Navigation – Plan du site
Études

Les formations géométriques de mots dans la magie ancienne

Attilio Mastrocinque

Résumés

Dans beaucoup de textes magiques (papyri, gemmes ou lamelles), on retrouve des triangles, des carrés et des cercles créés par des mots magiques arrangés selon ces for­mes. Une série de gemmes et de papyri avait recours à des héros de la mythologie grecque pour la guérison de certaines maladies. On s’adressait à Tantale, Lycurgue ou Persée pour contrôler des organes du corps humain, et les formules qui les nommaient étaient écrites en forme de triangles. On a l’habitude d’expliquer ces formations triangulaires de mots comme une soustraction progressive de lettres qui faisait décroître la maladie et les autres maux. Cette explication est valable dans certains cas, mais non dans d’autres. Souvent des triangles du même type ajoutent chaque partie du mot au mot lui-même, comme dans le cas de noms de divinités, dont la force était multipliée par cette opération graphique. La Tetraktys pythagoricienne (un triangle qui représentait l’addition 1+2+3+4) est le cas le plus ancien de ce type d’additions. Les formations carrées de mots multipliaient un mot par lui-même et représentaient d’autres formes d’exaltation d’un nom divin ou d’une formule magique. Ces spéculations se fondaient sur la pensée mathématique et géométrique des pythagoriciens. Les mots magiques palindromiques étaient souvent écrits sous forme circulaire, laquelle pouvait entourer et contrôler le nom d’une personne ou des symboles du mal.

Haut de page

Texte intégral

1L’écriture peut devenir un rite sacré parce que l’on écrit des noms ou des choses sacrées, ou bien parce qu’on les écrit sur des images divines ou des choses sacrées, ou bien parce que ceux qui écrivent sont des opérateurs du sacré en fonction, ou bien parce qu’un tracé d’écriture particulier doit être réalisé d’une façon rituelle.

2Le cas qu’on traite ici est celui d’une forme d’écriture performative employée dans la magie. Εst« performative » une parole qui agit par le fait même qu’on la prononce : ainsi, par exemple, quand je dis : « Je te bénis », la personne est bénie par la prononciation même du mot. L’écriture aussi peut être performative. Pendant que j’écris, une action se produit simplement par le fait que j’ai écrit des mots d’une certaine façon. C’est un art qui était employé dans la magie antique, qui unissait la signification des mots à la forme géométrique des mots eux-mêmes. Forme physique et contenu donnaient à des mots une force particulière, qui résidait dans l’écriture plutôt que dans la prononciation. La forme d’écriture performative qu’on étudie est celle des formations géométriques de lettres ou de mots, qui produisent aussi un effet grâce à leur forme et à la dynamique des lettres. Comme on verra, jusqu’ici, on a seulement reconnu une des fonctions des mots quand ils forment un triangle, qui constituaient, dans certains cas, une invitation au déclin d’une maladie ou de quelque autre chose nuisible qu’on nommait en lui enlevant une lettre à chaque fois. On verra qu’il y a d’autres mobiles dans le choix des formes géométriques, tels que l’exaltation d’un mot divin à travers sa multiplication par lui-même ou l’addition de ses membres phonétiques les uns aux autres. Enfin, on pourra chercher dans quel milieu culturel a pu se produire une telle spéculation, qui est à la fois phonétique, géométrique et mathématique.

  • 1  Test. Salom. XIX, 58, éd. C.C. McCown, The Testament of Solomon, Leipzig, Hinrichs, 1922.

3Le Testament de Salomon, une œuvre de magie judaïsante de la première époque impériale, décrit le pouvoir des démons et les moyens de les exorciser et de les contrôler. Le démon Rhyx se présente en disant : « Je m’appelle aussi Rhyx Achôneôth. Je cause le mal au pharynx et aux amygdales. Si quelqu’un écrit sur une feuille de lierre λεικουργοc, en forme de grappe αναχωριc, tu t’en vas »1.

4Évidemment, il fallait écrire :

ΛΕΙΚΟΥΡΓΟC
ΑΝΑΧΩΡΙC
ΝΑΧΩΡΙ
ΑΧΩΡ
ΧΩ

5Ou plutôt, étant donné que le nombre de lettres est pair :

ΛΕΙΚΟΥΡΓΟC
ΑΝΑΧΩΡΙC
ΝΑΧΩΡΙC
ΑΧΩΡΙC
ΧΩΡΙC
ΩΡΙC
ΡΙC
C
C

6Il s’agit d’une mauvaise graphie de Λυκοῦργος ἀναχωρεῖς, « Lycurgue, tu t’en vas ». Lycurgue est l’ennemi de Dionysos, qui est toujours représenté en train de couper la vigne avec sa hache.

  • 2  R. Pintaudi, Dai papiri della Biblioteca Medicea Laurenziana (Plaur. III), Firenze, Gonnelli, 1959 (...)

