Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Frederick E. Brenk, With Unperfumed Voice. Studies in Plutarch, in Greek Literature, Religion and Philosophy, and in the New Testament Background

Jacques Boulogne
Référence(s) :

Frederick E. Brenk, With Unperfumed Voice. Studies in Plutarch, in Greek Literature, Religion and Philosophy, and in the New Testament Background, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2007. 1 vol. 17 24 cm, 544 p. (Potsdamer Altertumswissenschaftliche Beiträge, 21). ISBN : 978-3-515-08929-6.

Texte intégral

1Avec ce troisième volume, F.E. Brenk poursuit le regroupement de sa production scientifique commencé, chez le même éditeur, sous les deux titres Relighting the Souls (1998) et Clothed in Purple Light (1999). Comme pour les deux précédents recueils, le titre emprunté à Plutarque, qui qualifie ainsi le style de la Pythie, annonce qu’en dépit de la diversité des champs d’investigation pratiqués par l’A., littératures grecque et latine, religion, philosophie, magie, judaïsme et christianisme originel, le centre d’intérêt principal du cofondateur de l’International Plutarch Society demeure Plutarque, un polygraphe et un polymathe dont l’œuvre immense oblige à explorer d’une manière rayonnante de nombreux secteurs du contexte culturel.

2Trente et un textes, tous parus après 1999, sont donc réunis, dont vingt-sept articles, trois recensions de livres (deux monographies sur Plutarque et un recueil d’essais sur Dion de Pruse) et un obituaire consacré à Édouard Desplaces. Les articles, reproduits photographiquement, d’où une typographie quelque peu hétérogène, comprennent trois inédits, qui portent, l’un, sur Plutarque, et, les deux autres, sur Paul et la philosophie de son temps. Ils sont répartis entre cinq rubriques : Plutarch, Philosophy, Religion, Magic, et New Testament and Early Christianity.

3La première de ces rubriques, de loin la plus fournie avec ses douze études, s’ouvre sur un inédit, « Uttering Unperfumed Words, Yet Reaches to a Thousand Years with Her Voice. Plutarch and His Age », appuyé sur une bibliographie copieuse et bien à jour de dix pages. F.E.B. y propose très pertinemment de voir en Plutarque, non pas un historien, ni un philosophe professionnel , ni un rhéteur, ni un biographe, ni un moraliste, ni un prêtre, mais un généraliste aux facettes multiples et à l’esprit original, ainsi qu’un témoin très clairvoyant des évolutions de son temps, nonobstant un silence jugé étonnant sur les chrétiens. Mais à ce sujet il n’est peut-être pas superflu de rappeler que le terme de ‘chrétiens’ n’existait pas encore à cette époque et que ces derniers se confondaient facilement avec les juifs, dont Plutarque, d’ailleurs, parle en assimilant leur dieu à Dionysos, une assimilation plus facile à comprendre si elle renvoie implicitement à la mort et à la résurrection du Christ. Les onze études suivantes montrent l’originalité de la pensée de Plutarque en matière d’histoire des religions (« Plutarch », une autre présentation générale, mais qui place l’accent sur les idées religieuses; « In the Image, Reflection and Reason of Osiris. Plutarch and the Egyptian Cults »; « Religion under Trajan. Plutarch’s Resurrection of Osiris »), en matière de péda­gogie (« Two Case Studies in Paideia »), d’historiographie (« Social and Unsocial Memory: the Liberation of Thebes in Plutarch’s The Daimonion of Sokrates »), de mariage (« All for Love. The Rhetoric of Exaggeration in Plutarch’s Erotikos »; « The Barbarian Within. Gallic and Galatian Heroines in Plutarch’s Erotikos »), d’influence sur le christianisme naissant (« Plutarch, Judaism, and Christianity »), de platonisme (« Plutarch’s Middle-Platonic God: About to Enter {or Remake} the Academy »), et de biographie (« Setting a Good Exemplum. Case Studies in the Moralia, the Lives as Case Studies »; « O Sweet Mystery of the Lives! The Eschatological Dimension of Plutarch’s Biographies »).

