Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Pierre Brulé, La Grèce d’à côté. Réel et imaginaire en miroir en Grèce antique

André Motte
Référence(s) :

Pierre Brulé, La Grèce d’à côté. Réel et imaginaire en miroir en Grèce antique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007. 1 vol. 16, 5 24 cm, 542 p. (coll. Histoire). ISBN : 978-2-7535-0495-0.

Texte intégral

1Cet historien de l’Antiquité (qu’on ne présente pas aux familiers de la religion grecque) rassemble ici une vingtaine d’études dont la plupart ont déjà été publiées entre 1992 et 2006, deux d’entre elles étant encore à paraître, une étant inédite, et qui sont réparties entre les sept parties de l’ouvrage correspondant à autant de thématiques distinctes; les intitulés de chacun des articles sont présentés en détail plus loin (p. 1). Une solide préface met en perspective les études réunies et les situe dans le parcours de l’historien. Qu’on ne se méprenne pas au sujet du titre principal : il n’annonce pas une Grèce qui serait marginale, mais bien une Grèce familière à l’auteur et dont la fréquentation assidue a été pour lui – il insiste – source d’un plaisir sans cesse renouvelé, tant est riche de questions stimulantes l’investigation des documents innombrables et divers qu’elle nous a légués. Disons-le d’emblée, ce plaisir, P.B. le rend bien à ses lecteurs, grâce au choix des sujets traités, – le sous-titre fait bien voir les deux pôles entre lesquels ils oscillent, – et grâce à la manière de les traiter, marquée certes par un constant souci de rigueur et par une attention accordée aux questions de méthode, mais aussi par des touches plus personnelles : des curiosités originales, des questions insolites, une ouverture à la démarche comparative quand le sujet s’y prête, une prédilection pour le concret, une vive sensibilité, une certaine façon de s’impliquer et un humour certain…

2Représentatif donc d’une pensée et d’un style, cet ouvrage, on le devine déjà, est tout le contraire d’un assemblage réalisé à la sauvette : la sélection des articles et des thèmes, qui couvrent un très riche éventail, a été dûment réfléchie, les contributions ont fait l’objet d’une mise à jour, voire, pour certaines d’entre elles, de remaniements, des sous-titres fréquents en guident la lecture, une bibliographie riche de plus de six cents titres précède un très copieux index ainsi que la liste de la vingtaine de tableaux et de la dizaine de figures que comporte le livre, la présentation est à tous égards très soignée.

3On devra bien se borner ici à épingler ce qui relève de la religion grecque. Parmi les sept thématiques retenues, il en est deux qui relèvent directement et entièrement de cette discipline, soit la cinquième, intitulée « Le culte », et la sixième, intitulée « Le polythéisme ». Mais la dernière partie (« Approches de la parenté ») fait place aussi, dans trois des quatre études qui la composent, à une exégèse approfondie d’épiclèses qui concernent le « paysage parental » de Zeus (Patrôios, Phratrios, Ktèsios, Herkeios, etc.). Peuvent également intéresser l’approche religieuse les sujets relevant de la mythologie qu’exploitent plusieurs chapitres (au passage, pointons ici les éclairages nouveaux que l’A. projette, sans prétendre lever toutes les énigmes, sur le mythe d’Europe et sur les origines du nom de notre continent). Dans la thématique vouée au genre, la figure de proue du premier article n’est autre qu’Artémis (Des osselets et des tambourins pour Artémis), si présente dans tout ce qui a trait au corps et à la vie des filles. Et on pourrait citer encore d’autres études dans lesquelles affleurent des éléments religieux. Mais revenons-en aux deux rubriques principales sous ce rapport, à commencer par celle qui est vouée au culte et qui réunit trois contributions. Est reprise en premier lieu la belle étude sur les sacrifices et la procession des Panathénées (La cité en ses composantes), que les lecteurs de Kernos (n° 9, 1996) connaissent bien et qu’il suffit donc ici de rappeler. Une autre étude, qui est encore à paraître dans les actes de la IVe Celtic Conference in Classics et qui a été rédigée en collaboration avec Rachel Touzé, est consacrée aux êtres sacrifiés que sont les hiereia (ne pas traduire par « victime », est-il recommandé, vu les connotations très particulières qui s’attachent à ce mot et qui ne conviennent pas pour nos Grecs), aux qualités que les dieux et les hommes attendent d’eux (où l’on voit notamment que la psychè peut être fort proche du sôma) et à des particularités que parfois ils présentent (comme le fait de se désigner eux-mêmes pour le sacrifice), avec un curieux appendice montrant le « bœuf gras violé » qui, avant d’être conduit à l’abattoir, était mené en procession, au son des violes (d’où cette épithète insolite), dans les rues d’un petit village de la France profonde, le jour du mardi gras, en plein vingtième siècle… Non moins surprenantes sont certaines informations qu’apporte et commente l’A. dans son Héraclès à l’épreuve de la chèvre où, faute de pouvoir disserter longuement sur les rapports entre le héros civilisateur et les caprins, – rapports quasi inexistants sauf à les considérer en creux, – il nous offre en prime un véritable petit « essai de caprologieantique ». L’« être-au-monde » de la chèvre, comme il dit plaisamment, réserve d’agréables surprises. Saviez-vous que cet animal respire par les oreilles et manifeste une rare sensibilité au pneuma (à preuve le rôle décisif joué par une chèvre dans la découverte du site oraculaire de Delphes…), qu’il existe une espèce de poisson qui, amoureux de l’odeur que répandent les chèvres au bord de la mer, saute hors de l’eau pour s’en imbiber, que la chèvre a partie liée avec les origines du langage (il est du reste une fable où Ésope lui donne la parole…), ou encore que la pharmacopée gynécologique compte d’innombrables remèdes caprins ? Ne pensez pas trop vite que tout cela n’a rien à voir avec la religion, car l’A. aura tôt fait de vous prouver que, dans ce genre d’histoire, « le surnaturel » peut être « très étroitement lié aux phénomènes naturels »; chassez le religieux, il revient au galop ! Il prend soin d’ailleurs de montrer aussi que les chèvres, volontiers assimilées aux filles, sont très présentes dans la mouvance artémisiaque, sans compter qu’Aphrodite apprécie pareil­lement les sacrifices auxquels elles participent. Cet intéressant petit traité témoigne en tout cas qu’un brin de tendresse pour ce petit herbivore sympathique n’est pas incompatible avec l’austère métier de l’historien; si vous en doutiez encore, rendez-vous à la page 265, où l’une des deux seules illustrations de l’ouvrage (sans compter les figures) est la photographie d’une chèvre qui vous observe du haut d’une falaise crétoise ainsi qu’à la jolie quatrième de couverture, où l’on discerne un paisible troupeau de chèvres assiégeant une automobile, l’une d’elles étant tout bonnement juchée sur le toit de la machine. N’est-ce pas là une parfaite illustration de « la Grèce d’à côté » ?

