Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Pierre Sineux, Qu’est-ce qu’un dieu grec ?

Gabriella Pironti
Référence(s) :

Pierre Sineux, Qu’est-ce qu’un dieu grec ?, Paris, Klincksieck, 2006. 1 vol. 13, 5 21 cm, 190 p. (Collection 50 Questions). ISBN : 2-252-03589-7.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, structuré en sept petits chapitres et cinquante questions, l’A. parcourt la bibliographie récente afin de permettre à son lecteur de mieux cerner cette composante essentielle du polythéisme grec qu’est un dieu. La question qui donne le titre à ce livre suscitera sans doute, par sa simplicité et sa généralité, le scepticisme de plusieurs spécialistes de la religion grecque, mais, pour les mêmes raisons, elle pourrait susciter aussi la curiosité de tous ceux qui sont assez distants de ce domaine pour en rechercher une vue d’ensemble.

2Dans le premier chapitre, l’A. trace le cadre historique de son essai, à savoir la Grèce archaïque et classique, présente la typologie des sources, fait un premier point sur la question du « mythe » et du « rite » et conclut par un résumé de l’Iliade, puis de la Théogonie d’Hésiode. Ici, l’organisation en questions se plie à la présentation traditionnelle de toute synthèse sur le sujet. Il aborde ensuite, dans un chapitre intitulé « Pluriel », des questions fondamentales dans l’étude du polythéisme hellénique : la structure plurielle du monde divin, la nomination des dieux entre théonymes et épiclèses, la notion de panthéon, les représentations des ensembles divins et leur lecture, le rapport complexe entre les Olym­piens et ceux qu’on appelle les Douze dieux. Les spécialistes reconnaîtront aisément, dans l’organisation de la matière et parfois même dans l’enchaînement des propositions, la dette de l’A. envers les principales études francophones sur ces différents sujets (J.-P. Vernant, M. Detienne, P. Brulé, Fr. Lissarrague, St. Georgoudi). Aussi, dans le troisième chapitre, « Puissances », l’A. parcourt les pages les plus connues sur la notion de puissance divine : il y aborde également le statut immortel des dieux et leur jeunesse éternelle, puis, sur les pas de N. Loraux, les blessures de virilité d’Arès et le féminin problématique des déesses; il y est question de partage, partage des prérogatives divines entre les dieux, tel que le racontent les poètes d’époque archaïque, mais aussi partages entre les dieux et les hommes à travers les épisodes hésiodiques autour de Prométhée et Pandora. Et dans ce chapitre, comme dans les autres, la représentation du divin est moins l’objet d’une enquête originale et approfondie que le point de départ pour brosser un tableau général de la religion grecque, à grand renfort de citations et de résumés de textes anciens.

3Dans le quatrième chapitre intitulé « Lieux », l’A. ne se limite pas à décrire les « rési­dences » des dieux, l’Olympe, les sanctuaires, les cités et la nature, mais traite également de la divinité poliade, du rapport entre niveau panhéllenique et cultes locaux; il en profite aussi pour raconter les plus célèbres naissances et enfances divines, et même pour s’interroger sur l’origine des dieux grecs et leurs éventuelles ascendances orientales. On l’aura compris, les passages d’une question à l’autre et l’organisation thématique interne aux différents chapitres n’obéissent pas toujours à un principe de cohérence. Dans le cinquième chapitre, sur les « Manifestations » des dieux, l’A. s’attache, dans un développement bien clair cette fois, aux épiphanies divines, à la divination, à la colère des dieux et aux différentes formes d’emprise qu’ils peuvent exercer sur l’individu, tout en faisant une place dans son exposé aux rêves et aux rites d’incubation.

4La vie quotidienne des dieux grecs fait l’objet du sixième chapitre, et l’A. y décrit l’anato­mie, la beauté, la nourriture, la langue et les « émotions » des dieux, qu’il s’agisse de leurs souffrances ou de leurs désirs. Dans le dernier chapitre, où les dieux sont envisagés dans leurs rapports avec la vie quotidienne des hommes, les pratiques cultuelles reviennent à l’honneur : religion de l’oikos, théoxénies, mystères d’Éleusis, choix des victimes sacrificielles, sans oublier la vexata quaestio autour des rituels de type « ouranien » et « chthonien ». Les questions conclusives tracent le cadre de la critique philosophique adressée aux représentations traditionnelles des dieux, posent les problèmes de la croyance et de la piété, et parcou­rent à vol d’oiseau l’époque hellénistique. Une bibliographie essentielle (et essentiellement francophone) ainsi qu’un index des théonymes cités complètent utilement cette synthèse à laquelle on pardonnera d’être plus riche en citations qu’en références.

5Même si le découpage thématique reste le plus souvent artificiel, on ne saurait reprocher à l’A. les limites liées à la structuration même de l’ouvrage, dans la mesure où elle répond à un format éditorial bien précis. Ce livre n’est sans doute pas conçu en vue d’une lecture continue : en effet, il se prête bien mieux à une consultation ponctuelle qui procéderait, au gré de la curiosité du moment, d’une question à une autre, à l’aide des renvois internes qui ponctuent les cinquante paragraphes. Les nombreuses répétitions trouveraient alors une justification et même un sens. Il faut signaler cependant certaines incohérences (à la p. 36, le dieu est identifié à un mode d’action unique, mais à la p. 51, c’est l’unité insaisissable de la divinité qui est soulignée), ainsi que des formulations malheureuses (à la p. 29, dans le résumé de la Théogonie hésiodique, il est question de la « mort hideuse d’Ouranos » !) ou imprécises (peut-on parler d’« une forme d’identité entre les hommes et les dieux », p. 153, à propos du rôle « citoyen » de ces derniers et de la présence capillaire de leurs lieux de culte sur le territoire ?).

6En conclusion, cette synthèse rassemble commodément les principales questions posées sur les dieux grecs et les réponses qui ont été données au fil du temps, sans toutefois en dresser un bilan historiographique. Il n’intéressera donc que de manière limitée les spécia­listes du domaine. D’autre part, s’il s’adresse à un public cultivé, cet ouvrage n’est pas pour autant accessible à tous et nécessite, au contraire, une discrète connaissance préliminaire des sujets traités, l’A. ayant essayé de concilier concision et complexité au lieu de simplifier l’argumentation à des fins pédagogiques. Quoi qu’il en soit, même si l’expérience n’est pas complètement réussie, on peut saluer la perspective adoptée par l’A. qui, ayant choisi com­me point de départ la représentation du divin, offre à ses lecteurs une image du polythéisme qui, à défaut d’être exhaustive ou novatrice, a néanmoins le mérite de restituer aux divinités la place centrale qu’elles occupaient dans la vie religieuse des Grecs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriella Pironti, « Pierre Sineux, Qu’est-ce qu’un dieu grec ? », Kernos [En ligne], 21 | 2008, mis en ligne le 15 septembre 2011, consulté le 25 juin 2017. URL : http://kernos.revues.org/1685

Haut de page

Droits d’auteur

Kernos

Haut de page
  • Logo Suppléments de Kernos – Revue internationale et pluridisciplinaire de religion grecque antique
  • Logo Université de Liège
  • Revues.org