Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Edoarda Barra-Salzédo, En soufflant la grâce. Âmes, souffles et humeurs en Grèce ancienne

Vinciane Pirenne-Delforge
Référence(s) :

Edoarda Barra-Salzédo, En soufflant la grâce. Âmes, souffles et humeurs en Grèce ancienne, Grenoble, Jérôme Millon, 2007. 1 vol. 16 24 cm, 246 p. (coll. Horos). ISBN : 978-2-84137-207-2.

Texte intégral

1Au début du xixe siècle, E. Bethe faisait l’hypothèse que les relations sexuelles entre un éraste et son éromène étaient vues comme le vecteur du transfert de la « vertu » de l’amant vers son aimé, et que le véhicule de cet âme vertueuse était le sperme. Un passage d’Élien venait soutenir cette argumentation puisqu’il attestait qu’à Sparte, les jeunes demandaient aux aînés de les « inspirer », ce qui signifie « aimer » (V.H. III, 12). Le transfert « pneuma­tique » de la vertu était lié à la semence. Une telle hypothèse a été combattue par ceux qui ont étudié l’homosexualité grecque et l’A. fait le point sur la question en introduction. Elle montre également que, si l’Esprit saint de la tradition catholique a pu constituer un obstacle à l’étude du pneuma grec dans les représentations religieuses, il n’en reste pas moins que l’on retrouve, à la fois dans le corpus hippocratique et chez les Pères de l’Église, la dimension pneumatique de la semence. Ce livre a donc l’ambition de comprendre comment les différents témoignages qui associent souffle, âme et sperme s’inscrivent « dans un système symbolique très complexe où le pneuma, le plus ‘spirituel’ des éléments matériels, constitue le principe dont l’âme est issue » (p. 11).

2De démonstration à cette fin, il ne sera pas question. La méthode expositive privilégiée par l’A. relève de la juxtaposition des témoignages et de leur mise en série dont surgissent des questions, tout d’abord, des réponses, ensuite, dont l’élément fédérateur est le pneuma. Le procédé est tellement bien assumé par son A. que le lecteur est même privé de toute conclusion, au terme d’un parcours qui s’articule en trois chapitres, eux aussi dépourvus de la moindre remarque conclusive. Si l’originalité et la fluidité du thème imposaient sans doute ce type d’approche un peu impressionniste, le lecteur qui s’y est soumis de bonne grâce aurait tout de même attendu un effort de synthèse de la part de l’A.

3Quoi qu’il en soit de ce regret, somme toute mineur, les trois chapitres ouvrent un vaste espace de représentations qui touchent à de multiples domaines de la culture grecque et dépassent les frontières censées séparer les hommes et les dieux, le masculin et le féminin, le spirituel et le corporel… Sont à la fois convoquées la philosophie, la médecine et la religion. Le 1er chapitre, intitulé « Âmes, souffles et humeurs », offre une première partie lumineuse sur le vocabulaire des humeurs et des parties du corps dans l’épopée homérique : le thumos, la psuchê, le menos, l’êtor sont étudiés avec une grande finesse, qui fait droit à la complexité et à la multiplicité des « âmes-souffles ». La deuxième partie de ce chapitre aborde le corpus hippocratique pour étudier les relations entre âme, corps et humeurs. Les extraits s’enchaî­nent sans guère d’intervention de l’A. qui « laisse la parole aux textes » (p. 46).

4Dans le 2e chapitre, joliment intitulé « Un régime ‘pneumatique’ », c’est essentiellement de nourriture spirituelle qu’il est question et des multiples odeurs qui montent des offrandes sacrificielles ou dont les dieux en épiphanie gratifient les humains. Quelques très belles pages s’interrogent sur la diète des dieux et sur les ambiguïtés d’une représentation qui fait des dieux des êtres immortels à l’abri de la faim et de la soif, tout en les mettant continument en scène dans des repas ou dans la situation de « se nourrir ». S’ensuit un paragraphe sur l’interdit pythagoricien de la fève, qui ouvre la réflexion sur un autre interdit, celui de l’aulos, les deux éléments étant judicieusement rapportés au pneuma qu’ils mettent en jeu et à la conception de l’âme propre aux Pythagoriciens. L’inspiration poétique est elle aussi appelée à la barre dans l’étude du régime ‘pneumatique’, autour de l’action des cigales et des abeilles dans les métaphores qui la mettent en scène. Et le chapitre se referme sur les grivoi­series des jeux de mots de la comédie, qui accréditent aussi, à leur manière, les accoin­tances entre le souffle du chant, celui de la musique et les « humeurs » de l’éros oral.