7Un papyrus de la Bibliothèque Laurentiana de Florence conserve une amulette du même type2 :

CΤΑΦΥΛΛΟΤΟΜΟC
ΤΑΦΥΛΛΟΤΟΜΟC
ΑΦΥΛΛΟΤΟΜΟC
ΦΥΛΛΟΤΟΜΟC
ΥΛΛΟΤΟΜΟC
ΛΛΟΤΟΜΟC
ΛΟΤΟΜΟC
ΟΤΟΜΟC
ΤΟΜΟC
ΟΜΟC
ΜΟC
ΟC
C

  • 3  Cf. Marcel Empyrique, de medic. XIV, 25 : laboranti uvae diuturno labore haec cura succurrit : (…) (...)
  • 4  Daniel – Maltomini, Supplementum magicum I, p. 4; selon Chr. A. Faraone, « The Undercutter, the (...)

8Le double entendre du mot staphyle et du latin uva a été reconnu3 : à la fois grappe de raisin, uvule, et le mot même qui est dessiné sur l’amulette. Mais le mot σταφυλότομος ne signifie pas, en général, « en coupant la grappe », mais « celui qui coupe la grappe », c’est-à-dire, précisément, Lycurgue4. L’idée qui préside à cette formule magique est que Lycurgue est une menace pour la vigne et la maladie qui rend l’uvule ou les amygdales semblables à une grappe de raisin s’enfuit au nom du coupeur de vignes. Alors le sens de Λυκοῦργος ἀναχωρεῖς doit être « Voilà Lycurgue, et toi, maladie en forme de grappe, tu t’en vas ».

  • 5  A. Sambon, « La bague à travers les âges », Le Musée 6 (1909), p. 112; Daniel – Maltomini, « Un (...)

9Une gemme en lapis-lazuli de la Bibliothèque Nationale de Paris5 est gravée d’une inscription similaire :

CΤΑΦΥΛΗ
ΤΑΦΥΛΗ
ΑΦΥΛΗ
ΦΥΛΗ
ΥΛΗ
ΛΗ
Η

  • 6  Daniel – Maltomini, « Una gemma magica », p. 93; H.S. Versnel, « Die Poetik der Zaubersprüke », (...)

10Parfois les triangles ont donc la vertu de soustraire. En effet, le nom d’une maladie ou de quelque chose qui évoque la maladie est écrit de façon que la décroissance du mot efface progressivement la maladie elle-même6.

11Ce type d’amulette fait partie d’une série de remèdes qui recourent à des figures de la mythologie grecque pour combattre des maladies à travers les particularités de certains mythes et de certains héros.

  • 7  PGM XVIIIb.

12Si l’on suit la trace qu’on a découverte ici, il devient possible de reconnaître la vraie nature d’un papyrus magique7 connu depuis longtemps, dans lequel on lit :

ΓΟΡΓΩΦΩΝΑC
ΟΡΓΩΦΩΝΑC
ΡΓΩΦΩΝΑC
ΓΩΦΩΝΑC
ΩΦΩΝΑC
ΦΩΝΑC
ΩΝΑC
ΝΑC
ΑC
C

13Cette formation de lettres est accompagnée par une recette qui dit : « Je vous adjure, au nom du nom saint, de guérir Dionysos, dit aussi Anys, mis au monde par Héraklia, de tout frisson et fièvre, soit journalière soit intermittente, le jour ou la nuit, soit quarte. Maintenant, maintenant, maintenant ! Vite, vite, vite ! »

  • 8  PGMT, p. 255.
  • 9  Supplementum magicum I, p. 4. Faraone, « The Undercutter », p. 7, n.16, pense plutôt à un adjectif (...)

14Dans la traduction anglaise récente des papyrus magiques8 , John Scarborough suppose que Gorgophonas est un accusatif féminin pluriel, qui pouvait se référer à Athéna, qui tua la Gorgone. En réalité, celui qui tua la Gorgone fut Persée, et non pas Athéna. R. Daniel et F. Maltomini ont reconnu dans ce mot la corruption de Γοργοφόνος, « celui qui tua la Gorgone », qu’ils identifient avec Thésée9.

  • 10  Dans le Test. Salom. XIII, 43-44 on retrouve le démon Obyzouth, c’est-à-dire Abyssos, qui n’est ri (...)

15Donc Γοργοφόνας doit être un nominatif masculin dorien, nominatif comme Λυκοῦργος, et doit correspondre à Γοργωφώνης ou Γοργωφώντης. Comme le nom de Lycurgue coupeur de vignes fait s’enfuir la maladie en forme de grappe de raisin, ainsi le nom de Persée, tueur de la Gorgone, fait s’enfuir le démon de la malaria10.

  • 11  O. Neverov, Antique Intaglios in the Hermitage Collection, Leningrad, Aurora, 1976, n° 143a. F. Pr (...)