4Les quatre études de la deuxième rubrique tournent, pour l’une, autour des bibliothèques qui se sont multipliées en se spécialisant, au centre d’Athènes, dans le prolongement des gymnases, et ont ainsi favorisé l’intégration culturelle des nombreux Romains, constituant des sortes d’universités avant la lettre (« School and Literature. The Gymnasia at Athens in the First Century A.D. »), pour deux autres autour de l’idéal d’autosuffisance (« Sheer Doggedness or Love of Neighbor? Motives for Self-Sufficiency in the Cynics and Others”; “Dio on the Simple and Self-Sufficient Life”), et pour la dernière autour de l’évolution de l’eschatologie, qui passe d’un modèle judiciaire (le jugement des âmes) à un modèle de distribution automatique vers le haut ou vers le bas (« Finding One’s Place : Eschatology in Plato’s Laws and First-Century Platonism »).

5La troisième rubrique rassemble quatre études sur l’implantation de la religion isiaque à Rome (« Isis is a Greek Word. Plutarch’s Allegorization of Egyptian Religion », un article qui aurait pu figurer dans la première rubrique; « Great Royal Spouse who Protects Her Brother Osiris. Isis in the Isaeum at Pompeii »; « The Isis Campensis of Katja Lembke »; « Osirian Reflections. Second Thoughts on the Isaeum Campense at Rome”). Elles sont précédées d’une analyse du paradoxe d’Éphèse, une cité totalement hellénisée dont la déesse poliade, Artémis, demeure fondamentalement anatolienne (“Artemis of Ephesos: An Avant-Garde Goddess”).

6Il n’est question de magie que dans une seule étude (« The καὶ σύ Stele in the Fitzwilliam Museum »), où par la référence à la croyance superstitieuse au mauvais œil très répandue en Égypte, F.E.B. renouvelle l’interprétation de la formule inscrite sur la stèle égyptienne E 49 1901 du Musée Fitzwilliam de Cambridge.

7La dernière rubrique présente d’abord deux inédits : « We are of His Race. Paul and the Philosophy of His Time »; « Deum comitari … : Rhetoric and Progress in Virtue in Seneca and Paul »), qui analysent, l’un, les points communs et les divergences entre la pensée de Paul et les philosophes de son temps, principalement les épicuriens et les stoïciens, et, l’autre, les affinités entre cet apôtre et Sénèque. Paul est encore l’objet des deux études suivantes (« Mixed Monotheism ? The Areopagos Speech of Paul »; « The Exorcism at Philippoi in Acts 16.11-40. Divine Possession or Diabolic Inspiration?”). F.E.B. y met en lumière, d’une part, l’effort de Paul pour concilier le logos stoïcien dont l’univers est traversé et la nouvelle religion, et d’autre part, à propos de l’affaire de l’exorcisme pratiqué par Paul sur une jeune esclave possédée par l’esprit pythique, le hiatus qui sépare les représentations grecques des représentations chrétiennes : d’un côté, on est persuadé d’avoir affaire à une manifestation de l’enthousiasme apollinien, de l’autre on est convaincu qu’il s’agit d’une aliénation due au démon du mal incarné par le serpent. Cette ultime série d’articles se clôt sur une étude coécrite avec Filippo Canali de Rossi (« The Notorious Felix, Procurator of Judaea and His Many Wives (Acts 23-24) »). Rattachée indirectement à Paul, celle-ci vise à déterminer si le procurateur de Judée qui interroge Paul à Césarée compte parmi ses deux épouses successives une descendante de Cléopâtre VII.

8Trois index unifient cet ensemble substantiel : index des sujets, des textes et des noms propres modernes. Mais l’unité d’un tel ensemble tient surtout à la méthode d’approche des textes antiques. Elle considère qu’ils dialoguent les uns avec les autres, directement ou indirectement, si bien que pour vraiment les comprendre il convient d’appréhender les liens qui les rattachent à la globalité de leur contexte socio-culturel. F.E.B. fournit ainsi un remarquable outil de travail à tous ceux qui s’intéressent à l’anthropologie culturelle et aux systèmes de représentations, et pas uniquement aux spécialistes de Plutarque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Boulogne, « Frederick E. Brenk, With Unperfumed Voice. Studies in Plutarch, in Greek Literature, Religion and Philosophy, and in the New Testament Background », Kernos [En ligne], 21 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://kernos.revues.org/1711

Haut de page

Auteur

Jacques Boulogne

Université Charles de Gaulle-Lille 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page