Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Milena Melfi, I santuari di Asclepio in Grecia. I,

Cécile Nissen
Référence(s) :

Milena Melfi, I santuari di Asclepio in Grecia. I, Rome, « L’Erma » di Bretschneider, 2007. 1 vol. 17 , 5 24, 5 cm, 578 p. (Studia Archaeologica, 157). ISBN : 88-8265-347-1.

Texte intégral

1Avec cet ouvrage issu d’une thèse de doctorat soutenue à l’Université de Messine, l’A. offre à tous les chercheurs intéressés par l’histoire de la religion grecque, une remarquable étude centrée sur la figure divine d’Asclépios. Mais elle touche un public beaucoup plus large que les seuls historiens des religions, car son travail se présente également comme une enquête archéologique pointue et extrêmement bien documentée. Comme l’A. le rappelle dans son introduction, les recherches relatives au dieu Asclépios se sont souvent centrées sur les données mythiques et cultuelles fournies par les sources littéraires et épigraphiques; les deux volumes publiés par les époux Edelstein en 1945 en constituent un parfait exemple (E.J. et L. Edelstein, Asclepius. A Collection and Interpretation of the Testimonies, Baltimore, 1945), alors qu’ils ont été longtemps considérés comme la synthèse incontournable sur le dieu et son culte – ainsi qu’en témoigne encore leur réimpression en un volume en 1998. Peu d’études prennent en compte la documentation archéologique disponible, malgré les fouilles menées sur plusieurs sites qui abritaient des Asklèpieia. L’ambition de M. Melfi était précisé­ment d’accorder à ces données topographiques et architecturales toute l’attention qu’elles méritent. Dans ce cadre, elle s’appuie non seulement sur une excellente connaissance des publications antérieures concernant des sites préalablement explorés, mais elle assure aussi un renouvellement conséquent de la documentation; elle a, de fait, personnellement visité et examiné la plupart des sites envisagés et propose quelquefois de nouvelles lectures des vestiges.

2Mais l’A. ne s’est pas, pour autant, laissé enfermer dans une vision réductrice du culte d’Asclépios, qui serait fondée sur les seules informations livrées par l’archéologie. Elle privi­légie, au contraire, une étude globale du culte asclépiéen, intégrant l’ensemble des sources documentaires disponibles, qu’elles soient littéraires, épigraphiques, numismatiques ou, bien sûr, archéologiques. L’ouvrage est structuré selon un critère géographique : à une brève introduction sur les objectifs et les moyens de la recherche, succèdent trois parties respecti­vement consacrées au Péloponnèse, à l’Attique et aux îles des Cyclades et enfin à la Grèce centrale. Une organisation géographique prévaut également au niveau des chapitres, dont les divisions correspondent aux divers sanctuaires étudiés. La partie II, ayant trait au Pélopon­nèse, aborde les Asklèpieia d’Épidaure, d’Arcadie (Gortys, Alipheira et Pheneos), de Messène et de Corinthe. L’énoncé des sites péloponnésiens envisagés suffit à avertir le lecteur des restrictions imposées par l’A. à son sujet : seuls sont inclus les Asklèpieia pour lesquels l’on dispose de données archéologiques, garantissant une localisation assurée. Ce sont dix sanctuaires au total qui ont ainsi été retenus. Aux six Asklèpieia du Péloponnèse s’ajoutent ceux d’Athènes, de Paros et de Délos, en Attique et dans les Cyclades (III), ainsi que ceux de Béotie (Orchomène et la gérousia d’Asclépios Sôtèr à Hyettos), en Grèce centrale (IV). Pour chaque sanctuaire est entreprise une étude pluridisciplinaire, attentive à la chronologie et aux particularités cultuelles locales, telles le statut d’Asclépios à Messène – dieu guérisseur, mais aussi dieu poliade investi d’un rôle politique – ou les relations entre Asclépios et Apollon à Corinthe. Si l’apport des différentes sources documentaires est montré au fil du raisonnement, l’A. a néanmoins choisi d’insérer, au terme de l’étude de chaque Asklèpieion, un appendice présentant, sous forme de tableaux, toutes les inscriptions conservées.

