Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Françoise Frontisi-Ducroux, L’homme-cerf et la femme-araignée

Véronique Dasen
p. 555-556
Référence(s) :

Françoise Frontisi-Ducroux, L’homme-cerf et la femme-araignée, Paris, Gallimard, 2003. 1 vol. 16,5 × 21 cm, 300 p., 70 ill. (Le Temps des images). ISBN : 2-07-076655-1.

Texte intégral

1Ce livre important nous mène au cœur du fonctionnement de l’imaginaire collectif grec au travers des déclinaisons presque infinies des métamorphies humaines et divines dans la mythologie classique. Face à la profusion des récits, Fr. Frontisi-Ducroux s’est centrée sur les histoires qui font l’objet de représentations figurées, sans négliger les récits parallèles dépourvus de version iconographique ou qui ne sont connus que par les images. Avec beaucoup de finesse, l’A. fait patiemment émerger de la confrontation du système verbal avec les procédés de réthorique picturale les spécificités des catégories mentales et symboliques grecques. Les principaux axes de réflexion s’articulent autour de la perméabilité des frontières entre l’humain, l’animal, le végétal et le minéral, traduite par différentes formes d’hybridation, parfois incomplètes ou doublées d’un changement de sexe, autour des rapports entre la féminité et l’animalité, le désir et la bestialité, enfin de la métamorphose comme expression particulière d’une temporalité perçue non comme un continuum mais comme une succes­sion de stades distincts.

2Les récits examinés sont essentiellement livrés par des auteurs grecs, mais sans faire l’économie d’Ovide, qui le premier utilise le mot grec Metamorphoseon dans le titre de son poème Les métamorphoses. Conservatoire de récits disparus, son recueil est précieux à plus d’un titre, notamment pour sa part de réélaboration qui permet d’approcher d’autres façons culturelles de penser le corps et l’hybridation.

3Le livre est découpé en six chapitres qui tournent chacun autour d’un mythe principal et d’une thématique. Le premier chapitre explore l’hybridité et la polymorphie des créatures qui hantent les mers, tels Nérée, sa fille Thétis, Protée, Glaucos et Métis. Leur métamorphie n’est pas la conséquence d’un accident ni d’un acte volontaire, mais inhérente à leur nature, changeante et fluide comme l’eau. Leur passage d’une forme à l’autre est traduite visuellement par des formes composites juxtaposant des appendices animaux (poisson, lion, panthère, chèvre, serpent). L’épisode de la lutte de Thétis et Pélée détient une valeur paradigmatique. Il rappelle la fonction profonde du mariage, maîtriser la nature féminine en fixant son instabilité foncière. – Le deuxième chapitre explore autour du mythe de Circé les limites d’une bestialisation qui ne prive pas de conscience humaine les hommes enfermés dans une enveloppe animale. Les imagiers inventent des assemblages composites, greffant des parties animales sur des parties humaines, usant de métonymie visuelle pour rendre visible la transformation des victimes. L’emploi constant de l’aoriste pour décrire le phénomène traduit l’impossible représentation du temps de la métamorphose, insaississable pour les mortels; la valeur ponctuelle de l’action verbale renvoie à l’instantanéité de l’action divine. – Le troisième chapitre interroge le statut de la vision par le biais du mythe d’Actéon qui bascule dans l’animalité à cause de son voyeurisme. Chasseur devenu proie, il est dévoré par ses chiens. Sa métamorphose en cerf est-elle réelle ou les chiens sont-ils sujets d’une hallucination ? Le sort d’Actéon renvoie à celui de Tirésias qui change de sexe en punition de son regard transgressif.

4Les transformations de Zeus constituent l’objet du quatrième chapitre. Ses métamorphoses et celles de ses amantes mettent en évidence l’animalité de la femme et la bestialisation qu’elle provoque chez le mâle qui la désire. – Les mythes de Niobé et de Méduse permettent d’aborder, dans un cinquième chapitre, les qualités symboliques et métaphoriques de la pétrification, associée au thème de l’invisibilité, de la mort et de la souffrance causée par l’absence. Figée dans une douleur paralysante sur la tombe de ses enfants, Niobé se transforme en monument funéraire. Sous le pinceau des imagiers italiotes, elle devient tantôt sa propre statue et sèma des disparus, tantôt perd complètement forme humaine en se muant en stèle ou tumulus. Ces motifs se retrouvent concentrés chez Méduse et ses sœurs, créatures hybrides au regard pétrifiant.

5Ce parcours foisonnant se termine dans l’espace des femmes où la voix silencieuse des tisserandes raconte les entrelacements du masculin et du féminin, de la tragique histoire de Procné à la transgression d’Arachné.

6L’exploration des relations entre hybridité et métamorphose fait ainsi ressortir les paradoxes de l’anthropocentrisme grec, conjugant une conception mouvante du monde à un désir irrésistible et permanent de franchissement des limites.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Dasen, « Françoise Frontisi-Ducroux, L’homme-cerf et la femme-araignée », Kernos [En ligne], 18 | 2005, mis en ligne le 06 septembre 2011, consulté le 21 novembre 2014. URL : http://kernos.revues.org/1741

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page