16Une gemme magique très fameuse, conservée à Saint-Pétersbourg, représente Persée qui tient la tête de Méduse dans sa main, et l’inscription dit : φύ[γε] ποδάγρα [Π]ερσεύς σε διώχι11 : « Enfuis-toi, podagre, Persée te poursuit. »

  • 12  1) H. Seyrig, « Invidiae medici. 1. La faim de l’ibis et la soif de Tantale », Berytus 1 (1934), p (...)

17On connaît une petite série de gemmes magiques en hématite12, qui étaient portées pour combattre les pertes de sang, dues soit à des hémorragies soit à des menstruations irrégulières ou à des ulcères. Elles représentent le dieu Arès accompagné de l’inscription

ΔΙΨΑCΤΑΝΤΑΛΕΑΙΜΑΠΙΕ
ΙΨΑCΤΑΝΤΑΛΕΑΙΜΑΠΙΕ
ΨΑCΤΑΝΤΑΛΕΑΙΜΑΠΙΕ
ΑCΤΑΝΤΑΛΕΑΙΜΑΠΙΕ
CΤΑΝΤΑΛΕΑΙΜΑΠΙΕ
ΤΑΝΤΑΛΕΑΙΜΑΠΙΕ
ΑΝΤΑΛΕΑΙΜΑΠΙΕ
ΝΤΑΛΕΑΙΜΑΠΙΕ
ΤΑΛΕΑΙΜΑΠΙΕ
ΑΛΕΑΙΜΑΠΙΕ
ΛΕΑΙΜΑΠΙΕ
ΕΑΙΜΑΠΙΕ
ΑΙΜΑΠΙΕ
ΙΜΑΠΙΕ
ΜΑΠΙΕ
ΑΠΙΕ
ΠΙΕ
ΙΕ
Ε

  • 13  A. Barb, « Bois du sang, Tantale », Syria 29 (1952), p. 271-284.
  • 14  Barb, l.c.

18L’inscription signifie : « Tantale, tu as soif : bois du sang ! » Le sens de ce texte a été éclairci par Alphonse Barb13 : « Le sang va se retirer d’un seul coup, aussitôt que le malheureux damné tentera de le boire. » Le recours à la figure de Tantale est attesté aussi par des recettes de médecins ou de la tradition populaire14.

  • 15  Serenus Sammonicus prescrit, dans son Liber medicinalis 51 (935 p. 48-9 éd. Pepin) d’écrire un tri (...)

19Nous nous bornons aux amulettes qui ont recours à des figures géométriques de ce type, tout en reconnaissant qu’il y a d’autres amulettes semblables, qui évoquent Éole ou Héraclès contre les maladies. On peut aisément supposer que la série des amulettes médicales avec des personnages du mythe grec et des formules en forme triangulaire remontent au même manuel de magie15.

20Le nom ou la phrase sont efficaces contre les maladies, c’est-à-dire contre les démons des maladies parce qu’ils sont écrits en triangle. Mais le problème surgit quand le nom en triangle est celui du héros qui tua la cause de la maladie, ou est le nom d’un dieu. Dans ces cas, la raison de l’efficacité ne réside pas dans le fait que le nom d’une maladie ou d’une chose qui évoque la maladie soit écrit de façon que la décroissance du mot efface progressivement la maladie. Les mots en triangle peuvent subjuguer les démons; ils ont un pouvoir qui vient de leur nature divine et du fait qu’ils sont la somme du pouvoir de chaque part qui les compose. À l’idée de soustraire, qui a inspiré le triangle de l’uvule, est donc souvent substituée l’idée d’additionner.

21Dans les papyrus magiques, on retrouve une quantité de formules qui em­ploient des formations en triangle ou d’autres formes géométriques, soit pour chasser les maladies, soit pour soumettre des démons dans un but maléfique, comme dans le cas des défixions.

22Les mots en triangles sont de plusieurs types, soit palindromes soit les sept voyelles, comme dans la recette du XCVIIIe papyrus magique, qui demande à Sérapis la libération (de maladies) d’Artémidora et prescrit un triangle ainsi composé :

Α
ΕΕ
ΗΗΗ
Ι  Ι  Ι  Ι
ΟΟΟΟΟ
Υ Υ Υ Υ Υ Υ
ΩΩΩΩΩΩΩ

  • 16  P. ex. PGM XVIIa, 1-25; XXXVI, 115-133; XXXIX, 1-21.
  • 17  XXXVI, 231-55.

