Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Joannis Mylonopoulos, Hubert Roeder (éds), Archäologie und Ritual. Auf der Suche nach der rituellen Handlung in den antiken Kulturen Ägyptens und Griechenlands

Vinciane Pirenne-Delforge
Référence(s) :

Joannis Mylonopoulos, Hubert Roeder (éds), Archäologie und Ritual. Auf der Suche nach der rituellen Handlung in den antiken Kulturen Ägyptens und Griechenlands, Wien, Phoibos Verlag, 2006. 1 vol. 21 30 cm, 237 p. ISBN : 3-901232-68-0.

Texte intégral

1Ce volume d’une belle qualité de forme et de fond réunit les actes de deux journées d’étude qui se sont tenues à l’Université de Heidelberg en juin 2004 dans le cadre d’un vaste programme de recherche sur la Ritualdynamik. Soziokulturelle Prozesse in historischer und kultur­vergleichender Perspektive. Il s’agit de la mise en regard – qui est une juxtaposition – d’études de cas respectivement ancrés en Égypte et en Grèce, sur la problématique de la reconstitution archéologique des pratiques rituelles. Est-elle possible et, dans l’affirmative, quelles sont les limites de l’intelligibilité qu’elle autorise ? L’introduction des deux éditeurs inscrit très claire­ment l’ouvrage sur l’arrière-plan méthodologique des études récentes sur le rituel, où convergent les thèmes de la transformation des traditions – contrairement à une vision statique du religieux longtemps de mise – et de la « performance ». Ces deux aspects impliquent une vision dynamique des rituels, tant dans leur accomplissement que dans leur évolution éventuelle. Mais il faut rester très conscient des limites dans lesquelles la nature éclatée et fragmentaire de la documentation confine l’antiquisant, en regard des possibilités de prise directe sur le réel qui caractérisent le travail de ses confrères sociologues.

  • 1  Signalons que le relief de Polyxena est mal placé sur les planches. Sa légende est à la figure 5, (...)

2Vu le lectorat de Kernos, j’ose espérer que les éditeurs ne m’en voudront pas de privi­légier le volet grec de cet ouvrage. – D. Panagiotopoulos étudie le saut sur le taureau de la période minoenne, connu par l’iconographie des palais mise au jour par Evans. Faisant – après d’autres – l’hypothèse qu’il s’agit bien d’une « performance rituelle », l’A. remarque la nature prestigieuse des supports qui attestent le geste, de même que son caractère embléma­tique dans le contexte palatial. Il en étudie successivement la nature des acteurs, la mani­pulation elle-même et la mise en scène, pour conclure sur l’hypothèse d’une prestation de type « charismatique » en relation avec le pouvoir. – A. Klöckner aborde l’immense corpus des reliefs dédicatoires en choisissant trois thèmes : la nature des animaux de sacri­fice, le costume particulier, le geste éventuellement exceptionnel de l’orant. Par quelques exemples, elle montre de façon très claire et nuancée le type d’interaction qui se joue entre le(s) fidèle(s) et la divinité honorée dans la visualisation d’une scène qui n’est jamais la photo­graphie d’un rituel, mais un medium de communication. – K. Sporn se penche sur un autre corpus figuré, celui des reliefs funéraires afin de repérer des traces de rituels. Elle analyse dès lors une série de reliefs hors de l’Attique afin d’échapper au caractère stéréotypé de cet ensemble. Recherchant les éléments religieux sous-jacents à de telles repré­sentations, elle analyse trois thèmes : les rares apparitions de figures divines dans l’image, les humains en figure divine – ce qui pose tout le problème de « l’héroïsation » du défunt –, la mise en scène de la piété des humains1. – T. Mattern s’interroge sur l’architecture comme espace de l’action rituelle. L’évolution architecturale du sanctuaire d’Héraclès à Cléonai est ainsi prise comme exemple pour une analyse fonctionnelle élargie à des parallèles. En dépit du caractère « typique » des bâtiments sacrés en Grèce, ses concepteurs disposaient d’une marge de manœuvre qui permettait d’inscrire dans des décalages par rapport à une « norme » des caractéristiques rituelles ou de représentation du dieu. – J. Mylonopoulos fournit une copieuse mise au point sur le sanctuaire de Dodone, tant du point de vue de l’évolution architecturale que du rituel. Il souligne notamment la présence d’un culte en ce lieu dès la période mycénienne, tout en se refusant à trancher la question de la « continuité » cultuelle. Le profil des sacerdoces, de même que les procédures oraculaires sont soigneusement analysés, en tentant de rendre compte des évolutions dont paraît témoigner une documentation contradictoire. L’instauration des Naia au iiie s. av. J.-C. est également abor­dée, ainsi que les évolutions hellénistiques du site. Une inscription atteste aussi que le théâtre a, au temps d’Auguste, accueilli des venationes et peut-être des munera gladiatoria. Serait-ce une ultime forme d’offrande à Zeus Naios ? – H. Bumke nous emmène dans un autre sanctuaire oraculaire, à Didymes, pour y étudier le culte d’Artémis. Elle interroge de façon critique l’interprétation de l’espace généralement attribué à Artémis au sein du sanctuaire d’Apollon pour conclure à une impossibilité matérielle. Les seules attestastions du culte sont épigra­phiques et témoignent d’un lien étroit entre Artémis et son frère dans la démarche oraculaire – qu’elle porte l’épiclèse Pytheiè n’est pas innocent de ce point de vue ! C’est donc près du temple de son frère que l’on est en droit de supposer que s’élevait son sanctuaire à elle.

Haut de page

Notes

1  Signalons que le relief de Polyxena est mal placé sur les planches. Sa légende est à la figure 5, mais la photographie apparaît au-dessus de la légende de la figure 4. En outre, alors qu’il a longtemps été interprété comme la stèle d’une prêtresse arborant la statuette de la divinité desservie (ce que l’A. considère elle aussi), une étude récente en fait la stèle d’une jeune morte figurée en vêtement d’épousée et représentée dans le geste d’offrir une poupée [A. Schwarzmaier, JDAI 121 (2006), p. 175-226].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vinciane Pirenne-Delforge, « Joannis Mylonopoulos, Hubert Roeder (éds), Archäologie und Ritual. Auf der Suche nach der rituellen Handlung in den antiken Kulturen Ägyptens und Griechenlands », Kernos [En ligne], 21 | 2008, mis en ligne le 15 septembre 2011, consulté le 24 mai 2017. URL : http://kernos.revues.org/1702

Haut de page

Auteur

Vinciane Pirenne-Delforge

F.R.S.-FNRS – Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Kernos

Haut de page
  • Logo Suppléments de Kernos – Revue internationale et pluridisciplinaire de religion grecque antique
  • Logo Université de Liège
  • Revues.org