  • 1  Mentionnons un problème de traduction du fragment de Callimaque invoqué p. 180 : l’expression σύ γ (...)

5Le 3e chapitre puise son titre au vers 69 de l’Iphigénie à Aulis d’Euripide : « Là où l’empor­tent les souffles d’Aphrodite ». Le statut physiologique des parthenoi et l’action fécondante des vents sont soigneusement analysés, de même que le cadre champêtre des amours virgi­nales ou divines. Quant aux amours de Zeus et d’Héra, qui seraient l’objet du secret caché par Pausanias visitant le sanctuaire argien de la déesse, l’A. les associe à la représentation d’une fellation peinte dans le sanctuaire et commentée par un fragment du philosophe Chrysippe. On ne refuse pas a priori de suivre cette interprétation, mais les autres textes invoqués à l’appui pourraient tout aussi bien faire référence aux unions pré­nuptiales des deux divinités, un thème qui, lui, est bien attesté1. Plusieurs paragraphes abordent encore les associations entre poursuite érotique et souffle musical avec les figures de Pan, Syrinx, Écho, Pitys et Daphné, pour en terminer sur la question du souffle prophétique de Cassandre et celui de la Pythie, en passant par la manière dont Égérie inspirait le roi Numa. L’enfan­tement du logos est un processus pneumatique, tout comme l’enfantement par le corps met en jeu une semence « pneumatique ».

  • 2  Deux détails mineurs : dans les Euménides, les Érinyes ne se voient pas promettre « un siège près (...)

6La boucle est bouclée, au terme d’un parcours foisonnant, souvent flamboyant, quelques fois trop « associatif », mais toujours évocateur. Ce livre est une remarquable excursion au sein des représentations grecques de la physiologie des humeurs et des souffles. Les représentations religieuses y trouvent leur place, sans solution de continuité avec les autres aspects du savoir partagé des Grecs sur ces questions2.

Haut de page

Notes

1  Mentionnons un problème de traduction du fragment de Callimaque invoqué p. 180 : l’expression σύ γ᾿ ἀείσῃ καὶ τά περ οὐχ ὁσίη, que l’A. traduit par « car toi tu serais capable de chanter des choses impies », se comprend mieux en traduisant « car tu vas chanter ce qu’il est sacrilège de révéler » (Aitia, fr. 75, 5 Pfeiffer). Il ne s’agit pas de « choses impies », mais d’un secret. Il est donc difficile de déduire de cette suspension – tant celle de Pausanias que de Callimaque – le fait que le mythe aurait été « embarrassant ».

2  Deux détails mineurs : dans les Euménides, les Érinyes ne se voient pas promettre « un siège près de l’Érechtéion » (p. 106), mais « parmi les demeures d’Érechthée » (πρὸς δόμοις Ἐρεχθέως), c’est-à-dire tout simplement « à Athènes »; quant au sanctuaire de Phlionte aux arbres duquel les prisonniers suspendaient leurs chaînes et qui ne comptait pas de statue, Pausanias l’attribue à Hèbè-Ganyméda et non à Héra (p. 173).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vinciane Pirenne-Delforge, « Edoarda Barra-Salzédo, En soufflant la grâce. Âmes, souffles et humeurs en Grèce ancienne », Kernos [En ligne], 21 | 2008, mis en ligne le 15 septembre 2011, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://kernos.revues.org/1708

Haut de page

Auteur

Vinciane Pirenne-Delforge

F.R.S.-FNRS – Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Kernos

Haut de page
  • Logo Suppléments de Kernos – Revue internationale et pluridisciplinaire de religion grecque antique
  • Logo Université de Liège
  • Revues.org