Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Jean-Baptiste Bonnard, Le complexe de Zeus. Représentations de la paternité en Grèce ancienne

Véronique Dasen
p. 553-555
Référence(s) :

Jean-Baptiste Bonnard, Le complexe de Zeus. Représentations de la paternité en Grèce ancienne, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004. 1 vol. 16 × 23,5 cm, 254 p. ISBN : 2-85944-508-0.

Texte intégral

1Le discours grec sur la place du père dans le processus de la génération est au coeur de cet ouvrage tiré d’une thèse sur « La représentation du père de la cité. Contribution à l’étude de l’imaginaire dans la Grèce archaïque et classique », soutenue en 1998 à Paris I Panthéon-Sorbonne. J.-B. Bonnard y compare deux dossiers, l’un mythique, l’autre biologique, pour analyser les différentes manipulations discursives qui traduisent l’idéal d’un monde masculin déniant aux femmes le pouvoir de la reproduction. La démarche est originale et s’inscrit dans un courant comparatif qui s’attache à confronter différents niveaux de représentation qui mettent en œuvre, chacun à sa manière, l’imaginaire collectif d’une société. Sur le plan mythique, comme dans le discours scientifique, la pensée grecque privilégie ainsi le rêve d’un monde où la reproduction de l’humanité se passe des femmes ou les relègue à une place mineure.

2L’ouvrage est divisé en deux parties. La première examine les facettes de la fonction génératrice du père dans un discours mythique qui décrit des paternités solitaires exemplaires, la naissance de héros sans mère, et raconte des paternités humaines parodiques. Parmi les dieux, Zeus est le champion des naissances monoparentales (Athéna, Dionysos, Agdistis et Aphrodite), avec Ouranos, dont le sang du sexe castré produit de nombreuses divinités, tels les Géants, les Érinyes, les Nymphes. La survalorisation du rôle paternel se traduit par la naissance de jumeaux issus d’une double paternité. À côté des Dioscures et d’Héraclès et Iphiclès, conçus par Zeus associé à Amphitryon ou à Tyndare, plusieurs autres paires gémellaires pourraient être évoquées pour renforcer la démonstration de l’auteur (cf. V. Dasen, Jumeaux, jumelles dans l’Antiquité grecque et romaine, Akanthus Verlag, 2005). Les descriptions mettent l’accent sur les douleurs de l’enfantement masculin et nous rappellent que les souffrances sont la part virile de la fonction maternelle qui se voit reconnaître grâce à elles une certaine andreia. On retrouve l’expression d’un désir de paternité exclusive dans les mythes de l’autochtonie béotienne et athénienne. Cadmos, « semeur des Spartes », et Érichthonios, « enfant sans mère », fondent un ordre politique dont les femmes sont exclues. Les élucubrations de Lucien sur les engendrements masculins des Séléniens, qui naissent dans les mollets, ou des Dendrites, issus d’un testicule mis en terre, brodent sur le même fantasme. Quand au corps maternel, la métaphore très répandue du sillon le dévalorise en le réduisant à une fonction nourricière. À ce traitement du corps féminin, transformé par analogie en paysage, on pourrait ajouter la dimension de la mère comme territoire, bien explorée par Susan Guettel Cole (Landscapes, Gender and Ritual Space, 2004).

3La deuxième partie de l’ouvrage livre le dossier du mécanisme de la génération humaine dans le discours biologique, des Présocratiques à Aristote en passant par le corpus hippocratique. L’idée de l’existence d’une semence féminine à côté d’une semence masculine ne devient générale qu’au ve siècle, mais sans que leurs rôles respectifs ne soient jugés véritablement égaux. Pour les Hippocratiques, chaque sexe est porteur d’une semence mâle et femelle, mais l’élément femelle est dévalorisé par un ensemble de connotations organisées selon un système d’oppositions binaires (froid/chaud, humide/sec, gauche/droite). L’écart se creuse encore chez Aristote qui oppose le sang menstruel, semence impure mais nourricière, au sperme masculin, porteur du souffle créateur, vital. La femme n’est qu’un mal nécessaire pour perpétuer l’espèce, et exclue de toute participation à la détermination du sexe ou des caractères de l’enfant.

4L’argumentation de chacune des deux parties s’appuie sur un riche dossier de textes cités en grec et accompagnés d’une traduction. L’ouvrage, assorti d’une utile bibliographie et d’indices (mythologicum, fontium, nominum), constitue une contribution bienvenue à l’histoire des pères et de la paternité, encore paradoxalement peu explorée. Il ouvre aussi plusieurs champs de recherches prometteurs, par exemple pour une remise en question du modèle du corps unisexe théorisé par Thomas Laqueur (La fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en Occident, 1992). Si le concept du corps unisexué peut s’appliquer à la construction aristotélicienne, le modèle hippocratique y résiste. La valorisation du masculin sur le féminin y est indéniable, mais les auteurs y définissent deux types de chair, féminine et masculine, dont la différence est radicalisée par la présence de l’utérus, organe féminin – et maternel – par excellence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Dasen, « Jean-Baptiste Bonnard, Le complexe de Zeus. Représentations de la paternité en Grèce ancienne », Kernos [En ligne], 18 | 2005, mis en ligne le 06 septembre 2011, consulté le 23 novembre 2014. URL : http://kernos.revues.org/1739

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page