Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Francesca Prescendi, Décrire et comprendre le sacrifice. Les réflexions des Romains sur leur propre religion à partir de la littérature antiquaire

Vinciane Pirenne-Delforge
Référence(s) :

Francesca Prescendi, Décrire et comprendre le sacrifice. Les réflexions des Romains sur leur propre religion à partir de la littérature antiquaire, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2007. 1 vol. 17 24 cm, 284 p. (Potsdamer Altertumswissenschaftliche Beiträge, 19). ISBN : 978-3-515-08888-6.

Texte intégral

1Ce livre parle, certes, de sacrifice romain. Deux raisons ont néanmoins imposé d’en rendre compte pour les lecteurs de Kernos. D’une part, il présente un intérêt comparatif cer­tain pour ceux qu’intéresse le sacrifice grec. D’autre part, l’historiographie du thème sacrificiel grec y est omniprésente : disons pour faire bref que Burkert, Rudhardt et Vernant y côtoyent Scheid, Schilling et Wissowa… et la liste pourrait s’allonger.

2L’originalité de l’approche tient à la mise en perspective du regard et de la vision des Romains eux-mêmes sur leurs procédures sacrificielles. Il faudrait plutôt dire : les regards et les visions. En effet, dans un système religieux où il n’est question ni de dogme ni de révélation immuable, l’exégèse relève de la compétence d’écrivains antiquaires et s’affirme toujours au pluriel. Une telle pluralité a longtemps été soumise aux feux de la critique historico-philologique, qui cherchait à déterminer les strates d’une évolution historique sous-jacente ou en stigmatisait la stupidité. Ce temps est révolu et a laissé la place à une interprétation plus respectueuse des spécificités littéraires, des contextes d’énonciation et, surtout, du rapport dynamique que les Romains entretenaient avec leurs rituels.

3Une analyse minutieuse et philologiquement impeccable court à travers trois grandes parties. La 1re s’intitule « Décrire le sacrifice » et constitue l’armature de toute la réflexion ultérieure. Il s’agit en effet de mettre en place les éléments constitutifs du sacrifice et ses différentes séquences, d’après les Romains eux-mêmes. Après s’être courageusement pliée à l’exercice difficile de la définition du sacrifice romain, l’A. détermine et décrit les différentes étapes du processus. Le dernier chapitre évoque quelques descriptions littéraires en en montrant les choix spécifiques et les implications particulières : un Caton s’attachera à des rites destinés à sa propriété rurale, un Sénèque ou un Lucain auront des visées littéraires, tandis que Denys d’Halicarnasse, entendant démontrer que les Romains sont des Grecs, chargera sa description sacrificielle de soutenir cette revendication identitaire.

4La 2e partie se penche sur les exégèses des gestes et des ingrédients du rituel que la 1re partie a mis au jour. C’est donc bien en fonction de ce que les Romains en ont dit eux-mêmes que cette partie aborde les rites préliminaires, la consécration et l’offrande. Un dernier chapitre complète l’analyse des séquences en étudiant les mythes autour des exta, qui est sans doute le point le plus novateur de cette partie. Appliquant les analyses de J. Scheid et J. Svenbro sur le mythe en tant que « concaténation de catégories », l’A. montre que l’offrande des exta devient un moyen de parler de la domination, du pouvoir, de la supério­rité, à l’instar de ce qui s’accomplit lors de chaque sacrifice : la partie la plus prestigieuse de la viande est offerte aux dieux et marque une hiérarchie, tout en « accroissant » les dieux.

5La 3e partie étudie les mythes et interprétations du sacrifice, une problématique où l’anthropologie grecque du sacrifice est fréquemment appelée à la barre, comme l’atteste le texte de Porphyre qui ouvre le propos. L’idée que le sacrifice animal serait le résultat d’un adoucissement de sacrifices humains originels est tout d’abord analysée. Bien présente dans la tradition grecque évoquée par Porphyre, cette construction évolutionniste est également perceptible dans l’imaginaire romain, autour de l’énigmatique fête des Argei et de la célèbre confrontation entre Jupiter et Numa, qui sont toutes deux soigneusement analysées. Tantale et Lykaon surgissent également dans ce tableau, dans la mesure où Ovide et Sénèque se sont emparés du thème du défi alimentaire lancé aux dieux pour tester leur omniscience. Les mythes de substitution du sacrifice humain sont donc vus comme autant de manières de réfléchir sur les limites entre hommes et dieux, sur la hiérarchie du cosmos. Mais l’origine du sacrifice ne s’inscrit pas uniquement sur l’horizon d’antiques sacrifices humains. Dans les Fastes (I, 337-457), Ovide propose un des mythes les plus complets sur le thème, dans le cadre de sa réflexion étymologique et étiologique sur la fête des Agon(al)ia. Une fois mis en parallèle avec un passage analogue des Métamorphoses (XV, 60-478) et assorti d’une autre réflexion des Fastes sur l’étymologie de hostia et de victima, il s’avère que ces différents textes montrent la double utilité des animaux pour les hommes : alimentaire et extra-alimentaire; ils montrent en outre la nécessité pour l’homme d’affirmer son pouvoir sur une nature qu’il a dû conquérir, tout en honorant les dieux qui lui sont supérieurs. C’est ce même imaginaire qui explique les interactions symboliques entre sacrifice et exécution capitale : le thème de la faute de l’animal qui est dès lors sacrifié relève d’un tel registre, de même que celui du pouvoir absolu. En revanche, des nuances sont apportées à l’interprétation sacrificielle du châtiment des Vestales fautives, ensevelies vivantes. Contrairement à l’ensevelissement d’un couple de Grecs et d’un couple de Gaulois au Forum Boarium en 113 av. J.-C., dont la grille de lecture est sacrificielle, la punition des Vestales est une exécution et non une offrande chère aux dieux.

6Une conclusion synthétique renoue les différents fils qui traversent l’ensemble de l’ouvrage et affine la définition du sacrifice donnée en introduction. Un index et une biblio­graphie complètent cet ensemble qui donne à penser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vinciane Pirenne-Delforge, « Francesca Prescendi, Décrire et comprendre le sacrifice. Les réflexions des Romains sur leur propre religion à partir de la littérature antiquaire », Kernos [En ligne], 21 | 2008, mis en ligne le 15 septembre 2011, consulté le 24 avril 2017. URL : http://kernos.revues.org/1713

Haut de page

Auteur

Vinciane Pirenne-Delforge

F.R.S.-FNRS – Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Kernos

Haut de page
  • Logo Suppléments de Kernos – Revue internationale et pluridisciplinaire de religion grecque antique
  • Logo Université de Liège
  • Revues.org