23Dans les formules d’attraction aussi on retrouve des triangles ou des séries de triangles semblables16, et même des formules aggressives, comme celle du papyrus magique XXXVI, dans lequel17 on a trois figures géométriques, dont la troisième est définie comme bathron, « échelle » :

ερικιcηφηαραραχαραφθιcικηρα
ρικιcιφθηαραραχαραηφθιcικηρ
ικιcιφθηαραραχαραηφθιcικη
(βάθρον)

24Le cas le plus extrême est celui du XIXe papyrus magique, qui servait pour contraindre et subjuguer l’âme d’un mort et l’envoyer plier la volonté d’une femme au désir amoureux de l’auteur de la magie. Ce papyrus est rempli de séries géométriques et a été trouvé replié dans la bouche d’un mort.

  • 18  Musée National Archéologique de Rome, A. Mastrocinque , Sylloge gemmarum gnosticarum II, Roma, Pol (...)
  • 19  R. Wünsch, Sethianische Verfluchungstafeln aus Rom, Leipzig, Teubner, 1898, p. 50-51, n° 48; cf. (...)

25Le même nom magique Eulamô (« éternité ») en formation triangulaire se retrouve sur une pierre gravée à des fins d’attraction amoureuse18 et sur une défixion contre les cochers du cirque trouvée à Rome19.

ΕΥΛΑΜΩ
ΥΛΑΜΩ
ΛΑΜΩ
ΑΜΩ
ΜΩ
Ω

  • 20  PGM I, 12-19.
  • 21  U. Wilken, « Heidnisches und Christlisches aus Ägypten », Arch.f.Papyrusforschung 1 (1901), p. 422 (...)

26Étant donné que l’écriture de ces figures géométriques avait le pouvoir de soumettre les démons, on l’employait pour obtenir un démon assistant. La procédure est décrite dans le PGM I20, dans lequel deux formations de voyelles sont dessinées et appellées κλίματα, mot énigmatique qui doit probablement être entendu comme κλίμακες, « échelles »21, mot qui définissait la formation triangulaire que nous avons mentionnée tout à l’heure.

Α
ΕΕ
ΗΗΗ
Ι  Ι  Ι  Ι
ΟΟΟΟΟ
Υ Υ Υ Υ Υ Υ
ΩΩΩΩΩΩΩ

ΩΩΩΩΩΩΩ
Υ Υ Υ Υ Υ Υ
ΟΟΟΟΟ

Ι  Ι  Ι  Ι

ΗΗΗ
ΕΕ
Α

  • 22  PGM XIII, 1001-5. Selon Frankfurter, « The Magic of Writing », p. 205, les séries magiques de voye (...)

27On ne saurait pas dire quelle était la raison précise de cette géométrie de la parole magique. Un papyrus magique22 prescrit de graver une lamelle avec une série de charakteres en étant en état de pureté, les poignets enguirlandés de fleurs, après avoir offert de l’encens. La force de cette étrange méthode d’écriture rituelle résidait surtout dans les géométries qui étaient réalisées. Il est possible que le nom « échelle » se réfère seulement à la forme du triangle pourvu de marches, qui sont formées par le décalage des lettres.

  • 23  Pteryx, pterygoma : PGM II, 2 e 5; VII, 716; XIII, 903-4; kardia : PGM II.68; VII,523; LXII sec.1, (...)
  • 24  PGM IV, 1305; V, 348; 360; VII, 656.
  • 25  Sur les noms des formations de mots et leur emploi : Daniel – Maltomini, Supplementum magicum I, (...)

28Dans les papyrus magiques, on lit que les formations de lettres ou de mots sont dites « ailes » ou « cœurs » : pteryges, pterygomata, kardiai23, ou, en cas de formation en rectangle, plinthion24, « briquette ». Il est probable qu’il s’agisse simplement d’une ressemblance fortuite entre les formes des mots et celle des ailes, des cœurs ou des briques, et donc que les noms soient tout à fait conventionnels. Peut-être que la grappe pour guérir l’uvule est une exception25, parce qu’elle a la même forme que la maladie.

  • 26  Alphabet, p. 58-59.
  • 27  Philolaos, fr. A 11 (éd. Timpanaro Cardini); Jamblique, Vita Pythag. 18.82 (où la Tetraktys est dé (...)

29Le principe inspirateur des triangles est l’exaltation du mot magique à travers sa multiplication. Franz Dornseiff26 a remarqué que la formation en triangle avait été déjà découverte par les Pythagoriciens, qui concevaient la Tétraktys comme la génération du 10 par sa mère, le 4, à travers l’addition de 1+2+3+427. La Tétraktys pouvait être représentée en forme de triangle :

°
°°
°°°
°°°°

  • 28  Damascius, Vita Isidori, fr. 100, p. 142 (éd. Zintzen) [= Photius 343 a2].

30Ce type de figure géométrique et mathématique intéressait aussi les Platoniciens, jusqu’à Damascius28, selon qui la chatte calculait les 28 formes de la lumière de la lune, parce qu’elle enfantait 28 fils, 7 lors de la première portée, 6 à la deuxième, 5 à la troisième, 4 à la quatrième, 3 à la cinquième, 2 à la sixième, 1 à la septième, avec un schéma en triangle de 28 unités :

°°°°°°°
°°°°°°
°°°°°
°°°°
°°°
°°
°

  • 29  Leges, 737 e; 738 a.

