Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Laurent Bricault, Isis, Dame des flots

Richard Veymiers
Référence(s) :

Laurent Bricault, Isis, Dame des flots, Liège, CIPL, 2006. 1 vol. 18 26 cm, 244 p. 3 cartes, 80 fig. (Aegyptiaca Leodiensia, 7).

Texte intégral

1Cette enquête met en avant en sept chapitres les liens qui unissent Isis, et dans une moindre mesure Sarapis, à l’élément marin. Usant de nombreux documents, tant textuels qu’iconographiques, et souvent méconnus, sinon inédits, L. Bricault présente avec clarté les divers et délicats problèmes que soulève cette importante prérogative de la déesse. Le titre choisi témoigne déjà de la précision et de l’ingéniosité dont fait preuve l’A. tout au long de son analyse. Isis est bien une Dame des flots, mais pas, à proprement parler, une déesse marine, puisqu’elle ne vit pas dans la mer.

2Il est d’abord question des origines de cet aspect d’Isis (p. 13-36). Dans l’Égypte pharaonique, seuls Amon et Hathor paraissent avoir été parfois considérés comme des maîtres des flots. Isis n’a alors que des liens ténus avec l’élément aquatique, qu’il soit fluvial ou maritime. Plutôt que les Égyptiens, ce sont les Phéniciens de Byblos, voire les Grecs de Naucratis, qui pourraient avoir indirectement joué un rôle dans l’acceptation d’Isis en tant que déesse maritime. Ce trait n’apparaît toutefois réellement qu’au début du iiie siècle av. J.-C. sous l’influence d’Arsinoé II et de son amiral, Callicratès de Samos. Une fresque de Nymphaion, en Crimée, montrant un navire inscrit du nom « Isis », en serait la première attestation. C’est, semble-t-il, d’Arsinoé II, assimilée à Aphrodite Euploia, qu’Isis hérite sa qualité de Dame des flots.

3Cette prérogative nouvelle, purement grecque, est ensuite théorisée dans le récit arétalogique, probablement conçu à Memphis à la fin du iiie ou au début du iie siècle av. J.-C., avant d’être reprise dans l’un des hymnes d’Isidôros à Medinet Madi et dans la litanie oxyrhynchite (p. 37-42). L’un des traits les plus originaux diffusés par l’Arétalogie paraît bien être l’invention des activités maritimes. Cette arétè d’Isis amènera à voir en elle l’inventrice de la voile et à la créditer d’une géniale initiative : c’est de son manteau qu’elle fit une voile.

4Cette évolution théologique se traduit par des images d’Isis tenant une voile gonflée, un type qui apparaît à Byblos sous le règne d’Antiochos IV avant de se diffuser sous diverses variantes dans le monde méditerranéen (p. 43-80). En l’absence de traits spécifiquement isiaques, comme un sistre et/ou un basileion, il n’est pas toujours assuré que la déesse « à la voile » soit une Isis. L’identification doit alors s’opérer par comparaison ou contextualisation. Une série de documents, mêlant aspects maritime et frugifère, semblent mettre en relation Isis avec l’Annone. La flotte frumentaire d’Alexandrie y apparaît « sous la triple protection de Déméter, déesse des récoltes, de Sarapis, dieu de la végétation et protecteur des marins, enfin d’Isis, à la fois dispensatrice des richesses (elle tient la cornucopia), garante du bon acheminement de la cargaison (elle tient la voile et/ou le gouvernail), et bonne fortune (elle est de fait assimilée à Tychè) ». Notre Dame des flots a donc pu être aussi bien représentée sous l’aspect d’Isis à la voile que sous celui d’Isis au gouvernail et éventuellement à la cornucopia (p. 80-86). Quant à l’existence, longtemps débattue, de représentations statuaires d’Isis « à la voile » (p. 86-99), elle semble aujourd’hui confirmée par une statue découverte près de l’Iseion de Messène.

