Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des Livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Maryline Parca, Angeliki Tzanetou (éds), Finding Persephone. Women’s Rituals in the Ancient Mediterranean

Vinciane Pirenne-Delforge
p. 389-390
Référence(s) :

Maryline Parca, Angeliki Tzanetou (éds), Finding Persephone. Women’s Rituals in the Ancient Mediterranean, Bloomington/Indianapolis, Indiana University Press, 2007. 1 vol. 15,5 × 23,5 cm, xiv+327 p. (Studies in Ancient Folkore and Popular Culture). ISBN : 978-0-253-21938-1.

Texte intégral

1Ces deux à trois dernières décennies ont mené à une meilleure compréhension de la manière dont leur implication dans la vie religieuse des cités permettait aux femmes grecques de forger leur identité sociale et civique. L’ouvrage collectif dont il est ici question s’inscrit dans cette problématique, en associant des études sur les sociétés grecques et romaines. La notion intraduisible d’agency appliquée aux sociétés anciennes entend faire des femmes des acteurs à part entière de l’histoire, et plus particulièrement ici, des « acteurs rituels ». C’est ce que présente la longue introduction d’A. Tzanetou, l’une des deux éditrices, qui constitue le « liant » du volume. Il s’agit d’une bonne mise au point bibliographique, qui reprend les questions à l’origine de l’entreprise : dans quelle mesure les sources offrent-elles un guide valable pour les pratiques rituelles des femmes ? quelles méthodes sont adaptées pour discuter les rituels féminins, surtout évoqués dans des textes écrits par des hommes ? la participation aux rituels donne-t-elle du pouvoir aux femmes ou les pratiques rituelles ne font-elles que reproduire les limites imposées aux femmes dans leur quotidien ? le rituel peut-il offrir un accès à la subjectivité féminine ? quand et comment les hommes s’approprient-ils les rituels féminins pour servir leurs propres fins ?

  • 1  Le détail de la table des matières a été donné dans Kernos 21 (2008), p. 366-367. Je n’évoquerai i (...)
  • 2  Voir le compte rendu qui en a été donné par A.-F. Jaccottet dans Kernos 18 (2005), p. 531-533 et p (...)

2L’étude de D. Lyons (The Scandal of Women’s Ritual), qui se confond avec la partie intitulée « Sources and methodology », aborde les deux premières questions en faisant appel aux ressources de l’anthropologie pour interpréter et « neutraliser » la manière dont les hommes associent rituels féminins et scandale. La suite du volume1 se divise en trois parties respectivement intitulées Gender and Agency – Performance – Appropriations and Adaptations, qui abordent les autres questions soulevées dans l’introduction. Sous le chapeau Gender and Agency, J. Neils étudie les images athéniennes, en prenant comme fil rouge le passage bien connu de la Lysistrata d’Aristophane sur les charges religieuses des filles, tandis que B. Goff synthétise ici les grandes lignes de son ouvrage sur les femmes et le rituel dans la tragédie2. Dans la partie Performance, A. Karanika étudie de manière interdisciplinaire les chants qui ponctuent le travail des femmes et y voit des actes rituels. La tradition grecque sur ces chants est hélas trop naufragée pour dépasser le stade des hypothèses. Chr. A. Faraone analyse l’évolution du motif de « l’utérus vagabond » que l’on trouve dans le corpus hippocratique, mais aussi dans des rituels magiques où il devient un démon autonome que le magicien doit exorciser et stabiliser. Le contexte de la « performance » est essentiel pour analyser la manière dont les hommes ont progressivement modifié le diagnostic et les remèdes mis au point par les femmes pour soulager leurs maux en se les appropriant et en en déplaçant la perspective. Toujours dans le contexte de la performance, E. Stehle propose une analyse fine et originale du rapport que les fidèles instaurent avec Déméter lors des Thesmophories et des mystères d’Éleusis respectivement. C’est un accès à la « subjectivité » qui est ici visé, dans une démarche certes un peu spéculative, mais très inspirante. La 4e partie travaille sur les notions d’adaptation et d’appropriation. Dans le premier registre, M. Parca montre comment changent les rituels pour Déméter quand on quitte le contexte de la polis pour celui de l’Égypte gréco-romaine. Le dossier du culte de la déesse dans ce contexte est fort intéressant et montre à la fois la popularité du culte et ses transformations. Dans le second registre, l’article de D. Leitao est particulièrement remarquable. Le point de départ est une inscription romaine de Paros qui accompagnait la statue d’un enfant. Il s’agit d’une dédicace à Ilithyie de la part de parents adoptifs. Par une analyse minutieuse du dossier du culte de la déesse dans l’île, l’A. montre bien qu’il s’agit de l’appropriation par un homme d’un rituel habituellement réservé aux femmes afin de « naturaliser » une paternité qui ne peut se dire biologique.

3Il s’agit au total d’un beau bouquet d’études, dont cette recension n’a exploré que le volet grec, mais qui vaut aussi pour l’ensemble qu’il produit. En ultime conclusion, souli­gnons que le choix du titre Finding Persephone est particulièrement heureux !

Haut de page

Notes

1  Le détail de la table des matières a été donné dans Kernos 21 (2008), p. 366-367. Je n’évoquerai ici que des articles concernant la religion grecque.

2  Voir le compte rendu qui en a été donné par A.-F. Jaccottet dans Kernos 18 (2005), p. 531-533 et par moi-même dans AC 75 (2006), p. 436-438.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vinciane Pirenne-Delforge, « Maryline Parca, Angeliki Tzanetou (éds), Finding Persephone. Women’s Rituals in the Ancient Mediterranean », Kernos [En ligne], 23 | 2010, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://kernos.revues.org/1636

Haut de page

Auteur

Vinciane Pirenne-Delforge

F.R.S.-FNRS – Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page