31Platon29 se servait de calculs du même genre quand il proposait une cité de 5040 citoyens, c’est à dire 1234567.

  • 30  GMA I, n° 37, p. 202-205.
  • 31  In Johannis Ev. CXXIII, 8, 35-43; Corpus Christ. XXXVI, 673. Cf. F.H. Colson, « Triangular Numbers (...)
  • 32  A. Mastrocinque, From Jewish Magic to Gnosticism, Tübingen, Mohr Siebeck, 2005, p. 109-114.
  • 33  Ibid., p. 109-114.

32Roy Kotansky30 a récemment étudié une lamelle-phylakterion d’Éphèse avec une série de 17 voyelles en formation triangulaire de 17 lignes, qui donnent un total de 153 voyelles. Kotansky a retrouvé dans le commentaire de Saint Augustin à l’Évangile de Jean31 la clé pour interpréter cette figure. 153 était le nombre des poissons de la pêche miraculeuse. Augustin disait que 153 est le résultat de 1+2+3+4+5+6+7+8+9+10+11+12+13+14+15+16+17. L’« aile » de l’amulette d’Éphèse se référait à ce type d’addition. La logique de ce genre d’écriture était semblable à celle qui présidait à la création de noms divins qui avaient des valeurs numériques et qui faisaient la somme d’un nombre et ses multiples par dix, cent et mille. On s’efforçait de créer des mots qui avaient une valeur de 99, 9999, ou 888, 666, 366332. Il s’agissait de l’exaltation du 9, du 8, du 6. Les formations géométriques magiques traitaient aussi les mots en tant qu’additions. EYLAMÔ donne lieu à l’addition de Ô + MÔ + AMÔ + LAMÔ + YLAMÔ + EYLAMÔ33. Il s’agissait de l’exaltation du mot sémitique qui indiquait l’éternité.

  • 34  E. Le Blant, 750 inscriptions de pierres gravées, Paris, 1898 (Mém. Acad. Inscr., 36), n° 234, p (...)

33Si le pouvoir des triangles réside dans l’addition des lettres, celui des « briques » réside dans leur multiplication. Regardons, par exemple, le schéma en carré sur une pierre gravée du Cabinet des Médailles de Paris34 :

ΠΕΠ
ΠΕΠ
ΠΕΠ

34Il s’agit de l’impératif πέπτε, « digère ! », qui se réfère à la protection de la digestion, que l’amulette devait procurer.

  • 35  Par ex. PGM X, 42-48; XIII, 905; XIXa sect. 18-23; K. Krauss, Das Theater von Milet, Berlin, De Gr (...)

35Les « briques » présentent quelquefois une dynamique hélicoïdale, comme dans le cas des séries des sept voyelles, répétées sept fois en déplaçant, dans chaque décalage, la première voyelle à la fin de la série35 : chaque voyelle est le son d’une planète et la circulation des voyelles du début à la fin de chaque série symbolise le mouvement circulaire des planètes. De cette façon, on lisait dans cette « brique » la série canonique des voyelles en lecture horizontale et en lecture verticale.

ΑΕΗΙΟΥΩ
ΕΗΙΟΥΩΑ
ΗΙΟΥΩΑΕ
ΙΟΥΩΑΕΗ
ΟΥΩΑΕΗΙ
ΥΩΑΕΗΙΟ
ΩΑΕΗΙΟΥ

  • 36  A. Delatte, « Études sur la magie grecque », MB 18 (1914), p. 28.
  • 37  PGM X, 36-50.
  • 38  A. De Ridder, Collection de Clercq. Catalogue. VII : Les bijoux et les pierres gravées, Paris, A (...)
  • 39  PGM V, 304-69.
  • 40  PGM IV, 3069.
  • 41  PGM VII, 579-90; cf. aussi Delatte  – Derchain, Les intailles magique, n° 122; SGG I, n° 191. P (...)

