Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Laurent Bricault, Isis en Occident. Actes du IIème colloque international sur les études isiaques, Lyon III, 16-17 mai 2002

Richard Veymiers
p. 549-550
Référence(s) :

Laurent Bricault (éd.), Isis en Occident. Actes du IIème colloque international sur les études isiaques, Lyon III, 16-17 mai 2002, Leiden, Brill, 2004. 1 vol. 16 × 24 cm, xxv + 510 p. (Religions in the Graeco-Roman World, 151). ISBN : 90-04-13263-5.

Texte intégral

1Les actes de ce second colloque international, riches de dix-huit contributions, rédigées sur plus de cinq cents pages en français, anglais, allemand et italien par des chercheurs issus d’horizons très variés, participent du renouveau noté dans la recherche isiaque depuis ces dernières années. Bien que traitant de recherches particulières, les articles se rattachent à certains axes principaux retenus pour peindre un tableau actualisé de la diffusion d’Isis en Occident.

2Une première série de communications propose des études régionales permettant de faire le point sur les conditions d’implantation et de diffusion des cultes isiaques dans plusieurs zones de l’Occident méditerranéen. Grâce à ces enquêtes géographiques, réalisées dans le cadre de l’Italie (M. Malaise), de l’Hispanie (J. Alvar, E. Muñiz), de la Gaule (J. Leclant), des deux Germanies (M. Haase), des provinces alpines (S. Cibu, B. Rémy), du limes danubien (M.-Ch. Budischovsky) et de l’Afrique du Nord (L. Bricault, Y. Le Bohec, J.-L. Podvin sur la Proconsulaire; J.-P. Laporte sur la Maurétanie Césarienne, Numidie et partie de la Proconsulaire; Y. Le Bohec sur la Maurétanie Tingitane), il est possible d’aborder les grandes questions de la diffusion de ces cultes et de procéder à d’intéressantes comparaisons. Ainsi, nous pouvons observer la nature des itinéraires empruntés par les divinités isiaques, l’époque de leur implantation, l’identité des agents de leur diffusion, issus par exemple du monde militaire (A. Perrissin-Fabert), ainsi que leur succès dans les populations autochtones. Selon le territoire envisagé, la répartition des isiaca est inégale et les membres du cercle isiaque ont une importance relative entre eux. Les témoignages de dévotion isiaque sont parfois difficiles à identifier tant la frontière entre le culturel et le cultuel peut être floue. Cette ambiguïté révèle la nécessité d’un consensus dans la terminologie utilisée par les spécialistes. Qu’entend-on par exemple par site isiaque, par isiaca ou par Aegyptiaca ?

3Deux travaux se concentrent sur des sites particuliers considérés comme des centres isiaques majeurs et tentent de préciser la chronologie et le statut de certains sanctuaires. L’un (S. Ensoli) présente les fouilles exécutées à Cyrène dans le temple acropolitain d’Isis et de Sérapis. L’autre (M.J. Versluys) concerne l’existence possible d’un Iséum sur le Capitole romain dès le ier siècle av. J.-C.

4Plusieurs enquêtes portent sur certaines catégories documentaires dont l’étude avait souvent jusqu’ici été sous-estimée et négligée : les lampes fabriquées hors d’Égypte (J.-L. Podvin), les monnaies grecques d’Ionie et de Carie (F. Delrieux), les intailles et gemmes magiques (C. Sfameni), ainsi que les formes décoratives des sanctuaires (K. Parlasca). Tous ces documents présentent un potentiel informatif considérable qu’il convient de réhabiliter pour autoriser une vision cohérente et complète du phénomène isiaque. Ils possèdent évidemment un degré de signification variable et ne sont pas dénués de problèmes d’interprétation.

5Enfin, le volume s’achève par une conclusion (M. Malaise) qui reprend les grands thèmes du colloque, mais qui soulève aussi d’autres questions et énonce de nouveaux souhaits visant à améliorer notre connaissance d’Isis en Occident.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Richard Veymiers, « Laurent Bricault, Isis en Occident. Actes du IIème colloque international sur les études isiaques, Lyon III, 16-17 mai 2002 », Kernos [En ligne], 18 | 2005, mis en ligne le 06 septembre 2011, consulté le 26 octobre 2014. URL : http://kernos.revues.org/1732

Haut de page

Auteur

Richard Veymiers

FNRS – Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page