Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Monique Bouquet, Françoise Morzadec (éds), La Sibylle. Parole et représentation

Emilio Suárez de la Torre
p. 550-552
Référence(s) :

Monique Bouquet, Françoise Morzadec (éds), La Sibylle. Parole et représentation, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2004. 1 vol. 15 × 21 cm, 301 p. (Collection « Interférences »). ISBN : 2-86847-879-4.

Texte intégral

1La voix de la Sibylle conserve toujours sa sonorité. Ce volume, qui réunit le contributions au colloque tenu à l’Université de Rennes 2-Haute Bretagne en octobre 2001 (organisé par le Centre d’Études de Littératures Antiques et Modernes), en est un bon exemple. Étant donné que les dernières années ont connu une sorte de fièvre sibylline dans le monde éditorial, le premier éloge qui mérite l’ouvrage est qu’il a sa propre personnalité et que, même lorsqu’on y traite des aspects plus connus, les A. ont trouvé des points de vue originaux et des perspectives nouvelles. De surcroît, une bonne partie des contributions met en évidence des aspects très peu connus de l’univers sibyllin. C’est donc un ensemble qui a une place très méritoire dans la production bibliographique sibylline. Voici un résumé (nécessairement trop télégraphique) du contenu.

2L’Avant-propos de M. Bouquet et F. Morzadec, p. 11-16 (avec une description, brève mais précise, de l’ensemble) ouvre le chemin aux chapitres suivants. Caroline Février, « Le double langage de la Sibylle : de l’oracle grec au rituel romain », p. 17-28 : intéressante hypothèse sur l’usage que les décemvirs faisaient des libri sibyllini pour la procuration des prodiges comme moyen de rénovation des pratiques rituelles. Charles Guittard, « Reflets étrusques sur la Sibylle : Libri Sibyllini et Libri Vegoici », p. 29-42 : sur les rapprochements entre les livres sibyllins et l’etrusca disciplina et le rôle de la figure de la lasa Vecu (Végoia). Jacqueline Champeaux, « Figures romaines de la Sibylle », p. 43- 52 : Virgile a fusionné tous les types sibyllins précédents et, comme résultat, a créé une figure « innovante, totale et unitaire » (p. 46) qui aura une énorme influence. Christophe Cusset, « Cassandra et/ou la sibylle : les voix dans l’Alexandra de Lycophron », p. 53-60 : étude du rôle ‘métaphorique’ de la sibylle par rapport à la prophétie de Cassandra et analyse des rapports entre les deux figures. Damien Nélis, « La Sibylle et Médée : Virgile et la tradition argonautique », p. 61-68 : la fonction de la sibylle virgilienne comme triviae sacerdos a son précédent dans celle de la Médée d’Apollonios de Rhodes, prêtresse d’Hécate. Albert Foulon, « Sibylles élégiaques », p. 69-74 : particularités des prédictions sibyllines chez Tibulle. Alain Deremetz, « La sibylle dans la tradition épique à Rome : Virgile, Ovide et Silius Italicus », p. 75-84 : ‘dédoublement actantiel’ de la sibylle chez Silius Italicus par rapport aux autres auteurs, en fonctionnant autant comme prophétesse qui a un rôle dans le récit que comme médiatrice entre l’auteur et son œuvre. Françoise Morzadec, « Stace et la Sibylle : rivalité littéraire autour de la louange de Domitien. La Silve, IV, 3 », p. 85-98 : habileté de Stace pour transformer la sibylle virgilienne en une poétesse inspirée, éloignée même de son entourage habituel, qui sert à délimiter le choix générique de l’auteur dans l’ensemble du panégyrique de Domitien. Sabina Crippa, « Figures du σιβυλλαίνειν », p. 99-108 : réflexions sur la ‘coprésence de la voix et de l’écriture’ (p. 100) dans la prophétie sibylline, ainsi que sur la richesse des différentes modulations de la voix sibylline en tant que moyen de communication avec le divin. Monique Bouquet, « La sibylle servienne, guide de l’exégèse moderne ? », p. 109-118 : malgré ses imperfections, les commentaires serviens à la sibylle ont une perspective philologique remarquable, car Servius s’est proposé de trouver « l’intention de Virgile au plus près et au plus vrai » (p. 117) et de devenir un authentique interprète du poète. Giuseppe Ramires, « Le problème des additions italiennes dans l’épisode de la Sibylle de Cumes. Servius ad Aen.VI, 37-135 », p. 119-130 : analyse de l’importance du travail des humanistes dans la constitutio textus, avec des remarques importantes sur leur tendance à compléter et augmenter les gloses. Ileana Chirassi-Colombo, « La bru de Noé », p. 131-150 : le profil de la Sibylle monothéiste juive et les traits de sa prédiction. Nicole Belayche, « Quand Apollon s’est tu, les Sibylles parlent encore », p. 151-164 : les avantages de la Sibylle pour la propagande chrétienne. Marie-Noël Colette, « Le chant de la Sibylle, composition, transmission et interprétation », p. 165-176 : modalités mélodiques et d’exécution du chant de la Sibylle à partir du Xe siècle; son rôle de médiation entre le drame et la fonction liturgique. Denis Hüe, « La Sibylle au théâtre », p. 177-196 : sur la sibylle comme personnage théâtral médiéval. Francine Mora, « La Sibylle séductrice dans les romans en prose du XIIIe siècle : une Sibylle parodique ? », p. 197-210 : analyse des traits parodiques de la Sibylle des romans médiévaux, bien éloignée (mais consciemment) de la Sibylle virgilienne. Christine Acher-Ferlampin, « Sebille prophétesse et maternelle : du monde antique au monde arthurien dans Perceforest », p. 211-226 : étude de cet intéressant renouvellement de la figure de la Sibylle et de son rôle prophétique dans ce roman arthurien, où, devenue une fée séductrice, elle sert de lien généalogique avec Alexandre le Grand. Fabienne Pomel, « La Sibylle guide et double de Christine dans l’autre monde des lettres. Le Chemin de longue étude de Christine de Pizan », p. 227-240 : la Sibylle initie la poétesse et donne une légitimité à son activité. Emmanuel Buron, « Oracles humanistes et rumeurs de la cour. Sibyllarum duodecim oracula de Jean Rabel, Jean Dorat et Claude Binet », p. 241-254 : la conjonction d’images et de textes, même si les deux proviennent d’origines disparates, peut être employée pour composer une prédiction sur la naissance d’un enfant royal. Isabelle His, « La Sibylle en musique : d’Orlande de Lassus à Maurice Ohana », p. 255-272 : coïncidences et différences dans le traitement musical de la Sibylle d’un auteur de la Renaissance et d’un autre contemporain. Anne Ducrey, « Sibylles fin de siècle », p. 273-284 : la Sibylle sur la scène symboliste. L’ouvrage se termine par les sigles, p. 285 et la bibliographie générale, p. 287.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emilio Suárez de la Torre, « Monique Bouquet, Françoise Morzadec (éds), La Sibylle. Parole et représentation », Kernos [En ligne], 18 | 2005, mis en ligne le 06 septembre 2011, consulté le 18 décembre 2014. URL : http://kernos.revues.org/1733

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page