36L’écriture des mots magiques a sa dynamique intime, dans le sens aussi qu’elle agit par des formes, des changements, des tournures, des coupures, sur le nom de la personne ou du démon qui se trouve écrit tout près. En 1914, Armand Delatte36, en décrivant les palindromes magiques, que les Grecs appelaient anagrammata37, écrivait : « Les formules anagrammatiques, qui sont faites pour des inscriptions circulaires et dont le modèle est le serpent ourobore, sont une image du cours du Soleil. » Un palindromon, comme le fameux ABLANATHANALBA, pouvait être lu dans les deux sens et pouvait être écrit en forme de grappe. On le retrouve aussi en forme de cercle, comme dans une gemme d’attraction amoureuse de la collection De Clercq38. On y voit le nom FAVSTINA encerclé par le palindromon ABLANATHANALBA. Ce mot écrit en cercle est comme un anneau qui emprisonne et donc contraint la femme, dont le nom est encerclé. Un papyrus magique décrit le rite par lequel on contraignait une personne à faire ou à ne pas faire quelque chose39. On prenait un morceau de papyrus hiératique ou une lamelle de plomb et un anneau de fer, avec une plume on traçait les cercles extérieur et interne de l’anneau sur le papyrus ou la lamelle. Dans l’anneau dessiné, on écrivait une longue formule magique, à l’intérieur on dessinait un rectangle de mots magiques et on écrivait : « Que cette chose ne soit pas faite pendant que cet anneau reste enseveli. » On repliait le papyrus ou la lamelle sur l’anneau, on les liait et on les plaçait dans une source abandonnée ou dans la tombe de quelqu’un qui était mort avant son temps. Le papyrus conserve aussi le dessin d’une défixion de ce type et montre le palindromon : ΙΑΕΩΒΑΦΡΕΝΕΜΟΥΝΟΘΙΛΑΡΙΚΡΙΦΙΑΕΥΕΑΙΦΙΡΚΙΡΑ ΛΙΘΟΝΥΟΜΕΝΕΡΦΑΒΩΕΑΙ. Dans les papyrus magiques cette formule est présentée comme équivalant au nom du dieu juif40 et aussi au serpent ouroboros, qui se mange la queue41.

37Nous avons présenté ici une série de formes d’écriture magique qui prouve que très souvent le pouvoir des mots magiques réside dans une espèce de court-circuit : dans le cercle, le mot palindromique continue à tourner sur lui-même, dans le triangle, le mot additionne ses éléments, dans le carré, il se multiplie par lui-même. Dans cet emploi de mathématique et de géométrie, ce type de spéculations sur les formes des mots magiques trahit l’influence des Pythagoriciens. Pythagore, Philolaos et les autres membres de la secte ancienne avaient bien étudié la nature et les secrets des triangles. On retrouve les traces de ce type de spéculations dans les Lois de Platon, lequel s’inspirait souvent du Pythagorisme. Mais on peut supposer que les Chaldéens avaient également contribué à la diffusion de ces spéculations, car ils étaient, eux aussi, les théoriciens de la mystérieuse nature géométrique et mathématique de toutes les choses, des êtres vivants et des dieux.

Haut de page

Notes

1  Test. Salom. XIX, 58, éd. C.C. McCown, The Testament of Solomon, Leipzig, Hinrichs, 1922.

2  R. Pintaudi, Dai papiri della Biblioteca Medicea Laurenziana (Plaur. III), Firenze, Gonnelli, 1959, n° 59 = PGM CXX = R.W. Daniel, F. Maltomini, Supplementum magicum I, Opladen, Westdeutscher Verlag, 1990 (P.Colon., 16), n° 1.

3  Cf. Marcel Empyrique, de medic. XIV, 25 : laboranti uvae diuturno labore haec cura succurrit : (…) de uva passa eliges granum, quod unum intrinsecus nucleum habeat, eumque in Phoenicio alligabis et faucibus, id est in regione uvae, inseres et tenebis et dicies : « uva uvam emendat »; Pintaudi, l.c.; R. Kotansky, in H.D. Betz (éd.), The Greek Magical Papyri in Translation (= PGMT), Chicago, Univ. of Chicago Press, 1986, p. 316; R.W. Daniel, F. Maltomini, « Una gemma magica contro l’infiammazione dell’ugola », ZPE 78 (1979), p. 93-94.

4  Daniel – Maltomini, Supplementum magicum I, p. 4; selon Chr. A. Faraone, « The Undercutter, the Woodcutter, and Greek Demon Names ending in –tomos (Hom. Hymn to Dem 228-29) », AJPh 122 (2001), p. 1-10, en part. 5-7, Lycurgue et Staphylotomos seraient les noms du démon qui procurait la maladie aux amygdales.

5  A. Sambon, « La bague à travers les âges », Le Musée 6 (1909), p. 112; Daniel – Maltomini, « Una gemma magica », cit.

6  Daniel – Maltomini, « Una gemma magica », p. 93; H.S. Versnel, « Die Poetik der Zaubersprüke », in T. Schabert, R. Brague (éds), Die Macht des Wortes, München, Fink, 1996, p. 265-6.

