lamelles d’or », RHR 219 [2002], p. 459-481). Réduite à l’essentiel, la bibliographie est augmentée dans l’édition française d’indications complémentaires, également disposées par ordre chronologique. Suivent les textes eux-mêmes, réorganisés en trois catégories dont la dernière n’inclut que le texte de la lamelle de Thurii; seuls quelques théonymes tels Zeus, Déméter, Feu ou Prôtogonos y font sens. Distinguant les textes « mnémosyniens » qui présentent en tant que passeports pour l’au-delà une déclaration d’identité (filiation de terre et de Ciel étoilé) des textes mentionnant en particulier Perséphone, Hadès et Dionysos (cf. p. 10-14), la répartition de tous les autres documents en deux groupes implique un nouvel ordre de présentation et une numérotation originale par rapport à l’édition provisoire de Ch. Riedweg et celle, sous presse, de A. Bernabé (voir les références données à l’occasion de la table de concordance p. 133-134 et infra).

3Chaque texte est accompagné d’indications sur le lieu et les circonstances de la fouille correspondante; s’y ajoutent, s’il est disponible, un dessin de l’original, une transcription diplomatique assortie de quelques remarques, une traduction (due dans la version francophone à Alain-Philippe Segonds et à Concetta Luna) qui suit en général la colométrie conforme à la diction homérique et dactylique présentées par la plupart des textes d’or, des indications bibliographiques particulières qui ne semblent exhaustives que pour la lamelle d’Hipponion, enfin un commentaire littéral plus ou moins développé. L’un des prix de cette édition au commentaire très partiel est constitué par les photographies des documents les plus significatifs, avec néanmoins une nette dégradation dans la qualité photographique en passant de l’édition privée financée par le Credito italiano à l’édition confiée aux soins des Belles Lettres. Le tout est complété par un triple index des noms propres anciens apparaissant dans l’introduction et le commentaire, des noms des érudits modernes, de tous les mots grecs des textes funéraires eux-mêmes. On relèvera, en appendice aux lamelles « crétoises » provenant essentiellement d’Eleutherna, la réédition de l’épigramme gravée sur une stèle du iie siècle av. J.-C. et retrouvée dans le sanctuaire consacré à Phaistos à la Mère des dieux. Confronté au fameux passage des Crétois d’Euripide (fr. 472 Nauck2-Kannicht) où le chœur chante et danse en tant que myste de Zeus de l’Ida, bouvier de Zagreus et bacchant des Courètes au service de la Mère des montagnes, le poème épigraphique (donné sans traduction) sert de confirmation pour la classification des textes courts de Crète non pas dans la catégorie des lamelles « mnémosyniennes », mais dans le groupe des textes dépendant d’une « religion mystérique » empreinte d’une mystique dionysiaque qui aurait, dans une phase originaire, influencé les premiers Pythagoriciens.

4Pour des textes dont l’établissement n’est pas encore entièrement fixé, on regrettera évidemment l’absence de tout apparat critique. Ce choix surprenant implique le recours constant, en parallèle, à l’édition provisoire de Ch. Riedweg (« Initiation-Tod-Unterwelt : Beobachtungen zur Kommunikationssituation und narrativen Technik der orphisch-bakchischen Goldblättchen », in F. Graf (ed.), Ansichten griechischer Rituale. Geburtstags-Symposium für Walter Burkert, Stuttgart/Leipzig, 1998, p. 359-398) et bientôt à l’édition des Orphica d’A. Bernabé (Poetae epici Graeci. Testimonia et fragmenta, Pars II. Orphicorum et Orphicis similum testimonia et fragmenta, Fasc. 2, München/Leipzig, 2005 ? cf. fr. 474-495 F). En dépit de leur facture soignée, les textes fournis ne sauraient donc être utilisés tels quels.

5Quant au commentaire, loin d’être systématique, il porte surtout sur le texte d’Hipponion, trouvé et édité il y a trente ans par G. Foti et par G.P.C. lui-même (« Un sepolcro di Hipponion e un nuovo testo orfico », PP 30 [1974], p. 91-107 et 108-126). Les remarques explicatives et interprétatives consistent donc essentiellement en des précisions relatives aux positions et aux hypothèses déjà élaborées dans d’autres études par G.P.C. De ce point de vue, on peut regretter, par exemple, que l’A. abandonne son astucieuse proposition de lire le ERION du document comme eríon, dans l’emploi d’un mot rare, mais convenant à la diction homérique du texte (cf. Il. XXIII, 126) et signifiant le tertre et, par conséquent, le tombeau. Dans un geste initial de deixis correspondant à une sorte de sphragís, le texte se présenterait lui-même (tóde) comme la tombe de Mnémosyné, conformément à sa fonction d’indiquer le chemin vers l’eau de Mémoire et par conséquent vers le monde privilégié réservé aux « mystes et bacchants »; ces mystes n’ont apparemment rien des adeptes ascétiques de l’Orphisme, mais ont probablement suivi, avant d’être confrontés au passage dans l’Hadès, une initiation d’ordre dionysiaque.

6Et le témoignage tardif qui attribue à Philolaos (fr. 44 B 13 Diels-Kranz) la dénomination de Mnémosyné pour la « monade » pythagoricienne est-il suffisant pour faire de la figure de Mémoire telle qu’elle apparaît de manière récurrente dans le texte d’Hipponion une Mnémosyné inspirée par le Pythagorisme (p. 46) ? Même si on aurait pu citer à ce propos le passage beaucoup plus explicite de la Vie de Pythagore 31 de Porphyre qui attribue à Pythagore lui-même cette dénomination pour désigner l’inengendré dans son harmonie et sans exclure la tonalité pythagoricienne, la diction homérique du texte nous réfère principalement à la Mnémosyné de la mémoire poétique; une figure qui, en se fondant sur le passé, permet aux mortels d’entrevoir « les choses futures » et qui, par conséquent, est la garante de l’itinéraire funéraire et initiatique proposée, ainsi que de l’efficacité des mots récités (cf., par exemple, les textes indiqués par M. Simondon, La mémoire et l’oubli dans la pensée grecque jusqu’à la fin du ve siècle avant J.-C., Paris, 1982, p. 103-127).

7Dans de telles conditions, il serait en tout cas nécessaire de pourvoir à nouveau le terme « orphique » de guillemets, de l’intitulé de l’ouvrage jusqu’à la dernière ligne du commentaire (cf. p. 128); et il serait certainement indispensable de recourir en parallèle à l’ouvrage de A. Bernabé & A.I. Jiménez San Cristóbal, Instrucciones para el más allá. Las laminillas órficas de oro, Madrid, 2001 (qui présente un commentaire circonstancié des aspects les plus importants offerts par toutes les lamelles d’or – lamelles de Pella incluses = fr. 496 F Bernabé, – présentées en traduction et accompagnées de l’édition des textes correspondants avec un apparat exhaustif et une bibliographie complète, ainsi que d’un dossier iconographique). N’eût-il d’ailleurs pas été plus opportun d’offrir en traduction au public francophone ce dernier ouvrage ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Calame, « Giovanni Pugliese Carratelli, Les lamelles d’or orphiques. Instructions pour le voyage d’outre-tombe des initiés grecs », Kernos [En ligne], 18 | 2005, mis en ligne le 06 septembre 2011, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://kernos.revues.org/1744

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page