Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Marina Polito, Il δοῦμος. Un’associazione sacra in zone di contatto

Emmanuel Voutiras
p. 545-547
Référence(s) :

Marina Polito, Il δοῦμος. Un’associazione sacra in zone di contatto, Napoli, Università degli studi di Salerno, Dipartimento di Scienze dell’Antichità, 2004. 1 vol. 17 × 23,5 cm, 114 p. ISBN : 88-87375-74-7.

Texte intégral

  • 1   K. Buresch, Aus Lydien, Leipzig 1898, p. 60-61.
  • 2   O. Masson, « Le mot doumos, ‘confrérie’, dans les textes et les inscriptions », Cahiers Ferdinand (...)
  • 3   E. Voutiras, « Berufs- und Kultverein: ein doumos in Thessaloniki », ZPE 90 (1992), p. 87-96.

1Le mot rare δοῦμος, signifiant « confrérie » et sans doute aussi « lieu de rassemblement », est attesté en grec depuis le vie siècle av. J.-C. et dérive d’une langue de l’Asie Mineure occidentale qu’il est impossible d’identifier avec certitude (lydien, méonien ou phrygien). Ceci a pu être établi à partir de l’apparition de ce terme dans des inscriptions d’époque impériale provenant de Lydie (précisément de Méonie), publiées pour la première fois par Karl Buresch il y a plus d’un siècle1. En 1987, Olivier Masson dédia à ce mot une étude très fouillée2. Quelques années plus tard une inscription funéraire trouvée à Thessalonique est venue s’ajouter au dossier3. Dans ce petit volume, l’A. dresse un bilan de la recherche et propose une synthèse à partir des données disponibles. L’ouvrage comprend (1) une introduction, (2) un aperçu du problème linguistique et des solutions proposées (étymologie et sens originel du mot), (3) un catalogue de toutes les attestations de doumos, épigraphiques d’abord et littéraires ensuite, avec textes et commentaires, (4) une discussion de ce type d’association sous tous ses aspects et (5) un résumé des principales conclusions; il se termine par une longue bibliographie et une carte indiquant la distribution géographique des doumoi attestés.

2Une première remarque concerne la potrée de cette étude. Selon l’A. son objectif est de présenter une « vue d’ensemble » du doumos, qu’elle considère d’emblée comme une « institution » (tout en admettant que ce terme n’est pas tout à fait approprié) à caractéristiques fixes (Introduction, p. 7). Il est pourtant permis de se demander si une telle entreprise peut être meneé à bien à partir d’une documentation restreinte et peu cohérente. Celle-ci comprend en effet d’une part, treize témoignages épigraphiques plus ou moins certains, mais parfois d’interprétation délicate ou contestée, datant tous de l’époque impériale, dans lesquels doumos signifie « confrérie » et se trouve lié à un ou plusieurs cultes; d’autre part, trois témoignages littéraires dont l’un remonte à l’époque archaïque (Hipponax fr. 30 Masson, West; fr. 41 Degani), l’autre au ier siècle av. J.-C. (épigramme de Philodème de Gadara, AP VII, 222), tandis que le troisième (une glose d’Hésychius) est de date incertaine, car on ignore la source où le lexicographe l’a puisé. Dans ces textes le mot doumos signifie soit « maison » soit « lieu de rassemblement », et il semble avoir une relation avec les femmes. Le grand écart chronologique et la nature très différente de ces témoignages invite à se demander si le doumos a été partout et toujours une association à caractère bien défini, une sorte d’institution dont les traits principaux sont restés plus ou moins les mêmes au fil du temps. Ceci n’est pas a priori très probable, quand on sait combien la forme et la fonction des diverses associations, cultuelles ou autres, a pu évoluer dans l’Antiquité entre la période archaïque et la période impériale. Aussi est-il possible qu’un même nom renvoie à des réalités différentes selon les époques et les régions. L’A. a conscience de cette difficulté, mais elle pense malgré tout qu’une enquête comme la sienne peut parvenir à des résultats intéressants (Introduction p. 8).

  • 4   Bulletin épigraphique (1968), 131, p. 436; l’A. y renvoit, p. 82 n. 23.