7  PGM XVIIIb.

8  PGMT, p. 255.

9  Supplementum magicum I, p. 4. Faraone, « The Undercutter », p. 7, n.16, pense plutôt à un adjectif comme γοργοφωνής : « celui dont la voix est terrible. »

10  Dans le Test. Salom. XIII, 43-44 on retrouve le démon Obyzouth, c’est-à-dire Abyssos, qui n’est rien d’autre que la Gorgone elle-même. Son corps est invisible, recouvert de ténèbres, mais ses cheveux sont visibles et apparaissent dans leur nature sauvage. Elle admet que ses victimes préférées sont les enfants et les femmes, qu’elle s’attache aux yeux, à la bouche et à l’esprit des personnes. Elle a le pouvoir de glacer. Mais Salomon lui fait avouer qu’elle s’enfuit si l’on écrit son nom sur un papier quand une femme met au monde un enfant. L’ange qui s’oppose à elle est Raphaël.

11  O. Neverov, Antique Intaglios in the Hermitage Collection, Leningrad, Aurora, 1976, n° 143a. F. Pradel, Griechische und süditalienische Gebete, Giessen, Töpelmann, 1907 (RGVV, 3.3), p. 266-267, a publié une amulette du moyen âge contre la quartaine, sur lequel on écrivait : Καδαβρα ρουβρα καδαβρα ρουβρα καδαβρα ρακειδα βρακαδα δαβρα αβρα βαρααφα ουνους περ ουνους φιλιους ουνους cπιριτουσαντους αμην.

12  1) H. Seyrig, « Invidiae medici. 1. La faim de l’ibis et la soif de Tantale », Berytus 1 (1934), p. 4 et fig. 3; et C. Bonner, Studies in Magical Amulets, Ann Arbor, Univ. of Michigan Press, 1950, p. 87-89; 276, D144; 2) A. Delatte, Ph. Derchain, Les intailles magiques gréco-égyptiennes de la Bibliothèque Nationale, Paris, Bibliothèque Nationale, 1964, n° 364; 3) A. Mastrocinque, « Studi sulle gemme gnostiche. VIII. ‘Bevi sangue, Tantalo’ », ZPE 130 (2000), p. 137-8; S. Michel, Die magischen Gemmen im Britischen Museum, éd. par. P. et H. Zazoff, London, British Museum Press, 2001, n° 410; 4) A.J. Festugière, « Pierres magiques de la collection Kofler (Lucerne) », Mél. Univ. St. Joseph. Beyrouth 37 (1961), p. 287-288 = Études d’histoire et de philologie, Paris, Vrin, 1975, p. 151; cf.id., « Amulettes magiques », CPh 46 (1951), p. 86-89.

13  A. Barb, « Bois du sang, Tantale », Syria 29 (1952), p. 271-284.

14  Barb, l.c.

15  Serenus Sammonicus prescrit, dans son Liber medicinalis 51 (935 p. 48-9 éd. Pepin) d’écrire un triangle magique contre la fièvre qui revient tous les deux jours et demi (hemitritaios) : Inscribes chartae quod dicitur abracadabra saepius et subter repetes, sed detrahe summam et magis atque magis desint elementa figuris singula, quae semper rapies, et cetera figes, donec in angustum redigatur littera conum : his lino nexis collum redimire memento.

16  P. ex. PGM XVIIa, 1-25; XXXVI, 115-133; XXXIX, 1-21.

17  XXXVI, 231-55.

18  Musée National Archéologique de Rome, A. Mastrocinque , Sylloge gemmarum gnosticarum II, Roma, Poligrafico dello Stato (à paraître), n° Ro 21.

19  R. Wünsch, Sethianische Verfluchungstafeln aus Rom, Leipzig, Teubner, 1898, p. 50-51, n° 48; cf. p. 41, n° 34. Voir une autre defixio contre les cochers trouvée en Syrie : R. Mouterde, « Le glaive de Dardanos », Mél. Univ. St.  Joseph Beyrouth 15 (1930-31), p. 110.

20  PGM I, 12-19.

21  U. Wilken, « Heidnisches und Christlisches aus Ägypten », Arch.f.Papyrusforschung 1 (1901), p. 422 : « Abstufungsfigur »; D. Frankfurter, « The Magic of Writing and the Writing of Magic –00 the Power of the Word in Egyptian and Greek Traditions », Helios 21 (1994), p. 200 : « seven-layered »; R.D. Kotansky, Greek Magical Amulets: the Inscribed Gold, Silver, Copper and Bronze Lamellae I(= GMA), Opladen, Westdeutscher Verlag, 1994 (Papyrologica Coloniensia, 23/1), p. 202 : « gradation-figure ».

22  PGM XIII, 1001-5. Selon Frankfurter, « The Magic of Writing », p. 205, les séries magiques de voyelles dérivent des hymnes vocaliques des prêtres égyptiens (Démétrius Phal., Eloc. 71), mais les auteurs anciens attribuent à Ostanès et à la tradition des Mages perses la théorie des sept sons vocaliques et des sept notes : Origène, Contra Celsum VI, 22; Porphyrius, ap. Euseb., Praep. ev. V, 14 (= fr. 330 Smith).

