Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Guy Labarre (éd.), Les cultes locaux dans les mondes grec et romain. Actes du colloque de Lyon, 7-8 juin 2001, Université Lumière-Lyon 2 / UMR 5189 du CNRS

Yves Lafond
p. 547-549
Référence(s) :

Guy Labarre (éd.), avec la collaboration de M. Drew-Bear, J.-Cl. Goyon, M.-Th.Le Dinahet et J.-M. Moret, Les cultes locaux dans les mondes grec et romain. Actes du colloque de Lyon, 7-8 juin 2001, Université Lumière-Lyon 2 / UMR 5189 du CNRS, Diffusion de Boccard, 2004. 1 vol. 20, 5 × 29 cm, 318 p. (Collection archéologie et histoire de l’antiquité. Université Lumière-Lyon 2, 7). ISBN : 2-911971-06-X.

Texte intégral

1Issu d’un séminaire de DEA portant sur « Cultures locales et vie religieuse », le colloque dont le présent volume constitue les Actes a rassemblé une bonne vingtaine de participants autour d’une thématique – celle des « cultes locaux dans les mondes grec et romain » – qui vise à mettre en évidence l’intérêt des approches régionales dans l’étude de la religion grecque. Quelques grandes questions, rappelées en avant-propos de l’ouvrage, définissent les enjeux de l’enquête : quelle est la part des héritages anciens dans le fonctionnement des cultes locaux ? Quels sont les critères possibles d’analyse et d’interprétation de ces mêmes cultes, susceptibles d’éclairer des particularités et des différences qui relèvent de contextes ethniques, géographiques, historiques, sociaux et culturels très divers ? Si les limites géographiques du travail sont clairement posées − elles sont liées bien sûr à l’impossibilité, dans le cadre d’une telle publication, de prétendre couvrir l’ensemble des régions du bassin méditerranéen et du monde bosporan −, on regrettera cependant que la question de la chronologie n’ait pas été d’emblée plus nettement évoquée, de façon à inscrire dans une perspective historique mieux définie les études rassemblées ici selon un classement thématique (cela aurait permis peut-être par exemple un approfondissement de la réflexion en ce qui concerne les continuités ou mutations qu’on relève à l’époque impériale choisie comme cadre par plusieurs exposés). Un essai de mise au point sur la notion de « culte local » et sur le vocabulaire qui permet de l’appréhender aurait aussi été utile, ne serait-ce que pour tenter une approche synthétique de points de vue et de définitions exprimés de façon éparse dans le volume et compte tenu aussi du fait que certaines contributions ne semblent pas avoir cherché à relier clairement leur problématique à la notion de « culte local ».

2Trois grands thèmes ont été retenus pour classer la matière traitée ici, répartie cependant de manière inégale. Deux communications concernent « les sources et leur interprétation » : l’une (V. Pirenne-Delforge), s’interrogeant sur la portée du témoignage de Pausanias − fondamental, on le sait, pour toute étude des cultes locaux dans la Grèce continentale d’époque antonine − analyse finement l’exemple du rituel des Laphria de Patras pour montrer qu’il doit s’agir d’une « reconstruction » augustéenne dont l’interprétation risque d’être faussée par la présentation qu’en donne le Périégète dans un contexte strictement grec ; l’autre traite de cultes locaux en Sicile (J.-L. Lamboley), ceux des Paliques et d’Adranos, dans la région de l’Etna, et montre l’importance, pour notre connaissance de ces cultes, des témoignages littéraires, mais aussi leurs limites qui tiennent, pour des textes en majorité tardifs, à l’approche sélective qui est la leur, en liaison avec des circonstances politiques et des contextes culturels propres à dénaturer les réalités cultuelles indigènes.