3En l’occurence la plupart des conclusions semblent en quelque sorte prédéterminées, du moment qu’elles sont fondées sur la conviction que tout doumos doit avoir un minimum de caractéristiques fixes justifiant cette appellation. Il en résulte une interprétation un peu rigoureuse des documents qui privilégie les éléments formels permettant de les comparer les uns aux autres afin de déterminer les traits communs qui les unissent, au lieu de chercher à les situer plus précisément dans leur contexte géographique et historique concret. Prenons un exemple : au terme d’une discussion sur les divinités associées au doumos, l’A. conclut à l’existance d’un lien étroit et constant avec le culte métroaque (p. 81-86). Cette conclusion est pourtant loin de s’imposer, si l’on tient compte du fait que la Mère des Dieux n’est présente que dans trois inscriptions sur les treize mentionnant des doumoi (voir le tableau p. 83); pour les autres la relation avec cette divinité est établie au moyen d’une série de rapprochements pas toujours évidents. Sur ce point il est sans doute préférable de souscrire à la conclusion judicieuse de Jeanne et Louis Robert, qui écrivaient4 : « Il nous paraît que dans son pays d’origine le doumos peut être lié à Cybèle, mais se trouver aussi dans le culte de divinités tout à fait différentes. Nous croyons que le mot n’a en lui-même aucune ‘spécialisation’ en relation avec tel culte, métroaque ou autre; il nous semble être l’équivalent indigène de συμβίωσις ».

  • 5   C. Zimmermann, Handwerkervereine im griechischen Osten des Imperium Romanum, Mainz, 2002, p. 42-4 (...)
  • 6   Cf. D. Steuernagel, « Vereins-, Stadt- und Staatskulte im kaisezeitlichen Puteoli », MDAI(R) 106 (...)

4Il faut également noter que l’aspect religieux du doumos, privilégié par l’A., n’est pas nécessairement toujours dominant, surtout à l’époque impériale et hors de son pays d’origine, la Lydie ou la Phrygie. Suivant l’exemple d’autres associations, un doumos aurait pu fonctionner aussi comme une association professionnelle tout en gardant son aspect de confrérie cultuelle. À cette époque tardive, la plupart des associations se manifestent d’abord par un culte qui ne permet en rien de préjuger de leur nature réelle5. On sait en effet que les collèges et les confréries présentes un peu partout dans l’Empire romain sont le plus souvent de nature complexe, plurifonctionnelle. Ceci concerne en particulier les associations liées aux cultes orientaux, dont le nom ne permet pas, à lui seul, de déterminer de manière rigoureuse le caractère plutôt religieux ou plutôt profane6.

5On saura gré à l’A. d’avoir réuni et discuté les témoignages relatifs au doumos. Mais cette recherche aurait sans doute gagné à être menée dans un cadre plus vaste, celui de l’étude des associations culturelles et professionnelles dans la partie orientale de l’Empire romain. Il eût été intéressant d’examiner les doumoi de chaque région en les comparant aux autres confréries qui y sont attestées; cela devrait permettre non seulement de parvenir à des conclusions plus solides, mais aussi de mieux saisir leur éventuelle spécificité.

Haut de page

Notes

1   K. Buresch, Aus Lydien, Leipzig 1898, p. 60-61.

2   O. Masson, « Le mot doumos, ‘confrérie’, dans les textes et les inscriptions », Cahiers Ferdinand de Saussure 41 (1987), p. 145-152.

3   E. Voutiras, « Berufs- und Kultverein: ein doumos in Thessaloniki », ZPE 90 (1992), p. 87-96.

4   Bulletin épigraphique (1968), 131, p. 436; l’A. y renvoit, p. 82 n. 23.

5   C. Zimmermann, Handwerkervereine im griechischen Osten des Imperium Romanum, Mainz, 2002, p. 42-43.

6   Cf. D. Steuernagel, « Vereins-, Stadt- und Staatskulte im kaisezeitlichen Puteoli », MDAI(R) 106 (1999), p. 161.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Voutiras, « Marina Polito, Il δοῦμος. Un’associazione sacra in zone di contatto », Kernos [En ligne], 18 | 2005, mis en ligne le 06 septembre 2011, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://kernos.revues.org/1724

Haut de page

Auteur

Emmanuel Voutiras

Université de Thessalonique

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page