5Plusieurs qualificatifs ont pu servir à désigner l’Isis, Dame des flots (p. 101-112). On ne peut toutefois les utiliser comme autant de synonymes. L’épithète Euploia, surtout employée à l’époque hellénistique, comme celle de Pelagia, qui fleurit plutôt à l’époque impériale, recouvrent généralement une Isis assurant une bonne navigation. La polysémique Sôteira met l’accent sur la protection qu’elle apporte aux marins après avoir écouté leurs prières. L’épithète Pharia, la plus fréquente, se rapporte sans doute à l’Isis alexandrine, devenue protectrice de la flotte frumentaire qui transporte le blé d’Égypte en Italie. Enfin, Isis est encore dite Kubernètis, « pilote », et Ormistria, « Notre-Dame-du-Havre ».

6Isis Pelagia a pu bénéficier de lieux de culte propres, ainsi que l’attestent le texte de Pausanias sur Corinthe et une inscription funéraire de Rome (p. 113-123). Contrairement aux autres qualificatifs, Pelagia est donc bien une épiclèse de la déesse, non une simple épithète. En tant que patronne des flots, Isis avait droit à des offrandes particulières (p. 123-134). Les marins pouvaient lui offrir, avant leur départ, de petites ancres ou des représentations d’animaux marins, et, au terme d’une traversée heureuse, des peintures, parfois à la suite de l’acquittement d’un vœu exaucé. Les moins fortunés devaient se servir d’amulettes pour invoquer sa protection. Le cas des lampes naviformes, portant un type isiaque, est délicat. Quel que soit leur rôle (liturgique, votif, funéraire, voire simplement fonctionnel et décoratif), il est difficile de considérer que leurs propriétaires, ou leurs dédicants, n’aient pas eu un quelconque rapport avec le milieu maritime. Deux grandes fêtes honorent dans le calendrier romain Isis, dame de la mer (p. 134-154). Remontant au ier s. av. J.-C., voire plus tôt, les Ploiaphesia ou le Navigium Isidis marquent, à la date du 5 mars, la réouverture solen­nelle de la navigation en Méditerranée. Au cours de cette célébration, décrite au livre XI des Métamorphoses d’Apulée, une longue procession précède le lancement du navire « Isis », auquel participent des navarques, ceux des fidèles qui forment l’équipage, sous la direction d’un triéraque, l’organisateur de la cérémonie. La seconde festivité, le Sacrum Phariae du 25 avril, semble être mise en relation avec l’arrivée à Ostie de la flotte frumentaire, placée sous la sauvegarde d’Isis et de Sarapis.

7Sous l’influence d’Isis, Sarapis devient à l’époque impériale, sinon avant, lui aussi, un Pelagius (p. 155-167). La diffusion de l’histoire du songe de Ptolémée, rapportée par Tacite et Plutarque, a pu jouer un rôle dans cette évolution. Toutefois, Sarapis assume rarement seul son rôle marin et réserve son action aux domaines plus strictement économique et politico-militaire. Protecteur des marins, il apparaît, de même qu’Isis, comme parasème de nombre de navires (p. 168-170).

8Cette popularité ne s’est pas démentie jusqu’à la fin du ive siècle, ainsi qu’en témoignent les monnaies romaines frappées à l’occasion des Vota publica (p. 171-172). À en croire Végèce et Jean Le Lydien, le Navigium Isidis était encore célébré au ve, voire au vie siècle. La maîtrise d’Isis sur les flots n’a jamais ensuite été véritablement oubliée (p. 172-176). On en trouve, par exemple, écho sur les nouvelles armoiries de Paris en 1811.

9Dans sa conclusion (p. 177-179), l’A. récapitule les principaux points qui se dégagent de son enquête. Un corps d’index (p. 181-190) ainsi qu’une riche bibliographie (p. 191-238) complètent le volume. Nul doute que cette très belle synthèse des aspects marins d’Isis et Sérapis deviendra un modèle pour tous ceux qui voudront s’engager dans les études isiaques. On ne peut qu’en remercier l’A. et attendre avec impatience sa prochaine enquête consacrée aux aspects guérisseurs du couple isiaque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Richard Veymiers, « Laurent Bricault, Isis, Dame des flots », Kernos [En ligne], 21 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://kernos.revues.org/1692

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page