3Une deuxième section, où se trouvent regroupées la grande majorité des communications, vise, sous le titre « Cultes locaux, topiques et épichoriques de l’Anatolie à l’Hispanie », à rendre compte, dans une vaste aire géographique, du caractère pluriel de la religion gréco-romaine et de la place de choix qu’y occupent les cultes locaux. Certaines de ces contributions, visiblement, n’ont pas choisi d’affronter directement la thématique retenue pour le colloque et ne font pas de la notion de « culte local » l’enjeu principal de la réflexion : H. Lohmann (« Mélia, le Panionion et le culte de Poséidon Héliconios »), au fil d’une analyse méthodiquement menée, s’appuie sur une enquête archéologique récente pour proposer une nouvelle localisation du Panionion archaïque ; J.-M. Moret (« Médée à Éleusis ») traite de l’imagerie éleusinienne sur un vase apulien du ive siècle av. J.-C. ; J. Lancha (« Vivre avec les dieux dans les villas tardives de la péninsule ibérique »), par le biais d’une analyse de l’attitude des élites sociales païennes vis-à-vis des dieux au ive siècle, met en évidence non pas tant des cultes locaux que des formes locales de culte. D’autres contributions ne sont que de brèves mises au point sur des découvertes archéologiques susceptibles il est vrai d’éclairer notre connaissance de certains cultes locaux : reliefs rupestres du iiie siècle ap. J.-C. mis en rapport avec le culte des Dioscures en Pisidie occidentale (M. Özsait) ; niches sculptées dans le rocher à Samos, rattachées à des sanctuaires de Cybèle (V. Yannouli). Les autres articles explorent de façon plus approfondie la question des « cultes locaux », selon des approches très diverses, tant du point de vue de la méthode que de l’aire géographique : G. Courtieu (« Les cultes de l’Ida troyen ») prend l’exemple du mont Ida pour illustrer le caractère fondamentalement topique du polythéisme antique. La publication par Th. Drew-Bear et G. Labarre d’une dédicace aux Douze Dieux lyciens donne lieu à une contribution fouillée qui met en relation l’émergence de cultes épichoriques aux iie-iiie siècles avec la vivacité de l’attachement aux dieux indigènes dans les campagnes de Lycie. Dans une contribution en italien (« Asiarchi e archiereis d’Asia »), D. Campanile montre l’intérêt d’envisager le culte impérial dans ses implications locales à l’échelle de certaines régions de la péninsule anatolienne, en liaison avec le rôle qu’y jouent les élites dans la vie politique et religieuse des cités. En s’intéressant aux « Cultes étrangers et cultes locaux dans les Cyclades à l’époque impériale », et en se fondant sur les recherches récentes des historiens et des archéologues, M.-Th. Le Dinahet remet utilement en question l’idée d’un déclin généralisé qu’aurait connu entre le ier et le ive siècle cette région de l’Égée. F. Quantin pour sa part (« Poséidon en Chaonie et en Illyrie méridionale ») propose une analyse claire et pondérée de la personnalité de Poséidon telle que permet de l’appréhender la documentation épigraphique et iconographique à l’échelle d’une région. Un ensemble de trois communications enfin (S. Deyts, J.-C. Béal et A. Pelletier) aborde divers aspects de la vie religieuse locale en Gaule romaine, pour souligner en particulier la question du rapport entre les cultes indigènes et la romanisation.

4La troisième et dernière section de l’ouvrage s’intéresse plus spécifiquement à la confrontation de la religion gréco-romaine avec les cultures locales et aux processus d’acculturation. On ne s’étonnera pas que la moitié des communications sur ce thème concernent l’Égypte qui offre, comme l’on sait, une matière privilégiée pour des études concernant les phénomènes interculturels : J.-C. Goyon met en valeur le rôle joué par l’élite sacerdotale dans le sud de l’Égypte, en liaison avec les cultes d’Isis et d’Horus à Philae et Edfou ; M. Drew-Bear présente de façon convaincante, en prenant l’exemple de la Moyenne Égypte, les liens qu’on peut établir entre toponymes et cultes locaux traditionnels ; P. Schubert exploite un dossier documentaire de la collection papyrologique de Genève pour éclairer la façon dont les autorités civiles romaines et le clergé égyptien étaient amenés à collaborer dans des procédures relatives à des cultes locaux. Deux contributions traitent de l’influence anatolienne décelable dans des cultes d’Asie Mineure, au Métrôon d’Éphèse (C.M. Thomas) et en Lycie (Chr. Le Roy). N. Jijina évoque pour sa part, en anglais, le mélange des cultures que révèle dans la région du Bosphore une étude de l’art funéraire.

5L’ensemble constitue un recueil dont la lecture est stimulante et où, grâce à un index détaillé, il sera possible d’effectuer des parcours croisés à partir des sources, tant littéraires qu’épigraphiques, des figures héroïques ou divines et des noms, historiques, mythiques ou géographiques. Mais il me semble que le caractère quelque peu hétéroclite de l’ouvrage aurait gagné à être corrigé par des remarques introductives plus développées, visant à mieux circonscrire les enjeux d’une réflexion portant sur une très vaste thématique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Lafond, « Guy Labarre (éd.), Les cultes locaux dans les mondes grec et romain. Actes du colloque de Lyon, 7-8 juin 2001, Université Lumière-Lyon 2 / UMR 5189 du CNRS », Kernos [En ligne], 18 | 2005, mis en ligne le 06 septembre 2011, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://kernos.revues.org/1726

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page