23  Pteryx, pterygoma : PGM II, 2 e 5; VII, 716; XIII, 903-4; kardia : PGM II.68; VII,523; LXII sec.1, 82; D.G. Martinez, P.Michigan 16: A Greek Love Charm from Egypt, Atlanta, Scholars Press, 1991, p. 13, cf. 105-111;dans PGM III, 60-70 la forme en cœur est dite équivalente à celle en grappe : καρδιακώς, ὡς βότρυς. Dans PGM XIII, on parle d’un livre d’Hermès intitulé Pteryx.

24  PGM IV, 1305; V, 348; 360; VII, 656.

25  Sur les noms des formations de mots et leur emploi : Daniel – Maltomini, Supplementum magicum I, p. 4-6; Kotansky, GMA, p. 202-5. Voir aussi F. Dornseiff, Das Alphabet in Mystik und Magie, Leipzig/Berlin, Teubner 1925 = Wiesbaden, Fourier, 1979, p. 63-7; W. Deonna, « ABRA, ABRACA : la croix-talisman de Lausanne », Genava 22 (1944), p. 131-3; C. Lenz, « Carmina figurata », RAC 2 (1954), p. 910-912; D. Wortmann, « Neue magische Texte », BJ 168 (1968), p. 104; G. Wojaczek, Daphnis. Untersuchungen zur griechischen Bukolik, Meisenheim am Glan, Hain, 1969, 59 ss. et note 12; U. Ernst, Carmen figuratum, Köln, Böhlau, 1991, p. 33-45.

26  Alphabet, p. 58-59.

27  Philolaos, fr. A 11 (éd. Timpanaro Cardini); Jamblique, Vita Pythag. 18.82 (où la Tetraktys est définie comme l’harmonie des Sirènes); Theolog. arithm. 22-24, 63, p. 27-30, (86 éd. Pistelli). Cf. The Theology of Arithmetic, transl. R.Waterfield, Grand Rapids (MI), Phanes Press, 1988, p. 122.

28  Damascius, Vita Isidori, fr. 100, p. 142 (éd. Zintzen) [= Photius 343 a2].

29  Leges, 737 e; 738 a.

30  GMA I, n° 37, p. 202-205.

31  In Johannis Ev. CXXIII, 8, 35-43; Corpus Christ. XXXVI, 673. Cf. F.H. Colson, « Triangular Numbers in the New Testament », Journ. of Theolog. Stud. 16 (1915), p. 67-76; N.J. McEleney, « 153 Great Fishes (John 21,11)-Gematrical Atbash », Biblica 58 (1977), p. 411-417. Dans ces articles on trouvera les références aux traités du pythagoricien Nicomaque de Gérasa et du platonicien Théon de Smyrne, qui ont traité de ce type de nombres « triangulaires » ou « carrés ».

32  A. Mastrocinque, From Jewish Magic to Gnosticism, Tübingen, Mohr Siebeck, 2005, p. 109-114.

33  Ibid., p. 109-114.

34  E. Le Blant, 750 inscriptions de pierres gravées, Paris, 1898 (Mém. Acad. Inscr., 36), n° 234, p. 93.

35  Par ex. PGM X, 42-48; XIII, 905; XIXa sect. 18-23; K. Krauss, Das Theater von Milet, Berlin, De Gruyter, 1973 (Milet, 4.1), pl. 137; Kotansky, GMA I, n° 9.

36  A. Delatte, « Études sur la magie grecque », MB 18 (1914), p. 28.

37  PGM X, 36-50.

38  A. De Ridder, Collection de Clercq. Catalogue. VII : Les bijoux et les pierres gravées, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1911, n° 3470; cf. A. Mastrocinque, « Metamorfosi di Kronos su una gemma di Bologna », in A. Mastrocinque (éd.), Gemme gnostiche e cultura ellenistica. Atti dell’incontro di studio Verona, 22-23 ottobre 1999, Bologna, Patron, 2002, p. 118.

39  PGM V, 304-69.

40  PGM IV, 3069.

41  PGM VII, 579-90; cf. aussi Delatte  – Derchain, Les intailles magique, n° 122; SGG I, n° 191. Pour une interprétation de certaines parties de la formule en présupposant qu’il s’agit de la langue égyptienne, cf. C. Schmidt, compte rendu de Preisendanz, GGA 193 (1931), p. 443 sq.; et GGA 196 (1934), p. 177.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Attilio Mastrocinque, « Les formations géométriques de mots dans la magie ancienne », Kernos [En ligne], 21 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 22 décembre 2014. URL : http://kernos.revues.org/1604 ; DOI : 10.4000/kernos.1604

Haut de page

Auteur

Attilio Mastrocinque

Università degli Studi di Verona – Dipartimento di discipline storiche, artistiche, archeologiche e geografiche

attilio.mastrocinque@univr.it

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page