4La sixième partie de l’ouvrage procure une réflexion très substantielle sur le polythéisme. La première étude, qui porte sur les épiclèses (Le langage des épiclèses dans le polythéisme hellénique), a été présentée au colloque du CIERGA « Les panthéons des cités grecques » et est parue dans Kernos (11, 1998). On sait que le laboratoire du Crescam, que P.B. dirige, a mis depuis peu à la disposition du public une précieuse banque de données (BDDE) relative aux épiclèses divines (cf. Kernos 20, p. 217-228). Prolongeant la première enquête, la contribu­tion suivante entend montrer le polythéisme en voie de transformation, grâce à l’examen des variations que subissent les listes des dieux invoqués dans les serments internationaux; des tableaux figurant en annexe fournissent ici un matériel impressionnant. L’A. s’attendait certes à faire apparaître ici des structures, mais c’est aussi « beaucoup d’histoire », observe-t-il, qu’il a trouvé. Le troisième texte est un inédit, issu d’une conférence faite à Liège en 2004. Contrairement à ses habitudes, l’historien délaisse cette fois les documents pour ne livrer que « de purs produits de pensoir ». C’est à peine si, parlant en l’occurrence d’une « dérive », il ne s’en excuse pas ! Quelle est pourtant la discipline qui ne gagne à ce que, de temps à autre, un peu de recul soit pris par rapport aux approches, aux démarches, aux procédures qui lui sont familières et qui sont héritées du fond des âges ? P.B. commence par redire sa conviction que le polythéisme grec est déchiffrable, qu’il peut donc nous être intelligible, mais que nous nous y prenons sans doute mal pour qu’il en soit ainsi. Et d’esquisser rapidement plusieurs raisons pouvant expliquer cet état de choses. L’une d’elles, qui com­mande tout le développement qui suit, est l’habitude que nous avons de dissocier ce qui ne devrait pas l’être : un chapitre pour les dieux et les représentations que les Grecs s’en font, un chapitre pour les rites et les pratiques, alors que c’est dans une connexion étroite, dans la relation entre un acteur ou un groupe d’acteurs et un ou plusieurs destinataires imaginés que se vit le polythéisme, avec des actes appropriés qui ont besoin de tel medium, dans une série de circonstances données. Ces paramètres aux variantes innombrables sont successivement passés en revue et donnent lieu à une série de questions parfois dérangeantes. Il arrive que le parcours demande qu’on s’accroche, comme on dit, mais, sans qu’elles débouchent sur des conclusions révolutionnaires, nombre d’observations, de mises en garde et de recommandations paraissent bien salutaires.

5Le but de ce trop bref compte rendu serait atteint s’il donnait le sentiment qu’en parcourant cet épais volume on apprend beaucoup, on s’étonne, on s’interroge, on réfléchit, on acquiesce ou on doute, et quelquefois on tique, fréquemment aussi on sourit, bref on prend bien du plaisir. Que souhaiter de plus ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Motte, « Pierre Brulé, La Grèce d’à côté. Réel et imaginaire en miroir en Grèce antique », Kernos [En ligne], 21 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://kernos.revues.org/1710

Haut de page

Auteur

André Motte

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page