Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Philippe Borgeaud, Exercices de mythologie

Vinciane Pirenne-Delforge
p. 552-553
Référence(s) :

Philippe Borgeaud, Exercices de mythologie, Genève, Labor et Fides, 2004. 1 vol. 15 × 22 cm, 218 p. ISBN : 2-8309-1141-5.

Texte intégral

1Ce livre est conçu, selon les termes de son auteur, comme « un répertoire ouvert, un recueil d’études à reprendre encore et toujours » (p. 7). Il ne s’agit donc pas d’un aboutissement, même s’il ponctue trente années d’« exercices » au cœur de la matière du mythe. Et Ph. Borgeaud assume encore et toujours son émerveillement devant ce matériau découvert à l’adolescence dans les ouvrages de Frazer et d’Eliade. Le préambule est limpide : il pose clairement les termes actuels de la question du mythe, qui est d’abord une histoire à raconter puis à comprendre. Le mythe est un récit qui tente de répondre à certaines questions et qui fait naître, par là même, un commentaire jamais achevé. L’interprétation est au cœur de chaque énonciation, mais la trame reste commune. Le répertoire narratif est une mémoire partagée qui s’ancre aussi dans les comportements rituels. Cette double manière traditionnelle de dire et de faire crée le style particulier à une communauté : la mémoire est donc culturelle et forge une identité. Les processus symboliques que sont le mythe et le rite forment les deux dimensions essentielles de cette tradition partagée qui, pour n’être pas l’objet d’un credo, n’en a pas moins un sens, fût-il fluide. S’appuyant sur le discours de Socrate les muthologèmata au bord de l’Ilissos (Platon, Phèdre, 229b-e), Ph. B. écrit que le mythe « relève d’une pratique sociale non problématique, une pratique du bonheur » (p. 30). Il s’agit d’une exploration ludique des limites de l’imaginaire psychologique et social.

2Les sept réflexions qui suivent sont des articles plus ou moins retravaillés selon les cas, hormis le texte sur la musique de Pan qui était inédit. Le « mythe du labyrinthe » explore le motif en tant qu’espace imaginaire de l’initiation et livre un savant entrecroisement de la question des successions royales, entre Athènes et Crète. L’« enfance au miel » réunit Platon, Pindare, le chrétien Ambroise, mais aussi Zeus lui-même dans une commune relation au miel. Rhésos, un « cousin d’Orphée », est mis en regard de son prestigieux parent par la vertu des rapprochements et des écarts de leur biographie respective. Avec « Écho, désir, musique, les sentiers de Pan », Ph. B. retrouve le chemin de ses Recherches sur le dieu Pan (1979) et rejoint La Mère des dieux (1996) sur le thème de la musique. Quant à « la mort du Grand Pan », ce chapitre offre une remarquable leçon de méthode autour du curieux épisode rapporté par Plutarque (De la disparition des oracles, 17). S’interrogeant à la fois sur la portée du récit en contexte antique et sur les acrobaties interprétatives qui se sont succédé entre xixe et xxe siècle, Ph. B. montre que le récit relève d’une propagande politique anti-impériale, revue ensuite dans une perspective apologétique chrétienne. En outre – et la leçon de méthode est là –, le comparatisme totalisant qui l’a intégré dans l’imagerie du « dieu qui meurt » ou dans le cadre folklorique de légendes nordiques montre avant tout la distance qui sépare les données et la succession de modes interprétatives. Ensuite, « la tête du Capitole » est une analyse fine et comparative des mécanismes idéologiques et historiques ayant mené à cette tradition : mise au jour d’une tête sur la colline tarpéienne, exploration du sens du prodige, tentative de détournement de l’oracle, reconnaissance de l’hégémonie à venir de Rome.

3Le dernier volet de l’ouvrage n’entre pas tout à fait dans « l’exercice mythologique » du titre, même s’il a pleinement sa place dans ce regard rétrospectif sur un parcours, à la fois scientifique et personnel. Ph. B. fut l’élève de Mircea Eliade à Chicago dans les années septante et cette relation, même si elle fut moins déterminante que celle de Jean Rudhardt, a marqué le chercheur débutant en histoire des religions. Ce chapitre final, intitulé « Un mythe moderne : Mircea Eliade », est une mise au point rigoureuse et sensible de l’impact des « années noires » du savant roumain, quand il adhérait aux idées extrémistes de la Garde de Fer de Codreanu (1937-1944). Elle est rigoureuse car elle rend compte des dérives auxquelles un nationalisme exalté, soucieux de « respiritualiser l’individu », a mené Eliade, tout en continuant d’informer dans une certaine mesure sa vision méta-historique du sacré. Elle est sensible car certains excès du « révisionnisme » auquel a été soumise la carrière d’Eliade après sa mort ont manifestement blessé son ancien élève, qui a connu un autre homme « qu’il serait vain, absurde de vouloir à tout prix réduire au premier » (p. 202).

4Ce livre remarquablement écrit montre la cohérence d’une démarche et l’application d’une méthode d’analyse des mythes qui rend compte de leur poikilia en leur appliquant, sans exclusive, les acquis les plus intéressants des trois dernières décennies.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vinciane Pirenne-Delforge, « Philippe Borgeaud, Exercices de mythologie », Kernos [En ligne], 18 | 2005, mis en ligne le 06 septembre 2011, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://kernos.revues.org/1738

Haut de page

Auteur

Vinciane Pirenne-Delforge

FNRS – Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page