3Hormis l’intérêt de pareilles synthèses critiques sur chacun des sanctuaires, I Santuari di Asclepio in Grecia. I propose, dans les Conclusions (V), une première analyse globale du développement du culte asclépiéen à travers trois aspects essentiels. Les lieux où s’organise le culte, qu’ils soient ou non bâtis, sont d’abord classés selon une typologie, qui correspond aux quatre phases chronologiques de l’essor cultuel, à savoir fondation, diffusion, expansion et renaissance. La distribution des sanctuaires asclépiéens est ensuite analysée selon un double paramètre, leur rayonnement dans le temps, mais aussi leur diffusion dans l’espace. Enfin, une tentative d’interprétation générale du culte, de son rôle dans l’aire géographique déterminée est exposée à partir de facteurs extérieurs, qui ont influencé son développement, tels les circonstances historiques, le rituel et les bienfaiteurs ou évergètes du culte.

4Cette publication constitue sans conteste un jalon important dans les études relatives au culte asclépiéen. Avec l’ouvrage de J.W. Riethmüller, Asklepios. Heiligtümer und Kulte, 2 vol., Heidelberg, Verlag Archäologie und Geschichte, 2005 (Studien zu antiken Heiligtümern, 2), elle marque un renouveau, non seulement pour la connaissance de ce culte, mais aussi pour les recherches relatives aux cultes guérisseurs, dont Asclépios est le représentant le plus emblématique et le mieux documenté. Or la parution très rapprochée de ces deux études pose la question de leur utilité respective. Malgré des titres similaires, leurs A. suivent des orientations fort différentes. Alors que le propos de M. Melfi se concentre sur une région soigneusement circonscrite et sur un petit nombre de sanctuaires, ayant fait l’objet de recherches archéologiques, J.W. Riethmüller adopte un point de vue beaucoup plus large : le premier volume consiste en une véritable synthèse, abordant aussi bien le mythe d’Asclépios que ses sanctuaires, l’expansion de son culte que les pratiques rituelles, tandis que le second volume renferme un gigantesque catalogue, listant région par région, tous les documents en rapport avec le dieu-médecin dans chaque site. Si ce catalogue constitue un instrument de travail indispensable, la démarche suivie par M. Melfi paraît néanmoins plus originale et plus féconde, via une analyse plus détaillée et plus aboutie des Asklèpieia examinés.

5I Santuari di Asclepio in Grecia. I ne concerne donc pas l’ensemble du monde gréco-romain, puisqu’il est limité à une partie de la Grèce continentale et insulaire. L’on peut d’ailleurs regretter l’imprécision de son titre : l’indication I, signalant la première partie d’une étude, aurait mérité l’adjonction d’un sous-titre, mentionnant les régions de la Grèce traitées dans le volume. Il est cependant à espérer que cette enquête ne restera pas isolée et que d’aucuns s’attelleront avec la même ambition, à d’autres secteurs géographiques concernés par l’expansion asclépiéenne. D’ailleurs, outre la publication déjà effective en 2007, d’une monographie sur l’Asklèpieion de Lébéna (Crète), dans les collections de l’École archéologique italienne d’Athènes, l’A. annonce, dans l’introduction, la préparation d’un second volume, consacré au reste de la Grèce, continentale et septentrionale. Peut-être l’éditeur italien « L’Erma » di Bretschneider aura-t-il revu entretemps, à la baisse, ses prétentions financières, le prix de vente officiel du livre de M. Melfi, soit 300,00 €, étant pour le moins prohibitif. On ne peut néanmoins que se réjouir d’une prochaine parution qui, si elle est exécutée avec une même rigueur et une égale maîtrise des sources documentaires, consti­tuera un nouvel apport fondamental à l’histoire de la religion grecque et, en particulier, à celle des cultes guérisseurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Nissen, « Milena Melfi, I santuari di Asclepio in Grecia. I, », Kernos [En ligne], 21 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 22 novembre 2014. URL : http://kernos.revues.org/1696

Haut de page

Auteur

Cécile Nissen

F.R.S.-FNRS – Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page